Sherwood ANDERSON (Etats-Unis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sherwood ANDERSON (Etats-Unis)

Message  Mousseline le Sam 22 Nov 2008 - 19:42


Sherwood Anderson est né en 1876 à Camden, dans l'Ohio. Il n'est pas seulement l'auteur célèbre de Winesburg, Ohio, mais aussi l'écrivain qui a ouvert la voie hier à Hemingway et Faulkner dans le domaine de la short story, aujourd'hui à un Jim Harrison. Ce "Tourgueniev américain" qui, directeur d'usine, décida de quitter son métier pour l'écriture, porte sur ses personnages un regard chargé d'une compassion tendre toujours teintée d'humour. Humaniste obstiné, Sherwood Anderson est aujourd'hui le plus immédiatement contemporain des pères fondateurs de la littérature américaine. "Un géant parmi les pygmées", disait de lui Faulkner. Sherwood Anderson a laissé une oeuvre diverse et importante : une trentaine de volumes où alternent romans, nouvelles, poèmes en prose, reportages et autobiographies très libres, publiés entre 1916 et 1941. Il est mort en 1941 au Panama.

Bibliographie

Windy McPherson's Son, (1916, roman)
Marching Men, (1917)
Winesburg, Ohio, (1919, roman)
Poor White, (1920, roman)
Triumph of the Egg, (1921, nouvelles)
Many Marriages, (1923, roman)
Horses and Men, (1923, nouvelles)
A Story-Teller's Story, (1924, roman)
Sherwood Anderson's Memoirs, (1924, mémoires)
An Exhibition of Paintings By Alfred H. Maurer, (1924, récit)
Dark Laughter, (1925, roman)
A Meeting South, (1925, roman)
Modern Writer, (1925, récit)
Tar: A Midwest Childhood, (1926, roman)
Sherwood Anderson's Notebook, (1926, mémoires)
Hello Towns, (1929, nouvelles)
Alice: The Lost Novel, (1929, roman)
Onto Being Published, (1930, non-fiction)
Beyond Desire, (1932, novel)
Death in the Woods, (1933, essai)
Puzzled America, (1935, essai)
Kit Brandon, (1936, novel)
Dreiser: A Biography, (1936, récit)
Winesburg and Others, (1937, pièce de théâtre)
Home Town, (1940, roman)
San Francisco at Christmas, (1940, mémoires)
Lives of Animals, (1966, roman)
Return to Winesburg, Ohio, (1967, essai)
The Memoirs of Sherwood Anderson, (1968, mémoires)
No Swank, (1970, roman)
Perhaps Women, (1970, roman)
The Buck Fever Papers, (1971, essai)
Ten Short Plays, (1972, pièce de théâtre)
Sherwood Anderson and Gertrude Stein: Correspondence and Personal Essays, (1972, essai)
Nearer the Grass Roots, (1976, roman)
The Writer at His Craft, (1978, récit)
Paul Rosenfeld: Voyager in the Arts, (1978, récit)
The Teller's Tale, (1982, roman)
Selected Letters: 1916 – 1933, (1984, lettres)
Writer's Diary: 1936 - 1941, (1987, mémoires)
Early Writings of Sherwood Anderson, (1989, nouvelles)
Love Letters to Eleanor Copenhaver Anderson, (1990, lettres)
The Selected Short Stories of Sherwood Anderson, (1995, nouvelles)
Southern Odyssey: Selected Writings By Sherwood Anderson, (1998, nouvelles)





Pauvre Blanc flower
(La Découverte, 2005, 293 pages)


Hugh McVey a grandit à la fin du dix-neuvième siècle dans l'endroit le plus minable qu'on puisse imaginer dans le Sud des Etats-Unis. A 14 ans, la femme du chef de gare le prend sous son aile, elle tente d'inculquer à ce grand adolescent dégingandé, gauche, nonchalant la façon de vivre de l'Est. A 19 ans, il quitte son patelin pour l'Est. Pendant quelques années, il se balade de ville en ville, d'un boulot à l'autre, Ohio, Indiana, Iowa, Illinois... Il se sent étranger partout et passe pour un demeuré. La solitude lui pèse, il a besoin d'amis mais ne sait pas comme s'y prendre pour entrer en relation avec les autres. A 23 ans il obtient un boulot de télégraphiste à Bidwell, une petite ville de l'Ohio en pleine expansion. A Bidwell comme partout dans le Nord des Etats-Unis l'industrialisation s'amène et s'apprête à changer le cours de la vie.

Pour meubler sa solitude, Hugh s'intéresse aux mathématiques et à la mécanique, il se lance dans les inventions. Un jeune entrepreneur en herbe, Steve Hunter, s'intéresse à Hugh et c'est le début de ce qui fera sa fortune. Mais n'empêche qu'Hugh a bien beau être célèbre maintenant c'est toujours aussi difficile pour lui les relations sociales surtout avec les femmes.

Ce livre écrit en 1920 c'est aussi et surtout l'histoire de l'industrialisation aux Etats-Unis avec les changements qui ont engendré un nouveau mode de vie. Les villages deviennent des villes. C'est la course aux brevets d'invention. La vie devient accélérée, tout le monde veut profiter de la manne qui tombe du ciel. Alors c'est un roman d'une grande richesse historique. Mais le sujet est tout à fait d'actualité, aujourd'hui ce n'est pas l'industrialisation mais la technologie qui change notre mode de vie. On s'interroge sur les retombées sociales et encore plus quand on a des enfants... qui n'a jamais dit : "Dans mon temps, on jouait dehors..."

De plus l'histoire est prenante. L'écriture n'a pas vieilli, un style dense, facile à lire. La psychologie des personnages est bien élaborée.

J'ai découvert cet auteur à travers mes autres lectures, par exemple Jim Harrison l'a cité dans certains de ses livres, mais pas seulement Jim Harrison. J'espère que j'aurai la chance de mettre la main sur d'autres de ses romans ou recueils de nouvelles car déjà que cela n'a pas été simple de trouver "Pauvre blanc".

Note : 4,5/5
(Mousseline)
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sherwood ANDERSON (Etats-Unis)

Message  géromino le Mar 30 Oct 2012 - 7:54

"Le triomphe de l'oeuf" éd Robert Laffont 'Pavillon poche' 2012 522 pages

Après avoir lu "La route au tabac" de Caldwell cet été (il faudra que je vous fasse un petit commentaire, au fait...), je cherchais des pistes de lecture au sujet des pauvres blancs (plus pauvres que les esclaves noirs; évoqués aussi dans "Jubilee" de M. Walker), appelés red necks aussi et je suis tombé sur le nom de Sherwood Anderson. J'ai donc acheté ce livre qui me tendait les bras, à l'Espace C.

Ce livre est un assemblage de 4 recueils existants: "Le triomphe de l'oeuf" (1921) - "Hommes et chevaux" (1923) - "La mort dans les bois" (1933) - "The Sherwood Anderson Reader" (posthume- 1947). Il regroupe vingt-neuf nouvelles, donnant un assez large aperçu de l'oeuvre. Cet écrivain, dont on dit qu'il a largement influencé Faulkner, Steinbeck et Hemingway, décrit les bouleversements sociaux de la fin du XIXe et du début du XXe. Avec justesse, il peint une multitude de portraits parmi les gens du peuple: citadins, ouvriers, paysans, artistes, etc... Ces histoires sont celles du quotidien pour des gens sans envergure ou ambition, des gens simples, anonymes, mais dont l'existence retient l'attention d'Anderson et qu'il va dépeindre avec beaucoup d'humanité et de sensibilité.

Un des récits qui me restent en mémoire est "La mort dans les bois", où une pauvre femme s'échine à trouver à manger pour son fils et son mari, tandis que ceux-ci ne pensent qu'à s'ennivrer. Terrible et tragique récit. Tous ne sont pas aussi triste ni émouvant, mais tous sont parfaitement réalistes et rendent compte de la vie ordinaire, une réalité crue -cruelle aussi- dans une société américaine à cheval sur deux mondes: l'industrie déferlante, mécanisée, déshumanisante, annonce l'expansion des villes et remet en question le mode de vie traditionnel des campagnes, sonnant le glas d'un système rural qui s'effondre. Toutes les nouvelles ne se valent pas; certaines plutôt ennuyeuses, d'autres passionnantes. Pas de critique ni de morale; Anderson raconte ce qu'il ressent, avec humour ou légèreté, compassion ou ironie parfois, gravité et émotion souvent.

..."Bon sang! Quelle existence! Et puis travailler dans une telle ville! Un chien ne le supporterait pas! Voilà en plus qu'il vont nous supprimer l'alcool!"... (Bouteilles de lait)

De ma recherche initiale sur ces "red necks", je n'ai guère trouvé qu'un récit parlant de ces fermiers pauvres et miséreux: "Les montagnards" et ça me rappelait une scène du film "Délivrance" (quand les citadins rencontrent les villageois; s'ensuit le morceau de guitare/banjo). Mais j'ai découvert un auteur et sa richesse d'écriture.

Note: 4.5/5

_________________
                                                                                                                                                                              

Challenge "Book around the States":  17/50
avatar
géromino

Nombre de messages : 2693
Age : 53
Location : Finistère, FRANCE
Date d'inscription : 07/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sherwood ANDERSON (Etats-Unis)

Message  Mousseline le Mar 30 Oct 2012 - 12:44

Merci beaucoup pour ta critique.

J'aimerais bien le lire ce livre.

_________________
Mousseline

Magasin général tome 2 : Serge de Loisel et Tripp et L'île des chasseurs d'oiseaux de Peter May



"Happiness is only real when shared." (Christopher McCandless)
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sherwood ANDERSON (Etats-Unis)

Message  Awara le Mar 30 Oct 2012 - 21:48

Je le note!

_________________
avatar
Awara

Nombre de messages : 3848
Age : 72
Location : PARIS
Date d'inscription : 03/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sherwood ANDERSON (Etats-Unis)

Message  wenesday le Lun 25 Fév 2013 - 16:28

Pauvre blanc.
Très bien résumé par Mousseline.
Commentaire: la question du progrès et du bonheur est très bien posée. Je ne le noterai car je crois que cette lecture a souffert d'avoir été effectuée dans les transports en commun. Il faudra, à l' occasion que je prenne le temps de le relire car c'est une chouette découverte!
avatar
wenesday

Nombre de messages : 261
Age : 47
Location : paris
Date d'inscription : 13/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sherwood ANDERSON (Etats-Unis)

Message  géromino le Dim 15 Sep 2013 - 18:11

"Pauvre blanc" éd Le Livre de Poche 2013 403 pages

Hugh Mc Vey est issu d'une famille de "pauvre blanc". Plus pauvres que des esclaves, ce sont des paysans qui ne parviennent pas à tirer profit de la terre ingrate qu'ils exploitent et qui n'ont aucune volonté de vouloir s'extraire de leur condition misérable. Une belle illustration (satirique à souhait!) en est "La route au tabac" de Caldwell.
Enfant, Hugh est recueilli et élevé par les Shepard, dans une petite ville du Missouri. Mme Shepard, une brave femme, va lui inculquer les rudiments d'une bonne éducation, afin de lui faire oublier ses "penchants à la rêverie et à l'oisiveté". Après plusieurs années d'errance, il décroche un emploi de télégraphiste à la gare de Bidwell, dans l'Ohio. D'un naturel effacé et timide, il se tient à l'écart des villageois. Dans ses moments de solitude, il travaille à créer des machines qui, pense-t-il, pourraient alléger le dur labeur des paysans.
Dans l'est des Etats-Unis, la révolution industrielle est en plein essor et Bidwell n'échappe pas au ras de marée qui submerge la région. Grâce à ses inventions, Hugh devient un personnage important. Dans la bourgade désormais en effervescence, des usines se construisent, des ouvriers affluent. De paisible et conviviale, Bidwell devient une ville méconnaissable où s'entre-déchirent des villageois devenus hommes d'affaires, avides de pouvoir et d'argent.

Chronique d'une époque en même temps que tableau de moeurs, Sherwood Anderson exprime avec réalisme et psychologie le bouleversement qu'a subi l'est des USA en cette fin de XIXe, début XXe. Quand il s'attarde à nous présenter ses personnages, c'est à chaque fois un pan de la société qu'Anderson nous raconte et cette vision qu'il en donne, au cours de la lecture apparait dans une saisissante clarté. Une question, qu'on sent se concrétiser au fil des pages, reste en suspens tout le long: le progrès peut-il vraiment nous apporter le bonheur...? Question qui a encore tout son sens aujourd'hui.

Note: 4.5/5

_________________
                                                                                                                                                                              

Challenge "Book around the States":  17/50
avatar
géromino

Nombre de messages : 2693
Age : 53
Location : Finistère, FRANCE
Date d'inscription : 07/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sherwood ANDERSON (Etats-Unis)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum