Arturo PEREZ-REVERTE (Espagne)

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Arturo PEREZ-REVERTE (Espagne)

Message  Philcabzi le Sam 10 Juil 2010 - 12:13

Le Tableau du Maître flamand
Ed. J.-C. Lattès, 1993, c1990, ISBN 2-253-07625-2
Titre original: La tabla de Flandes (traduit de l'espagnol par Jean-Pierre Quijano)

Ma note: 1/5

Le livre a déjà été résumé plusieurs fois.

Mon avis:
J'ai été très très déçu par cette lecture. J'avais hâte de livre cet opus, moi qui adore les intrigues dans le monde de l'Art et qui avait beaucoup aimé Le Club Dumas du même auteur. Le début ça allait, mais après plusieurs pages je me demandais quand l'histoire allait finalement débuter. Même s'il y a deux intrigues j'ai eut l'impression qu'il ne se passait rien. Le mystère du tableau a été résolu beaucoup trop tôt et celui des meutres s'est résolu sans surprise (j'avais déjà deviné depuis longtemps, c'était très cliché). Le lien entre les meutres et le tableau ne m'a pas semblé réaliste du tout!
Spoiler:
Vraiment, on peut voler un tableau et assassiner 2 personnes parce qu'on a perdu une fois aux échecs lorsqu'on est adolescent?? Ce n'est pas sérieux!
Et que dire des personnages?? Des caricatures! L'antiquaire homosexuel, la riche patronne à la sexualité démonstrative, le playboy, le policier dépassé, etc. Mais en plus ces personnages ne font que boire de l'alcool et fumer sans interruptions de jours et de nuits, sans jamais dormir! Ils fument tant que j'en ai eut mal aux poumons et que j'ai réalisé que la cigarette et moi c'est bel et bien terminé (j'ai arrêter de fumer depuis 4 ans)!!
Bref, pas certaine de retenter la lecture de cet auteur, du moins pas avant un bon bout de temps.

_________________
Philcabzi
Ainsi qu'une journée bien remplie donne un doux dormir, ainsi une vie bien employée donne un doux mourir. Leonardo da Vinci

Ma PAL: 64 livres
Lecture du moment: Les âmes perdues de Dutch Island de John Connolly

Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 40
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arturo PEREZ-REVERTE (Espagne)

Message  Invité le Dim 26 Sep 2010 - 16:19

Je trouve les critiques un peu dures à l'égard de ce romancier flamboyant dont j'ai lu tous les livres (enfin... ceux traduits en français, car je maîtrise mal la langue de Cervantès) et je vais essayer de vous faire partager mon enthousiasme !

Le Tableau du Maître flamand
Ed. J.-C. Lattès, 1993, c1990, ISBN 2-253-07625-2
Titre original: La tabla de Flandes (traduit de l'espagnol par Jean-Pierre Quijano)

"Quis Necavit Equitem"
Julia, jeune restauratrice d'art, trouve cette inscription au bas d'un tableau de Pieter Van Huys représentant une partie d'échecs entre un grand seigneur et un chevalier du XVème siècle, sous le regard d'une énigmatique dame noble.

Elle décide d'entreprendre des recherches sur le tableau afin de comprendre le véritable sens de la phrase. En effet, elle peut se traduire par "qui a pris le cavalier", phrase anodine dans le cadre d'une partie d'échecs, mais aussi par "qui a tué le chevalier".
Or, le chevalier représenté sur le tableau fut réellement assassiné en 1471 !

Commence alors, dans le but de connaître les raisons de cet assassinat, une véritable enquête policière à cinq siècles de distance, pour laquelle Julia s'adjoint son vieil ami César, antiquaire et érudit, mais aussi un historien de l'art et un joueur d'échecs taciturne qui reconstituent patiemment la partie du tableau, véritable clé de l'énigme.

Mais, dans l'ombre, quelqu'un joue aussi la même partie. Et il (ou elle) tue un à un les proches de Julia, identifiés aux pièces du jeu d'échecs....

Arturo Perez-Reverte nous fait profiter de son érudition dans le domaine de l'art, dans la science des échecs, mais reconstitue aussi avec brio la trame géopolitique de l'Occident au XVème siècle, où la raison d'Etat, déjà, primait toute autre considération.

Je trouve la trame du roman subtile et complexe. Il y a la partie d'échecs du tableau, incluse par le peintre dans l'autre partie, celle qui se joue sur l'échiquier européen entre le roi de France et le duc de Bourgogne, plus la partie qui se joue désormais au XXème siècle.
Plusieurs énigmes s'entrecroisent ainsi et se répondent : qui a tué le chevalier représenté sur le tableau ? Quelle est l'issue de la partie ? Qui est l'assassin des amis de Julia ? Pourquoi agit-il ainsi ?

L'intrigue psychologique est bien rendue également avec, notamment, le développement de cette analogie entre les échecs et la guerre ou le meurtre. Même si on ne comprend rien aux échecs, on peut suivre le déroulement de la partie, car Julia, qui n'y connait rien non plus, pose toutes les questions qu'un néophyte se pose.
En prime, Perez-Reverte nous offre une peinture croustillante du monde de l'art madrilène...

Je donne 4/5

Bonne lecture !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Le Club Dumas

Message  nauticus45 le Ven 15 Avr 2011 - 12:27







  • Poche: 448 pages
  • Editeur : Le Livre de Poche (1995)
  • Collection : Policier / Thriller
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 9782253076568
  • ISBN-13: 978-2253076568
  • ASIN: 2253076562


Présentation de l'éditeur




A-t-on réellement découvert un chapitre manuscrit des Trois Mousquetaires ? Et quel rapport y a-t-il entre le chef-d’œuvre de Dumas et ces Neuf Portes du royaume des ombres, livre diabolique dont l’auteur fut brûlé l’année même de la mort de D’Artagnan ?
Telles sont les questions auxquelles Corso, chercheur de livres rares pour collectionneurs fortunés, tente de répondre en butant sur des cadavres, de Tolède à Cintra, puis chez les bouquinistes de Paris et au bord de la Loire, suivi par d’étranges sosies de Milady ou de Rochefort…
Comme il l’a fait avec Le Tableau du maître flamand, Grand Prix de Littérature policière 1993, Arturo Pérez-Reverte nous entraîne ici, avec une érudition et un brio qui laissent pantois, dans une aventure où la réalité semble n’être qu’une des versions possibles de la fiction.




Commentaire:


Cela faisait déjà quelques temps que cet auteur me tentait, la critique de Philcabzi m'avait donné envie de découvrir ce roman en particulier et je ne regrette pas car c'est un grand coup de . L'histoire est très bien menée, les personnages sont très denses, le jeu de pistes est haletant et d'autant plus intéressant qu'on apprend beaucoup à propos des livres, de Dumas père et même des sciences occultes. Le ton plein d'humour et le suspense nous emmène avec un rythme digne de l'un des sujets principaux du roman, à savoir "Les trois mousquetaires" de Dumas Père. Bref, ce roman est un très bon moment de lecture!


5/5

nauticus45

Nombre de messages : 1470
Age : 40
Location : Haut-Rhin, France
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le hussard

Message  nauticus45 le Ven 13 Mai 2011 - 19:12





  • Poche: 184 pages
  • Editeur : Seuil (20 avril 2006)
  • Collection : Points
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2020864819
  • ISBN-13: 978-2020864817

Présentation de l'éditeur



Frédéric et Michel, deux jeunes et fougueux hussards, s'apprêtent à mener leur première grande bataille. La tête pleine d'idéaux, ils rêvent de gloire et d'héroïsme. Après tout, ne se battent-ils pas aux côtés de l'Empereur Bonaparte ? Ils se voient déjà vainqueurs de ce peuple espagnol d'un autre temps, encore sous le joug de l'Église et de la royauté...

Commentaire:

Loin des thrillers historiques qui font souvent parler de lui, Arturo Perez-Reverte signe ici un roman dense et haletant, où l'on assiste à la première bataille menée par Frédéric, un jeune alsacien de 19 ans tout droit sorti de l'école des officiers de l'empire. Fier et heureux de servir son pays et de répandre les idées des lumières en Espagne, notre jeune hussard découvre en quelques heures la réalité de la guerre, sale, honteuse, et si loin de l'image que l'armée et sa famille lui en ont donné... En l'espace de quelques minutes il va connaître la rage et la violence dont la présence de l'ennemi peut rendre un soldat capable, puis la douleur et la peur du traqueur qui devient traqué. Perez-Reverte nous décrit cette évolution avec intensité et précision, si bien qu'on a l'impression de chevaucher au côté de Frédéric, enthousiasmé d'abord par l'enjeu puis perdu au milieu des corps des camarades et de l'ennemi, si différent et pourtant si proche de nous...

5/5

nauticus45

Nombre de messages : 1470
Age : 40
Location : Haut-Rhin, France
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arturo PEREZ-REVERTE (Espagne)

Message  Fabienne le Sam 17 Sep 2011 - 18:56

LE CIMETIERE DES BATEAUX SANS NOM

ARTURO PEREZ REVERTE


Edition Points 569 pages






Résumé :
Coy est un marin qui est malheureusement suspendu dans ses fonctions, pour deux ans, en raison d'une faute commise lors d'une navigation.
Il se traîne de port en port avec l'espoir de remonter vite sur un bateau, de plus, ses finances laissent à désirer.
Il rencontre, lors d'une vente aux enchères, une belle et fascinante inconnue, Tanger, dont il prend la défense contre un acheteur déçu. Il tombe tout de suite sous son charme.
Celle-ci lui propose ni plus, ni moins, de partir à la recherche d'un trésor englouti au fond des mers, sur un brigantin du 18ème siècle.
L'aventure peut commencer !!!

Critique :

Presque un coup de coeur. Ce roman dégage beaucoup de choses, l'aventure, le mystère, l'exotisme, le suspense. Il y a tout pour faire rêver. La mer, le soleil, les senteurs des îles, les bateaux, la recherche d'un trésor englouti, une ambiance particulière que l'auteur arrive parfaitement à nous faire ressentir.
Coy est un personnage charismatique qui n'hésite pas à faire le coup de poing pour protéger sa belle, il est plein d'humour surtout par rapport à lui-même et son amour de la mer nous fait vibrer. Sa passion est devient presque communicative.
J'ai terminé le livre à regret et je relirai sûrement d'autres romans d'Arturo Perez Reverte.

Ma note : 4.5/5

_________________
Lecture en cours :  En un monde parfait - Laura Kasischke
Challenge USA : 18/50

Fabienne

Nombre de messages : 1957
Age : 51
Location : Sud ouest de la France
Date d'inscription : 03/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arturo PEREZ-REVERTE (Espagne)

Message  Nathalire le Ven 9 Déc 2011 - 12:23

Club Dumas

Note: 3/5

Je ne vais pas m'étendre sur ce roman que je n'ai pas beaucoup aimé Neutral Selon moi il est un peu brouillon, entre l'histoire des manuscrits de Dumas et ceux Des neufs Portes on se perd un peu... Je n'y ai pas trouvé beaucoup de sens et peu de liens entre eux... je n'ai pas été particulièrement prise par "l'intrigue" et les personnages ne m'ont pas non plus marqué plus que ça. Bref j'avais adoré Le tablesu du maître flamand mais là je n'a pas accroché, toute cette théorie sur les éditions et l'histoire de Corso, de Dumas, des Neufs Portes... Pfffff... j'avoue que ça m'a fatigué Embarassed Mais je comprends qu'on puisse l'aimer Very Happy Au plaisir!

Nathalire

Nombre de messages : 1058
Age : 36
Location : Pully (Suisse)
Date d'inscription : 22/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arturo PEREZ-REVERTE (Espagne)

Message  Lacazavent le Mar 27 Déc 2011 - 11:52

Le Hussard d' Arturo Pérez-Reverte
Points / 188 pages









Frédéric et Michel, deux jeunes et fougueux hussards, s'apprêtent à mener leur première grande bataille. La tête pleine d'idéaux, ils rêvent de gloire et d'héroïsme. Après tout, ne se battent-ils pas aux côtés de l'Empereur Bonaparte ? Ils se voient déjà vainqueurs de ce peuple espagnol d'un autre temps, encore sous le joug de l'Église et de la royauté...


Un livre que j'ai trouvé plutôt agréable à lire, très court. C' est le principal reproche que je lui ferais,
je l'ai trouvé trop bref, je n'ai eu que l'impression que l'auteur ne faisait qu ' effleurer son sujet. Le contexte historique s'efface presque tant le texte est principalement centré quelques personnages. Les portraits de ses héros sont vraiment réussi au détriment d' une toile de fond qui n'est que grossièrement tracé.


3,75/5

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)

Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5582
Age : 30
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arturo PEREZ-REVERTE (Espagne)

Message  Recto verso le Jeu 29 Déc 2011 - 18:01

Le Hussard

La fascination de Perez-Reverte pour le 1er Empire n'est pas nouvelle et transparaît dans certains de ses livres. Curieux puisque peu d'Espagnols portent Napoléon dans leur coeur. A travers l'histoire de deux jeunes et fougueux hussards qui s'apprêtent à mener leur première grande bataille pour de grands idéaux révolutionnaires, Perez-Reverte nous conte surtout la terrible désillusion d'une guerre qui tourne au cauchemar et aux pires atrocités. Parfaitement documenté, voici une peinture saisissante, à hauteur d'hommes, de la plus terrible des campagnes de Napoléon et au total une réflexion sans concession sur la guerre.

Recto verso

Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 06/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arturo PEREZ-REVERTE (Espagne)

Message  Lacazavent le Mer 4 Jan 2012 - 17:34

Le peintre des batailles d' Arturo Perez-Reverte
Points / 269 pages



Ancien photographe, Faulques vit retiré du monde. Hanté par les horreurs des champs de bataille, la peinture est son exutoire. Sa vie bascule quand surgit Markovic, combattant croate décidé à lui demander des comptes. Photographié par Faulques pendant la guerre en Bosnie, devenu malgré lui le symbole du combattant croate, Markovic a assisté aux massacres de sa famille et de ses compagnons


Après Le hussard avec lequel j'ai redécouvert Arturo Perez-Reverte, Le peintre des batailles me laisse un avis plutôt mitigé.
J'ai aimé l'écriture, simple, franche et pourtant qui ouvre la porte à tant de sujet de réflexion sur la responsabilité des hommes. C'est une partie du roman que j' ai trouvé vraiment très intéressante. Par contre j'ai eu l'impression qu' Arturo Perez-Reverte, laisse son lecteur s' empêtrer dans un flot de question, sans vraiment se mouiller; son propos ne va guère plus loin que de soulever des interrogations, certes pertinente.
De plus, certains passages s'étirent, l' écriture manque de rythme et tourne parfois en rond.
Une lecture en demi teinte.

3,5/5

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)

Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5582
Age : 30
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

LE Pont des Assassins - Points - 4/5

Message  zeta le Mer 16 Avr 2014 - 12:06

Voici une aventure du capitaine Alatriste qui ne m'a pas déçue, puisque, fugitivement et pudiquement il y est question d'une aventure amoureuse entre Alatriste (qui mérite bien son nom) et une belle ex-courtisane vénitienne.
Encore une fois, Alatriste et ses amis, sont entraînés dans une sombre histoire de complot et de crime fomentés par l'ambassadeur d'Espagne à Venise (et sans doute plus haut). Si l'on craint que les manoeuvres menées par notre capitaine échouent, on a malgré tout une certaine sérénité car, depuis le début de la série, l'on sait que notre héros meurt les armes à la main quelque 20 ans plus tard à la bataille de Rocroi.
En fait le complot en question et tout ce qui se trame autour c'est un peu "mission impossible" version 17e siècle, tout est préparé au millimètre près et pourtant un grain de sable peut surgir à tout moment et enrayer la machination.
J'aime beaucoup Perez-Reverte, même si ses héros sont parfois implacables et si ses histoires ne sont pas très gaies, mon affection pour lui tient à son style classique, et à la petite dose d'humanité qu'il arrive malgré tout à insuffler à son capitaine. Pour apprécier ces romans, je souligne qu'Il faut aimer les romans de cape et d'épée, et que , ce serait bien de connaître un peu de l'Histoire de l'Espagne pour mieux entrer dans l'intrigue (ce qui n'est pas mon cas).
Un seul petit bémol au cours de ma lecture : la vénitienne en question dans ses dialogues avec le capitaine parle dans sa langue et ses paroles ne sont pas traduites (or je le regrette énormément je ne connais pas l'italien (ni l'espagnol).

zeta
Admin

Nombre de messages : 4028
Location : lot et garonne - France
Date d'inscription : 25/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le Tango de la vieille garde - Points - 4/5

Message  zeta le Mer 5 Nov 2014 - 15:19

On a là un beau roman d'aventure, un roman noir également, comme les scénaristes d'Hollywood, au temps de la grande époque, en concoctaient, avec des méchants, un héros, lui-même mauvais garçon, et une femme tout ce qu'il y a de plus fatale. Par contre excepté l'épisode du début qui après la traversée de l'Atlantique se finit à Buenos Aires, patrie du tango, l'intrigue se déroule principalement dans la vielle Europe. En trois époques importantes, Perez Reverte nous plonge dans un monde brillant et chic, comme celui des croisières sur les paquebots transatlantiques à la fin des années 20, sur la Côte d'Azur en  1937, à la veille de la seconde guerre mondiale, ou en 1966 sur la Riviera italienne, mais sous le vernis de l'argent et de la célébrité, il y a aussi les passions qui peuvent êtres viles ou sincères, et le danger des mauvais coups, des péripéties crapuleuses dans lesquelles sont entraînés nos personnages.
Max Costa est un danseur mondain, officiellement, officieusement il est aussi gigolo et malfrat à la petite semaine. Sur le paquebot où il officie, il repère vite un couple prestigieux, le célèbre compositeur espagnol Armando de Troeye et sa femme, la sublime Mecha. La jeune femme porte autour du cou un non moins magnifique sautoir de perles qui promet au jeune homme de jolis revenus, s'il arrive à s'en emparer.
Pour cela quoi de mieux que d'exercer son métier, en dansant avec la belle, ce à quoi son mari ne s'oppose pas. Max Costa constate alors que la sublime, ne lui cède en rien sur ses talents de danseur. Leurs tangos qu'ils enchaînent durant la croisière sont aussi sensuels, torrides, que la passion éphémère qui les liera finalement, une fois arrivée à Buenos Aires. La belle et son mari aiment le danger et s'encanailler dans les bas-fonds. C'est l'occasion pour Max d'arriver à ses fins. 
Huit ans plus tard, il retrouvera son amante dans un autre lieu, pour un épisode aussi mouvementé, et enfin 28 ans plus tard, alors que la chance a tourné pour le jeune danseur mondain qui, l'âge venu, a abandonné à la fois tout espoir de fortune et sa vie de mauvais-garçon, il croise par hasard, celle qu'il n'a jamais oubliée, celle qu'il a abandonnée deux fois, mais qui lui a laissé au cœur une nostalgie inconnue, qui s'appelle peut-être l'amour. Nous sommes alors en 1966, à Sorrente, en Italie, à la veille d'un tournoi d'échec, que dispute contre le champion russe, le jeune Jorge Keller, qui n'est autre que le fils de Mecha. Quelle tentation pour Max de reprendre le temps d'un instant la vie prestigieuse qu'il n'a plus. Etre encore une fois, même fugitivement, l'homme splendide et mystérieux qui avait su séduire la lascive Mecha, et briller à ses yeux.

J'aime chez Perez-Reverte son écriture impeccable, classique et élégante (très belle traduction également). Bien sûr ses histoires ont presque toujours les mêmes ingrédients, mais elles gardent malgré tout l'attrait que l'on porte aux choses disparues, aux époques révolues qui, grâce au cinéma, ont forgé notre imaginaire en créant des héros dont les failles renforcent leur séduction. Les hommes un peu canailles qui portaient des costumes trois pièces et des chapeaux mous, courageux, bagarreurs, mais qu'une femme peut perdre, les femmes embijoutées de perles, enveloppées de fourrure (horreur) et aux fume-cigarettes interminables, mi-anges mi-démons, plus perverses que oies blanches, celles-là même qui subjuguent tellement les hommes jusqu'à leur perdition .
C'est dépassé certes (et l'auteur est trop jeune pour avoir connu ces époques) mais efficace et plein de charme. Et puis, accessoirement, il y a le tango, cette danse si codifiée, si complexe et belle à voir exécutée par ceux qui la pratiquent dans les règles de l'art, et les explications de Perez Reverte nous le fait mieux connaître.

zeta
Admin

Nombre de messages : 4028
Location : lot et garonne - France
Date d'inscription : 25/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le cimetière des bateaux sans nom

Message  nauticus45 le Sam 27 Déc 2014 - 21:22





  • Poche: 568 pages
  • Editeur : Seuil (18 mai 2004)
  • Collection : Points
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2020550776
  • ISBN-13: 978-2020550772


Coy a consacré sa vie aux bateaux et à la mer. Sa vie et ses lectures sont entièrement voués à la navigation et la plongée et quand un naufrage survenu pendant son quart lui faire perdre sa licence de navigation, il se retrouve sans rien perdu. Errant dans les ventes aux enchères regroupant des articles de navigation, il rencontre par hasard Tanger Soto, une jeune femme qui le fascine immédiatement. Fonctionnaire dans un musée naval, la jeune femme rêve depuis l'enfance de retrouver l'épave d'un bateau échoué au XVIIIé siècle, le Dei Gloria, et elle convertit très vite Coy à son rêve. Mais Coy en est conscient, cette femme est pleine de mystères, et à force de se perdre dans son regard il sait qu'il risque de se perdre lui-même. Elle exerce sur lui la fascination d'une sirène et même s'il s'en rend compte, il reste à jamais un marin....


Ce roman m'a captivée du début à la fin, dès les premières pages on s'embarque dans cette histoire et on se laisse prendre avec Coy dans les filets de la belle Tanger. Le récit de leurs aventures est mis en parallèle avec celui du bateau échoué qu'ils recherchent, les parcours de deux équipages se mêlent et se démêlent au fil des pages sur fond d'histoire d'Espagne et de la navigation. Cette chasse au trésor nous entraîne ainsi au fil de l'eau et des époques et nous donne le sentiment de vivre une véritable aventure.


5/5  coeur coeur coeur

nauticus45

Nombre de messages : 1470
Age : 40
Location : Haut-Rhin, France
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Club Dumas

Message  nauticus45 le Lun 16 Fév 2015 - 20:06



[th]Auteur[/th][th]Editeur[/th][th]Date de parution[/th][th]Collection[/th][th]Format[/th][th]ISBN[/th]
Arturo Pérez-Reverte
Lgf
15/11/1995
Ldp Thriller, numéro 7656
11cm x 18cm
2253076562


Lucas Corso est un chasseur de livres, une sorte de mercenaire chargé de trouver des livres commandés par des collectionneurs ou pour les faire authentifier. Très cultivé et doté d'un réseau efficace, Corso se voit un jour remettre le manuscrit du "vin d'Anjou" , un des chapitres des "Trois mousquetaires" qu'il est chargé d'authentifier. A peu près en même temps Varo Borja, un homme d'affaires riche et puissant et passionné de démonologie, le charge d'authentifier un autre manuscrit, celui de "La neuvième porte". Les deux missions semblent simples pour un professionnel comme Corso mais très vite les choses deviennent plus complexes, des morts, des tentatives d'attentats contre Corso, un homme et une femme mystérieux qui semblent tout droit sortis des Trois Mousquetaires et ... un lecteur qui se laisse mener par le bout du nez par un auteur ingénieux et redoutablement efficace lorsqu'il s'agit de créer et d'entretenir le suspense. Ce livre est à conseiller aux amateurs de Dumas, on y retrouve l'ambiance, le suspense et la maîtrise de l'auteur. Quelques siècles séparent Dumas et Perez Reverte mais le génie du maître est très habilement salué et on retrouve l'ambiance de ces romans avec grand plaisir!

5/5  coeur

nauticus45

Nombre de messages : 1470
Age : 40
Location : Haut-Rhin, France
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arturo PEREZ-REVERTE (Espagne)

Message  Lacazavent le Sam 9 Jan 2016 - 14:38

Cadix, ou La Diagonale du fou d’ Arturo Perez-Reverte
Points / 790 pages


Quatrième de couverture
:
En 1811, Cadix est assiégée par les troupes napoléoniennes. A l'endroit exact où tombent les bombes des artificiers français, sont retrouvés les corps meurtris de jeunes filles assassinées sauvagement. Ces événements scellent le destin de divers personnages : un policier brutal et corrompu, l'héritière d'une compagnie de commerce maritime, un excentrique artilleur français, un taxidermiste traître...


Une histoire qui se situe entre le roman historique et le roman policier nous sommes dans la belle et presque insouciante ville de Cadix assiégée et bombardée jour après jour par les troupes napoléoniennes.
Très facile et surtout très agréable à lire l’histoire est redoutablement prenante du moins dans les deux premiers tiers avec sa dose de clichés, de situations convenues et ses quelques longueurs –les descriptions sont très nombreuses- certes, mais passionnante.
Après plus on avance et plus les réponses tardent à venir quand à la fin quelle déception.
J’ en garderai un bon souvenir en omettant les dernières pages.

4/5

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)

Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5582
Age : 30
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arturo PEREZ-REVERTE (Espagne)

Message  géromino le Sam 19 Mar 2016 - 14:04

"Le cimetière des bateaux sans nom"  Points 2008   570 pages


        Depuis qu'on lui a imputé l'échouage du cargo sur lequel il officiait comme Second, Coy se retrouve interdit d'embarquement pour une durée de deux ans. A Barcelone, dans une salle des ventes où il traîne son ennui, il assiste en spectateur à une mise aux enchères animée autour d'un vieil Atlas maritime des côtes espagnoles. C'est une jeune femme, Tanger Soto, qui finit par l'emporter. Coy va faire la connaissance de cette jeune femme décidée et calculatrice (et bien sûr, très vite en tomber amoureux!) et apprendre d'elle qu'elle recherche l'épave du Dei Gloria, un brigantin qui a coulé au large des côtes espagnoles en 1767. Mais Tanger n'est pas la seule à s'intéresser à cette épave...


        Voici un très bon roman d'aventures qui réunit tous les ingrédients prometteurs d'un bon moment de lecture: une chasse au trésor trépidante, un petit topo historique fin XVIIIe siècle, une pincée de mystère, une histoire d'amour, un soupçon d'érotisme, des méchants très méchants et des gentils pas toujours très gentils, des rebondissements et des retournements de situations tout à fait inattendus! 
        Voilà, tout y est.
        Mais je vais mettre un gros bémol au milieu de ces éloges: j'ai trouvé que l'auteur faisait des tonnes d'étalage par d'incessants retours en arrière (avec le personnage de Coy particulièrement) ou répétait souvent la même chose en différents endroits (sur le naufrage du Dei Gloria, par exemple). Ces trop nombreux passages finissent par lasser, ils n'apportent rien de plus à l'histoire, guère plus à la connaissance du caractère des personnages et on se noie sous un déluge de pages superflues (plusieurs fois, je me suis vu en tourner sans rien qui accrochait).
        Pourtant l'ensemble du livre est réellement convaincant et attrayant. On sent que Arturo Pérez-Reverte maîtrise son sujet pour enchanter le lecteur, grâce à une écriture suffisamment efficace pour lui donner envie d'aller plus loin. Et, pour donner de la consistance et de la crédibilité à son récit, il ne lésine pas sur l'abondance de termes spécifiques et la précision des explications (par exemple en navigation à la voile ou en plongée...). Et puis la mer est partout, omniprésente: bateaux à voile, à moteur, navires marchands, cartes marines, calculs de longitude et latitude, plongées, etc... sans oublier de multiples références à la littérature, de Conrad à Melville en passant par les BD de Tintin.
         Il y a de la matière; mais trop délayée!


Note: 3.5/5

_________________
"C'est joli le progrès? Demain, quand on offrira un livre à un gamin, il le tournera dans tous les sens pour savoir où mettre les piles.
                                                                                                                                                                              Coluche

Challenge "Book around the States":  17/50

géromino

Nombre de messages : 2547
Age : 52
Location : Finistère, FRANCE
Date d'inscription : 07/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arturo PEREZ-REVERTE (Espagne)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum