Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dolce Agonia

Message  nauticus45 le Dim 19 Sep 2010 - 15:11



Dolce Agonia

  • Poche: 297 pages
  • Editeur : J'ai lu (3 septembre 2004)
  • Collection : J'ai lu Roman
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2290323594
  • ISBN-13: 978-2290323595

Présentation de l'éditeur:

Voici une histoire dans laquelle notre guide n'est autre que Dieu lui-même, lequel s'est pris pour un romancier et s'est donné pour tâchede nous faire voir vers quel destin s'acheminent à leur insu les personnages.
Douze convives passent ensemble une soirée de Thanksgiving dans l'Amérique profonde, chez Sean Farrell. Parmi eux, on en reconnaît quelques-uns - comme Rachel ou Derek que l'on avait rencontrés déjà dans La Virevolte. Ils sont tous campés avec l'autorité que leur donne une romancière rompue dans l'art de révéler le vertige des pensées et la valse des sentiments, une observatrice impitoyable des attitudes, des gestes et du comportement. Les douze parlent donc de la naissance et de la mort, ils discutent de la vie et de l'amour, ils déballent leurs espérances et leurs désillusions, faisant, au passage,voir le métissage profond de leur société. Mais nous, qui avons été avertis par Dieu-le romancier du sort qui les attend, nous assistons à leurs conversations et à leurs manèges avec, dans notre conscience, le poids d'une vérité que nous avons reçue mais que nous ne pouvons leur transmettre. D'où une admirable tension narrative qui est bien la plus haute ambition d'un romancier. Et peu à peu apparaît ainsi l'allégorie dans la fresque singulière que brosse Nancy Huston : à l'occasion de cette soirée de Thanksgiving, c'est, en effet, le sens même de la fiction qui nous est proposé, avec les mythes fondateurs de la littérature romanesque. Dolce Agonia révèle un écrivain qui pourrait désormais s'inscrire dans le cercle des grands romanciers américains si, par la féconde fréquentation des deux langues qui sont siennes, l'anglais et le français, et des deux cultures où elles sont d'usage, Nancy Huston n'outrepassait toutes les frontières,linguistiques et autres, pour ne se réclamer désormais que d'une seule identité : celle d'une romancière que hante et qui habite le monde d'aujourd'hui dans sa vastitude et sa multiplicité. --Ce texte fait référence à l�édition Poche.

Commentaire:

Avec Dolce Agonia Nancy Huston a réussi un roman à la fois drôle, touchant et plein d'amertume. On y suit la nuit de thanksgiving d'une douzaine d'invités en passant par les pensées des uns et des autres, chacun réfléchissant à lui, aux autres mais aussi à la vie et à la mort. La mort d'ailleurs est omniprésente grâce à Dieu, le narrateur de cette étrange soirée qui nous explique comment il rappellera finalement à lui chacun des convives, du plus du jeune au plus vieux, et avec des modus operendi toujours plus variés! On suit tous ces destins avec le sourire et avec aussi quelques grincements de dents!

4,5/5
et un grand merci encore à Suzanne pour m'avoir fait découvrir Nancy Huston lors du swap de printemps!


avatar
nauticus45

Nombre de messages : 1559
Age : 40
Location : Haut-Rhin, France
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Philcabzi le Mar 5 Juil 2011 - 12:04

Intruments des ténèbres
Ed. Leméac, 1996, 409 pages, ISBN 2-7441-0625-9

Ma note: 3.5/5

Résumé:
Nadia, qui se fait appeler Nada, néant, est une femme écrivaine tourmentée. Elle est hantée par ce frère jumeau qui n’a jamais vu le jour, par ce père autoritaire, par cette mère qui a tout abandonné pour sa famille, par les nombreuses fausses couches de sa mère. Il n’y a pas que les éléments de sa jeunesse qui lui reviennent en tête, il y a aussi tout son parcours et les chemins qu’elle a pris. Parallèlement à son journal, on lit son roman historique sur l’histoire de Barbe et Barnabé, des jumeaux à la vie bien difficile en ce début du XVIIIè siècle.

Mon avis:
Je ne suis pas très férue de littérature contemporaire, ces livres nombrilistes où le je-me-moi est roi. J’ai donc approché ce livre avec appréhension du moins dans sa partie “jounal intime”. J’avoue avoir préféré, et de loin, toute l’histoire de Barbe et Barnabé et je trouvais les coupures entre les épisodes comme des pauses qui cassait le récit. Tout de même j’ai bien apprécié la plume de Nancy Huston et l’histoire de Nadia est intéressante même si j’ai décroché quelques fois. En lisant tout vos commentaires, j’ai une grande envie de retenter l’expérience, en particulier avec La virevolte.

_________________
Philcabzi
Ainsi qu'une journée bien remplie donne un doux dormir, ainsi une vie bien employée donne un doux mourir. Leonardo da Vinci

Ma PAL: 64 livres
Lecture du moment: Les âmes perdues de Dutch Island de John Connolly
avatar
Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 41
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  cookie610 le Ven 7 Sep 2012 - 7:41

Dolce Agonia

Note : 5/5 coeur coeur coeur

Résumé
: Sean invite 12 convives au diner de Thanksgiving. Avec l'alcool, les discussions s'enveniment parfois, les pensées et souvenirs difficiles resurgissent. Et Dieu en profite pour nous raconter pour chacun des cas, comment celui-ci va mourir.

Critique : j'ai adoré ce roman. Ça été un gros coup de coeur pour moi. J'ai découvert cette auteure lorsqu'elle était auteur du mois (en janvier il me semble, merci Aurore). C'est le 3ème livre d'elle que je lis et j'ai vraiment beaucoup aimé. Il faut quelques pages pour se faire au style, bien comprendre qui est qui, quelles sont les relations entre deux personnages. Chaque personnage a son propre histoire, ses traumatismes passés qui le travaillent. J'ai trouvé original le fait d'intercaler entre deux chapitres l'histoire de la mort de chacun des personnages. Une fois rentrée dans l'histoire, j'ai eu du mal à lâcher les personnages. Nancy Huston écrit vraiment très bien, avec un style délicat et élégant. Malgré tout, il faut faire attention parce qu'on change de personnages très souvent, si l'on n'est pas assez attentif, on passe à un autre sans s'en rendre compte. Le dernier chapitre notamment est assez particulier, puisqu'il mélange les rêves de chacun des convives et on change de personnes à l'intérieur même d'une phrase parfois ! Bref, un joli coup de coeur

Merci à Elfe de m'avoir permise de lire ce livre.
avatar
cookie610

Nombre de messages : 4720
Age : 27
Location : Lyon
Date d'inscription : 28/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  cookie610 le Mar 21 Mai 2013 - 11:41

Instruments des ténèbres

Note : 3.75/5

Résumé : ce roman est composé de deux histoires entremêlées : d'une part, celle de Nadia, une écrivaine américaine et d'autre part, celle du roman qu'elle écrit, c'est à dire l'histoire de Barbe et Barnabé, deux jumeaux orphelins au 18ème siècle. Nadia est un peu paumé, elle doute de tout, ses relations avec ses parents sont compliquées.

Critique : c'est le 4ème roman que je lis de cette auteure, j'aime beaucoup ses romans habituellement mais là, je dois dire que j'ai été un pe déçue. C'est une lecture très exigeante. J'ai bien aimé la forme, l'alternance de chapitres concernant Nadia et ceux concernant les jumeaux. Personnellement, j'ai eu une préférence pour l'histoire des jumeaux; la "Sonate de la Résurrection". La partie de Nadia, "Le Carnet Scordatura", m'a paru plus compliquée, plus brouillon et fouillie. On a l'impression que ça part un peu dans tous les sens. Mais j'ai dans l'idée que ce personnage ressemble beaucoup à la vraie Nancy Huston. Ce n'est pas un livre léger, c'est une lecture dure et assez déroutante, qui dégage une forte dose de mal de vivre.
avatar
cookie610

Nombre de messages : 4720
Age : 27
Location : Lyon
Date d'inscription : 28/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Cocotte le Mar 21 Mai 2013 - 12:22

Cookie, tu me fais replonger dans mes souvenirs avec ton avis de Instruments des ténèbres! C'est vrai que c'est une lecture exigeante, j'avais d'ailleurs abandonné lors de ma première tentative. J'avais repris quelques années plus tard et j'avais beaucoup plus apprécié! On peut dire que Nancy Huston a un style bien particulier!
avatar
Cocotte

Nombre de messages : 870
Age : 37
Location : Québec / Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  noemiejardine le Lun 19 Aoû 2013 - 9:07

Infrarouge


  • Poche: 308 pages
  • Editeur : Actes Sud (27 avril 2012)
  • Collection : Babel
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2330006578
  • ISBN-13: 978-2330006570

quatrième de couverture
Artiste et reporter-photographe, Rena Greenblatt rejoint à
Florence son père Simon et sa belle-mère Ingrid pour une
semaine de promenades parmi les splendeurs de la
Renaissance. Naguère scientifique brillant, Simon est
désormais un homme fatigué à l'élocution hésitante, et sa
femme semble peu réceptive aux chefs-d'oeuvre toscans. Le
couple traîne la patte. Et Rena, toute au regret de Paris et de
son jeune amant Aziz, s'impatiente. Alors lui viennent quantité
de souvenirs, fantasmes et pensées secrètes qu'elle ne peut
partager qu'avec Subra, son "amie spéciale", son invisible
confidente. Seule Subra sait à quels infrarouges réagit Rena :
désir et déchirements de la maternité, beauté et liberté du sexe,
émotion devant les corps masculins qu'elle adore
photographier dans l'abandon de la jouissance... Par des
chapitres vifs et brefs mêlant présent et passé, Infrarouge
raconte deux voyages : celui, désopilant, de vacances ratées, et
celui, plus sombre et passionné, qui explore les liens et les
conflits familiaux, les codes féminin et masculin, les
archétypes trompeurs et les vérités inavouées.

Les razerates, ai eu bien de la peine...sur la fin, le rythme reprenait enfin, mais que de longueurs et des références à l'histoire que j'ai trouvé discutables....
l'empreinte des traumatisme de l'enfance....c'est omniprésent dans l'oeuvre de Nancy Huston....
mais cela me fatigue un peu à la longue....et ce n'est pas forcément la clef de tout comportement..
Rena la photographe, tiraillée entre son amour pour Aziz et son besoin de faire des vacances avec son père, elle ne m'était pas tellement sympathique, avec son besoin exagéré de séduire, toujours et tout le monde...
bizarre, vraiment bizarre.
et à la fin, suis restée sur ma faim.
Une fin en queue de poisson: le père est malade, la maladie fatale, Rena est toujours coincée à Florence, son Aziz la quitte....
mais ai refermé le bouquin en me disant, elle trouvera bientôt à le remplacer son Aziz, elle les a toujours si vite remplacés, tous....

3.5/5
au final, une déception;c'est bien écrit, y'a des jolis passages, mais que de répétitions!
avatar
noemiejardine

Nombre de messages : 597
Date d'inscription : 05/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  noemiejardine le Mar 25 Nov 2014 - 16:32

Bad Girl
classes de littérature

Actes sud
257 pages

Présentation de l'éditeur:
Quels sont les facteurs improbables qui transforment une enfant née dans l'Ouest du Canada au milieu du XXe siècle en une romancière et essayiste bilingue et parisienne ? Connaissant les écueils et les illusions du discours sur soi, Nancy Huston tutoie tout au long de ce livre le foetus qu'elle fut et qu'elle nomme «Dorrit», afin de lui raconter sur le mode inédit d'une ©autobiographie intra-utérine» le roman de sa vie. Arrière-grand-père fou à lier, grand-père pasteur, tante missionnaire, grand-mère féministe, belle-mère allemande, père brillant mais dépressif, déménagements constants, piano omniprésent, mère dont les ambitions intellectuelles entrent en conflit avec son rôle familial ; ainsi la création littéraire devient-elle pour Dorrit la seule manière de survivre. Citant ses mentors, Beckett, Barthes, Gary, Weil, Woolf, mais aussi Anaïs Nin ou Anne Truitt, Nancy Huston traque l'apparition, dans le cheminement de la petite Dorrit, des thèmes qui marqueront son oeuvre. Ce livre est fondamental dans la trajectoire littéraire de la romancière. Au plus près du territoire de l'intime, il offre un nouvel éclairage sur son oeuvre.

Franchement, ce livre ne m'a rien apporté.
Je trouve que c'est plein de clichés: genre un trauma reste inamovible, il sidère la personne, il reste toujours vivant etc...
cela se lit, on se demande quand cela va vraiment démarrer....mais rien.
J'eusse aimé savoir pourquoi la mère, Allisson, qui voyage beaucoup et écrit à ses enfants très régulièrement n'a jamais trouvé le temps d'aller les voir...
Bref, très déçue et si c'est autobiographique, ben, cela prouve que tout le monde reconstruit son enfance...

Seul avantage: ce n'est pas trop long et c'est assez bien écrit pour que l'on arrive au bout sans embuches.
3/5
avatar
noemiejardine

Nombre de messages : 597
Date d'inscription : 05/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum