S. Othman KELANTAN (Malaisie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

S. Othman KELANTAN (Malaisie)

Message  gallo le Ven 14 Nov 2008 - 18:41

De : lucepico (Message d'origine) Envoyé : 24/05/2003 17:23
Le vent du nord-ouest , par S. Othman Kelantan.
(Actes Sud, collection UNESCO d'oeuvres représentatives)

Roman Malais, 138 pages

3.75/5

Plus qu'un roman, une leçon d'humilité.
L'hisoitre d'un pêcheur Malais et sa famille; sa femme dont il est toujours amoureux, ses 6 enfants dont un gravement handicapé, et le souvenir de ses 4 enfants perdus.
Le pêcheur vivant d'espoir, de foi. La foi en Dieu qui décide de tout, Dieu vengeur, Dieu sauveur. La foi en l'amour de sa femme, en son fils handicapé, don de Dieu.
C'est une leçon de vie que de voir l'amour et la foi de ceux qui n'ont rien d'autre que la mer pour vivre ou mourir. Le mer qui berce leur vie, la mer qui donne et qui prend la vie. (La mer qui pour nous signifie juste vacances...)
Je suis émue par ce roman. Il donne de la force et nous rappele combien nous avons tout. Combien il est insencé de se plaindre le ventre pein, dans notre pays de connaissances riche de sa culture multiethnique. Combien la vie est dure sur certains coins du globe, combien certains sont confinés à leur vie qui pour nous, avec nos connaissances occidentales, semble si pitoyable.

Tout à l'opposé de Voyage au Portugal avec un Allemand que j'ai lu la semaine passée. L'histoire d'un homme heureux de vivre pour faire vivre les siens.

Contrairement au roman du mois dernier (Allah n'est pas obligé), on ne lit pas l'histoire d'un pays mais bien d'une famille. Ce roman tout simple on le lit entre les lignes.


De : la-grande Envoyé : 12/03/2004 15:04
S. Othman KELANTAN - LE VENT DU NORD-EST

Un pêcheur malais et sa famille composée de sa femme et de ses 6 enfants vivent dans la misère, aux aguêts pour le vent du Nord-Est qui annonce la saison des pluies. Une saison où la pêche n'est plus possible à cause des mauvaises conditions climatique. Les pêcheurs du village, et leurs familles, se voient alors contraints à vivre plusieurs mois en empruntant l'argent nécessaire pour subvenir aux besoins de tous.

Un récit où la présence de Dieu est partout - mais ce n'est pas agaçant. Ce sont des gens bons, profondément croyants (musulmans) et pour qui Dieu est la source de vie, source de mort et qui laissent leur sort entre les mains de celui qu'ils considèrent comme Tout Puissant.

C'est un roman triste et troublant parce que, malgré la misère et la pauvreté, ces gens continuent de croire en des jours meilleurs et refusent de se laisser abattre. Ce n'est pas un roman d'espoir, loin de là mais ça nous permet de regarder autre chose que notre nombril et réaliser que d'autres bien vivent dans des conditions que nous pouvons trouver inacceptables avec nos yeux d'occidentaux.

Merci Luce!

Note: 4/5
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum