Beryl BAINBRIDGE (Royaume-Uni)

Aller en bas

Beryl BAINBRIDGE (Royaume-Uni)

Message  Mousseline le Dim 26 Oct 2008 - 15:45

De : Sahkti1 (Message d'origine) Envoyé : 2006-09-04 16:44

Beryl BAINBRIDGE, Sombre dimanche

Nous sommes à Londres, un quartier populaire, une usine dans laquelle travaillent des embouteilleurs italiens. Cela fleure bon la mafia et il y a comme un petit air du Parrain derrière tout ça, le patron a des manières, il se la joue grand jeu et aime diriger son personnel. Un personnel assez varié, une galerie de portraits touchants et très humains. Parmi ceux-ci, Freda, jeune femme dynamique qui n'a pas sa langue en poche et qui est tombée amoureuse du fils du Patron, Vittorio. Elle espère bien le séduire et comme une sortie est bientôt organisée avec patrons et ouvriers, pourquoi ne pas attendre ce moment propice ?
Seulement voilà, ce déjeuner dominical prend des allures de drames, on y raconte des secrets, on chuchote beaucoup. Tout cela m'a fait penser au film "Festen", à cette ambiance de non-dits et de vérités qui éclatent. C'est assez tragique, il faut le dire, mais Beryl Bainbridge arrive à nous faire sourire tellement c'est ironique. Il teinte son écriture d'une cruauté acide pour dépeindre une humanité malheureuse avec beaucoup de détails et de justesse. Beaucoup aimé!

Ma note: 4/5
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: Beryl BAINBRIDGE (Royaume-Uni)

Message  s-lewerentz le Lun 18 Jan 2010 - 7:44

Ce très cher Williams – Beryl Bainbridge

Résumé
L'histoire commence alors qu'Anne, une jeune femme, accompagne son fiancé Gerald qui part travailler aux Etats-Unis et qu'elle doit rejoindre plus tard. C'est alors qu'elle fait la connaissance de William, un dramaturge et un drôle de personnage, totalement imprévisible. Il vit de manière dépensière et un peu bohême. Très différent des hommes qu'elle a connu jusqu'alors, Anne tombe amoureuse de lui et il s'installe rapidement chez elle. Mais il commence aussi à diriger gentiment mais fermement la vie d'Anne. Celle-ci découvrira rapidement que William est deux fois marié et père de deux enfants, et qu'il entretient aussi d'autres maîtresses. Les événements se compliquent encore lorsqu'Anne se retrouve enceinte.

Commentaire
Les événements s'enchaînent rapidement dans un style assez dépouillé mais ironique. J'ai aimé cette "rapidité" mais en même temps, j'ai regretté que les sentiments des personnages ne soient parfois pas plus développés – même si on peut, au contraire, saluer et apprécier le talent de Bainbridge à raconter son histoire sans fioritures excessives.

Si j'ai moyennement aimé William (qui avait plutôt tendance à m'énerver), j'ai bien aimé celui de Mme Watson, la mère d'Anne : une femme aigrie qui visiblement a beaucoup de regrets par rapport à sa vie. Dommage que le personnage ne soit pas plus développé.

Auteur
Beryl Bainbridge est née en 1932 à Liverpool. Egalement actrice, elle a été cinq fois nominée pour le Booker Prize et a également écrit des pièces (radio et théâtre), des romans pour la jeunesse et des guides de voyage. Elle a obtenu plusieurs prix et a été anoblie par la reine.

2.5/5

(éd. 10-18, 1980)
avatar
s-lewerentz

Nombre de messages : 865
Location : La Chaux-de-Fonds, Suisse
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Beryl BAINBRIDGE (Royaume-Uni)

Message  Shan_Ze le Mer 2 Mai 2018 - 22:35

Georgie de Beryl Bainbrigde






En voyant la couverture, je m'attendais à l'histoire d'une jeune demoiselle nommée Georgie (j'aime essayer de devenir de quoi parle le livre sans lire la quatrième de couverture). Trop facile ! Il y a bien une jeune fille dans l'affaire, mais elle se nomme Myrtle, une orpheline nommée comme la rue dans laquelle on l'a trouvé. Il y a en tout trois personnages dont Myrtle qui donnent autour de George Hardy, ou affectueusement, Georgie.
A Liverpool, en pleine époque victorienne (milieu du XIXème siècle), chacun prend la parole, à tour de rôle, et raconte leur vie et leur lien avec Georgie qui n'apparait et se dessine uniquement par ce qu'en disent nos protagonistes. L'histoire n'est pas très gaie, la misère ressort de leur narration malgré la condition importante de certains. Il y a une ironie légère mais perceptible dans ce roman même si je l'ai trouvé un peu lourd, pesant à lire. Finalement, ce Georgie reste bien mystérieux alors qu'il est au centre du roman. 
Georgie a été finaliste du Booker Prize en 1998. Je tenterai bien un autre roman de Beryl Bainbridge.

Note : 3.5/5
avatar
Shan_Ze
Admin

Nombre de messages : 7793
Age : 35
Location : Lyon/France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Beryl BAINBRIDGE (Royaume-Uni)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum