Michel RAGON (France)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Michel RAGON (France)

Message  Lacazavent le Jeu 20 Nov 2008 - 10:50

De :lalyre7032 Envoyé : 08/05/2005 16:32
Michel Ragon - Les mouchoirs rouges de Cholet

En 1796, dans un village vendéen ravagé par les Colonnes Infernales, une poignée de survivants recommence l'histoire du monde. Ces villageois vivent intensément des mythes qui les dépassent, avec leurs coutumes étranges,leur vieux curé un peu sorcier. Ces hommes qui se disent avec crânerie "brigands et aristocrates" vivent une aventure où le tragique se mêle au sordide et l'espoir à la frustration. Et c'est peu à peu la résurrection de toute une paroisse, l'épopée du monde chouan que, même après le génocide de 1793, l'Histoire ne se lasse pas de persécuter - répression ponctuée d'événements sensationnels comme en 1808 la désopilante et véridique visite de Napoléon .

Roman historique qui dresse avec précision un tableau foisonnant de la vie rurale d'autrefois, une belle histoire émouvante et drôle, riche en rebondissements et péripéties.

J'ai beaucoup aimé,l'ai lu très vite car prise dans l'histoire et difficile de quitter

Lalyre 4,7/5



De : gallomaniac Envoyé : 20/11/2006 22:59
Michel RAGON- Histoire de la littérature proletarienne en France

Autour du livre du mois de decembre
Littérature ouvrière, littérature paysanne, littérature d'expression populaire.
Albin Michel, 1974, 315 pg. Ma note 5/5

Dans ce mois voué à Claire Etcherelli, j'ai repris en main ce livre bien documenté de Michel Ragon avec des desseins et des photos et j'en fais un petit résumé.
Du "Roman de Renard" et de Villlon, par les textes des compagnons du Tour de France (avec Rousseau en marge de la noblesse), on arrive vite au 19ème siècle où ce n'est encore que la noblesse qui écrit sur le peuple, exception fait pour Michelet, fils d'imprimeur et composteur de textes d'imprimerie (donc avec une jambe dans le monde des lettres et très vite deux).
Et une seule femme: George Sand avec ces romans champêtres et ses romans sur des ouvriers: "Le compagnon du tour de France"" et "La Ville noire". D'ailleurs pendant l'époque romantique, surtout entre 1838 et 1848, la littérature ouvrière fleurit.

Mais après 1870 la littérature s'embourgeoise et les génies Jules Vallès et Léon Bloy sont marginalisés. Dès 1900 il y a une nouvelle poussé d'auteurs sorti du peuple: Charles Péguy, Lucien Jean, Emile Guillaumin, Jean-Louis Philppe, la tendre couturière Marguérite Audoux. Et Pierre Hamp (1876-1962), qui à partir de 1908 va être "l'écrivain du travail". Très vite, à coté d'eux, vient la vague du populisme.
Mais attention, le populisme, avec son argot et son tendence à la médiocrité, n'est qu'un à coté de la littérature prolétarienne, qui elle, introduit "le fait nouveau en littérature, c'est que des ouvriers écrivent, se peignent eux-même, alors que, jusqu'`a présent, l'écriture avait été l'apanage d'intellectuels".

Après l'interruption de la guerre de 14-18, qui a couté la vie à un grand nombre de jeunes auteurs, et après un temps de littérature de guerre, la littérature proletarienne s'élargit et en parti se confond avec le communisme. Quelques noms: Henri Poulaille, Marc Bernard, Panaït Istrati, Lucien Gachon, Jean Guéhenno, Louis Guilloux, et un peu en marge, Jean Giono.
En 1932 apparaît "le manifeste de l'école proletarienne", signé par 34 auteurs et journalistes. Avec la croissance du mouvement, les scissions viennent, notamment en 1937 à cause du dogmatique PCF, Parti Communiste de France. (Cette scission aura des suites dans des purges d'auteurs en '44, quand les communistes font jeter plusieurs auteurs en prison en présentant la dissidence comme une collaboration.) Tout de suite après la guerre, il y a un fort renouveau de la littérature prolétarienne.
Nommé en tête comme écrivains ouvriers sont Benigno Cacérès, Michel Ragon, Roger Cghateauneu , Bernard Clavel et Claire Etcherelli.
Ensuite: Georges Navel, Raoul Vergez, Maurice Thorez. Constant Malva et beaucoup d'autres. En fin de livre vient un court chapitre sur les écrivains paysans,

Un bon essai, vu qu'il est daté de 1974.

Ce cadeau reçu vaut bien 5/5


De : gallomaniac Envoyé : 21/11/2006 09:42

Michel Ragon, autodidacte né en 1924 qui a soutenu sa thèse de doctorat à 50 ans, a un triple carrière d'historien de la littérature, du critique d'art, architecture et urbanisation, et de romancier.
Ses romans, historiques et paysannes, se situent par préférence en Vendée.
'Les livres de ma terre' est un recueil de cinq romans vendéens de la période 1980-1990: 'Mouchoirs rouge de Cholet' (ma note 4/5),
'L'accent de ma mère',
'La louve de Mervent' (ma note 4/5) ,
'Le cocher du Boiroux' (ma note 3/5) et
'Ma soeur aux yeux d'Asie'.
A cette série vendéenne s'ajoutent 'Les coquelicots sont revenus' (1995) et le dernier en date 'La ferme d'en haut' (2005).

Sur Michel Ragon il y a deux bons articles aux liens: http://www.lmda.net/mat/MAT02237.html et http://www.encres-vagabondes.com/rencontre/ragon.htm




De : lalyre7032 Envoyé : 27/01/2008 19:01
Michel Ragon - La ferme d'en haut Albin Michel 2006
Challenge 186 P.

Un petit roman qui commence par cette phrase " Je ne sais pas si vous avez déja eu quatre-vingts ans " Assez bizarre et intrigant cela et pourtant....C'est avant la guerre 1940-45,il est vrai que Gustave vient d'avoir quatre-vingts ans.il est veuf et quelque part dans les collines de Vendée,il exploite une petite ferme avec sa bru et son fils Alfred.Il aime sa ferme qu'il va lèguer à Alfred mais c'est sans compter sur le retour du second fils Ernest qu'on avait presque oublié qui avait rejoint les armées coloniales depuis de nombreuses années .Le voici de retour au pays accompagné de sa femme dont nos héros ignoraient tout.Une femme africaine,Aïcha,noire de peau comme ils n'en n'avaient jamais vu.Une étrange cohabitation va s'installer avec tous ces personnages,Gustave qui n'en revient pas de son étrange attirance pour cette nouère comme il dit,Ernest qui n'aime pas trop mettre la main à la pâte,la bru,la blanche et Aïcha,la noirevont-elles pouvoir se supporter ? Alfred le sage et courageux fils ne va t-il pas se laisser tenter par les petits verres de vin qu'Ernest aime boire pour passer le temps.Pffff !!!! Du temps perdu que cela ....pense Auguste.Mais pour Ernest cela lui permet d'oublier l'Afrique qui ne se laisse pas oublier car pense t-il....on n'y était pas si mal ,après tout,Ce qui pourrait très bien expliquer la fin du roman.

Facile à lire ce roman sur fond de terroir,des thèmes comme la cohabitation,sur les habitudes ancrées chez ces paysans,les différences ,la nostalgie de l'Afrique en font une histoire interessante malgré malgré sa simplicité. 4/5
Lalyre



De : gallomaniac Envoyé : 02/07/2008 21:11
Michel Ragon - Les coquelicots sont revenus
Ma note 4/5.
1996.

Roman-documentaire sur l'évolution de la campagne paysanne, depuis les années 1950, qui suit la vie de quelques fermiers dans un village de la Vendée.
Le remembrement, la spécialisation, l'automatisation, les prêts bancaires, les règles de l'europe (ou "Bruxelles") ne vont pas dans le sens de l'amélioration de la vie des fermiers, dont quelques-uns se suicident, d'autres vont vivre en ville. L'agrandissement de l'entreprise agricole agrandit aussi les soucis. Il y a des contrastes-types, un fermier se spécialise dans le maïs de semence, puis dans les poules-cagés un autre dans des vaches laitières hollandaises. Ils découvrent quíls ne servent que les grandes firmes internationales. Un autre se remet à travailler à l'ancienne, un autre se fait un temps berger pour finir employé-jardinier. Un jeune amoureux d'une fille allumeuse se met en dettes et choisit une voie peu ordinaire pour essayer de s'en sortir.

Le livre est plus "réaliste" que les romans historiques de Michel Ragon, mais ils reflètent le même amour pour la paysannerie. Ma note 4/5.
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5583
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michel RAGON (France)

Message  Clochette le Sam 25 Fév 2012 - 16:50

Les mouchoirs rouges de Cholet - Michel Ragon

1796, fin de la révolution française et des Guerres de Vendée. La Vendée, département fortement rural, a énormément souffert des colonnes infernales (troupes républicaines dont l'objectif premier était d'exterminer les troupes vendéennes, très catholiques et qui prônaient le retour du roi). Le paysage vendéen ressemble alors à un paysage d'apocalypse. Tous les villages ont été pillés, hommes, femmes et enfants tués et les survivants se cachent dans les bois pour ne pas affronter la fureur et la violence des derniers soldats républicains qui remontent à Paris.
Dôchagne, rescapé des colonnes, qui s'étaient engagé dans les troupes vendéenne et s'est caché pendant de longs mois dans un chêne (d'où son nom !) intègre un petit village où il va devoir se faire une place à la force des bras. Les mentalités sont encore très fortes, et l'on regarde toujours d'un mauvais œil quelqu'un qui n'est pas né dans le village (on y reste même étranger toute sa vie). Dôchagne va vivre entouré de sa nouvelle famille (un peu de bric et de broc puisque que l'on recrée des familles avec les femmes survivantes et souvent, c'était donc un homme pour deux femmes : une jeune et une plus âgée !) et d'autres compagnons à forte personnalité, tous issus des provinces voisines ou plus loin encore, mais qui eux aussi doivent se faire une place au soleil. Nous allons donc suivre pendant une quinzaine d'années, les divers événements du village, comiques ou tragiques, qui serviront à la reconstruction progressive de cette population largement décimée par la révolution française.

Ce roman historique m'a franchement beaucoup plu, et pourtant de prime abord, je ne l'aurai pas forcément choisi. Les événements de la révolution française ne m'intéressent guère. (peut-être parce que c'est un peu flou, et que je n'y ai pas tout compris). Mais finalement, j'ai beaucoup appris de l'histoire de ce département très mal vu par les départements qui l'entourent. (pourquoi ? On ne sait pas. Peut-être parce qu'ils ont une identité très forte). Je ne savais pas qu'ils avaient tant souffert de leurs idéaux. Ils voulaient le retour du roi, et ont largement payé le fait d'être contre les nouvelles dispositions de la république. Ils ont vécu un vrai génocide (quelques descriptions font même froid dans le dos), et une large partie du département a été dévasté, tant dans sa population que dans son relief. Par ailleurs, j'ai pu voir comment les mentalités rurales ont encore peu changé (l'étranger vu d'un mauvais oeil et qui, malgré de longues années parmi les autochtones, reste malgré tout un étranger, la fille seule et non mariée est forcément une catin) et ne facilitent pas l'évolution démographique. Cependant, ce roman n'est pas tout noir, et quelques scènes de querelles de clocher (c'est le cas de le dire !) m'ont bien fait sourire, ou même lorsque Napoléon vient en visite à La Roche sur Yon, avec dans l'idée d'en faire une capitale Shocked
Enfin, et cela m'a fait doucement sourire, j'ai pu noter une grande variété de mots patois similaires à ceux mon département d'origine (La Charente-Maritime) et inconnus en Loire-Atlantique, et je crois que finalement cela m'a aidé à me rapprocher d'eux et à accepter leurs différences.

Un grand merci donc à Géromino de m'avoir permis de découvrir "le coeur vendéen" et de me plonger dans ses racines Very Happy

Ma note : 5/5 - Un coup de
avatar
Clochette

Nombre de messages : 2121
Age : 43
Location : Nantes Bretagne
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michel RAGON (France)

Message  Lacazavent le Sam 25 Fév 2012 - 18:14

Very Happy J'ai bien fait de l'emprunter à la bibliothèque !
Merci Clochette

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5583
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michel RAGON (France)

Message  odilette84 le Mer 29 Fév 2012 - 8:41

hop demandé sur Pochetroc
roman historique
j'adore
si Clochette a aimé, je devrais aimer aussi

_________________
résister c'est exister

avatar
odilette84

Nombre de messages : 2261
Age : 52
Location : Provence
Date d'inscription : 28/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michel RAGON (France)

Message  Clochette le Mer 7 Mar 2012 - 16:05

Il m'a tellement plu que j'ai commandé la suite sur Pochetroc " La louve de Mervent" ! Merci de me faire confiance Odilette et j'espère que tu ne seras pas déçue Very Happy
avatar
Clochette

Nombre de messages : 2121
Age : 43
Location : Nantes Bretagne
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michel RAGON (France)

Message  Réaliste-romantique le Lun 22 Mai 2017 - 21:20

Un amour de Jeanne

Le duo de Jeanne D’Arc et Gilles de Rais fascine depuis longtemps. Ce rude chevalier était toujours au côté de la jeune femme, mais en la respectant toujours et sans que leur relation ne devienne amoureuse (ou pas ouvertement). Et comment cet ardent défenseur du droit et de la parole de Dieu s’est ensuite transformé en Barbe bleu? Michel Tournier a aussi abordé ce même sujet.

Michel Ragon se concentre sur les interactions de Jeanne avec les chevaliers qui l’entourait, en particulier Gilles de Rais. Il trace toutefois rapidement le chemin qui l’a mené de l’initiale rencontre avec le dauphin jusqu’à son exécution, des victoires militaires aux défaites. Il donne aussi un aperçu de la politique qui se tramait dans son dos, alors que le roi n’aimait pas être dérangé dans les draperies de son château. L’auteur décrit aussi les difficultés d’être femme dans une armée d’homme, comment une chose simple comme uriner devient une difficulté en campagne. Gilles serait un personnage qui succombe au charme des personnes mystiques, telle Jeanne pour le bien et un alchimiste pour le mal. J’ai bien aimé la lecture de ce court livre.

4,5/5

RR

_________________
Lectures en cours : Austerlitz (Sebald), Le carnet d'or (Doris Lessing)
De la bibliothèque : L'oiseau de feu 1 (Jacques ...),... (Alina Reyes)
Commentaire en attente :
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1883
Age : 41
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michel RAGON (France)

Message  Chantal le Jeu 29 Juin 2017 - 12:58




L'ACCENT DE MA MERE :
Albin Michel - 268 Pages.


      Ce livre est l'histoire et le portrait de la mère de l'auteur (et aussi de sa famille), et l'histoire de sa région d'origine, la Vendée.


      J'ai beaucoup aimé le portrait assez émouvant car plein d'amour, de tendresse mais aussi de réalisme sans complaisance, de cette femme qui a connu une vie bien solitaire et difficile. L'histoire de la Vendée et celle des révoltes des Chouans m'ont intéressée, mais vite lassée car le récit des atrocités commises  m'a semblé bien trop répétitif. La relation entre le patois vendéen et le québecois, avec l'histoire des Acadiens, m'était connue, mais méritait naturellement particulièrement d'être évoquée.


     Bref, une bonne lecture, à la fois empreinte d'émotions et de connaissances historiques sur la Vendée, et un récit servi par une très belle écriture. Mais j'ai vraiment beaucoup plus apprécié le portrait maternel.


4/5
avatar
Chantal

Nombre de messages : 2201
Location : France
Date d'inscription : 22/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michel RAGON (France)

Message  dodie le Sam 1 Juil 2017 - 15:13

L'accent de ma mère


Le portrait de sa mère est le fil conducteur de ce récit de Michel Ragon. Avec des allers-retours dans le passé lointain (la jeunesse de sa mère, son enfance) et plus récent (la vieillesse de sa mère), il nous raconte l'histoire de sa région natale en remontant assez loin jusqu'aux guerres de Vendée. 
L'aspect historique est bien sûr intéressant mais je me suis plus attachée à la description du mode de vie de ses parents et grands-parents. 
Le portrait de sa mère est sans concession: malgré la tendresse sous-jacente de l'auteur, apparaît une femme de caractère, possessive et un brin fantasque. 
Une belle lecture.
Ma note 4/5
avatar
dodie

Nombre de messages : 4457
Age : 53
Location : France
Date d'inscription : 11/04/2009

http://dodiecuisine.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michel RAGON (France)

Message  lalyre le Sam 1 Juil 2017 - 15:47

L'accent de ma mère
Un vrai bijou que ce livre bouleversant par la douceur de l’écriture, Michel Ragon à partir de l’accent de ma mère retrace le parcours minutieux de cette femme du peuple, se souvient de sa grand-mère, le patois de son enfance, il retrouve la beauté de son pays. Il nous raconte les anciennes traditions rurales de la terre de son enfance, la famine et la pauvreté acceptées sans se plaindre. S’égarant dans le récit pour nous conter l’histoire sanglante de la révolte vendéenne par des manifestations paysannes, sur trois années de ce qui fut appelée (La guerre vendéenne) et la Chouannerie entre 1793 et 1800, il y eut quelques milliers de morts mais aussi de nombreuses destructions. Revenons à ce que fut l’accent de sa mère, un beau portrait de femme car tel est le motif de ce très beau livre, faire revivre cette mémoire populaire, remonter à ses sources et rechercher ses racines ancestrales. Un livre vrai, bouleversant de tendresse et d’amour une belle réussite pour nous faire revivre les moments forts de la vie de sa mère. Un gros coup de cœur….5/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4137
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michel RAGON (France)

Message  géromino le Jeu 6 Juil 2017 - 8:39

"L'accent de ma mère"   Le Livre de Poche 1988    254 pages


               Michel Ragon est né en 1924. En 1945, il se fixe à Paris. Pendant trente années une correspondance s'est installée entre l'auteur et sa mère. Un jour elle téléphone à son fils. A cet instant précis, ce dernier prend conscience de cet accent incomparable avec lequel s'exprime sa mère. Cet accent lui parvenait, à travers l'écouteur, tellement incongru alors même qu'il l'avait entendu des années durant dans la bouche de sa mère: le téléphone dissociait la parole et le visage, il n'entendait que l'accent. Cet accent que lui-même a perdu.
               Michel Ragon remonte dans ses souvenirs; il brosse le portrait de sa mère: une femme de modeste condition qui épouse un sous-officier de la Coloniale et qui, à la mort de son mari, élèvera seule son fils âgé de sept ans. Elle quittera le berceau familiale de Fontenay-le-Comte pour s'installer à Nantes afin de donner à son rejeton toutes les chances de trouver un emploi "lui permettant de garder les mains blanches et propres"! C'est une femme pittoresque, sujette à certaines lubies inoffensives ou attitudes irraisonnées, mais qui la rendent finalement attachante. Son fils lui témoignera une affection évidente, malgré la complexité de leur relation. 
               En fouillant son passé à la recherche de ses origines familiales, l'auteur ne peut faire l'impasse de remonter aux Guerres de Vendée, incontournable tragédie qui a laissé des empreintes indélébiles dans la mémoire régionale; mais il évoque pareillement Rabelais, Gilles de Rais, la Fée Mélusine ou la Galipote, ces personnages réels ou légendaires qui ont marqué le folklore et la culture du Sud-Vendée.
               
               Avec cette écriture simple et claire, Michel Ragon fait resurgir le passé avec une émotion qui se voudrait retenue mais qui parvient à déborder par moments. Natif de la région, je n'ai pas manqué d'être sensibilisé par les termes de patois, les lieux forcément familiers et les personnages, qui, par certains côtés me rappelaient des traits de caractères de famille...


Note:  4/5

_________________
                                                                                                                                                                              

Challenge "Book around the States":  17/50
avatar
géromino

Nombre de messages : 2721
Age : 53
Location : Finistère, FRANCE
Date d'inscription : 07/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michel RAGON (France)

Message  kattylou le Sam 8 Juil 2017 - 13:10

L'accent de ma mère 

J'ai beaucoup aimé les passages où l'auteur retrace la vie dans la campagne Vendéenne fin XIX eme début XX eme . A cette époque les gens vivaient principalement de troc et l'argent n'avait pas la place qu'il a actuellement . Le passage ou l'oncle parle du gigot de mouton en le promettant à la table de Noel , puis de Pâques l'illustre bien. Le personnage de la mère est particiulier j'ai bien sur aimé les passages sur leur complicité autour des livres qu'ils lisent en commun et je comprends le sentiment d'abandon qu'elle a pu ressentir n'ayant même pas été invitée aux deux premiers mariages de son fils .J'ai un peu l'impression que dans les années 70 en tout cas en ville il y a eu un rejet de la famille et des traditions. Il faut dire que cette mère a aussi un coté insupportable quand elle joue sur plusieurs tableau avec ses brus cela me rappelle une tante !

L'histoire de la Vendée est aussi très présente et interessante j'ignorais leur relation avec les Acadiens
Une très bonne lecture à la fois émouvante et instructive .
Merci Géromino pour cette lecture 
4.5/5

_________________
Louise Penny - Revelations Brutales 
Proust - A l'ombre des jeunes filles en fleurs
avatar
kattylou

Nombre de messages : 3280
Age : 52
Location : 77
Date d'inscription : 08/09/2009

http://kattyloucuis.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michel RAGON (France)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum