Peter USTINOV (Royaume-Uni)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Peter USTINOV (Royaume-Uni)

Message  Philcabzi le Sam 25 Oct 2008 - 17:39

De : Le-réaliste-romantique (Message d'origine) Envoyé : 2007-04-01 09:18

Peter USTINOV
Brtiannique, 1921-2004

Homme aux multiples talents, il fut comédiens, metteur en scène, cinéaste et écrivain. On le connaît entre autre pour son interprétation d'Hercule Poirot au cinéma ainsi que son Oscar pour son rôle dans Spartacus.

Vous trouverez plus d'information sur Wikipédia, c'est de là que provient la bibliographie suivante ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Peter_Ustinov ) :

Bibliographie

1960, Add a dash of pity, roman (2ème éd. 1993), We where only human, livre d’illustrations satiriques.
1961, The Loser, roman. (La mauvaise carte)
1966, Frontiers of the sea, nouvelles.
1971, Krumnagel, nouvelles (2ème éd. 1993).
1977, Dear Me, autobiographie. « Cher Moi »
1983, My Russia, portrait actuel de l’ex-URSS.
1989, The Desinformer, nouvelles. Notice sur la vie et les travaux d’Orson Welles (Publications de l’Institut de France).
1990, The old man and M. Smith, roman.
1991, Ustinov at large, ensemble d’articles.
1993, God and the state railways, nouvelles. Still at large, ensemble d’articles.
avatar
Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 41
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

La Mauvaise Carte

Message  Philcabzi le Sam 25 Oct 2008 - 17:40

De : Le-réaliste-romantique Envoyé : 2007-04-01 09:21
La Mauvaise Carte (The Loser)

Peter Ustinov

1960

Pendant l'entre-deux-guerres allemand, le jeune Hans participe avec ses camarades de classe au vandalisme d'une boutique juive. Le soir, il réfléchi à ses actes, et, guidé par la propagande d'adultes de son entourage, il succombe à l'attrait du fanatisme politique et se lance corps et âme dans le nazisme. Il passe rapidement des Jeunesses hitlériennes aux S.S., et se retrouve sur tous les fronts. Malheureusement pour lui qui cherche la gloire, il passe par la Yougoslavie, la Grèce et même le front de l'est sans réussir à sa distinguer. Vers la fin de la guerre, il est renvoyé en Italie où il tente de poursuivre l'idéalisme nazi, bien que l’armée s'écroule et tous tentent plutôt de sauver leur peau. Le régime chute, et Hans doit se sauver hors de l'Italie, recherché pour crimes de guerre. Il n'a toutefois plus de patrie où se réfugier, car la glorieuse et orgueilleuse Allemagne qu’il servait n'existe plus, humiliée et brisée.

Malgré le sujet, le livre n'est pas horrible (ce n'est pas Les bienveillantes); le héros est bien plus pitoyable qu'haïssable. Il fonce tête première dans cette boucherie mais s’en sort, à son grand dam, miraculeusement indemne. Il n'a même pas droit à la mort glorieuse vanté par les S.S. Ces prémisses sont très intéressantes, mais le produit ne l'est pas autant. La guerre et la jeunesse sont passées très rapidement, les introspections du personnage sont rapidement écartées et la fin est une trop longue poursuite policière. De plus, l'écriture est terne. J’ai fini par m’ennuyer et j’étais bien content de fermer ce bouquin.

2,5/5

le réaliste-romantique
avatar
Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 41
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum