Sarah WATERS (Royaume-Uni)

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Sarah WATERS (Royaume-Uni)

Message  Philcabzi le Lun 17 Nov 2008 - 22:12

De : lalyre7032 (Message d'origine) Envoyé : 2005-03-06 05:01
Du bout des doigts Sarah Waters

Voici un roman à suspense du meilleur crû pour les fans de
Wilkie Collins,ou l'on y rencontre des jeunes filles innocentes,
un traditionnel méchant,des aliènées,d'horribles infirmières musclées
des médecins pas trop recommandables,quelques brigands,des criminels,
des érudits en quête de sensations honteuses et une maîtresse femme,éleveuse d'enfants à la chaîne: des bébés dont elle a la garde et qu'elle endort à coup
de gin.Voila le monde ou le lecteur va évoluer et en dire davantage gacherait le
plaisir de la découverte de l'intrigue emberlificotée d'une incroyable façon.
C'est un roman que j'ai dévoré à pleins yeux et qui mérite d'être lu.
Voila j'aimerais en dire plus mais chuutttt!!!
5/5
Lalyre


De : lalyre7032 Envoyé : 2005-04-14 10:26

Caresser le velours Sarah Waters

Nancy 18 ans,aide sa famille qui tient un restaurant de huîtres du meilleur crû.
Sa seule distraction est un music-hall ou une artiste Kitty s'y produit,Nancy est fascinée par cette femme qui se produit habillée en homme.Elle devient son amie et lorsque Kitty a un engagement à Londres,Nancy part avec elle et elles vivent ensemble partageant une vie amoureuse,jusqu'au jour ou rien ne va plus pour Nancy et ce sera son histoire que nous allons suivre pendant 590 p.
Ceci dit l'auteur nous fait faire un long parcours sinueux,nous faisant entrer dans le monde des lesbiennes de tous les milieux sociaux,nous apprenant les comportements de ces femmes elles-même ou de celles qui les entourent,cela va de la honte à l'arrogance et aux moments les plus sordides elle parvient à donner à ces femmes humanité et dignité.L'auteure prend son temps pour camper les décors et les ambiances,raconter une époque,c'est une vraie débauche de mélodies,de parfums et de costumes des dernières années de L'Angleterre victorienne, tout ceci nous est conté pour faire de ce livre un roman très léger.
Mon avis:J'ai commencé la lecture de ce roman ne me doutant nullement de ce que j'allais découvrir,j'ai été souvent choquée mais le style m'a fait oublier
le reste et j'ai tout lu en pensant qu'on apprend à tout âge hi hi!!!!
4/5
Lalyre


De : Venusia Envoyé : 2006-09-12 22:08
Fingersmith (Du bout des doigts)

Difficile d'en parler pour ne pas ruiner le plaisir de la découverte, il est préférable de l'appréhender en toute ignorance. Disons que dans l'Angleterre de Dickens, il se fomente un complot pour devenir riche au dépend d'autres personnes.

Un pastiche victorien tout simplement délicieux, que j'ai dévoré pratiquement d'une traite, avec rebondissements surprenants, atmosphère évocatrice, d'une plume élégante, un vrai régal, je vous le recommande chaudement!

Je ne savais pas si je devais le classer dans les polars, mais finalement oui: en 2002 il a gagné le Ellis Peters Historical Dagger du British Crime Writers Association (association des écrivains de polars).

5 sur 5 Quelle belle découverte que cette jeune Sarah Waters!


De : lalyre7032 Envoyé : 2006-10-08 03:42
Vu chez Evene
INTERVIEW DE SARAH WATERS
La british touch

Plus la peine de la présenter outre-Atlantique, Sarah Waters caracole en tête des ventes à chaque nouveau roman. ‘Ronde de nuit’ comme ses trois précédents ouvrages ont su séduire les lecteurs français par leur style épuré mêlant les méandres de l’histoire à ceux des rapports humains.

A tout juste 40 ans et quatre romans parus, Sarah Waters est arrivée au sommet de son art. Simple, moderne, talentueuse, elle fait de l’écriture sa raison d’avancer vers de nouveaux horizons. Les failles de l’âme humaine semblent guider son style et sa narration. De son souci d’exactitude quant à l’histoire, au thème récurrent de l’homosexualité en passant par la gestion de son tout nouveau succès, l’écrivain anglaise se livre à nous naturellement et sans faux-semblants.

A quoi fait référence le titre de votre ouvrage ?

En fait, le titre est venu sur le tard, presque à la fin de la rédaction. Je voulais un titre qui soit pertinent pour tous les personnages et leurs histoires. J’ai essayé de trouver des mots et des expressions suffisamment riches de sens. J’ai cherché dans des dictionnaires de citations, ce genre de choses, puis je me suis arrêtée sur ‘Ronde de nuit’, que j’ai tout de suite aimé. Certains des personnages du roman ont un vrai métier de nuit (Kay, par exemple, la conductrice d’ambulance), mais tous veillent la nuit à un moment ou à un autre - quand le reste de la ville dort -, anxieux, malheureux, jaloux, effrayé... Le titre a une résonance plus qu’une signification spécifique.

Comment vous est venue l’idée de remonter le temps des événements et le cours des vies des quatre protagonistes ?

Ce n’est pas quelque chose que j’avais prévu. J’ai été transportée dans le décor de 1947 : je voulais écrire sur des personnages fatigués, déçus, qui avaient connu un traumatisme et des pertes. Mais mes personnages étaient si fatigués et secrets, que je me suis rendu compte que je ne savais comment les faire avancer : j’ai réalisé que leurs passés étaient le point intéressant. J’ai décidé de faire revenir l’action en arrière, pour que le lecteur puisse découvrir l’histoire des personnages, comme je l’avais fait moi-même. Le roman est devenu une sorte de découverte archéologique des vies et des secrets, un voyage à travers les couches d’événements et d’émotions enfouies.

Commandez ‘Ronde de nuit’ sur FNAC.COM

En lisant vos remerciements de fin, on constate que vous vous êtes beaucoup documentée. Pourquoi ce souci d’exactitude quant à l’histoire ?

Il est toujours important pour moi d’être exacte quand j’écris de la fiction historique, mais cela m’a paru particulièrement important pour ce roman parce que - à l’inverse de mes trois premiers romans, qui se situent tous au XIXe siècle - il se déroule à une période encore très présente dans la mémoire vivante. Je savais que si je faisais des erreurs, des gens qui se souvenaient des années 40 les remarqueraient instantanément. Je voulais également traiter cette période avec respect, comme si en un sens, elle appartenait aux gens qui pouvaient s’en souvenir. Mais il m’arrive parfois de prendre certaines libertés avec l’histoire. Au final, j’écris un roman, pas un recueil d’histoire. L’histoire, pour moi, est un point de départ, un tremplin pour l’imagination.

Combien de temps vous a pris l’écriture de ce livre ?

Il m’a fallu quatre ans pour écrire ‘Ronde de nuit’, ce qui m’a paru très long - mes autres romans ont nécessité deux à trois ans. J’ai dû faire beaucoup de recherches, ce qui m’a un peu ralentie, et j’avais choisi de relever quelques challenges techniques - la narration à la troisième personne, la chronologie inversée - qui ont demandé un peu de réflexion. De plus, en étant plus célèbre comme écrivain, je suis aussi plus occupée. Ma vie d’écrivain ralentit, une chose à laquelle il m’a fallu du temps pour m’habituer.

Comment et pourquoi êtes-vous passée de l’époque victorienne de vos précédents romans à celle du Blitz et de la Seconde Guerre mondiale ?

Je voulais simplement du changement. J’ai adoré utiliser l’ère victorienne pour mes premiers romans, mais j’ai senti le danger de rester bloquée au XIXe siècle. Je savais que plus j’attendrai pour en sortir, plus ce serait difficile. Plus important encore, je voulais voir ce qu’il arriverait à mon écriture en changeant d'époque. J’ai senti qu’un défi stylistique se présentait à moi en tant qu’écrivain.

"Sans amour, on est rien." Est-ce le message que vous avez eu envie de faire passer dans votre livre ?

Je suppose que oui, si on prend l’amour dans son sens le plus large. Le livre est assez mélancolique, et nombre des relations qui y sont traitées échouent ou tournent au vinaigre. Les personnages se laissent tomber mutuellement, de différentes manières. Mais il y a également des moments de réelle connexion humaine dans ‘Ronde de nuit’, il y a de petites lumières dans une vaste obscurité. Ces moments de connexion font que la vie vaut le coup d’être vécue, même s’ils ne se produisent qu’entre étrangers.

Votre livre est sorti depuis le mois de février en Angleterre. Quelles sont les premières retombées médiatiques ?

Il a été très bien accueilli. J’étais anxieuse, c’était un vrai nouveau départ pour moi : je m’étais fait un nom en tant que spécialiste de l’époque victorienne, en tant qu’écrivain qui adore les retournements de situation et les rebondissements. ‘Ronde de nuit’ est plus une narration basée sur les personnages plutôt que sur une intrigue, et est autant un billet d’humeur qu’une narration. Mais le roman a reçu de très bonnes critiques et se vend très bien. Les gens semblent aimer son côté sérieux.

Vous faites partie de la deuxième sélection pour le Man Booker Prize. Qu’est-ce que ce prix représente pour vous ?

Les prix, c’est assez amusant. Ils ont un gros impact sur les ventes et le statut, mais faire partie d’une liste - et surtout gagner - est une sorte d’accident. L’écrivain Julian Barnes a appelé l’ensemble du système le "loto chic", je pense qu’il a plus ou moins raison... Bien sûr je mentirais si je prétendais qu’il n’est pas flatteur d’être sélectionné pour un prix aussi prestigieux que le Man Booker ! Mais cela a peu d’influence sur l’expérience quotidienne de l’écriture, qui reste véritablement la même quel que soit le nombre de prix que l’on gagne ou pas.

Pourquoi le thème de l’homosexualité revient systématiquement dans tous vos romans ?

Eh bien, le lesbianisme est important dans ma vie, alors il serait étrange que cela ne se retrouve pas dans mes fictions. Mes romans n’entrent pas dans un grand programme politique - si ce n’est que je ne fais que rappeler aux gens que l’amour lesbien à existé de tous temps, que c’est quelque chose d’assez ordinaire, et que des lesbiennes, comme des hétérosexuels, peuvent être les héroïnes dans la vie ou dans les romans. Je sais également que le passé est plein d’histoires gay et lesbiennes fascinantes qui ne sont pas très connues. Il était important pour moi, en écrivant ‘Ronde de nuit’ par exemple, de placer des personnages gay et lesbiens au centre du roman pour pouvoir dire : "Regardez, la guerre n’était pas qu’un truc d’hétérosexuels, des homosexuels étaient au coeur même du conflit, comme tout le monde."

Pensez-vous que l’homosexualité n’est pas assez évoquée en littérature ou souvent de façon trop maladroite ?

Les premières fois où j'ai lu des fictions lesbiennes, dans les années 1980-1990, il me semblait que la communauté lesbienne voulait en quelque sorte garder sa littérature pour elle, cela avait pour impact de maintenir le niveau des écrits lesbiens assez bas. Cela a sans doute été vrai, également mais dans de moindres proportions, pour la littérature homosexuelle masculine. Mais ça a changé une fois que la fiction gay et lesbienne a commencé à faire sa place chez les éditeurs et dans les librairies généralistes. Aujourd’hui, il y a de nombreux écrivains gay ou lesbiens de très bon niveau au Royaume-Uni et en Irlande : Ali Smith, Colm Toibin, Alan Hollinghurst, Jeannette Winterson, Jake Arnott... On dirait qu’il fait bon d'être un écrivain gay au Royaume-Uni en ce moment.

Pour revenir à vous, quelles sont vos principales influences littéraires ?

Quand je travaille sur un roman, je lis beaucoup de fictions de la période sur laquelle j’écris. Donc, pour les trois premiers romans j’ai lu Charles Dickens, Wilkie Collins, Charlotte et Emily Brontë, etc. Pour ‘Ronde de nuit’, j’ai lu Graham Greene, Elizabeth Bowen, Evelyn Waugh, Anthony Powell... Mais je lis également de la fiction contemporaine. De bons écrits sont toujours inspirants pour moi, qu’ils datent d’une période ou d’une autre. En ce moment je lis Primo Levi, c’est une prose si belle, précise, pleine de compassion.

Avez-vous un auteur fétiche qui vous a donné envie de vous lancer dans l’écriture ?

L’écrivain qui a eu un grand impact sur moi quand j’étais jeune est Angela Carter. J’ai relu son roman ‘Des nuits au cirque’ récemment, et j’ai pu constater quelle influence il a eu sur mon premier livre, 'Caresser le velours'. Elle était un grand écrivain britannique, et une féministe convaincue. J’admire son engagement et sa prose. Elle aimait jouer avec les canons littéraires, avec la culture populaire et les contes de fées. Sa série de contes de fées réécrits, ‘La Compagnie des loups’ est encore l’un de mes livres préférés.

Cette année, 689 romans sortent pour la rentrée littéraire française. Que pensez-vous de cette profusion ?

C’est assez époustouflant, n’est-ce pas ? En un sens, c’est excitant, mais je pense qu’en tant qu’écrivain, si vous commencez à penser que votre roman est un élément d’une masse de livres - comme un petit poisson dans un banc agité - alors vous allez devenir fou. Mais les événements qui génèrent de l’excitation autour de l’écriture, la lecture ou l’édition, doivent créer une réaction en chaîne positive, je pense.

Est-ce pour vous un tremplin ou au contraire le risque pour votre livre d’être étouffé par la masse des autres sorties étrangères ?

Je ne sais pas quoi penser, et d’une certaine façon il n’est pas utile d’essayer. Mon boulot est en premier lieu d’écrire le livre du mieux que je peux. Ensuite, je dois faire confiance à mon éditeur, et espérer que mon livre fera son chemin jusqu’aux lecteurs, qui l’apprécieront au mieux...
Philcabzi
Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 42
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Sarah WATERS

Message  Philcabzi le Lun 17 Nov 2008 - 22:17

De : van1709 Envoyé : 2006-10-10 12:05
Du bout des doigts

On est à Londres en 1862. Susan Trinder, orpheline vit avec celle qui l'a élevée, Mme Sucksby. Elle est voleuse, de même que tous ceux de son entourage, mais elle a toujours été protégée par Mme Sucksby. Sa vie change le jour où Gentleman apparaît pour lui proposer une mission ...

Je ne suis pas satisfaite de mon résumé, mais je ne peux rien écrire de plus, ça gacherait tout. C'est un livre absolument fabuleux! Riche en rebondissements, jamais on ne s'ennuie. Sarah Waters nous raconte l'histoire d'abord selon le point de vue de Susan, puis sous celui de Maud. On apprend à les connaître, puis à les aimer comme elles sont, avec leurs doutes, leurs espoirs. On prend d'abord plaisir à suivre l'histoire de Susan, comment va-t-elle s'y prendre pour l'escroquerie, parviendra-t-elle à se faire passer pour une servante. Puis on continue à lire, pas de temps mort, pas de longueurs, tout est d'une grande fluidité. Et au moment où on s'y attend le moins, boum! Grande surprise! Que dire sinon qu'alors même que certains romans commencent à devenir prévisible à un moment ou à un autre, Sarah Waters, elle, a su créer plusieurs rebondissement sans qu'on les voit venir. C'est ce que j'attendais depuis si longtemps et j'ai été servi sur un plateau.

Note: 5/5

PS: par contre, le 4è de couverture est lamentable, ne pas lire surtout sinon on est induit en erreur.


De : Mousseliine Envoyé : 2006-12-02 09:57

Du bout des doigts

Une très belle surprise que ce roman qui captive avant tout pour l'histoire. Oui bien sûr il y a du style et on sent l'ambiance de l'Angleterre du 19e siècle même qu'on voit les images défilées et c'est réjouissant, mais ça reste que c'est l'histoire avant tout le reste. Au début on pense que c'est bien banal et puis on prend une direction imprévue et là tiens ce n'est plus possible de revenir en arrière.

C'est une histoire tordue, c'est noir, très noir, elle n'a rien à envier aux grands auteurs de romans noirs américains pour ce. Mine de rien, elle nous entraîne dans ce que l'esprit humain a de plus vil et avec un arrière-plan d'érotisme qui adoucit le reste. Les personnages sont décrits fabuleusement, par exemple M. Lilly dont la passion l'entraîne carrément dans la folie, et puis ses amis me semblent si étranges que je vais me méfier des bibliophiles... Et cette bande de voleurs dans un quartier mal famé de Londres, oui vraiment l'atmosphère victorienne est palpable et là j'ai retrouvé le côté de la littérature anglaise qui me plaît beaucoup, je pense principalement à Dickens et puis à la série de bd "Peter Pan". Les moments passés dans l'asile d'alinés sont absolument saisissants.

Je me plais rarement avec les auteurs anglais contemporains. Mais ici chapeau à Sarah Waters, elle maîtrise tout à fait l'art de raconter une histoire et fait preuve d'une très grande imagination et ça c'est absolument admirable. Vraiment une grande oeuvre, je suis impressionnée.

Ce roman mérite certainement une note parfaite, si je ne la donne pas, c'est juste que je n'aime pas dévorer un livre et il est impossible de s'empêcher de dévorer "Du bout des doigts" tellement c'est prenant... Un roman qui devrait plaire à tous les genres de lecteurs.

Note : 4,5/5
(Mousseline)

--------------------------------------------------------------------------------

Née en 1966 au pays de Galles, Sarah Waters a été libraire, puis enseignante. Dès son premier roman, "Caresser le velours", qui a été adapté à la télévision par la BBC, elle devient l'égérie des milieux gays. Avec son deuxième roman, "Affinités", elle obtient le prix du Jeune Écrivain de l'année 2000 délivré par le Sunday Times. La publication de son troisième roman, "Du bout des doigts", qui a remporté le Somerset Maugham Prize, marque sa consécration. Élue auteur de l'année par le Sunday Times, elle reçoit en 2003 le prix des Libraires et le British Book Awards, et figure sur la liste des vingt meilleurs jeunes romanciers anglais établie par la revue Granta. Sarah Waters vit aujourd'hui à Londres. Son nouveau roman, "Ronde de nuit", a paru en 2006 aux éditions Denoël.


De : Cocotte8017 Envoyé : 2007-01-07 19:03
Du bout des doigts
(Denoël, 2003, 749 pages)

Sue Trinder est une orpheline vivant à Londres chez Mme Sucksby, la femme qui l'a élevée et protégée. Un jour, un homme surnommé Gentleman proposera à Sue de l'aider dans un complot qui sera loin d'être comme elle l'avait prévu!

J'ai passé un excellent moment avec ce livre, difficile de le lâcher! Comme le mentionne certains, je vous conseille de le lire sans avoir une idée de l'histoire. C'est ce que j'ai fait et j'ai été surprise par cette histoire riche en rebondissements et tout à fait imprévisible. Le tout commence de façon assez banale, on ne sait pas trop où l'auteur veut nous amener, mais quand on pense comprendre, un revirement de situation nous attend dans le détour! Sarah Waters maîtrise son histoire de brillante façon et nous la raconte à travers deux regards, soit ceux de Sue et Maud, les deux personnages principaux. Efficace et captivant!

Ma note : 5/5


De : odilette84 Envoyé : 2007-02-04 12:43
du bout des doigts

je ne reprendrai pas le résumé...
par contre, j'ajoute à vos critiques une note plus mitigée...
Bien écrit c'est vrai, ambiance réussie, c'est vrai aussi, rebondissements à répétition, oui, oui ...mais justement, on n'en finit pas et l'intrigue s'emberlificote un peu trop à mon goût...
Autant je me suis régalée au départ car j'aime l'ambiance victorienne, les bas-fond londonniens, les manoirs sombres et désolés où se nouent des intrigues, autant j'aurais volontiers retiré une bonne centaine de pages voire plus sur la fin.
J'a d'ailleurs lu un peu en travers certains passages longuets.

Bien sûr, je ne renie pas les qualités du roman car je me suis aussi laissée prendre...la structure est intéressante...le style sympathique.
J'attends de lire un autre roman de Sarah Waters pour me faire une idée plus précise de cet auteur.
mon passage préféré est celui qui raconte le séjour à l'asile d'aliénés...
ma note : 3,5/5


De : Clochette1509 Envoyé : 2007-03-16 04:33
Du bout des doigts - Sarah Waters
Collection 10/18 - Domaine étranger.
750 pages

Comme Odilette, je ne ferai pas de résumé tant il est d'ailleurs difficile de le résumer sans en dévoiler trop.
Par contre, comme il est dit un peu plus haut, il ne faut pas du tout se fier à la 4ème de couverture, car ce n'est pas du tout l'histoire !
J'ai également un avis plus mitigé par rapport aux autres car même si l'époque victorienne est une époque qui me plait beaucoup, et qu'elle y est très bien décrite, (il m'a d'ailleurs fait un peu pensé à "La Rose Pourpre et le Lys" de Michel Faber mais ça doit être parce que ça se passe à la même époque ) et que le roman n'est fait que de rebondissements tous plus inattendus les uns que les autres, je suis malgré tout restée sur ma faim. En effet, il y a tant de rebondissements, que je m'attendais à une faim grandiose, et bien non.... J'ai également trouvé que cette fin se trainait en longueur et que finalement cela se terminait sur un grand point d'interrogation. J'ai égalemement trouvé dommage que dans la dernière partie, l'auteur ne laisse pas un peu plus la parole à Maud, car j'aurais aimé savoir comment s'était passé la découverte de sa véritable histoire. Donc pour moi, il est dommage que l'auteur ait choisi de donner la parole plus à un personnage qu'à un autre surtout s'agissant de l'aboutissement de l'histoire.
Je me laisse le temps avec Sarah Waters, peut-être lirais-je Caresser le Velous un peu plus tard.
Ma note : 3,5/5


De : odilette84 Envoyé : 2007-04-11 16:32
Ronde de nuit

Dans Londres pendant la guerre, quatre personnages se croisent et vivent des moments difficiles liés tant au Blitz qu'à des amours tourmentés.
C'est le dernier roman de Sarah Waters. Elle plante son décor dans le Londres des années 1941 à 1947. Ce roman remonte le temps et commence par la fin. On rencontre nos héros à la fin de la guerre. Pour comprendre leur parcours, l'auteur passe de 1947 à 1943 puis 1941. Cette construction est intéressante car elle éclaire au fur et à mesure la compréhension du lecteur. La période est intéressante aussi, du moins pour moi que ne la connaissais que vaguement. Malheureusement, ça s'arrête là...pour le reste, je me suis ennuyée. Les amours de Julia et Helen, celles de Kay...rien d'original.
je retenterai néanmoins ma chance avec cet auteur.
ma note : 2,5/5


De : 2186Elfe Envoyé : 2008-06-13 03:27
Du bout des doigts

Je ne vais pas faire de résumé comme il a été fait plus haut.

Voilà un roman qui m'a permis de sortir de ma panne de lecture! Par le biais d'une intrigue passionnante et d'héroïnes attachantes, ce roman réussit à vous embarquer dans son univers victorien sans difficulté! C'est une histoire sombre et cruelle de complots et trahisons qui nous emporte dans les rues étroites et sombres de Londres au coeur de son banditisme. Vraiment un beau roman à découvrir et d'une très belle écriture! Je crois que relirais des romans de cette auteur!

Ma note: 4/5


De : lalyre7032 Envoyé : 2008-07-28 12:40
Ronde de nuit Sarah Waters 10/18
563 P.
Londres 1947,un roman qui débute dans l'immédiat après-guerre ou l'on fait la connaissance des quatre personnages principaux.Des londoniens qui essaient de revivre dans Londres qui sort doucement de ses cendres.Ces personnes semblent avoir quelque chose à cacher,il y a Kay,habillée en homme qui ne sait quoi faire de sa vie,erre dans la ville paraissant inconsolable et pourtant elle fut une héroïne,elle a sauvé des dizaines de personnes prisonnières des décombres.Voici Helen qui souffre terriblement de sa liaison interdite avec Julia,jeune femme rencontrée pendant la guerre.Une autre jeune femme Vivien qui a pour amant,un soldat marié et maintenant démobilisé dont elle attend un enfant qu'elle ne peut garder....Duncan,le jeune frère de Vivien,un jeune garçon,devenu associal par un séjour en prison.De 1947,,1944 et 1941,l'auteur nous fait remonter le temps avec ces personnages pour nous aider à comprendre quel est le lien entre eux.....Quels évènements ,quels souvenirs de privations ou de souffrances durant le conflit???

Un roman qui m'a paru très long à lire,presque un jeu de piste avec ses aller-retour ,des rebondissements...Mais ce n'est pas le meilleur de cette auteure,je m'y suis même un peu ennuyée tout en le lisant jusqu'au bout .....car ce roman fait partie de mon chalenge... 3,5/5
Lalyre


De : doriane99 Envoyé : 2008-10-05 16:01
Du Bout des doigts

Londres, 1862. Sue Trinder vit parmi la pègre. Elle se voit proposer une arnaque à l'héritière : entrer au service d'une orpheline campagnarde peu délurée et l'inciter à épouser "Gentleman", un escroc.

Tout d'abord : ne pas lire le 4e de couverture qui ne reflète en rien le contenu du roman (mon mari est persuadé que je me suis lancée dans la littérature érotique ! ). Un livre à deux voix, Susan puis Maud nous relatent les événements à leur façon. On se sent totalement immergés dans cette atmosphère à la Dickens : les bas-fonds Londonien, les asiles, le manoir lugubre... tous y est. L'écriture est fluide (même si j'ai eu quelques soucis de vocabulaire avec l'argot au tout début), les personnages sont admirablement décrits. J'ai juste reproché un début un peu longuet, puis : patatras ! quelques retournements de situations auxquels on ne s'attend absolument pas et nous voilà scotchés à l'histoire. Une vraie réussite !

4,5/5


De : Lyreek14 Envoyé : 2008-10-31 08:11
Sarah Waters - Du bout des doigts
10/18 - 749 pages

Sue Trinder, jeune orpheline de 17 ans, vit à Lant Street, quartier des voleurs, chez Mme Sucksby. Gentleman, un escroc notoire, lui propose de s'associer pour arnaquer une riche héritière, Maud Lilly. Pour cela, Sue va devoir se faire passer pour une femme de chambre et aider Gentleman à conquérir le coeur de Maud.

Mon avis: Un excellent roman plein de rebondissements inattendus et admirablement bien construit. Une vision très originale de l'époque victorienne, avec une plongée dans les bas quartiers de Londres, dans le milieu de la bibliophilie érotique (mais pas autant que la quatrième de couverte le laisse entendre) et dans l'univers sombre des asiles.
Tout ça donne un roman très prenant, difficile à lacher quand on l'a pris en main, avec des personnages plein de surprises et une intrigue très bien ficelée.
Je n'en dis pas plus pour ne pas vous gacher le plaisir de la découverte mais si vous aimez les atmosphères pleines de mystères et les romans qui vous réservent des surprises, lisez-le!

Je ne vois vraiment pas où je pourrais lui enlever des points donc:
5/5
Philcabzi
Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 42
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarah WATERS (Royaume-Uni)

Message  lalyre le Ven 30 Juil 2010 - 17:13

L'indésirable
Sarah Waters Denoël août 2010
706 pages

Le roman se passe au début du XXème siècle,en Angleterre ,un petit hameau, une grande demeure à la campagne, habitée par une famille appauvrie par les aléas de la vie. La mère, Mrs Ayres, a perdu sa fille aînée qui avait cinq ans, le fils Roderick qui a été blessé à la guerre est resté handicapé d'une jambe et enfin Caroline, sa soeur,une jeune femme assez étonnante par sa façon de vivre,cette famille doit se contenter d'une très jeune domestique.Un jour,lors d'une urgence, le docteur Faraday se rend au domaine et là, il découvre la misère de ces gens qu'il croyait nantis.Ils n'ont même plus les moyens d'entretenir le domaine et la mère tente de sauver les apparences.Le docteur devient l'ami de la famille mais voici que d'étranges phénomènes apparaissent ,au cours des jours,un incendie se déclare à plusieurs endroits dans la chambre de Roderick, des taches apparaissent sur les murs,des graffitis semblant être faits par une main enfantine sont découverts dans des endroits inaccessibles. Comble de malheur, Roderick semble atteint de folie mais que devient Caroline dans tout cela ? Ma foi, on dirait qu'elle garde la tête froide,à tel point que lorsque le docteur,amoureux d'elle, la demande en mariage,elle accepte....Mais voila Mrs Ayres,qui à son tour a un étrange comportement,il faut la surveiller.....Profitant d'un instant d'inattention de Caroline elle réalise son noir dessein.Et ne voila t-il pas que Caroline change subitement d'avis pour le mariage au grand désespoir du docteur qui ne comprend pas ce comportement bizarre,il essayera de comprendre mais lorsqu'un accident terrible aura lieu.......


Mon avis : Un très beau roman comme sait si bien écrire Sarah Waters,du mystère, du suspense ,car y aurait-il des fantômes dans cette vieille demeure ? Quand à Caroline, pourquoi ce revirement,serait-elle lesbienne sans le savoir ? C'est la question que je me pose.....J'ai aimé cette atmosphère victorienne,envoûtée par ce roman qui pourtant ne ressemble à aucun des autres écrits de l'auteur, j'ai avancé très vite dans ma lecture. Je n'ai aucune critique négative à faire et je recommande ce livre aux amateurs de lecture victorienne pourtant écrit par une auteur contemporaine que j'aime beaucoup.Vivement le prochain.......5/5
lalyre
lalyre

Nombre de messages : 4611
Age : 86
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarah WATERS (Royaume-Uni)

Message  Ladybug le Ven 30 Juil 2010 - 17:39

Merci Lalyre. J'aime beaucoup Sarah Waters, J'ignorais que son dernier livre venait de sortir, je l'ajoute à ma LAL.

_________________
Je lis

Ladybug
Ladybug

Nombre de messages : 1969
Date d'inscription : 22/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarah WATERS (Royaume-Uni)

Message  Invité le Sam 31 Juil 2010 - 8:16

Je note également. Merci Lalyre

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarah WATERS (Royaume-Uni)

Message  Cyrielle le Sam 31 Juil 2010 - 10:22

Je le note aussi, il a l'air très prenant !

_________________
13 livres lus en 2019
Cyrielle
Cyrielle
Admin

Nombre de messages : 7954
Age : 32
Date d'inscription : 27/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarah WATERS (Royaume-Uni)

Message  valérie le Jeu 9 Sep 2010 - 19:15

L'INDESIRABLE Chez Denoel
C'est un coup de coeur pour moi aussi
Sarah WATERS a laissé de côté son sujet de prédilection pour s'essayer au roman gothique et c'est très bien fait.
Elle réussit à entretenir une atmosphère envoutante tout au long du roman.
Je me suis posée la même question que Lalyre au sujet de Caroline (serait elle lesbienne?)5/5
valérie
valérie

Nombre de messages : 779
Age : 53
Location : marseille
Date d'inscription : 01/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarah WATERS (Royaume-Uni)

Message  Shan_Ze le Ven 10 Sep 2010 - 7:53

Je crois que je vais me laisser tenter par ton LV ! J'avais beaucoup aimé Du bout des doigts que j'avais lu il y a très longtemps et ta critique donne bien envie.
Shan_Ze
Shan_Ze
Admin

Nombre de messages : 7978
Age : 35
Location : Lyon/France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarah WATERS (Royaume-Uni)

Message  Lacazavent le Mar 26 Oct 2010 - 13:37

Affinités de Sarah Waters
10:18 /522 pages






Nous sommes en pleine époque victorienne, Margaret Prior une jeune fille de bonne famille, s'ennuie. Elle décide de pimenter un peu son quotidien et sur les conseils de connaissance elle va prendre contact avec la prison pour femmes de Millbank et devenir Dame Patronesse. De ses rencontres avec ses femmes c'est la misère du monde qui ressort. Elle y rencontre Selina Dawes, une spirite (médium) emprisonnée pour avoir tromperie. Leur relation sera des plus troublantes empreintes de secrets, de sentiments inavoués et inavouables pour l'époque.



Premier contact avec la plume de Sarah Waters et un sentiment étrange entre le ravissement et la déception. Si j'ai aimé l'attention apporté par Sarah Waters à donner une authenticité à l'atmosphère de son roman, la description du quotidien des prisons est saisissantes, l'atmosphère est lourde pesante; l'incursion dans le monde spirite très intéressante ; dans son dernier tiers le livre essouffle, les répétitions et longueurs s'accumulent. J'ai trouvé cela vraiment dommage car l'intrigue qui avance lentement aurait mérité un fin plus relevé et surprenante. Il ne faut cependant pas exagérée, j'ai tout de même beaucoup aimé ma lecture.

3,75/5


Lacazavent
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5581
Age : 32
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarah WATERS (Royaume-Uni)

Message  Lacazavent le Mar 26 Oct 2010 - 13:43

L'indésirable de Sarah Waters
Denoël et d'Ailleurs / 707 pages






Présentation de l'éditeur:

Au hasard d'une urgence, Faraday, médecin de campagne, pénètre dans la propriété délabrée qui a jadis hanté ses rêves d'enfant : il y découvre une famille aux abois, loin des fastes de l'avant-guerre. Mrs Ayres, la mère, s'efforce de maintenir les apparences malgré la débâcle pour mieux cacher le chagrin qui la ronge depuis la mort de sa fille aînée. Roderick, le fils, a été grièvement blessé pendant la guerre et tente au prix de sa santé de sauver ce qui peut encore l'être. Caroline, enfin, est une jeune femme étonnante d'indépendance et de force intérieure. Touché par l'isolement qui frappe la famille et le domaine, Faraday passe de plus en plus de temps à Hundreds. Au fil de ses visites, des événements étranges se succèdent : le chien des Ayres, un animal d'ordinaire docile, provoque un grave accident, la chambre de Roderick prend feu en pleine nuit, et bientôt d'étranges graffitis parsèment les murs de la vieille demeure. Se pourrait-il qu'Hundreds Hall abrite quelque autre occupant ?


Après avoir lu Affinités de Sarah Waters, je me suis laissée convaincre par les critiques élogieuses...!
Dès les premières pages, j'ai su que j'aurais bien du mal à le reposer avant d'avoir lu les dernières lignes. Le mystère évolue devenant au fil de la lecture plus complexe et étrange, on suppose, on s'interroge, on change d'avis sans jamais être réellement fixés. Bref on s'enfonce dans une atmosphère toujours plus étrange.
J'ai adoré le charme désuet proche de l'époque victorienne, j'ai adoré l'attention apporté à la psychologie des personnages et à la description des lieux. J'ai beaucoup apprécié également l'équilibre qui se crée entre le suspens et la romance. Une seule et unique déception pour la fin que j' aurais imaginé levant un peu plus le voile sur les faits étranges qui parsème ce roman.
Une très très belle lecture.

5/5
Lacazavent
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5581
Age : 32
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarah WATERS (Royaume-Uni)

Message  s-lewerentz le Jeu 28 Oct 2010 - 14:33

voilà qui donne envie. c'est noté, merci.
s-lewerentz
s-lewerentz

Nombre de messages : 865
Location : La Chaux-de-Fonds, Suisse
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarah WATERS (Royaume-Uni)

Message  Shan_Ze le Mer 10 Nov 2010 - 22:15

L'indésirable de Sarah Waters
(Editions Denoel, 706 pages)

Une histoire étrange, envoutante qui nous apporte à travers les couloirs de Hundreds Halls. On découvre les différents personnages de cet étrange maison, on se pose des questions sur les différents personnages. Par moments, je ne savais pas quoi penser sur chacun, untel se fait-il des idées ? Untelle devient-elle folle ? Sarah Waters nous laisse décider mais le roman est remarquablement bien mené. Par contre, le médecin m'a un peu agaçé...
C'est vrai qu'on peut se poser la question pour Caroline... je pense que c'est possible.

Note : 4.25/5
Shan_Ze
Shan_Ze
Admin

Nombre de messages : 7978
Age : 35
Location : Lyon/France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarah WATERS (Royaume-Uni)

Message  Clochette le Dim 28 Nov 2010 - 17:31

L’indésirable– Sarah Waters
Editions Denoël

L’histoire :
L’Angleterre,juste après la seconde guerre mondiale. Qu’est devenu le superbe manoir« Hundred Falls » de la famille Ayres, qui, dans des temps pas si anciens que cela, resplendissait de mille feux et faisait honneur à tout le comté du Warwickshire.

Lors d’une visite impromptue, le Docteur Faraday, qui avait connu et admiré la belle demeure au temps de sa gloire( jusqu’à en chiper un « gland » en marbre dans une des fresques murales) est abasourdi par l’état pitoyable du manoir. Il fait également un peu mieux la connaissance de la famille Ayre, toujours propriétaire, qui tente par tous les moyens de cacher la déchéance de la famille. Il va ainsi se lier d’amitié (et même un peu plus) avec cette famille aux membres si différents : Madame Ayres, la mère, qui semble sortir d’un autre siècle et est hantée par le souvenir de sa première fille morte bien trop tôt , Roderick, le fils, blessé à la guerre et qui tente, bon an, mal an, d’assurer la survie du domaine, et enfin,Caroline, la 2ème fille, une « vieille » fille au caractère bien affirmée.
Alors que le Docteur Faraday s’intègre de jour en jour un peu plus dans la famille,le calme est bouleversée par une série d’événements étranges : le chien de Caroline, brave bête, mord sauvagement au visage une petite fille, un incendie se déclenche volontairement, en pleine nuit, dans la chambre de Roderick, des mots d’enfants apparaissent seuls dans le bois du parquet. L'ensemble de la famille semble penser que le manoir est hanté par un être "indésirable"….

Mon avis :
Ayant lu il y a quelques temps « Du bout des doigts» de Sarah Waters, encore une fois, j’ai été touchée par l’atmosphère qu’a su créer l’auteur grâce à des mots simples, mais qui vous enveloppent et vous embarquent complètement. On sent l’automne qui arrivent et ses crépuscules qui tombent bien tôt, la froidure de l’hiver qui rend les couloirs du manoir lugubres et glaciaux. (Et c’est vrai que je n’aurais pas aimé y passer ne serait-ce qu’un court séjour !). J’ai été touchée par plusieurs éléments : la déchéance de la famille qui tente de garder la tête haute malgré la débâcle, «Hundred Falls » qui se délabre de jour en jour (l’auteur est bien maligne d’ailleurs, et nous montre finement par de menus détails comme celle-ci tombe en ruine quotidiennement). Sarah Waters montre ainsi du doigt la campagne anglaise de l’après-guerre et la disparition progressive des grands domaines des grandes familles au profit des constructions massives (une partie du jardin de Hundred Falls va être utilisé pour la construction d’un lotissement familial ; la famille Ayres y perd ainsi une partie de son intimité).
Après une longue mise en place des personnages (y compris « Hundred Falls »), enfin surviennent les événements « étranges » qui mettent en doute les capacités mentales de la famille. Et pourtant à aucun moment, je n’ai cherché à découvrir qui se cachait derrière ses manifestations,et je me suis contentée de me laisser guider au gré des mots, jusqu’à l’issue finale que j’ai trouvé parfaitement cohérente par rapport au reste du récit. Enfin,libre à chacun d’y trouver une explication !
Bref,toute une série d’ingrédients, de la romance au fantastique, qui font que j’ai vraiment passé un très agréable moment et un roman à conseiller à tous ceux qui aiment les fresques familiales aux accents fantastiques.


Par contre, Lalyre et Shan-Ze, je n’ai pas compris ce qui vous faisait penser que Caroline était lesbienne. En ce qui me concerne, sa décision par rapport au Docteur Faraday est qu’après avoir porté à bout de bras, pendant de nombreuses années, le reste de sa famille, elle préfère garder son indépendance et enfin pouvoir penser à elle. (Mais cette version n’engage que moi…)


Ma note : 5/5 - Coup de
Clochette
Clochette

Nombre de messages : 2135
Age : 45
Location : Nantes Bretagne
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarah WATERS (Royaume-Uni)

Message  Cyrielle le Dim 28 Nov 2010 - 17:35

Super critique Clochette , j'ai vraiment hâte de le recevoir en livre voyageur bounce

_________________
13 livres lus en 2019
Cyrielle
Cyrielle
Admin

Nombre de messages : 7954
Age : 32
Date d'inscription : 27/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarah WATERS (Royaume-Uni)

Message  Liza_lou le Sam 4 Déc 2010 - 16:24

L’indésirable
(Denoël, 707 pages)




Une demeure isolée dans l’Angleterre au lendemain de la seconde guerre mondiale. Le Dr Farraday, appelée pour une consultation, retrouve la demeure qui l’avait marqué jeune enfant et qui tombe en ruine avec, à l’intérieur, une famille, les Ayres, qui vivote plus qu’autre chose. Mrs Ayres, femme jadis belle et riche, vit désormais démunie de tout, entourée de ses enfants Caroline, jeune femme fantasque et libre, et Roderick, terriblement marqué par le conflit. Mais très vite, des évènements étranges s’y déroulent et Hundred Falls, devient peu à peu inquiétante…

Un récit extraordinaire qui flirte avec délectation du coté du fantastique. Imaginez en effet une propriété tombant en ruine, en plein hiver, perdue dans le brouillard et la pluie. Des couloirs sombres et froids, des pièces abandonnées et cloisonnées, et au milieu de tout cela, des êtres qui se débattent avec violence face aux éléments qui les menacent. On frissonne, on tremble, et pourtant, non, nous ne nous trouvons pas dans un roman d’horreur. Car c’est bien là tout le talent de l’auteur que de distiller avec lenteur et patience, à petites doses, les ingrédients nécessaires à faire monter l’ambiance.

Tout est dans l’atmosphère très « victorienne » du roman qui distille avec bonheur une ambiance très surannée, très vieille Angleterre. Ce récit m’a beaucoup fait penser au film « Les autres » de Alejandro Amenábar du fait de son ambiance et de l’époque. Mais les comparaisons s’arrêtent ici car L’indésirable possède son caractère propre qui en fait un roman à part, inclassable et époustouflant.

Première incursion sans l’univers littéraire de Sarah Waters et c’est une complète réussite ! Un grand coup de cœur pour ce roman que j’ai dévoré et lu de bout en bout avec passion. Et avec un dénouement somptueux et inoubliable. A lire !

Ma note : 5/5
Liza_lou
Liza_lou

Nombre de messages : 1300
Age : 35
Location : France, à coté de Nantes
Date d'inscription : 07/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarah WATERS (Royaume-Uni)

Message  anna44 le Ven 7 Jan 2011 - 13:41

L'indésirable, Sarah Waters

4e de couverture : je ne la remets pas, le livre a très bien été résumé plus haut.

Commentaire : Sarah Waters, bien qu'étant une de nos contemporaines, m'a transportée aisément dans l'époque Victorienne de George Eliot ou des soeurs Bronte grâce à un style très abouti et très soigné. On sent que chaque mot a été choisi avec précision et le tout donne une lecture coulante et très agréable.

Ce qui m'a davantage ennuyée, c'est le fond. Au même titre que nombre de romans victoriens (à l'exclusion de Jane Austen), j'y ai ressenti une grande lenteur dans la mise en place de l'histoire. On a envie de s'attacher aux personnages, d'en savoir plus sur cette maison, sur ses habitants, et on sent que quelque chose va s'y produire. Mais ce quelque chose est tellement long à venir qu'une certaine lassitude a pris place aux moments clés : Dommage !

De plus, j'ai été assez déçue par une fin... inexistante, pas de chute, pas de conclusion (ni gaie, ni triste).
En somme, j'ai eu l'impression d'avoir été une petite souris qui a observé la vie de cette maison pendant des mois, et qui, un beau jour, s'en va vers d'autres horizons...

Ma note : 3/5 (comme quoi, les goûts et les couleurs...)
anna44
anna44

Nombre de messages : 1634
Age : 37
Location : Québec (Qc)
Date d'inscription : 01/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarah WATERS (Royaume-Uni)

Message  Cyrielle le Jeu 17 Fév 2011 - 8:40

L'INDESIRABLE
Mon avis : 4/5
Avec ce livre j'ai découvert Sarah WATERS, une auteure avec une belle écriture, facile à lire. Elle a su me mettre dans l'ambiance d'après guerre, dans cette petite ville anglaise et surtout me mettre dans l'atmosphère si particulière émanée par cette demeure mystérieuse.
J'ai très vite été prise dans l'histoire de la famille AYRES et du docteur FARADAY, la tension monte très vite avec le comportement bizarre de Roderick. Mais il est vrai qu'entre deux phénomènes il y a quelques longeurs, je pense que le livre aurait pu être réduit de quelques pages l'action n'en aurait été que plus intense.
La fin m'a laissé un peu pantoise, je n'en dirai pas plus...
Je lirai avec plaisir d'autres livres de WATERS.
Merci Valérie.

_________________
13 livres lus en 2019
Cyrielle
Cyrielle
Admin

Nombre de messages : 7954
Age : 32
Date d'inscription : 27/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarah WATERS (Royaume-Uni)

Message  Lacazavent le Lun 10 Oct 2011 - 14:50

Ronde de nuit de Sarah Waters
10/18 / 562 pages




Dans un Londres écrasé par le feu du Blitz se cache une autre guerre, celle des amours illicites, des trahisons et des espoirs ; brisés. Quel fantôme du passé hante Helen qui subit, désemparée, le lent délitement de sa liaison interdite avec Julia ? Pour quelles raisons Kay erre-t-elle désormais, inconsolable, dans les rues de la ville ? Pourquoi Viv, une jeune femme douce et glamour, ne parvient-elle pas à quitter son amant, un ancien soldat marié et père de famille ? La guerre a brassé ces destins qui avancent à tâtons pour reprendre leurs marques. Et pour beaucoup d'entre eux, la voie du bonheur dans un monde enfin apaisé va être aussi dangereuse qu'un tapis de bombes.



Ronde de nuit est le troisième roman de Sarah Waters que j'ai l'occasion de lire et si le sentiment de doute semble être monnaie courante lors de ses lectures, ici, la déception paraît être le sentiment principal.
J'ai eu l'impression de lire un roman assez inégal. Divisé en plusieurs partie, Sarah Waters a choisi une formule plutôt originale, au fil des pages on remonte le temps, de l'après-guerre au cœur du blitz. Si pour certaines histoires, j'ai bien perçue l'intérêt que pouvait représenter cette chronologie inversée pour d'autres j'ai eu l'impression qu' elles y perdaient plus qu'elles n' y gagnaient, en force en compréhension... etc
Dès les premières pages et pour presque la moitié du roman la curiosité est au rendez-vous, les petits mystères foisonnent, on se questionne, on s'interroge sur les personnages, leurs caractères, leurs relations... Puis on remonte le temps, dès lors certains rouages sont révélés et l'histoire perd peu à peu de son intérêt. De fil en aiguille il y a de moins en moins de surprise, non seulement je me suis détachée du roman mais j'ai fini dans les dernières pages par m' ennuyer.
Une lecture qui paraît longue malgré certains passages et certaines scènes qui sont vraiment réussis.

3,5/5

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
Lacazavent
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5581
Age : 32
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarah WATERS (Royaume-Uni)

Message  Ladybug le Lun 10 Oct 2011 - 14:56

J'ai connu les mêmes sensations que toi à la lecture du roman et pourtant garder à la fin un sentiment globalement positif. Mais en fait 3 ou 4 ans après, et bien il ne m'en reste plus rien...

Ses autres romans ont fait plus forte impression, et durable surtout !

_________________
Je lis

Ladybug
Ladybug

Nombre de messages : 1969
Date d'inscription : 22/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarah WATERS (Royaume-Uni)

Message  Lyreek le Mar 15 Jan 2013 - 17:40


Affinités - Sarah Waters
Denoël - 528 pages

En 1873, en Angleterre, Margaret Prior, jeune fille de bonne famille, est très affectée par la mort de son père. Pour se changer les idées, un ami de la famille lui propose de devenir dame patronnesse à la prison de Millbank. Là-bas, Margaret rencontre Selina, une spirite qui purge une peine pour escroquerie et coups et blessures. Fascinée, Margaret se lie petit à petit d'amitié avec Selina.

Un roman d'ambiance avant tout. Dès le début, on est plongé dans l'univers de Millbank, une prison où les conditions de vie sont rudes et où les détenues sont soumises à une discipline de fer afin qu'elles expient leurs crimes. Et ça fait froid dans le dos!
Dans cet univers sombre, Margaret tente de ramener une pointe d'humanité et de distraire les détenues de leur dur quotidien.
Elle se laissera également entraîner dans le monde des esprits de Selina, piquée par la curiosité de connaitre son histoire et je la comprends! Moi aussi, j'avoue avoir été très curieuse de découvrir la vie de Selina et ce qui l'a amené en prison.
Vous l'aurez compris, j'ai beaucoup aimé l'atmosphère de ce roman. Mon seul bémol sera pour la fin qui est moins spectaculaire que la quatrième de couverture le laissait penser. Mais ce fut quand même une très bonne lecture qui m'a donné envie de continuer à découvrir l'univers de Sarah Waters.

4.5/5

_________________
Lecture en cours : Dewey de Vicki Myron

"Lire est le seul moyen de vivre plusieurs fois"
Lyreek
Lyreek

Nombre de messages : 2470
Age : 37
Location : Côte d'Azur, France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarah WATERS (Royaume-Uni)

Message  petitepom le Ven 24 Juil 2015 - 11:46

du bout du doigts
J’avais lu beaucoup de bien de ce livre, et ce fut en effet, une belle lecture. Il m'est difficile de parler de ce livre sans en dévoiler un peu, son histoire est complexe et du coup, je trouve que certains coté ne sont pas assez exploité.
Spoiler:

Dans une première partie, le lecteur suit Sue, une fille pauvre de Londres, qui est enrôlée dans une escroquerie par un homme nommé Gentleman. Ils partent pour Briar pour mettre en confiance une fille naïve afin qu’elle épouse Gentleman. Sue est sa servante. Le mariage doit leur apporter la fortune. Mais Sue va se retrouver victime du complot car Melle Lilly n’est pas la jeune fille innocente que l’on croit.
La deuxième partie nous est contée par Maud ( Melle Lilly)qui nous relate son histoire tel qu’elle a été comploté par Gentleman (Mr Rivers). Elle sera elle aussi, bien déçue à son arrivée à Londres, les promesses de Mr Rivers ne sont que des mensonges.
Dans la dernière partie on retrouve Sue à la fin de la 1° partie, elle a été internée et nous suivons son calvaire. Mais la chance va lui sourire et c’est à Londres qu’elle pourra de nouveau voir ceux avec qui elle a vécu et qui l’on entourloupé.

Cette intrigue est bien mené, et nos deux héroïnes vont à la fin triompher de leurs malheurs. C’est une belle histoire, bien écrite et malgré ses 750 pages, on ne s’ennuie pas, curieuse de savoir comment tout cela va finir.
petitepom
petitepom

Nombre de messages : 266
Age : 53
Location : un petit village de Corrèze
Date d'inscription : 03/06/2012

http://petitepom.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarah WATERS (Royaume-Uni)

Message  Cyrielle le Mar 11 Aoû 2015 - 7:38

CARESSER LE VELOURS 









Présentation de l'éditeur :
Nancy, jeune vendeuse d'huîtres sur la côte du Kent, voit sa vie basculer lorsqu'elle tombe amoureuse de Kitty, une chanteuse de music-hall aux allures de dandy. Bien décidée à vivre sa passion, Nancy la suit à Londres et s'embarque pour une incroyable épopée dans le West End, quartier énigmatique et inquiétant qui ne prend tout son sens que sous les feux de la rampe. " Câlins et caresses compensent la dureté de l'Angleterre victorienne, et cette éducation sentimentale au féminin conjugue pudeur et impudeur avec une incroyable virtuosité. 




Mon avis : 5/5
J'ai refermé ce roman avec un mélange de tristesse et de plaisir.
De tristesse, car je me serai bien vu continuer encore quelques pages, vivre encore un peu plus au côté de Nancy et ses amies.
De plaisir, car j'ai passé un excellent moment de lecture. Le style, le cadre, les personnages, le sujet traité, tout m'a passionné.
Caresser le velours est un roman initiatique, on évolue avec Nancy, qui sort de sa petite ville de campagne pour suivre Kitty dans le Music-Hall londonien,  on suit la découverte de sa sexualité, ses gloires et ses chutes.
Tout au long du récit on apprend comment les gens vivaient leur homosexualité dans les années 1890, suivant leur milieu social. Les quelques scènes de sexes sont crues mais assez brèves et n’entachent en rien la lecture du roman.
J'avoue que parfois Nancy m'a agacé, je l'ai trouvé tantôt naïve, tantôt égoïste, centrée sur son désir et pas assez à l'écoute de ses sentiments.
Et lorsque je pense que ce roman est le premier de l'auteur, j'ai envie de dire Chapeau bas Madame WATERS ! 

_________________
13 livres lus en 2019
Cyrielle
Cyrielle
Admin

Nombre de messages : 7954
Age : 32
Date d'inscription : 27/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarah WATERS (Royaume-Uni)

Message  anna44 le Mar 11 Aoû 2015 - 13:05

Très belle critique Cyrielle, enthousiaste et sincère.
Je le mets définitivement dans ma PAL !!
anna44
anna44

Nombre de messages : 1634
Age : 37
Location : Québec (Qc)
Date d'inscription : 01/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarah WATERS (Royaume-Uni)

Message  Cyrielle le Mar 11 Aoû 2015 - 13:22

Merci !  Very Happy

_________________
13 livres lus en 2019
Cyrielle
Cyrielle
Admin

Nombre de messages : 7954
Age : 32
Date d'inscription : 27/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarah WATERS (Royaume-Uni)

Message  Lyreek le Mar 11 Aoû 2015 - 17:07

Idem Smile
Ta critique m'a rappelé cette auteur dont j'avais beaucoup aimé les deux romans que j'ai lu : Du bout des doigts et Affinités

_________________
Lecture en cours : Dewey de Vicki Myron

"Lire est le seul moyen de vivre plusieurs fois"
Lyreek
Lyreek

Nombre de messages : 2470
Age : 37
Location : Côte d'Azur, France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarah WATERS (Royaume-Uni)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum