Février 2006: Le dîner de Anna Davis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Février 2006: Le dîner de Anna Davis

Message  Prospéryne le Mar 18 Nov 2008 - 20:49

De : cuné (Message d'origine) Envoyé : 2005-12-21 11:20



Passer à table en compagnie d'Anna Davis ou comment se régaler avec un premier roman

Les lecteurs de Sacha Guitry et d'Oscar Wilde savent que les dîners ratés sont de purs régals. La jeune romancière anglaise Anna Davis ne l'ignore pas non plus. Ce soir, elle invite. Il y aura des chichis, des gâteries et assez de couacs pour que les agapes tournent au désastre. Le menu? Soupe à la grimace et humour british, du trois étoiles pour une comédie royalement toquée.

Devant la fausse cheminée de leur pavillon, les Stone s'apprêtent à recevoir leurs hôtes. Tilda, la maîtresse de maison, arbore un sourire de poupée russe relookée chez L'Oréal. Alex, son époux, a astiqué l'argenterie avant de passer un gilet trop étroit, qui lui donne des airs de pingouin égaré dans la gentry londonienne. En cuisine, la soubrette s'active sur la truite aux amandes. Vingt heures, tout est fin prêt. A tour de rôle, les convives se dirigent vers le salon. Il y a Clive, avec ses mauvais calembours sortis de l'almanach Vermot; Heidi, avec sa robe en cordage qui l'apparente à «un hamac sur pattes»; Roger, avec sa Rolex et sa moustache taillée en tampon Jex; Christina, avec son humeur fantasque, aussi imprévisible que la météo britannique; Judy, avec sa langue de pute. Et, surtout, la redoutable Clarrie, une «invitée» de dernière minute qu'on ne s'attendait pas à voir débarquer de sa lointaine province... Joliment gaffeuse, faussement ingénue, cette petite sœur de miss Marple a un œil de fouine. Entre deux toasts et quelques vomissements intempestifs, elle en profitera pour observer ses voisins de table, faire tomber les masques, distribuer les coups de griffe et les coups de fourchette, dévoiler les tartuferies qui s'agitent sous le napperon des bonnes manières.

Née en 1971 Anna Davis a passé son enfance à Gardiff en Angleterre.Titulaire d’un diplôme en littèrature et en écriture romanesques,elle a étudié à l’université de Manchester ou elle a également été enseignante.Elle vit actuellement à Londres.

Je vous remercie pour votre vote et j'espère voir vos nombreuses discussions à partir du 12 février
Lalyre


De : doriane99 Envoyé : 2006-02-12 08:02
En fait, c'est un livre que j'ai lu il y a deux ou trois ans... Je l'avais mis dans ma PAD (Pile à Débarasser ce qui est plutôt mauvais signe quand on sait qu'elle ne comporte quasiment que des livres que j'ai en double)... N'en gardant que peu de souvenir, j'ai voulu le relire...

Tout d'abord, je suis d'accord avec English, la couverture est tout bonnement affreuse !!! Il n'est pas bien épais, pourtant je n'ai pas pu me résoudre à le relire en entier ! Les personnages sont caricaturaux, ce dîner traîne en longueur et m'a semblé bien ennuyeux ! Bref, j'ai détesté.

1/5 (je ne mets pas 0 puisque je ne l'avais pas jeté à la poubelle lors de ma première lecture...)


De : Chantal5500 Envoyé : 2006-02-12 09:51
Abandon, pour moi, vers la 70è page....


De : JoAnn_Kamar Envoyé : 2006-02-12 09:56
Je suis arrivée à la p. 139 (/317), mais chaque fois que je lis deux pages, mon esprit ballade ailleurs.
Je n'abandonne pas complètement, mais je doute le terminer dans les jours qui suivent...


De : cuné Envoyé : 2006-02-12 11:43
Le dîner
Pocket 317 p.
Traduit de l’anglais par Dominique Defert

Tilda et Alex reçoivent ce soir. Il s’agit de faire bonne impression, Alex espère en effet « séduire » professionnellement Brian. Tilda a mis les petits plats dans les grands, engagé une bonne pour assurer le service, et invité deux couples d’amis triés sur le volet afin d’organiser une table sympathique. C’est compter sans Clarrie, la belle-sœur étrange qui débarque comme un cheveu sur la soupe. Las, il n’y avait finalement pas besoin d’elle pour que dérape complètement la soirée, parasitée par les secrets honteux des uns et des autres….
La couverture est totalement hors de propos, ce n’est pas à une comédie de mœurs piquante ou gentillette que l’on assiste ici. C’est une pièce de théâtre, qui dérape progressivement vers le drame. Chaque personnage est différent de ce qu’on en attendait, ils ont cependant tous en commun d’être profondément malheureux. L’épilogue m’a surprise, je ne voyais pas ça arriver, il est pourtant dans la droite ligne du malaise qui gonfle au fil des pages.
Malheureusement, le style d’ Anna Davis ne m’a pas convaincue. C’est brouillon, ça manque de profondeur et de légèreté en même temps. Mais c’est un premier roman ça peut évoluer…

2,5/5


De : lalyre7032 Envoyé : 2006-02-12 14:46
Eh bien là pour une fois que je suis pigée c'est pas réussi n'est ce pas.
Désolée de vous avoir fait perdre votre temps,consolez-vous car moi aussi j'ai perdu mon temps
1/5
Bof on n'en fera pas une indigestion

Lalyre qui a bien envie de se cacher


De : Papiillon_vole Envoyé : 2006-02-13 13:20
Le dîner d’Anna Davis
Nil éditions – 1999 – 317 pages.

Tilda et Alex reçoivent leurs amis et c’est un dîner important pour la carrière d’Alex. Heureusement, Tilda a tout prévu. Tout, sauf l’arrivée impromptue de sa belle-sœur, qui va complètement désorganiser la soirée.

Le dîner le plus long et le plus ennuyeux auquel il m’ait été donné d’assister ! Un roman désolant de banalité et de généralités. Oui, il s’agit d’une comédie sociale, mais dans le genre Edith Wharton a fait mille fois mieux. Bien sûr tous ces gens n’existent que pour les apparences : c’est l’objet même du dîner : une mise en scène du bonheur personnel et de la réussite sociale. Mais en coulisse on découvre que la réalité n’a rien à voir avec les apparence et qu’ils ont tous des secrets à cacher : Clive est bisexuel, Roger a des dettes de jeu, Alex couche avec la femme de son meilleur ami, Tilda vient de se faire avorter d’un enfant illégitime et s’envoie des lignes de coke avec sa meilleure amie. Celle-ci est une belle salope qui déniche les secrets des autres et appuie là où ça fait mal. Que fait Clarrie au milieu de ces gens ? Elle incarne, ainsi que son mari, ces gens qui tentent coûte que coûte de rester eux-mêmes et qui refusent le jeu social. Il est évident, dès son arrivée en scène qu’elle a un problème, un grave problème, mais personne ne le voie, tant ils sont tous tournés vers eux-mêmes et leurs petites préoccupations. Seul Brian va l’aider, celui que tout le monde méprise en douce…
J’ai détesté cet espèce de parti pris de donner à Clarrie le pouvoir de lire dans la tête des gens. Ca crée un élément fantastique tout à fait hors de propos. Sans compter qu’elle attribue un surnom à chacun et que le lecteur est parfois complètement perdu.
Je m’attendais pour un premier roman à quelque chose de moderne, drôle et piquant, mais ce n’est qu’une collection de clichés éculés

Ma note : 2,5 / 5


De : melodie74 Envoyé : 2006-02-13 16:20
J'ai presque honte d'avouer que j'ai apprécié... Bon, ce n'est vraiment pas original, car tout était prévu d'avance (même au tout début, quand on voit la pôv' Clarrie arriver sur le pas de porte, désorientée, on sait que son mari est kapout) (désolée si je viens de vendre la mèche ). Mais une fois cette évidence assumée, j'ai été divertie. En fait, comme lecture légère pour le trajet en métro, c'était parfait (j'ai essayé Faulkner pour le métro et là, ça ne fonctionne pas mais pas du tout!).

Un 3.5/5


De : Melisande5505 Envoyé : 2006-02-14 13:56
Navrée, mais je ne suis à aucun moment rentrée dans ce livre, il y avait des moment où je me demandais si je comprenais ce roman, tellement tout ça me paraissait vide et sans aucun sens. Style sans aucune consistance, personnages fantomatiques, intrigue inexistante. Je n'aurais pas fini si cela n'avait été le livre du mois.
Je suis néamoins d'accord avec Doriane, c'est une lecture idéale pour le métro, on ne risque vraiment pas de rater sa station. Mais comme je travaille très près de mon domicile et que j'y vais à pieds...

05 / 5


De : Shan_Ze Envoyé : 2006-02-16 07:42
Le dîner d'Anna Davis
Alex et Tilda Stone reçoivent leurs amis ce soir.Mais Clarrie, la belle-soeur d'Alex débarque à l'improviste et rien ne se passe comme prévu.
Je n'ai pas aimé ce dîner long et ennuyeux, les visions de Clarrie surréalistes et génantes, les surnoms des autres invités confus, on sait plus qui est qui, on est perdu. Et les discussions me dérangeaient... Est-ce que les gens sont censés parler de cette manière?
La fin n'est qu'anecdotique, c'était gros comme une maison...

Note : 1.5/5


De : didie152 Envoyé : 2006-02-16 09:03
Le Dîner D'anna Davis

Que dire sur ce roman ? Il est évident que c'est un repas long et ennuyeux, qui ne nous tient pas vraiment en haleine et qui m'a presque dégoûtée de cet auteur.
Le sujet aurait pu être original si Anna Davis ne semblait pas être une accro aux soaps de mauvais goût, ce qui donne de la lourdeur à son écriture et rend évidentes toutes les révélations faîtes dans les derniers chapitres. Le seul point positif à mon avis c'est que l'auteur ne peu que faire mieux la prochaine fois !

Ma note: 1.25/5
avatar
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 34
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum