John Maxwell COETZEE: Élizabeth Costello - Huit leçons de J.M. Coetzee

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

John Maxwell COETZEE: Élizabeth Costello - Huit leçons de J.M. Coetzee

Message  Prospéryne le Sam 22 Nov 2008 - 14:09

De : Alexis_le_Yo_786 Envoyé : 2005-05-12 07:22
Elizabeth Costello - Huit leçons de J.M. Coetzee

Dans ce roman, nous découvrons peu à peu la vie d’Elizabeth Costello, romancière australienne vieillissante fictive, à travers huit discours officiels.

Je ne sais qu’en penser. D’une part, j’ai trouvé certains discours très intéressants, notamment ceux sur le roman en Afrique (curieusement, ce n’était pas un discours d’Elizabeth Costello, mais d’un confrère africain) et sur le problème du mal. Ils m’ont fait découvrir de nouvelles perspectives et ils m’ont littéralement transporté.

D’autre part, j’aurais tellement aimé découvrir en profondeur la vie, les démons, les angoisses d’Elizabeth Costello qui, d’un premier abord, pourrait nous paraître hautaine et fort détestable. Mais elle est, au fond, très humaine, et elle m‘a même semblé quelque peu malheureuse. L’auteur nous l’expose seulement en surface, froidement, il nous faut quasiment deviner ce qu’elle ressent. Lorsque nous réussissons à pénétrer quelque peu l’intimité d’Elizabeth Costello, l’auteur nous en ressort aussitôt et, finalement, nous terminons le livre en ne sachant pas qui est vraiment Elizabeth Costello, ce qu’elle a vraiment vécu et si ses opinions contestés reflètent réellement ce qu‘elle pense. Autant de questions demeurent sans réponses, ce qui est vraiment dommage.

Et la fin!! Je suis extrêmement déçu de cette fin qui m’a, finalement, laissé un goût amer de ce roman qui était, somme toute, bien réussi, autant au niveau des interprétations personnelles d’Elizabeth Costello que du rythme. Elle m’est parue morne, sans saveur, et, à la fois, considérablement ridicule. Je ne suis pas tout à fait certain de l’avoir bien comprise, d‘avoir compris ce que l‘auteur voulait nous exposer, pour conclure. Je me demande même si elle était supposée avoir un sens. C’est, encore une fois, vraiment dommage, car ce roman aurait pu devenir, en quelque sorte, un classique.

Éditions Seuil, 309 pages

3/5


De : ºAka§haº Envoyé : 2005-05-13 16:07
Elisabeth Costello : huit leçons
Éditions du seuil
309 p.
Alexis, a déjà résumé ce volume alors j'enchaîne avec ma critique.

Ma critique: Décidement, je n'aime pas du tout cet auteur! Je n'ai pas embarqué du tout dans l'histoire. Quand je lis un livre j'aime avoir les réponses à toutes mes questions. Ce n'est vraiment pas de cas ici. Je dois avouer l'avoir lu en diagonal parce que je voulais m'en débarasser J'ai trouvé l'histoire stagnante, morne et sans "punch" qui pouvait m'accrocher. Je n'avais pas du tout envie de connaître l'histoire de cette écrivaine! Alors voilà, je ne m'éternise pas plus longtemps sur cette critique. Je crois que tout le monde à saisi

Ma note: 2/5

Akasha
avatar
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 34
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum