Juin 2006: Le déclin de l'empire Whiting de Richard Russo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Juin 2006: Le déclin de l'empire Whiting de Richard Russo

Message  Prospéryne le Mar 18 Nov 2008 - 21:02

De : odilette84 (Message d'origine) Envoyé : 2006-04-27 07:23

Né en 1949, aujourd'hui installé dans le Maine avec sa famille, Russo a grandi à Gloversville, petite cité ouvrière de l'Etat de New York: c'est de cette réalité-là que se nourrissent tous ses romans, qui transforment l'ordinaire et la banalité en légende. C'est aussi dans ces décors qu'il a appris à se colleter avec la vie - sous l'œil d'un père qui cultivait les mauvaises manières - avant de s'inscrire à l'université. «Même si j'ai plus de diplômes qu'il ne faut, raconte-t-il, je ne me suis jamais débarrassé de l'impression d'être un intrus dans les universités où je suis passé. Mes études ont été assez déroutantes: pendant l'année scolaire, je vivais comme un intellectuel mais, l'été, je retournais travailler sur les chantiers avec mon père afin de payer les cours. Pour continuer d'appartenir au cercle des gens instruits, je devais réintégrer cet autre univers où ma grammaire changeait, où il me fallait parler une langue différente.»


Ce roman est le cinquième de Richard Russo, le troisième à être traduit en français (le premier, Un homme presque parfait, vient d'ailleurs de sortir dans la collection de poche 10/18). Nous ne savons pas grand-chose sur lui, si ce n'est qu'il vit dans le Maine avec sa femme et ses deux filles. A considérer ses personnages, on l'imagine doux et sympathique. La seule chose dont on soit certain, c'est de son grand talent, couronné au printemps dernier par le prix Pulitzer.


Le déclin de l'empire Whiting, comme son titre l'indique, montre la décadence d'Empire Falls déserté par une grande partie de ses habitants lorsque l'usine qui employait la majeure partie de la population fut fermée il y a des années. Les possibilités de carrière sont devenues inexistantes et ne sont restées dans cet endroit fantôme que les personnes trop vieilles pour bouger, ou celles totalement dénuées d'ambition. Miles Roby, quarante-deux ans, appartient à la deuxième catégorie. Quel personnage séduisant et agaçant à la fois! Enfant, c'était déjà une âme sensible, très attaché à sa mère, la somptueuse Grace.

Alors qu'il était promis à un bel avenir universitaire, il décida de tout abandonner pour rentrer s'occuper de sa mère mourante. Il ne repartit plus jamais et prit en gérance l'Empire Grill qui appartient, comme à peu près toute la ville, à Mrs. Whiting. Miles se fait mener en bateau depuis des années par la vieille millionnaire qui a promis de lui léguer le bar. Mais pour l'instant elle se porte comme un charme. Il se fait également mener en bateau par son ex-femme, partie chercher son bonheur chez une espèce de coq aux muscles bien huilés. Et mener en bateau par son père, un vieillard crasseux, culotté et un peu malhonnête sur les bords. Alors oui, Miles Roby est irrésistible mais il faudrait qu'il sorte de cette léthargie qui le tue à petit feu.

Voici une petite présentation de ce bouquin...récupérée sur le net (magazinz LIRE)

je ne suis pas une habituée des belles présentations, j'ai fait celle là sur un ordinateur du boulot, j'espère qu'elle sortira bien...

Attention ce livre est un véritable pavé...

il faut donc s'y prendre un peu à l'avance pour le lire.

voilà, voilà,

bonne lecture à tous !!


De : doriane99 Envoyé : 2006-06-12 02:21
Le déclin de l'empire Whiting

Miles Roby est le patron de « l’Empire Grill », habitant d’Empire Falls petite ville du Maine qui a perdu de sa splendeur passée… La vieille Whiting possède la quasi-totalité de la ville et mène sa troupe en maîtresse femme.

On partage le quotidien de Miles, autrefois promis à un bel avenir, il végète dans les ruines de cet empire Whiting, subissant son divorce, supportant un père roublard et profiteur, obligé de filer doux devant la vieille Whiting…

Un pavé qui se lit tout seul ! Même si on se désespère de voir les personnages s’engluer dans cette existence morne, on ne peut s’empêcher de plonger dans cette atmosphère surannée. Une belle découverte. J'ai lu quelque part que l'auteur arrivait à captiver notre attention avec un pavé où il ne se passe quasiment rien !!! c'est tout à fait ce que j'ai ressenti

4/5



De : odilette84 Envoyé : 2006-06-12 06:35
Le déclin de l’empire Whiting

Miles est un gentil , presque un faible.
Il a toujours vécu à Empire Falls avec ceux qu’il aime.
Nous découvrons son univers étroit, au comptoir d’un bar / grill entre une ex-femme qui se remarie, une fille ado perturbée par la séparation de ses parents, des « amis » de comptoir, un frère handicapé et un père d’un genre particulier.
Il n’est pas facile d’exister au sein d’un tel entourage, surtout quand notre histoire familiale est perturbée . Il plane sur cette famille l’ombre des Whiting.
Miles va essayer de s’en défaire tout en cherchant à mieux comprendre son passé.

On ne peut qu’aimer cet homme qui voue à ses proches un amour sans bornes.
Ce livre est une formidable galerie de portraits.
On retrouve les thèmes chers à l’auteur : une mère malade et malheureuse, un père atypique et peu présent et surtout l’amour filial et l’admiration d’un enfant pour ses parents malgré leurs défauts.
J’aime l’écriture de Richard Russo.
J’aime ces histoires qui parlent du quotidien des gens où il ne se passe rien d’exceptionnel, où tout est subtilement mis en place par touches successives, où l’humour est présent à chaque situation.

Ce roman est le deuxième que je lis ; le premier était « quatre saisons à Mohawk ».
J’ai pris beaucoup de plaisir à cette lecture . Le rythme s’accélère sur la fin, le héros sort grandi de ses expériences. Il fait des choix de vie qui sont des choix d’adulte. Il peut les faire car il a compris son histoire et les choix de ses parents.

Malgré tout, j’ai bien plus aimé « quatre saisons à Mohawk » que je trouve plus abouti.
Je le conseille à tous ceux qui sont tombés sous le charme de cet auteur.
Je vais maintenant explorer le reste de son œuvre, mon souhait étant que les thèmes abordés varient un peu .
Ma note : 4/5


De : Mousseliine Envoyé : 2006-06-12 08:17
Le déclin de l'empire Whiting
(10X18, 2004, 633 pages)

Empire Falls, une petite ville dans le centre du Maine, une ville où il ne reste plus grand chose après que les usines qui faisaient vivre pratiquement toute la population aient fermé. Dans cette ville on suit différents personnages dont Miles, le principal, un homme qui a laissé tomber ses études et ses ambitions pour revenir prendre soin de sa mère à Empire Falls et gérer l'Empire Grill, restaurant miteux, qui appartient à Madame Whiting, la très riche Madame Whiting, ex-propriétaire des usines Whiting. Autour de Miles gravitent Janine son ex-femme, Tick sa fille, son frère David, Cindy Whiting et bien d'autres.

C'est la vie avec ses drames quotidiens dans une petite ville où l'éclat du passé n'est plus qu'un souvenir. Richard Russo rend très bien cette vie terne dans une ville telle qu'il y en a un peu partout en Amérique. Le gros point fort de l'auteur est son talent pour dépeindre ses personnages, on les imagine aisément les habitants de Empire Falls. Tout ça est très bien, mais à condition qu'on s'intéresse aux destins de ces personnages ce qui n'était pas toujours mon cas.

Et l'écriture est plutôt ordinaire... dans le sens que ça manque de style (peut-être la traduction?). Je ne suis tombée sur aucun extrait qui m'a sauté aux yeux, dans ce cas il faut alors que l'histoire soit drôlement enlevante et originale pour que je sois conquise. Et l'histoire n'est ni originale ni enlevante, le rythme est lent, presque soporifique par moments.

Malgré tout j'ai bien aimé, ça se laisse bien lire, mais je ne recommande pas particulièrement ce livre. Il y a tellement mieux. Quoique pour les lecteurs qui ne sont pas familiers avec des petites villes telles que Empire Falls, l'exotisme des lieux pourraient alors séduire tellement Richard Russo est doué pour en décrire l'ambiance.

Note : 3.5/5


De : lalyre7032 Envoyé : 2006-06-12 09:04
Le déclin de l'empire Whiting Richard Russo

Une petite ville dans l'Etat du Maine,Empire Falls qui jusqu'aux années 60 était une ville prospère grâce à une industrie de textile fondée par la famille Whiting dont aujourd'hui il ne reste que la veuve du clan Whiting qui garde la main et l'oeil sur la population.Miles Roby,le gérant du grill qui espère être un jour son propre maître,il observe la vie des gens mais avec sa future ex-femme et sa fille adolescente,la vie n'est pas rose tous les jours.Et c'est cette vie de tous les jours que l'auteur nous décrit avec sa plume trempée dans un encrier rempli d'humanité.

Mon avis :Un livre dont j'ai eu peine à lire jusqu'à la fin et que j'ai d'ailleurs entrecoupé de deux autres livres. 4/5
Lalyre


De : Chantal5500 Envoyé : 2006-06-12 13:19
Eh bien, je ne le noterai pas pour la bonne raison que je l'ai abandonné après un bon 300 pages, et après m' être bien forcée à continuer. Et pourtant d'habitude, je ne déteste pas les livres longs....Je me suis bien ennuyée, je n'accrochais pas aux différents personnages, j'ai essayé d'entrecouper ma lecture avec un autre livre, l'autre livre s'est lu tout seul, et je n'ai pas pu reprendre ensuite celui-là. Et comme j'avais peur de la panne de lecture, j'ai tout arrêté ! Donc pas de note, sinon elle serait plutôt mauvaise....


De : Sahkti1 Envoyé : 2006-06-12 15:34
Richard RUSSO, Le déclin de l'empire Whiting

J'ai aimé (beaucoup!) le temps qui prend le temps de s'installer, cette histoire qui nous est contée avec détails et richesse. Le décor est posé, tout est là, le lecteur se trouve rapidement en compagnie de Miles à observer cette ville en perdition et cette frange de l'Amérique profonde qui ne va pas très bien, mais garde espoir et humour. Les portraits dépeints par Richard Russo sont sensibles et attachants. Je pense par exemple au personnage de Max Roby, détestable et émouvant à la fois. Ou de Tick, adolescente qui se cherche sans réellement trouver sa place. Et Janine qui pense réaliser ses rêves dans un second mariage foireux. Chaque protagoniste représente l'un de nous, le panel des êtres composant ce roman est assez réaliste.

L'histoire s'écoule lentement et c'est ce qui donne un des traits de qualité du livre. Pas de pirouettes, de silences inutiles ou de devinettes improbables. Tout est là, permettant à chacun de s'imprégner comme il se doit d'un récit ni triste ni gai, dur sans être noir. Une fresque que j'ai beaucoup aimée, avec un tout petit bémol pour la fin que je trouve un brin rapide, voire attendue en ce qui concerne le terrible retour de John et le départ final de l'impératrice des lieux. Non pas que cette idée de fin me déplaise mais j'aurais aimé que Russo y accorde autant de détails qu'au début, surtout pour le personnage de John Voss. En même temps, tout cela parle bien de soi-même, il ne faut peut-être pas en faire plus, c'est à voir.

Voilà un livre qu'on n'a pas envie de lâcher avant de l'avoir terminé, ce fut une belle découverte.
Un coup de coeur pour les passages consacrés aux vacances à Martha's Vineyard avec Grace et Miles, ainsi que pour le prologue consacré à CB Whiting. Les éléments se mettent en place au fur et à mesure, sans que l'on perde le fil, tout s'emboîte et devient limpide; la vengeance d'une femme bafouée peut devenir un plat qui se mange glacé.
Ma note: 4,5/5


De : Papiillon_vole Envoyé : 2006-06-12 15:55
Le déclin de l’empire Whiting de Richard Russo

La petite ville d’Empire Falls, dans le Maine, a longtemps été une ville riche, sous la domination de la famille Whiting. Mais la crise économique passant par là, les usines ont fermé, les gens sont partis, et la petite ville vivote dans ses maisons lézardées. Mais la plus grande partie de la ville appartient toujours à la vieille Mrs Whiting, notamment l’Empire Grill, le restaurant tenu par Miles Roby. Le pauvre Miles traverse une période douloureuse : sa femme vient de le quitter, il se fait du souci pour sa fille adolescente et pour son avenir, d’une manière générale. Vingt ans plus tôt, il a abandonné ses études universitaires pour venir au chevet de sa mère malade et s’est retrouvé coincé dans une vie qu’il n’a pas choisi et qui lui pèse.

C’est un gros roman très agréable à lire même si le style de l’auteur m’a quelquefois paru un peu alambiqué. Il m’a fallu relire plusieurs fois certaines phrases pour en pénétrer le sens. Et j’ai trouvé qu’il y avait pas mal de longueurs, de scènes excessivement détaillées. Mais Richard Russo a le mérite de nous montrer une autre version de l’Amérique, celle du chômage et de la pauvreté. Autour de Miles Roby gravite une jolie collection de personnages hauts en couleurs : son père, roublard, menteur, voleur ; la vieille dame riche et méchante ; son ex-belle-mère au franc parler. En revanche, tous les personnages secondaires m’ont paru un peu caricaturaux : le flic ripou, le futur mari de l’ex, la pauvre petite fille riche et estropiée. Et la fin m’a carrément déçue : trop rapide, presque bâclée, trop américaine. Une atroce tuerie dans le lycée fait office de catharsis et permet à tout le monde de retrouver sa place. Les méchants sont punis : la vieille dame se noie, le flic ripou perd son boulot et son fils, et un nouvel espoir de développement pour la ville apparaît presque miraculeusement…

Ma note : 3,5 / 5
avatar
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 34
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Juin 2006: Le déclin de l'empire Whiting de Richard Russo

Message  Prospéryne le Mar 18 Nov 2008 - 21:02

De : Cocotte8017 Envoyé : 2006-06-12 18:18
Le déclin de l’empire Whiting
(Quai Voltaire, 2002, 522 pages)

L’action se déroule à Empire Falls, une ville de l’état du Maine qui se meurt depuis la fermeture de l’industrie textile dirigée par la famille Whiting. Les habitants sont pour la plupart paumés. Parmi eux, nous retrouvons Miles Roby qui tient un snack-bar dans lequel passera une galerie de personnages qui laisseront leur marque.

J’ai beaucoup aimé plonger au cœur de cette ville dont la prospérité a chuté dramatiquement avec le temps laissant ses habitants moroses et désabusés. J’aime bien ces livres de style réaliste qui racontent le quotidien de gens qui ne sont pas des héros, mais qui tentent de trouver leur bonheur malgré les difficultés et les misères qui les tourmentent. C’est bouleversant de savoir qu’il y a sûrement des villes semblables dont la survie dépend d’une puissante famille.

Le déclin de l’empire Whiting est un long pavé qui se déguste tranquillement. Le rythme est lent, l’auteur prend le temps de tout mettre en place, ce qui donne l’impression de faire partie prenante de cette histoire. Je me suis attaché à tous ces gens imparfaits, mais remplis d’une grande humanité.

Une belle découverte!

Ma note : 4,5/5


De : Pilou Envoyé : 2006-06-13 09:19
Richard RUSSO Le déclin de l’empire Whiting pour le 12 juin 2006

C’est parti très fort le Déclin de l’empire Whiting. J’ai beaucoup aimé le début où j’ai retrouvé l’humour british que j’aime, distancié, décalé et surprenant. RUSSO commence par un tableau des membres de la dynastie Whiting, des mâles en particulier, tous martyrisés par leurs épouses qu’ils rêvent de tuer. Le dernier, CB, se vantent d’avoir toujours le dernier mot dans les discussions avec sa femme puisqu’elles se terminent toutes par « Mais oui ma chérie ! » Ca j’aime beaucoup. Comme j’avais lu le passage à haute voix à ma femme, elle a dit « Tiens c’est comme à la maison ! » et j’ai dû répondre quelque chose comme « Mais oui ma chérie ! » Par la suite, c’est moins drôle, et plus du tout lors d’un mini Colombine. On suit la vie d’une quinzaine de personnages dans cette petite ville économiquement mourante qui sont tous, presque, sympathiques et colorés, mais avec d’anciens et persistants problèmes psychologiques. Amour et vénération du personnage principal, Miles, pour sa mère Grace qui va, par sa seule existence et présence perturber et empêcher un amour très fort de sa mère pour CB, un autre homme que le mari. Tick, la fille adolescente qui vit très mal l’étrange divorce de ses parents Miles et Janine. Une surpuissante Francine Whiting qui apprenant la liaison de son mari CB avec Grace, l’embauche pour l’avoir à ses côtés. Un chat mystérieux et redoutable et une rivière fantasque. Globalement j’ai bien aimé, encore qu’à mon avis RUSSO aurait pu élaguer un peu. Cent pages de trop. Je ne supporte pas les flashes back.

NOTE 4/5



De : zerestia Envoyé : 2006-07-14 12:44
Le déclin de l’Empire Whiting – Richard Russo

Miles Roby gère l’Empire Grill, un restaurant d’une petite ville dans le Maine qui a autrefois été riche grâce à l’empire textile des Whiting. Sa famille: une ex-femme sur le point de se remarier, une fille adolescente, un père voyou et un frère dont il soupçonne toujours de mettre les pieds dans le plat. La veuve Whiting, survivante du clan et proprietaire de l’Empire Grill, continue à tenir un main de fer sûr Miles et sur tout le village.

Au contraire que quelques rats je me suis engagé au livre toute de suite et à partir de la moitié je ne pouvait pas le laisser tomber. J’ai adoré la fille –Rory Gilmore, n’est-elle pas?- et le père de Miles et l’ambiance générale de petit ville qu’on a pourtant vu tant de fois au cinéma.

Ma note: 4 / 5


De : odilette84 Envoyé : 2006-07-31 11:28
Petit bilan du livre du mois de Juin :
10 lecteurs, dont un abandon
notes données :
4.5 : Cocotte , Sahkti
4 : Doriane, Lalyre, Pilou, Zerestia, Odilette
3.5 : Mousseline, Papillon

Cela fait une moyenne globale de 4/5 ...
ceci est un bon score pour ce pavé !
dommage que la taille du livre ait un peu refroidi certains rats, peut être que ces notes leur donneront du courage !


De : Plaisir_des_Mots Envoyé : 2006-08-17 08:16
Désolé pour le retard... J'ai terminé ce bouquin le 19 juillet, mais suis resté éloigné de mon clavier pendant longtemps...
Petite déception... Au départ, un peu d'appréhension, comme d'habitude face à une telle brique (633 pages). Puis, très rapidement, le charme opère : personnages attachants, construction astucieuse du récit, où les différents flashs back qui parsèment l'intrigue proprement dite ne gênent en aucune manière la lecture. Malheureusement, au fil de la lecture, l'intrigue s'étiole et l'intérêt se délite. Il me semble que l'auteur a eu le tort d'opter pour l'injuste milieu : ou bien il aurait fallu resserrer l'histoire en élaguant les événements connexes, ou bien l'ouvrage aurait dû compter au moins 500 pages de plus afin d'épuiser la richesse de l'empire construit puis déchu.


3.5/5
avatar
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 34
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum