Elliot PERLMAN (Australie)

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Elliot PERLMAN (Australie)

Message  Louvaluna le Ven 14 Nov 2008, 07:32

De : Sahkti1 (Message d'origine) Envoyé : 18/05/2006 08:40

Elliot PERLMAN, Ambiguïtés
Littérature australienne

"La folie est le prix à payer pour le temps passé à être trop lucide."

Simon Heywood est instituteur. Pour avoir un jour perdu un enfant dont il était responsable, il perd son job et passe désormais son temps à se morfondre en regardant les murs et en buvant un peu trop. Simon a du temps devant lui, beaucoup trop, ça lui permet de penser, à tout et à rien, notamment à Anna, une étudiante dont il était autrefois follement amoureux et qui a aujourd'hui recommencé sa vie. Par désespoir, dans le but peut-être de la reconquérir, il agit sur un coup de sang et enlève son fils Samuel. Depuis, Simon attend son jugement pour enlèvement.

Autour de cette histoire qui pourrait n'être qu'un banal fait divers qui se termine plutôt bien, Elliot Perlman construit un récit de 800 pages prenantes, palpitantes. Tout s'articule autour de sept personnes dont les témoignages et les digressions permanentes vont aider à éclairer ce qui s'est passé dans la tête de Simon, mais vont aussi permettre de dresser un portrait au vitriol d'une certaine société australienne. Les relations humaines sont décortiquées par le menu et le découpage du récit en sept parties, sept voix, apporte une complexité supplémentaire à l'ensemble. Le lecteur observe à travers sept paires d'yeux différentes et il est aisé de se tromper et de finir par tout mélanger. C'est d'ailleurs un des aspects intéressants de ce très bon roman, cette faculté à brouiller les pistes, comme nous le ferions tous si nous recevions sept versions de la même histoire. On croit un peu chacun, on ne sait plus que penser et au final, on obtient un méli-melo à décortiquer selon nos sensibilités. On y parle de mort, de culture, de religion, de relations sociales... c'est toute notre société qui est passé au crible par les protagonistes de "Ambiguïtés".

C'est rudement bien écrit et Perlman passe avec habileté d'un témoignage à un autre, augmentant au fur et à mesure les infos distillées et du coup, notre propre trouble. A lire!
Ma note: 4,5/5



De : odilette84 Envoyé : 19/06/2006 21:48

TROIS DOLLARS
Elliot PERLMAN

Robert Laffont Pavillons
Trad fr. 2006
403 pages

Résumé : Un matin, Eddie trente huit ans se retrouve sur le quai d’une gare avec trois dollars en poche et rien d’autre.
Il a pourtant suivi de bonnes études, épousé une femme intelligente et sensible, occupé un emploi passionnant…alors comment en est-il arrivé là ?
Tout a commencé se souvient-il le jour où la petite fille blonde dont il était amoureux a quitté sa vie parce qu’elle était riche. Contrairement à lui. Il avait huit ans.
Tissé de coïncidences, de rencontres tragi-comiques et de quiproquos absurdes, le roman d’Elliot Perlman est le portrait cruel d’un monde où le cours de la bourse prend le pas sur celui de la vie humaine.
C’est aussi un magnifique hymne à l’amour.

Ma critique :
Ce roman est le premier d’Eliot Perlman. Edité en Australie en 1998. Il a été couronné à l’époque en Australie par The Book of The year Award.
J’ai pris beaucoup de plaisir avec ce livre. Un style nouveau avec beaucoup de réflexions personnelles ou « comment une idée en entraîne une autre puis une autre puis une autre et on perd le point de départ »…ce qui nous arrive tous les jours en fait.
Eddie n’a rien d’exceptionnel, mais sa descente aux enfers est dure à accepter. Il n’a strictement rien fait de mal, si ce n’est dire la vérité à un moment où il fallait mieux se taire.
C’est pour moi une découverte de l’Australie et de la difficulté d’y vivre. Son système économique basé sur le profit et la rentabilité, son racisme, son gouvernement corrompu.
Des thèmes que l’on connaît dans de nombreux pays plus proches, mais sur fond d’Australie, cela paraît assez exotique.
Je crois savoir qu’il est prévu d’en faire un film (à moins que ça ne soit déjà fait )
Son autre roman s’appelle « ambiguités ».
Je vais partir à sa recherche sous peu

Ma note : 4/5



De : odilette84 Envoyé : 13/08/2007 22:20

Ambiguïtés.

Simon, un homme dépressif, enlève le fils de la femme qu’il aime toujours 10 ans après leur rupture.

A partir de ce fait divers, l’auteur crée un livre choral. Sept personnages impliqués à divers degrés prennent successivement la parole. Ils ne se réfèrent pas tous à l’événement, mais font évoluer le récit et nous racontent une tranche de leur vie. Celle ci a été influencée par le geste de Simon, soir directement, soit par répercussion. Cela me fait penser aux ondes provoquées par le jet d’une pierre dans l’eau. Elles s’éloignent de manière concentrique mais l’eau garde longtemps la trace de l’événement.

J’ai aimé ce pavé (environ 900 pages). C’est une réussite à de nombreux égards. L’auteur est érudit, et tout en nous livrant une histoire d’un suspens envoûtant, il évoque l’Australie, l’économie du pays, son système de santé, la psychiatrie, la littérature.

Ce roman a été classé parmi les 10 meilleurs livres de l’année par le magazine Lire en 2005.

Ma note 4/5



De : Houppelande Envoyé : 09/09/2008 00:43

Ambiguités

Simon, instituteur au chômage, enlève le fils de son ancienne petite amie, Anna, qui ne l'a pas revu depuis 10 ans.

Pourquoi? Ce livre répond en partie à cette question, mais il nous transporte aussi dans de nombreuses autres directions, à travers 7 narrateurs différents. On observe l'impact du geste de Simon sur la vie de diverses personnes, qui nous parle aussi de leur vie, leurs secrets, leurs douleurs, leurs difficultés à vivre dans un monde qui valorise autant l'argent. L'auteur voulait clairement faire une critique de la société australienne (en fait, de la société occidentale), mais il n'a pas pour autant sacrifié la trame romanesque (au contraire!).

Ce livre est très prenant, il m'a rendu la vie difficile, car être accro à un pavé de presque 900 pages quand on a une vie (travail, copain, appartement à tenir, famille, amis, rien de bien extravagant quoi!) c'est épuisant!

Et malgré ce nombre incroyable de pages, je n'ai pas trouvé de longueur. Vraiment, ça vaut la peine!

4.5/5
avatar
Louvaluna

Nombre de messages : 1131
Location : France (Est)
Date d'inscription : 28/10/2008

http://biblioscopie.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elliot PERLMAN (Australie)

Message  Lacazavent le Ven 28 Mai 2010, 08:44

Trois dollars d' Elliot Perlman
Robert Laffont, Pavillons / 407 pages







Quatrième de couverture :
À trente-huit ans, un beau matin, Eddie se retrouve sur un quai de gare avec trois dollars en poche. Et rien d’autre… Pourtant, pense-t-il, il a fait tout ce qu’il fallait. Il a suivi de bonnes études, il a épousé
une femme intelligente et sensible, pris un emploi passionnant, contracté un crédit raisonnable pour acheter un pavillon où loger sa famille... Alors comment en est-il arrivé là ? Tout a commencé, se souvient-il, ce jour de ses huit ans, où la jeune fille blonde dont il était amoureux a quitté sa vie parce qu’elle était riche et lui non...



Voici plusieurs jours que j'ai terminé ma lecture et j' en ai encore des images plein la tête. Trois dollars est le premier livre que je lis d'Elliot Perlman et je suis littéralement tombé sous le charme de son écriture de son style si dense et travaillé. Dans le Melbourne d'Eddie, il y a de l'amour, de la tendresse, de l'humour, une pointe d'ironie mais aussi toute la cruauté de nos sociétés moderne. En partant d'un petit rien trois dollars en poche et d'une fille qu'il revoie étrangement tout les neufs ans et demi se tisse peu à peu une histoire qui retrace avec brio tout la simplicité et la complexité d' une vie.

"Tous les...neufs ans et demi... je revois Amanda." Cette phrase dispersée tout au long du roman sous diverse forme donne le ton, on oscillera en permanence entre des souvenirs et le monde présent. Eddie est un personnage des plus attachants, j'ai été ému et touché par cet homme. On le rencontre enfant avant de le suivre dans le monde des adultes et plus il vieillit et plus son univers se délite pour disparaître peu à peu le chaos. Les émotions sont discrètes mais elles sous-tendent directement ce roman absolument magnifique.
À lire sans hésiter

Le seul tout petit bémol serait pour le manque de note en fin de page, les références culturels sont extrêmement présentes. J'aurais aimé pouvoir les comprendre.


5/5
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5583
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elliot PERLMAN (Australie)

Message  petitemartine le Ven 28 Mai 2010, 13:18

Merci pour cette critique Lacazavent. C'est le seul livre d'Elliott Perlman que je n'ai pas lu ( bon, il n'en a écrit que 3 pour le moment, alors c'est pas difficile )et en lisant ton avis j'ai l'impression que je vais retrouver son style si particulier que j'aime dans ce livre aussi. C'est décidé, je vais m'empresser de le lire

Je te conseille ses autres livres, ils sont excellents aussi !
avatar
petitemartine

Nombre de messages : 2384
Age : 46
Location : Morbihan /France
Date d'inscription : 04/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elliot PERLMAN (Australie)

Message  valérie le Lun 31 Mai 2010, 04:56

AMBIGUITES chez ROBERT LAFFONT 646 pages
Résumé de l'éditeur
Simon,instituteur brillant et estimé,est au chomage.Un après-midi,sans que rien ne laisse prévoir son geste,il enlève un petit garçon à la sortie de l'école...
Un petit garçon dont il a follement aimé la mère dix ans plus tôt.

L'auteur nous offre le point de vue de sept personnes ,toutes liées,sur cet enlévement.A travers leur témoignage et leur anlyse psychologique,il nous livre
un portrait sans concessions de la société australienne.
C'est un roman très dense et très prenant .4/5
avatar
valérie

Nombre de messages : 779
Age : 51
Location : marseille
Date d'inscription : 01/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elliot PERLMAN (Australie)

Message  zozinette le Mer 16 Juin 2010, 07:12

TROIS DOLLARS - ELLIOT PERLMAN


Quatrième de couverture

A 38 ans, un beau matin, Eddie, se retrouve sur un quai de gare avec 3 dollars en poche. Et rien d'autre... Pourtant, pense-t-il, il a fait tout ce qu'il fallait. Il a suivi de bonnes études, il a épousé une femme intelligente et sensible, pris un emploi passionnant, contracté un crédit raisonnable pour acheter un pavillon où loger sa famille... Alors comment en est-il arrivé là? Tout a commencé, se souvient-il, ce jour de ses 9 ans, où la jeune fille blonde dont il était amoureux a quitté sa vie parce qu'elle était riche et lui non...


Mon avis

En ces temps de crise ce livre raisonne de façon ironique. Le sujet peut se résumer à : comment un homme peut-il tout perdre d'un jour à l'autre?

Avec un talent inouï Perlman nous fait entrer dans la vie d'Eddie. Il a 9 ans au début du livre, 38 à la fin et on le suit année après année. A travers sa vie sentimentale, ses études, son travail, sa vie de famille on fait connaissance avec la vie actuelle australienne. Les petites magouiles du gouvernement, le capitalisme, la difficulté de joindre les deux bouts à la fin du mois. Mais rien n'est sombre dans ce roman, bien au contraire.

Elliott Perlman aime ses personnages et ça se ressent. Ils ont tous beaucoup d'épaisseur, ils sont fouillés et sont terriblement attachants. Comment ne pas aimer cette petite Abby si vivante ou s'attacher à Tanya, tellement sensible, ou Kate?

C'est un livre qui marque, un de ceux dont on a du mal à se détacher.
Un livre que je vais aimer relire.


Ma note

5/5
avatar
zozinette

Nombre de messages : 2437
Age : 43
Location : belfort, franche-comté
Date d'inscription : 15/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elliot PERLMAN (Australie)

Message  mawani le Mer 16 Juin 2010, 07:45

Super Zozinette, je suis bien tentée par ce livre.
Je le mets dans ma lal.
avatar
mawani

Nombre de messages : 80
Age : 54
Location : Belfort :franche comté
Date d'inscription : 10/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elliot PERLMAN (Australie)

Message  zozinette le Jeu 17 Juin 2010, 11:06

Mawani, il est à la bibli des 4 As, n'hésite pas une seconde, c'est un livre absolument génial
avatar
zozinette

Nombre de messages : 2437
Age : 43
Location : belfort, franche-comté
Date d'inscription : 15/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Ambiguités d'Elliot PERLMAN

Message  petitemartine le Lun 21 Juin 2010, 16:26

AMBIGUITES

J'ai lu ce livre il y a environ un an et j'ai retrouvé ma petite critique que je n'avais pas déposée à l'époque.
Je vous la livre donc un an plus tard....


Résumé du livre
"Simon, instituteur dans le primaire, brillant et estimé, est au chômage.
Il vit avec son chien dans un appartement au bord de la mer. Mais Simon
boit trop et passe ses journées à lire. Un après-midi, sans que rien ne
laisse prévoir son geste, il enlève un petit garçon à la sortie de
l'école... Un petit garçon dont il a follement aimé la mère, Angela, dix
ans plus tôt. Crime d'un pervers masqué en héros romantique ? Acte
désespéré d'un homme abîmé par le chômage ? Fixation pathologique sur
une femme indigne ? Simon est-il une victime ou un manipulateur ?....
Sept personnages témoignent. Tous sont acteurs de l'événement qui a fait
la une. Ils racontent leur version des faits et, peu à peu, se
racontent, eux, leurs espérances, leur souffrance, leur lutte."

Mon avis
J'ai eu un peu de mal au début du roman et je l'avais laissé un peu tombé
pour d'autres plus légers... j'ai eu tort car ensuite difficile de s'y
replonger sans rien oublier !
Je me demandais même pourquoi ce livre avait eu autant de
bonnes critiques et finalement j'ai compris !

Malgré quelques longueurs, j'ai trouvé beaucoup de passages passionnants. Mais c'est vrai qu'on ne peut pas sauter
une ligne ( enfin moi ! ) sinon on est vite perdue
Attention, ce n'est pas un livre sur l'enlèvement du petit garçon , il
s'agit surtout d'expliquer la cause de cet acte ; une écriture très
dense, très riche, très documentée. C'est extrêmement bien écrit.
Comme le dit le résumé, sept personnages plus ou moins impliqués, se
racontent à la première personne, chacun leur tour : c'est l'occasion de débattre alors de
la bourse, de la prostitution, du système médical, de psychologie, de
l'univers carcéral, bref de la société et de ses magouilles en
Australie....
Les personnages sont attachants, il y a beaucoup de réflexions
intéressantes...

Pour moi, ce livre vraiment le coup et je lui pardonne les quelques
longueurs...
Je dis BRAVO à l'auteur, ce livre est tellement riche ! Un livre qui est resté dans un coin de ma mémoire depuis sa lecture.
avatar
petitemartine

Nombre de messages : 2384
Age : 46
Location : Morbihan /France
Date d'inscription : 04/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elliot PERLMAN (Australie)

Message  Bernard le Mar 22 Juin 2010, 09:21

Merci de cette jolie critique Petitemartine. Je trouve que les histoires racontées par plusieurs personnages apportent énormément à un bouquin.

B
avatar
Bernard

Nombre de messages : 3540
Age : 72
Location : 94160 Saint-Mandé
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elliot PERLMAN (Australie)

Message  petitemartine le Mar 22 Juin 2010, 14:20

Merci Bernard

Trois dollars

Ce livre nous conte l'histoire d'Eddie ( tiens encore un ! Bien différent de l'Eddie de l'arrangement d'Elia Kazan lu juste avant !! Mais ce prénom semble être de bonne augure pour cette lecture )
Au début de cette histoire, Eddie a une dizaine d'année, il vit ses premiers émois avec sa petite copine Amanda, genou contre genou, cachés dans la penderie.... A la fin de l'histoire, Eddie a 38 ans et il n'a plus que trois dollars en poche. Que s'est-il donc passé entre temps ?
Elliot Perlman prend tout son temps pour nous raconter une vie d'enfant, puis d'étudiant, puis d'ingénieur chimiste, de mari heureux, de propriétaire, de père de famille, bref une belle vie ! Une vie ponctuée de 4 brèves rencontres avec belle Amanda... Comment en est-il arrivé à tout perdre ?
Une histoire qui se déroule en Australie, pays au système économique de requins, en crise, un racisme ambiant, les magouilles des grosses firmes fermant les yeux devant la pollution industrielle... Tout y passe à travers l'histoire d'Eddie.
C'est très bien écrit, c'est juste, un peu d'humour et de mélancolie, des personnages attachants plein de sensibilité.
Je suis enchantée

Voici un extrait très parlant vers la fin du livre :

"J'ai parlé d'Amanda à Nick, des quatre épisodes Amanda, de Tanya ( sa femme qu'il adore ) , depuis le berceau de ma civilisation jusqu'au lit, de Gerard, de Kate et de Paul, de la joie d'Abby ( sa fille ) , du ministère de l'environnement et de l'aménagement et de M. Claremont et de son golfe, de l'épilepsie et de mon père, des muffins à la myrtille et de la suprématie du stoppage. Je lui ai parlé des conseils en recrutement qui se faisaient passer pour des amours d'enfance et du refuge si mal connu qu'offrent les sorties de secours, où l'on s'évade vraiment de tout, bien plus sûrement que dans un club de vacances. Il s'est levé sans rien dire, a vérifié que ma tasse était vide et puis il l'a emportée jusqu'à l'évier où lentement, il l'a lavée et séchée...."

Ma note : 5/5
avatar
petitemartine

Nombre de messages : 2384
Age : 46
Location : Morbihan /France
Date d'inscription : 04/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elliot PERLMAN (Australie)

Message  zozinette le Mar 22 Juin 2010, 14:34

Trois lectures et trois coups de coeur pour le même livre
avatar
zozinette

Nombre de messages : 2437
Age : 43
Location : belfort, franche-comté
Date d'inscription : 15/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elliot PERLMAN (Australie)

Message  Bernard le Mar 22 Juin 2010, 14:38

Oui, il ne reste plus qu'à le lire.

B
avatar
Bernard

Nombre de messages : 3540
Age : 72
Location : 94160 Saint-Mandé
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elliot PERLMAN (Australie)

Message  zozinette le Mar 22 Juin 2010, 15:25

En ce qui me concerne c'est déjà fait, mais si vous avez l'occasion n'hésitez pas
avatar
zozinette

Nombre de messages : 2437
Age : 43
Location : belfort, franche-comté
Date d'inscription : 15/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elliot PERLMAN (Australie)

Message  Lyreek le Mar 06 Juil 2010, 08:05


Trois dollars - Elliot Perlman
Robert Laffont - 402 pages


Eddie, bientôt la quarantaine, marié et père d'une petite fille, se retrouve un jour avec seulement 3 dollars en poche. Comment a-t-il pu tout perdre alors qu'il avait toutes les cartes en main pour réussir dans la vie?

Ah! Je n'aime pas être la voix dissonante parmi un concert de bonnes critiques mais bon, je dois bien avouer que je n'ai pas été autant touchée par ce livre que les rates qui l'ont lu avant moi. Non pas que le livre soit mal écrit ou que la vie d'Eddie ne m'ait pas intéressé, mais je ne sais pas, je n'ai pas réussi à entrer totalement dans le roman. Peut-être avais-je trop d'attentes?
J'ai eu beaucoup de mal en tout cas à suivre Eddie dans sa déchéance, ça m'a vraiment plombé le moral. Sans doute n'était-ce pas le bon moment pour moi pour lire ce livre.
J'ai aimé la première moitié, l'enfance d'Eddie, puis sa vie de jeune adulte, un peu de trop de coïncidences parfois mais ça reste plaisant à lire.
Par contre, je n'ai pas bien compris le personnage d'Amanda, ses brèves apparitions dans la vie d'Eddie m'ont laissé dubitatives, je pensais qu'elle aurait un rôle bien plus important dans le roman.
Au final, je ne sais pas vraiment quoi penser de ce livre, je n'ai pas adoré mais je n'ai pas détesté non plus, je reste perplexe. S'il n'y avait pas tant d'autres livres à découvrir, je crois que je le relirai.

Cela dit, j'aimerais de nouveau lire Perlman, c'est tellement rageant de passer à côté d'un livre que tout le monde apprécie, j'aimerais lui accorder une autre chance.

3/5

_________________
Lecture en cours : Le pélérinage de Osamu Hashimoto

"Lire est le seul moyen de vivre plusieurs fois"
avatar
Lyreek

Nombre de messages : 2253
Age : 35
Location : Côte d'Azur, France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elliot PERLMAN (Australie)

Message  anna44 le Lun 09 Aoû 2010, 18:15

Ambiguïtés, Elliot Perlman (LV Odilette)

Résumé : Simon, homme d'une quarantaine d'années vit de manière solitaire depuis qu'il a été mis au chômage de son métier d'enseignant.
Il est uniquement accompagné de Angela, jeune prostituée, victime de la vie, qu'il a rencontrée par hasard lors de ses déambulations dans la rue ; et de Alex, le psychiatre que son père lui paye.
Simon vit dans le souvenir de son amour pour son ex petite amie, Anne, qui elle, est bien ancrée dans la vie réelle, avec un mariage qui bât de l'aile, un petit garçon qu'elle ne comprend plus et un travail qui l'ennuie...
Cet attachement perpétuel de Simon pour Anna va l'entraîner à certains actes qui vont profondément modifier le cours de toutes ces vies.

Commentaire : Le livre est découpé en plusieurs parties qui sont chacune le point de vue de chacun des protagonistes. Cette façon d'amener le récit permet de comprendre en profondeur les sentiments de chacun face aux différents événements qu'ils ont à subir, et les priorités qui en découlent.
Cependant, contrairement à d'autres livres construits sur le même mode, on n'a pas cette impression de répétition et de relire plusieurs la même histoire.
Le titre "Ambiguités" prend tout son sens à la fin de la lecturee car les faits se traduisent en fonction de la manière de leur interprétation.
L'écriture est fluide, peut-être un peu technique quand l'auteur rentre dans la psychologie de chaque chose mais l'ensemble reste néanmois très agréable.

Ma note : 4,25/5

_________________
Mes lectures en cours : Quitter le monde, Douglas Kennedy
avatar
anna44

Nombre de messages : 1601
Age : 35
Location : Québec (Qc)
Date d'inscription : 01/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elliot PERLMAN (Australie)

Message  Cocotte le Ven 20 Aoû 2010, 21:02

Trois dollars
(Robert Laffont, 2006, 402 pages)

Eddie se retrouve à 38 ans sur le quai de la gare. Il n’a plus rien sinon que 3 dollars en poche. Comment en est-il arrivé là? Eddie nous raconte sa vie, de sa rencontre avec la petite Amanda qui croisera son chemin tous les 9 ans et demi, jusqu’à sa descente aux enfers.

J’ai trouvé cette lecture bien agréable! On embarque avec Eddie dans sa vie qui semble banale, mais qui est surtout remplie de coïncidences comme la plupart de nos propres vies. C’est fou comment tout peut basculer du jour au lendemain! L’auteur décrit bien ses personnages qui sont fort attachants.

Comme Lyreek, j’ai été un peu déçue du rôle d’Amanda dans la vie d’Eddie. Je m’attendais à plus. Mais je comprends que c’est un peu ce que l’auteur veut faire ressortir : certaines coïncidences ne sont que ce qu’elles sont et ne mèneront pas nécessairement quelque part…

Ma note : 4,25/5
avatar
Cocotte

Nombre de messages : 870
Age : 37
Location : Québec / Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elliot PERLMAN (Australie)

Message  petitemartine le Mar 24 Aoû 2010, 11:08

Je suis d'accord avec vous Cocotte et Lyreek, on s'attend à ce qu'Amanda soit plus présente dans l'histoire mais elle n'est qu'un prétexte aux changements dans la vie d'Eddie. D'ailleurs la 4ème de couverture est très trompeuse et met Amanda au premier plan : elle ne résume pas du tout l'histoire.

C'était pareil je me rappelle avec Ambiguïtés, en lisant la 4ème de couverture on s'attendait à une histoire d'enlèvement d'enfant et pas du tout...
avatar
petitemartine

Nombre de messages : 2384
Age : 46
Location : Morbihan /France
Date d'inscription : 04/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elliot PERLMAN (Australie)

Message  Lacazavent le Sam 11 Sep 2010, 05:26

L'amour et autres surprises matinales d' Eliot Perlman, Nouvelles
10X18 / 330 pages




Présentation de l'éditeur :
Neuf nouvelles, neuf récits tous unis par un seul et même fil conducteur : l'amour et ses déclinaisons. Après le succès d'Ambiguïtés, Elliot Perlman revient troubler ses lecteurs avec l'humour désenchanté qui l'a fait connaître. Au travers de ces variations sur le thème de la nostalgie amoureuse, il dresse le portrait de l'Australie des années 1980, la vie urbaine, le déracinement des immigrés. Pour gagner sa place au soleil, il faut être un lutteur. Un étudiant avec un souffle au cœur, un garçonnet qui se prend pour un dinosaure, un poète raté s'improvisant fermier ou un détective privé sans clients. Décalés, désorientés, étonnés, tous arpentent le labyrinthe des souvenirs en quête de réponses.


Ce recueil de nouvelle n' apporte que peu de surprises sur Eliot Perlman, on retrouve l'ensemble de son univers, des personnages attachants mais désenchantés, des situations suscitant une réflexion permanente, l'atmosphère y est brumeuse et sombre. C'est un portrait décalé de la société australienne des années 80. Et pourtant même si la recette a fonctionné si bien dans ces romans, j' ai été un peu déçu par ce recueil. Il faut dire que j'en attendais peut-être beaucoup, trop certainement. Souvent de qualités inégales, souvent abstraites, et bien que réunies autour d'un sujet commun, l'amour et ses déclinaisons, il avait entre chaqu' une d'entre elles une absence de liaison qui a rendu ma lecture haché. C'est une impression difficle à mettre en mot.
Cela restera cependant un assez bon souvenir de lecture.

3,75/5
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5583
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elliot PERLMAN (Australie)

Message  zozinette le Sam 11 Sep 2010, 06:18

Malgré ton avis mitigé, je le note, je suis intriguée.
avatar
zozinette

Nombre de messages : 2437
Age : 43
Location : belfort, franche-comté
Date d'inscription : 15/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elliot PERLMAN (Australie)

Message  petitepom le Lun 24 Sep 2012, 11:26

Ambiguités

Ce livre n’est que quiproquo, chaque personnage nous dévoile à tour de rôle sa version, nous faisant douté, réfléchir et surtout nous faisant passé un bon moment de lecture.

Les 50 premières pages sont laborieuses car on ne sait pas qui parle puis une fois l’enlèvement perpétrée, on s’y retrouve et découvre des personnalités complexes et très intéressantes. Comment un manipulateur et menteur peut arriver à influencer son entourage mettant les autres dans des situations impossibles, c’est ce que fait à merveille Simon,  Mais ce n’est pas le seul personnage ambigu, il y a le Psychiatre, Alex et Joe, le père de l’enfant . Les femmes m’ont l’air plus saines, Angéla est le personnage le plus attachant et émouvant. Quant à Anna, la mère est, il me semble la plus équilibrée.

Ce Roman  tient toute sa richesse dans des personnages époustouflants, dans des excès de mensonge d’hypocrisie, la vraie nature humaine avec ce qu’elle a de plus complexe. Je me répète avec le mot « complexe » dans mon analyse : il m’est très difficile de parler de ce livre. Avec plus de 850   pages, il se passe énormément de choses, chaque personne liée a cet affaire de kidnapping, nous est présenté minutieusement, j’ai l’impression de faire partie de leurs entourage. Et malgré ce grand nombre de pages, je ne me suis pas lassée, j’aimerai presque qu’il dure encore plus longtemps.

Quant a l’affaire , elle-même, elle nous est dévoilé peu à peu à travers chaque personnages, nous assistons à l’arrestation, l’interrogatoire, le magouille policière et juridique, la corruption… jusqu’au final très attendu. Tout se joue sur une personne et  cette dernière m’a bien étonné.

Voila un livre que je ne suis pas prêt d’oublier, quelle richesse!
avatar
petitepom

Nombre de messages : 236
Age : 51
Location : un petit village de Corrèze
Date d'inscription : 03/06/2012

http://petitepom.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Elliot PERLMAN : La mémoire est une chienne indocile.

Message  petitemartine le Mer 28 Mai 2014, 17:20

La mémoire est une chienne indocile 




Résumé : ( la librairie.com ) 
Tout juste libéré de prison, Lamont Williams, jeune Noir du Bronx,
entame une période probatoire cruciale pour lui au service d'entretien
du grand centre de cancérologie de Manhattan. Quelques kilomètres
plus loin, uptown, Adam Zignelik, professeur d'histoire à Columbia
et fils d'un héros du Mouvement pour les droits civiques, subit
l'effondrement simultané de sa carrière et de son couple. Alors qu'il
est en pleine dépression, il met au jour des enregistrements inconnus,
d'une portée historique considérable : les tout premiers témoignages
sonores de survivants de l'Holocauste. Dans le même temps,
à l'hôpital, Lamont noue une improbable amitié avec un vieux patient,
juif polonais, lui-même rescapé des camps...


Entremêlée au destin personnel de Lamont et d'Adam et de la myriade
de personnages qui les entoure dans le New York d'aujourd'hui,
c'est l'histoire du XXe siècle - sa barbarie et son humanité - qu'Elliot
Perlman interroge dans une construction narrative aussi virtuose
qu'émouvante.


Mon avis :  coeur  coeur  coeur 

 
Le roman réunit au départ deux personnages : 
Lamont, un afro-américain qui sort juste de prison et se trouve en liberté conditionnelle. Il est mis à l'épreuve pendant 6 mois : il travaille en tant que balayeur dans un hôpital. Il espère qu'à cette issue, il pourra retrouver sa petite fille perdue de vue depuis son emprisonnement. Il se lie d'amitié avec un vieil homme juif Henri Mandelbaum survivant de l'holocauste qui va lui raconter peu à peu son histoire. 
En parallèle, il y a Adam : un universitaire new-yorkais dépressif pour qui plus rien ne va : sa femme le quitte, son travail à l'université est au point mort... un vieil ami le charge alors d'un travail : retrouver les vétérans noirs américains qui auraient participé à la libération des camps à Dachau... A partir de là, il va tomber sur des enregistrements des premières victimes libérées de l'holocauste...
Et les liens vont peu à peu se tisser au fil du roman entre les divers personnages...

Quelle claque ! Un roman très riche, foisonnant, humaniste, un roman sur le devoir de mémoire et sur la transmission de l'Histoire. 
Elliot Perlman s'est -comme pour tous ses romans- extrêmement documenté , les références sont nombreuses. Il a mis presque 6 ans à écrire ce livre, il a beaucoup voyagé en Europe, à Auschwitz, à Cracovie, à Varsovie avant de se sentir capable et avant de s'autoriser à écrire sur la Shoah.  
Les passages décrivant les lynchages des noirs aux Etats Unis mais aussi le travail des sonderkommando dans les camps sont très durs, presque insoutenables mais nécessaires. 
Les témoignages sont très émouvants. 
Les personnages sont nombreux, difficile au départ de s'y retrouver mais peu à peu , ça coule de source, difficile de se détacher de l'histoire et on s'attache à Lamont, à Adam, Henrik Mandelbrot, Rosa, Noah et tous les autres.... 
Un très beau roman, très bien écrit. Beaucoup d'émotions lors de cette lecture. 
Bravo !  coeur  coeur  coeur 

Citations : 
La mémoire est une chienne indocile. Elle ne se laissera ni convoquer, ni révoquer, mais ne peut survivre sans vous. elle vous nourrit comme elle se repaît de vous. elle s’invite quand elle a faim, pas lorsque c’est vous l’affamé. Elle obéit à un calendrier qui n’appartient qu’à elle, dont vous ne savez rien. Elle peut s’emparer de vous ou vous libérer. Vous laisser à vos hurlements ou vous tirer un sourire. page 11
avatar
petitemartine

Nombre de messages : 2384
Age : 46
Location : Morbihan /France
Date d'inscription : 04/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elliot PERLMAN (Australie)

Message  Lacazavent le Mer 28 Mai 2014, 17:25

Ahlala, pourvu qu' il sorte rapidement au format poche !


_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5583
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elliot PERLMAN (Australie)

Message  dodie le Mer 28 Mai 2014, 17:37

Merci pour cette critique résolument enthousiaste !!!!!!!
avatar
dodie

Nombre de messages : 4453
Age : 53
Location : France
Date d'inscription : 11/04/2009

http://dodiecuisine.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elliot PERLMAN (Australie)

Message  Lacazavent le Mer 07 Jan 2015, 05:23

bounce Je viens de voir qu' Ambiguité et La mémoire est une chienne indocile sorte le 5 février en format poche chez 10/18. Plus qu' un mois à patienter !  Very Happy

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5583
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elliot PERLMAN (Australie)

Message  petitemartine le Mer 07 Jan 2015, 10:32

Lacazavent a écrit:bounce Je viens de voir qu' Ambiguité et La mémoire est une chienne indocile sorte le 5 février en format poche chez 10/18. Plus qu' un mois à patienter !  Very Happy

Courage...Lacazavent  Very Happy  Mais ambiguité est en poche depuis longtemps déjà  Rolling Eyes
La mémoire est une chienne.... bouleversant vraiment... encore mieux qu'ambiguité !
avatar
petitemartine

Nombre de messages : 2384
Age : 46
Location : Morbihan /France
Date d'inscription : 04/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elliot PERLMAN (Australie)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum