Jean-Bertrand PONTALIS (France)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jean-Bertrand PONTALIS (France)

Message  Louvaluna le Jeu 20 Nov 2008 - 20:49

De : Sahkti1 (Message d'origine) Envoyé : 07/06/2006 11:04

Jean-Bertrand PONTALIS, Fenêtres

Multiples fenêtres ouvertes vers l'infini, vers nulle part aussi. Pontalis part de bribes de conversations, de pensées, de mots chers à son esprit, de confidences de patients... pour ébaucher un recueil d'impressions et de sensations. Un lexique cher à son coeur, comme il l'explique. Un mot, simple et solitaire, qui donne naissance à une évasion vers un horizon invisible à l'oeil nu. Un échange avec un ami et voilà Pontalis perdu dans une rêverie sur le sens de la vie ou la signification de certains éléments de notre quotidien.
Loin d'être assommante, cette divagation permanente ouvre de nombreuses portes à la réflexion et la méditation. Nous ne sommes pas dans le domaine de la théorie, mais dans celui de l'expérimentation, un brin teintée d'analyse. Le langage de Pontalis est accessible et très proche, de nombreuses identifications sont permises et la faible taille des textes donnent à chacun de ceux-ci une saveur qui demeure longtemps à l'esprit. J'ai particulièrement apprécié la douceur qui émane de ces mots.

Un extrait:
"Elle ne comprend pas que disparaître lui soit impossible. Elle comprend d'autant moins que tous les gens qu'elle connaît ont le pouvoir d'apparaître en s'approchant d'elle et de disparaître très facilement lorsqu'ils sont absents. Elle seule n'arrive pas à disparaître. Où qu'elle soit, elle est toujours avec elle-même, ce qui la désespère et la décourage à un point que personne ne peut imaginer." (page 42)

Ma note: 4/5



De : Sahkti1 Envoyé : 07/06/2006 11:05

Jean-Bertrand PONTALIS, Le dormeur éveillé

Tout commence avec une peinture de Piero della Francesca, qui représente le sommeil de l'empereur Constantin la veille d'une importante bataille. A côté de la couche de l'empereur se tient un jeune homme vêtu de blanc, serviteur veillant son maître tout en s'abandonnant à une certaine rêverie subtilement saisie par le peintre. Ces pensées, Pontalis les imagine et les devine. Il se glisse dans la peau du rêveur, fait siens ses rêves avant de glisser ses propres songes à travers une multitude de courts textes évoquant ses auteurs favoris, ses objets fétiches ou les batailles que lui-même doit livrer. L'écriture est délicate, presque intime, touchant du bout de la plume les repères essentiels chers à Pontalis, ceux qui ont donné naissance à ce qu'il est, pense et voit. Portrait à peine voilé d'un être qui se donne à découvrir au lecteur, sans voyeurisme aucun, avec une pudeur belle et attachante. Les mots se font silences, les vides se chargent de sens, c'est flou et précis à la fois. Et c'est très beau, vraiment.
A souligner également la grande qualité éditoriale de cette collection!

Ma note: 4/5

Louvaluna

Nombre de messages : 1131
Location : France (Est)
Date d'inscription : 28/10/2008

http://biblioscopie.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Bertrand PONTALIS (France)

Message  Réaliste-romantique le Lun 3 Oct 2016 - 19:22

Un homme disparaît

Le narrateur croise presque quotidiennement un homme dans son quartier : à l’arrêt d’autobus, au comptoir du café, chez le marchand de journaux. Il ne lui adresse jamais la parole, mais sent une connivence. Soudainement, il ne voit plus cet homme et s’inquiète, mais comment contacter ou enquêter sur un inconnu? Le narrateur invente donc la vie de cet homme, enfance, adolescence et vie adulte, et en devient l’ami de cet autre inventé.
 
Au début, j’ai trouvé étrange ce récit à l’écriture classique. Mais ensuite j’ai apprécié le ton nostalgique du passé raconté et je me suis pris à ce faux jeu de fausse piste : rien n’est vrai dans le récit, car le narrateur invente le passé de cet homme, sauf que le narrateur est (probablement) aussi un personnage de fiction, donc le récit n’est pas plus « faux » que n’importe quel livre que je lis. Vers la fin, l’auteur prise aussi son cadre et fait déborder le récit d’un simple passé inventé.
    
4/5

Réaliste-romantique

_________________
Lectures en cours :  Le Côté de Guermantes (Marcel Proust), Le bon frère (C. O.), Longue marche suite et fin (B. Ollivier),

Commentaire en attente :

Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1704
Age : 41
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum