Jonathan KELLERMAN (Etats-Unis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jonathan KELLERMAN (Etats-Unis)

Message  gallo le Ven 14 Nov 2008 - 19:14

De: Cherubs (Message d'origine) Envoyé: 10/14/2002 12:04 PM
Jonathan KELLERMAN : Le nid de l'araignée

Alex Delaware et son épouse sont invités sur une île tropicale quasi inconnue par un vieux docteur un peu fou pour mettre de l'ordre ds tous les dossiers qu'il a accumulés au cours de ses 30 et quelques années d'expérience...

Sur cette île paradisiaque,les mystères et les meurtres d'une violence sordide vont venir troubler la paix de nos vacanciers.

Vont s'enchevêtrer ensuite tout un tas de fils conducteurs;la base militaire située sur l'île,les essais nucléaires effectués longtemps avant,tout un tas de personnages plus ou moins assortis,l'insectarium du vieux Dr.Moreland,sa relation avec sa fille,la participation d'une agente fédérale,un écrasement d'avion,un passage souterrain,les indigènes,ouffff.....

Beaucoup beacoup trop chargé;j'ai perdu le fil un tel nombre de fois,essayant de m'y retrouver sans grand succès!
Et la fin,trop...trop surnaturelle!Très surprenante mais vraiment trop,hihi!
M'enfin...
Divertissant tout de même!

Ma note:3/5

De : Lauric668 Envoyé : 05/07/2004 10:11
Comme Chantal a eu la gentillesse de nous fournir la liste des titres des livres de Kellerman, je les recopies ici pour ne pas les perdre et pouvoir les consulter facilement.

Titre Collection Editeur Date 1ère parution
Billy Straight Points Seuil 2001
Chair et sang Points Seuil 2004

Dr la Mort Points Seuil 2003
Le monstre Points Seuil 2002
La sourde Points Seuil 2000
La clinique Points Seuil

Le nid de l'araignée Pocket Pocket 1999
La valse du diable Pocket Pocket 1998
Terreurs nocturnes Pocket Pocket 1997
Double miroir Pocket Pocket 1996


De : nirvana1050 Envoyé : 23/03/2005 19:22
"Le rameau brisé", Jonathan Kellerman
Ed.Seuil, 356p.

C'est en fait le premier volet de la série qui met en scène Alex Delaware, psychologue pour enfants et Milo Sturgis, policier homosexuel au LAPD. Ce premier roman ( 1985) reçut le prix "Edgar" et depuis , comme le précise Lauric, la série fut prolifique. C'est à se demander, au vu du succès que l'auteur connaît, pourquoi ce titre initial est resté inédit en France aussi longtemps!

Alex Delaware a été désigné comme psychologue pour un soutien psychologique aux victimes d'un pédophile. Mais quand celui-ci vient se suicider dans son bureau, Alex, sérieusement ébranlé, décide de prendre sa retraite. Il en est tiré six mois plus tard par son ami Milo, officier de police qui lui demande de rencontrer la petite Mélody, qui semble être le seul témoin du meurtre de ses voisins, un psychiatre et sa compagne. Alex va s'impliquer bien plus qu'il ne le souhaite...
Des psychiatres peu scrupuleux, une université très fermée, un centre pour enfants défavorisés, une petite fille en proie à d'horribles cauchemars,des réseaux pédophiles...telles sont les pièces d'un puzzle qu'on souhaite voir reconstitué.
Un polar dense et bien construit, des personnages attachants et étoffés, les ingrédients d'un roman qui sait nous tenir en haleine jusqu'au bout.

Ma note: 4/5
De:Lagrande
Jonathan Kellerman - La clinique
(Seuil/Points, 2005, 517 pages)

Étrange, je n'arrive pas à lire. Est-ce moi? Où suis-je dans une mauvaise passe?

Je viens de terminer La Clinique, Jonathan Kellerman. Un polar très, très quelconque, à qui je ne donnerais qu'un maigrelet petit 2.5. Pourtant, l'histoire aurait pu être intéressante. Trop de liens brisés par l'intervention du psychologue. On ne si retrouve pas, je m'y suis tellement perdue que j'ai cru que c'était le logue qui était homo, alors que c'est le policier.

Note : 2.5/5
(Lagrande)


De: Pacocado
Jonathan Kellerman - Le monstre
(Seuil/Points, 2005, 535 pages)

L'histoire : Une neuropsychologue est retrouvée assassinée dans des circonstances particulièrement violentes. Elle travaillait dans un hôpital psychiatrique où sont enfermés de très dangereux psychopathes. Le lien semble facile, d'autant plus qu'un patient, Peake, accusé d'un quintuple meurtre particulièrement sauvage 15 ans plus tôt semble lié à cette affaire. Mais les deux héros récurrents de Kellerman, l'agent Milo et le docteur Delaware ne vont pourtant pas régler l'affaire si facilement, et vont être entraînés dans une enquête retorse et particulièrement glauque.

Mon avis : Ce livre est plutôt bien réussi et agréable à lire, et ce pour au moins trois raisons :

D'abord pour la description du milieu dans lequel nos héros évoluent cette fois-ci, celui des établissements pénitentiers pour dangereux malades. Certes, rien à voir avec l'ambiance pesante et oppressante de "Shutter Island" (Dennis Lehane), mais on n'accompagnerait cependant pour rien au monde nos héros dans cet univers de folie, où toute raison semble avoir été oubliée et où les pensionnaires font froid dans le dos.

Ensuite pour le duo parfaitement réussi,complémentaire et original d'un agent, l'inspecteur Milo Sturgis, aux méthodes classiques et terre-à-terre et d'un psychiatre consultant, qui éclaire de ses lumières les motivations de nos semblables, même dans ce qu'elles ont de plus sombres.

Enfin, pour le fait que dans ce livre, nulle ou peu de description des états d'âme des deux héros, de leur vie, ou envies, parfois trop présentes dans certains policiers. Le livre y gagne en nous permettant de suivre le raisonnement des enquêteurs pas à pas, leurs hypothèses sur ce qui s'est passé et pourquoi, qu'elles soient ensuite jetées aux oubliettes, réajustées, étoffées. La solution ne nous est pas amenée sur un plateau et nous avons en tant que lecteur vraiment l'impression de faire partie de l'enquête, d'être au même niveau que ces héros, qui ne sont pas des surhommes pleins d'une intuition quasi-surnaturelle, (le docteur Delaware émet une hypothèse et nous voyons l'agent Milo lui rétorquer ce que nous-mêmes étions en train de penser) et cela nous confronte vraiment avec ce que peut être le travail d'enquêteurs, ses passages à vides, ses moments d'égarement, ses révélations.

Bref, un livre très agréable à lire.

Note : 3.5/5
Pacocado


De : zeta-b Envoyé : 11/07/2006 17:32
Jonathan KELLERMAN : "Qu'elle repose en paix".
Points N°1407

Le livre de Jonathan Kellerman, que je viens de lire, va lui aussi reposer en paix dans ma bibiliothèque. Comme je n'ai pas été emballée, cela m'étonnerait que je le relise (oui je relis même les policiers).
L'intrigue : Alex Delaware et Milo Sturgis vont être amenés à tenter de résoudre une affaire vieille de vingt ans, le crime particulièrement horrible d'une jeune fille.
Le coup du crime non résolu qui mine le policier depuis des lustres, on nous l'a déja fait. Je n'aime pas trop l'écriture avec des phrases mal tournées et des méthaphores ridicules (un peignoir couleur morve ! les iris limoneux...etc). L'intrigue est un peu bancale et tout cela se passe à Los Angeles avec la LAPD, donc je ne peux pas m'empêcher de comparer avec Connelly Michael et Harry Bosch et je préfère cent fois les livres de ce dernier.
2,5/5


De : louisemyheart Envoyé : 07/12/2006 10:58
Jonathan KELLERMAN : LE CLUB DES CONSPIRATEURS.

Si vous aimez les romans où rien ne se passe, alors lisez ce livre; intriguante au début, cette histoire raconte le quotidien d'un psy en hôpital qui a perdu sa copine sous les coups d'un tueur toujours pas identifié; ce psy rencontre un vieux médecin légiste, ancien accoucheur (la vie, la mort) qui va l'introduire dans un club étrange dont les membres semblent un peu en marge; du courrier parviendra au psy, un courrier sensé lui donner les clés d'une énigme afin de résoudre le cas de meurtres perpétrés sur des femmes, ainsi que des cartes postales du vieux médecin parti sur les traces de son passé.
Bref, tout se passe dans la tête du psy qui se torture pour découvrir un sens aux messages, l'intrigue inexistante avance au ralenti jusqu'à un résultat final complètement à côté de la plaque; dommage, l'idée semblait assez originale pour nous captiver, ne manquent que les rebondissements et l'épaisseur des personnages, c'est à dire l'essentiel.

2/5


Dernière édition par gallo le Sam 18 Juil 2009 - 8:22, édité 1 fois
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jonathan KELLERMAN (Etats-Unis)

Message  gallo le Ven 14 Nov 2008 - 19:15



De : Mousseliine Envoyé : 11/03/2007 22:10
Jonathan KELLERMAN : Billy Straight
(Seuil/Points, 2005, 505 pages)

Un jeune garçon, Billy Straight, est témoin d'un meurtre dans un parc. Billy a 12 ans, il est en cavale, et vit dans ce parc. La victime est l'ex-femme d'une vedette de cinéma, ce qui rend les choses délicates pour la police de Los Angeles, surtout que l'affaire O.J. Simpson fait encore parler. Les chapitres alternent entre la vie de Billy Straight et l'enquête. Cette dernière est menée par les inspecteurs Petra Connor, une jeune policière, et Stu.

Je ne m'attendais pas à grand chose de ce livre et de l'auteur en fait et finalement j'ai été très agréablement surprise.

L'enquête est bien menée, je n'entrerai pas dans les détails car le schéma est des plus classiques. Mais ce qui rend ce roman attrayant surtout c'est l'histoire de Billy Straight, un enfant sympathique et attachant. Il vient d'un milieu sordide et très bien décrit par Jonathan Kellerman, on voit les choses comme si on y était... On s'imagine parfaitement sa mère et le chum de celle-ci, des êtres répugnants. On a envie de prendre soin de Billy, faut dire que j'ai un fils du même âge alors ma sensibilité a été exacerbée.

Pour moi, les personnages et les lieux dans un polar sont aussi importants que l'enquête sinon plus. Ici les descriptions de personnages sont correctes, ni trop, ni trop peu. On prend plaisir à découvrir chacun d'eux peu à peu, quoique pour certains c'est convenu, ceux qui bossent dans l'industrie du cinéma par exemple. Agréable de parcourir Los Angeles avec Jonathan Kellerman, ça change d'avec d'autres auteurs même si c'est la même ville on y voit un point de vue différent. Évidemment, on est dans un polar alors ce sont les côtés sordides de Los Angeles que l'on découvre.

La fin est tirée par les cheveux, arrangée avec le gars des vues, mais c'est correct, en fait cela aurait été très désolant que les choses ne se terminent pas bien. Mais il y a quand même un lot d'invraisemblances et de facilités ce qui gâche quelque peu l'impression d'ensemble que j'ai du roman. Dommage car auparavant, tout était solide.

Certainement pas une lecture indispensable mais franchement un très bon roman d'évasion. Prenant, facile sans être simpliste, traitement conventionnel, on ne se prend pas la tête pour suivre comme avec James Ellroy mais la satisfaction livresque n'est certes pas du même niveau. Bref, j'ai aimé. Je ne me mettrai pas pour autant à parcourir l'oeuvre entière de Jonathan Kellerman (faut dire que j'ai encore jamais lu une série de polars au complet, j'aime papillonné un peu partout), mais c'est avec plaisir que je le relirai, si tous ses livres sont aussi bien, quand j'aurai envie de ce type de lecture!

Note : 4/5
(Mousseline)

p.s. Chez Amazon.ca on retrouve 126 commentaires de lecteurs sur ce livre. C'est très amusant de les parcourir : certains lecteurs affirment avec conviction que c'est le meilleur livre de Jonathan Kellerman, d'autres au contraire sont dégouttés et proclament que c'est le pire roman qu'ait écrit Jonathan Kellerman. Comme quoi les goûts...


De : Diantre65 (Message d'origine) Envoyé : 2007-03-25 03:26
La Psy de Jonathan KELLERMAN

Première fois que je lis un livre de cet auteur. Ai trouvé une appréciation sur un Canoë je crois, et devant la bonne cote que ce bouquin a récolté, je me suis dit bon, je me lance, (même si je ne suis pas un fanatique des polars), celui-ci a l'air très très bien.
Un détective de L.A. , aidé par son pote psychologue, enquêtent sur le double meurtre d'un jeunot de 20 ans et de sa copine, tués dans la voiture où ils s'adonnaient à des plaisirs charnels. Quelques jours plus tard, une psychologue réputée qui fait antenne à la Radio, se fait supprimée elle aussi un peu de la même façon.
Ces crimes semblent reliés, et les deux protagonistes vont enquêter très dur sur ces meurtres. Il en ressort un lien avec une fraude à laquelle ont participé plusieurs types.

Pendant près de 500 pages (ouf !!), le narrateur nous raconte les multiples entretiens et interrogatoires que lui et son ami policier font subir à de très nombreux personnages. Il n'y a que cela dans ce polar, des interros, tous introduits par un bref descriptif physique ainsi que celui des fringues que portent les personnages. Franchement, c'est redondant, et à mon avis peu intéressant, ça sent le remplissage, en tout cas moi je me serais contenté de 150 pages de moins.
L'intrigue est classique et contrairement à ce qu'en disait la critique très élogieuse que j'en avais lue, dépourvue de véritable suspense. Oui c'est vrai, je ne suis pas porté sur les polars, mais il me semble qu'il y a des limites à vouloir noircir 492 pages pour pas grand chose. Les deux amis qui enquêtent ensemble ont l'air de s'amuser comme des petits fous dans leur travail, mais moi je n'ai pas suivi. Personnages très peu approfondis, on ne sait pratiquement rien de leur propres vies, et ils m'ont agacé tellement ils apparaissent froids et sans sentiments devant des atrocités subites par leur semblables.
Finalement, ce n'est pas grâce à M. Kellerman que je vais devenir amoureux des romans policiers.
2/5
Diantre65


De : Sahkti1 Envoyé : 26/12/2007 22:02
Jonathan KELLERMAN, Le club des conspirateurs

Allez savoir pourquoi, j'avais une légère appréhension avant d'entamer ce Kellerman (un auteur jusqu'alors peu connu par moi), un sentiment négatif dû à je ne sais quoi, l'impression que j'allais lire une grosse machine bien huilée un peu sanglante sans grande surprise.
Je me suis trompée!
L'intrigue tourne autour de meurtres avec mutilations chirurgicales d'une extrême précision qui poussent la police à soupçonner le Docteur Jérôme Carrier, psychiatre oeuvrant au City Central Hospital. Ce dernier est un jour approché par Albert Chess, brillant professeur de l'établissement, qui l'initie à un club très étrange, de manière complètement confuse pour Carrier qui commence à mettre les pièces du puzzle en place lorsque d'autres crimes surviennent. Un puzzle qui s'étale sur plusieurs pays, plusieurs années et s'avère bien plus machiavélique que prévu.
Je précise d'emblée, rien de gore, de sanglant, de sensationnel dans ce polar et c'est très bien comme ça, j'aurais détesté!
Tout se joue dans la tête, dans les réflexions, la recherche d'indices, la compréhension, l'interaction entre les éléments... c'est subtil et j'aime bien cette manière de faire, quand la psychologie prend le dessus sur tout le reste. Il y a bien sûr une bonne dose de rebondissements, mais ils se font en finesse, tout comme l'évolution de l'intrigue.
Une belle découverte, je lirai d'autres titres de l'auteur pour confirmer ou non cette impression.

Allez savoir pourquoi, j'avais une légère appréhension avant d'entamer ce Kellerman (un auteur jusqu'alors peu connu par moi), un sentiment négatif dû à je ne sais quoi, l'impression que j'allais lire une grosse machine bien huilée un peu sanglante sans grande surprise.
Je me suis trompée!
L'intrigue tourne autour de meurtres avec mutilations chirurgicales d'une extrême précision qui poussent la police à soupçonner le Docteur Jérôme Carrier, psychiatre oeuvrant au City Central Hospital. Ce dernier est un jour approché par Albert Chess, brillant professeur de l'établissement, qui l'initie à un club très étrange, de manière complètement confuse pour Carrier qui commence à mettre les pièces du puzzle en place lorsque d'autres crimes surviennent. Un puzzle qui s'étale sur plusieurs pays, plusieurs années et s'avère bien plus machiavélique que prévu.
Je précise d'emblée, rien de gore, de sanglant, de sensationnel dans ce polar et c'est très bien comme ça, j'aurais détesté!
Tout se joue dans la tête, dans les réflexions, la recherche d'indices, la compréhension, l'interaction entre les éléments... c'est subtil et j'aime bien cette manière de faire, quand la psychologie prend le dessus sur tout le reste. Il y a bien sûr une bonne dose de rebondissements, mais ils se font en finesse, tout comme l'évolution de l'intrigue.
Une belle découverte, je lirai d'autres titres de l'auteur pour confirmer ou non cette impression. (4,5/5)


De : Clochette1509 Envoyé : 28/05/2008 15:42
La clinique - Jonathan Kellerman
Seuil policiers

L'histoire
Hope Devane, psychologue reputée à Los Angeles et féministe convaincue, est retrouvée assassinée d'une manière odieuse près de chez elle. L'enquête traine, et l'on demande alors à l'inspecteur Sturgis, aidé de son ami, le psychologue Alex Delaware, de reprendre le dossier au bout de quelques mois et d'enfin résoudre cette énigme.
Ils vont alors, tous les 2, chercher dans le passé de Hope Devane, et s'apercevoir qu'elle n'était pas forcément le personnage qu'elle laissait paraître.

Mon avis :
J'ai eu vraiment beaucoup de mal à rentrer dans l'histoire. Pourtant l'aspect "psychologie" du roman m'intéressait. Mais Alex Delaware se perdait en conjonction et j'avais ainsi l'impression que l'enquête tournait en rond. Peut-être parce que l'auteur mettait ainsi son intrigue en place.
Beaucoup de pistes s'ouvrent en même temps (la maltraitance des femmes, la mafia, le don d'organe...), ce qui du coup m'a perturbé.
Mais ce que j'ai vraiment aimé, c'est finalement la manière qu'à Alex Delaware de décortiquer son enquête, la finesse de son analyse.
Et comme quoi, même les victimes ne sont pas si innocentes qu'elles pourraient le laisser croire.
Ma note : 3/5


De : odilette84 Envoyé : 31/05/2008 19:21
Tordu, de Jonathan KELLERMAN

Vous connaissez Cold Case ?
Un événement imprévu met à jour un crime impuni dont le dossier a été mis en dormance faute de nouvelles pistes.
C’est un peu ce qui arrive à Pétra Connor…
Notre inspectrice mène deux enquêtes à la fois, tout en jouant les baby sitter pour un jeune Latino érudit venu faire une observation pour sa thèse dans le service où elle travaille.
Ce jeune homme va mettre au jour des similitudes entre divers crimes passés…à commencer par la date : le 28 juin…
Commence alors une course contre la montre car le 28 juin approche et il faut empêche un nouveau crime d’avoir lieu.

Mon avis : polar intéressant, bien construit avec des personnages sympathiques.
Une intrigue valable, les deux enquêtes menées de front sont bien ficelées.
Rien à dire. Je ne me suis pas ennuyée…même si j’avais deviné le coupable avant la fin…
Ma note : 4/5
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jonathan KELLERMAN (Etats-Unis)

Message  odilette84 le Ven 10 Juil 2009 - 17:34

la dernière note





résumé : (Amazon) : À Los Angeles, la mort de deux artistes laisse présager l'œuvre d'un
tueur en série particulièrement vicieux. Baby Boy Lee, un chanteur de blues, est retrouvé poignardé à la sortie d'un night-club. L'autre victime est retrouvée dans une galerie, garrottée le soir de sa première exposition. D'autres artistes, en pleine ascension vers la
gloire, croisent le chemin du tueur. Qui peut donc en vouloir à ces êtres possédés par leur art ?

mon commentaire : roman embrouillé et peu attrayant, comme quoi les lectures de cet auteur se suivent et ne se ressemblent pas !
l'intrigue n'est pas passionnante du tout, trop de personnages dont certains totalement inutiles . certaines
discussions alourdissent le déroulement de l'histoire et font perdre du
temps
j'ai fini par survoler les cent dernières pages... juste pour savoir ...

ma note : 1,5/5

_________________
résister c'est exister

avatar
odilette84

Nombre de messages : 2261
Age : 53
Location : Provence
Date d'inscription : 28/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jonathan KELLERMAN (Etats-Unis)

Message  Bernard le Jeu 26 Nov 2009 - 11:46

FUREUR ASSASSINE

Titre original RAGE - 2005

Seuil Policier

409 pages

Troy et Rand deux ados de 13 ans tuent Kristal, une fillette de 2 ans pour s'amuser.
Le juge demande à Alex Delaware (le héros - psychologue) d'évaluer les deux tueurs afin de décider s'ils étaient conscients de leur acte et les juger soit par un tribunal pour adultes, par dérogation, soit par un tribunal pour enfants.
Delaware s'aperçoit vite que Troy est un pervers et Rand un demeuré avec un passé pesant.
Sur les conseils de leurs avocats, ils plaident coupable, jugés par un tribunal pour enfants qui les condamne à l'enfermement dans un CYA (California Youth Authority - centre fermé pour enfants) jusqu'à l'âge de 25 ans. Ils sont enfermés dans deux centres différents.
Troy est égorgé puis pendu un mois après son incarcération.
Rand sort, pour bonne conduite, au bout de 8 ans. A sa sortie il appelle Delaware pour le rencontrer, lui disant : << je ne suis pas un mauvais garçon>>. Delaware accepte mais Rand ne vient pas. Milo Sturgis, lieutenant au LAPD, ami de Delawxare, à qui ce dernier s'est confié, découvre le cadavre de Rand sous un pont d'autoroute, abattu d'une balle dans la tête.
Delaware se rend compte que la petite Kristal avait les yeux marrons alors que ceux des deux parents sont bleus...
Après une enquête difficile, Sturgis aidé de Delaware découvrira la vérité, mais sans pouvoir le prouver. Justice sera quand même faite.

Mon avis : C'est du bon Kellerman. Intrigue bien ficelée, récit bien construit et dialogues excellents, notamment lors de l'évaluation des gamins, les interrogatoires des témoins - on frise Ellroy à certains moments, ce qui n'est pas peut dire. On ne s'ennuie pas, au contraire j'ai passé un excellent moment. L'intensité monte page après page et l'horreur avec jusqu'à frôler l'indicible, ceci dû à l'incompréhension du meurtre d'une enfant innocente. Kellerman ne tombe jamais dans la facilité ni la fausse compassion, il est à son aise. On sent l'ancien pédopsy qui prédomine dans cet ouvrage. Franchement du beau et bon boulot.

Note : 4/5

PS: je voulais collet une photo du bouquin, mais informatiquement parlant, je n'y arrive pas !

B
avatar
Bernard

Nombre de messages : 3540
Age : 72
Location : 94160 Saint-Mandé
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jonathan KELLERMAN (Etats-Unis)

Message  Mousseline le Dim 14 Fév 2010 - 3:19

Bonne critique. Et c'est inspirant. Le sujet me fait penser à cette histoire qui s'est déroulée voilà quand même plusieurs années en Grande-Bretagne je crois ? ou des enfants en avaient enlever un autre dans un shopping center pour le tuer. Faut dire que les auteurs de polars ont bien des sujets à se mettre sous la plume avec toutes les atrocités qui se passent de par le monde.

_________________
Mousseline

Magasin général tome 2 : Serge de Loisel et Tripp et L'île des chasseurs d'oiseaux de Peter May



"Happiness is only real when shared." (Christopher McCandless)
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jonathan KELLERMAN (Etats-Unis)

Message  Bernard le Dim 18 Avr 2010 - 11:01



Jonathan KELLERMAN



BILLY STRAIGHT (Billy Straight)


Seuil - 1998 - 515 pages

.
Ce livre a été, parfaitement, résumé, ci-dessus, par Mousseline


Mon avis :

Malheur à celui qui blesse un enfant !
Ce petit bonhomme de 12 ans, complétement déraciné, paumé, entre une mère qui l'aime de temps en temps, dans un éclair de lucidité, un père qu'il ne connaît pas, existe-t-il ? Et une brute de "beau" père, alcoolique, shooté, immense, menaçant, méchant gratuitement, sale, puant, motard façon Hell Angel à pied. Tout est bon pour humilier la mère et l'enfant, coups, insultes. Il déchirera les livres et les cahiers de l'enfant y compris ce livre sur les présidents américains qu'il aime tant. Gratuitement, pour faire mal. Aussi, rien d'étonnant qu'il fugue sans regarder derrière lui et sans envie de retour? Qui s'en soucie ? Sa mère, il l'espère, Billy, de temps en temps, il y pense, il aimerait qu'il lui manque et puis, comme il est intelligent, surdoué, il ne se fait pas d'illusion et passe à autre chose.
Il fuit vers Los Angeles, la grande ville anonyme, s'installe dans une grotte dans un parc immense et, un soir, est témoin d'un crime atroce. Il ne voit pas grand-chose, juste l'immatriculation de la voiture. C'est suffisant, il sait qu'il en a trop vu, alors ce sera la fuite, encore et encore, sans but, si ce n'est celui de survivre. Pourtant, lui la mérite la vie. Il s'accroche au système, l'accepte car avec ses petites mains qu'y peut-il? La rue c'est la rue. Il vole, se débrouille, s'immisce à la bibliothèque et lit, emprunte et rend des bouquins, sauf un, le livre des présidents.
L'assassinée, femme d'un acteur de feuilleton à l'eau de rose, implique de prendre l'enquête avec des pincettes mais avec des résultats et vite car la police va de fiasco en fiasco. Alors, bien sûr, la hiérarchie policière commet des erreurs, comme laisser publier dans la presse le portrait robot du gamin, avec une prime de 25.000 $ à la clé, offerte par le père de la victime, pour tout renseignement. Ouverture de la chasse pour tous les affamés de fric, à commencer par la brute épaisse qui sert de beau père intérimaire à Billy et, bien entendu, l'assassin.
Un havre de paix s'ouvrira à Billy en la personne d'un vieux juif dont la famille a péri dans les camps de la mort et qui connaît la solitude, la désolation et la haine pour les avoir vécues bien des années plus tôt. Un peu de soleil dans l'eau froide. Cela ne durera que l'espace d'un soupir et la chasse se poursuivra inlassablement, jusqu'au dénouement.
J'ai aimé, j'en redemande. Billy chez Kellerman comme Mark dans Le client de Grisham, sont des enfants comme il en existe beaucoup trop, avec ceci, en plus, que leur volonté de survie est supérieure à la normale et que c'est du roman, donc de l'imaginaire, certes mais la matière existe réellement. Billy Straight se singularise par l'écriture à deux voix, la narration et la réflexion ainsi que le ressenti de l'enfant, écrits à la première personne. Ces deux droites parallèles, heureusement, finiront par se rejoindre, après bien des péripéties et découvertes macabres au fil de l'avancée de l'histoire. Kellerman, l'enfance, il connaît, c'est son ancien boulot, donc c'est solide et bien écrit, sans fioriture, pas besoin. Style impeccable, vocabulaire de circonstance, selon les personnages, un chat reste un chat.
Petra Connor, inspectrice, se débat dans ce monde d'hommes et de vilenies à son avantage. Elle aussi a eu des hauts et des bas. Elle aussi est victime de la société. Pas de nombrilisme, pas d'apitoiement, à la fin, un peu, avec le gamin, juste quelques pages, doit-on en faire grief à Kellerman ? Je ne voterai pas dans ce sens. Il m'a pris aux tripes cet homme, m'a guidé à la suite de Billy, il a fait de moi un défenseur, un participant, un vengeur, un redresseur de torts...Bref, une lecture d'excellent aloi, qui appellera une relecture, pas tout de suite, un jour, certainement.
Malheur à celui qui blesse un enfant !

4,75/5

B
avatar
Bernard

Nombre de messages : 3540
Age : 72
Location : 94160 Saint-Mandé
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jonathan KELLERMAN (Etats-Unis)

Message  Fabienne le Dim 2 Mai 2010 - 14:24

La preuve par le sang de Jonathan Kellerman

Edition Seuil Policiers 313 pages





Ma note : 3.5/5

Résumé (Amazon)

Appelé
d'urgence au chevet d'un petit garçon cancéreux, le Dr Alex Delaware
tente de convaincre les parents de faire soigner leur enfant. Affiliés
à la sombre secte des "Toucheurs", ceux-ci refusent d'entendre raison.
L'enfant disparaît mystérieusement de l'hôpital, et la chambre d'hôtel
des parents est éclaboussée de sang. Alex n'a plus d'autre choix que
d'appeler à la rescousse son vieil ami l'inspecteur Sturgis...

Ma critique :

On retrouve avec plaisir le docteur Delaware et son grand copain du LAPD Milo Sturgis. Ici, ils doivent sortir un enfant des griffes d'une secte. Mais, cela serait trop beau, le seul problème ne vient pas que de la secte. Les parents sont très bizarres, ma soeur incompréhensible, un passé dans cette famille plein de secrets inavouables. Le personnel médical autour de l'enfant n'est pas exempt de critiques et n'arrange pas les choses.

Bref, Alex Delaware va avoir du boulot avant de déméler tout ça. Son copain Milo Strurgis va lui donner encore une fois un coup de main même s'il a encore un rôle secondaire. En effet, il s'agit de la seconde enquête du Docteur Delaware après Le rameau brisé. Lorsqu'on lit les enquêtes suivantes, on s'aperçoit de l'évolution des personnages. Une lecture agréable même si cela n'est pas mon préféré de Kellerman.

_________________
Lecture en cours :  En un monde parfait - Laura Kasischke
Challenge USA : 18/50
avatar
Fabienne

Nombre de messages : 1957
Age : 52
Location : Sud ouest de la France
Date d'inscription : 03/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jonathan KELLERMAN (Etats-Unis)

Message  Fabienne le Dim 21 Aoû 2011 - 19:57

FUREUR ASSASSINE de Jonathan KELLERMAN
Editeur Points. 471 pages



Résumé :

Deux adolescents enlèvent et tuent une fillette. Crime apparemment "gratuit". Ils reçoivent une peine de 8 ans à la prison pour mineurs. L'un deux est assassiné dès le premier mois. Le second, un peu simple d'esprit, sort au bout de 8 ans. Il appelle alors le psychologue Alex Delaware qui l'avait suivi à l'époque, pour lui signaler qu'il n'est pas un méchant et qu'il avait quelque chose à lui raconter. Là-dessus et avant qu'il puisse parler, il est assassiné à son tour. L'inspecteur et ami d'Alex, Milo Strurgis, n'y voit qu'une coïncidence mais Alex, lui, soupçonne quelque chose de plus grave. L'inspecteur et le psy vont mener leur enquête.

Critique :

L'intrigue est bien menée. L'auteur multiplie les fausses pistes, les suspects et les rebondissements. Même si j'ai réussi à trouver le "méchant" avant la fin, le dénouement est bien amené.
Les deux personnages principaux sont toujours aussi sympathiques et c'est avec plaisir que je suivrai avec eux une autre enquête.

Ma note : 4/5

_________________
Lecture en cours :  En un monde parfait - Laura Kasischke
Challenge USA : 18/50
avatar
Fabienne

Nombre de messages : 1957
Age : 52
Location : Sud ouest de la France
Date d'inscription : 03/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jonathan KELLERMAN (Etats-Unis)

Message  Cyrielle le Lun 22 Aoû 2011 - 7:19

Il a l'air très bien celui ci.

Je vois que c'est une sorte de série avec un duo d'enquêteur, on peut les lire séparément ou faut il commencer par le premier?
avatar
Cyrielle

Nombre de messages : 7382
Age : 30
Date d'inscription : 27/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jonathan KELLERMAN (Etats-Unis)

Message  Fabienne le Lun 22 Aoû 2011 - 9:03

Cyrielle, tu peux les lire séparément sans problème. Bien sûr, il y a une évolution dans la vie des personnages (mariage, séparation...) mais cela ne gêne pas la compréhension de l'intrigue.

_________________
Lecture en cours :  En un monde parfait - Laura Kasischke
Challenge USA : 18/50
avatar
Fabienne

Nombre de messages : 1957
Age : 52
Location : Sud ouest de la France
Date d'inscription : 03/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jonathan KELLERMAN (Etats-Unis)

Message  cookie610 le Mar 14 Fév 2012 - 15:42

Fureur assassine

Note : 4/5

Résumé
: Troy et Rand sont deux adolescents lorsqu'ils kidnappent et tuent Kristal, une fillette de 2 ans. Alex Delaware, psychologue, est chargé de faire une évaluation des deux ados. Ils sont enfermés dans un centre pour mineurs, Troy se fait rapidement assassiné dans une affaire de gang et Rand finit par sortir au bout de 8 ans de détention. Il contacte alors le Dr Delaware et ils conviennent d'un rendez-vous mais rapidement, le cadavre de Rand est découvert par la police.

Critique : une intrigue intéressante, bien ficelée et assez compliquée (et tordue) pour être intéressante sans trop l'être. J'ai passé un excellent moment en compagnie des deux enquêteurs . C'est dommage qu'on voie finalement assez facilement qui est le grand méchant et pourquoi, ça casse un peu le rythme et tue le suspense. C'est le premier livre de la série que je lis et comme ce n'est pas le 1er de la série à proprement parlé, j'ai eu un peu de mal à cerner les personnages (les relations de couple par exemple) mais ça n'a pas gêné la compréhension globale de l'histoire. Les deux personnages sont de plus très attachant. Au final, j'ai passé un très bon moment, c'est un bon polar dans le genre et à l'occasion, ce sera avec plaisir que je découvrirais une autre enquête de ce duo.

avatar
cookie610

Nombre de messages : 4734
Age : 27
Location : Lyon
Date d'inscription : 28/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jonathan KELLERMAN (Etats-Unis)

Message  Bernard le Sam 2 Juin 2012 - 14:38



LA SOURDE

Points - 2000 - 584 pages


Quatrième de couverture :

Milo Sturgis, policier dont la carrière est bloquée en raison de son homosexualité affichée, et Alex Delaware, fin psychologue qui met ses talents au service de la lutte contre le crime, travaillent en tandem. Ils sont confrontés à une série d'assassinats mystérieux qui frappent de jeunes adolescents infirmes ou retardés mentaux. La dimension eugéniste de ces meurtres n'échappe pas à Delaware. Il devra infiltrer les milieux américains d'extrême droite et affronter les tenants d'une idéologie fanatique afin de démanteler un réseau de partisans de l'élimination des faibles dont les ramifications s'étendent même dans les institutions chargées de les protéger.

Mon commentaire :

Assassiner un enfant ou des enfants, c'est horrible. Assassiner des enfants handicapés c'est épouvantablement dégueulasse. La première victime est sourde, d'où le titre, une jeune fille, fille de diplomate israélien en poste à L.A. Les autres victimes, jeunes enfants, garçons ou filles, blancs ou noirs sont tous handicapés.
Le flic Sturgis et le psy Delaware s'y collent et pataugent dans les grandes largeurs au départ, car mis à part leur handicap rien ne relie les homicides. La famille de la jeune sourde tient à ne pas ébruiter l'affaire, ce qui semble louche à nos duettistes, louche car bien que le père s'en défende, ça pue le Mossad à plein nez. Ils n'ont pas tort, loin s'en faut et ils apprendront de la bouche même du diplomate qu'ils ont été choisis pour élucider le meurtre par le diplomate soi-même qui leur adjoindra un policier israélien qui, lui, ne cachera pas son appartenance aux services secrets israéliens.
De découverte en découverte et en enquêtant dans les milieux interlopes de la ville, ce qui n'est pas une mince affaire, Los Angeles étant la Mégapole par excellence, ils se rapprocheront des milieux extrémistes, nazillants et eugénistes.
Les proportions prises par l'enquête améneront les supérieurs de Sturgis à le dessaisir de l'affaire, l'israélien du Mossad sera renvoyé d'où il vient.
C'est mal connaître notre couple de héros, ce genre de situation ayant sur leur comportement l'effet inverse. Ils iront jusqu'au bout et renverseront les superbes envers et contre tous. Ce qui vaudra une promotion à Sturgis au grade de Lieutenant tout en ayant pour effet de l'obliger à garder une totale discrétion sur ce qu'il a vu. Comme il le dira lui-même :
- Que pouvaient-ils faire d'autre ?

Franchement je m'attendais à mieux, peut-être deviens-je trop exigeant avec cet auteur ? Cependant, pour ma part, j'aurais organisé le bouquin tout autrement et n'aurait pas tenu compte du côté espion, espion et demi, qui, il faut le reconnaître, n'est pas dans ses cordes, ce qui n'est pas donné à tout le monde. N'est pas Ludlum qui veut. Cette dimension nous égare de l'enquête policière elle même et les zones d'ombre restent jusqu'à la fin sans pour autant affaiblir la lecture, en la dépréciant quand même. Les phénomènes liés à l'extrême droite, au national socialisme voire aux théories eugéniques, si, certes, elles existent encore, ont du mal à se commettre avec une banale (sans minimiser l'horreur des gestes) enquête policière. Dans la réalité la police judiciaire ou pas n'aurait jamais vu ni même entr'aperçu ne serait-ce qu'une miette d'une telle affaire. Alors et la fiction et le romanesque me direz-vous et vous aurez raison, et bien oui, mais alors dans un cadre différent, d'autres protagonistes, une dimension plus élargie et un auteur spécialisé, ce qui n'est pas le cas de Kellerman soit dit sans l'offusquer (car qui sait, rien ne dit qu'il ne lit pas ces lignes !).

Pour l'écriture, comme d'habitude, elle est à la hauteur du talent de l'auteur, vocabulaire riche mais simple, intrigue bien menée, protagonistes bien définis et comma toujours, Milo et Alex remarquables de connivence et d'application.

Pour les inconditionnels de Jonathan Kellerman.

3,5/5

B
avatar
Bernard

Nombre de messages : 3540
Age : 72
Location : 94160 Saint-Mandé
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jonathan KELLERMAN (Etats-Unis)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum