Maryse CONDÉ (Guadeloupe/France)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Maryse CONDÉ (Guadeloupe/France)

Message  Mousseline le Mer 12 Nov 2008 - 4:44

De : Friisette (Message d'origine) Envoyé : 2005-08-03 13:10

Moi, Tituba sorcière noire de Salem

Tituba est née à La Barbade d'une mère esclave violée par un marin. À cause de cela sa mère ne l'aime pas et elle devient la fille spirituelle de Man Yaya, une guérisseuse. Elle rencontrera et épousera John Indien, ce qui l'entrainera jusqu'à Boston et Salem où elle sera jugée pour sorcellerie lors du célèbre procès. Sa vie, Maryse Condé a choisi de s'en inspirer librement pour rendre sa noblesse a une oubliée, une femme pourtant courageuse et pleine de ressources

Pour nous raconter la vie de son héroïne, Maryse Condé a choisi de la laisser nous relater son histoire. Et c'est particulièrement réussi! Très rapidement, Tituba nous rallie à sa cause et on ne peut faire autrement que de l'aimer. On ne peut s'empêcher d'admirer sa force et son optimisme devant les épreuves de la vie, épreuves qui sont bien plus grandes que ce que le commun des mortels endurerait... L'auteur réussi aussi très bien à rendre les atmosphères. Lors du procès des sorcières, la tension ressentie au fil des pages est à couper au couteau. Si seulement l'histoire ne s'essouflait pas vers la fin, nous aurions eu droit à un chef-d'oeuvre!

Je vous le recommande chaudement!

4/5

Roman historique du 17e siècle



--------------------------------------------------------------------------------


Maryse Condé est née en 1937 à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe). Elle y vécut jusqu'à ses études universitaires. Elle étudia ensuite à Paris en Lettres Classiques à la Sorbonne. En 1960, elle épouse le comédien Mamadou Condé et part pour la Guinée. Après son divorce, elle continue de séjourner en Afrique (au Ghana et au Sénégal notamment) avec ses quatre enfants. Elle revient en France en 1973, et épouse Richard Philcox. À partir de ce moment, elle enseignera dans diverses universités et débutera sa carrière de romancière. Présentement, elle habite les États-Unis et à l'Université Columbia.

Romans:
Heremakhonon. Paris: 10/18, 1976. Nouvelle édition, En Attendant le bonheur (Heremakhonon), Paris: Seghers, 1988.
Une Saison à Rihata. Paris: Laffont, 1981.
Ségou: Les murailles de terre. Paris: Laffont, 1984.
Ségou: La terre en miettes. Paris: Laffont, 1985.
Moi, Tituba, sorcière noire de Salem. Paris: Mercure, 1986.
La vie scélérate. Paris: Seghers, 1987.
Traversée de la mangrove. Paris: Mercure, 1989.
Les Derniers Rois Mages. Paris: Mercure, 1992.
La Colonie du Nouveau Monde. Paris: Laffont, 1993.
La Migration des coeurs. Paris: Laffont, 1995.
Desirada. Paris: Laffont, 1997.
Le Coeur à rire et à pleurer, contes vrais de mon enfance. Paris: Laffont, 1999.
Célanire cou-coupé. Paris: Laffont, 2000.
La Belle Créole. Paris: Mercure, 2001.
Histoire de la femme cannibale. Paris: Mercure, 2003.
Théâtre:
Dieu nous l'a donné. Paris: Pierre Jean Oswald, 1972.
Mort d'Oluwémi d'Ajumako. Paris: Pierre Jean Oswald, 1973.
Le Morne de Massabielle. Puteaux: Théâtre des Hauts de Seine, 1974.
Pension les Alizés. Paris: Mercure, 1988.
An Tan Revolisyon. Guadeloupe: Conseil Régional, 1989.
Comédie d'amour. Mises en scène: Théâtre Fontaine (Paris, juillet 1993); New York et Washington, D.C. (novembre 1993).
Littérature pour la jeunesse:
"Victor et les barricades". Je Bouquine 61 (mars 1989): 13-64.
Haïti chérie. Illustrations de Marcelino Truong. Paris: Bayard, 1991; réédité sous le titre Rêves amers. Paris: Bayard Jeunesse, 2001.
Hugo le terrible. Paris: Sépia, 1991.
La Planète Orbis. Illustrations de Letizia Galli. Pointe-au-Pitre: Jasor, 2002.
Nouvelles et courts récits:
"Trois femmes à Manhattan". Présence Africaine 121/122 (1982): 307-315.
"Ayissé". Soleil éclaté: Mélanges offerts à Aimé Césaire. Jacqueline Leiner, ed. Tübingen: Gunter Narr Verlag, 1984: 81-87.
Pays mêlé (recueil de deux nouvelles). Paris: Hatier, 1985. Nouvelle édition avec dix nouvelles: Paris: Laffont, 1997.
"La châtaigne et le fruit à pain". Voies de pères, voix de filles: Quinze femmes écrivains parlent de leur père. Adine Sagalyn, ed. Paris: Maren Sell, 1988.
A ma mère: Soixante écrivains parlent de leur mère. Marcel Bisiaux et Catherine Jajolet, eds. Paris: Horay Pierre, 1988.
"No Woman No Cry". Le Serpent à Plumes (3e trimestre 1991).
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Maryse CONDÉ

Message  Mousseline le Mer 12 Nov 2008 - 4:47

De : JoAnn_Kamar Envoyé : 2005-08-03 17:43

Oh!
Maryse Condé! Je l'adore!
J'ai dû lire Un coeur à rire et à pleurer quand j'étais en 1ère L.
Quand j'étais en première, ma prof de français me détestait avec force, je ne sais pas pourquoi, et c'était à peu près réciproque. Elle ne me donnait jamais la moyenne (fallait le faire) et quand on changeait les professeurs pour des examens blancs, j'avais très facilement 12!
Je crois que c'était une guerre silencieuse, je sais pas trop, tant est qu'elle est allée jusqu'à vouloir voir mon père en réunion de parents d'élèves (chose auxquelles il n'est JAMAIS allé!). Elle disait que je n'étais pas profonde ou je sais pas trop quoi encore.
Alors pendant la conférence avec les écrivains francophones (dont Nancy Huston, Amadou Kourouma...), j'étais dans le groupe de Maryse Condé. J'ai jamais autant bossé pour un livre, avec toutes les questions en ordre chronologique, etc. Après presque deux heures de presque un tête à tête (on était sur un longue table et elle n'était pas à la tête, mais au milieu, et moi en face), elle semblait ravie.
A la fin de la conférence, ma meilleure amie Jeanne et moi, on est allée la voir parce que dans une de ses réponses, elle ne nous avait pas incluses dans "l'Afrique Noire", au fait qu'on était Métisses, elle nous voyait Antillaises. Alors on discutait amicalement, et ma prof (véritable sorcière) s'est approchée de nous "comment ont-elles travaillé?"
Maryse Condé qui n'a pas réellement sympathisé avec ma prof, la regarde (MC était au bras de son mari), et lance "Elles ont posé des questions très pertinentes, très profondes. Elles ont très bien travaillé."
Le culot de ma prof: "Oh oui, ce sont des littéraires, elles sont très profondes dans leurs commentaires"...

Le soir, à Prétoria (la ville à côté de Johannesburg, capitale politique de l'Afrique du Sud), ils donnaient une conférence avec journalistes dans une brasserie française. J'ai acheté Moi, Tituba sorcière et Les derniers rois mages qu'elle a dédicacé.
J'ai adoré Tituba, je le trouve original! Parce qu'on n'avait pas entendu parlé d'une sorcière noire à Salem... Par contre, j'ai eu du mal avec les Rois mages et je n'ai pas de légitimité à le juger car je ne l'ai jamais fini... et il est quelque part en Afrique du Sud avec le reste de mes livres... ...

J'ai encore débordé...
J'ai dit que j'adorais Maryse Condé au moins?
Tituba 4/5
Un coeur 3/5

Jo Ann




De : van1709 Envoyé : 2005-12-12 12:40

Moi, Tituba sorcière noire de Salem

Résumé : Tituba est née à la Barbade d’un viol. Elle sera vendue à un pasteur qui l’emmènera à Boston, puis à Salem, où elle sera prise dans l’hystérie collective qui va gagner la ville.

Mon avis : C’est par amour que Tituba va laisser derrière elle la liberté et redevenir esclave, qu’elle va endurer toutes ces épreuves. C’est un roman qui me laisse révoltée par tant d’injustices. D’abord l’esclavage, ensuite cette façon dont les gens jugeaient si un tel était bien une sorcière ou pas, des épreuves inhumaines dont il est impossible de réchapper, mais après tout, si cette personne est innocente, elle en réchappera, n’est-ce pas ? Une partie de l’histoire des sorcières de Salem que je ne connaissais pas, j’ai bien aimé la partie sur l’interrogatoire de Tituba. Une femme courageuse qui refuse de se laisser envahir par la haine malgré tout ce qui lui est arrivé. Une histoire émouvante.

Note : 4.5/5




De : Muriel13B Envoyé : 2006-05-25 03:36

Moi, Tituba sorcière...noire de Salem de Maryse Condé
Ed. Folio 278 pages

Résumé:
Histoire de la vie de Tituba, esclave noire condamnée comme sorcière au célèbre procès de Salem.
Roman historique 17ème siècle

Mon avis:
Une très belle histoire. Dès le début du roman, on est pris dans l'ambiance et l'action. Tituba est touchante de sincérité et de gentillesse. L'écriture est juste, on est transporté à la Barbade, avec ses paysages, ses couleurs, ses odeurs.
Tituba a vraiment existé, l'auteur a seulement extrapolé pour la fin de sa vie qui n'a pas laissé de traces dans l'histoire. Avec ce roman, j'ai aussi découvert le quotidien cruel des esclaves noirs d'Amérique. Un livre touchant.

4/5




De : van1709 Envoyé : 2006-07-14 13:41

La migration des coeurs

Razyé quitte Cuba. Il retourne en Guadeloupe. afin de pouvoir mettre en place sa vengeance auprès de Cathy, la femme qu'il aime mais qui l'a trahi, le frère de celle-ci qui l'a traité comme un moins que rien et son mari, celui qui lui a volé son amour.

Ce livre fait penser à "les hauts de hurlevent" d'Emilie Bronte. C'est un bouquin qui se lit rapidement, très léger. Je suis cependant mitigée. J'ai préféré "moi, Tituba, sorcière noire de Salem", qui montrait un peu plus le contexte et pas seulement l'histoire romancée. Dans "la migration des coeurs" l'histoire m'a souvent exaspéré. Le personnage de Razyé est absolument antipathique. On peut comprendre qu'il ait été blessé par la réaction de Cathy, mais de là à vouloir se servir de ses enfants pour se venger, à traiter son propre fils comme un rien... C'est un personnage égoiste et il rend la vie sombre à tous ceux qui sont autour de lui. Si je l'ai lu, c'est surtout pour le contexte: les Antilles peu après que l'esclavage ait été aboli. Mais ça reste un peu trop à l'arrière plan pour moi, l'auteur reste exclusivement sur l'histoire des personnages principaux, qui d'ailleurs serait parfaite pour un feuilleton télé. Et malheureusement, l'histoire ne m'a pas vraiment percutée, ce sera un roman vite oublié.

Note: 2.5/5




De : pounette Envoyé : 2006-08-13 12:47

Moi, Tituba, Sorcière noire de Salem Maryse CONDE


Tituba vit à la Barbade. Elevée par une vieille femme qui lui apprend la richesse les secrets des plantes ainsi qu'à communiquer avec les morts, elle échappe à sa condition d'esclave.
Par amour, elle fait don de sa liberté.
De là commence un long périple pour Boston puis New-York et enfin par un retour dans son île.
Tituba, dont les pouvoirs et l'art ont été dénaturés, sera l'une des premières victimes du procès de Salem.

Un livre à lire absolument.
Une découverte de la Barbade aux paysages magnifiques et à la végétation luxuriante.
Un hommage rendu à ce peuple d'esclaves opprimés pendant si longtemps, mais qui ne cessa de combattre pour sa survie et sa liberté.
Un choc devant une telle bêtise de cette communauté puritaine débarquant tout juste dans le Nouveau-Monde. Que d'hypocrisie, de puritanisme et de folie pour ces gens qui virent le monde qu'à travers le Bien et le Mal (ce qui rappelle d'ailleurs certains propos d'un certain président!!!). Des moments de ce livre m'ont d'ailleurs fait penser au film Les Amants du Nouveau-Monde.

Ma note: 4.5/5

Pounette
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maryse CONDÉ (Guadeloupe/France)

Message  Nathalire le Sam 4 Juin 2011 - 11:25

Moi Tituba, sorcière

Déjà résumé plus haut.

Je remercie de tout coeur Cocotte qui m'a offert ce livre lors du Swap récolte et histoire de 2010, je l'ai adoré, c'est un coup de coeur pour moi et je lui mets donc 5/5 coeur

Comment expliquer pourquoi ce livre m'a tant touché, je ne sais pas trop. C'est vrai que j'aime beaucoup les histoires un peu magiques, où le mystère côtoie la réalité et dans ce roman de Maryse Condé on retrouve très souvent les ancêtres de Tituba avec qui elle s'entretient et bien sûr les secrets de grand-mère qui font penser aux gens que Tituba pactise avec le diable.

Il y a aussi beaucoup d'émotions dans ce roman, en même tant émotions amoureuses, mais aussi injustice, mépris et peur. J'ai trouvé l'écriture de Maryse Condé très agréable, avec un rythme qui tient le lecteur tout le long du livre, et même la fin est imprévisible.
De savoir que Tituba a vraiment existé, qu'elle a été accusé comme tant d'autres femmes de l'époque de sorcellerie et lire son histoire comme ça m'a beaucoup touché et j'ai vraiment adoré ce roman.
avatar
Nathalire

Nombre de messages : 1058
Age : 36
Location : Pully (Suisse)
Date d'inscription : 22/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maryse CONDÉ (Guadeloupe/France)

Message  petitepom le Lun 5 Nov 2012 - 11:04

Moi, Tituba sorcière

Entre roman et témoignage, ce livre est un concentré d'intolérance et de bêtise humaine ; je ne parle pas de Tituba, mais de ces Blancs qui ont toujours le besoin de rabaisser pour grandir.

Tituba est fille d'esclave, son amour pour les hommes et ses connaissances dans les plantes vont vite la cataloguer, de sorcière. C'est à Salem où elle connaitra sa plus grande injustice ; son maitre, le Pasteur est le pire de tous ses bourreaux, sa religion et ce qu'il en fait, l'entraine lui et sa communauté à une chasse aux sorcières : les moyens utilisés en se servant d'enfant est ignoble.

A l'opposé, Tituba est la bonté même, elle ne cherche qu'à appaiser ceux qui l'entourent, elle ne conçoit pas de se venger malgré les moyens qu'elles disposent, cela la rend que plus attachante.

J'ai beaucoup aimé ce livre et le personnage de Tituba qui restera dans ma mémoire.
avatar
petitepom

Nombre de messages : 236
Age : 51
Location : un petit village de Corrèze
Date d'inscription : 03/06/2012

http://petitepom.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maryse CONDÉ (Guadeloupe/France)

Message  Lacazavent le Sam 16 Nov 2013 - 8:47

Victoire, les saveurs et les mots de Maryse Condé
Mercure de France
Folio / 320 pages


Quatrième de couverture :
«Victoire ne savait nommer ses plats et ne semblait pas s'en soucier. Elle était enfermée le plus clair de ses jours dans le temple de sa cuisine, petite case qui s'élevait à l'arrière de la maison, un peu en retrait de la case à eau. Sans parler, tête baissée, absorbée devant son potajé tel l'écrivain devant son ordinateur. Elle ne laissait à personne le soin de hacher un cive ou de presser un citron comme si, en cuisine, aucune tâche n'était humble si on vise à la perfection du plat. Elle goûtait fréquemment, mais, une fois la composition terminée, ne touchait pas.» Cuisinière au savoir-faire inoubliable, Victoire Élodie Quidal travaille au service d'Anne-Marie et Boniface Walberg, à La Pointe. Sa virtuosité et son excellence sont recherchées par la bonne société guadeloupéenne qui la réclame dans ses cuisines... Victoire, qui n'a pas été épargnée par le destin, connaîtra-t-elle enfin son heure de gloire ? C'est avec une affection toute particulière que Maryse Condé brosse le portrait attachant de cette femme qui fut aussi sa grand-mère.



Pour une première découverte de Maryse Condé je n' ai peut-être pas choisi le bon ouvrage. Ce ne fut pas une mauvaise lecture plutôt une déception.
J' ai eu l' impression qu' elle perdait souvent de vue son sujet principal la vie de cette grand-mère Victoire Élodie Quidal pour ramener le récit sur sa propre mère. Sa vie ou du moins les bribes que Maryse Condé nous laisse deviner semble pourtant avoir été passionnante et très intéressante. On demeure cependant trop souvent dans le flou.  
Toutefois son écriture est très belle, vivante, tendre, imagé, parfois savoureuse parfois détacher, une auteure que je relirai à l' occasion.

3,5/5

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5583
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maryse CONDÉ (Guadeloupe/France)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum