Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  cecile le Mar 5 Jan 2010 - 14:21

Je note également "lignes de faille", merci Cocotte !
cecile
cecile

Nombre de messages : 2360
Date d'inscription : 11/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Nathalire le Dim 17 Jan 2010 - 17:59

L’empreinte de l’ange

Note : 4.75/5

Résumé :
Saffie est une jeune allemande tout juste débarquée à Paris en 1957. Elle trouve un emploi comme bonne à tout faire chez M.Lepage, jeune flûtiste talentueux. Elle le fascine et très vite il devient fou d’amour pour elle et la convainc de l’épouser et de vivre avec lui.
Saffie a un secret et elle en est prisonnière. Elle est refermée et parle peu, subissant sa vie plutôt que de la vivre… mais l’amour lui permettra de « lâcher » ses tensions et combattre ses peurs.

Avis :
Attention roman bouleversant !
A travers le passé de Saffie, les troubles de l’Allemagne hitlérien et la guerre d’indépendance algérienne qui se vit en ce moment, on partage les souffrances des peuples opprimés. C’est avec Brio que Nancy Huston nous emporte dans les émotions de Saffie, dans ses troubles émotionnels et dans la folie humaine. Le style est simple, l’auteure prend à témoin le lecteur comme un interlocuteur à qui elle veut raconter l’histoire de cette femme. C’est avec beaucoup d’émotions qu’on tourne la dernière page, le film doit être très bien, il faudrait que je le voie un jour.
Nathalire
Nathalire

Nombre de messages : 1058
Age : 38
Location : Pully (Suisse)
Date d'inscription : 22/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Prospéryne le Jeu 4 Mar 2010 - 12:44

La virevolte Nancy Huston J'ai lu 190 pages



Résumé:
Lin vit avec Derek, son mari qu'elle aime. Ils ont une fille, puis une deuxième. Mais Lin est une danseuse et tout son corps est en transe pour bouger sur scène, pour vibrer dans la musique, pour créer. Alors elle laisse tout tomber et part danser à travers le monde.

Critique:
Un livre qui parle avec douceur d'un sujet sensible: l'importance que l'on accorde à la carrière professionnelle des femmes, à celle qui ne peuvent pas se réaliser entièrement dans un rôle de mère. Quand l'art ou n'importe quoi d'autres finit par exiger tellement que la personne fuit sa vie de famille pour aller vers ce qu'elle aime vraiment. On sent le déchirement de Lin, son chagrin face à cela, ses difficultés, mais pas ses remords. Elle a librement choisi de vivre une vie sans remords. Et on sent aussi son accomplissement immense dans la danse, quand elle se laisse porter par la musique, quand elle exige des corps de ses danseurs l'effort qui se transcende en beauté et la beauté qui devient instant de perfection dans une vie. On sent le déchirement de Derek aussi, son profond sentiment d'abandon, son impuissance en tant que mari, père et amant à la retenir, la passion pour la danse sera plus forte que tout. On sent le déchirement, il continue à vivre pour ses filles, Angela la star comme sa mère, qui deviendra actrice, alors qu'enfant, elle voulait être exactement comme sa mère, jusqu'à lui prendre son nom. Et Marina, Marina l'enfant terrible qui dès sa naissance portera au creux d'elle-même une colère, une froideur, une force négative d'auto-destruction qu'elle fera jaillir sur tous les autres, sur sa mère en particulier. Rien ne peut venir à bout de cette carapace de haine de soi et des autres. À cette famille malmené, on s'attache, on espère un dénouement heureux, mais il sera comme dans la vraie vie, tout en demie-teinte, en couleur de gris foncé et pâle. Je ne peux qu'ajouter que ce livre est absolument magnifique, porté par une écriture qui fait qu'on ne juge personne et qu'on prend les gens tels qu'ils sont, avec leurs forces et leurs faiblesses, leurs bassesses et leurs réussites. Pas de jugement facile, pas de condamnation, juste les faits et une fine analyse psychologique des personnages porté par un tel souffle d'écriture que l'on entend la musique des mots, on voit le mouvement des corps en train de danser, on sent la douleur et la souffrance sous le vernis du quotidien. Un magnifique roman plein de douceur et d'amour, à lire absolument!

Ma note: 5/5

_________________
On peut se passer de tout, sauf de la littérature et des chats Graffiti vu à Berlin
Prospéryne
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 36
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Lacazavent le Jeu 4 Mar 2010 - 15:06

C'est une très belle critique Prospéryne après l'avoir lu je suis certaine que ce roman me plaira. Je note
Lacazavent
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5581
Age : 32
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Cocotte le Ven 5 Mar 2010 - 1:52

Très belle critique Prospé! Tu me rappelles de bons souvenirs, j'avais adoré ce livre! Contente de savoir que tu as aimé ta première expérience avec Nancy Huston que j'aime tant! Tu as encore tellement de bons livres à découvrir!
Cocotte
Cocotte

Nombre de messages : 870
Age : 38
Location : Québec / Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Prospéryne le Ven 5 Mar 2010 - 12:11

Merci Lacazavent!

Merci Cocotte! Non, ce n'est sûrement pas le dernier Nancy Huston que je vais lire, mais je ne sais pas encore par quel titre je vais continuer. On verra! Je vais fouiner dans le rayon poche de la librairie pour connaître ses autres oeuvres.

@+ Prospéryne

_________________
On peut se passer de tout, sauf de la littérature et des chats Graffiti vu à Berlin
Prospéryne
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 36
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  lalyre le Ven 5 Mar 2010 - 18:41

La virevolte
Nancy Huston
J'ai lu

190 P.
Lin vit avec Derek et leurs deux filles ,Marina et Angela ,le bonheur règne dans cette famille mais voila ....Lin aime la danse ,tous les jours ,elle s' exerce dans la salle que Derek lui a installée dans le grenier .Mais le temps passe et Lin se regarde ,un corps parfait pour la danse ,elle a été mère au foyer jusque maintenant ,une nostalgie la saisit ,elle pense que la danse était tout pour elle et découvre qu'elle l'est encore et voila que sans rien dire à personne ,elle remplit une valise et part pour réaliser son rêve ,c'est à dire danser ...un,deux,trois ,virevolte ,elle tourne ,tourne ,défie l 'apesanteur ,elle se sent forte avec son corps lorsqu'elle danse .Elle va créer ,elle va exprimer cet amour qu'elle porte en elle mais il lui faut danser pour oublier ce qu'elle a laissé derrière elle .Car justement que deviennent les deux filles restées avec Derek qui se sent responsable d'Angèla et Marina et qui fait tout pour qu'elles ne souffrent pas trop de l'absence de la mère qui fait une tournée avec sa troupe ,une mère dont Marina surtout ne comprend pas l'abandon,qui se révolte contre la résignation de son père.Et pourtant la vie continue et lorsqu'un ami de la famille décède ,Lin penchée à la fenêtre ,attendant ses deux filles qui réussissent dans la vie ,se surprend à rêver à un futur très proche .

Plusieurs thèmes dans ce petit livre qui me laisse avec des questions sur le futur de cette femme à qui je ne pardonne pas l'abandon .La souffrance et la détresse de l'enfance sans mère m'a particulièrement touchée ,la résignation de Derek m'a révoltée et pourtant quel père admirable ,le mal-être et le désir de la danse qui virevoltent dans la tête de Lin, qui lui font oublier ceux qui sont restés derrière m'ont attristée .J''ai aimé l'écriture de Nancy Huston et pourtant,j'ai trouvé cette histoire assez banale .Ceci est mon humble avis....... 4/5
lalyre
lalyre

Nombre de messages : 4609
Age : 86
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  majeanne le Sam 6 Mar 2010 - 9:43

Bonjour,

Hier dans une salle d'attente j'ai lu "la virevolte" et ce matin je découvre que c'est une lecture commmune alors je viens dire quelques mots.
J'ai lu ce livre d'une traite, un peu trop vite peut être et sans être particulièrement attentive puisque je ne savais pas que j'allais ensuite en parler.
C'est mon premier livre de Nancy Huston et je pense que je ne m'arrêterai pas là.
J'ai trouvé l'écriture fluide, poétique, agréable et je n'ai pas été troublée par les digressions.
En revanche je suis très perturbée par cet abandon des enfants par leur mère. Je ne veux pas porter de jugement mais cela me bouleverse et me laisse dans une incompréhension totale. Cela me renvoie à "the hours" de Cunningham qui m'avait pareillement affectée. Je peux comprendre qu'il y ait en chacun de nous le désir d'une vie autre que celle que la vie nous a amené à choisir, je peux comprendre que l'on ait une passion comme ici la danse mais je ne peux accepter l'abandon d'enfants qui n'ont pas demandé à naître et que Lin a mis au monde dans le désir. J'ai été très choquée vers la fin du livre quand Marina va la voir dans sa loge et que Lin très agressive lui reproche de faire étalage de sa douleur et de s'y complaire.
Peut être allez vous me trouver extrême mais le sujet est trop brûlant pour que je puisse rester tiède.

Pardonnez moi s'il y a des maladresses matérielles car je n'ai pas trop l'habitude d'intervenir.

Bon week end à toutes et à tous
majeanne
majeanne

Nombre de messages : 276
Age : 58
Location : le Grand Sud
Date d'inscription : 02/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  lalyre le Sam 6 Mar 2010 - 12:43

majeanne a écrit:Bonjour,

Hier dans une salle d'attente j'ai lu "la virevolte" et ce matin je découvre que c'est une lecture commmune alors je viens dire quelques mots.
J'ai lu ce livre d'une traite, un peu trop vite peut être et sans être particulièrement attentive puisque je ne savais pas que j'allais ensuite en parler.
C'est mon premier livre de Nancy Huston et je pense que je ne m'arrêterai pas là.
J'ai trouvé l'écriture fluide, poétique, agréable et je n'ai pas été troublée par les digressions.
En revanche je suis très perturbée par cet abandon des enfants par leur mère. Je ne veux pas porter de jugement mais cela me bouleverse et me laisse dans une incompréhension totale. Cela me renvoie à "the hours" de Cunningham qui m'avait pareillement affectée. Je peux comprendre qu'il y ait en chacun de nous le désir d'une vie autre que celle que la vie nous a amené à choisir, je peux comprendre que l'on ait une passion comme ici la danse mais je ne peux accepter l'abandon d'enfants qui n'ont pas demandé à naître et que Lin a mis au monde dans le désir. J'ai été très choquée vers la fin du livre quand Marina va la voir dans sa loge et que Lin très agressive lui reproche de faire étalage de sa douleur et de s'y complaire.
Peut être allez vous me trouver extrême mais le sujet est trop brûlant pour que je puisse rester tiède.

Pardonnez moi s'il y a des maladresses matérielles car je n'ai pas trop l'habitude d'intervenir.

Bon week end à toutes et à tous
Je suis tout à fait d'accord avec ce que tu écris ,vois ce que moi j'en dis ......
lalyre
lalyre

Nombre de messages : 4609
Age : 86
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Prospéryne le Sam 6 Mar 2010 - 14:06

Tiens tiens les filles, même lecture, opinion différente, moi je ne juge pas si sévèrement Lin, même si je comprends que ce qu'elle a fait n'était pas du plus pur altruisme envers sa famille! Je n'ai pas ressenti de jugement dans l'écriture de l'auteur envers ce personnage, mais j'ai au contraire trouvé qu'elle les montrait tous tels qu'ils étaient, avec leurs forces et leurs faiblesses, et même leurs bassesses. Je n'ai pas eu énormément d'empathie envers Derek, pas plus que je n'ai condamné Lin ou pris en pitié les enfants. L'auteure a eu le génie de montrer tous les fils de cette situation qui explique le comportement des uns et des autres, mais sans jamais les juger et dire: ça c'est mal, ça c'est merveilleux. On ne tombe pas dans la lecture édifiante du comportement du père parce qu'il reste, ni dans la condamnation de la mère parce qu'elle part, ni dans le misérabilisme des enfants parce qu'ils n'ont plus de mère. Au final, je trouve que c'est là tout le génie de l'auteur: ne pas juger, montrer les choses telles qu'elles sont et ne pas non plus donner de réponse facile à une situation qui pour toutes les personnes en présence, est complexe et très dure émotionnellement. C'est ce qui fait que j'ai adoré ce livre.

@+ Prospéryne

_________________
On peut se passer de tout, sauf de la littérature et des chats Graffiti vu à Berlin
Prospéryne
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 36
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  majeanne le Sam 6 Mar 2010 - 15:50

Je crois que je ne juge pas Lin non plus. Tout ce que je veux dire c'est qu'en tant que mère son choix me laisse dans une
incompréhension totale. De plus je trouve que Huston ne développe pas assez les motivations de Lin qui passe d'une vie de femme et mère comblée (même si ce n'est pas tjs rose mais c'est le lot commun) à son départ.
Je trouve également qu'elle ne se met pas à la place de ses filles pour essayer de comprendre leur souffrance. Elle se contente de les couvrir de cadeaux. Son manque d'écoute pour la souffrance de Marina est hallucinant.

En fait, plus je creuse et moins elle m'est sympathique.
majeanne
majeanne

Nombre de messages : 276
Age : 58
Location : le Grand Sud
Date d'inscription : 02/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  lalyre le Sam 6 Mar 2010 - 17:51

Non..non je ne juge pas ,mais je pense que les sentiments varient en fonction de l'âge du lecteur ....
N'est-ce pas votre avis ? Car ces sentiments en tant que lectrice peuvent refaire surface en fonction d'enfance vécue ou autres.....

Lalyre
lalyre
lalyre

Nombre de messages : 4609
Age : 86
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  majeanne le Sam 6 Mar 2010 - 18:45

Oui, tu as peut être raison Lalyre.

Perso j'ai remarqué que j'ai toujours du mal avec les personnes qui quittent leur famille même pour de grandes causes.
Je ne prétends pas être dans le juste mais c'est ma limite à moi.

Je trouve très interessant de lire d'autres opinions.

Ceci dit, contrairement à toi Prospéryne, je n'ai pu m'empêcher de me mettre à la place des filles et d'être bouleversée
par leur souffrance. Il s'agit sans doute de projection : j'ai imaginé mes propres enfants dans ce cas.
Mais peut on lire sans éveiller ses émotions et sans réaction ?
Je peux comprendre que l'auteur expose une situation sans juger mais le lecteur peut il faire de même ?

Merci de soulever toutes ces intéressantes questions.
majeanne
majeanne

Nombre de messages : 276
Age : 58
Location : le Grand Sud
Date d'inscription : 02/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Prospéryne le Dim 7 Mar 2010 - 15:43

Ah Mesdames, c'est sûr que dans l'absolu, le geste de Lin est égoïste! Et je comprends tellement bien que vous le preniez mal! Je n'ai pas d'enfants (pas encore!), mais disons que en lisant ce livre, j'ai vu de manière nette et précise la façon dont se passe les choses et aussi un deuxième niveau, plus intéressant de mon point de vue parce qu'il va chercher l'essence des personnages. On y voit que Lin se sent peu à peu dévorer par la maternité, Angela veut lui voler jusqu'à son nom et son métier (elle commence des cours de ballet et lui demande avec insistance d'échanger leurs prénoms) et Marina, malgré tous ses efforts (même quand elle était enceinte!), est empreinte d'agressivité envers sa mère, elle ne fait rien comme il le faut, même en l'allaitant, elle ne lui en donne pas assez ou trop, elle ne laisse jamais calmée ou amadouée par sa mère, même son père trouve ça difficile. On sent la souffrance de Marina et celle-ci se garde bien de l'évacuer d'elle-même, elle l'entretien comme un feu brûlant, entre autre à travers sa passion pour l'horreur vécue lors de la Shoah, à son identification à des personnes qui sont rejetées (elle se fait passer pour juive à Berlin) Ce personnage, je l'ai trouvé fascinant. Quand elle va voir Lin à la fin dans sa loge et que sa mère lui reproche de lui jeter sa souffrance à la figure, elle parle autant de la souffrance que sa fille entretient avec tant de soin que de la souffrance qu'elle lui a infligé. Quand j'ai lu ce livre, j'ai senti que Lin était parti pour deux raisons: 1- Elle était en train d'étouffer dans la maternité et 2- La seule chose qui lui permettait de se sentir bien, c'était en dansant. Sa réaction était une de fuite, de survie en un sens. Elle aurait sans doute beaucoup mieux fait de s'asseoir et d'en parler avec son mari (qui ne semble pas du tout un mauvais bougre!), mais elle n'en a pas le courage et se tourne vers son art, vers la fuite donc pour essayer de retrouver un peu de sens à sa vie, mais cette fuite ne la rendra pas plus heureuse, bien au contraire, elle en sortira aussi meurtrie que ses filles. Peut-être même plus. Il y a dans ce livre beaucoup plus de substance que l'on ne pourrait le penser au premier abord. C'est un condensé de vie, un condensé émotionnel superbe. C'est ce qui fait que je l'ai adoré. Mais il parle d'un geste très dur, je le sais. Cependant, je me pose la question suite à cette lecture, question purement rhétorique parce qu'il n'y aura jamais de réponse: que ce serait-il passé si Lin était restée, est-ce que ça aurait nécessairement été mieux? On la juge très durement parce qu'elle est partie, mais y aurait-il eu une meilleure solution? Question ouverte! Vous en pensez quoi mesdames?

@+ Prospéryne

_________________
On peut se passer de tout, sauf de la littérature et des chats Graffiti vu à Berlin
Prospéryne
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 36
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  lalyre le Dim 7 Mar 2010 - 17:52

Très beau raisonnement Prospèryne .Pour ta question ce que j'en pense ??? Je pense que dans un couple ,il y a toujours un moment ou l'on a envie de tout plaquer ,d'aller s'installer seule ,pour avoir la tranquilité ,on appellait cela"La crise du couple " mais il y avait les enfants .Alors la vie a continué ,je ne le regrette pas .De nouveau ce débat me repose la question.....que serais-je devenue si j'étais partie ??

Grand merci pour cette lecture qui a permis un mini -débat très interessant

Lalyre
lalyre
lalyre

Nombre de messages : 4609
Age : 86
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  majeanne le Dim 7 Mar 2010 - 18:33

Très intéressante analyse Prospéryne.
Me conforte dans l'idée qu'il y a autant de livres qu'il y a de lecteurs.

Je te rejoins tout à fait Lalyre dans ce que tu dis.

Merci pour cet intéressant débat.

On attend beaucoup de neige de marin par chez moi alors aïe aïe la connexion...
Au plaisir de vous lire,
bonne soirée.
majeanne
majeanne

Nombre de messages : 276
Age : 58
Location : le Grand Sud
Date d'inscription : 02/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Prospéryne le Dim 7 Mar 2010 - 18:39

Héhéhé, c'est ce qu'on appelle une bonne discussion! Tant mieux! C'est en discutant qu'on apprend! Je n'avais pas pensé au livre sous l'angle crise de couple Lalyre, ça ajoute encore des idées à fouiller pour moi. Ouais, décidément, celui-là, c'est un livre à relire!

@+ Prospéryne

_________________
On peut se passer de tout, sauf de la littérature et des chats Graffiti vu à Berlin
Prospéryne
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 36
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Prospéryne le Jeu 11 Mar 2010 - 12:45

En fouillant sur Wikipédia, j'ai découvert que Nancy Huston a vécu ce qu'elle raconte dans La Virevolte: sa mère les a abandonné alors qu'elle avait 5 ans, elle et son frère et sa soeur. Elle n'a eu de contacts avec elle pendant des années que grâce aux lettres que sa mère leur écrivait, chose qu'elle a trouvé déterminante dans son rapport aux lettres et à sa décision de devenir écrivaine. En écrivant ce livre, elle a voulu se mettre à la place de sa mère et comprendre ce qui l'avait poussé à faire ce geste. En tout cas, ça apporte un nouvelle éclairage à cette histoire.

@+ Prospéryne

_________________
On peut se passer de tout, sauf de la littérature et des chats Graffiti vu à Berlin
Prospéryne
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 36
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Aurore le Jeu 11 Mar 2010 - 20:45

La virevolte - Nancy Huston
(J'ai lu, 2006, 189 p.)




J'ai vu que le livre avait déjà suscité à lui tout seul un vrai débat et je le comprends parfaitement. En ce qui me concerne je le laisserais presque sur la table de chevet de ma mère pour qu'elle puisse y puiser toutes les ambiguïtés du genre humain. Je parle du genre humain mais c'est bel et bien la femme qui est sous les projecteurs dans cette histoire de danseuse empêchée dans sa vocation.
Je m'explique : Lin est une danseuse émérite qui a à première vue tout pour être heureuse avec une vie de famille bien remplie et un mari Derek qu'elle croit aimer. Viennent s'ajouter au portrait de la petite famille parfaite : deux petites filles qui, en requérant éducation et attention, détournent peu à peu leur mère de son vrai rêve, danser.
Et l'histoire gagne en profondeur avec le temps qui passe, avec les enfants qui grandissent et cette étrange impression de passer à côté de sa vie. Mais noyer le poisson ne le fait pas disparaitre et quoi qu'on fasse il remontera toujours à la surface. C'est le cas avec cette passion obsédante qui la rappelle à elle, par moment. Et les moments se font de plus en plus pressants, de plus en plus difficiles à canaliser. L'esprit vagabonde et même si Lin reste à la maison, ses pensées et ses gestes sont tous tournés vers la danse. A quoi bon résister?

[Attention : risque de spolier]
Le livre se compose en deux parties avec la première qui retrace la vie de famille rangée avec un quotidien qu'on se plait à retracer chaque jour : repas, toilette, discussions entre amis/famille, boulot.
Dans la seconde partie Lin prend son envol. On ne sait pas trop comment ni à quel moment l'abandon de domicile a eu lieu mais la danseuse a regagné ses ballerines. Et c'est dans cette partie que les doutes entrent en jeu : que Derek s'organise avec deux fillettes un peu perdues et traumatisées. Lin quant à elle ne vit plus que pour sa passion : elle enchaine les représentations, flirte avec un chef d'orchestre et envoie valser toute sa vie établie. Au revoir maison, enfants ; bonjour hôtels, paillettes et troupe de danse !

Le style de Nancy Huston, il n'y a pas à dire on adhère ou on abhorre. Pour ma part je suis charmée par ses trouvailles linguistiques, par sa manière de placer et déplacer le temps, de le faire filer selon que la frustration soit là ou que les liens familiaux se dénouent. C'est l'impression curieuse qu'on a avec un tel livre : qu'on a la possibilité de briser toutes les barrières temporelles, de pouvoir accélérer le vide existentiel pour revenir sur les moments-clé qui marquent une vie.
Et dans le sillage de Lin c'est Derek, ce sont les deux fillettes et les proches qui sont en pleine tempête, témoins d'une destinée qu'ils ne peuvent contrôler. Pour résumer : je crois que ce livre est vraiment admirable et qu'il donne une envie folle de poursuivre les pas d'une écrivain dont les ficelles nous ensorcelle.

Le genre de petites phrases piquantes qui me fait sourire : Évidemment que je fais attention, sœurette. Les capotes sont le premier pas sur le chemin des décapotables. (p.160)

4,5/5

_________________
Ce n'est pas parce que c'est inventé que ça n'existe pas.





Aurore
Aurore

Nombre de messages : 2176
Age : 32
Location : Amiens
Date d'inscription : 27/02/2009

http://chezmelopee.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Prospéryne le Ven 12 Mar 2010 - 12:12

Très jolie critique Aurore, et tu vois, je n'y aie pas vu la même chose que toi Vraiment, ce livre m'épate! Mais on est d'accord sur un point, l'écriture de Huston est sublime!

@+ Prospéryne

_________________
On peut se passer de tout, sauf de la littérature et des chats Graffiti vu à Berlin
Prospéryne
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 36
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Lacazavent le Ven 12 Mar 2010 - 14:11

Je viens de terminer La maison aux esprits d'Isabel Allende, je vais enfin pouvoir me mettre à cette lecture. À force de vous lire je suis de plus en plus curieuse de voir comment je vais percevoir ce livre.
Lacazavent
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5581
Age : 32
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Clochette le Ven 12 Mar 2010 - 17:03

C'est amusant car j'ai lu ce roman il y a plusieurs années et il m'avait également beaucoup plu ! Comme beaucoup de mamans, j'avais été outrée par cette mère qui alors qu'elle a tout pour être heureuse, laisse sa famille de côté pour vivre sa passion. Mais avec du recul, je me dis que finalement j'étais dure avec cette femme. C'est vrai, on peut se dire qu'une fois qu'on a nos enfants, ils sont là et on doit les assumer ! On rentre dans le moule et dans ce que la société veut que l'on soit : une maison, un mari, deux belles fillettes ! Et tous les codes de la société sont bien là pour nous les rappeler ! Mais voilà, du coup, la femme en tant que femme avec des passions et des envies fortes n'a plus qu'à mettre sa vie entre parenthèse et composer dans le joli tableau qu'elle forme avec sa famille !
Alors moi je ne lui jette pas la pierre à Lin. C'est vrai, elle fait du mal à ses filles, qui, c'est vrai, n'ont absolument rien demandé, et surtout pas d'arriver sur cette terre. Mais comment faire quand il est difficile de trancher entre deux choix qui nous attirent. Elle sait forcément qu'il y en a un qui va faire souffrir et elle choisit d'être "égoïste" et de penser à à elle. Et alors ? C'est vraii, ça fait toujours hurler mais pourquoi pourrait-on accepter cette situation de la part d'un homme, mais d'une mère alors c'est une autre histoire.... Alors je n'ai pas dit que je cautionnais son comportement mais malgré tout, je comprends. Pour moi, on ne peut pas s'empêcher de vivre parce que l'on a des enfants ! (dit-elle alors qu'elle en a trois ) Désolée de jeter un pavé dans la mare
Clochette
Clochette

Nombre de messages : 2135
Age : 44
Location : Nantes Bretagne
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Prospéryne le Sam 13 Mar 2010 - 13:47

Clochette, je pense exactement la même chose que toi! Et c'est vrai, un homme qui aurait le même comportement serait sans doute beaucoup plus facilement excusé qu'une femme, ça ajoute une autre dimension au livre! Je pense à tous ces hommes qui ont mené de grandes carrières en négligeant leurs familles: ils rentraient le soir dormir à la maison, mais étaient de fait tellement absents qu'on peut se demander si ça fait réellement une différence. Lin n'était même pas là physiquement pour les siens, c'est sans doute encore pire. Et c'est aussi l'abandon de son mari qui choque. Comme si un mari pouvait larguer femme et enfants pour vivre sa vie plus facilement que si une femme le fait. Étrange comme comportement! Et les diktats de la maternité sont lourds à porter en effet quand on y pense. Comme s'il n'y avait qu'une seule façon d'être femme et d'être mère!

@+ Prospéryne

_________________
On peut se passer de tout, sauf de la littérature et des chats Graffiti vu à Berlin
Prospéryne
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 36
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Bernard le Lun 15 Mar 2010 - 18:17



La virevolte

Actes Sud - 1994 - 207 pages

Je hais cette femme, Lin, je hais son mari Derek. Qu'est-ce que ça veut dire tout plaquer pour satisfaire son ego disproportionné, son égoïsme rare, son orgueil surdimensionné. Il fallait y penser avant de faire des enfants, c'est vrai et leur détresse, elles ont confiance les petites, maman est là, que peut-il m'arriver ? Un suicide c'est un acte de courage, une fuite, c'est un acte de lâcheté. Il n'est pas pardonnable de s'en aller sans se retourner, comme ça, sur un coup de tête. La danse me manque, tient si je m'en allais danser ?
Elle a claqué la porte en partant, maman ?
Non, je ne crois pas;
Elle l'a fermée doucement ?
Oui.
Même pas en colère la Lin.
Mon fils m'a demandé, suite à une dispute maritale sans conséquence :
Pourquoi t'es-tu disputé avec maman ?
Je ne sais plus, mon grand, pour rien, plein de gens se disputent, toi et ta soeur, par exemple.
Ce n'est pas pareil, on est pas mariés, on ne peut pas se quitter.
Toute la crainte de l'abandon de l'enfant, toute sa confiance. Papa et maman sont là, je ne crains rien. tout ça balayé, bafoué, sans regret ni remord, pour son propre plaisir. Non !
Ah, oui, j'en ai marre de repasser le pantalon de Derek - qui a viré la bonne ? - alors, hop, tchao tout le monde, la belle affaire. Et moi, donc et d'autres, tout le monde en a eu envie un jour. Mais le courage, prendre le taureau par les cornes, défier la vie, surmonter l'entendement, aller à la recherche de ce qui est perdu, ça c'est du courage.
Et les gamines, la grande qui tire sur tour ce qui bouge, la petite vierge à perpétuité, merci maman.
Et l'autre qui m'horripile, Derek tu m'en veux tant que ça, non Lin, crétin.
Ne me dis pas que tu ne l'aime plus.
Si je l'aime. Crétin
Oui je t"en veux Lin
Oui je t'ai aimé.
La roue tourne, ma belle, ce sont tes filles, tu viens quand tu veux, mais ôte tes pieds de mon coeur, t'y es plus, auf wieder sehen !
Et il prend son courage à deux mains pour épouser la copine, la meilleure copine la soeur jumelle, autant prendre une photo et un carbone. Stop ! Le film est mal monté.
Ah, oui Nijinski, Duncan, des poètes, des sublimes, des maitres des vrais, qui n'ont jamais demandé une âme, même pas sussuré. Je danse pour moi, eux aussi, c'est pas une raison.
Tout cela est à moi. Rien est à toi, tout est à tout le monde.
Retire tes bottes de mon conscient, Lin, elles me dérangent.

J'ai aimé, en revanche, le style poétique de Huston, c'est du Ravel, du Stravinski, qui accompagne cette danse effrénée vers sa destinée. Des phrases courtes non ponctualisées, comme confidentielles, oui je te parle, lecteur, je te confie un secret, ne le dis à personne, que cela reste entre nous. Elle définit les caractères et les faits, ne jugent pas. A toi lecteur de juger, camarade et bonne chance.

3,5/5

B
Bernard
Bernard

Nombre de messages : 3680
Age : 73
Location : 94160 Saint-Mandé
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  lalyre le Lun 15 Mar 2010 - 19:42

Bernard ,j'ai souri en lisant ta colère sur Lin ,j'aurais aimé être à côté de toi pour écouter tes commentaires .J'adore cette rubrique pour lire ensemble parce que c'est le seul moyen de déverser ses sentiments sur le vif.J'ai une connaissance ,un homme ,médecin SVP ...qui a abandonné sa femme et ses 3 enfants pour une toute jeunette avec qui il a eu un autre enfant ,personnellement ,je n'ai pas approuvé et deux des 3 enfants se sont révoltés à l'adolescence c'est tout dire.
lalyre
lalyre

Nombre de messages : 4609
Age : 86
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum