Cypora PETITJEAN-CERF (France)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cypora PETITJEAN-CERF (France)

Message  Louvaluna le Lun 17 Nov - 10:27

De : Claarabel (Message d'origine) Envoyé : 06/09/2005 09:40

Le musée de la sirène
stock, 114 pages

C'est du n'importe quoi dans ce roman, et pourtant c'est entraînant comme une mélopée envoûtante ! Anabelle a trente ans, elle est peintre et vit seule dans son appartement, pétrifiée d'une peur de l'extérieur quasi maladive. Un jour, elle vole une sirène dans l'aquarium du restaurant chinois en face de chez elle et l'installe dans sa salle de bains. Sous ses yeux, la sirène va grandir, dessiner, chanter. Entre elle et Anabelle, un jeu d'apprivoisement, d'apprentissage et de séduction commence. Mais au fur et à mesure que l'une pousse vers le haut, l'autre diminue - comme si l'énergie de l'une alimente sa comparse!
En bref, en dire plus long gâcherait le plaisir de lecture, déjà que cela se lit très vite ! J'étais stupéfaite d'un tel livre, je pensais que l'auteur allait dégénérer et partir dans un trip excentrique et sans queue ni tête. Et pourtant j'ai eu le sentiment que Cypora Petitjean-Cerf a su maîtriser son sujet, sans le faire déborder vers des sentiers cahotiques. Plus d'une fois on flirte avec l'invraisemblable, mais j'ai tout pardonné à l'auteur ! Son imagination m'a enchantée : l'histoire d'une sirène, envahissante et exclusive, une trentenaire à deux pas de tomber dans l'agoraphobie, au centre une créativité folle et joyeuse, un amour presque adolescent pour le nommé Francis - "je sais à peine quelle tête a Francis. Je l'aime, donc je n'ose pas le regarder" ! Vraiment, "Le musée de la sirène" a ce petit charme qui l'isole de la grande littérature fracassante de la rentrée, cela me touche et m'enthousiasme et c'est ce que j'apprécie dans les livres ! merci l'auteur - Cypora Petitjean-Cerf, quel beau nom !

3.5 + / 4.0 - !!!



De : lalyre7032 Envoyé : 08/10/2005 16:28

Le musée de la Sirène Cypora Petitjean-Cerf

Annabelle artiste-peintre se trouve dans un restaurant chinois et voit une petite sirène dans l’aquarium qui garnit l’entrée et sans réfléchir plonge la main dedans,prend la sirène et s’enfuit.Arrivée chez elle,elle n’a d’autre solution que de la mettre dans la baignoire mais la sirène exige des soins,grandit,embellit,devient forte et prend toute l’énergie d’Annabelle.

Un beau jour la sirène dévoile ses dons exceptionnels de peintre et le monde des arts ne tarde pas à reconnaître son talent.Malgré son mariage et ses enfants,la jeune femme vit sous son joug car elle est devenue autoritaire,jusqu’au moment ou elle commence à décliner,peu à peu elle perd ses écailles et ses cheveux et la voyant dépérir Annabelle retrouve son énergie et crée un musée avec les œuvres de la sirène pour que chacun se souvienne de ce phénomène.

Mon avis :J’ai lu ce roman comme un conte fantastique car comment imaginer une sirène devenue peintre,j’ai aimé car le style est beau tout en étant simple.

4,5/5
Lalyre



De : 2186Elfe Envoyé : 12/06/2006 14:41

Le musée de la sirène
Cypora Petitjean-Cerf

Annabelle voit un jour dans le restaurant chinois en bas de chez elle une sirène. Elle décide de la prendre chez elle. Elle l’installe dans sa baignoire et s’ensuit alors une véritable relation de dépendance. La sirène grandit et demande beaucoup d'attention. En contrepartie Annabelle perd de sa liberté et de son inspiration artistique.

Très beau petit roman sous forme de conte qui évoque les relations parfois dangereuses de dépendances. La narratrice est très attachante et touchante dans sa réflexion sur ses angoisses. Le lecteur la suit pas à pas dans sa tentative d'élever une sirène. Elle est touchante également dans sa timidité face aux hommes, telle une gamine elle n’ose exprimer ses sentiments à un de ces élèves, ou encore refuse de sortir au restaurant par phobie.

L’auteur a réussi à nous parler d’un sujet assez surréaliste avec tant de simplicité qu’il en devient quasiment vraisemblable et que le lecteur finit par y croire.

Tout léger, tout frais, très original ce livre se lit assez vite mais on en ressort avec une belle impression.
4/5



De : zeta-b Envoyé : 03/06/2008 16:37

Le corps de Liane - le livre de poche

Dallas, ton univers impitoyable.... !

Trois femmes, Huguette, la grand-mère, Christine, la mère et Liane la fille. L’histoire commence au début des années 80, La petite Liane est silencieuse, observatrice et pleines de lubies comme dit la grand-mère. Elles sont toutes les trois, par le hasard des choses, dépourvues de l'amour d'un homme, père ou mari. Et les lubies, n'en déplaise à Huguette, elles en sont toutes trois également pourvues.

Les mois et les années passent et vont venir se greffer à ce trio, Roselyne meilleure amie de Liane, choisie dans ce rôle parce qu’elle a plus de seins que Liane qui elle n’est pas sûre d’être une fille ; Eva, la femme de ménage, célibataire elle-aussi, sa fille, armelle, redoutable chipie ; et des personnages secondaires qui ne le resteront pas et dont on apprendra les joies et les tourments au fil des pages.

en 1984, Dallas, le feuilleton américain est diffusé à la télévision, toutes ces femmes sans homme se passionnent pour le destin des femmes Ewing, auxquelles elles aimeraient bien s’identifier.

Dans Dallas, la belle Paméla épouse Bobby, Quitte Bobby, retrouve Bobby et Liane tant bien que mal grandit.

C’est triste et comique à la fois, c’est inracontable et charmant, c’est écrit en petit paragraphes morcelés, qui parfois nous laissent en attente du développement et nous frustrent méchamment. Cela peut énerver ou plaire, pour moi trouvant que la fin arrivait trop tôt, j’en ai conclu que la lecture de ce roman original, au cours de laquelle j'ai eu plus d'une fois les larmes aux yeux, m'a charmée.

4/5
avatar
Louvaluna

Nombre de messages : 1131
Location : France (Est)
Date d'inscription : 27/10/2008

http://biblioscopie.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Le Film

Message  zeta le Jeu 12 Fév - 23:54

Le Film
Ed. stock - 3,7/5

Ruth déteste les enfants et l'école, c'est embêtant car Ruth est institutrice. Ruth vient de s'installer dans un quartier populaire et elle se lie d'amitié avec une voisine, Gisèle, aussi "barrée qu'elle". Parce que, il faut le dire, Ruth c'est un cas, élevée par un père rescapé des camps nazis, qui par réaction, a décidé de nier tout ce qui est sa religion et l'appartenance à une communauté ; Ruth, en plus de ne pas souffrir ses élèves, traîne un passé lourd de frustrations qui l'ont rendue acerbe. Gisèle aussi, elle en a "gros comme ça" à porter sur ses épaules, une pauvre petite fille espagnole abandonnée, recueillie par des français pas très malins, soeur adoptive d'un gamin handicapé mental qu'elle n'aime pas du tout, mariée à un gringalet souffreteux, pas beau, pas finaud, qu'elle rudoie autant qu'elle le couve.
Elles étaient faites pour se rencontrer ces deux là, et, comme Ruth a besoin d'avoir une activité personnelle, pour lui occuper l'esprit, lui faire oublier ses élèves morveux, elles décident de faire un film qui s'intitulera "Racines" et qui parlera de leur enfance. Mais il y a toujours un petit grain de sable qui enraye les mécaniques les mieux huilée et des personnages secondaires, sans importance, vont se greffer à cette entreprise et la faire déraper. Un film, pensez-donc, qui ne s'est jamais un jour ou l'autre rêvé vedette ?

C'est un roman léger, agréable, qui se lit vite, on sourit beaucoup. Je n'ai rien, bien au contraire, contre ce genre de livres, qui combat la morosité ambiante. Mais ..... écrit comme le corps de Liane, c'est fait de petits paragraphes, percutants, écriture un peu facile qui en évitant le liant, les transitions, le passage explicatif d'une situation à une autre, rend l'ensemble superficiel.
Et surtout, preuve que un livre est un objet marketing, fait "sur mesure" en fonction de la mode : l'intrigue se passe dans le Nord, à Marcq en Baroeul, chez les ch'tis, Gisèle travaille à la poste. et tout est retranscrit avec "l'accent" et les mots patois. C'est amusant certes, mais cela nous rappelle beaucoup un film récent qui a cartonné au box office.
(J'ai vérifié Cypora Petitjean Cerf, n'a rien à voir avec cette région, à priori elle n'y a jamais habité, et n'y a pas non plus travaillé en tant que prof.)
Il y a des stéréotypes bien ancrés : le ch'ti gueulard mais bon coeur (remarquez mon père ch'ti était exactement ça : gueulard et bon coeur), les chansons de Julio Iglesias en musique de fond, des personnages simples ou ambigus qu'on a déjà croisés maintes fois en littérature, la vie dans une petite ville du Nord telle qu'on la représente souvent.
Rien de très original. Mais cela a du charme et de l'entrain, une lecture détente, pas prise de tête. L'émotion générée par certains souvenirs, n'est pas profonde, elle nous effleure et ne nous marque pas.
et bin v'la, j'peux pô en dire aut' chôse ! Hein !!!!!
avatar
zeta
Admin

Nombre de messages : 4028
Location : lot et garonne - France
Date d'inscription : 25/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cypora PETITJEAN-CERF (France)

Message  matw25 le Lun 10 Fév - 8:31

La  belle année de Cypora Petitjean Cerf, poche, 287 pages 


4° de couverture:
Tracey, onze ans, vient d'entrer en sixième au collège Jean-Lurçat de Saint-Denis. Elle vit avec sa mère, pas très maternelle, et son beau-père, Takashi, qu’elle déteste. Son père habite une tour de la cité des Cosmonautes ; il est au chômage et ne sort pas de chez lui. Tracey est intelligente et emprunte des livres au bibliobus, au grand désespoir de sa mère. Elle aime bien aussi se battre contre les garçons et Cosimo, son meilleur ami depuis le CP, est homosexuel. Un jour, Rabah, le cancre de la classe, invite Tracey à se promener. Ensemble ils arpentent leur ville, le temps d’une « belle année ».

Mon avis: Un beau petit roman qui prend toute sa force par le style de l'auteur et sa narration qui prend réellement la forme d'une jeune fille de onze ans ce qui rend le récit de ce quotidien et de cette belle année des plus réalistes. On suit le quotidien donc de la jeune fille, de sa mère autoritaire, de son beau père japonnais et son père chômeur et agoraphobe. Les personnages sont attachants et le récit se lit rapidement. Un petit roman qui se lit très rapidement et qui pose derrière une base simple des questions plus large sur la vie en banlieue notamment.

Ma note: 4.5/5

_________________
Ce qui demeure secret chez le père, s’exprime chez le fils et je
découvre souvent grâce à lui le secret que son père n’a jamais dévoilé
-Nietzche



Lecture en cours: Peine Perdue d'Olivier Adam


avatar
matw25

Nombre de messages : 865
Age : 25
Location : Besançon (25)
Date d'inscription : 09/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

La belle année - Le livre de poche - 3,5/5

Message  zeta le Ven 28 Fév - 21:42

On a beau se demander quand on lit un roman de cette auteure si l'on est pas plus en présence d'un produit bien formaté que d'une oeuvre littérraire, nul doute que ses livres dégagent un charme certain et qu'ils procurent beaucoup de plaisir de lecture.
Tracey est une enfant du 9-3, elle vit dans un petit pavillon de cette banlieue chaude, entre une mère "indigne" un beau-père qu'elle n'aime pas, toute une parentèle dysfonctionnelle qui co-existe avec difficulté.
C'est l'année de ses 12 ans, et sa pré-puberté est aussi dysfonctionnelle que sa famille. Heureusement pour elle Tracey est espiègle, intelligente, et résiliente ....
On a une grande sympathie pour la petite-fille, elle décrit le monde qui l'entoure avec une spontanéité, une fraîcheur et un humour désarmants. La vie n'est pas toute rose pour cette enfant un peu trop précoce.
Il faut se dire que l'auteure ne plongera certainement jamais plus profondément dans la psyché de ses personnages, qu'elle effleurera de façon amusante, sans dramatiser, leur condition de vie, et qu'elle aime écrire ces gentils scénarii (on les imagine très bien en téléfilms) qui finissent plutôt bien et font passer un bon moment tout en les oubliant assez vite.
Pourquoi pas, après tout ? Mais la veine risque de s'épuiser .....
avatar
zeta
Admin

Nombre de messages : 4028
Location : lot et garonne - France
Date d'inscription : 25/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cypora PETITJEAN-CERF (France)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum