Iain PEARS (Royaume-Uni)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Iain PEARS (Royaume-Uni)

Message  Louvaluna le Mar 11 Nov 2008 - 13:55


Né en 1955 en Angleterre, Iain Pears vit à Oxford. Docteur en philosophie et historien d’art, il a travaillé pour l’agence Reuter jusqu’en 1990. Conseiller de la BBC et de Channel 4 pour plusieurs émissions consacrées à l’art, il est l’auteur de nombreux écrits sur ce sujet. Il a signé une série de romans policiers se déroulant dans le monde de l’art, ouverte par "L’Affaire Raphaë", qui compte aujourd'hui six titres, et dont le dernier, "L'Énigme San Giovanni", a paru aux Éditions Belfond en 2004.

Il s’est aussi imposé sur la scène littéraire mondiale avec "Le Cercle de la Croix", en 1998, puis "Le Songe de Scipion", en 2002.

Pour une excellente bibliographie : http://fr.wikipedia.org/wiki/Iain_Pears

----------------------------------------------------------------------------
De : Muriel13B (Message d'origine) Envoyé : 21/05/2005 09:06

Le cercle de la croix de Iain PEARS
Roman historique, Angleterre au XVIIe Siècle
Pocket 924 pages

4ème de couverture:
Université d'Oxford, 1663. Le professeur Grove est retrouvé mort dans son cabinet. L'autopsie est formelle : il y a des traces d'arsenic dans son foie. L'enquête conduit à l'arrestation de sa servante. Interrogée, elle est jugée, condamnée et exécutée.
Que s'est-il passé réellement ce jour-là? A ces questions quatre témoins apportent des réponses différentes et contradictoires. Le premier est Marco Da Cola, médecin vénitien, qui se trouvait à Oxford au moment des faits. Son témoignage est contredit par celui de Jack Prescott, fils d'un traître mort en exil, ainsi que par celui du Dr John Wallis, maître espion au service du pouvoir. Il faudra attendre le récit de John Wood, historien, pour entrevoir ce qui pourrait être la vérité.

Ou comment montrer que quand l'Homme a décidé quelle était sa vérité, il arrive à trouver les preuves qui vont dans son sens.
Ce livre est en fait le regroupement de quatre manuscrits qui découlent les uns des autres, le premier ayant entraîné l'écriture du second, puis les deux premiers celle du troisième, etc...
C'est fascinant de voir une même histoire raconté de quatre manières COMPLETEMENT différentes. On dit que chacun voit midi à sa porte et là, c'est vraiment le cas.
C'est un livre à relire, car une fois qu'on connaît la vérité, on a envie de revoir où est-ce qu'on aurait pu manquer tel ou tel détail.
Tous les personnages (sauf deux mais qui sont fondés sur des gens ayant réellement existés) ont vraiment existés et une succinte biographie de chacun des personnages est donné en fin du volume.
Le premier manuscrit m'a beaucoup plu car il décrit les avancées médicales de l'époque, les expériences, les questions qui paraissent bien bêtes aujourd'hui, mais qui ont permis à la médecine de faire des progrès.
Le 2ème manuscrit est différent puisque le narrateur n'a qu'une obsession, venger l'honneur de son père. C'est celui qui m'a le moins plu.
Le 3ème, écrit par John Wallis, prêtre, mathématicien et espion à ses heures perdues, nous décrit une Angleterre politiquement très compliquée où tout n'est que complot, hypocrisie et mensonges, l'homme lui-même étant très tourmenté.
Enfin le dernier où l'histoire nous apparaît plus clairement, car vu par un oeil plus objectif, celui d'un historien, même si il était part prenante, lui aussi, dans les événements.

Alors, évidemment, 924 pages, c'est long. Chaque manuscrit fait environ 250 pages. J'avoue avoir senti parfois quelques signes de lassitude, en particulier car, sauf si on connaît l'Histoire de l'Angleterre à cette époque, ce qui n'est pas mon cas, il est difficile de suivre les événements car ils sont relatés comme si on était au courant. Je sais pas si je me fais comprendre. :-)
Mais le dénouement en vaut la peine et rend les autres manuscrits indispensables à la compréhension.

Mon avis : 4,5/5


De: Nathalie Perrier

Le cercle de la croix

Les événements se passent à Oxford après la mort de Cromwell alors que le roi est remonté sur le trône. Le professeur Grove est retrouvé mort, apparemment empoisonné alors qu'il allait obtenir un poste important que convoitait également Thomas Ken. Mais il n'est pas le seul à avoir un mobile...

Le roman s'articule autour des récits de quatre protagonistes, chacun relatant sa vérité que le témoignage des suivants vient confirmer, compléter ou contredire. Le lecteur doit alors faire ses propres déductions avec les éléments livrés au fur et à mesure, il va de surprises en impasses, affine son point de vue sur les personnages et c'est de loin la qualité première de ce livre. Il s'agit plus d'une affaire d'espionnage que d'une banale intrigue policière, et la plongée dans les relations politiques, les croyances de l'époque est réellement instructive.

La seule chose qui m'a gênée, c'est le style: la structure des phrases, les archaïsmes et l'avalanche de subjonctifs imparfait rendent le tout un peu pompeux (Ken Follett dans "Les piliers de la terre" rendait le parfum d'époque sans ce genre d'artifices); le changement de personnage-narrateur n'est pas perceptible dans la manière de transcrire, on a beau savoir qu'on est passé à quelqu'un d'autre, l'empreinte de l'auteur est tenace.

(Nathalie Perrier)


De : Venusia Envoyé : 15/11/2005 02:08

The Dream of Scipio (Le songe de Scipion, Pocket 587 pages)

Résumé: Comment faire un résumé simple de cette intrigue complexe? Trois hommes - trois époques - trois histoires d'amour. Quelques constantes:

Le lieu: la Provence;

Le cadre: un fond de civilisation qui s'écroule:
a) 4e siècle - le dernier souffle de l'empire romain occidental: la Gaule romanisée assaillie par les barbares;
b) 14e siècle - la Peste noire, qui frappe sans raison ni logique;
c) 20e siècle - la Deuxième guerre mondiale, l'occupation, le gouvernement de Vichy.

La réaction: les pogroms contre les juifs.

Le fils conducteur: un manuscrit de Manlius, évêque romain, dont une copie, écrite par Olivier de Noyeu, poète moyenageux, est retrouvée par Julien Barneuve, historien.

Mon avis: J'ai trouvé la lecture de ce roman très satisfaisante. Ce n'est pas un thriller dont l'intrigue se déroule de façon rebondissante et qui nous tient en haleine. C'est plutôt raconté comme une chronique historique, les trois histoires s'entremêlant habilement, et toujours, l'idée de cette civilisation fragile au bord de l'abîme. Comment réagit-on lorsque le monde que l'on connait s'écroule autour de nous? Que sommes-nous prêt à sacrifier? Doit-on prendre position pour nos idéaux, agir pour le futur, ou réagir selon nos émotions? Le thème philosophique de ce roman est très riche et donne énormément de matière à réflexion.

Ma note: 4.5 sur 5.

Je veux définitivement lire The Instance of the Fingerpost, qui est, je crois, le roman critiqué par Muriel et qui est, parait-il, très riche et plein de suspense et encore plus apprécié que ce roman.



De : 2550Chimère Envoyé : 09/04/2006 19:19

L'AFFAIRE RAPHAEL de Iain PEARS
Ed 10/18-300p
Trad : Georges-Michel Sarotte

Résumé : La découverte d'un tableau de Raphaël maquillé sous l'oeuvre d'un petit maître entraîne une série d'événements qui vont de la suspicion d'une escroquerie au meurtre. Entre vrai, faux Raphaë, et liste de suspects impressionnante, Bottanda, sa collaboratrice Flavia et Argyll anglais étudiant en histoire de l'art en préparation de thèse vont avoir du pain sur la planche.

Mon avis : une intrigue rondement menée, suffisamment captivante pour ne pas ennuyer le lecteur. Les personnages sont bien décrits et plutôt bien vus. Ce n'est certes pas le chef d'oeuvre absolu en matière de polar, mais on sent que l'auteur maîtrise bien son sujet et sait rendre son récit intéressant à suivre jusqu'au bout. Un bon moment de lecture en perspective. Ce premier tome de la série m'a convaincue pour lire la suite et confirmer Le cercle de la croix dans ma liste de livres à lire.

Ma note : 3,5/5



De : doriane99 Envoyé : 23/11/2006 14:05

L'affaire Raphaël
10/18, 300p, Traduit par GM Sarotte

Le monde de l'art est en émoi, on aurait découvert un tableau inconnu de Raphaël camouflé sous une peinture d'un maître de moindre envergure ! Mais est-ce réellement l'original ? la brigade italienne chargée des vols d'objets d'art aidée par un étudiant tentent de faire la lumière sur cette découverte... Mais les premières morts suspectes ne tardent pas à compliquer l'enquête.

Une histoire efficace, j'ai dévoré le livre. Rien de bien original mais l'écriture est plaisante, une petite pointe d'humour vient agrémenter l'histoire et on a plaisir à suivre l'enquête de cet étudiant gaffeur assisté de la pulpeuse enquêtrice et du général bougon... Un bon moment.
3,5/5



De : Philcabzi5 Envoyé : 19/11/2007 14:33

L'affaire Raphaël

Edition Belfond, 1999, 299 pages

Note: 4/5

Mon avis:

J'ai toujours adoré les intrigues policières sur fond historique mais surtout lorsque ça touche le monde des arts. Iain Pears ne ma pas déçu. Sans être un chef-d'oeuvre c'est une lecture fort agréable qui se lit sans effort mais qui est tout de même très bien construite. J'ai bien aimé la finale, inattendue mais crédible et sans entourloupette!



De : Philcabzi5 Envoyé : 21/11/2007 15:29

Le comité Tiziano

Edition Belfond, 2000, 312 pages

Note: 4.5/5

4ème de couverture:

« Venise: ses canaux, ses ruelles, ses musées... et son Comité Tiziano chargé par le gouvernement de recenser et d'authentifier les oeuvres de Titien. La vie serait belle et douce dans ce décor somptueux si l'un des membres du Comité n'avait pas été retrouvé assassiné dans les Giardinetti Reali, au beau milieu d'un parterre de lys. La séduisante Flavia di Stefano se rend à Venise où elle retrouve Jonathan Argyll, négociant en art. Nos deux complices vont tenter de percer le mystère du Comité qui s'épaissit à mesure que sont perpétrés de nouveaux crimes et que des tableaux de valeur disparaissent. Crimes passionnels ? Affaire d'État ? Vaste trafic international ? Une intrigue inquiétante se joue dans le monde de l'art, monde dont lain Pears, historien de l'art, est plus que familier. Ses connaissances précises de la peinture servent admirablement ce roman où humour, charme et suspense forment un cocktail détonant. »

Mon avis:

Le deuxième polar mettant en scène Flavia, Argyll et Bottando est selon moi meilleur que le premier. L'humour de Iain Pears est vraiment très présent dans ce roman et à plusieurs reprises je me suis esclaffée. L'intrigue est vraiment bien présentée et le mystère demeure jusqu'à la toute fin de l'histoire. Bref, je vais très certainement enchaîner avec le troisième opus de cette série!



De : Philcabzi5 Envoyé : 05/05/2008 13:08

Le cercle de la croix

Edition Belfond, 1998 c1997, 614 pages

Note: 4.5/5

4ème de couverture:

Oxford, année 1660 : un lieu et une période de grande effervescence intellectuelle et politique. Robert Grove, professeur à New College, meurt dans des conditions suspectes. Une jeune fille, Sarah Blundy, fille d'un soldat de Cromwell et d'une guérisseuse, est accusée du meurtre. Quatre témoins vont relater les circonstances de cette mort : un médecin vénitien ; le fils d'un royaliste accusé de trahison ; un mathématicien cryptographe qui a travaillé successivement pour Cromwell et Charles II ; un célèbre érudit d'Oxford. Chaque témoin va donner sa version des faits... un seul révèlera l'incroyable vérité.

Mon avis:

J'aime besucoup ce type de roman à clé où l'on ne connait le fin mot de l'histoire qu'à la toute dernière page. La construction du roman, en quatre textes différents écrits par différents protagonistes, est très intéressante et surtout bien faite. Il n'y a aucune redondance dans ces histoires car chacun a vécu la période en question de façon particulièrement différente. J'ai surtout apprécié la section du médecin vénitien da Costa qui nous plonge dans la recherche scientifique de l'époque et dans les théories sur l'utilité et la fonction du sang. Ce qui m'a particulièremet plût est le ton singulier de chacun des récit. Par exemple, lorsque le jeune aristocrate déchu écrit, il garde tout de même ce ton précieux et l'écriture est adapté à ce type de personnage alors que l'érudit historien à plutôt tendance à faire plein de parenthèse comme il le fait en discutant avec les autres personnages. Les informations historiques, politiques et scientifiques que l'on retrouve tout au long du récit sont vraiment très intéressante sans jamais alourdir le texte, en fait on aurait plutôt envis d'en savoir plus!
avatar
Louvaluna

Nombre de messages : 1131
Location : France (Est)
Date d'inscription : 28/10/2008

http://biblioscopie.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Le cercle de la croix

Message  Mousseline le Lun 5 Jan 2009 - 5:43



Le cercle de la croix
(Pocket, 2004, 924 pages)

Comme le dit la page couverture : "Un crime, quatre témoins, à chacun sa vérité."

Marco di Cola, un Italien, se retrouve à Oxford à cause des affaires de son père. Il a une formation en médecine et fréquente alors différents médecins et scientifiques de la ville. Il regarde Oxford et ses habitants avec ses yeux d'étranger et son jugement est sans concession. Il se retrouve mêlé à un meurtre en tant que témoin.

Le deuxième témoin : Jake Prescott. Étudiant à Oxford en droit, Jake a vu sa famille déshonorée par la traîtrise de son père. Il s'efforce de prouver que son père a été accusé à tort. Il apporte une autre dimension aux différents événements qui vont mener au meurtre.

Je tais les deux autres témoins ça fait partie du suspense de les découvrir. Par ce procédé des quatre témoins, Iain Pears nous montre comment les événements sont perçus différemment selon les individus. Où est la vérité alors? J'ai ressenti chacun des personnage selon sa personnalité tellement Iain Pears a adapté son style d'écriture au caractère de chacun.

D'abord, je précise que l'Angleterre et son histoire m'intéresse bien peu. J'ai lu quelques romans anglais se déroulant à différentes époques et ça me suffit. Mais Oxford là c'est tout autre, j'adore me plonger dans les milieux intellectuels et de surcroît universitaires. Avec notre premier témoin on suit un groupe de chercheurs en médecine. On apprend des choses sur les pratiques de l'époque mais surtout ce qui me passionnait ce sont les divergences d'opinions entre différents scientifiques, l'entêtement de certains ralentissait le progrès. Imaginez que des scientifiques s'opposaient à l'expérimentation. Aussi c'est très intéressant de voir comment l'Eglise se mêlait de la recherche scientifique.

Avec Jake Prescott on gravite plutôt avec les supertitions de toutes sortes : les esprits, la sorcellerie, l'horoscope...

Avec le troisième témoin l'aspect historique qui transparaît le plus ce sont les conflits entre ceux qui étaient loyaux au roi Charles et ceux qui s'opposaient à la monarchie. Les jeux de pouvoir entre les courtisans du Roi nous montrent que finalement l'Homme n'a pas changé au cours des siècles.

Un roman plutôt prenant, très instructif d'un point de vue historique et que j'aurais sans doute davantage apprécié si l'Angleterre est un pays qui m'inspire mais ce n'est pas le cas. Pour les lecteurs qui se passionnent pour l'Angleterre et son histoire ce roman sera possiblement un chef-d'oeuvre car l'auteur est vraiment très bon, très érudit et l'écriture est lumineuse. Pour ma part, j'avoue que j'avais hâte à un moment donné d'en terminer pour passer à autre chose en fait pendant la narration du troisième témoin j'ai commencé à trouver ça long...

Iain Pears est un auteur que je désirais lire depuis quelques années; mes attentes ont été quelque peu déçues. Mais étant donné que la majorité des personnages ont réellement existé, le plaisir pour moi avant tout est d'avoir cotoyé certains scientifiques du passé entre autres John Wallis, spécialiste dans le déchiffrement de code, alors cette lecture en valait vraiment la peine malgré les 900 pages et des longueurs...

Extraits :

"Plus que tout autre, il a lui-même montré que nous sommes tous capables des plus mauvaises et des plus monstrueuses actions lorsque nous sommes convaincus d'avoir raison."

"Il est cruel qu'on nous ait dotés du désir de savoir sans nous accorder le temps nécessaire à son complet assouvissement."


Note : 4/5

_________________
Mousseline

Magasin général tome 2 : Serge de Loisel et Tripp et L'île des chasseurs d'oiseaux de Peter May



"Happiness is only real when shared." (Christopher McCandless)
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: Iain PEARS (Royaume-Uni)

Message  Philcabzi le Lun 5 Jan 2009 - 11:17

Très bonne critique Mousseline. Moi aussi j'avais commencé à trouver ça long au troisième témoin et pourtant l'histoire de l'Angleterre me passionne! En fait je crois que j'avais tellement aimé la première partie, en particulier la section du médecin, que le reste m'a parût plus fade.
avatar
Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 40
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Iain PEARS (Royaume-Uni)

Message  gallo le Sam 10 Jan 2009 - 19:58

Iain Pears - Le jugement dernier. (The last Judgment, 1993)
Traduction par Georges-Michel Sarotte, 2003. Ma note 3,5/5
Belfond, série 10/18 grands détectives, 349 pag.

Quatrième livre de la série détective, où l'on retrouve Argyll, qui n'est plus étudiant, mais marchand d'art; et sa "fiancée" l'inspecteur Flavia.
Argyll propose à un collège à Paris d'aller délivrer un tableau à Rome à un certain Muller. Mais rien ne va comme prévu: le tableau lui est rendu pour le revendre et le soir même, Muller est trouvé mort après avoir eu la la visite d un homme suisse, qui lui aussi, est trouvé mort. Flavia, chargée du dossier et Argyll, chargé du tableau, font chacun leur investigation, lui en bibliothèques et galeries, elle elle en interrogatoires et voyages éclairs. L'investigation, bien mené mais pas mal entravé par quelques policiers français, leur amène au temps de l'Occupation et de la Résistance. Les personnages principaux se trouvent réunis dans le salon d'un grand de la politique et des finances où Flavia devant le tableau "Le jugement dernier" donne son le dernier jugement sur les meurtres, leur mobiles et l'ancienne affiare du temps de l'occupation et de la Résistance.

L'histoire est bien mené, l'intrigue connait quelques surprises et la fin, un peu prévisible, contient une pointe de surprise. Pas de la haute littérature, mais une lecture de détente agréable, un polar qui par moments atteint le niveau d'un thriller. Ma note 3,5/5.
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Iain PEARS (Royaume-Uni)

Message  s-lewerentz le Mar 24 Mar 2009 - 12:20

Le dernier jugement

Pour le résumé, je vous laisse voir celui de Gallo, juste ci-dessus, qui est très bien.

Commentaire
Un poil déçue par ce roman policier, je l’avoue. Peut-être que j’en attendais plus (ou autre chose) de l’auteur de Le cercle de la croix. Bien sûr, c’est bien écrit, et le contexte, le monde de l’art, me plaît indéniablement – même si ici, ce n’est finalement qu’un prétexte pour parler d’un réseau de résistance durant la seconde guerre mondiale. Pourtant, l’histoire en elle-même ne m’a pas vraiment passionnée ; elle m’a laissé un peu indifférente. Peut-être aussi que j’étais surprise par les réactions des personnages ; j’ai trouvé ce roman très différent des polars que j’avais lu jusqu’ici. Je ne sais pas, il y a comme un fond « d’amateurisme », presque de moquerie vis-à-vis de la police italienne. En même temps, c’est probablement ce roman qui est le plus proche de la réalité, car je doute que tous les inspecteurs sont des « super-héros ». Par contre, j’ai bien aimé l’humour ironique et le flegme britannique apportés par Argyll.
Cela dit, c’était un agréable moment de détente et c’est déjà pas si mal !

3/5
avatar
s-lewerentz

Nombre de messages : 865
Location : La Chaux-de-Fonds, Suisse
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

"Le portrait"

Message  nauticus45 le Dim 2 Mai 2010 - 19:43



"Le portrait" , 189 pages, 10x18 (Grands Détectives), mars 2007

Résumé:

Le peintre Henry Mac Alpine, retiré depuis des années sur l'île de Houat où il s'est retiré alors qu'il était en pleine gloire et sans prévenir personne, y est rejoint par le critique William Nasmyth, venu lui commander un portrait. Progressivement la tension monte entre les deux hommes, le peintre étant bien décidé à profiter de l'occasion pour régler ses comptes avec le critique.

Mon avis:

Le sujet de ce livre me tentait beaucoup, car je pensais que ce règlement de compte entre l'art et le critique allait amener une réflexion intéressante sur l'art et la critique. Cependant la forme même du texte, qui devrait être un dialogue mais qui ne l'est pas car le peintre fait à la fois les questions et les réponses en permanence, m'a rebuté. D'habitude ce procédé rend la lecture plus fluide mais là j'ai trouvé que cela donnait l'effet inverse, en effet cette domination permanente du peintre transforme la réflexion sur l'art et la critique en un simple règlement de compte de l'artiste, et c'est vraiment dommage.

2,5/5



avatar
nauticus45

Nombre de messages : 1491
Age : 40
Location : Haut-Rhin, France
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Iain PEARS (Royaume-Uni)

Message  Fabienne le Mer 14 Juil 2010 - 14:01

LE CERCLE DE LA CROIX de Iain PEARS

Edition Belfond 614 pages




4ème de couverture :
Université d'Oxford 1663. Le professeur Grove est retrouvé mort dans son cabinet. L'autopsie est formelle : il y a des traces d'arsenic dans son foie. L'enquête conduit à l'arrestation de sa servante. Interrogée, elle est jugée, condamnée et exécutée. Que s'est-il réellement passé ce jour-là ? A ces questions, quatre témoins apportent des réponses différentes et contradictoires. Le premier est Marco Da Cola, médecin vénitien, qui se trouvait à Oxford au moment des faits. Son témoignage est contredit par celui de Jack Prestcott, fils d'un traître mort en exil, ainsi que par celui du Dr John Wallis, maître espion au service du pouvoir. Il faudra attendre le récit de John Wood, historien, pour entrevoir ce qui pourrait être la vérité.

Ma critique :
Quatre personnages qui relatent à tour de rôle les faits auxquels ils ont été confrontés. Les témoignages se recoupent parfois, se contredisent souvent. Qui croire ? Le médecin vénitien nous paraît être digne de foi, de plus il nous est sympathique. Jack Prestcott est assez exalté, le Dr John Wallis est toujours dans les complots... A ce moment du livre, on est écartelé par ces différents récits. Chaque histoire, chaque façon de relater les faits est plausible. Heureusement, le dernier narrateur nous permet d'éclairer notre lanterne.

C'est la prouesse qu'arrive à faire Iain Pears tout au long du livre. En plus de nous décrire une partie de l'histoire de l'Angletere du XVII ème siècle (médecine, croyances, politique...), il nous ballade dans la recherche du véritable assassin.
Seul bémol, la partie avec Jack Prestcott m'a paru un peu longue.

Ma note : 4/5

_________________
Lecture en cours :  En un monde parfait - Laura Kasischke
Challenge USA : 18/50
avatar
Fabienne

Nombre de messages : 1957
Age : 51
Location : Sud ouest de la France
Date d'inscription : 03/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Iain PEARS (Royaume-Uni)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum