Joann SFAR

Aller en bas

Joann SFAR

Message  Shan_Ze le Jeu 20 Nov 2008 - 19:48

De : Laetitia-Anne Envoyé : 16/12/2003 09:42

Oui, je connais, et je ne peux que te conseiller de lire Le chat du rabbin, 3 tomes parus actuellement.
L'histoire : Le rabbin a une fille, d'une beauté divine, un chat et un perroquet. Le perroquet embête tout le monde avec ses cris. Le chat le mange, et se retrouve doué de la parole. Mais voilà : depuis qu'il parle, le rabbin ne veut plus que le chat fréquente sa fille, pour ne pas lui mettre de mauvaises idées dans la tête. Alors le chat demande à devenir un bon juif, et à faire sa bar mitzvah...
Les descriptions de l'Algérie juive, les discussions entre le rabbin et son chat, le rabbin, son maître et son chat, le regard du chat sur les disciples du rabbin sont pleins d'humour, de tendresse, un gros coup de coeur

(4,5/5, sans hésiter)


Joann Sfar participe aussi à la série "Donjon", très aimée des jeunes (donjon parade, donjon potron-minet, donjon crépuscule... des histoires de monstres assez désolpilantes)

Il est l'auteur de plein d'albums, jeunesse ou adultes, et même s'ouvrages de philo.
avatar
Shan_Ze
Admin

Nombre de messages : 7744
Age : 35
Location : Lyon/France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joann SFAR

Message  Shan_Ze le Jeu 20 Nov 2008 - 19:49

De : cuné Envoyé : 09/06/2005 09:34

Le chat du rabbin
Tome 1. La Bar-Mitsva

Poisson Pilote 48 p.

Le chat du rabbin est un sacré numéro. Sa vie se déroule entre son maître et sa fille, sa préférée, qui est belle comme le jour et sort très peu. Un perroquet vient un peu gâcher l'ambiance à la maison de par ses cris incessants, alors un jour, le chat l'avale, et se retrouve doué de parole. Là commencent ces dialogues innénarables, remplis d'humour, de causticité, et de vérités, en fait.

Un exemple :
L'occidental veut résoudre le monde. Faire de l'un avec du multiple. C'est un leurre, me dit le rabbin.
- Oui, mais enfin, maître, est-ce que le judaïsme lui aussi ne cherche pas à faire de l'un avec du multiple ?
- Oui, mais pas de la même manière.
Le logos, c'est thèse, antithèse, synthèse. Alors que le judaïsme, c'est thèse, antithèse, antithèse, antithèse...

Ajoutez à cela des dessins et des couleurs très attirants, et vous avez tous les ingrédients pour passer un très bon moment !

4,5/5
avatar
Shan_Ze
Admin

Nombre de messages : 7744
Age : 35
Location : Lyon/France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joann SFAR

Message  Shan_Ze le Jeu 20 Nov 2008 - 19:53

De : Papiillon_vole Envoyé : 27/06/2005 00:05

Le chat du rabbin de Joann Sfar
1-La Bar-Mitsva

Dargaud – 2002 – 48 pages.

Le rabbin a une fille, très belle, qui a un chat. Le rabbin a aussi un perroquet qui agace toute la maisonnée avec ses jacasseries incessantes. Alors, un jour, le chat mange le perroquet et au même moment il acquiert la parole. Et avec la parole viennent d'abord les mensonges (« non, je n'ai pas mangé le perroquet »), puis les questions (« suis-je un chat juif ? ». Le chat devient un chat raisonneur et veut faire sa bar-mitsva. Le rabbin entreprend alors son éducation religieuse, culturelle et philosophique.

Ce livre est un petit bonheur. Ce chat est très intelligent et développe très vite une passion typiquement juive pour la dialectique. Bien sûr, c'est très drôle et je trouve que c'est une idée géniale d'utiliser un animal pour faire découvrir au lecteur la culture juive. Au début, j'ai été un peu gênée par le graphisme de Joann Sfar. Son chat a quand même une drôle de tête et ressemble tantôt à un renard, tantôt à un lapin et une fois même à un serpent.. Mais très vite je me suis habituée à ses dessins et j'ai constaté que chaque image est comme un petit tableau. Les scènes d'extérieur notamment fourmillent de détails et de petits personnages qui ont le mérite d'ancrer l'histoire dans la réalité d'une ville arabe.

Ma note : 4,5 / 5
avatar
Shan_Ze
Admin

Nombre de messages : 7744
Age : 35
Location : Lyon/France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

La fille du professeur

Message  doriane99 le Ven 23 Jan 2009 - 16:35

Encore une "critique" de ma fille : si j'ai lu moi aussi la BD je suis nettement moins enthousiaste qu'elle et ne lui donnerai qu'un 2,5/5
Les dessins m'ont bien plu mais l'histoire de fond ne m'emballe pas (excepté la chute)

Titre : La fille du professeur
Auteur : Sfar
Illustrateur : Guibert
Editeur : Dupuis , octobre 1997
Collection : humour libre
Prix : René Coscinny 1998 ; coup de coeur festival d'Angoulème 1998

coeur Résumé : coeur

Un professeur découvre une momie nomée Imhotep IV. La momie tombe amoureuse de la fille du professeur, mais ils ont un petit problème qui est que trente siècles les séparent.Mais ils arrivent quand -même à se marier et à faire des enfants.

Ma note : J'ai bien aimé ce livre qui est totalement adapté autant aux petits qu'aux grands; Les images est la chose qui m'a le plus plu dans le livre. Le livre est magnifique pour la lecture mais aussis mais aussis pour les images.Je lui donnerais 4,5/5.

Doriane (gare à celui qui se trompe) Suspect cherry






[/left][/center]
avatar
doriane99

Nombre de messages : 643
Age : 49
Location : Savigny Sur Orge (France)
Date d'inscription : 25/10/2008

http://lepotinoirdedoriane.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joann SFAR

Message  Bernard le Mer 6 Juin 2018 - 12:40




ASPIRINE


Joann Sfar


Edition Rue de Sèvres ‘ 2018 – 140 pages


Note de l’éditeur :


Aspirine, étudiante en philosophie à la Sorbonne a la rage, elle ne supporte plus de revivre sans cesse les mêmes épisodes de sa vie pourrie. Et ça fait 300 ans que ça dure car Aspirine est vampire, coincée dans son état d’adolescente de 17 ans. Elle partage un appartement avec sa soeur Josacine, heureuse et sublime jeune femme de 23 ans, qui elle au moins, a eu l’avantage de devenir vampire au bon âge. En perpétuelle crise d’adolescence, elle passe ses nerfs sur son prof, sa soeur et tous les hommes «relous » qui croisent sa route. Assoiffée de sang, elle n’hésite pas à les dévorer (au sens propre) ou les dépecer. C’est même devenu un rituel avec les amants que sa jolie grande soeur collectionne. Malgré tout, elle attise la curiosité d’Ydgor ado attardé, un étudiant de type « no-life » : vaguement gothique, légèrement bigleux et mal peigné… avec comme kiff dans la vie, le fantastique et la légende de Cthulhu… Il rêve de vivre un truc magique, d’un destin exceptionnel et a compris qu’Aspirine est une vampire. Pour acquérir le privilège de pouvoir l’accompagner, il s’engage à garder le secret et à devenir son serviteur… son esclave. Parviendra-t-il à gagner sa confiance voire même son amitié ? Arrivera-t-il à la calmer de ses pulsions mortifères ? Au final, lequel sera le plus enragé des deux ?



Mon avis :


Bon, ben, voilà un mot de l’éditeur, maouss costaud, comme s’il ne croyait pas vraiment à ce livre, écrit pourtant par un maître, sinon il aurait fait plus court. Est-ce pour cacher la misère ?
Ce n’est pas le fait que ce soit un ouvrage sur les vampires, non, on connaît.
Ni le fait que je ne comprenne pas tous les mots, j’ai cherché dans le dictionnaire, c’est un vocabulaire actuel, oui.
Ni les dessins qui sont du plus pur style Sfar, genre maladie de Parkinson, sans méchanceté.
Ni les négations non faites par-ci, par-là, quoique.
Ou le climat glauque dans lequel évoluent les personnages, entretenu pour faire genre ?
Ni le nom fluidifiant d’Aspirine pour une vampire avec une croix de vie « Ankh » égyptienne, symbole d’éternité, ni la sœur Josacine, médoc maudit, ni, Yidgor, (appelé Ydgor par l’éditeur ci-dessus), nom du jeune étudiant amoureux, ce serait rigolo, enfin peut-être.
Non, je me suis ennuyé dans cette lecture, lente, longue, poussiéreuse, dépassée par d’autres vampirisateurs plus saignants et loin, bien loin du « Chat du rabbin » référence de Sfar.
Je me faisais la remarque à moi même (si, si, je me parle) que je n’arrivais pas à entrer dans ce roman graphique, sans raison, pourtant ce n’était pas faute d’essayer ; lire lentement, bien regarder les vignettes, lire le texte. Non, rien n’y faisait. Finir et abdiquer.


J’ai été choqué par le climat malsain qui rôde dans ce bouquin, par des mots qui dépassent l’auteur et, certainement des actes qui frôlent le macabre sadique, à moins que ce soit sciemment ce qui serait pire.
Peut-être ne suis plus de mon temps, pourtant j’essaie… ?
Allez, Joann, tu peux largement mieux faire.


1/5 (pour encourager J.Sfar)





p { margin-bottom: 0.25cm; line-height: 120%; }
avatar
Bernard

Nombre de messages : 3599
Age : 73
Location : 94160 Saint-Mandé
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joann SFAR

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum