Alexandre DUMAS (France)

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Alexandre DUMAS (France)

Message  Ladybug le Lun 24 Oct 2011 - 9:44

Du grand art en effet ! Un vrai page turner ce roman, on ne peut pas le lacher...

Il est dans mon top 10.

_________________
Je lis

avatar
Ladybug

Nombre de messages : 1970
Date d'inscription : 22/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alexandre DUMAS (France)

Message  Prospéryne le Mar 17 Jan 2012 - 12:29

Le Comte de Monte-Cristo Alexandre Dumas Folio (édition en deux volumes) Gallimard 1398 pages



Résumé:
Edmond Dantès a 19 ans et est marin. Il revient à Marseille après une
mission où il s'est brillamment illustré, prêt à se marier à la femme
qu'il aime, une promotion à portée de main. Rien ne tourne comme
prévu. Une conspiration ourdi par trois jaloux et supporté par un homme
sur-attaché à sa réputation l'envoie en prison pendant 14 ans. Alors
que sa situation est désespéré, son voisin de cellule ouvre un passage
entre eux et cet homme, un érudit, commence l'instruction du jeune
Dantès. Quatorze ans plus tard, il réussit à s'évader. Devenu par le
fruit de sa détermination et de son intelligence le Comte de
Monte-Cristo, il revient, prêt de vingt ans après sa disparition, à
Paris, prêt à accomplir sa vengeance.

Critique:
L'intrigue de ce livre est tortueuse. Le fait de l'avoir lu en deux
parties séparées par deux ans n'aident en rien. Donc, mes commentaires
porteront davantage sur la deuxième partie que sur la première. Quoique
celle-ci est facile à résumer. L'emprisonnement d'Edmond est dure,
mais on reste dans le familier. C'est l'évolution psychologique qui a
lieu qui fait en sorte qu'Edmond Dantès devient le Comte de
Monte-Cristo. Et les deux personnes sont aussi différentes que leurs
noms. Dantès est un homme jeune, honnête, avenant, ouvert.
Monte-Cristo est un homme rusé, fourbe, non-dénué de sens moral, mais
qui sait par la manipulation et par un extraordinaire pouvoir sur les
choses et les gens, arriver à ses fins. Sa fortune l'aide, mais pas
seulement, car s'il sait se faire obéir, il ne s'arrête pas à ça. Les
gens de sa suite, ses serviteurs lui sont tout dévoué pour de multiples
raisons qui n'ont pas grand chose à voir avec l'argent. En ce sens,
Monte-Cristo est un peu un sur-homme à la Nietzsche. Il est humain,
mais en même temps, sur-humain, état atteint par les épreuves, mais
aussi par un impitoyable travail sur lui-même et par l'utilisation
redoutable de son intelligence et de son instinct. Il n'est pas
parfait, quand le narrateur se glisse dans ses pensées, on perçoit ses
doutes et ses errements, mais pour les autres, rien de cela n'est
visible tellement il contrôle sa physionomie. Il atteindra ses fins,
mais l'auteur nous laisse le plaisir de le voir par les yeux de celui
qui subit sa vengeance et non dans les yeux du Comte. On ne savoure pas
sa vengeance avec lui, on voit juste l'impact de celle-ci sur ceux qui
l'ont envoyé là où il a été. D'ailleurs, et j'ai trouvé ça un peu
surprenant de la part de Dumas, Monte-Cristo se voit comme l'instrument
de la Providence, plutôt que comme un homme en quête de vengeance
personnelle. Nuance importante. Monte-Cristo se prend pour Dieu alors
qu'il n'est qu'un homme, autre aspect un tantienet nietzschéen de sa
personnalité. Les autres personnages sont à la fois mal et bien
décrit. Les trois conspirateurs sont bien, mais incomplet. Alors que
Valentine, Mercédes ont droit à de longues explications de leurs
sentiments, Caderousse, Danglars et Morcef ne sont pas dans la
culpabilité. Ils ont envoyé un homme innocent en prison et ce n'est que
son retour qui provoquera en eux les remords, sans ça, ils vivent sans
même y penser. Villefort est nettement plus intéressant et sa folie
finale montre plus l'accomplissement de la vengeance de Monte-Cristo à
mes yeux que le suicide de Morcef ou le meurtre de Caderousse. Son
incroyable activité suite à la mort de Valentine montre à quel point il
est capable de sentiments et à quel point il s'enferme hors de ceux-ci
pour garder son empire sur lui-même. Ce qui le conduire à la folie,
malheureusement. Quand on le regarde de l'extérieur, on se dit qu'il
aurait mieux fait de lâcher un peu de lest sur son honneur et de garder
sa vie, mais bon, l'époque n'était pas faire pour ça. Les personnages
féminins sont soient fourbes, soit complètement éthéré au point de ne
pas avoir de personnalité ou presque. Et d'être complètement dévouée à
leur amour. Seule Haydée aura assez de tempérament (et d'espace de la
part de l'auteur) pour dénoncer celui qui a trahit son père et de le
faire par elle-même, montrant là son existence en tant que personne, en
tant qu'être humain. Ce faisant, elle acquiert sa propre potentialité
comme personnage et comme personne. Pour le reste, que ce soit par
respect des convenances ou encore par manque de personnalité, les
personnages féminins sont plus typés que réels. Bonnes à l'excès ou
têtes brûlées, les femmes du Comte de Monte-Cristo
ne se démarquent pas par leurs qualités propres. On est loin de Madame
Bonnacieux, d'Anne d'Autriche ou encore de Milady de Winter des Trois Mousquetaires
qui avaient le mérite d'avoir de la personnalité! Par rapport au
livre, les notions de l'honneur ont bien changé depuis et c'est heureux
parce que de voir ces gens-là s'exciter comme des pucelles au moindre
soupçon d'attaque à celui-ci devient lassant. Je sais que ça fait
époque, mais pour le XXIe siècle, on les regarde en se disant que c'est
une bande de beaux imbéciles à la tête brulée, prêt à mourir pour pas
grand-chose au final! Autre truc, c'est les émotions grandiloquentes
dans lesquelles tombent les personnages à tout bout de champ. Y'en
avait un peu marre à la fin. Il faut tenir compte à la lecture qu'à
l'origine le roman était publié en feuilleton, alors les gens avaient
une semaine entre chaque toast beurré bien épais de surcharge
émotionnelle, mais ça n'a pas été mon cas. Autre chose liée à la
publication par feuilleton, l'accumulation d'exclamation et de dialogues
qui ne font que rajouter du texte, des détails qu'on aurait pu couper
facilement, ce genre de choses. Ça donne un roman de 1400 pages au
final! Aucun regret que cette lecture, c'est une oeuvre qu'il est bon
de lire, ne serait-ce que pour la connaître, mais j'aimerais bien voir
l'adaptation en film avec Gérard Depardieu maintenant, pour comparer.

Ma note: 4/5

_________________
On peut se passer de tout, sauf de la littérature et des chats Graffiti vu à Berlin
avatar
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 34
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alexandre DUMAS (France)

Message  Awara le Mer 19 Sep 2012 - 17:45

LA TULIPE NOIRE
Alexandre Dumas
Calmann-Levy – coll. Nelson – 378 pp.

Cornélius Van Baerle, le héros du roman d’ Alexandre Dumas, est le filleul de Corneille de Corneiile de Witt, l’inspecteur des digues des Pays-Bas, ancien bourgmestre de Dordrecht et député aux Etats de Hollande dont le frère, Jean de Witt, « grand-pensionnaire » de la République des Provinces-Unies, le président en quelque sorte, a été le précepteur de Guillaume, prince d’Orange. Ce dernier ambitionne de rétablir le stathoudérat qui a été aboli par ce même Jean de Witt. Jean et Corneille sont accusés d’avoir livré la République à la France et Guillaume souhaite que son pays soit indépendant. Guillaume d’Orange encourage en sous-main la vindicte populaire et la révolte du peuple renverse la république chère aux deux frères et met à mort Jean et Corneille. Guillaume devient stathouder, c’est-à-dire gouverneur général de Hollande.

Cornélius est, lui, un doux savant, rêveur, qui s’est pris de passion pour les tulipes et n’a rien à voir avec la politique. Ses recherches le poussent vers la création d’une tulipe noire qui sera récompensée par dix mille florins remis par la ville de Harlem. Mais ses travaux sont interrompus par l’accusation de complicité avec Jean et Corneille portée par son jaloux voisin Boxtel. Mis en prison il gagne l’amitié et l’amour de Rosa, la fille de son geôlier. Elle l’aide à prendre soin des trois caïeux qui donneront naissance à la fameuse tulipe et en fait elle-même la culture. Boxtel s’arrange pour la lui dérober. Rosa vient demander l’arbitrage du Président de la société horticole et même du prince d’Orange. Rétabli dans sa propriété, Cornélius est même lavé de l’accusation qui pesait sur lui. Il peut ainsi s’unir à Rosa et vivre avec elle, les enfants qui viendront et ses tulipes. . .

[size=12]Le livre laisse une large place à la situation troublée de la Hollande lors de l’accession au pouvoir de Guillaume d’Orange. C’est la base des aventures de Cornelius van Baerle racontées avec la verve d’Alexandre Dumas. Ce livre n'a pas l'ampleur de ses grandes sagas historiques . Cependant les rebondissement tiennent le lecteur en haleine. J'ai eu le même plaisir qu'adolescente à lire ce livre Je ne suis pas un juge impartial....je suis une lectrice inconditionnelle de d'Alexandre Dumas. Si on me dit que ce roman est le fruit de sa collabration avec quelqu'un, cela n'enlève rien au plaisir que j'ai de le lire. Et le retrouver dans la vieille collection Nelson a encore ajouté à son charme.Un vrai moment de bonheur et de nostalgie.[/size]

Note : 4,5/5

_________________
avatar
Awara

Nombre de messages : 3943
Age : 72
Location : PARIS
Date d'inscription : 03/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alexandre DUMAS (France)

Message  petitepom le Dim 29 Sep 2013 - 11:34

 La reine Margot

j'ai adoré lire cet auteur pendant mon adolescence, et presque tout lu d'Alexandre Dumas, il m'a fait aimé les romans historiques ; c'est avec plaisir que j'ai sorti de ma PAL, ce roman pour le nouveau challenge "un mot,des titres".
Les premières pages nous innondent de noms célèbres, vu dans nos pages d'histoires, il est diifficile de s'y retrouver ; mais très vite les personnages principaux sont mis en avant.
Certains chapitres sont plus interessants que d'autres, des dialogues allègent la lecture, par contre, le coté politique m'a donné parfois l'envie d'abandonner.
Passé 100 pages, j'ai décidé de poser le livre pour le reprendre plus tard, son épaisseur et ces passages trop historiques me barbent un peu, je l'avoue.
A la 2° reprise de cette lecture, intercallé d'une plus légère, je ne suis pas arrivée à m'y interesser ; la page historique à laquel on participe m'est connu par d'autres lectures, et j'ai trouvé que "la Reine Margot" n'était pas assez présente dans cette lecture ; j'aurai aimé passé plus de temps au Louvre et un peu moins à l'extérieur, révisant des pages d'histoires.
Si j'ai aimé ces lectures à l'adolescence, aujourd'hui je préfère des histoires sociales contemporaines , et ma bibliothéque en contient des tas ; j'ai donc plus envie de les lire que de replonger dans des classiques.
avatar
petitepom

Nombre de messages : 245
Age : 51
Location : un petit village de Corrèze
Date d'inscription : 03/06/2012

http://petitepom.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

alexandre dumas.

Message  romania le Ven 25 Oct 2013 - 17:07

Eh bien, moi, j'adore Alexandre Dumas, ses romans sont passionnants, faciles à lire malgré leur longueur. Comme tout le monde, j'ai lu Les trois Mousquetaires et j'ai continué aBraguelonnevec Vingt Ans après.  Le Vicomte de Braguelonne, j'ai décidé de le lire maintenant et je suis sûre que ce sera formidable. Ce romancier a le don de créer des personnages passionnants, en particulier Milady, tellement méchante qu'elle en devient presque attachante par sa complexité. Après tout, Athos l'aLe s jugée un démon uniquement après avoir découvert son épaule flétrie. Il n'a pas essayé de savoir pourquoi, et cela aurait peut-être empêché bien des drames. Et ils se sont mis à quatre contre elle...

J'ai adoré aussi les Compagnons de Jéhu et le Chevalier de Maison Rouge, j'ai aimé leurs héros allant jusqu'au bout pour leurs amours, leurs idées, ce romantisme absolu. Non Maison Rouge n'est pas une bluette; une oeuvre à l'eau de rose, il suffit de voir la fin des trois héros. Et puis il y eu les beaux feuilletons tirés de ces deux romans et leurs acteurs si romantiques, si séduisants. Michel Le Royer, Anne Doat, si belle dans ses costumes de la fin du XVIIIe. et puis Claude Giraud, le Claude Giraud de mon adolescence, dont j'étais amoureuse... Qu'est ce que j'ai pu rêver de lui à cette époque. Je me revois avec ma soeur, on avait 11 ans à peu près toutes les deux, quand on pleurait à chaudes larmes après avoir la fin avant de s'endormir... On pleurait sur ces héros tragiques et absolus.  Maintenant cela ne se fait plus, hélas.

Après Braguelonne, je vais essayer d'aborder toute son oeuvre dans l'ordre historique, en essayant d'abord de trouver Acté, un roman peu connu se passant sous Néron. Et puis je lirai aussi de lui les oeuvres fantastiques, comme le Meneur de Loups par exemple.

Que de moments délectables vais je vivre avec lui.

romania

Nombre de messages : 51
Date d'inscription : 19/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alexandre DUMAS (France)

Message  Awara le Ven 25 Oct 2013 - 18:25

Si c'est pleurer qui ne se fait plus... je ne suis pas à la mode...

Sinon, j'adoooooooooooooooooooooooooooore Alexandre Dumas!
Belle lecture, Romania!

_________________
avatar
Awara

Nombre de messages : 3943
Age : 72
Location : PARIS
Date d'inscription : 03/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

DUMAS - LES TROIS MOUSQUETAIRES

Message  kattylou le Lun 27 Jan 2014 - 19:55

Qui ne connait pas les trois Mousquetaires Athos Portos Aramis et leur ami D'Artagnan. Tout le monde a vu les films, le dessin animé mais qui a vraiment lu le roman ? J'ai profité du Thème du trimestre sur le forum  pour me replonger dans ce roman . 
La première partie est la plus connue . Nous faisons connaissance avec D'Artagnan jeune Gascon recommandé par son père à Mr de Tréville capitaine des Mousquetaires. A peine arrivé de sa province il se retrouve avec 3 duels avec Portos Athos et Aramis sachant que les duels étaient interdits à cette époque. Les 4 hommes se retrouvent vite aux prises avec les Mousquetaires de Richelieu de là découlera l'amitié indéfectible qui va lier les trois hommes. Ensemble ils vont voler au secours de la Reine 
Dans le seconde partie l'un des personnage principal est la très belle et très intrigante Milady qui a juré de se venger de D"Artagnan par n'importe quel moyen

J'ai passé un excellent moment à relire les aventures de D'Artagnan .Je ne suis pas très objective car j'aime Dumas malgré un petite déception l'an passé à la relecture de l'orfèvre du Roi.Sous la plume de l'auteur les personnages prennent vie et les scénaristes n'ont pas eu à avoir beaucoup d'imagination pour donner un visage à leur personnage. Dans le premier tome j'ai aimé les aventures trépidantes des mousquetaires dans le second le caractère des personnages de Richelieu et de Milady est plus étudié il y a un peu plus de longueurs mais l'écriture les fait vite oublier


La suite avec Vingt ans après en Février ou Mars 
Ma note 5/5

_________________
Un vieux chêne en Bretagne - Louis Pouliquen
Toni Morisson - Sula 
Challenge US Plus que 5 Etats !
avatar
kattylou

Nombre de messages : 3352
Age : 52
Location : 77
Date d'inscription : 08/09/2009

http://kattyloucuis.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alexandre DUMAS (France)

Message  lalyre le Mer 26 Mar 2014 - 17:38

Gabriel Lambert, le bagnard de l’Opéra           
Alexandre Dumas    
  Librio 2013      
             140 pages

Quatrième de couverture  
 En 1835, alors qu’il séjourne à Toulon, Alexandre Dumas croise un forçat au visage familier. Cet homme aux traits fatigués, en tenue de bagnard, se nomme Gabriel Lambert. Mais l’auteur l’a connu dans un autre siècle, lorsque, vêtu des plus beaux costumes, on l’appelait Vicomte. Quel fut le chemin de cet homme, autrefois dandy, croisé à l’opéra, au théâtre et dans toutes les réceptions mondaines, aujourd’hui bagnard, les chaînes au pied ? Voici le destin d’un fantastique copiste, faussaire et faux-monnayeur, que la lâcheté conduit à l’échafaud.


Mon avis

Un petit roman que j’ai vraiment apprécié, tant pour l’écriture que l’histoire cependant assez dure, dont je ne vais rien dire. De la véritable littérature, un roman très court mais je pense que ce nombre de pages a suffit à Alexandre Dumas pour décrire le contexte et surtout ce Gabriel Lambert. J’ai trouvé ce personnage répugnant pour sa malhonnêteté et sa lâcheté. J’ai frémi en lisant que deux forçats étaient attachés ensemble pendant leur temps d’emprisonnement. 4,5/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4194
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

alexandre dums

Message  romania le Jeu 5 Juin 2014 - 7:39

J'aime Dumas depuis longtemps.

Comme je suis intéressée par la Révolution Française, surtout sur le plan des romans, j'ai envie de lire tout le cycle révolutionnaire de Dumas. Un jour, j'ai trouvé pour 30 centimes la Fille du Marquis dans la collection Marabout. Malheureusement, le livre est la suite du Docteur Mystérieux que je n'ai pas. A Nancy, on l'a bien en bibliothèque mais il faut le lire sur place. Il y a bien une bibliothèque électronique que j'ai trouvé sur le net, mais je me vois mal lire un Dumas sur l'ordinateur.

Alors, comme ces deux romans sont placés à la fin de la révolution, je m'aperçois qu'il y a d'abord tous les livres autour de Balsamo, par exemple. Et j'ai le temps pour arriver à me deux livreS;

Une question : peut-on lire chacun de ces romans séparément ? Ou doit-on lire tous les livres ? Merci.

romania

Nombre de messages : 51
Date d'inscription : 19/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alexandre DUMAS (France)

Message  Cyrielle le Dim 17 Juil 2016 - 13:15

LA REINE MARGOT


Alexandre Dumas nous conte l'histoire de la cours de France durant le règne de Charles IX et notamment la vie de sa soeur Margot, reine de Navarre, femme passionnée et passionnante.

J'avais un vrai rejet de Dumas, dû à un traumatisme d'enfance et la lecture forcée par un prof abominable Des Trois Mousquetaires. Et bien je peux dire maintenant que je suis réconciliée avec Monsieur Dumas.
Ce gros pavé peut en effrayer plus d'un mais il se lit facilement, on est très vite pris dans l'histoire, on fait fi des libertés historiques et on savoure les multiples tractations, complots et combats d'épées qui peuple ce roman foisonnant.
On s'attache aux personnages, on oublie que ce ne sont pas que des personnages de fictions mais qu'ils ont bel et bien existé en tout cas en partie. 
Si vous voulez de l'action et de l'amour autour de l'Histoire de France, ce roman est pour vous.

4/5
avatar
Cyrielle

Nombre de messages : 7317
Age : 30
Date d'inscription : 27/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alexandre DUMAS (France)

Message  Pistoufle le Lun 1 Aoû 2016 - 6:27

La Reine Margot



Mon avis : une excellente lecture. Un roman historique, d'aventures, d'amour et d'amitié. Dumas est sans contexte un excellent conteur. Comme ce fût ma première lecture de cet auteur, j'ai été au début gênée par les libertés prises avec les faits historiques, mais il est vrai que celles-ci servent l'histoire et n'empêchent aucunement de savourer l'histoire. Je ne m'y attachais donc plus du tout les 100 premières pages passées, et me suis laissée bercer par cette histoire romanesque. J'ai beaucoup aimé cette lecture, et tenterai peut être un autre titre de cet auteur.

Je pense également regarder l'adaptation cinématographique.


Ma note : 4,5/5
avatar
Pistoufle

Nombre de messages : 367
Age : 33
Location : Val-de-Marne - FRANCE
Date d'inscription : 10/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alexandre DUMAS (France)

Message  cookie610 le Ven 5 Aoû 2016 - 14:47

La reine Margot
 
Note : 5/5 coeur coeur coeur
 
Résumé : Le résumé a été fait ci-dessus.

Critique : Un coup de cœur pour moi ! Encore une fois, je dois remercier les rats parce que ce n’est très certainement pas un livre vers lequel je serais allée en dehors de la lecture commune et je serais passée à côté d’un petit bijou. Le talent incroyable de Dumas pour nous raconter cette histoire est impeccable. Dès les premières pages, on rentre dans des tractations, des complots, des jeux de pouvoirs, des alliances politiques et ça s’enchaine pendant plus de 600 pages. Pas un temps morts, pas  une seule longueur, pas un instant de répit. Je n’ai pas vu les pages défilées. Le plus incroyable et de se dire que c’est une histoire vraie, ou quasiment, parce que l’auteur se permet quelques fantaisies avec l’Histoire. Et puis, le roman est aussi une superbe étude des mœurs de la cour du roi à l’époque. Il y a foule de personnages et au départ, ce n’est pas forcément évident de savoir qui est qui, qui est catholique, qui est protestant, les liens familiaux entre eux. Il faut bien être concentré sinon, on s’y perd un peu (surtout que tout le monde s’appelle Henry dans cette histoire !!!) mais Wikipédia m’a pas mal aidée, d’autant plus que je n’y connais pas grand-chose sur cette période de l’histoire. La scène de la nuit de la Saint-Barthélemy est effroyable. C’est un passage un peu difficile à lire. Le roi de Navarre échappe miraculeusement à un nombre incalculable de tentative d’assassinat de la part de sa belle-famille. Je dois dire que j’ai bien ri en lisant les montages que la reine Catherine a échafaudés afin de parvenir à ses fins. Les personnages sont bien décrits, Charles IX me faisait beaucoup de peine, il se retrouve dans une position trop lourde pour lui, la reine Catherine, quant à elle, est diabolique et ses autres fils ne valent guère mieux. Bizarrement, je n’ai pas trouvé que le personnage de Margot était le plus intéressant. Son histoire d’amour avec La Môle était presque fade dans cette histoire, et pour moi qui suis fleur bleue comme ce n’est pas permis, c’est dire. La vraie belle histoire dans ce roman, c’est l’amitié puissante entre La Môle et Coconas. Je n’ai pas pu m’empêcher de verser une petite larme à la fin. Je ne peux que vous le recommander chaudement, ça a été un véritable bonheur à lire.
 
J’ai vu dans la foulée l’adaptation qui en a été faite par Patrice Chéreau en 1994 avec Isabelle Adjani dans le rôle-titre, parmi une foule d’autres acteurs très talentueux. Les costumes sont magnifiques, les acteurs sont tous très bien avec une mention pour Catherine de Médicis qui est impeccable de froideur. La scène de la Saint-Bartélémy est tout aussi affreuse à voir qu’elle n’a été à lire, la musique de Goran Bregovic pour cette scène est géniale, et rajoute à l’horreur des images. Mais le film prend pas tout de même pas mal de libertés par rapport au livre qui est au final, comme bien souvent quand on adapte un roman, mille fois plus complet.
avatar
cookie610

Nombre de messages : 4696
Age : 27
Location : Lyon
Date d'inscription : 28/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alexandre DUMAS (France)

Message  cookie610 le Mar 21 Fév 2017 - 19:53

Pauline
 
Note : 4/5
 
Résumé : Alexandre Dumas croise plusieurs fois son ami Alfred de Nerval accompagné de Pauline mais celui-ci semble l’éviter. Pauline qui était autrefois resplendissante semble alors affaiblie, quasi mourante. Et en effet, quelques jours plus tard, Dumas découvre la tombe de cette fameuse Pauline. Encore plus tard, il recroise son ami qui se décide de lui raconter son histoire, et celle de la pauvre Pauline, qui sont étroitement liées.
 
Critique : J’ai beaucoup aimé cette lecture. Je ne dévoile pas grand-chose de l’intrigue pour vous laisser du suspense. Il s’agit d’un des tous premiers romans d’Alexandre Dumas. On est dans un style différent de ce que j’ai pu lire de lui, ce n’est pas un roman historique, ni de capes et d’épées. On est proche du courant du romantisme, mélangé avec un peu de roman gothique. Sur la forme, il s’agit de trois récits imbriqués les uns dans les autres : Dumas raconte l’histoire d’Alfred qui lui raconte l’histoire de Pauline. On s’y retrouve assez facilement dans l’ensemble mais parfois, on ne sait plus trop qui parle. Dès le premier chapitre, on sait que Pauline meurt puisque Dumas est sur sa tombe mais son histoire cache de nombreux retournements. L’histoire est un peu longue à commencer. Je n’ai réellement accroché que quand Pauline commence à raconter son histoire à Alfred. Mais une fois-là, je voulais connaitre le dénouement, le pourquoi du comment. Le comte de Beuzeval est un personnage bien mystérieux et son coté froid et imperturbable est assez déroutant. Bon, par contre, on ne tombe pas des nues quand on a la solution du mystère mais ce n’est pas l’essentiel du roman. Les personnages principaux sont bien fouillés, on se prend de suite d’affection pour la pauvre Pauline et son « frère » Alfred. Bref, j’ai vraiment beaucoup aimé ce livre. Il est d’ailleurs assez court donc si vous voulez vous lancer dans un roman de Dumas mais que vous avez peur de vous attaquer à un de ses pavés type Les trois mousquetaires ou Le comte de Monte-Cristo, celui-ci peut faire une excellente base de départ même s’il est assez différent des autres.
avatar
cookie610

Nombre de messages : 4696
Age : 27
Location : Lyon
Date d'inscription : 28/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alexandre DUMAS (France)

Message  Awara le Mar 21 Fév 2017 - 22:26

Jamais lu! A découvrir!

_________________
avatar
Awara

Nombre de messages : 3943
Age : 72
Location : PARIS
Date d'inscription : 03/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alexandre DUMAS (France)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum