Tarjei VESAAS (Norvège)

Aller en bas

Tarjei VESAAS (Norvège)

Message  Philcabzi le Mer 12 Nov 2008 - 11:10

From: gallomaniac (Original Message) Sent: 11/19/2006 6:58 AM
Les Oiseaux, de Tarjei VESAAS (1957)
traduit du norvégien par Régis Boyer, Ed. P.J.Oswald, 1975, Poche 1977, 315 pg. Ma note 4/5.

Mattis, 37 ans est un type "un peu ahuri" mais aussi "futé" et avec un grand coeur sensible. Il vit chez sa soeur Hege, tricoteuse, qui est aussi son havre contre l'angoisse. Il traverse les crises des sentiments comme il traverse les crises des orages apeurantes. Il choisit la joie de vivre, mais parfois il souffre de "ses idées" qui sèment le chaos dans sa tête. En quête de travail, il se défend contre l'image infériorante qu'ont les gens du village de lui.
Un soir, des bécasses ont changé leur vol et vont passent au-dessus de leur maison. Mattis émerveillé fait un rêve et donne à ces oiseaux un sens symbolique, annonce de joie. Il se sent changé. Mais l'oiseau sera tué par un garçon chasseur. Mattis se sent de nouveau changé, gonflé de fierté, quand il ramène en ramant deux jeunes filles rencontrées sur un îlot du lac. Un troisième événement: le foudre abat un tremble, et Mattis angoissé en fait "une question de vie et de mort", de Hege ou de lui, qui sait. Par la suggestion apaisante de Hege qu'il pourrait être passeur sur le lac, Mattit se sent à un tournant décisif: une ouverture. Mattis, passeur, introduit son premier et seul client à la maison, chez Hege. Un nouvel espoir naît, ainsi que de nouvelles angoisses, dont le "futé" Mattis trouve "un moyen de s'en sortir". C'était un plan secret.

Je me demande si Mattis est vraiment un idiot, ou qu'il est plutôt un autiste enfermé intellectuellement ou schizoïde; peu importe. Mattis a une vie intérieure riche, voir poëtique, tourné vers la bonté et la beauté de la nature, des gens et des jeunes filles. Mais il y a le décalage constant entre ce qu'est Mattis selon ses sentiments et ses idées et ce qu'est Mattis selon le jugement des autres. Il y a dans ce livre lyrique comme deux refrains: "M'aimes-tu?" et "Elle ne comprend pas". Alors son plan secret, est-ce un acte d'egoïsme pessimiste ou un acte d'amour plus fort que la mort?


From: gallomaniac Sent: 11/19/2006 7:01 AM
Palais de Glace, de Tarjei VESAAS (1963)
traduit du norvégien par Elisabeth Eydoux. Flammarion 1975, Poche 1977 220 pg. Ma note 5/5

Siss et Unn, deux filles de onze ans, sont dans la même classe, mais ne se fréquentent pas, jusqu'au jour que Unn invite Siss. Pendant la visite "l'ambiance devient inquiétante. L'éclat de leurs yeux disait qu'elles s'étaient rencontrées." Siss n'ose plus rester et, remplie de peur, part dans la nuit hivernale. Unn, le lendemain, a peur de la peur de Siss; elle n'ose pas aller en classe et va se promener sur le lac vers le "Palais de Glace", belle cascade au milieu d'une multitude de parois de glace. Ensorcelée par ces beautés hivernales, elle s'y aventure, s'y perd....
Pendant et après des vaines recherches, toujours se souvenant d'Unn, Siss passe - isolément, avec ses parents, en classe ou avec la tante d'Unn - par tout une gamme de sentiments d'amitié, fidélité, deuil, acceptation, soulagement, germination d'amour. Les paysages d'hiver et les étendues des sentiments se complètent dans ce texte toute de beauté.

Ce livre, acceuilli comme un chef d'oeuvre, est édité comme un livre pour adultes, mais en lisant, j'ai eu le sentiment que le livre est écrit pour enfants.

Tarjei VESAAS est né en 1897 dans une ferme du Telemark, Norvège. Il travaille à la ferme de son père et, sans beaucoup de formation, il écrit. Il débute en 1923 avec "Profondeur de l'homme", mais il n'est remarqué qu'en 1934 avec Le Grand Cycle. Alors, il reçoit quelques bourses pour des séjours à l'étranger. Il retourne dans la ferme et continue sa carrière d'écrivain, évoluant du romantique au réalisme au symbolisme. "Les oiseaux" (1957) et "Palais de glace" (1963) sont de la période symbolique. Vesaas est mort en 1970.


From: Sahkti1 Sent: 11/20/2006 2:45 PM
Tarjei VESAAS, Les ponts

Etrange texte dont il est difficile de parler sans raconter toute l’histoire. Torvil et Aude ont 18 ans, ce sont des amis d’enfance, leurs parents ont construit des maisons jumelles afin de pouvoir vivre côte à côte ; ils nourrissent le rêve que leurs enfants se marient ensemble, histoire de prolonger cette vibrante amitié. Un jour de promenade dans la forêt, Aude et Torvil se retrouvent face à un drame (dont je ne veux rien vous dire) qui va bouleverser toute leur vie. Une rencontre va prendre une place très importante dans leurs destinées et les pousser à affronter leurs querelles identitaires. Dix-huit ans, un âge charnière en ce qui les concerne, pas vraiment adulte mais plus tout à fait enfant. De face à face en questionnements intérieurs, Aude, Torvil et Valborg (la troisième protagoniste du roman) se découvrent et tentent d’avancer dans leur vie, cahin-caha.

C’est une histoire pesante, l’atmosphère très intimiste est lourde et parfois étouffante. Heureusement que Tarjei Vesaas est un expert de l’économie de mots, les dialogues sont lacunaires, les faits à peine évoqués, car cela permet de respirer un peu tant les ambiances sont oppressantes. Ces deux jeunes en apparence insouciants (un rythme de vie réglé, sans anicroche, un destin cousu de fil blanc) éprouvent de vives souffrances existentielles qui sont admirablement bien traduites par les ambiances et les décors : une forêt sombre et devenue source de mystère malgré les années passées à s’y balader, une succession de ponts symbolisant ce passage douloureux entre l’adolescence et le monde des adultes, des parents omniprésents tout en étant complètement invisibles… Un style épuré, et en même temps, un roman tellement chargé de symboles et d’interrogations, de pistes à suivre vers lesquelles nous guide l’auteur sans jamais nous y emmener tout à fait. C’est un roman très riche à méditer longuement après l’avoir refermé, des réponses apparaissent les unes après les autres, permettant d’y voir plus clair après coup, car pendant le récit, c’est nébuleux et parfois irrespirable.

Ma note: 3,5/5


From: 2550Chimère Sent: 2/11/2007 6:59 AM
LES OISEAUX de Tarjei VESAAS
Ed Plein Chant/266p
Trad (norvégien) : Régis Boyer

Mattis vit avec Hege sa sœur. Mattis ne trouve jamais de travail parce que personne ne veut en donner à un simple d’esprit. Alors, il parle aux oiseaux, leur écrivant des messages dans la boue, voit des signes du destin partout, il vit dans un monde bien à lui. Un jour, il ramène à la maison Jörgen un bûcheron et tout va changer.

Bien qu’employant la même langue que les autres personnages, Mattis ne donne pas le même sens aux mots d’où une incompréhensions réciproque entre lui et le monde. Il sent bien confusément qu’il est une charge pour sa sœur, qu’il n’est pas vraiment comme les autres mais c’est une donnée vite oubliée quand on peut lire les messages que laissent les oiseaux avec leurs pattes sur le sol meuble et que l’on sait y répondre. Un roman sur le tournant d'une vie et sur une décision importante pour que Hege soit heureuse avec cet homme qu’il a ramené un soir où il faisait le passeur sur le lac. Un livre sur le monde intérieur d'un individu qui ne pense pas comme les autres. Un livre difficile à classer, j'ai aimé sans me sentir impliquée dans l'existence de Mattis comme si la distance entre lui et les autres s'appliquait également à moi. Une réussite ou un échec de la part de l'auteur ?

Ma note : 3,5/5


From: Sahkti1 Sent: 3/15/2007 11:45 AM
Tarjei VESAAS, Palais de glace

Siss est une fillette de onze ans, meneuse de la classe, qui voit arriver Unn, une nouvelle, orpheline venue vivre chez sa tante. après quelques jours d'observation, Unn invite Siss chez elle pour passer quelques heures. Les deux fillettes se confrontent silencieusement pour découvrir qu'elles ne font qu'une en réalité sur le plan des idées et des émotions. Unn semble vouloir confier un secret à Siss, mais elle n'y arrive pas, la peur est là. Cela n'empêchera pas Siss de devenir la détentrice de tous les non-dits de cette soirée et gardienne de l'âme de Unn. Parce que Unn va disparaître, le lendemain matin, au coeur d'un palais de glace envoûtant et diabolique.

Tarjei Vesaas est norvégien. Le froid, la glace, la neige et les nuits sans fin il connaît... et il le raconte très bien.
Une ambiance très particulière de froid polaire que l'auteur fait ressentir à merveille, tout comme les tourments qui peuvent habiter deux fillettes de onze ans qui découvrent la force de l'amitié et aussi de la peur. Beauté et poésie de l'écriture de Tarjei Vesaas qui sait comment faire pour entretenir mystère et tension tout en ne dénaturant pas la douceur qui se dégage de son magnifique récit. Un gros coup de coeur pour cette langueur, cette manière de prendre son temps pour dire les choses et les faire ressentir.

Ma note: 4,5/5


From: Ysla Sent: 2/4/2008 12:58 PM
Les ponts
Tarjei VESAAS

Sahkti1 a très bien résumé ce court roman et décrit ce qu'on ressent à sa lecture.
Une ambiance oppressante, trois jeunes adultes en proie à leurs angoisses et leurs désirs, des parents comme des ombres. Et tout cela (comme toujours chez cet auteur) très bien écrit, avec un symbolisme très fort. Il y a une alternance de chapitres "action" qui relatent ce qui se passe dans le récit et de chapitres davantage oniriques, ou reflétant les pensées et les sentiments des protagonistes.

Les dialogues sont souvent brefs ou coupés par les pensées des personnages, on ne prononce que le minimum, beaucoup d'échanges passent par le non-dit.

J'aime ce style minimaliste et riche en images tout à la fois, cette façon de décrire ce qui, chez les êtres humains, est si ardu à mettre en mots. Pour moi, l'écriture de Tarjei VESAAS est comme un tableau. Quand je pense à ses livres, je les vois en peinture, par exemple la forêt dans ce roman-ci. Pourtant, ce n'est pas un écrivain qui fait de longues description, mais c'est l'atmosphère et les sensations que je perçois qui me conduisent à imaginer ainsi ses écrits. C'est un peu difficile à expliquer...

Ma note pour Les ponts : 4/5


From: lalyre7032 Sent: 8/17/2008 1:02 PM
La blanchisserie Tarjei Vesaas Flammarion
255 P.
L'auteur nous entraîne dans une blanchisserie dont Tander est le propriétaire,il est marié mais le voila amoureux de Vèra,une de ses employées,très jolie elle est fiancée à Jan Vang.Elise,la femme de Tander a remarqué que quelque chose se passe et ne sachant quoi faire,commet un geste pour le sortir de son obsession.Elle ne se doute quère que cette tentative désespérée va aggraver son état.Tander soupçonne le fiancé de Vèra et le menace.Un soir Tander se décide à effacer les traces désobligeantes écrites en face de chez lui et là....une conversation entre deux jeunes lui fait connaître le coupable.Mais entre-temps,Jan qui craint pour sa vie a décidé de réagir et passe à l'action.......

Un roman facile à lire qui détend après une lecture difficile,de l'amour ,de la haine,de la jalousie,de la misère et de la violence,des surprises aussi.....Une lecture de vacances sans se casser la tête car certains textes sont assez simplistes mais je me suis amusée sans plus.....3,5/5

Lalyre
Philcabzi
Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 42
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

La blanchisserie - Tarjei Vesaas

Message  cecile le Ven 28 Jan 2011 - 19:10

Flammarion
255 pages
2001

Mon avis :
Le résumé ayant déjà été rédigé par Lalyre, je m'abstiendrai donc.
Je n'ai malheureusement pas du tout accroché à cette histoire. J'ai d'ailleurs trouvé que la quatrième de couverture ne reflétait pas réellement le récit, n'ayant pas ressenti les choses telles qu'elles sont expliquées.
L'on dit par exemple que Tander "tombe fou amoureux" cela ne pas paru aussi intense, et quant à ses envies de meurtre, elles sont très rapidement calmées, et ne justifient en aucune façon "une implacable vengeance". Ceci pour dire qu'alléchée par ces commentaires, je pensais passer un bon moment, Il n'en a rien été. J'ai trouvé cette histoire mal ficelée, les faits reprochés ne justifiant pas la sentence.
Une grande déception, je m'attendais vraiment à mieux.

Note : 2/5
cecile
cecile

Nombre de messages : 2360
Date d'inscription : 11/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarjei VESAAS (Norvège)

Message  Ysla le Sam 29 Jan 2011 - 7:13

Dommage Cécile... Je ne connais pas ce titre, mais si tu veux réessayer cet auteur, je te conseille les titres Les oiseaux et Palais de glace, qui sont pour moi des bijoux.

Quant aux quatrièmes de couverture, je pense qu'il ne faut pas les lire dans la plupart des cas, ou du moins pas trop les croire. Ils ou elles (j'ai jamais su !) sont généralement rédigé(e)s par les éditeurs, il me semble, et de ce fait rassemble plus de mensonges et d'extrapolations qu'un véritable résumé de l'histoire.
Ysla
Ysla

Nombre de messages : 1800
Location : Grenoble / France
Date d'inscription : 23/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarjei VESAAS (Norvège)

Message  cecile le Sam 29 Jan 2011 - 10:31

Ysla a écrit:Dommage Cécile... Je ne connais pas ce titre, mais si tu veux réessayer cet auteur, je te conseille les titres Les oiseaux et Palais de glace, qui sont pour moi des bijoux.

Quant aux quatrièmes de couverture, je pense qu'il ne faut pas les lire dans la plupart des cas, ou du moins pas trop les croire. Ils ou elles (j'ai jamais su !) sont généralement rédigé(e)s par les éditeurs, il me semble, et de ce fait rassemble plus de mensonges et d'extrapolations qu'un véritable résumé de l'histoire.

Merci Ysla ! je vais voir si je les trouve...
cecile
cecile

Nombre de messages : 2360
Date d'inscription : 11/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Tarjei VESAAS (Norvège)

Message  cecile le Jeu 17 Fév 2011 - 16:06

Editions Autrement Littératures
230 pages
2003

Quatrième de couverture :

" Où suis-je ? Torvil porta la main à son front.
Il transpirait. Il n'y avait pas la moindre trace de gelée blanche. Il s'agitait, il était en sueur. L' obscurité régnait dans la chambre. A tâtons, il chercha son bracelet-montre sur la table. Il le trouva et cela lui fit du bien, car chaque chose reprenait sa place. Au moins, il était dans son propre lit et pouvait penser. Il se demanda : rien n'est vrai de tout cela ? Nous n'avons pas été dans la forêt non plus ? Il n'y avait rien de caché sous quelque branchage ? Ces pensées étaient réconfortantes.
En fait, elles ne servaient à rien. Ce n'était pas en se réveillant que l'on pouvait effacer ça. "

Mon avis :

Une histoire étrange où deux jeunes gens trouvent dans la forêt un nouveau-né mort qu'ils ensevelissent. Le jour suivant le cadavre n'est plus là. Ils font alors connaissance de la mère de l'enfant Valborg. Torvil, le jeune homme tombe amoureux de la jeune femme alors qu'il est engagé à Aude depuis l'enfance. Quant à Valborg elle est persuadée de se trouver en compagnie d'un frère et de sa sœur. Lorsqu'elle prend conscience de sa méprise, elle part.
Je n'ai vraiment pas ressenti un grand intérêt pour ce récit, le seul fait que cet amour repose sur un malentendu n'a pas été suffisant pour me passionner.

Note : 2,5/5
cecile
cecile

Nombre de messages : 2360
Date d'inscription : 11/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarjei VESAAS (Norvège)

Message  Parch le Mer 23 Mar 2011 - 15:04

Tarjei Vesaas, Le palais de glace

Récit déjà résumé précédemment.

A la lecture du Palais de glace on a l'impression de lire un texte du XIXe siècle alors que le livre date du milieu XXe : le livre parvient à communiquer une sensation étrange, une ambiance fantastique sans qu'il n'y ait d'action étrange à proprement parler. J'ai lu quelque part à props de ce livre "poème symboliste", c'est vraiment cela. Un texte poétique... une histoire d'amour impossible, la disparition de l'être aimé. ça m'a un peu fait pensé à du Maupassant...

Ma note : 4,5/5

_________________
Accomplissement du challenge 2011 : 69 %, du challenge 2012 : 79 %, du challenge 2013 : 110 %
Accomplissement du challenge 2014 : ...
Parch
Parch

Nombre de messages : 619
Age : 34
Location : Aix-en-Provence, France
Date d'inscription : 25/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarjei VESAAS (Norvège)

Message  lalyre le Lun 15 Fév 2016 - 17:08

    Le palais de glace   
 Babel 3 février 2016    
   219 pages

Quatrième de couverture
Dans un paysage de légende façonné par le froid et la glace, au coeur de l’interminable automne norvégien, deux fillettes se découvrent et se reconnaissent. Siss et Unn, Unn et Siss. De caractère apparemment opposé, elles s’attirent et se troublent, jusqu’au soir où, les yeux plongés dans un même miroir, elles scellent un pacte, un lien aussi indéfectible qu’inexplicable, ténu comme un cristal de givre et puissant comme le palais de glace figé au pied de la cascade. Le lendemain, Unn disparaît... Le Palais de glace, chef - d’oeuvre intemporel plein de poésie et de sensualité, approche avec une rare acuité l’intensité bouleversante des secrets et le sérieux insondable des émotions enfantines.

Mon avis
Deux petites filles qui viennent de faire connaissance et très vite un secret entre elles qui ne sera pas dévoilé. Et voici  un roman sur fond d’amour, de disparition, d’absence et de mort, Une splendide cascade figée par le gel, deux palais figés, l’un par  la glace, l’autre par l’amour d’une fillette. Un roman poétique tant par les descriptions du lac glacé se recouvrant de neige et la splendeur du froid. Les recherches entreprises par toute la communauté du village pour retrouver Unn m’ont émue. Une belle histoire dont on pourrait creuser le mystère de page en page sans que cela ne détruise l’amour enfantin. Un beau roman de tendresse, de poésie, de rêve qui magiquement frôle une légende venant du froid qui sera un gros coup de cœur….5/5
lalyre
lalyre

Nombre de messages : 4609
Age : 86
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarjei VESAAS (Norvège)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum