Emmanuel B. DONGALA (Congo/Etats-Unis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Emmanuel B. DONGALA (Congo/Etats-Unis)

Message  Mousseline le Dim 23 Nov 2008 - 3:30

De : Shan_Ze (Message d'origine) Envoyé : 2006-03-24 10:56

Les petits garçons naissent aussi des étoiles de Emmanuel B. Dongala

L’histoire est peu commune : Matapari est un enfant oublié. En effet, sans qu’on s’y attende, il naît un jour après ses frères jumeaux. Sa naissance fait parler! Le cadet de triplés grandit aux côtés de ses frères, même s'il reste un peu en retrait et il raconte. Il raconte tout ce qu’il viot et pose un regard naïf puis lucide sur les personnes marquantes de son existence ; son père, son grand-père, son oncle... ainsi sur l'histoire de son pays, qui pourrait être le Congo. Sous couvert d’un humour féroce, Dongala dévoile un pays où les traditions et la modernité cotoient ainsi qu'une politique très dure… A lire absolument !

Note : 4.75/5
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Johnny Chien Méchant - Emmanuel Dongala

Message  Clochette le Mer 14 Jan 2009 - 14:54

L'histoire (4ème de couverture)

Congo, en ce moment même. Johnny, seize ans, vêtu de son treillis et de
son tee-shirt incrusté de bris de verre, armé jusqu'aux dents, habité
par le chien méchant qu'il veut devenir, vole, viole, pille et abat
tout ce qui croise sa route. Laokolé, seize' ans, poussant sa mère aux
jambes fracturées dans une brouette branlante, tâchant de s'inventer
l'avenir radieux que sa scolarité brillante lui promettait, s'efforce
de fuir sa ville livrée aux milices d'enfants soldats. Sous les
fenêtres des ambassades, des ONG, du Haut Commissariat pour les
réfugiés, et sous les yeux des télévisions occidentales, des
adolescents abreuvés d'imageries hollywoodiennes et d'information
travestie jouent à la guerre : les milices combattent des ennemis
baptisés « Tchétchènes », les chefs de guerre, très à cheval sur leurs
codes d'honneur, se font appeler « Rambo » ou « Giap » et s'entretuent
pour un poste de radio, une corbeille de fruits ou une parole de
travers.
Dans ce roman, qui met en scène des adolescents à
l'enfance abrégée, Emmanuel Dongala montre avec force comment, dans une Afrique
ravagée par des guerres absurdes, un peuple tente malgré tout de
survivre et de sauvegarder sa part d'humanité.

Mon avis :
Et bien encore une histoire sur l'Afrique pas très joyeuse, mais ça doit être le continent qui veut ça.

D'un côté, l'histoire de Johnny, 16 ans, qui de par son intelligence (il est si fier d'être allé jusqu'en CM1 !) s'est enrôlé chez les rebelles, pillant, tuant, violant sans aucun scrupule, au nom d'une guerre tribale qu'il ne comprend pas mais il a tant besoin d'être reconnu comme étant "quelqu'un". Il est à la fois si naïf et si cruel, que c'en est déconcertant !

De l'autre côté (ou plutôt en parallèle) Laoké, lycéenne de 16 ans, qui doit sauver à tout prix sa famille et qui bénéficie d'un instant de survie impressionnant, et qui veut surtout se construire un avenir qui pourra la sortir de ce pays.
Une guerre cruelle vue des deux fenêtres : les rebelles avec une nouvelle présidence en place qui ne pense qu'à s'enrichir et les réfugiés avec l'organisation de l'ONU et les moyens mis en oeuvre pour sauver les réfugiés, et toujours en toile de fond les médias qui ne nous montrent que ce qu'ils ont envie de montrer !
Dernière remarque : j'ai franchement beaucoup aimé l'écriture de Emmanuel Dongala, qui malgré la "dureté" du sujet, ne nous entraine à aucun moment dans le "pathos".

Je l'ai terminé il y a une quinzaine de jours, mais il m'est resté au fond du coeur. Ma note est donc de : 5/5 - 1er coup de coeur de l'année.

Emmanuel Boundzéki Dongala (1941- ) est un écrivain et chimiste congolais.
Emmanuel Dongala est aujourd'hui professeur de chimie à Simon's Rock College, dans le Massachussetts, et professeur de littérature africaine francophone à Bard College, dans l'état de New-York.
Depuis son exil new-yorkais, il s'inscrit dans le renouveau d'une
littérature africaine en pleine mutation, trouvant son inspiration dans
un monde bouleversé et essayant de déchiffrer ce qui se cache derrière
l'apparence des choses. Son écriture d'une grande efficacité puise
certainement ses qualités dans ses compétences de scientifique et dans
son intérêt sincère pour l’homme.
Né d'un père congolais et d'une mère centrafricaine, formé en France
et aux Etats-Unis avant de devenir professeur de chimie à Brazzaville,
Emmanuel Dongala a été le principal animateur du Théâtre de l'Eclair.
Il a vécu l'essentiel de son existence au Congo-Brazzaville,
jusqu'à son départ forcé au moment où, plongé dans des luttes
fratricides, son pays a basculé dans le chaos à la fin des années 1990.
En 1997, ce sont les Etats-Unis qui l'ont accueilli, lui ont offert un poste à l'université, grâce au
mouvement de solidarité organisé par ses amis, notammentl'écrivain Philip Roth. (source Wikipédia)

Pour les cinéphiles, ce roman vient d'être adapté au cinéma sous le titre "Johnny Mad Dog" et tourné avec de veritables enfants soldats.
avatar
Clochette

Nombre de messages : 2127
Age : 43
Location : Nantes Bretagne
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emmanuel B. DONGALA (Congo/Etats-Unis)

Message  Shan_Ze le Jeu 8 Sep 2011 - 18:32

Photo de groupe au bord du fleuve d'Emmanuel Dongala
(Actes sud, 333 pages)



Méréana est une casseuse de pierres. Avec ses compagnes de travail, elle aspire à une meilleure vie. Elle veut renégocier le prix du sac de pierres de dix mille à vingt mille francs. Mère de famille de deux grands garçons et mère adoptive de sa nièce, elle essaye tant bien que mal de vivre après sa rupture avec son ex-mari. Mais la négociation devient très vite un combat pour avoir ce qu'elles souhaitent...

Quelles histoires incroyables ! L'histoire de chacune de ces histoires fait monter l'indignation en moi. Et pourtant, c'est le quotidien de beaucoup de femmes en Afrique. La répudiation, l'excision, le déshéritage, le sida... L'auteur décide de montrer du doigt le comportement des hommes envers les femmes dans certains pays africains corrompus. Que ce soit par le biais des infos de la radio ou des histoires des femmes de chantier, on prend conscience de l'étendu des désastres...

J'ai aimé suivre le combat de ces femmes même si, par moments, je trouvais qu'elles s'en tenaient un peu trop à leur décision....Mais un excellent roman "documentaire" que je conseille fortement.

Note : 4.75/5
avatar
Shan_Ze
Admin

Nombre de messages : 7378
Age : 34
Location : Lyon/France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emmanuel B. DONGALA (Congo/Etats-Unis)

Message  Clochette le Sam 10 Déc 2011 - 12:26

Photo de groupe au bord du fleuve - Emmanuel Dongala
Actes Sud

Dans un pays d'Afrique de l'Ouest, Méréana est une jeune femme instruite, et malgré tout, elle casse des pierres au bord du fleuve pour pouvoir élever seule ses deux enfants. Comment en est-elle arrivée à cette situation ? Mariée précocement à un individu imbu de lui-même pour cause de grossesse imprévue , elle l'a quitté car celui-ci ne voulait pas se protéger pour des rapports sexuels. Méréana vient en effet de perdre sa soeur décédée du SIDA, suite aux infidélités de son époux, et elle craint qu'il ne lui arrive la même chose. Par ailleurs, elle rêve à une vie meilleure et a en projet de récolter un maximum d'argent pour ouvrir sa propre entreprise d'informatique. Un jour,elle apprend qu'un aéroport est en cours de construction et que les entreprises ont besoin de beaucoup de pierres. Elle décide donc, en accord avec ses "collègues", d'augmenter le prix de leur sac de pierres. Malheureusement pour elles, les entreprises sont loin d'agréer à cette hausse de prix et procèdent à un tabassage en règle des femmes qui ne peuvent se défendre qu'avec leurs pierres. L'affaire remonte en haut lieu (Chez la femme du président qui tient un rôle très important dans le pouvoir de l'état), où l'on tient à étouffer cette affaire dans l'oeuf avant la visite officielle des femmes des présidents africains et qui pourrait ternir l'image du pouvoir en place. Mais les femmes, qui ont désigné Méréa en tant que leur porte-parole, ne veulent pas se laisser corrompre et tiennent à défendre leurs droits....

Un très beau livre sur la condition de la femme africaine, qui fait encore froid dans le dos. C'est vrai, ce livre est difficile mais l'ensemble des personnages est attachant (on découvre l'histoire de chacune au travers de portraits) et force l'admiration par leur courage et par leurs volontés de faire appliquer leurs droits. Plusieurs thèmes abordés comme la corruption, les mariages forcés, le SIDA, l'inégalité entre les hommes et les femmes, qui sont encore considérés comme des "coutumes" dans ces pays. (La femme du président déconseillent aux soldats "soudards" de violer les femmes pour ne pas être contaminés par le SIDA !). J'aime décidément cet auteur qui sait décrire son pays, sans artifices mais sans misérabilisme, même si le constat est malheureusement triste. Un petit bémol cependant : la fin du roman que j'ai trouvé peut-être un peu trop "happy-end", même ça n'ôte pas grand chose aux qualités que j'ai trouvées à ce livre.

Ma note : 4.5/5
avatar
Clochette

Nombre de messages : 2127
Age : 43
Location : Nantes Bretagne
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emmanuel B. DONGALA (Congo/Etats-Unis)

Message  Mousseline le Sam 10 Déc 2011 - 12:51

Merci Clochette... tu me donnes une superbe idée de lecture parce qu'on projette d'aller en Afrique. Very Happy

_________________
Mousseline

Magasin général tome 2 : Serge de Loisel et Tripp et L'île des chasseurs d'oiseaux de Peter May



"Happiness is only real when shared." (Christopher McCandless)
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emmanuel B. DONGALA (Congo/Etats-Unis)

Message  Clochette le Sam 10 Déc 2011 - 18:33

C'est un continent que j'aimerais bien découvrir également. Certains livres, comme "Ebene" de Kapuscinsky m'avait vraiment envie de découvrir ces civilisations, mais je veux passer par le Canada d'abord. Very Happy
avatar
Clochette

Nombre de messages : 2127
Age : 43
Location : Nantes Bretagne
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emmanuel B. DONGALA (Congo/Etats-Unis)

Message  lalyre le Jeu 5 Jan 2017 - 17:15

Dongala Emmanuel  
     La sonate à Bridgetower   
  Actes Sud 4 janvier 2017
ISBN 978 2 330 07280 3                  

Quatrième de couverture
N’en déplaise à l’ingrate postérité, la célèbre Sonate à Kreutzer n’a pas été composée pour le violoniste Rodolphe Kreutzer, qui d’ailleurs ne l’a jamais interprétée, mais pour un jeune musicien tombé dans l’oubli. Comment celui-ci est devenu l’ami auquel Beethoven a dédié l’un de ses morceaux les plus virtuoses, voilà l’histoire qui est ici racontée.

Au début de l’année 1789 débarquent à Paris le violoniste prodige George Bridgetower, neuf ans, et son père, un Noir de la Barbade qui se fait passer pour un prince d’Abyssinie. Arrivant d’Autriche, où George a suivi l’enseignement de Haydn, ils sont venus chercher l’or et la gloire que devrait leur assurer le talent du garçon…

De Paris à Londres, puis Vienne, ce récit d’apprentissage aussi vivant qu’érudit confronte aux bouleversements politiques et sociaux – notamment la mise en cause de l’esclavage aux colonies et l’évolution de la condition des Noirs en Europe – les transformations majeures que vit le monde des idées, de la musique et des sciences, pour éclairer les paradoxes et les accomplissements du Siècle des lumières.
Mon avis
C’est le parcours de Georges Bridgetower, précoce violoniste virtuose qui s’est produit à l’âge de onze ans dans la salle du Panthéon à Paris en avril 1789, c’est aussi son voyage d’artiste à travers l’Europe de 1789 à 1803, cela sur fond de grande musique, d’Histoire et de rencontre avec beaucoup d’artistes réputés, car dans ce roman on est complètement dans le monde de l’art. Je peux en citer quelques-uns, Angelo Soliman, Alexandre Dumas, le chevalier de Saint-Georges, Lavoisier et bien sûr Bethoven et bien d’autres…Georges est un garçon sensible et intelligent, d’ailleurs Bethoven le qualifiait de la façon suivante ; c’est un virtuose très compétent qui possède une maitrise totale de son violon. Il est guidé par son père Frédérick de Augustus Bridgetower , prince d’Abyssinie, c’est en tous cas ce qu’il proclame pour avoir accès au monde de l’art, cet homme est rusé, joueur et ambitieux. La sonate à Bridgetower est un roman intéressant et passionnant, ce n’est pas vraiment une biographie car l’histoire se termine en 1803, ayant lu pendant mes recherches qu’il est mort en 1860. De nombreux problèmes se sont présentés lors de ses débuts car il était noir, de souche esclavagiste de la Barbade, il faut aussi dire que c’est une époque de grands bouleversements, Marie-Antoinette est guillotinée, les progrès scientifiques se font jour, le siècle des Lumières va vivre des changements, les salons littéraires s’établissent, principalement dans le faubourg Saint-Antoine, cependant tout ne sera pas rose car l’esclavage est aboli lors de la Révolution française alors qu’une décennie après Bonaparte le rétabli, plusieurs faits historiques sont effleurés dans ce roman d’ailleurs le racisme est très présent en citant comme exemple le cas du Chevalier de Saint-Georges. Heureusement la musique reste et traverse le monde et nous reste  quelques soient les événements de l’Histoire. Un gros coup de cœur en remerciement à Emmanuel Dongola qui a dû faire de nombreuses recherches pour nous écrire ce très beau roman. 5/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4155
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emmanuel B. DONGALA (Congo/Etats-Unis)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum