Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  majeanne le Sam 6 Mar 2010 - 15:50

Je crois que je ne juge pas Lin non plus. Tout ce que je veux dire c'est qu'en tant que mère son choix me laisse dans une
incompréhension totale. De plus je trouve que Huston ne développe pas assez les motivations de Lin qui passe d'une vie de femme et mère comblée (même si ce n'est pas tjs rose mais c'est le lot commun) à son départ.
Je trouve également qu'elle ne se met pas à la place de ses filles pour essayer de comprendre leur souffrance. Elle se contente de les couvrir de cadeaux. Son manque d'écoute pour la souffrance de Marina est hallucinant.

En fait, plus je creuse et moins elle m'est sympathique.
avatar
majeanne

Nombre de messages : 276
Age : 57
Location : le Grand Sud
Date d'inscription : 02/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  lalyre le Sam 6 Mar 2010 - 17:51

Non..non je ne juge pas ,mais je pense que les sentiments varient en fonction de l'âge du lecteur ....
N'est-ce pas votre avis ? Car ces sentiments en tant que lectrice peuvent refaire surface en fonction d'enfance vécue ou autres.....

Lalyre
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4191
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  majeanne le Sam 6 Mar 2010 - 18:45

Oui, tu as peut être raison Lalyre.

Perso j'ai remarqué que j'ai toujours du mal avec les personnes qui quittent leur famille même pour de grandes causes.
Je ne prétends pas être dans le juste mais c'est ma limite à moi.

Je trouve très interessant de lire d'autres opinions.

Ceci dit, contrairement à toi Prospéryne, je n'ai pu m'empêcher de me mettre à la place des filles et d'être bouleversée
par leur souffrance. Il s'agit sans doute de projection : j'ai imaginé mes propres enfants dans ce cas.
Mais peut on lire sans éveiller ses émotions et sans réaction ?
Je peux comprendre que l'auteur expose une situation sans juger mais le lecteur peut il faire de même ?

Merci de soulever toutes ces intéressantes questions.
avatar
majeanne

Nombre de messages : 276
Age : 57
Location : le Grand Sud
Date d'inscription : 02/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Prospéryne le Dim 7 Mar 2010 - 15:43

Ah Mesdames, c'est sûr que dans l'absolu, le geste de Lin est égoïste! Et je comprends tellement bien que vous le preniez mal! Je n'ai pas d'enfants (pas encore!), mais disons que en lisant ce livre, j'ai vu de manière nette et précise la façon dont se passe les choses et aussi un deuxième niveau, plus intéressant de mon point de vue parce qu'il va chercher l'essence des personnages. On y voit que Lin se sent peu à peu dévorer par la maternité, Angela veut lui voler jusqu'à son nom et son métier (elle commence des cours de ballet et lui demande avec insistance d'échanger leurs prénoms) et Marina, malgré tous ses efforts (même quand elle était enceinte!), est empreinte d'agressivité envers sa mère, elle ne fait rien comme il le faut, même en l'allaitant, elle ne lui en donne pas assez ou trop, elle ne laisse jamais calmée ou amadouée par sa mère, même son père trouve ça difficile. On sent la souffrance de Marina et celle-ci se garde bien de l'évacuer d'elle-même, elle l'entretien comme un feu brûlant, entre autre à travers sa passion pour l'horreur vécue lors de la Shoah, à son identification à des personnes qui sont rejetées (elle se fait passer pour juive à Berlin) Ce personnage, je l'ai trouvé fascinant. Quand elle va voir Lin à la fin dans sa loge et que sa mère lui reproche de lui jeter sa souffrance à la figure, elle parle autant de la souffrance que sa fille entretient avec tant de soin que de la souffrance qu'elle lui a infligé. Quand j'ai lu ce livre, j'ai senti que Lin était parti pour deux raisons: 1- Elle était en train d'étouffer dans la maternité et 2- La seule chose qui lui permettait de se sentir bien, c'était en dansant. Sa réaction était une de fuite, de survie en un sens. Elle aurait sans doute beaucoup mieux fait de s'asseoir et d'en parler avec son mari (qui ne semble pas du tout un mauvais bougre!), mais elle n'en a pas le courage et se tourne vers son art, vers la fuite donc pour essayer de retrouver un peu de sens à sa vie, mais cette fuite ne la rendra pas plus heureuse, bien au contraire, elle en sortira aussi meurtrie que ses filles. Peut-être même plus. Il y a dans ce livre beaucoup plus de substance que l'on ne pourrait le penser au premier abord. C'est un condensé de vie, un condensé émotionnel superbe. C'est ce qui fait que je l'ai adoré. Mais il parle d'un geste très dur, je le sais. Cependant, je me pose la question suite à cette lecture, question purement rhétorique parce qu'il n'y aura jamais de réponse: que ce serait-il passé si Lin était restée, est-ce que ça aurait nécessairement été mieux? On la juge très durement parce qu'elle est partie, mais y aurait-il eu une meilleure solution? Question ouverte! Vous en pensez quoi mesdames?

@+ Prospéryne

_________________
On peut se passer de tout, sauf de la littérature et des chats Graffiti vu à Berlin
avatar
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 34
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  lalyre le Dim 7 Mar 2010 - 17:52

Très beau raisonnement Prospèryne .Pour ta question ce que j'en pense ??? Je pense que dans un couple ,il y a toujours un moment ou l'on a envie de tout plaquer ,d'aller s'installer seule ,pour avoir la tranquilité ,on appellait cela"La crise du couple " mais il y avait les enfants .Alors la vie a continué ,je ne le regrette pas .De nouveau ce débat me repose la question.....que serais-je devenue si j'étais partie ??

Grand merci pour cette lecture qui a permis un mini -débat très interessant

Lalyre
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4191
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  majeanne le Dim 7 Mar 2010 - 18:33

Très intéressante analyse Prospéryne.
Me conforte dans l'idée qu'il y a autant de livres qu'il y a de lecteurs.

Je te rejoins tout à fait Lalyre dans ce que tu dis.

Merci pour cet intéressant débat.

On attend beaucoup de neige de marin par chez moi alors aïe aïe la connexion...
Au plaisir de vous lire,
bonne soirée.
avatar
majeanne

Nombre de messages : 276
Age : 57
Location : le Grand Sud
Date d'inscription : 02/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Prospéryne le Dim 7 Mar 2010 - 18:39

Héhéhé, c'est ce qu'on appelle une bonne discussion! Tant mieux! C'est en discutant qu'on apprend! Je n'avais pas pensé au livre sous l'angle crise de couple Lalyre, ça ajoute encore des idées à fouiller pour moi. Ouais, décidément, celui-là, c'est un livre à relire!

@+ Prospéryne

_________________
On peut se passer de tout, sauf de la littérature et des chats Graffiti vu à Berlin
avatar
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 34
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Prospéryne le Jeu 11 Mar 2010 - 12:45

En fouillant sur Wikipédia, j'ai découvert que Nancy Huston a vécu ce qu'elle raconte dans La Virevolte: sa mère les a abandonné alors qu'elle avait 5 ans, elle et son frère et sa soeur. Elle n'a eu de contacts avec elle pendant des années que grâce aux lettres que sa mère leur écrivait, chose qu'elle a trouvé déterminante dans son rapport aux lettres et à sa décision de devenir écrivaine. En écrivant ce livre, elle a voulu se mettre à la place de sa mère et comprendre ce qui l'avait poussé à faire ce geste. En tout cas, ça apporte un nouvelle éclairage à cette histoire.

@+ Prospéryne

_________________
On peut se passer de tout, sauf de la littérature et des chats Graffiti vu à Berlin
avatar
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 34
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Aurore le Jeu 11 Mar 2010 - 20:45

La virevolte - Nancy Huston
(J'ai lu, 2006, 189 p.)




J'ai vu que le livre avait déjà suscité à lui tout seul un vrai débat et je le comprends parfaitement. En ce qui me concerne je le laisserais presque sur la table de chevet de ma mère pour qu'elle puisse y puiser toutes les ambiguïtés du genre humain. Je parle du genre humain mais c'est bel et bien la femme qui est sous les projecteurs dans cette histoire de danseuse empêchée dans sa vocation.
Je m'explique : Lin est une danseuse émérite qui a à première vue tout pour être heureuse avec une vie de famille bien remplie et un mari Derek qu'elle croit aimer. Viennent s'ajouter au portrait de la petite famille parfaite : deux petites filles qui, en requérant éducation et attention, détournent peu à peu leur mère de son vrai rêve, danser.
Et l'histoire gagne en profondeur avec le temps qui passe, avec les enfants qui grandissent et cette étrange impression de passer à côté de sa vie. Mais noyer le poisson ne le fait pas disparaitre et quoi qu'on fasse il remontera toujours à la surface. C'est le cas avec cette passion obsédante qui la rappelle à elle, par moment. Et les moments se font de plus en plus pressants, de plus en plus difficiles à canaliser. L'esprit vagabonde et même si Lin reste à la maison, ses pensées et ses gestes sont tous tournés vers la danse. A quoi bon résister?

[Attention : risque de spolier]
Le livre se compose en deux parties avec la première qui retrace la vie de famille rangée avec un quotidien qu'on se plait à retracer chaque jour : repas, toilette, discussions entre amis/famille, boulot.
Dans la seconde partie Lin prend son envol. On ne sait pas trop comment ni à quel moment l'abandon de domicile a eu lieu mais la danseuse a regagné ses ballerines. Et c'est dans cette partie que les doutes entrent en jeu : que Derek s'organise avec deux fillettes un peu perdues et traumatisées. Lin quant à elle ne vit plus que pour sa passion : elle enchaine les représentations, flirte avec un chef d'orchestre et envoie valser toute sa vie établie. Au revoir maison, enfants ; bonjour hôtels, paillettes et troupe de danse !

Le style de Nancy Huston, il n'y a pas à dire on adhère ou on abhorre. Pour ma part je suis charmée par ses trouvailles linguistiques, par sa manière de placer et déplacer le temps, de le faire filer selon que la frustration soit là ou que les liens familiaux se dénouent. C'est l'impression curieuse qu'on a avec un tel livre : qu'on a la possibilité de briser toutes les barrières temporelles, de pouvoir accélérer le vide existentiel pour revenir sur les moments-clé qui marquent une vie.
Et dans le sillage de Lin c'est Derek, ce sont les deux fillettes et les proches qui sont en pleine tempête, témoins d'une destinée qu'ils ne peuvent contrôler. Pour résumer : je crois que ce livre est vraiment admirable et qu'il donne une envie folle de poursuivre les pas d'une écrivain dont les ficelles nous ensorcelle.

Le genre de petites phrases piquantes qui me fait sourire : Évidemment que je fais attention, sœurette. Les capotes sont le premier pas sur le chemin des décapotables. (p.160)

4,5/5

_________________
Ce n'est pas parce que c'est inventé que ça n'existe pas.





avatar
Aurore

Nombre de messages : 2137
Age : 30
Location : Amiens
Date d'inscription : 27/02/2009

http://shereads.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Prospéryne le Ven 12 Mar 2010 - 12:12

Très jolie critique Aurore, et tu vois, je n'y aie pas vu la même chose que toi Vraiment, ce livre m'épate! Mais on est d'accord sur un point, l'écriture de Huston est sublime!

@+ Prospéryne

_________________
On peut se passer de tout, sauf de la littérature et des chats Graffiti vu à Berlin
avatar
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 34
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Lacazavent le Ven 12 Mar 2010 - 14:11

Je viens de terminer La maison aux esprits d'Isabel Allende, je vais enfin pouvoir me mettre à cette lecture. À force de vous lire je suis de plus en plus curieuse de voir comment je vais percevoir ce livre.
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5582
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Clochette le Ven 12 Mar 2010 - 17:03

C'est amusant car j'ai lu ce roman il y a plusieurs années et il m'avait également beaucoup plu ! Comme beaucoup de mamans, j'avais été outrée par cette mère qui alors qu'elle a tout pour être heureuse, laisse sa famille de côté pour vivre sa passion. Mais avec du recul, je me dis que finalement j'étais dure avec cette femme. C'est vrai, on peut se dire qu'une fois qu'on a nos enfants, ils sont là et on doit les assumer ! On rentre dans le moule et dans ce que la société veut que l'on soit : une maison, un mari, deux belles fillettes ! Et tous les codes de la société sont bien là pour nous les rappeler ! Mais voilà, du coup, la femme en tant que femme avec des passions et des envies fortes n'a plus qu'à mettre sa vie entre parenthèse et composer dans le joli tableau qu'elle forme avec sa famille !
Alors moi je ne lui jette pas la pierre à Lin. C'est vrai, elle fait du mal à ses filles, qui, c'est vrai, n'ont absolument rien demandé, et surtout pas d'arriver sur cette terre. Mais comment faire quand il est difficile de trancher entre deux choix qui nous attirent. Elle sait forcément qu'il y en a un qui va faire souffrir et elle choisit d'être "égoïste" et de penser à à elle. Et alors ? C'est vraii, ça fait toujours hurler mais pourquoi pourrait-on accepter cette situation de la part d'un homme, mais d'une mère alors c'est une autre histoire.... Alors je n'ai pas dit que je cautionnais son comportement mais malgré tout, je comprends. Pour moi, on ne peut pas s'empêcher de vivre parce que l'on a des enfants ! (dit-elle alors qu'elle en a trois ) Désolée de jeter un pavé dans la mare
avatar
Clochette

Nombre de messages : 2133
Age : 43
Location : Nantes Bretagne
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Prospéryne le Sam 13 Mar 2010 - 13:47

Clochette, je pense exactement la même chose que toi! Et c'est vrai, un homme qui aurait le même comportement serait sans doute beaucoup plus facilement excusé qu'une femme, ça ajoute une autre dimension au livre! Je pense à tous ces hommes qui ont mené de grandes carrières en négligeant leurs familles: ils rentraient le soir dormir à la maison, mais étaient de fait tellement absents qu'on peut se demander si ça fait réellement une différence. Lin n'était même pas là physiquement pour les siens, c'est sans doute encore pire. Et c'est aussi l'abandon de son mari qui choque. Comme si un mari pouvait larguer femme et enfants pour vivre sa vie plus facilement que si une femme le fait. Étrange comme comportement! Et les diktats de la maternité sont lourds à porter en effet quand on y pense. Comme s'il n'y avait qu'une seule façon d'être femme et d'être mère!

@+ Prospéryne

_________________
On peut se passer de tout, sauf de la littérature et des chats Graffiti vu à Berlin
avatar
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 34
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Bernard le Lun 15 Mar 2010 - 18:17



La virevolte

Actes Sud - 1994 - 207 pages

Je hais cette femme, Lin, je hais son mari Derek. Qu'est-ce que ça veut dire tout plaquer pour satisfaire son ego disproportionné, son égoïsme rare, son orgueil surdimensionné. Il fallait y penser avant de faire des enfants, c'est vrai et leur détresse, elles ont confiance les petites, maman est là, que peut-il m'arriver ? Un suicide c'est un acte de courage, une fuite, c'est un acte de lâcheté. Il n'est pas pardonnable de s'en aller sans se retourner, comme ça, sur un coup de tête. La danse me manque, tient si je m'en allais danser ?
Elle a claqué la porte en partant, maman ?
Non, je ne crois pas;
Elle l'a fermée doucement ?
Oui.
Même pas en colère la Lin.
Mon fils m'a demandé, suite à une dispute maritale sans conséquence :
Pourquoi t'es-tu disputé avec maman ?
Je ne sais plus, mon grand, pour rien, plein de gens se disputent, toi et ta soeur, par exemple.
Ce n'est pas pareil, on est pas mariés, on ne peut pas se quitter.
Toute la crainte de l'abandon de l'enfant, toute sa confiance. Papa et maman sont là, je ne crains rien. tout ça balayé, bafoué, sans regret ni remord, pour son propre plaisir. Non !
Ah, oui, j'en ai marre de repasser le pantalon de Derek - qui a viré la bonne ? - alors, hop, tchao tout le monde, la belle affaire. Et moi, donc et d'autres, tout le monde en a eu envie un jour. Mais le courage, prendre le taureau par les cornes, défier la vie, surmonter l'entendement, aller à la recherche de ce qui est perdu, ça c'est du courage.
Et les gamines, la grande qui tire sur tour ce qui bouge, la petite vierge à perpétuité, merci maman.
Et l'autre qui m'horripile, Derek tu m'en veux tant que ça, non Lin, crétin.
Ne me dis pas que tu ne l'aime plus.
Si je l'aime. Crétin
Oui je t"en veux Lin
Oui je t'ai aimé.
La roue tourne, ma belle, ce sont tes filles, tu viens quand tu veux, mais ôte tes pieds de mon coeur, t'y es plus, auf wieder sehen !
Et il prend son courage à deux mains pour épouser la copine, la meilleure copine la soeur jumelle, autant prendre une photo et un carbone. Stop ! Le film est mal monté.
Ah, oui Nijinski, Duncan, des poètes, des sublimes, des maitres des vrais, qui n'ont jamais demandé une âme, même pas sussuré. Je danse pour moi, eux aussi, c'est pas une raison.
Tout cela est à moi. Rien est à toi, tout est à tout le monde.
Retire tes bottes de mon conscient, Lin, elles me dérangent.

J'ai aimé, en revanche, le style poétique de Huston, c'est du Ravel, du Stravinski, qui accompagne cette danse effrénée vers sa destinée. Des phrases courtes non ponctualisées, comme confidentielles, oui je te parle, lecteur, je te confie un secret, ne le dis à personne, que cela reste entre nous. Elle définit les caractères et les faits, ne jugent pas. A toi lecteur de juger, camarade et bonne chance.

3,5/5

B
avatar
Bernard

Nombre de messages : 3540
Age : 72
Location : 94160 Saint-Mandé
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  lalyre le Lun 15 Mar 2010 - 19:42

Bernard ,j'ai souri en lisant ta colère sur Lin ,j'aurais aimé être à côté de toi pour écouter tes commentaires .J'adore cette rubrique pour lire ensemble parce que c'est le seul moyen de déverser ses sentiments sur le vif.J'ai une connaissance ,un homme ,médecin SVP ...qui a abandonné sa femme et ses 3 enfants pour une toute jeunette avec qui il a eu un autre enfant ,personnellement ,je n'ai pas approuvé et deux des 3 enfants se sont révoltés à l'adolescence c'est tout dire.
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4191
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Parch le Mar 16 Mar 2010 - 8:43

Nancy Huston, Cantique des plaines

Pensant lire ce livre pour le thème Nature writing, je dois avouer que j'ai été trompé par la couverture. S'il est question d'un ranch au début, le protagoniste vit surtout une vie citadine comme professeur d'histoire au lycée de Calgary. Litéérature del'Ouest, oui. Nature writing absolument pas.

Alors que Paddon vient d'être enterré, sa petite-fille retrace sa vie dans l'ouest du Canada.

J'ai eu du mal à m'adapter à la forme de ce roman : rédigé à la deuxième personne, la lecture en est gênée... même si on s'habitue à partir de la moitié du bouquin. Plus grave pour le confort de lecture, les dialogues (ou plutôt phrases citées par la narratrice) ne sont pas matérialisés ni par des tirets ni même par des guillemets ! Je passe sur les énumérations dans virgule ou les répétitions d'adjectif...

Quand au fond, l'histoire est intéressante même si le protagoniste est un personnage détestable. Enfin le livre est loin d'être manichéen, on comprend l'évolution des personnages. Un roman très réaliste surtout où il est question des plaisirs de la vie (relation avec sa maitresse) mais aussi des drames les plus glauques (violences conjugales, infanticide).

Dans un court roman, l'auteure traite de plusieurs thèmes complexes... relations familiales, misère des années trente, colonisation de l'ouest du Canada, relation Blancs/Indiens, situation en Haïti, question de la religion, etc. Un tour de force, plutôt bien écrit.

Ma note : 3,5/5

_________________
Accomplissement du challenge 2011 : 69 %, du challenge 2012 : 79 %, du challenge 2013 : 110 %
Accomplissement du challenge 2014 : ...
avatar
Parch

Nombre de messages : 619
Age : 32
Location : Aix-en-Provence, France
Date d'inscription : 25/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Bernard le Mar 16 Mar 2010 - 11:21

Comme quoi, Lalyre, rien n'est jamais simple. Malheur à celui qui blesse un enfant, disait le chanteur et je suis bien d'accord;
Egalement, je me régale avec ces lectures communes.

B
avatar
Bernard

Nombre de messages : 3540
Age : 72
Location : 94160 Saint-Mandé
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Mousseline le Mar 16 Mar 2010 - 14:51

On avait eu ce roman en livre du mois dans le début du club des rats - La virevolte - et il avait suscité bien des commentaires.

_________________
Mousseline

Magasin général tome 2 : Serge de Loisel et Tripp et L'île des chasseurs d'oiseaux de Peter May



"Happiness is only real when shared." (Christopher McCandless)
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  zozinette le Sam 27 Mar 2010 - 9:20

LA VIREVOLTE - NANCY HUSTON



En refermant ce livre j'ai ressenti de la pitié pour Lin pour Lin parce que finalement, à l'arrivée, il ne lui reste rien. Elle a sacrifié ses enfants au profit de sa carrière et elle finit par en assumer les conséquences sans avoir d'échappatoire pour échapper au réel.

On sent la violence sourdre en Lin. L'autoritarisme aussi. Dans la première partie , elle phagocyte complètement son entourage, tout le monde est là pour elle et vit en fonction d'elle. Du coup Derek se retrouve dans l'ombre, j'aurais voulu qu'au moins à un moment il se comporte en homme et se révolte au lieu de tout accepter comme il le fait, comme si tout cela allait de soi.Qu'est-ce que j'ai eu envie de le secouer celui-là!

On sent Lin lutter contre ses filles tout au long du livre, elle ne veut pas s'abandonner complètement à cet amour, même quand elle est loin elle commence par cacher ses enfants. Elle ne s'abandonne qu'à la danse.

Celle qui m'a le plus touché c'est Marina. Dès le début, avec cette violence rentrée on sait que rien ne sera facile pour elle. Cette pauvre petite fille qui se fait mal physiquement pour oublier ses autres souffrances est poignante. J'en ai voulu à Lin d'avoir été si égoïste.

C'était mon premier livre de Nancy Huston et j'ai adoré son écriture. On est transporté, on danse avec Lin, c'est une écriture ouverte, fluide , je suis fan.


Ma note

4/5
avatar
zozinette

Nombre de messages : 2437
Age : 43
Location : belfort, franche-comté
Date d'inscription : 15/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Prospéryne le Sam 27 Mar 2010 - 11:16

Très jolie critique Zozinette!

Décidément, c'est un livre qui fait réagir ses lecteurs!

@+ Prospéryne

_________________
On peut se passer de tout, sauf de la littérature et des chats Graffiti vu à Berlin
avatar
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 34
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Shan_Ze le Lun 26 Avr 2010 - 12:00

Lignes de faille de Nancy Huston
(483 pages, Babel)

Cette narration anté-chronologique permet d’avoir une vision d’ensemble des quatre générations. On commence en 2004 avec Sol, petit garçon de 6 ans et on finit en 1944 avec Kristina, son arrière-grand-mère, petite fille de 6 ans aussi.

On rencontre ainsi quatre générations de la même famille, on suit chaque enfant pendant quelques mois, on découvre un enfant, un caractère, un contexte différent. Chacun affronte des circonstances différentes, apprend des choses sur sa famille. Chacun subit un changement de vie avec un déplacement, chacun vit pendant une guerre. En fil directeur, on a ce grain de beauté qui se déplace sur le corps avec le temps mais montre le fort lien qui unit ces quatre enfants.

On apprend des choses, on les approfondit avec le prochain enfant (dans l’ordre du livre) d’une des précédentes générations, c’est un puzzle, on trouve des réponses avant les questions. On aurait aimé les suivre encore sur plus de générations ou même, à un âge différent pour voir leurs évolutions.

Seule chose que j’ai moins aimé, j’ai trouvé le langage non approprié pour un enfant de 6 ans mais est-ce simplement pour mettre des phrases sur des pensées d’un enfant de 6 ans ? Je ne sais pas. J’avais écouté une conférence de Nancy Huston sur ce livre, j’avais pris des notes, il faut que je les retrouve pour les relire. En tout cas, j’aime beaucoup l’écriture de Nancy Huston. Je suis prête à en découvrir d’autres !

Note : 4.5/5
avatar
Shan_Ze
Admin

Nombre de messages : 7404
Age : 34
Location : Lyon/France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Lyreek le Dim 20 Juin 2010 - 17:30


Dolce Agonia - Nancy Huston
J'ai lu - 297 pages

Douze amis se réunissent chez Sean Farrell pour fêter Thanksgiving.
Au fil des pages, on découvre leurs histoires et, puisque c'est Dieu le narrateur, on apprend à chaque chapitre comment un des personnages va mourir.

Globalement, j'ai apprécié la lecture de ce roman même si son côté sombre et même glauque m'a parfois dérangé.
Toutefois, Nancy Huston réussit à merveille les portraits croisés de ces douze personnages avec leur solitude, leurs blessures et leurs espoirs.
Une histoire d'amitié, mais aussi tout simplement une histoire de la vie, du vieillissement et du caractère inéluctable de la mort.

4/5

_________________
Lecture en cours : Les filles de Caleb tome I : Emilie d'Arlette Cousture

"Lire est le seul moyen de vivre plusieurs fois"
avatar
Lyreek

Nombre de messages : 2280
Age : 35
Location : Côte d'Azur, France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

"Cantique des plaines"

Message  nauticus45 le Lun 26 Juil 2010 - 17:31

Je ne vais pas résumer "Cantique des plaines" car il l'a déjà été assez souvent sur les pages précédentes. Comme beaucoup, il m'a vraiment beaucoup plu, cette femme qui devine et imagine la vie de Paddon, son grand-père, à partir de ce qui reste des écrits de ce dernier et de ce que lui a dit sa mère est vraiment très jolie et pleine de sensibilité. La description du contexte historique (la détresse des indiens évincés de leurs terres) dont ont été en partie témoin Paddon et sa maîtresse Miranda est intéressante et la manière dont cet homme passe à côté de ses rêves et manque de passer totalement à côté de sa vie de famille aussi est très touchante. Quant à la narratrice, elle essaye de comprendre cet homme mais ne le juge pas, ce qui rend sa démarche d'autant plus belle!

4,5/5 ...

....et un grand merci à Suzanne-écrivain pour m'avoir fait découvrir à la fois cet auteur et ce roman grâce au swap de printemps. Grâce à toi je vais aussi pouvoir découvrir "Dolce Agonia", d'après ce qu'en dit Lyreek c'est très différent mais agréable à lire aussi, donc très tentant!
avatar
nauticus45

Nombre de messages : 1539
Age : 40
Location : Haut-Rhin, France
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

INFRAROUGE

Message  eliloo le Dim 22 Aoû 2010 - 14:39

INFRAROUGE de nancy huston

Je ne pensais jamais écrire un truc pareil sur un livre de Nancy Huston qui (le croyais-je) m'avais déjà complètement conquise.

Mais son dernier roman, Infrarouge, sur lequel je me suis jetée dès sa sortie est une déception comme je n'en avais pas connue depuis longtemps!

L'histoire? Celle de Rena, une femme de 45 ans qui part en vacances avec son père et sa belle mère en Italie. Le séjour plutôt raté est l'occasion pour elle de faire un point sur sa vie grâce notamment à l'intervention de son double schizophrénique "Subra". Certes c'est un résumé grossier mais la colère a tendance à prendre le pas quand je parle de ce livre.

Le problème? On a vraiment l'impression que la romancière a oublié son métier. Subra n'est pas un personnage ni un double, juste un outil formel bien pratique, un prétexte à ce que Rena plonge dans ses souvenirs et nous raconte toutes les positions qu'elle a expérimentées avec de nombreux hommes. en gros Rena visite l'Italie et dès qu'elle voit une oeuvre elle dit que ca lui rappelle telle chose. Subra s'empresse alors de dire "raconte".... et puis c'est parti pour le souvenir.
L'autre probème? La majorité des souvenirs sont des histoires de cul pur et simples et souvent beaucoup moins bien racontées que ce à quoi Nancy nous avait habitué.
Un autre problème? Le personnage de Rena (nancy???) est d'une prétention démesurée... Aucune femme n'a jamais fait l'amour comme elle. Elle connait les hommes mieux que personne. Elle est un être à part , complexe, etc, etc... Mais elle ne nous le montre jamais...forcément tout a lieu dans sa tête.
Bref ça suinte de prétention et de nostalgie par tous les pores!!!

Je me fourvoie peut être mais la sensation de cette lecture m'a laissé imaginer une Nancy vieillissante, complexée, qui voulait crier au monde à quel point elle avait pu plaire aux hommes et les aimer.
Pffff... Quel ennui mais quel ennui!

Alors pour contrebalancer un peu les choses, je dois reconnaître que certaines histoires sont plutôt pas mal (ouf!) et que la fin relève un peu le niveau. Mais honnêtement on sort de là en ayant la sensation d'avoir perdu 20 euros.

Si quelqu'un a beaucoup aimé cet ouvrage je serai très intéressée de connaitre son avis... Après tout il est fort possible que je sois totalement passée à côté du sens.. Je n'en reviens toujours pas d'écrire cela sur cette auteure que j'adore.

Donc pas de note pour cette fois... Ce serait trop dommage.
avatar
eliloo

Nombre de messages : 10
Age : 32
Date d'inscription : 07/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Lacazavent le Jeu 9 Sep 2010 - 8:56

Lignes de faille de Nancy Huston
Babel/483 pages
Prix Femina 2006



Comme dans chaque famille ils ont tous eu un jour six ans, l'enfant Sol, le père, la grand-mère, Arrière-grand-mère. Chacun aura une partie consacré à son enfance et en remontant ainsi une histoire familiale on courre après les fils d'une origine gardés dans l'ombre.
Il y a Sol ,six ans en 2004, enfant précoce et surprotégé par sa mère qui navigue sur la toile et absorbe des images et des vidéos en tout genre. Obnubilés par une pureté de tout les instants, il se pense invulnérable.
Il y ensuite Randall, six ans en 1982, le père de Sol le seul dont l'enfance peut paraître à peu près heureuse et pourtant il est furieux lorsque sa mère embarque toute sa famille destination Israël, là où elle pense trouver des archives nécessaire à son travail. Sur fond de guerre au Liban, l' insouciance s'envole définitivement avec l'accident dont est victime la mère la laissant dans un fauteuil roulant pour le reste de ses jours.
Il y a Sadie, six ans en 1962, mère de Randall et grand-mère de Sol, élevé par ses grand-parents canadiens, elle vénère sa mère une chanteuse reconnue dans le monde entier.
Et enfin il y a Kristina, alias Erra, alias AGM, alias Klarysa, six ans entre 1944 et 1945, vivant dans une famille allemande elle va apprendre au cours d'une dispute avec sa soeur Greta qu'elle est une enfant adopté. Il faut replacer cette adoption dans son contexte historique, adopté où plutôt volé, Ukrainienne elle a été tout bébé "sélectionné pour la qualité de ses gènes aryens".

J'ai beaucoup apprécié la construction particulière et originale qui sous forme de compte à rebours va remonter le temps de génération en génération d'enfance en enfance. L'écriture se fait tendre, proche des personnages et du lecteur, c'est une ambiance rassurante mettant en exergue non seulement le lien entre l'enfant et l'adulte mais également l'influence de faits ou "faille" qui auront modelé chaque générations.
J'ai trouvé habile de la part de Nancy Huston d'introduire dans son récit, l'histoire des "fontaines de vie" ses Lebensborn fleuron du programme de germanisation de la société voulu par le pouvoir nazi, elle s'en sert comme d'un ressort dramatique et même si j'aurais apprécié que le sujet fusse davantage développé. Elle utilise la réalité historique la plaçant entièrement au service de son roman, nous ne sommes jamais dans un livre d'histoire, elle garde le même fil conducteur, toujours fidèle à son idée.
C'est un roman captivant, on ressort de sa lecture sous le charme des questions plein la tête.
À lire sans hésiter...


5/5 coeur
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5582
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum