Michèle LESBRE (France)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Michèle LESBRE (France)

Message  Calepin le Mer 12 Nov 2008 - 23:43

De : Claarabel (Message d'origine) Envoyé : 2005-09-12 07:03

La petite trotteuse
sabine wespieser
190 pages

Anne est mystérieuse. Que fait-elle dans la vie ? Elle visite des maisons ! C'est sa trentième villa, elle se situe au bord de la mer, avec les volets clos et désertée de ses occupants. Avant de se rendre à son rendez-vous, Anne séjourne dans un hôtel tenu par une mère et sa fille, un couple attachant, entouré d'ombres également. Anne semble d'ailleurs être fascinée par leurs activités nocturnes, elle épie les silhouettes, les bruits et elle pense à des tas de choses. A l'hôtel elle rencontre également un homme qui laisse la porte de sa chambre toujours ouverte, où elle s'y faufile discrètement pour cerner le personnage. Et c'est finalement avec lui qu'elle va visiter la villa. En fait, Anne ne compte pas acheter de maisons. Elle visite, demande à rester plusieurs heures seule pour s'imprégner des murs. Mais cela va au-delà, car aussitôt les souvenirs affluent, la nostalgie d'un passé - une enfance née avec la guerre, des parents éteints, absents, déjà partis... De son père mort, Anne a hérité une montre dont le tic-tac réveille des émotions assoupies et sonne un rappel vers le passé entouré de secrets, également. Ce sont ces résurgences, embriquées à l'instant présent, qui ponctuent cette histoire.

Il y a cette belle citation : "L'esprit des murs ressemble parfois à un miroir imaginaire où vacille le reflet éteint du passé". Elle résume en gros l'esprit du livre, elle aussi. "La petite trotteuse" est un roman intimiste, avis aux amateurs. L'ambiance est ouatée, sucrée, pleine d'arcances, de pas feutrés, de suppositions, de questions et de longues interrogations sur la personnalité d'un père, d'une mère et de soi-même au milieu de ces spectres. Ceci est un beau roman qui me passionne, tout personnellement. Il correspond à ce genre que j'affectionne...

Extrait :
" Je n'ignorais pas que ces vieux souvenirs renfermaient ce que je cherchais, quelque chose d'impossible à admettre jusque-là, mais qui peu à peu se rapprochait de la lumière. Toutes les maisons visitées, dans lesquelles je parvenais à maîtriser ce long travail d'exploration que je refusais de faire dans le cabinet d'un psychiatre, m'aidaient d'une étrange façon. Je trouvais un réconfort à errer dans leurs murs encore habités malgré leur apparent abandon. La dernière visite serait-elle la fin de cet interminable périple ? ... "

Note : 4 / 5



De : 2186Elfe Envoyé : 2005-12-05 08:39

La petite trotteuse

Ce roman est écrit avec une telle douceur que l'on s'y engouffre tout naturellement afin de se laisser bercer de ci delà à travers les souvenirs de la narratrice! Celle ci visite des maisons, et tout particulièrement essaye de pouvoir passer quelques heures seules avec les murs de la demeure. Non pas dans un but d'achat de celle ci, mais plus afin d'écouter ce que les murs ont à lui dire, et ce qu'elle peut leur répondre: ses souvenirs. Son enfance, son père, sa mère, tout cela refait surface. Elle se pelotonne au fond de ces souvenirs et les revit avec douceur. Quant à La petite trotteuse elle est tout simplement la représentation de la montre de son père qui marque son attachement à son enfance...
Voilà ce que m'inpire ce roman!

Ma note: 4/5



De : Chantal5500 Envoyé : 2007-11-08 16:11

La petite trotteuse
Folio
207 pages

C'est l'été. Une femme seule arrive dans une auberge où elle a réservé une chambre. Le lendemain, elle doit visiter une maison à vendre. Ce sera la trentième et la dernière. Elle ne veut pas l'acheter, comme les autres, elle veut y passer de longs moments, seule, y ressentir son passé et par-là même, s'immerger dans ses souvenirs mélancoliques, sa nostalgie du passé et de ses proches disparus...

Une ambiance douce, feutrée, un cocon où le lecteur s'immerge pour suivre, mot à mot, phrase après phrase, les pensées et les souvenirs de cette femme, qui se dévoile peu à peu, comme un fil qui se déroule doucement dans le temps. Ces moments sont parsemés de passages de vie réelle qui nous montre une femme sensible qui aime regarder les autres et découvrir chez eux des moments intimes. C'est émouvant, à la fois douloureux et paisible. J'ai beaucoup aimé.

Note : 4,5/5



De : Chantal5500 Envoyé : 2007-12-28 17:12

Le canapé rouge
Editions Sabine Wespieser
149 pages.

4è de couverture : Parce qu'elle était sans nouvelle de Gyl, qu'elle avait naguère aimé, la narratrice est partie sur ses traces. Dans le transsibérien qui la conduit à Irkoutz, Anne s'interroge sur cet homme qui, plutôt que de renoncer aux utopies auxquelles il avait cru, tente de construire sur les bords du Baïkal un nouveau monde idéal. A la faveur des rencontres dans le train et sur les quais, des paysages qui défilent et aussi de ses lectures, elle laisse vagabonder ses pensées, qui la renvoient sans cesse à la vieille dame qu'elle a laissée à Paris. Clémence Barrot doit l'attendre sur son canapé rouge, au fond de l'appartement dont elle ne sort plus guère....

Ce livre nous raconte le voyage comme un quête intérieure, où les pensées intimes renvoient au passé, à la jeunesse et au temps qui irrémédiablement passe, lorsqu'on regarde défiler le paysage à travers les vitres d'un train. Ces pensées sont coupées de scènes de la vie réelle, beaux moments simples mais intenses et précieux, de ceux qui restent en mémoire et deviennent de beaux souvenirs. La narratrice, par ce voyage, va quitter sa jeunesse et la nostalgie qu'elle en a, pour entrer dans une nouvelle phase de sa vie. C'est une lecture douce, qui se déroule lentement et sans à-coups, l'écriture est très belle et immerge dans une ambiance sereine qui nous fait aimer la vie. C'est vraiment très, très BEAU.

Note : 5/5



De : lalyre7032 Envoyé : 2008-04-13 13:29

Une simple chute
Babel/noir 2008
139 P.

Le narrateur se trouve dans un train pour aller voir la vieille maison héritée depuis quelques années,sa femme ne veut pas y habiter ,elle aimerait qu'il la vende.Pendant le voyage une femme vient s'asseoir face à lui,rapidement cette femme d'une façon étrange lui demande si elle peut lui raconter son histoire.Tout d'abord réticent ,il se laisse prendre au jeu,tout d'abord elle lui dit s'appeler Lila,il comprendra très vite que ce prénom est faux.Elle commence son récit en parlant de son mari qui lui a avoué qu'il la trompait,dégoûtée de tout elle est partie,errant sans savoir ou aller.Elle entre dans un café ,elle fait la rencontre d'un homme ayant l'aspect d'un mendiant mais elle trouve beau ,un peu amoureuse de lui ,elle le suit car il veut lui montrer ou il vit ,une simple cabane au bord d'une rivière,là un drame se joue.Il semblerait qu'elle est soupçonnée.......Notre voyageur est fasciné par cette femme lorsqu'elle lui avoue revenir au café ou elle fut accueillie lors de sa fugue.Arrivée à destination,il l'invite dans sa maison ,mais elle veut revoir les endroits ou elle fut heureuse,se trouvant tous les deux au bord d'une falaise ,elle saute.Rentrant chez chez lui ,retrouvant sa femme,deux hommes l'attendent......

Un petit roman qui raconte beaucoup mais se termine par un coup d'éclat,je n'aurais pas imaginé cette fin qui m'a surprise car l'histoire est assez lente.Pas mal ,ce petit polar sans trop de suspense,ni de sang ...

Note : 4/5
avatar
Calepin

Nombre de messages : 1527
Age : 36
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michèle LESBRE (France)

Message  Lyreek le Ven 30 Déc 2011 - 15:20


Le canapé rouge - Michèle Lesbre
Sabine Wespieser - 148 pages

Anne part en Sibérie rejoindre Gyl qui ne lui donne plus de nouvelles depuis quelques temps. Dans le train qui l’amène à Irkoutsk, elle prend le temps de penser à sa vie...

Bof... Je n'ai pas embarqué dans ce petit livre qui pourtant se lit rapidement et dont l'écriture est belle. Je n'ai pas pu m'attacher à Anne qui me semble bien plus spectatrice de la vie que véritablement actrice. D'une femme qui décide rejoindre son ancien amant à l'autre bout de la terre, on s'attendrait à plus de volonté. Il n'en est rien. Anne se laisse porter par le courant, elle ne va pas au bout des choses, les effleure à peine et puis s'en détourne.
La relation avec sa voisine âgée par contre est plutôt touchante, c'est ce qui, pour moi, sauve ce roman d'une totale déception.

3/5

_________________
Lecture en cours : La dernière fugitive de Tracy Chevalier

"Lire est le seul moyen de vivre plusieurs fois"
avatar
Lyreek

Nombre de messages : 2255
Age : 35
Location : Côte d'Azur, France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michèle LESBRE (France)

Message  Chantal le Mer 27 Nov 2013 - 18:12


ECOUTE LA PLUIE :
Sabine Wespieser editeur - 100 pages.


4è de couverture :
"Puis le ronflement sourd de la rame qui s'approchait à grande vitesse a provoqué un frémissement parmi les rares voyageurs. Le vieil homme s'est tourné vers moi avec toujours ce sourire limpide, j'ai cru qu'il allait me demander quelque chose, mais il a sauté sur les rails comme un enfant qui enjambe un buisson, avec la même légèreté."
Avant que le vieil homme ne se jette sur la voie en lui adressant son dernier sourire, la narratrice partait rejoindre l'homme qu'elle aime à l'hotel des Embruns. Le choc a tout fait basculer. Plutôt que d'aller à la gare, elle s'enfonce dans les rues de Paris pour une longue errance nocturne sous l'orage....

Un récit tout en délicatesse où le temps est arrêté. Une pause. Une pause dans une vie pour réfléchir, revenir sur sa vie, savoir si l'on est sur le bon chemin ou si l'on doit bifurquer...J'ai retrouvé "la petite musique" de Michèle Lesbre, sa si belle écriture tout en nuances, simplicité, et profondeur. Et ce temps, ce temps qui passe, passe, et cette vie qu'il ne faut pas gâcher et vivre intensément avant que tout s'arrête. C'est à la fois doux, poétique, très pudique et très fort, même percutant. Mais court, bien trop court. Je pense que je vais le re-lire.

4,5/5
avatar
Chantal

Nombre de messages : 2201
Location : France
Date d'inscription : 22/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michèle LESBRE (France)

Message  dodie le Mer 27 Nov 2013 - 18:25

Je ne connais pas du tout cette auteur, mais je la note: merci Chantal !
avatar
dodie

Nombre de messages : 4457
Age : 53
Location : France
Date d'inscription : 11/04/2009

http://dodiecuisine.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michèle LESBRE (France)

Message  Chantal le Jeu 11 Déc 2014 - 18:06

NINA PAR HASARD :
Sabine Wespieser Editeur - 189 pages.




    Nina est apprentie coiffeuse à Roubaix. Sa mère, Susy, travaille dans une des dernières petites usines textiles du nord de la France. Dans l’univers clos de ces deux femmes, les hommes ne sont que des passions ravageuses pour la mère, des pères impossibles pour la fille qui, au sortir de l’adolescence, a sur le monde un regard d’une singulière lucidité. 

Avec son premier salaire, Nina a décidé de souhaiter son anniversaire à Susy en l’emmenant au bord de la mer. C’était sans compter avec Delplat, le patron cynique qui tous les vendredis vient « se faire rafraîchir » au salon de coiffure, sans compter avec Legendre, le contremaître aux comportements sadiques à l’origine de la grève, sans compter avec l’accident du travail de Louise, la meilleure amie de Susy, ni avec le naufrage des idéaux et des illusions dans le rude monde des adultes. Pourtant les bonheurs fugaces, les bals du dimanche, la belle solidarité des femmes, et aussi Arnold, l’ami de Nina (qui lui montre les oiseaux et l’emmène au théâtre où elle rêve à une autre Nina, celle de La Mouette), laissent ouvertes les portes d’un ailleurs possible. (source Amazon)

     Un roman court et concis, avec l'écriture très pure et très élégante de Michèle Lesbre. Des gens simples, ordinaires, une vie souvent difficile et pleine de routine, des femmes qui se battent et ne baissent pas les bras...Je l'ai lu, comme tous les livres de l'auteur, quasiment d'une traite. Et j'y ai trouvé, toujours, le même plaisir. J'aime cette auteure.


4/5
avatar
Chantal

Nombre de messages : 2201
Location : France
Date d'inscription : 22/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michèle LESBRE (France)

Message  Chantal le Lun 10 Juil 2017 - 15:37

CHEMINS :
Folio -156 pages.


    Sous un réverbère, un homme, pipe à la main, est absorbé par sa lecture. Elle, assise à une table en terrasse de café, le regarde. Elle parvient à déchiffrer le titre du livre et le passé la submerge. "Scènes de la vie de bohème" de Henry Murger, ne quittait pas le bureau de son père, un livre qui était "toute sa jeunesse". Quel rapport existe-t-il entre les quatre héros du livre, joyeux drilles à l'humeur frondeuse, et l'homme tourmenté qu'était son père, dont elle n'a jamais percé la part de mystère?


    Elle, c'est Michèle Lesbre. Son roman est très autobiographique. Il oscille entre la lecture de ce livre de Murger, qu'elle avait gardée dans sa bibliothèque à la mort du père, et les souvenirs de ce père qui reviennent peu à peu, ce père avec qui elle a eu en somme si peu, trop peu de liens.
Elle part. Elle va rejoindre une maison sur les bords d'un canal, celle d'amis, et en profite ,en faisant plusieurs haltes, pour faire un retour aux sources vers des lieux de son enfance. C'est un paisible voyage plein de mélancolie le long d'un canal, à la rencontre de son père, de sa mère, de ses grands parents. C'est la vraie rencontre avec un éclusier, avec un couple de mariniers, et avec un chien qui ne va plus la quitter. 


   Je suis une fan de Michèle Lesbre, de ses courts romans, de son écriture toujours lumineuse, poétique, mélancolique et paisible. Lu d'une seule traite comme tous ses livres.


4,5/5
avatar
Chantal

Nombre de messages : 2201
Location : France
Date d'inscription : 22/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michèle LESBRE (France)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum