Serge LENTZ (France)

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Serge LENTZ (France)

Message  Calepin le Mer 12 Nov 2008 - 22:01

De : zeta-b (Message d'origine) Envoyé : 2006-06-28 05:08

La stratégie du Bouffon

Bonjour, je suis nouvelle et grande lectrice de beaucoup d'auteurs déja cités. Je suis étonnée que vous ne parliez pas de Serge Lentz, qui est, pour moi, un écrivain exceptionnel. Alors je vais faire ma petite critique sur son roman La stratégie du Bouffon. Si vous aimez les belles histoires tendres et pleines d'humour, vous ne pouvez pas passer à côté de ce livre historique mais également si contemporain. Il commence en 1427 avec l'histoire d'une famille hors norme, dont le dernier rejeton Nicolas est dévoré d'ambition et manoeuvre pour grimper dans la hiérarchie écclesiastique. Ses "magouilles" drolatiques ne peuvent que nous faire penser à la scène politique actuelle. Ayant échoué pour un temps, il rencontrera sur son chemin, un merveilleux personnage qui, il le devine, le servira dans ses desseins. Mais, contre toute attente, l'amour, l'amitié peuvent changer la donne. L'écriture est chatoyante une fois commencé vous ne le lâcherez plus.

Note : 5/5



De : zeta-b Envoyé : 2006-07-10 08:16

Vladimir Roubaïev ou les Provinces de l'Irréel
Robert Laffont (prix interallié)

Vous avez compris que j’étais une inconditionnelle de Serge Lentz. Je vais en rajouter une couche et vous parler de son deuxième roman Vladimir Roubaïev ou les Provinces de L’Irréel Il a été écrit en 1985, je l’ai découvert à cette époque. Serge Lentz avait été reçu par Bernard Pivot dans son émission « Apostrophe » et leur dialogue avait été si drôle, si brillant, Bernard Pivot avait tant encensé ce roman, que dès le lendemain je l’achetais.

Cela se passe en Ukraine (patrie originelle de Serge Lentz). En 1709, au lendemain de la victoire de Poltava contre les suédois, le tsar, pour le remercier de ses coups d’éclat, offre à Fédor Roubaïev un domaine qu’il doit lui-même délimiter en trois jours de marche, à l’embouchure du fleuve Dniepr. C’est ainsi que la dynastie des Roubaiev, constituée d’hommes de taille colossale, va commencer, Fédor le bâtisseur va construire sa maison, pacifier sa région et faire prospérer son domaine. Le roman commence en 1803, au moment où l’un de ses descendants Ivan Federovitch Roubaïev devient père pour la troisième fois d’un rejeton doté à la naissance d’un regard perçant. La mère du nourrisson mourant la nuit suivante, les moujiks du domaine croient à une malédiction apporte par le nouveau né…..Vladimir, échappera de justesse à la colère de ces paysans, deviendra un enfant curieux et aventureux, grandira jusqu’à atteindre la taille de deux mètres et, en tout, sera un être colossal. Ses premières années sont contées par Serge Lentz avec tendresse et humour (traits caractéristiques de ses livres). Au milieu de tout une population de personnages étonnants, Vladimir va faire son chemin, apprendre à vivre, à parler le langage des chevaux et à faire l’amour aux nymphes des marais.

Pour finir je vais retranscrire quelques lignes de l’auteur : une description, de celles qu’on a tendance parfois, quand elles sont longues et sans saveur, à passer sans les lire. Celle-ci vous le verrez fait naître mille images :

« Le Vent ! Rien, sur cette terre, ne vient de si loin et ne respire avec autant d’immensité et de passion que le vent de l’Ukraine. Il débouche en hurlant du Golfe de Finlande, amenant avec lui le froid craquant de la Baltique. A Saint Pétersbourg, il écarte les relents putrides des marécages, marque une pause et tournoie dans les taffetas des élégantes dont il emporte les parfums sucrés en repartant vers le Sud. Il descend et draine avec lui l’odeur des boues de la Volga, les derniers soupirs des morts de Novgorod, les épais nuages d’encens échappés des églises de Moscou, les paillettes d’or arrachées aux bulbes de Kiev, il survole les steppes infinies, arrive enfin sur la Mer Noire et apporte la vie aux bateaux en gonflant leurs voiles par l’arrière. »

Note : 5/5 et bien plus



De : Chantal5500 Envoyé : 2006-07-17 09:44

La stratégie du bouffon
Robert Laffont
366 pages

A Rome, poussé par une mère aussi riche qu'ambitieuse, Nicolas d'Ausone devient évêque à l'âge de 23 ans. L'homme est fort beau, c'est un esprit brillant, mais c'est aussi un débauché de la plus spectaculaire espèce. Pour avoir parié pour le mauvais cardinal lors du conclave de 1458, le jeune prêlat tombe en disgrâce et se voit exilé dans un monastère oublié de la Vallée Borgne, une faille aride et dépeuplée située entre Cévennes et Languedoc.
Mais arrive au monastère, un moine, Marin, un moine à la voix d'or, un peu soldat, un peu médecin..... et toute la vie au monastère va être bouleversée....

Voilà un merveilleux livre historique plein d'intelligence, et surtout plein d'ironie et d'humour. Aucun temps mort, des personnages truculents, une écriture tonique avec des dialogues souvent "hilarants" : je me suis régalée. Un roman historique très loin d'être classique, un livre à la fois très intelligent, très bien écrit et très distrayant. Un bonheur de lecture !

Note : 4,5/5



De : lalyre7032 Envoyé : 2008-05-20 13:24

Vladimir Roubaïev ou les provinces de l'irréel
560 P.

XlXème siècle,l'auteur nous raconte la vie de son trisaîeul,Vladimir Roubaïv,depuis sa naissance à sa mort.Dès sa naissance ,il étonne l'entourage par son regard direct ,il devient vite très grand par la taille si haute qu'il considèrait le monde par-dessus les têtes.Elevé très solitaire,sa mère est décédée à sa naissance,ce géant ukainien issu d'une famille bourgeoise,recherche ses vérités dans la magie légendaire, dans l'irréel et le fantastique. Il vécu jusqu'à un âge avancé,conspirateur et philosophe,ce qui ne l'empêchait nullement de profiter des plaisirs de la vie.Très fort,il tuait un sanglier d'un coup de poing et parlait le langage des chevaux,il fracassait les portes d'un coup de tête.L'histoire est ponctuée de lettres écrites lors d'un âge avancé,racontant sa vie à son petit-fils,lettres truffées d'humour et de tendresse.Beaucoup d'acteurs habitent cette fresque,il y a le Yvan,le père aristocrate sans titre,veuf d'une épouse effacée,il s'ennuie au point de se laisser tenter par la folie,se réfugie dans l'alcool.Baïla,sa compagne belle,cultivée qui s'efforce de le retenir du bord du gouffre,elle est juive et bien déterminée à le rester et sa fille Rivka qui s'évade dans les fantasmes les plus délirants. Il y a l'archimandrite,curieux homme d'église ,parrain de Valdimir.Il y a Vania ,le frère aîné de Vladimir,jeune officier pendant la tourmente des guerres napolèonniennes,marié à Mathilde au caractère volage et dérisoire.Il y a aussi les deux mendiants,Schloïmeh-Confiture et Vladek la Besace ainsi que Radon,cosaque rude,dévoué jusqu'à l'absurde mais aussi Golodny les Grandes Poches,tenanciers de l'unique taverne de l'endroit .Encore d'autres comme Shimon,l'intendant du domaine des Grands Chênes ou Vladimir es né...le cousin Maxime dont chaque phrase est un torrent d'insultes...Jan Brodowicz,le professeur polonais qui ne mange que du poisson et dégage une forte odeur de vase....les amis de Vladimir,Djo Gregorieff,Pasha le fragile et Kirilenko le féroce.....Bolka le Magnifique,faiseur de pluie et menteur....Celeste Bosquet,cantatrice roudouillarde et avide....l'oncle Mikhaêl,tricheur professionnel et pitoyable escroc....et Pouchkine et Tolstoï qui surgissent de temps en temps et tant d'autres.....tziganes perverses et des aveugles redoutables.....des paysans ignorants de leur misère..

Bon j'arrête mes descriptions mais je fus tellement emballée par cette lecture que j'ai envie de tout raconter.Un récit écrit avec délicatesse dans un style fleuri,tous les personnages y ont bien leur rôle, de la drôlerie,des drames, de romantisme et de la tendresse ou l'Histoire apparaît. L'auteur est un vrai conteur qui m'a permis d'imaginer le contexte de cette époque en Ukraine.....

Note : 5/5



De : Philcabzi5 Envoyé : 2008-06-30 21:40

La stratégie du bouffon
Ed. Robert Laffont
1990, 366 pages

Résumé:
Au XVe siècle, la famille Lambron est riche et déterminé à passer à l'histoire, en particulier Marguerite la mère ambitieuse de la famille. Elle veut et tentera tout pour obtenir le meilleur pour son fils Nicholas, déjà nommé évêque à 23 ans. Mais après être tombé en disgrâce à Rome, il est exilé dans une congrégation mourante de la Vallée Borgne. Mais c'est là qu'il rencontrera son destin en un excentrique moine-soldat, adorateur du soleil. Les prêches de cet homme haut en couleur, surnommé Bonheur de Dieu, attireront des foules immenses mais aussi le regard de l'évêque de Sourmières qui ira jusqu'à affamer sa ville pour anéantir le moine. Nicholas planifiera ainsi son retour en jouant des ficelles mais surtout de la bourse de sa mère.

Mon avis:
Ça faisait bien longtemps que je n'était pas tombé sur un aussi bon roman historique! Contrairement à plusieurs auteurs, Serge Lentz ne nous accable pas d'inutiles détails historiques mais recrée avec subtilité tout cette atmosphère très religieuse où les jeux de pouvoir sont la norme. Ses personnages ne sont pas caricaturaux (sauf peut-être L'Escargot!), il n'y a pas vraiment de personnages totalement méchant ou totalement bons. Chacun a ses défauts, même le moine pour qui j'avais beaucoup d'affection. J'ai particulièrement apprécié l'humour omniprésent dans ce roman et j'ai été vraiment très impressionné par son répertoire d'insultes! Merci donc Zeta-b de m'avoir fait découvrir cet auteur. Je vais très certainement lire ces autres livres!

Citations :
Le poids des responsabilités est contenu dans une besace que les hommes ôtent volontiers de leur épaule pour l'accrocher à celle de Dieu, du diable ou du voisin. (page 293)

- Alors moi, je te reréponds que tu as tellement tort dans ta tête que tu pues de la gueule.
- Et moi, couillosti, je vais te foutre une mornifle qui va t'envoyer la cervelle en Afrique. (page 336)

Note: 4.75/5



De : Philcabzi5 Envoyé : 2008-08-03 20:49

Vladimir Roubaïev
Ed. Robert Laffont
1985, 457 pages

Résumé:
Vladimir Ivanovitch Roubaïev naquit le 15 janvier 1803, à Bilyakov, un bourg côtier de la mer Noire [...] en Ukraine. Au fil des pages, on suivra ce jeune garçon jusqu'à ses dix-sept ans, lorsqu'il devient un homme. Mais par les lettres qu'il écrit à son petit fils, Vladimir nous donne un aperçut de sa vie après ce passage à l'âge adulte. Mais Serge Lentz ne s'attachera pas qu'à décrire la vie de ce géant mais nous donne aussi une vision de l'Europe de l'Est à cette époque bouillonnante par le biais d'une multitude de personnages de tout les horizons.

Mon avis:
Je ne sais pas si c'est le fait que l'histoire se déroule en Europe de l'Est ou si le destin de Vladimir me passionne un peu plus, mais j'ai préféré ce récit à La stratégie du bouffon. À de nombreuses reprises j'ai pouffé de rire aux facéties et paroles des personnages, en particulier celles de Schloïmeh et Vladek, les deux mendiants. J'ai aussi beaucoup aimé tous les détails sur la vie à cette époque, les coutumes païennes ou chrétiennes (orthodoxes) propres à cette région du monde, même si parfois je me suis demandée si l'auteur ne se riait pas du lecteur (ce que je ne sais toujours pas!). J'ai seulement deux reproches à faire à Serge Lentz: premièrement de nous titiller avec le destin de Vladimir par ces lettres sans avoir plus de détails (c'est vraiment cruel!) et deuxièmement… de n'écrire pas assez! Merci beaucoup Zeta de m'avoir fait découvrir cet auteur!

Note: 5/5



De : Clochette1509 Envoyé : 2008-08-11 05:58

La stratégie du bouffon

L'histoire :
Nicolas d'Aussonne est issu d'une famille bourgeoise et sa mère a de très hautes ambitions pour lui. Elle veut le voir coiffer la tiare papale.
Celui-ci après avoir misé sur le mauvais "cheval-cardinal" à Rome, est envoyé en quarantaine dans un "village perdu" au milieu du Languedoc. Il va y faire la connaissance de Marin, un moine irrévérencieux qui va lui faire comprendre que les vrais valeurs de la religion ne sont pas forcément celles qu'enseigne l'église. Cela servira surtout ses ambitions et après avoir bien manipulé Marin, tout en tirant quelques leçons de ses enseignements, il tentera au mieux d'accomplir son chemin.

Mon avis :
J'ai vraiment beaucoup aimé ce livre, et comme le dit Phil dans une critique au-dessus, cela faisait longtemps que je n'avais pas lu un aussi bon roman historique. Le style et l'écriture de Serge Lentz sont chatoyants, (il utilise de vieilles tournures, sans toutefois nous déstabiliser), les dialogues sont drôles et truculents, Marin, le moine m'a profondément touchée et j'ai été sensible à son discours sur l'utilisation de la religion. On y voit également que politique et religion font extrêmement bon ménage, et que toutes les manoeuvres de l'époque sont encore d'actualité. Un très très bon moment de lecture pour moi et je ne compte pas en rester là avec cet auteur, même si comme dit Phil, Serge Lentz écrit très peu.

Ma note : 5/5
Calepin
Calepin

Nombre de messages : 1527
Age : 37
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Serge LENTZ (France)

Message  Bellonzo le Sam 2 Mai 2009 - 6:15

Lu les deux il y a longtemps.Enthousiasmé.Je me demandais même si cet écrivain vivait toujours.
Bellonzo
Bellonzo

Nombre de messages : 178
Age : 70
Location : Picardie
Date d'inscription : 26/04/2009

http://eeguab.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Serge LENTZ (France)

Message  zeta le Sam 2 Mai 2009 - 7:56

Oui il vit toujours, je me permets de te répondre Bellonzo, car Serge Lentz est un auteur que je porte aux nues. J'ai eu le plaisir de le faire connaître sur ce forum et de le faire apprécier à certaines.
Il vit toujours mais il n'écrit plus beaucoup, il a fait des traductions de Jim Harrison, il a écrit un téléfilm sur la Russie au temps de Staline qui devrait être diffusé fin 2009/2010.
C'est dommage il n'écrit plus de romans.
Je ne le connais pas, mais je lui ai exprimé mon admiration (le mot est faible) un jour dans une lettre, et surtout mon attente de lire un nouveau roman écrit par lui et il a eu l'extrême gentillesse de me répondre une longue lettre, et des petits mots ultérieurement.
zeta
zeta
Admin

Nombre de messages : 4028
Location : lot et garonne - France
Date d'inscription : 25/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Serge LENTZ (France)

Message  Bellonzo le Sam 2 Mai 2009 - 8:20

Merci de ta réponse Zeta.J'ignorais aussi qu'il avait traduit Jim Harrison.Ecris-tu souvent aux auteurs?Je ne l'ai fait qu'une fois il y a très longtemps,sans réponse.
Bellonzo
Bellonzo

Nombre de messages : 178
Age : 70
Location : Picardie
Date d'inscription : 26/04/2009

http://eeguab.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Serge LENTZ (France)

Message  zeta le Sam 2 Mai 2009 - 8:44

Non je n'ose pas en général, et puis mes auteurs préférés sont d'autres nationalités, ou quelquefois morts, ce qui n'aide pas.
Mais chaque année, après la stratégie du bouffon, je guettais une nouvelle parution, j'attendais et espérais la suite de Vladimir Roubaiev, et le temps a passé sans que je ne voie rien venir.
Un jour je me suis décidée, après avoir vu un article récent sur lui. Comme cet auteur a autant d'humanité, de classe et de gentillesse, je pense, que ces livres, il m'a répondu. Voilà ...... n'empêche que je regrette drolement qu'il n'écrive plus.
zeta
zeta
Admin

Nombre de messages : 4028
Location : lot et garonne - France
Date d'inscription : 25/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re : Serge LENTZ

Message  Franillon le Sam 2 Mai 2009 - 14:25

Vladimir Roubaïev, Robert Laffont 1985

Je ne ferai pas un nouveau résumé de ce merveilleux roman, que pourrais-je ajouter après les résumés ci-dessus ? Avant de donner mon avis sur ce livre, un grand merci à Zeta qui en a si bien parlé qu'on ne peut pas avoir envie de le lire.

Tout bien pesé, je crois en effet, qu'il mérite 5/5. Et c'est un coup de coeur coeur , bien que je ne l'aie pas lu très vite. Je crois que ce genre de livre doit être lu posément, il faut le savourer longuement, s'arrêter au détour d'un description poétique ou après une fausse querelle entre le cousin Maxime et son épouse et réfléchir à ce qu'on vient de lire. Tout porte. Ce livre foisonne d'aventures incroyables et pourtant tout à fait possibles dans cette Ukraine du dix-neuvième siècle. Les nombreux personnages sont tous plus intéressants les uns que les autres, et si bien décrits, avec leurs défauts qui n'ont d'égal que leurs qualités, sauf pour quelques-uns qui n'ont que des défauts comme l'oncle tricheur. Comme l'a souligné Philcabzi, les détails sur la vie dans cette immense propriété des Grands Chênes, avec les coutumes païennes et orthodoxes, et juives aussi, sont particulièrement intéressants. Je ne pense pas que ce soit exagéré. Serge Lentz connaît bien l'Ukraine et tout ce qu'il décrit à propos des créatures légendaires des eaux et des bois, dont on parle encore couramment en Russie, correspond à des croyances encore tenaces dans la campagne profonde, à plus forte raison dans la première moitié du dix-neivième siècle. Les Slaves sont encore très superstitieux. Les scènes de la vie au collège impérial n'ont rien d'incroyable. Je ne sais pas si l'utilisation de la lanière pour corriger les collégiens à la moindre peccadille est toujours d'actualité dans les pensionnats, mais certains parents russes, encore actuellement, n'hésitent pas à s'en servir, sans doute avec moins de brutalité... En conclusion, de très bons moments de lecture.

Franillon.
Franillon
Franillon

Nombre de messages : 1673
Age : 84
Location : MONTMARTIN-SUR-MER (Manche)
Date d'inscription : 09/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Serge LENTZ (France)

Message  flop-itude le Dim 3 Mai 2009 - 20:20

Je vais lire du Serge Lentz Zeta, tu m'as conquise et Franillon qui lui aussi se laisse enchanter, de quoi tenter une ignare à la curiosité plus grosse que sa cervelle. Flop
flop-itude
flop-itude

Nombre de messages : 236
Age : 54
Location : Aveyron France
Date d'inscription : 15/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Serge LENTZ (France)

Message  Chantal le Ven 7 Aoû 2009 - 20:39

Un de plus ajouté dans ma Lal ! Smile
Chantal
Chantal

Nombre de messages : 2422
Location : France
Date d'inscription : 22/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Serge LENTZ (France)

Message  Cyrielle le Sam 8 Aoû 2009 - 10:19

Il m'a l'air vraiment super, je le note dans ma LAL et certainement dans les prioritaires !

_________________
14 livres lus en 2019
Cyrielle
Cyrielle
Admin

Nombre de messages : 7956
Age : 32
Date d'inscription : 27/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Serge LENTZ (France)

Message  Ladybug le Sam 8 Aoû 2009 - 14:16

Même chose ici, je l'ajoute à ma LAL.

Merci pour vos critiques qui font très envie.

_________________
Je lis

Ladybug
Ladybug

Nombre de messages : 1969
Date d'inscription : 22/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Serge LENTZ (France)

Message  odilette84 le Dim 6 Sep 2009 - 15:33

la stratégie du bouffon

j'ai passé un excellent moment.
C'est assez rare de trouver un roman historique aussi érudit tout en étant facilement lisible et qui n'en fait pas trop dans le verbe "médiéval".
tous les ingrédients sont réunis pour se régaler.
Il faut dire que le style de l'auteur est particulièrement agréable et que certaines phrases sont succulentes .
je lirai volontiers d'autres romans de cet auteur
dommage qu'il n'en produise plus ...
j'aime la fin ouverte et Marin Bonheur de Dieu restera longtemps dans mes pensées

Merci Zeta
seul bémol, les relations compliquées entre religieux qui parfois étaient un peu trop lourdes pour moi, je finissais par m'embrouiller entre les divers évêques ... Embarassed Embarassed
ma note 4/5

_________________
résister c'est exister

odilette84
odilette84

Nombre de messages : 2261
Age : 54
Location : Provence
Date d'inscription : 28/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Serge LENTZ (France)

Message  Nathalire le Dim 4 Oct 2009 - 15:41

La Stratégie du Bouffon

Ce livre a été pour moi comme un voyage. On se retrouve à une autre époque, loin de nos vies et de nos tracasseries d'aujourd'hui, dans un monde encore plein de naïveté, des gens proches de leurs croyances et traditions. C'est en partie ce que j'aime dans les livres historiques.
Dans ce roman, l'incursion dans la vie du peuple d'un personnage comme Marin, prédicateur malgré lui, s'apparente à l'arrivée du Messie. J'aime aussi cette sensation d'accompagner et de soutenir le héro, celui que tout le monde adule et qui, tel un martyre, doit souffrir pour faire comprendre le message qu'il nous délivre. Et quel message! J'ai aussi été touchée par la philosophie de vie que prône Marin - il faut vivre en profitant des bienfaits de la vie, dons de Dieu - philosophie au coeur de grandes polémiques encore aujourd'hui. Ce personnage m'est très attachant et j'ai trouvé beaucoup d'émotions et de poésie à la lecture de ce roman.
La seule raison qui ne me fait pas lui mettre 5/5 sont les quelques longeurs parfois sur des épisodes avec Nicolas et aussi les passages parfois "du coq à l'âne" entre des événements. Le roman aurait pu être un peu plus long selon moi
Note: 4.5/5

Un grand merci à Zeta, qui m'a permis de découvrir ce livre et en espérant qu'il revienne du côté obscur où il s'est perdu...
Nathalire
Nathalire

Nombre de messages : 1058
Age : 38
Location : Pully (Suisse)
Date d'inscription : 22/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Serge LENTZ (France)

Message  Liza_lou le Ven 16 Oct 2009 - 20:37

La stratégie du bouffon
(Robert Laffont, 366 pages)

Pour avoir parié sur le mauvais cardinal lors du conclave de 1458, Nicolas d'Ausone est envoyé en disgrâce dans un monastère perdu au fin fond d'une vallée. Le voilà bien loin des fastes de Rome et c'est entouré de moines ascètes que ce jeune homme, fils d'une riche famille devenu évêque à seulement 23 ans, réfléchit à la meilleure stratégie pour revenir sur les devants de la scène.

Voilà un roman historique à la fois drôle, pétillant et plein de malice! L'écriture de Serge Lentz est fluide, lumineuse et d'une pertinence rare. Servis par des dialogues savoureux, l'histoire nous présente des personnages uniques à commencer par Nicolas d'Ausone, cet évêque coureur de jupons et dont la retraite forcée va être bouleversée par l'arrivée d'un moine pas comme les autres. Ce dernier prêche rapidement une nouvelle philosophie de vie à l'encontre des rigueurs prônées par l'Église qui voit d'un mauvais œil l'enthousiasme débordant des paysans pour "Marin Bonheur de Dieu".

De manœuvres stratégiques en pures magouilles, aidé par sa mère nourrissant pour son dernier rejeton un orgueil et une ambition démesurés, Nicolas d'Ausone va tout tenter pour revenir dans les bonnes grâces de Rome. Pas de temps mort dans l'intrigue, au contraire, on dévore les pages à la suite de Nicolas, Marin, Pitou et les autres. On découvre aussi au fil des pages des moines tous plus farfelus les uns que les autres, on est attendri par la douce Marie la Bonne et révolté de par les actions de l'évêque de Sourmières. Qui apprendra bien vite qu'il n'est pas bon se mettre en travers de la route de Nicolas d'Ausone!

Un très bon roman historique que j'ai beaucoup apprécié notamment grâce au ton employé par Serge Lentz. En définitive une très belle découverte, avec des personnages que l'on ne peut oublier une fois le roman refermé. En un mot : bravo!

Ma note : 4,5/5
Liza_lou
Liza_lou

Nombre de messages : 1300
Age : 35
Location : France, à coté de Nantes
Date d'inscription : 07/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Serge LENTZ (France)

Message  clarize le Mar 17 Nov 2009 - 13:19

Relecture de La strtégie du bouffon de Serge LENTZ.

J'aivais lu le livre il y a une quinzaine d'années et la relecture a été passionnante jusqu'à la dernière phrase. J'ai été bluffer, Marin m'est toujours sympathique avec son charisme, on est toujours à la recherche du bonheur et je me serai laissée pigeonner certainement. Oui vriament que de stratégies pour arriver à être cardinal. J'en médite encore.

Note: 4,5/5

_________________

Challenge US : 10/50
clarize
clarize

Nombre de messages : 2595
Location : FRANCE
Date d'inscription : 09/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Serge LENTZ (France)

Message  noemiejardine le Mar 17 Nov 2009 - 13:59

Voilà un auteur dont j'ignorais tout et qui a l'air vraiment super!
vais le mettre dans ma PAL
noemiejardine
noemiejardine

Nombre de messages : 604
Date d'inscription : 05/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Serge LENTZ (France)

Message  flop-itude le Dim 29 Nov 2009 - 22:21

Alodet de Lambron, bien lui en a pris, épousa une certaine Marguerite sans qui cette histoire ne serait pas. Une fameuse que rien n'effraie pour sortir d'ornières où le destin la ligote. Entre prières et poisons, elle se débarrasse de son vieux mari. Bien proche de prendre le voile chez les Clarisses, elle se dit enceinte et séduit le beau Guilhabert pour entériner sa grossesse. Bien mariée et à la tête d'un domaine qu'elle gère en femme d'affaire avisée, elle a sur son échiquier trois fils à placer judicieusement pour agrandir son pouvoir et "prendre souche dans les politiques de l'église". Son dernier né, Nicolas le magnifique et préféré, semble destiné à satisfaire ses plus folles ambitions. D'une érudition hors-pair, il a cependant une vie de débauché qu'il assume avec insolence. Roi de la culbute et sacré évêque, il lui faudra pourtant se contenter de l'ordinaire lorsque par mauvais calcul, il se retrouvera exilé dans un monastère habité de frères à l'austérité inhumaine. Heureusement, ils ne résisteront pas longtemps à cet évêque jouisseur. C'est surtout Marin avec ses prêches à l'hérésie joyeuse dans cette époque d'apocalypse qui sera l'instrument de la gloire de Nicolas après maintes péripéties, pied-de-nez et verres de vinasse.
Ce livre est plein de verve et d'enthousiasme. Les hommes y sont de grands enfants pour qui la vie est un jeu de stratégie que les femmes maitrisent bien mieux qu'eux. En tout cas Marguerite était très douée même sa mort est calculée. Une bonne lecture même si finalement les deux héros Marin et Nicolas se rangent bien sagement dans des rôles convenus qui ne changeront pas la face du monde après semé des idées si humanistes.
flop-itude
flop-itude

Nombre de messages : 236
Age : 54
Location : Aveyron France
Date d'inscription : 15/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Serge LENTZ (France)

Message  Shan_Ze le Lun 7 Déc 2009 - 16:19

La stratégie du bouffon de Serge Lentz
(Presse Pocket, 413 pages)



Je donne mon avis :

J’ai accroché dès les premières pages, j’ai tout de suite aimé l’humour de Serge Lentz ! Mais j’ai eu un peu de mal à suivre la suite de la première partie avec les relations entre évêques, cardinaux et autres ainsi que l’ascension au titre de pape. Mais j’ai enfin réussi à me rattraper et à plonger avec délice dans la deuxième partie. Finalement, j’ai beaucoup aimé ces personnages truculents, cette histoire d’ouverture, de plaisir, cette façon originale de l’époque de voir la religion, ce doux rêveur de Marin, ces répliques extraordinairement pleines d’humour…

J’arrête là mais la liste peut être encore très longue. Je lirai bien ses autres romans, celui-ci m’a convaincue !

Note : 4.5/5
Shan_Ze
Shan_Ze
Admin

Nombre de messages : 7979
Age : 35
Location : Lyon/France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

La stratégie du bouffon

Message  doriane99 le Mar 9 Fév 2010 - 6:01

4/5
XVe siècle, Nicolas d'Ausone, jeune homme ambitieux, devient évêque. Pour avoir misé sur le mauvais candidat aux élections papales, il se retrouve exilé dans un monastère de la Vallée Borgne. Sa rencontre avec Marin, moine charismatique aux idéologies révolutionnaires, va permettre au "bouffon" de remonter sur son fil.


Offert par Zeta il y a quasiment un an lors de l'ouverture de mon blog, je me suis enfin décidée à lire ce roman "historique" mais qui, pourtant a d'étranges résonnances modernes. Il y est question de religion et de politique. Sous couvert d'un humour fin, Serge Lentz dénonce le machiavélisme de ces grands qui nous gouvernent. Les personnages sont truculents, la langue belle et le propos intelligent.


Merci Zeta pour cette découverte
doriane99
doriane99

Nombre de messages : 643
Age : 50
Location : Savigny Sur Orge (France)
Date d'inscription : 25/10/2008

http://lepotinoirdedoriane.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Et quid des années sandwich ?

Message  pisterman le Lun 17 Mai 2010 - 13:40

Bonjour,

J'ai dévoré l'année dernière Vladimir et la stratégie du bouffon. Serge Lentz a écrit un 3ème livre "les années sandwich", qui a été adapté à l'écran.
L'avez vous lu ? J'ai tellement aimé les 2 autres que je crains d'être déçu.

Merci de me faire votre retour.


Cordialement,

pisterman

Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 17/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Serge LENTZ (France)

Message  Philcabzi le Lun 17 Mai 2010 - 15:18

Tiens ma critique de Les années sandwichs n'a pas été transféré!! Rolling Eyes Je vais voir si je la retrouve sur mon ordi à la maison. Je peux tout de même te dire que même si j'avais préféré Vladimir et La stratégie, il reste que c'est un très bon roman.

_________________
Philcabzi
Ainsi qu'une journée bien remplie donne un doux dormir, ainsi une vie bien employée donne un doux mourir. Leonardo da Vinci

Ma PAL: 64 livres
Lecture du moment: Les âmes perdues de Dutch Island de John Connolly
Philcabzi
Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 42
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Serge LENTZ (France)

Message  zeta le Lun 17 Mai 2010 - 15:26

C'est le premier livre de Lentz et comme le dit Phil on peut préférer les deux suivants qui sont plus aboutis, mais "les années sandwiches" a beaucoup de charme et allie, comme pour "Vladimir... et "la stratégie ...", des personnages attachants et une histoire pleine de fantaisie.
Je ne peux que me réjouir de voir arriver un nouvel amateur de ce grand romancier !
zeta
zeta
Admin

Nombre de messages : 4028
Location : lot et garonne - France
Date d'inscription : 25/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Serge LENTZ (France)

Message  Philcabzi le Mar 18 Mai 2010 - 10:59

J'ai retrouvé ma critique!


Les années sandwiches
Ed. Robert Laffont,1981, 389 pages

Ma note : 4/5

Résumé:
Tu vois, cette année, malgré toutes tes bêtises, tu es quand même devenu un homme. [...] Des années comme celle-là, tu n'en connaîtra pas beaucoup. Un homme normal en vit cinq ou six dans son existence. Cinq ou six, pas plus. Le reste, c'est du remplissage et de l'attente. Ces années-là, elles sont comme des tranches de pâté qui viennent se mettre entre deux morceaux de pain. Ce sont des années-sandwiches. Il ne faut pas les rater. Il faut savoir les reconnaître quand elles arrivent.
Et bien 1947 sera une année sandwiche pour Félix et Victor. Félix, fils d'un riche propriétaire de papeterie veut à tout prix connaître la Liberté et l'Aventure. Il rencontrera Victor, un pauvre orphelin balloter par le temps qui aboutira en banlieue de Paris chez un vieux juif bougon. Une improbable amitié naîtra chez ces deux adolescent jusqu'au jour où l'Aventure ira un peu trop loin.

Mon avis:
Dans Les années-sandwiches, premier roman de Serge Lentz, on ne retrouve pas encore la finesse d'écriture et l'humour qui caractérisera ses deux autres romans. Par contre, dès le début il agrémente son récit de longues parenthèses décrivant soit la vie d'un personnage secondaire, soit l'histoire très abrégé d'un pays, d'une ville ou d'un quartier, soit une parabole plus ou moins trafiqué par Max. Selon moi, ces parenthèses font toute la richesse de ce roman et c'est en grande partie ces lignes qui m'ont fait apprécier cette histoire. Parce que l'histoire en soit est plutôt banale et manque un peu de profondeur. On ne croit pas vraiment à l'amitié trop rapide et trop courte de Félix et Victor. Par contre le lien qui se crée en Victor et Max, son patron, est savoureux et touchant.

_________________
Philcabzi
Ainsi qu'une journée bien remplie donne un doux dormir, ainsi une vie bien employée donne un doux mourir. Leonardo da Vinci

Ma PAL: 64 livres
Lecture du moment: Les âmes perdues de Dutch Island de John Connolly
Philcabzi
Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 42
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Serge LENTZ (France)

Message  Fabienne le Mar 15 Juin 2010 - 19:57

Wladimir Roubaïev ou les provinces de l'irréel de Serge Lentz

Edition Robert Laffont 457 pages



Serge Lentz : origines slaves, racines provençales, éducation britannique (Université de Cambridge), carrière journalistique essentiellement américaine. Grand reporter, a été pendant 17 aux premières loges des guerres et des révolutions contemporaines : Israël, Biafra, Viêtnam, Laor, Algérie, Congo, Amérique du sud...
Fou de bateau et de mer, obstinément journaliste et bien sûr écrivain.
Son premier roman, les années sandwiches a reçu le prix des Libraires 1982.
Son deuxième roman Wladimir Roubaïev a reçu le prix Interallié en 1985.
Son troisième et dernier roman sort en 1990, il s'agit de la Stratégie du bouffon.

Ma critique :
Ce roman se passe en Ukraine au 19ème siècle. Serge Lentz nous raconte la vie de Wladimir Roubaïev, troisième fils d'Ivan Fédorovitch. Issu d'une famille bourgeoise, dès sa naissance, le "mythe" de Wladimir commence. Sa mère, pertubée par son regard perçant, parle d'un démon. Il n'en faut pas plus aux paysans du domaine pour considérer le nouveau né avec crainte puis effroi avec la mort de sa mère en couche. Toute sa vie sera entourée par le mystère, la magie, l'irréel...
Il est très difficile de résumer ce roman où il se passe tant de choses. Ce qui ressort en tout premier lieu, c'est la tendresse, l'humanité et l'humour tout au long du livre.
Chacun des personnages est dépeint avec tellement de finesse, de détails, qu'on se les représente aisément. Même les plus "terribles" sont croqués de manière à nous émouvoir.
Ce livre se déguste lentement, tour à tour sérieux puis plein d'humour avec un héros philosophe puis bagarreur. Un régal

Ma note : 5/5


_________________
Lecture en cours :  En un monde parfait - Laura Kasischke
Challenge USA : 18/50
Fabienne
Fabienne

Nombre de messages : 1957
Age : 53
Location : Sud ouest de la France
Date d'inscription : 03/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Serge LENTZ (France)

Message  Prospéryne le Ven 25 Juin 2010 - 14:29

La stratégie du bouffon Serge Lentz Robert Laffont 364 pages

Résumé:
Le bouffon, perché sur son fil, attire tous les regards et l'admiration. Mais s'il en tombe, il devient objet de quolibets et de moqueries. Pour reconquérir le respect des autres, il se doit de remonter sur le fil afin de prouver à tous qu'il est toujours un homme. Voici donc l'histoire de Nicolas d'Ausonne, membre du clergé et qui pour avoir appuyé le mauvais pape à l'élection de 1458, fut comme le bouffon qui tombe de son fil. Et c'est le récit de sa remontée sur celui-ci, aidée en cela par le moine Marin, personnage haut en couleur et hautement imprévisible!

Critique: (oh la pression, c'est que je sais que c'est le chouchou de Zeta!)
Premièrement, s'il y a une chose que l'on peut reconnaître à l'auteur, c'est qu'il ne manque pas de vocabulaire! Chacune des phrases est élégamment construite et il sait utiliser le mot juste pour dire l'idée exacte qu'il a en tête, sans jamais tomber dans le pédantisme ou encore dans un texte obscur. Bien au contraire, c'est vivant, truculent même! Digne de la fin du Haut-Moyen Âge où le livre se déroule. On y parle des différents personnages sans en faire des saints ou des martyrs, tous sont humains, bourrés de défauts et de qualités, mais sans jamais que ces défauts ou ces qualités en fasse des êtres pire ou meilleur. Par exemple, le Chevalier de Muzac est un homme qui n'est pas un meneur, il lui faut prendre ses ordres de quelque part. Ça ne le réduit en rien dans son travail, bien au contraire! On le découvre utile, parfaitement capable de faire de grandes choses tant que quelqu'un pense les grandes lignes du plan à sa place. Un excellent suiveur plutôt qu'un meneur, mais on en fait une qualité plutôt qu'un défaut comme dans les films de super-héros. De même, la fourberie éhonté de Nicolas D'Aussone est une partie les plus amusantes du livre, de voir les méandres de la pensée retorse de cet esprit de ruse et de calculs (z'êtes sûr que c'est pas lui le modèle du Prince de Machiavel???) sont absolument merveilleuse à suivre! Lui et sa très chère sont des modèles d'esprit roublards! Et on les voit déplier leurs filets autour de chacune des personnes qui nuisent ou peuvent aider leurs plans. Désopilant! Par contre, j'ai un peu moins aimé le personnage de Marin. Ce coeur simple et bon me semblait un peu fade comparé à la fourberie de Nicolas. Par contre, il avait le verbe haut et c'était désopilant de le voir convaincre les moines de céder ne serait-ce qu'un peu aux tentations terrestres! Les personnages secondaires sont bien campés, particulièrement Jean Muret, qui en émaillant le texte d'extrait de son journal écrit sur le tard de sa vie ajoute à l'histoire de belle manière. C'est d'ailleurs de lui que viennent souvent les éléments de compréhension des caractères respectifs de Nicolas et de Marin. Même chose pour Marie la Bonne, personnage féminin fort, aussi fort d'ailleurs que Marguerite d'Aussonne. D'ailleurs, à la voir, on sait de qui tiens son fils! Par contre, je ne peux pas dire que j'ai été emballée par ce récit. Les parties racontant les aventures de Nicolas à Rome oui, mais pour le reste, les parties consacrée à Marin, qui occupent la majeure partie du livre m'ont moins intéressées. J'ai adoré le retour des ruses de Nicolas vers la fin du livre! C'est d'ailleurs ce personnage que j'ai le plus aimé et de loin.

Ma note: 4/5

_________________
On peut se passer de tout, sauf de la littérature et des chats Graffiti vu à Berlin
Prospéryne
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 36
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Serge LENTZ (France)

Message  zeta le Ven 25 Juin 2010 - 15:51

Et bien je fais honneur à ta critique Prospé, je l'ai lu vite en arrivant sur le forum. C'est amusant car beaucoup de personnes ont moins aimé la première partie celle qui se passe à Rome, et toi c'est celle que tu as préféré. C'est toujours étonnant et intéressant les divers avis .... les différences dans ce que l'on aime lire.
Juste un mot sur Marin, c'est vrai qu'il parait bon, et sans surprise mais je crois que son personnage est plus subtil qu'il n'y parait
Spoiler:
car lorsqu'il convainc les moines d'assouplir leur règles de vie on se demande s'il le fait par compassion ou simplement pour exercer et prouver à Nicolas son art de la persuasion et son charisme sur les autres.... au risque de les désorienter et de les lancer dans les excès et la pagaille.

De même, lorsqu'il se lance dans la bataille contre l'évêque, il y met beaucoup d'orgueil et de persévérance, alors que des gens en meurent .....Pour moi il est loin d'être un saint mais simplement une belle personne. Je crois que la seule personne vraiment sans roublardise dans cette histoire c'est Marie la Bonne.
zeta
zeta
Admin

Nombre de messages : 4028
Location : lot et garonne - France
Date d'inscription : 25/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Serge LENTZ (France)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum