André-Marcel ADAMEK (Belgique)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

André-Marcel ADAMEK (Belgique)

Message  gallo le Jeu 20 Nov 2008 - 16:51

De : lalyre7032 (Message d'origine) Envoyé : 17/03/2005 16:04

Le maître des jardins noirs - André-Marcel Adamek

C'est l'histoire de deux couples d'âge diffèrent qui vivent dans un coin reculé à
la campagne.Il y a Quentin et Anaîs et leurs trois enfants
qui viennent d'emmènager dans leur nouvelle demeure qui prend l'eau de partout.L'autre couple dont M.Simon observant tous les faits et gestes de
Anaîs et sa femme qui n'est pas dupe de son soudain intêrêt pour les fenêtres qui donne sur la façade des nouveaux venus.Une légende influencera leurs rapports ,celle des jardins noirs,qui seraient les ruines d'un village rasé lors d'une épidémie de peste au XVlllème siècle et infesté de vipères.Une des originilaté de ce livre tient en sa présentation car de chapitre en chapitre,le narrateur est alternativement Anaîs ou M.Simon ce qui donne deux regards
et deux perceptions sur un même évènement.
J'ai aimé ce livre qui exprime beaucoup de poésie dans la ruralité et un certain
regard porté sur l'âme humaine.
4,9/5
Lalyre

De : Mousseliine Envoyé : 13/04/2007 05:20

André-Marcel ADAMEK: La fête interdite(Labor/poche, 2005, 238 pages)

Les gens de Marselane attendent impatiemment la Saint-Luc, cette fête souligne la rentrée des récoltes et pour l'occasion les saltimbanques viennent se produire au village : acrobates, jongleurs, la femme-serpent, la femme-léopard, le dompteur de tigres... Le dompteur d'ours, Salim, se présente au village une semaine avant le reste de la troupe avec la belle Farah. Salim meurt subitement lors d'une représentation. Son ours s'en prend à deux villageois qui venaient porter secours au saltimbanque. Farah qui a passé la nuit chez son amant le forgeron voit la scène de la fenêtre et croit à tort que les gens du village ont abattu Salim et l'ours. Elle s'enfuit de peur de subir le même sort et pour prévenir son compagnons. Les artistes ne se présenteront pas à la fête et vont même maudire Marselane et ses habitants. Les villageois sont très malheureux de la situation et chargent deux des leurs, Alban et Lauric, de régler le malentendu avec les gitans. La route sera longue et semée d'embûches pour Alban et Lauric...

On ne sait pas trop si l'auteur s'est basé sur un fait historique ou plutôt s'il a tout inventé, si c'est le cas il a de l'imagination à revendre André-Marcel Adamek. Je suis toujours heureuse de découvrir des auteurs qui savent encore raconter une histoire. Tout est plausible mais en même temps on a l'impression d'être dans un autre univers. Marselane semble être un nom fictif de village (j'ai fait une recherche sur google), on n'a aucune idée de l'époque où se situe les événements alors tout ça ajoute au mystère. Par moments, on n'y croit pas trop à son histoire et puis on y croit car pourquoi pas. En fait tu ne peux pas t'empêcher d'y croire car c'est trop bien raconté et puis il y va de quelques exagérations pour revenir dans le domaine du possible. Bref André-Marcel Adamek se joue des lecteurs, il a dû avoir énormément de plaisir à écrire ce roman.

L'écriture est très jolie surtout les dialogues. Je ne connais pas le parler de la Belgique mais je crois que l'auteur emploie du vocabulaire et des tournures de phrases qui datent et ça cadre parfaitement avec l'histoire. Absolument charmant.

"Ayant rempli les trois gobelets, elle glisse la main sous la table, frôle la cuisse du forgeron, remonte avec lenteur vers l'aîne. Son geste se fige tout à coup quand elle effleure les livres d'argent entassés sous le pourpoint. Trompée sur la nature des bourses, Lydine se met à pâlir, puis à rougir comme langouste à la nage. Jamais elle n'a senti sous ses doigts pareil armement de mâle, et si l'organe est en proportion de la garniture, elle imagine qu'il doit atteindre à son zénith une bonne coudée de long."

J'ai beaucoup aimé, c'est rafraîchissant, très différent de mes lectures habituelles. Malheureusement André-Marcel Adamek semble peu connu, c'est souvent le lot des auteurs francophones qui ne sont pas publiés par les grosses maisons d'éditions telles que Gallimard, Le Seuil, Grasset...

En tout cas tant mieux pour moi et tant pis pour Gallimard... Une très belle découverte, une lecture bonheur. Un auteur que je vais certainement relire et que je vous suggère certainement parce que je sais que vous aurez bien du plaisir à le lire.

Note : 4.25/5
(Mousseline)
--------------------------------------------------------------------------------

Né en 1946 en Belgique, André-Marcel Adamek a accompli différents métiers en parallèle de celui d'écrivain : nègre, imprimeur, éditeur. Ses romans ont remporté de nombreux prix et ont été largement traduits: Le Fusil à pétales (prix Rossel, 1974), Un imbécile au soleil (prix jean Macé, 1984), La Fête interdite, Le Plus Grand Sous-Marin du monde (Prix du Parlement de la Communauté française, 2000), Retour au village d'hiver et La Grande Nuit.
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: André-Marcel ADAMEK (Belgique)

Message  lalyre le Mer 20 Fév 2013 - 17:24

La Grande Nuit
André-Marcel Adamek
Ed.Espace Nord février 2013
239 pages

Quatrième de couverture
Le Château rouge est une grotte souterraine qui vient d'être ouverte au public. Lors d'une visite, un séisme violent emporte les passerelles et les galeries s'effondrent. Seules deux personnes survivent à la catastrophe : Anton Malek, un spécialiste du comportement animalier, et Marie, une vieille dame venue de Bruges. Les rescapés attendent en vain du secours, mais aucun signe de vie ne parvient de la surface.

Mon avis
En Belgique, l’histoire commence au cœur de la terre, un chaos, il y avait une grotte, il n’y en a plus. La grande nuit s’est répandue sur la terre, un monde ravagé, la cause, on l’a devine, une explosion nucléaire…Il n’y a plus rien, ni animaux, oiseaux ou végétaux, tout est brûlé et pourtant Malek, seul rescapé du groupe de touristes, parvient à sortir des éboulements. Quelques autres personnes sont encore en vie, dont deux étranges jeunes femmes nommées Fa et Mi, deux hommes et une femme, des militaires en voiture blindée, Laury et Colas, des hommes ordinaires et Tinou, une petite fille, sans oublier le chien Gris nez qui n’a plus un seul poil sur lui. D’ailleurs certains rescapés perdent leurs cheveux et leur peau se desquame, des gens qui vont finir par se rencontrer et dont le but est de partir vers la mer. Mais comment vont-ils survivre car tout est contaminé, il y a bien des conserves et des boissons trouvés dans les maisons en ruine !! Un roman d’anticipation ou il n’est pas du tout question de bons sentiments mais de mesquineries, jalousie et haine qui se font jour, chacun luttant pour sa survie et cependant l’on aurait pu croire que les survivants pourrait reconstruire une société ou une communauté et s’installer…. Bien que je ne soit pas fan de roman d’anticipation, j’ai apprécié cette lecture et je pense que l’auteur a bien rythmé l’histoire pleine de surprises pour nous conduire jusqu’à la fin avec curiosité. 4/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4246
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum