Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  gallo le Lun 10 Nov 2008 - 16:28

De: Mousseliine

Nancy Huston

Nancy Huston est née en 1953 à Calgary, en Alberta (Canada). Alors qu'elle est âgée de quinze ans, sa famille déménage à Boston, aux États-Unis. Elle étudiera à l'Université Sarah Lawrence de New-York puis aura l'occasion de poursuivre ses études pendant un an à Paris, en 1973. Mais elle s'attachera et y décrochera, sous la supervision de Roland Barthes, une maîtrise de l'École des Hautes études en Sciences sociales. Aujourd'hui, Mme Huston vit à Paris et au Berry, avec son conjoint et ses deux enfants.

Elle est Parisienne d'adoption. Elle a vécu une adolescence américaine. Ses parents ont célébré sa naissance dans les plaines de l'Ouest canadien. Elle est surtout l'une de ces rares plumes qui écrivent, avec succès, des oeuvres littéraires dans une langue «étrangère».

Le parcours de l'auteure Nancy Huston, Prix Goncourt des lycéens 1996 et aussi Prix du Gouverneur général 1993, et plusieurs mises en nomination pour d'autres prix prestigieux, n'a rien d'ordinaire.

Établie à Paris depuis plus de 20 ans, elle est davantage connue sur le marché littéraire francophone. Au Canada anglais, on la «boude». Est-ce vraiment une auteure canadienne, elle qui vit en France, qui a été éduquée aux États-Unis et qui écrit des best-sellers en français?
--------------------------------------------------------------------------------

Bibliographie

Romans:
Les Variations Goldberg (1981)
Histoire d'Omaya (1985)
Trois fois septembre (1989)
Cantique des plaines (1993)
La Virevolte (1994)
Instruments des ténèbres (1996)
L'Empreinte de l'ange (1998)
Prodige : polyphonie (1999)
Dolce agonia (2001)
Une adoration (2003)
Lignes de failles (2006)

Essais:
Jouer au papa et à l'amant (1979)
Dire et interdire: éléments de jurologie (1980)
Mosaïque de la pornographie (1982)
Journal de la création (1990)
Tombeau de Romain Gary - Actes Sud (1995)
Pour un patriotisme de l'ambiguïté (1995)
Désirs et réalités : textes choisis (1978-1994)
Nord Perdu, suivi de Douze France (1999)
Limbes (2000)

Correspondance:
À l'amour comme à la guerre (1984)
Lettres parisiennes (1986)

Pour la jeunesse:
Véra veut la vérité - École des Loisirs (1992, 1994)
Dora demande des détails - École des Loisirs (1993, 1997)
Les Souliers d'or - Gallimard/Jeunesse (1998)

Disque:
Pérégrinations Goldberg - CD Actes Sud/Naïve, 2000

Participations diverses:
Une enfance d'ailleurs - Belfond (1993)
Préface à l'Évangile selon Saint Matthieu - Le Serpent à Plumes / Mille et une nuits, (2000)
Visages de l'aube - Actes Sud (2001)

p.s. La plupart des livres de Nancy Huston sont édités chez Actes Sud.
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Nancy HUSTON: Cantique des plaines

Message  gallo le Lun 10 Nov 2008 - 16:45

De: Mousseliine

Nancy Huston - Cantique des plaines
(J'ai lu, 2004)

Probablement mon livre préféré de cette grande auteure.

Paula raconte la vie de son grand-père, Paddon, fils d'immigrants venus s'installer dans les plaines de l'Alberta. C'est la misère de son enfance dans un climat qui joue souvent des tours aux agriculteurs de cette province. Ce sont ses espoirs littéraires déçus. C'est sa maîtresse indienne qui lui raconte toutes les misères qu'ont eu à subir son peuple face à la domination de l'homme blanc. C'est sa révolte contre la religion...

C'est un roman merveilleux. J'ai aimé, aimé et encore aimé. À tout bout de champs durant ma lecture je me disais faut que je relise ce roman, faut que je relise ce roman!

Ce roman a obtenu le Grand Prix du Canada.

J'ai lu quatre romans de Nancy Huston. Et chacun est très différent dans son contexte. Je suis épatée de voir comment Nancy Huston sait se renouveler.

note: 5/5


De: Pico
Nancy HUSTON, Cantique des plaines

Bof. Tout d'abord j'ai de la difficulté à aimer un roman si le "héros" est un connard, un pas de couilles, un mou, un perdant. Paddon, je m'excuse, mais t'étais juste un crétin.

Nancy Huston est une bonne écrivaine, elle écrit bien, de façon poétique, a de belles images dans la tête. Ce roman-ci est trop mélangé à mon goût. On nous parle de l'enfance, de la vieillesse de son père, on revient à l'enfance, on parle du grand-père, on revient à la vie d'adulte, on retourne au père, on parle de la vieillesse, on revient à la vie d'adulte, on retourne à l'enfance. Ben là, un moment donné, ça va faire. J'avais l'impression que Nancy était partie chez son éditeur un bon matin venteux, avait perdu son manuscrit dans la rue, oublié de le paginer et donc ramassé tout mêlé.

C'est quand même une belle histoire d'ancêtres. La vie des indiens, la foutue religion de merde qui crée tant de guerres dans le monde.

C'est pas son meilleur par exemple.

note: 2.8/5


De: Lafillasse
Nancy HUSTON, Cantique des plaines

Le grand-père de la narratrice, Paddon, vient de mourir. Immigrant, fils d'un pionnier albertain du début du 20ième siècle, Paddon caressait un rêve, celui d'écrire un essai philosophique sur le temps. Le mariage, les enfants, le travail, la maîtresse ont été au nombre des obstacles qui l'ont éloigné de la rédaction de son livre chéri. La narratrice à peine âgé de neuf ans lui fait la promesse de l'aider à réaliser son rêve. Après sa mort, celle-ci tente de reconstituer le vie de cet homme, son grand-père adoré, et de ce qui peut rester de son idée de livre, c'est-à-dire des gribouillages sur la thématique du temps.

Le style narratif d'«Instruments des ténèbres» est très similaire à celui de «Cantique des plaines». Il y a toujours des trous dans la trame du réel. Trous que la narratrice retrouve par la mémoire, les rêves et l'écriture. Encore une fois, le présent est ce fil d'Ariane qui permet de se retrouver dans le labyrinthe du passé. Huston dissémine également dans la récit des fragments d'Histoire à mon plus grand plaisir.

Très habile pour peindre les paysages intérieurs de ses personnages, Huston compte parmi les auteurs dont l'écriture toujours très humaine (un peu noire, mais bon) réussit à m'emporter ailleurs, toujours plus loin vers l'intérieur de moi-même (ou vers mon fond, c'est selon)!

note: 4.5/5


De: Daniel
Nancy HUSTON, Cantique des plaines
On dirait que personne ne s'est aperçu que l'histoire de Paddon, c'est de la frime, de la poudre aux yeux. La véritable histoire que raconte le Cantique des Plaines, c'est l'histoire de son écriture.

note: 5/5
Daniel, Montréal


De: Alexandre
Nancy HUSTON, Cantique des plaines

Revenant du Canada je découvre cet auteur, et il y a longtemps que je n'avais pas lu un livre aussi prenant que Cantique des plaines. Une saga déconstruite. La conquête de l'Ouest canadien de 1880 à nos jours à travers l'histoire de cette famille. Et puis la quête de ce grand-père, pas toujours glorieux mais comme nous tous, par la narratrice, peut-être l'auteure.

note: 4.9/5
Alexandre, 44 ans, Paris


De: Nimbus
Nancy HUSTON, Cantique des plaines
Paula la narratrice, raconte l'histoire des Sterling, sa famille, en remontant sur les trois générations précédentes. Le personnage principal est en fait Paddon, le grand-père, et Paula essaie de comprendre sa vie. Mais pour celà, il faut faire intervenir les parents de Paddon, ainsi que sa descendance. Nous sommes en Alberta, au début du siècle dernier, et Paula est l'héritière des écrits de Paddon. Je n'entre pas davantage dans les détails.

Il s'agit d'un roman essentiellement descriptif, pas d'action pas de dialogue, c'est la tentative d'essayer de comprendre un proche à partir des faits et des souvenirs. J'ai trouvé ce roman de lecture assez difficile parce que l'écriture est compacte, très riche en informations, et parfois monotone. Ces informations étant souvent contradictoires, le lecteur doit faire son chemin tout seul! Paddon aspire à la sagesse et à la philosophie, mais il est en même temps violent envers ses enfants! Il est intransigeant envers son épouse, mais il est généreux avec sa maitresse indienne!

D'un autre côté, il s'agit ici d'un livre parfaitement abouti et maîtrisé! Nancy Huston sait humaniser ses personnages et nous ouvrir leur conscience. Une fois encore j'ai retrouvé présents des éléments caractéristiques du continent nord-américain au début du dernier siècle: la religiosité maladive, les évangélisations forcenées, et l'alcool omniprésent! Tout celà ajoutant la misère morale à la misère vraie. Sans prétendre évidemment qu'ailleurs c'était beaucoup mieux!

Note : 4/5


De: Lalyre
Nancy HUSTON, Cantique des plaines

Un très beau roman avec de belles descriptions imagées et je n'ai eu aucune peine à imaginer ce grand-père très bien évoqué par l'auteur, un homme dont les rêves ont échoué.

Note : 4,5/5


De: Cocotte
Nancy HUSTON, Cantique des plaines
Le livre débute lorsque Paddon, fils d'immigrant habitant en Alberta, vient de mourir. Paula, sa petite-fille, tente de reconstituer l'histoire de son grand-père à partit de ses écrits. À travers la voix de Paula, nous ferons la connaissance de trois générations d'une famille de l'Ouest.

Nancy Huston ne m'a pas encore déçue! Elle est loin d'être une auteure ordinaire! Son style particulier se reflète encore une fois dans la narration. Ce n'est pas que le récit d'une vie, mais plutôt l'interprétation de la vie de quelqu'un par une autre personne à partir de quelques faits. Cette façon de raconter fait toute la différence. L'histoire est remplie de vides, de questionnements, on se demande parfois si les événements décrits par Paula ont réellement fait partie de la vie de Paddon.

Ce n'est pas une lecture facile, mais Nancy Huston a le don de nous transporter dans son histoire racontée de telle façon qu'on ne peut rester indifférent!

Un livre qui sort des sentiers battus!

Note : 4,5/5



De : Sahkti1 Envoyé : 18/08/2006 17:14
Nancy HUSTON, Cantique des plaines

Les grands espaces s'offrent à Nancy Huston. Ceux du Canada. Ceux de la solitude aussi.
Solitude d'un homme qui s'estime incompris et traduit cela en montrant son plus laid visage. Sa
petite-fille Paula, après sa mort, tente de nous le raconter, de nous livrer son histoire par bribes.
En commençant par le portrait d'un homme dur et violent, auquel on finit tant bien que mal par
s'habituer tout en le détestant. Au-delà de cette fresque humaine qui s'étend sur plusieurs générations, c'est l'histoire d'un pays qui nous est contée. La misère humaine, la pauvreté, le désert social, les maltraitances envers les Indiens, la colonisation évangélique de Haïti, la rigueur de l'éducation, le pouvoir des hommes et le non-droit des femmes. Au fil des pages, l'histoire évolue, tout cela change et c'est important d'assimiler ces informations pour comprendre peu à peu comment Paddon va devoir lui aussi évoluer à son tour, qu'il le veuille ou non.

En refermant ce beau roman de Nancy Huston, la colère que je ressens pour cet homme ne disparaît pas. L'isolement intellectuel dont il souffre ne suffit pas à mes yeux à justifier ses comportements primaires, peu importe l'époque où ça se passe. Je ne peux avoir de pitié pour lui. Et j'admire la manière avec laquelle Nancy Huston dresse son portait. Orientée de manière subtile, son histoire déborde d'amour familial et pourtant, elle ne cache rien des vilénies du personnages et du contexte. Je craignais au début que le récit ne soit trop dense, trop lourd, mais il n'en est rien, tout cela respire et s'écoule avec fluidité. Comme le temps qui passe. Celui d'une vie.
Ma note: 3,5/5


De : gallomaniac Envoyé : 27/03/2007 17:37
Cantique des plaines, Nancy Huston. Ma note 3,5/5.
1993, Actes Sud, J'ai lu 1998, 251 pg.

À Calgary, autrefois Kootsisaw, grand-père Pappon est mort. Paula, à Montréal, a reçu ses notes privés et elle reconstruit, ou plutôt repense la vie mi-reél, mi-hypothétique de Pappon dans une longe conversation posthume avec lui: "tu". Presque sans ordre chronologique passent des scènes sur les arrière-grand-parents fermiers, le père alcoolique et agressive de Pappon; la jeunesse et les années d'école de Pappon en Alberta; son effort de se libérer d'une puritanisme par une vie d'intellectuel, mais en cela contrecarré par la venue des enfants qui le font rester professeur d'histoire au lycée à Calgary et l'empêchent d'écrire un essai sur le temps; l'amour adultère pour une Indienne métisse artiste-peintre qui meurt trop jeune; la soeur dévote parti en missionaire; les enfants morts jeunes ou grandissants; la modernisation, la crise, la guerre en Europe et des questions raciales; l'après-guerre avec la dispersion des enfants et l'arrivée de petits-enfants, les moeurs changeantes et un peu de mondialisation, la vieillesse.

Nancy Huston évoque l'ambiance d'une époque revolu. C'est le Canada des plaines: les grandes étendus désertes d'Alberta, avec le froid d'hivers rudes et la chaleur d'étés impitoyables. C'est tout imbibé de l'histoire du Canada, de la vie à Calgary et de la culture indienne: pas comme un livre d'histoire, mais à la façon que les (grands-)parents parlent du passé. Ici, Huston a inverté les positions: c'est la petite-fille qui raconte à la place du grand-père. Le livre est écrit dans un style trop haletant à mon goût. En plus, elle fait beaucoup des coq-à-l'âne, ce qui passe au début, mais devient gênant à la fin comme s'il s'agit d'un texte pas assez muri.
Mais j'ai bien aimé la façon qu'elle parle du Canada.
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Nancy HUSTON:La virevolte

Message  gallo le Lun 10 Nov 2008 - 16:57

De: Mousseline
Nancy Huston - La virevolte
(J'ai lu, 2001)

Lin, une danseuse professionnelle, est mère de deux filles. Dans la première partie du livre, c'est l'histoire de cette femme dont l'arrivée des enfants est venue quelque peu chambouler et ralentir sa carrière. La mère qui adore ses fillettes mais qui en même temps en a marre, la mère qui se dévoue à ses fillettes mais dont la plus grande passion reste la danse. Nancy Huston sait tellement faire ressortir les sentiments de ses personnages.

Et Lin qui finalement abandonne mari et enfants pour poursuivre sa carrière. Cette histoire m'a remué les tripes. Je ressentais la détresse des personnages comme si je la vivais.

Nancy Huston est vraiment fabuleuse. Elle écrit merveilleusement bien. Elle a le don de rendre tellement vivants ses personnages. Écrite par une autre que Nancy Huston cette histoire aurait pu être banale mais là c'est un grand roman.

note: 5/5


De: Dytal
Nancy Huston - La virevolte

La virevolte c'est la passion de la danse. Lin est une danseuse née, elle est mariée et mère de deux fillettes, mais la danse a toujours le dessus dans son coeur. Un jour elle quitte sa famille pour se consacrer uniquement à la danse. C'est alors que nous voyons en plan la vie de son ex-famille, son mari et ses deux filles et sa propre vie, deux vies fracassées, déchirées par cette séparation.

C'est un très beau livre, une belle réflexion pour toutes les mères qui se sentent un jour frustrées dans leur vie car la vie de famille prend souvent une large place comparé à leur vie personnelle, leurs passions sont souvent éclipsées...

J'ai adoré ce roman de Nancy Huston.

Note : 5/5


De: Lagrande
Nancy Huston - La virevolte

Je pense que ce n'est pas un secret pour personne que j'aime beaucoup Nancy Huston.

Elle a le don de capter les émotions de ses personnages et de nous les transmettre par la beauté de son écriture.

J'ai été très touchée par ce livre par le dilemne de cette mère, de cette danseuse, par la crise que traverse ses filles, chacune à sa façon tout en restant solidaire.

Et la fin...

C'est très rare que ça m'arrive, mais c'est le genre de livre dont je discuterais en table ronde, de vive voix pour essayer de mieux comprendre et d'aller plus loin encore dans l'analyse de ma lecture!

Pourtant c'est un tout petit livre...

Note : 5/5


De: Pico
Nancy Huston - La virevolte

L'histoire d'une mère qui abandonne ses enfants pour poursuivre sa carrière internationale de danseuse.

J'ai aimé la progression du livre, l'évolution des personnages est vraiment fascinante. C'est franchement la plus belle évolution de personnages que j'ai lu.

Je sais pas quoi dire de ce livre. A part peut-être qu'il m'a retourné. Comme si j'avais les entrailles en purée pour chien. Je l'ai adoré et je le relirai. J'ai été touchée par le personnage de Marina. La petite fille triste. Sa tourmente, sa névrose, l'attachement à cette soeur que moi je n'ai pas eu et qui me manque tellement.

J'ai adoré les mouvements de danse. Je les ai vus. Nancy Huston les décrits parfaitement.

Un livre passionnant, une auteure à découvrir, ça se peut pas que les autres livres d'elle soient plates...

Note : 4.5/5


De: Annabelle
Nancy Huston - La virevolte

Je ne sais pas trop quelle note y donner. Je l'ai beaucoup aimé mais en même temps il y a tellement de choses que je n'ai pas comprises. Et la jeune soeur mon dieu qu'elle est étrange celle-là!

Je crois que ce que j'ai le moins aimé, ce sont les paragraphes différents pour chacun des personnages et les histoires des autres personnages comme Isadora. Ça me mélangeait... Bref j'en ressort un peu mêlée.

Note : 3.75/5


De: Frimousse
Nancy Huston - La virevolte

La virevolte c'est cela: une impulsion irrésistible, un élan, un jaillissement qui, de l'accouchement à l'abandon et à l'envol, restent à jamais un sursaut vers la vie.

Le début est long, elle devient mère et elle a des pensées que toutes les mères ont déjà eu mais qu'elles n'ont jamais dévoilées.

Il y a des passages érotiques et de beaux passages sur la passion pour la danse. Mais tout à coup quand elle change de cap je trouve çà plus intriguant, je cherche à comprendre comment une femme si passionnée peut arriver ainsi à tout oublier, tout laisser de côté. Elle s'efforce de ne pas ressentir mais pourtant la danse lui demande tellement de ressentir...

J'aurais aimé qu'il y ait plus de sentiments de part et d'autre de décrit mais tout reste superficiel, une description de la vie qui se déroule et qui poursuit son chemin avec les conséquences plus ou moins apparentes.

Bref un livre qui nous laisse avec un questionnement: qui n'a jamais voulu changer de vie mais a jamais osé. Nancy Huston ne critique jamais et c'est très vrai, elle raconte et comprend ou essaie de comprendre...

Note : 3/5


De: Boogok
Nancy Huston - La virevolte

Lin, après avoir eu deux enfants, quitte sa vie familiale pour se consacrer à la danse.

J'ai aimé et je n'ai pas aimé. L'écriture de Nancy Huston dans les sentiments est venue me chercher. Par contre, le type d'écriture poétique sans ponctuation, sans majuscule, ça m'agace. C'est là que j'ai baissé ma côte. Évidemment c'est un trait qui m'appartient. Si je lis de la poésie, parfait, mais si je lis un roman, j'ai pas envie de me casser le bicycle à savoir où je dois respirer dans la phrase.

On n'évite pas les comparaisons et j'ai cent fois préféré "L'empreinte de l'ange."

Note : 3.5/5


De: Calou
Nancy Huston - La virevolte
Le contexte: vous êtes toutes unanimes pour dire que c'est un excellent bouquin. Je crains toujours de lire ou de voir un film qui a des super critiques de peur d'être déçue... mais ayant aimé "L'empreinte de l'ange" je me suis jetée dans cette lecture avec un bon à priori.

Ce que j'ai aimé: les bons mots de Nancy Huston, sa façon de décrire des situations quotidiennes, la justesse de ses propos quant au purgatoire que représente la pratique de la danse à haut niveau. (l'ayant pratiqué pendant + de 15 ans dans un corps de ballet, je sais ce que cela représente!)

Ce que je n'ai pas aimé:

Au niveau du style: je trouve que bien des fois elle saute du coq à l'âne, j'ai eu du mal à la suivre. J'ai été perturbée par cette espèce d'écriture "poétique" dans le roman, ces phrases inachevées, ces reprises, ces hésitations. Pourtant j'aime bien d'habitude ces changements de style mais là, je ne comprenais pas ce qu'ils pouvaient apporter au récit.

Le thème abordé - la difficulté de choisir entre sa famille et l'art - n'a, à mon goût, pas été traité! Nancy Huston ne prend jamais partie mais à un moment donné, si on veut aller au bout de la réflexion, il faut faire un choix. Elle s'y est refusée, ce qui pour moi est d'une lâcheté sans intérêt. Car, ce que je retiens une fois le livre fermé, c'est une banale histoire d'une famille déchirée par une séparation. Que doit-on y voir d'autre? J'ai été profondément choquée par ce refus de l'amour maternel, ce manque de respect sous le prétexte d'une passion (la danse) qui d'après moi, n'est en fait qu'une fuite du mal être, qu'une excuse! Je lui en veut de m'avoir fait souffrir inutilement car que reste-t-il? Qu'un constat d'échec de part et d'autre! Un mari cocufié par qui?, qui se retrouve ensuite marié à la meilleure amie de son ex-femme, bof, ça tourne à Dallas. Une femme qui a tout sacrifié à sa passion (ou à son égoïsme) pour finir rattraper par la maladie et souffrir de ne plus pouvoir remonter sur les planches, ça pourrait figurer dans Les feux de l'amour...

En somme, on part d'une vie familiale classique pour finir sur une série de vies boîteuses (je pense aussi à la dernière fille!).

Note : 3/5


De: Sereinejulie
Nancy Huston - La virevolte
Nancy Huston distille de main de maître l'émotion du déchirement que s'impose cette mère (Lin, l'héroïne du roman) et rien dans la psychologie des personnages n'est si simple qu'il n'y paraît. L'histoire est pleine de rebondissements comme dans un ballet qui est justement la toile de fond du récit. Elle dépeint bien l'ambivalance des sentiments, les forces contraires qui animent Lin. Elle traduit avec brio cette pulsion de fuite, de recommencer, d'être libre, de larguer tout ce qui nous a déterminé jusqu'ici.

J'ai beaucoup aimé cette oeuvre comme tous les livres de cette auteure. J'ai un fort penchant pour son style. Bref, un livre à lire lentement, laissant résonner chaque phrase épurée de la plume de Nancy Huston. A découvrir.

Note : 4.5/5


De : Cocotte8017 Envoyé : 03/03/2005 03:41
Nancy Huston - La virevolte
(Actes Sud, 1994, 207 pages)

Épouse et mère de deux fillettes qu'elle adore, Lin est également une passionnée de son métier : la danse. Déchirée entre ses deux univers, elle devra faire un choix déchirant. Elle décide de quitter sa famille pour se consacrer à sa carrière.

J'ai adoré ce petit livre, il m'a tourmentée! Nancy Huston écrit d'une façon remarquable! Elle a un style unique, poétique et épuré, j'ai bien aimé! Elle réussit à traduire les émotions de ses personnages, à les faire vivre et évoluer sous nos yeux comme si nous étions témoins de leur tourmente. Ce n'est pas un livre qui décortique et analyse le choix de Lin, mais plutôt une histoire touchante, qui met en scène des personnages fascinants et qui porte à réflexion.
Un livre qui marque!

Ma note : 4,75/5
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Nancy HUSTON: Instruments des ténèbres

Message  gallo le Mar 11 Nov 2008 - 9:54

De: Mousseliine
Nancy Huston: Instruments des ténèbres
(J'ai lu, 1999, 250 pages)

Ah qu'elle est merveilleuse Nancy Huston!

Deux récits en parallèle:

D'un côté il y a Nadia, écrivaine, début de la cinquantaine, new-yorkaise, qui écrit son journal. Elle revient sur son passé. Elle parle avec amertume de son père alcoolique, de sa mère qui a laissé tomber une carrière de musicienne prometteuse à cause de son mari et de ses nombreux enfants. Elle parle aussi de son frère jumeau décédé à leurs naissances. On sent de la culpabilité, des remords par rapport au frère jumeau et des remords d'avoir abandonné sa mère à son sort.

Nadia est en train d'écrire un roman. Alors l'autre récit c'est ce roman, l'histoire de Barbe, une paysanne française du 17e siècle. La mère de Barbe est décédée en donnant naissance à Barbe et son frère jumeau Barnabé. Barnabé grandit dans un monastère. Mais Barbe moins chanceuse, mène une vie de misère où violence, faim, viol est son lot quotidien.

Nadia se sert de son roman pour trouver un échappatoire à sa conscience tourmentée. C'est triste, épouvantablement triste mais pourtant c'est la vie. C'est violent, noir. A travers Nadia, j'ai l'impression de découvrir qui est la vraie Nancy Huston.

Un livre à lire, une auteure à découvrir à tout prix!

Note : 5/5


De: Dytal
Nancy Huston: Instruments des ténèbres

Nous sommes en présence dans ce roman de deux récits qui vont dans une même direction, nous avons le journal d'une écrivaine qui n'a pas toujours eu la vie facile et en parallèle nous avons le roman de cette même écrivaine qui nous relate la vie d'une jeune femme du 18e siècle qui se voit reniée pour avoir voulu se débarrasser de l'enfant que son patron lui a fait.

C'est très bon, j'ai adoré ce fameux parallèle entre l'écrivaine et la vie de son personnage.

Toutefois par moment je trouvais le journal de l'écrivaine trop long et j'avais hâte de retomber en 1712 pour retrouver Barbe et son frère.

Note : 4/5


De: Lafilasse
Nancy Huston: Instruments des ténèbres

Ici deux récits se déroulent parallèlement: celui de Nadia, une écrivaine américaine aigrie qui se remémore sa "triste vie" et celle de Barbe (sa créature imaginaire) une jeune servante confiante, à la foi inébranlable malgré un destin qui s'acharne.

La narration alterne ainsi d'une vie à l'autre dévoilant au lecteur tout le processus de création d'un personnage et de son récit. De sorte que le souffle qui permet à Barbe de vivre s'inspire généralement d'un fait divers, d'un dialogue, d'un rêve ou d'un souvenir tiré de la vie de Nadia. Ensemble, elles évoluent et se complètent. À un point tel qu'à la fin, Nadia délaisse son démon, sa muse satanique, et se laisse séduire par l'écriture d'une fin heureuse pour Barbe. L'effet sur sa vie réelle est instantané: elle découvre le plaisir simple des hortensias de son voisin. Plaisir qu'elle a toujours tourné en dérision, comme elle-même d'ailleurs.

J'éprouve toujours un réel plaisir à lire Nancy Huston. Elle utilise pourtant un processus narratif très semblable à Baricco, bien que l'écriture soit différente en soi. Je crois que ce qui me fait accepter l'hétérogénéité de sa narration pleine de trous dans la chronologie est le présent de son écriture. Avec Huston, nous suivons souvent un récit raconté par un narrateur qui tentent de recoller les bouts de lettres, de rêves, de dialogues, de souvenirs dans un temps unique: le présent.

Le narrateur se lance aussi dans des monologues intérieurs délicieux. Celui-ci m'a particulièrement plu, peut-être parce que je me suis tenue le même à une certaine époque : «comment faire pour aimer quelqu'un qui aime Claudel? Comment m'abandonner aux caresses d'un homme qui se moque de Tsvetaieva? Comment prendre au sérieux quelqu'un qui prend Jean-Paul Sartre au sérieux?» p.166

Comment prendre au sérieux quelqu'un qui prend Jean-Paul Sartre (ou Foucault) au sérieux? C'est bon, non? Smile

Note : 4.5/5


De: Cocotte
Nancy Huston: Instruments des ténèbres

Voici deux récits en parallèle. Tout d'abord, celui de Nadia, écrivaine divorcée, tourmentée qui nous raconte son passé. Nadia écrit un roman qui se trouve à être le deuxième récit du livre. C'est l'histoire de Barbe, une servante du 18ème siècle qui sera accusée de sorcellerie. Plusieurs similitudes rejoignent ces deux récits.

J'ai adoré ce bouquin qui m'avait pourtant laissé perplexe il y a quelques années. Le style de Nancy Huston m'a encore interpellée avec l'originalité des deux récits et sa capacité à nous émouvoir. J'ai préféré l'histoire de Barbe dont la fin m'a fascinée. Ce n'est pas une lecture facile, il faut être concentré, mais ça en vaut le coup!

Je vous le suggère!

Note : 4.75/5


De: Sahkti1
Nancy Huston: Instruments des ténèbres

A l'issue de cette lecture, je me suis sentie partagée. J'aime beaucoup l'écriture de Nancy Huston, en particulier pour sa sensibilité et sa fluidité; également pour la proximité qu'elle arrive à créer avec ses lecteurs. Une proximité qui existe dans ce roman, avec le personnage de Nadia, mais je trouve par moments que cette femme est étouffée par la présence de Barbe. Protagoniste hautement intéressante elle aussi, mais c'est comme si les deux histoires racontées en parallèle étaient trop fortes pour tenir ensemble dans un même bouquin sans vouloir manger la place occupée par l'autre.

C'est dommage, ça m'a gênée par moments, même si ça n'a pas tout à fait gâché ma lecture.

Parce qu'il faut le reconnaître, Nancy Huston écrit tout de même bien! J'ai encore une fois ressenti beaucoup de plaisir à évoluer dans les pas de ses personnages féminins et apprécié particulièrement la noirceur qu'elle distille ci et là, cette souffrance si palpable, bref toutes ces émotions et ces sentiments qu'elle restitue avec une justesse certaine. Pas de pathos ou de larmes à bon marché, il demeure toujours cette proportion efficace de sensibilité et d'humanisme qui évitent de tomber dans la facilité ou la mièvrerie.

Pas son meilleur roman à mes yeux (en tout cas, pas celui qui m'a le plus charmée) mais tout de même, une lecture qui en vaut la peine!

Note : 3.5/5
De : lalyre7032 Envoyé : 11/12/2006 13:48
Instruments des ténèbres - Nancy Huston
Babel 10/12/06

Le début de ce livre est un peu déroutant car il y a deux histoires parallèles,il y a celle de Nadia,écrivaine,blessée par son vécu,une mère presque sénile,un père violent et alcoolique,un avortement décidé par sa mère et plusieurs divorces,Nadia nous fait ressentir son mal-être et commence son récit en nous parlant de sa haine de vivre ,à tel point qu'elle a décidé de s'appeller Nada,ce qui qui veut dire " rien " en espagnol.La deuxième destinée,c'est un récit qui se passe au XVllleme siècle qui retrace la tragédie qui frappe des jumeaux Barbe et Barnabé,séparés dès leur naissance,Barnabé echouera dans un monastère ou il se déclare heureux ce qui n'est pas le cas de Barbe qui accueillie souvent avec méfiance erre de refuge en refuge.Jusqu'au jour ou elle se retrouve chez un couple ou la femme la prend en amitié,Hélas l'homme est là et fait passer ses fantasmes sur Barbe,la voila bientôt enceinte ,elle cache sa grossesse et accouche seule une nuit de Noèl.Traitée comme sorcière,elle est emprisonnée et condamnée au bûcher,son frère lui rend visite et c'est là que tout va changer pour elle.Enfin on pourrait l'imaginer.....

Mon avis :Un livre dur par le début qui peut dérouter,mais il n'empêche que c'est un livre génial qui dégage un certain mal de vivre dans une atmosphère assez pesante mais que j'ai aimé.
4,5/5


De: ithys13
Nancy Huston: Instruments des ténèbres

Encore une façon bien à elle d'écrire un roman .L''écrivain retrace le parcours de jumeaux orphelins Barbe et Barnabé au 18é Siécle.Peu à peu , la vie de la narratrice rejoint l'histoire qu'elle a entreprise de raconter, alors se succèdent les chapîtres entre le carnet de scoradatura qui relate la vie de Nadia (la narratrice) et la Sonate de la ressurection(histoire des jumeaux).
Nadia confie ses souvenirs d'enfance avec un père alcoolique et une mère qui a sacrifié sa carrière de violoniste .
Superbe roman, grave et complexe où les souffrances font partie intégrante de la vie et semblent être les voies indispensables pour protéger l'autre.

Note : 4/5
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Nancy HUSTON: L'empreinte de l'ange

Message  gallo le Mar 11 Nov 2008 - 10:11

De: Mousseliine
Nancy Huston: L'empreinte de l'ange
(Actes Sud/Babel, 2002, 192 pages)

Oh oui! J'ai beaucoup aimé.

C'est l'histoire de Safie, une allemande d'après guerre qui vit à Paris.

J'avais tellement envie de découvrir qui est Saffie. On s'imagine aisément que Saffie doit ses problèmes psychologiques à ses souvenirs de guerre. J'ai lu plein de romans sur la guerre, sur les misères et les souffrances des juifs. Mais c'est la première fois que je lis sur les souffrances d'une allemande. Et dans les autres romans que j'avais lus, on relatait des faits, alors qu'ici on voit ce qui reste après la guerre, les souffrances psychologiques.

Qui aurait imaginé la fin? Ouf... vraiment un roman étonnant.

A lire absolument!

Note : 5/5
Mousseline


De: Annabelle
Nancy Huston: L'empreinte de l'ange
(Actes Sud/Babel, 2002, 192 pages)

C'est un roman magique remplit de tristesse et de nostalgie, j'ai vraiment beaucoup aimé. Une écriture simple, vivante.

Saffie épouse sans amour le très heureux et talentueux flûtiste Raphaël. Il ne cherchera pas vraiment à comprendre les angoisses de son épouse. D'ailleurs celle-ci ne l'aidera pas à comprendre. La passion et l'amour, elle va les trouver, avec le juif communiste hongrois Andréas, paradoxal pour cette allemande, pourtant victime de la guerre à sa façon elle aussi.

En résumé, c'est l'histoire des destins tragiques de Saffie et d'Andréas, tous deux victimes mais de façon bien différente de la deuxième guerre et maintenant résidant dans le Paris des années 50. Tout cela avec un fond sur la guerre d'Algérie qui multiplie les massacres. Ce qui a pour effet de rappeler certains événements à Andréas.

Comment parler de ce livre sans dire le livre. Comment le décrire sans tout le dire, c'est tellement difficile. Bref j'ai adoré et ce que je peux vous dire c'est lisez-le vous ne perdrez pas votre temps.

Note : 5/5


De: Roxie
Nancy Huston: L'empreinte de l'ange
(Actes Sud/Babel, 2002, 192 pages)

Ce n'est pas du tout mon genre de livre mais wow j'ai adoré!

C'est magique, magnifique, sublime... je l'ai dévoré!

Note : 4/5
[

De: Dytal
Nancy Huston: L'empreinte de l'ange
(Actes Sud/Babel, 2002, 192 pages)

C'est l'histoire d'une jeune allemande, Saffie qui s'engage à Paris comme bonne d'un flûtiste français, Raphaël. Il en tombe follement amoureux et la marie peu de temps après et ils ont un fils ensemble Émil. Toutefois Saffie est distante et froide autant avec son époux qu'avec son fils. Un jour Raphaël les envoie tous les deux faire réparer sa flûte chez Andras, un juif. Le coup de foudre s'en suit et leur histoire adultère se poursuit longuement.

C'est tout cela qui est raconté. On y raconte l'histoire des guerres entre les juifs, les allemands et les français. Les conflits de religion mais aussi l'amour qui peut exister entre eux.

C'est vraiment excellent mais ce que j'ai aimé davantage c'est le fait que l'auteur nous inclut dans le texte c'est à dire qu'il s'adresse à son lecteur en disant nous sommes là ou encore nous allons nous retrouver dans la tête de Saffie etc.

Note : 4.7/5


De: Boogok
Nancy Huston: L'empreinte de l'ange
(Actes Sud/Babel, 2002, 192 pages)

Est-ce parce que je l'ai lu en anglais et donc, que ça me demandait plus de concentration (je lis beaucoup moins vite et je dois parfois recourir au dictionnaire!), j'ai adoré.

J'ai lu comme on regarde un film. Je décortiquais les situations, voyais les images dans ma tête (ouais, j'y repense et le fait de lire en anglais y est sûrement pour quelque chose), j'imaginais les personnages...

Une jeune femme, au passé mystérieux, est engagée comme domestique dans la maison d'un flûtiste de renommée. Il tombe en amour avec elle (pas elle), l'épouse. Elle rencontre quelqu'un d'autre avec qui elle connaîtra la passion.

J'ai détesté la fin. À cause de ma fille. En même temps, ça cernait tellement bien le personnage du mari (maudit déficit d'attention, je suis incapable de retrouver les noms des personnages dans ma tête!), son détachement, son égocentrisme, son absence...

Suis-je trop enthousiaste? Je l'ai terminé tout juste avant de partir en voyage pour 4 jours et pourtant, mon enthousiasme ne s'est pas démenti. J'ai pris "La virevolte" aujourd'hui... à suivre.

Note : 5/5


De: Calou
Nancy Huston: L'empreinte de l'ange
(Actes Sud/Babel, 2002, 192 pages)

Mai 1957 à Paris. Raphaël, flûtiste professionnel tombe amoureux de Saffie, une jeune allemande paumée. Malgré son apparence de vivre en dehors de son temps, Saffie vit et même découvre l'Amour, le vrai, auprès de Andras, un luthier émigré hongrois. Raphaël se marie avec Saffie, ils ont même un enfant que Saffie ne désirait pas. Raphael ne comprend pas sa femme et espère que la venue de cet enfant va la révéler. Il se méprend sur l'apparente gaieté de sa femme, ne soupçonnant pas sa trahison avec son amant. Nous assistons à la vie de ce trio amoureux baigné de musique qui se noie dans les souvenirs, la mémoire, les espérances et les crimes de notre temps.

Mon avis: J'ai trouvé cette oeuvre intéressante par la manière originale et soutenue de construire l'intrigue. C'est une oeuvre morale qui porte un regard sur notre demi siècle marqué par les horreurs des guerres, celle de 39-45, celle d'Algérie, avec leurs cortèges de tortures, de haine, de racisme... Mais c'est aussi une histoire d'amour de deux hommes pour une même femme. J'ai beaucoup aimé et m'en vais lire La virevolte si je le trouve...

Note : 4/5


De: Cherubs Envoyé : 2002-11-14 10:52
Nancy Huston: L'empreinte de l'ange
(Actes Sud/Babel, 2002, 192 pages)

J'ai été très déçue par ce livre; je l'avais placé en très haute estime suite aux critiques que j'avais lues!

Je n'ai pas trouvé ma lecture triste, pas du tout, du tout, du tout...

Premièrement, j'ai été dérangée par cette relation adultère qui dure et dure et dure... Pauvre petit mari qui ne se doûte de rien et qui est même heureux de la "renaissance" de sa femme. Dérangée aussi par ce petit garçonnet qui n'a rien demandé et qui se retrouve de plein-pied dans cette histoire de grands.

Deuxièmement, j'ai eu l'impression de lire un livre d'informations sur les atrocités de la guerre et le milieu politique du moment.

Troisièmement, les fois où je ressentais un pincement, une émotion, un sentiment, étaient coupées par quelques lignes dans une langue que je ne comprenais pas. Au retour du français, cette même émotion avait eu le temps de s'amenuiser.

Quatrièmement, Raphael Lepage n'a pratiquement pas sa place dans cette histoire, et pourtant, c'est un des personnages principaux! Superficiel et tout en surface, je n'ai jamais pu entrer dans son personnage; j'ai eu l'impression de ne lire qu'un nom sur du papier, nom qui revenait très souvent mais sans plus.

Cinquièmement, je n'ai été émue par aucun des personnages... Si! Mlle Blanche la concierge, quand elle se souvenait de sa jeunesse et reconnaissait en Saffie les effets de l'Amour!

Bref, je n'ai pas aimé et j'avoue avoir hésité longuement avant d'apposer ma critique; je me sentais et me sens encore un peu Martienne disons! Mais bon...

Note : 2/5


De: Chantal
Nancy Huston: L'empreinte de l'ange
(Actes Sud/Babel, 2002, 192 pages)

Bon, je suis désolée pour toutes celles qui aiment Nancy Huston, mais je vais être dure: en lisant ce livre, j'ai eu l'impression d'être devant une "rédaction" d'une élève très appliquée dans ses tournures de phrases et très travailleuse dans ses recherches historiques mais... c'est tout!!! Elle a bien suivi son plan, elle a écrit à intervalles réguliers un paragraphe sur l'histoire en elle-même, un paragraphe sur les faits politiques ou historiques du moment, un paragraphe sur une vague description de Paris (ah, ses descriptions: une énumération de rues, ou alors d'objets dans une pièce...), un petit moment de sexe pour pimenter et on recommence...

Ce que je lui reproche le plus: aucune, mais aucune émotion dans son roman, l'auteure est très loin de ses personnages, complètement à l'extérieur et moi sa lectrice, du coup, complètement à côté de l'histoire également. Je n'ai rien ressenti sinon de l'ennui latent, être obligée d'arrêter de lire pour pouvoir reprendre le livre plus tard. J'en rajoute: elle n'a pas de style.

Il paraît qu'elle admire Göran Tunström, eh bien, il va falloir qu'elle essaye de l'imiter un peu. Une phrase de son roman qui m'a fait sourire: "Quel aubaine pour les romanciers, cet Hitler!" C'est elle qui le dit, mais cette phrase lui convient parfaitement! Bon, je suis satisfaite de l'avoir lue (pour la connaître) mais là, elle est sur ma black-list. Après avoir lu "Tu-mio" de Erri de Luca, je peux vous dire que c'est le blanc et le noir...

Note : 1.5/5


De: Farouche
Nancy Huston: L'empreinte de l'ange
(Actes Sud/Babel, 2002, 192 pages)

D'où vient Saffie? On sait qu'elle est allemande. Sa belle-mère ne l'aime pas, ce n'est pas difficile à comprendre lorsqu'on a connu les horreurs commises en France par les Allemands.

Facile aussi de comprendre l'amour instantané entre Saffie et Andras, le même sang, les mêmes crimes vus, les mêmes familles pleurées et perdues. Raphaël est à la limite aveuglé par l'amour qu'il porte à sa femme. Il ne voit rien d'autre à part la musique, même son fils lui est inconnu, en autant que Saffie soit bien il ne se pose pas de questions.

Les "flash-back" sont nombreux et souvent troublants. La mort de XXX est affreuse ainsi que la haine, la peur et l'angoisse de son père. C'est un homme effondré, anéanti et qui tout d'un coup découvre l'autre visage de la femme qu'il aimait et qu'il croyait connaître.

La fin m'a laissé bouche bée... Qu'est-il arrivé à Saffie? Où est-elle? À nous de décider...

J'ai adoré ce livre même si j'ai eu de la misère à embarquer. J'ai bien aimé le style de Huston et pour moi c'est une découverte, je me promets de lire d'autres romans d'elle.

Note : 4.5/5
[

De: Ryu, 50 ans, Genève/Suisse
Nancy Huston: L'empreinte de l'ange
(Actes Sud/Babel, 2002, 192 pages)

Beaucoup de critiques de femmes sur ce livre délicieux que je viens de terminer. Pourquoi pas une voix d'homme?

Saffie, dans sa complexité, invite à l'amour. Elle est attirante aussi bien lorsqu'elle est translucide et atone comme au début du livre que dans sa passion pour Andràs. Les hommes sont les supports de son éveil et de sa renaissance au monde. Mais pauvre Saffie qui vit dans un monde, celui de l'histoire et celui de ses amours, où les hommes cassent tout, croient indispensable de montrer leur force, puis massacrent, même leur enfant.

Une belle leçon d'humilité et de tendresse. Un hommage à toutes les femmes qui traversent les guerres et les horreurs de la politique en tentant de sauvegarder leur dignité, leur amour et le respect de leurs sentiments.

J'ai aimé ce livre et prends plaisir à le dire.

Note : 4.8/5
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  gallo le Mar 11 Nov 2008 - 10:12

De : natevaP Envoyé : 26/10/2005 21:12
L'EMPREINTE DE L'ANGE - NANCY HUSTON 5/5

Saffie, jeune allemande récemment débarquée à Paris en 1959, répond à l'annonce de Raphaël Lepage qui recherche une bonne à tout faire. Elle est plantée devant sa porte et attend que les événements s'emparent d'elle. Elle ne possède en tout et pour tout que deux petites valises dans lesquelles elle n'a pas pu caser ses pesants souvenirs. Elle ne décidera pas de ce qui lui arrivera.

Je m'en voudrais d'aller plus loin dans le résumé, d'ailleurs, s'il n'y en a pas sur la quatrième de couverture, c'est pour mieux se laisser impliquer par l'auteur, qui, caméra au poing, vous force à regarder dans la lorgnette, à mater même. L'inconnue choisie dans la foule de son siècle est émouvante, inquiétante et en osmose parfaite avec le contexte historique et même avec le temps qu'il fait. C'est un roman de femme dans tout ce que cela a de valorisant, c'est simple (pas simpliste), sensible (pas misérabiliste) et sensuel (pas croustillant), c'est de la poésie en prose, de l'histoire universelle racontée dans la singularité. C'est un des meilleurs romans que j'ai lus.

Nateva


De : Sahkti1 Envoyé : 18/08/2006 17:21
Nancy HUSTON, L'empreinte de l'ange

Saffie est une jeune femme allemande, l'histoire se passe quelques années après la fin de la seconde guerre mondiale et aux balbutiements du conflit algérien, elle a trouvé refuge à Paris et se fait engager chez Raphaël Lepage, un célèbre flûtiste qui ressent tout de suite un coup de foudre pour elle. Saffie se laisse aimer, on dirait qu'elle ne ressent rien, qu'elle subit. L'amour comme la vie. Jusqu'au jour où elle croise le chemin d'Andras, un exilé hongrois, le luthier de Raphaël. Une folle passion destructrice voit le jour.

Non seulement Nancy Huston décrit avec beaucoup de finesse les sentiments amoureux, mais j'apprécie la pudeur et la justesse avec lesquelles elle aborde les événements dramatiques qui entourent les personnages de son roman. Les horreurs de la guerre d'Algérie mais également celles du siècle, tout ce qui a bouleversé la conscience collective et la mémoire de l'Homme.

Quant à la fin, j'ai imaginé que c'était peut-être une métaphore symbolique sur la souffrance et la douleur poussées à l'extrême et au-delà desquelles on parvient pourtant à survivre. Un peu comme tous les rescapés du drame nazi auquel il est fait allusion dans le livre ou ceux de la guerre d'Algérie, tous ces gens qui ont perdu leurs illusions et dont on dit qu'il ne leur reste plus rien, sinon l'envie de mourir. Malgré tout ils s'accrochent et demeurent. Leçon de courage ou perpétuel recommencement de l'Histoire humaine ?

Ma note: 3/5


De : lalyre7032 Envoyé : 21/10/2006 19:34
L'empreinte de l'ange - Nancy Huston
Babel

Quelques années après la deuxième guerre mondiale,Saffie se présente chez Raphaël Lepage,un flûtiste professionnel,pour postuler un emploi de bonne à tout faire.Pour lui c'est le coup de
foudre,il la demande en mariage,elle accepte d'un air indiffèrent comme si rien ne lui importait plus dans la vie.La voila bientôt enceinte et Raphaël imagine que la grossesse va arranger les choses mais elle n’a aucune envie de cet enfant,lors de la naissance,elle n’éprouve rien pour le bébé,mais que s’est t-il passé dans la vie de cette femme ?Cette femme que la mère de Raphaël ne veut rencontrer à aucun prix.C’est dans la deuxième partie du roman que nous apprenons que cette femme allemande a vécu des évenements atroces pendant la guerre.Mais revenons au présent, envoyées chez un luthier par Raphaël pour faire réparer une flûte,un amour fou et réciproque va naître de cette rencontre entre ces deux êtres,qui va transformer Saffie en une jeune femme et mère heureuse.Et nous assisterons à leurs confessions sur les évènements de leur histoire qui concernent le nazisme et la guerre d’Algérie.Mon avis : Surtout ne vous méprenez pas ce roman n’est pas rose,

c’est ce que je pensais en lisant les premières pages,non c’est un livre terrible et parfois avec ma sensibité à fleur de peau,j’hésitais à tourner les pages.Ceci dit,ce livre très bien écrit,sur fond de guerre d’Algérie m’a appris beaucoup de choses telles que le massacre du 17 octobre 1961,il nous remet en mémoire tous les crimes de notre temps.C’est encore un gros coup de cœur 5/5


De : doriane99 Envoyé : 11/12/2006 15:15
L'empreinte de l'ange - NAncy uston
Actes Sud 329p

1957, Paris. Raphaël Lepage, flûtiste renommé engage Saffie comme bonne à tout faire. Il tombe aussitôt amoureux d'elle et l'épouse rapidement. Saffie est une jeune femme énigmatique, d'origine Allemande, elle traverse la vie sans manifester le moindre sentiment. Jusqu'à sa rencontre avec Andras, juif Hongrois.

Pas du tout une histoire d'amour, de couple à trois, mais une histoire de souffrance... Raphaël n'a qu'un tout petit rôle ingrat, celui de l'époux amoureux trompé, Andras est le détonateur qui déclenche tout le drame. Quant à Saffie, elle est l'héritière de la guerre, elle porte sur ses épaules les fautes des autres, est engluée dans sa souffrance. Le parallèle entre les rafles des juifs et celles des Algériens m'a choquée puis... je me suis mise à la place de ce Juif réfugié à Paris qui voit resurgir ses pires fantômes et j'ai tremblé à sa place. Un livre très dur, il m'a fait penser au "rire de l'Ogre" mais aussi à "Elise ou la vraie vie"...
Quant à l'écriture de Nancy Huston, j'ai adoré

5/5


De : Helene267 Envoyé : 22/01/2007 16:28
L’EMPREINTE DE L’ANGE de NANCY HUSTON
BABEL 328 PAGES

1957 :Saffie belle allemande arrive à Paris et se présente à Raphaël, flûtiste en pleine ascension qui recherche une bonne. Immédiatement il tombe amoureux de cette belle femme qui semble constamment absente… Peu de temps après il la demande en mariage, elle accepte non par amour mais pour pouvoir se débarrasser de son nom de famille. Elle est enceinte, Raphaël est fou de joie mais rien ne semble intéresser Saffie et sa grossesse se passe mal. Enfin Emil naît avec quelques semaines d’avance en janvier 1958 et toujours pas de réactions de Saffie, elle s’occupe mécaniquement de son fils sans amour maternel.

Avril 1958 Raphaël envoie Saffie et Emil chez Andras le luthier pour réparer une flûte dont il a besoin pour le concert du soir. C’est avec cet homme que Saffie va enfin s’ouvrir à la vie, petit à petit, elle livre ses secrets : les bombardements de son village allemand, l’arrivée des russes qui viole, torture et étrangle sa mère sous ses yeux, le retour de son père qu’elle croyait soldat sur le front alors qu’en fait il a participé à la barbarie des nazis contre les juifs.

Andras bulgare exilé de son pays lorsque les soviétiques sont rentrés dans Budapest avec les chars en 1956, participe aux activités du FLN en France. Il fait découvrir à Saffie d’autres misères que les siennes. Emil se sent plus proche d’andras que de son père. Ce dernier d’ailleurs voyant sa femme de plus en plus ouverte, voyage de plus en plus pour donner des concerts dans le monde entier.

Quelques années plus tard il comprend par hasard que Saffie le trompe. Il part avec son fils pour rendre visite à sa mère mais le but véridique de ce voyage est d’éloigner l’enfant de la mère et de pouvoir le questionner sur la relation entre Andras et Saffie. Et c’est le drame, Emil est écrasé par le train, lorsqu’elle l’apprend elle disparaît sans laisser de traces.<o:p></o:p>

Une histoire d’amour qui se passe dans la plus belle ville du monde mais où les deux principaux personnages ont subi les horreurs d’une guerre, d’une révolution et où l’un d’eux participe à la prise d’indépendance d’un pays.

Note 4.5/5

Hélène


De : odilette84 Envoyé : 26/06/2007 22:52
Nancy Huston - L'empreinte de l'ange

je ne reprendrai pas le résumé.
Dans ce roman, Nancy Huston reprend des thèmes évoqués dans 'lignes de faille" : la guerre , les allemands, les juifs.
cette fois ils sont explorés depuis les année 50-60, ils sont explorés sur fond de guerre d'Algérie. Le lecteur établit un parallèle entre les Juifs et les Algériens maltraités en France et dans leur pays.
L'auteur a cette pratique particulière de prendre le lecteur à témoin : "et maintenant que va-t-il se passer ? "ou encore "notre histoire à nous s'arrête là " etc...
Elle sait nous rendre l'intimité des gens et leur souffrance. dans un style simple et agéable, elle nous raconte une histoire dramatique, celle de quatre personnages déchirés à l'intérieur...
j'ai aimé ce roman.
juste une remarque au sujet du titre...
j'ai déjà lu dans un autre roman cette si jolie explication sur la fossette que l'on a entre le nez et les lèvres : "c'est ici que l'ange pose un doigt sur les lèvres du bébé juste avant sa naissance : "chut" et l'enfant oublie tout, tout ce qu'il a appris là bas, avant... au paradis...comme ça il vient au monde innocent...
j'ai déjà lu celà dasn un autre livre mais je suis incapable de me souvenir lequel...quelqu'un peut-il m'aider ???
ma note 4,5/5
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Nancy HUSTON: Prodigue

Message  gallo le Mar 11 Nov 2008 - 10:22

De: Lagrande
Nancy Huston - Prodige
(Actes Sud/Babel, 2002, 192 pages)
Inutile de vous dire que j'ai tout simplement adoré ce livre.

C'est l'histoire d'une dynamique familiale entre une femme, sa mère, sa fille de 10 ans et le père de cette fille. La petite fille naît prématurément à 24 semaines et elle est un prodige au piano.

C'est divisé en "paragraphes" où chaque personnage nous parle mais c'est pas fatiguant.

167 pages de pur délice.

Note : 5/5


De: Ody
Nancy Huston - Prodige

Bon je ne sais pas si c'est moi qui est bizarre, mais je n'ai absolument rien compris à ce livre.

Je ne peux pas dire que j'ai détesté, mais ça m'a laissé sur le neutre. J'ai trouvé l'écriture poétique et j'ai bien aimé le format du livre. Smile)

Note : 2/5


De: pico
Nancy Huston - Prodige

J'ai beaucoup aimé.

J'aime les personnages tourmentés et la façon d'écrire de Nancy Huston. Ces petits flash, j'adore... Lara la rêveuse aux médicaments, Maya le prodige dès la naissance. La chose qui m'agace dans ce livre c'est que le rêve de Lara devienne réalité. Je ne sais pas ça m'a dérangée. Et son rêve la plonge dans la folie, ben cou'donc! Tout le long je me disais que Lara vivait ça dans sa tête et finalement c'était vrai.

J'ai préféré La virevolte à cause du fabuleux personnage de Marina mais je veux tout lire de Nancy Huston. Toute une auteure....

Note : 4/5


De: Élorac
Nancy Huston - Prodige

Une vie nouvelle a commencé trop tôt et la vie des gens en est transformée. Une femme reporte sur cette enfant miracle ce qu'elle aurait voulu être elle-même.

L'idée en soi n'est pas mauvaise. L'histoire se tient mais personnellement un aspect m'a dérangée dans ma lecture, soit le défilement des personnages dans le sens qu'on arrive à comprendre l'histoire et son sens par les répliques de chacun des personnages mais il n'y a pas de texte réel et peu d'interaction.

Note : 3.5/5


De: Dytal
Nancy Huston - Prodige

C'est un court roman en polyphonie c'est à dire à plusieurs voix, chacun des personnages raconte l'histoire selon la manière qu'il la voit.

Lara, pianiste, est mariée avec Robert lorsqu'elle donne naissance à Maya prématurément. C'est toutefois avec beaucoup d'amour, de caresse et de chansons que l'enfant survit à son petit poids et devient une talentueuse pianiste de 10 ans. Au moment où la majorité de l'histoire nous est racontée, Maya à dix ans et son père ne vient à la maison que le week-end.

C'est une belle histoire d'amour entre une mère et sa fille, un amour fusionnel par contre où la mère veut se projeter dans son enfant et qu'elle devient la prodigieuse pianiste qu'elle n'a su être. C'est assez psychologique comme roman et un peu trop court et saccadé par la polyphonie à mon goût personnel.

C'est toutefois un bon petit roman à déguster lorsque le temps est trop rare pour nous permettre de longs romans.

Note : 4/5


De: Friimousse
Nancy Huston - Prodige

Le roman commence très vite, j'ai eu de la misère à me situer. J'ai dû recommencer. L'auteur n'a pas eu le choix, son roman est tellement court.

La façon qu'a cette auteur de nous dire ce que les gens ressentent et pensent est très intéressant. La beauté décrite dans ce livre est renversante. La musique, les silences qui la composent, le parallèle avec la vie, c'est génial.

J'ai bien aimé ce livre, des 3 que j'ai lu de Nancy Huston c'est celui que j'ai préféré et de beaucoup. J'étais en accord avec l'auteur et avec les agissements des personnages (en général). Parfois l'auteur nous montre la mince ligne qui nous sépare de la folie. La richesse de la grand-mère, la simplicité, j'ai adoré!

Ne manquez pas ce livre, il est tellement court et intéressant!

Note : 4/5


De: Chatminou
Nancy Huston - Prodige

C'était mon premier contact avec Huston. Ce matin, à 6h13, quand j'ai refermé le roman, y avait de la musique qui volait dans ma tête... Mozart, tellement intrépide, fou de son art qui va si bien à Maya... Bartock et ses contre-temps, Bartock et sa rupture, qui lui aussi va si bien à Maya. Smile

Maya, Maya, Maya!!! Être de lumière! Maya la libellule!

Magnifique polyphonie, faut dire que moi je suis vendue à ce type d'écriture. Beaux personnages!

Un livre à lire pour se faire plaisir. Un livre qui nous laisse en musique. Entendez-vous les arpèges?

Note : 4.5/5


De: Roxie
Nancy Huston - Prodige

Ce n'est pas du tout mon style de livre mais j'ai tout de même bien aimé, j'en aurais lu encore une centaine de pages. La fin est ambiguë mais tellement belle. Je sais que c'est pas cohérent mais c'est comme ça que je l'ai ressenti.

J'ai tout de même apprécié quoique je me serais passée des tentatives de poésie du moins c'est ce que j'en pense.

Note : 3/5


De: Lafilasse
Nancy Huston - Prodige

Ce petit roman raconte la relation complexe d'une mère avec la musique, sa fille : "le problème, se dit-elle, c'est que la musique avance et que moi je ne veux pas avancer. Je la joue et je ne veux pas aller avec elle: j'ai envie de la retenir, la garder pour moi, la transformer en boule dure et me cramponner autour, me bâillonner avec".

Ce roman se lit comme une musique, une composition à plusieurs voix. Nancy Huston a une plume stylisée qui, loin d'être opaque, laisse toute la place à l'émotion et à l'histoire racontée. J'ai adoré ce bouquin!

Note : 5/5


De: Carabosse
Nancy Huston - Prodige

Une grand-mère, une mère et une fille pianiste. Trois vies, trois personnalités, trois destins. La relation mère\fille est, dans ce roman, assez complexe. C'est à travers la musique que les personnages vivent leurs émotions, chacune à leur manière, la joie, la peine, la tristesse, l'amour, l'amitié, la vie, la mort...

Ce petit livre se lit très bien (171 pages très étroites). Il est intense. Ce que j'ai aimé le plus c'est que l'auteure change la narration de telle sorte que chaque personnage parle au "je". Donc, la vision et les pensées de chaque personnage (6 principaux) sont connues de nous lecteurs. Il y a également des retours vers le passé qui sont intéressants.

La finale m'a très émue...

Note : 4/5


De: Sereinejulie
Nancy Huston - Prodige

Lara est professeur de piano. Elle met au monde une fille dont la survie est aléatoire pendant les 72 heures suivant sa naissance. Ce laps de temps, Lara l'utilise pour imaginer l'existence possible de sa petite Maya, déjà destinée, par la force des choses aux aspirations de sa mère, à devenir prodige.

Ce récit est magnifique tout en rythme et en musique. Comme d'habitude, Nancy Huston transporte le lecteur dans un monde intérieur riche et le ramène à une thématique entre la psychologie et la prose poétique. Les personnages sont humains par ce qu'ils pensent, rêvent et font face à leurs désillusions. Le livre est plus que touchant: il constitue un véritable éveil pour les sens et revire les émotions jusqu'à révéler leur source profonde.

En conclusion, le roman nous décrit l'héritage parfois douloureux du génie artistique. Nancy Huston excelle à décrire les fragilités et l'âme humaine dans une langue familière et tragique à la fois. Prodige est aussi une réflexion profonde et dérangeante sur le malentendu. La symbiose mère/fille est remarquable.

Note : 4.75/5


De : boogok Envoyé : 19/06/2003 03:37
Nancy Huston -Prodige

5/5

Les relations d'une mère avec sa fille, née à 25 semaines de gestation. À travers le récit, on découvre toute la complexité des relations mère-fille à travers la relation de la mère tant avec sa propre mère qu'à travers sa fille. Le tout enrobé de musique. La narration est d'autant plus intéressante qu'elle est rendue par différent personnages qui, chacun, nous montre une perspective différente de la situation.


Eh! Mon Dieu, c'est presque péché autant aimer un livre. Cette lecture m'a rappelé Annabelle de Marie Laberge. À d'autres moments, je m'évoquais Baudelaire à travers certaines descriptions.

Ce livre est un film écrit. C'est comme un documentaire mais c'est tellement riche parce que filtré à travers les yeux de différents personnages. Ça donne un ton tout à fait particulier et ça permet de bien cerner et de mieux comprendre. J'ai fermé ce livre et j'en ai encore la tête remplie d'images.


De : melodie74 Envoyé : 14/09/2003 05:43
Nancy HUSTON (2000). Prodigy
(traduction de Prodige). 111 pages.

Ça faisaitt des lustres que je voulais lire un Nancy Huston et, par hasard, je suis tombée sur Prodigy chez Indigo pour 4.99$ seulement. Je l'ai pris même si c'était la traduction (j'aurais préféré la version originale en français évidemment).

L'histoire
Lara donne naissance à Maya, une fille née prématuréement à 5 1/2 mois. Pendant des mois et des mois, elle reste à ses côtés à l'hôpital, lui infisant le goût de vivre en lui parlant de tout et de rien mais surtout de la musique, du piano plus particulièrement. Maya s'en sortira et elle deviendra un prodige musical, ce que sa mère n'avait pas réussie à être même avec l'insistance et le régime musical de Sofia (la mère de Lara, la grand-mère de Maya). S'en suit plusieurs rebondissements avec les personnages du livre : Robert, le mari; Lucien et Benjamin, les nouveaux voisins; Sofia, la grand-mère, etc.

Mes impressions
Un livre étonnant car il en dit tellement en si peu de pages : 111 seulement!!! Un regard assez dur sur les relations mère-fille avec Sofia qui montre beaucoup plus de tendresse envers sa petite-fille qu'envers sa fille. Et avec Lara qui ne veut pas commettre les mêmes erreurs avec sa fille que celles que sa mère a commises avec elle mais qui finalement finit par être aveuglée par son propre désir de gloire/reconnaissance musicale à travers sa fille. J'ai adoré la fin qui est presque pathétique car les rôles sont maintenant inversés : c'est Maya qui doit infuser le goût de vivre à Lara.

Ma note
Un 5/5. Ce n'est pas le meilleur livre que j'ai lu de ma vie, mais il n'a aucun défaut, il mérite donc une note parfaite. Un bon début en tout cas pour mon intérêt envers Nancy Huston. J'ai Dolce Agonia qui m'attend maintenant...(un autre livre trouvé chez Indigo à 5$...Il faut croire qu'ils l'écoulent...)

Mélodie


De : -_Val Envoyé : 27/08/2004 19:00
Prodige, Nancy Huston , 4,5/5

Un livre que j'ai beaucoup aimé, qui m'a fait vivre plein d'émotions: tendresse, perplexité, rire, incompréhension face à la mère de Maya. C'était mon premier Huston et j'ai aimé le stytle, la narration faite par chacun des personnages à tour de rôle. C'est le le genre de livre que l'on referme et qui nous trotte dans la tête les jours suivants, car il y a plusieurs degrés. Des personnages complexes, vivants, dont on sentait bien la lourdeur ou la légèreté: je voyais et j'entendais littéralement Maya jouer du piano. La façon dont Huston décrit les pièces jouées par Maya m'ont donné envie d'écouter cette musique et de la savourer d'une autre façon. Très belle découverte pour moi.

Val


De : Lauric668 Envoyé : 03/06/2005 10:42
PRODIGE de Nancy HUSTON
Ed. Actes Sud / 171 pages


Résumé de l'histoire
Lara est professeur de piano et enceinte. Elle habite avec son mari Robert et sa mère, Sofia, elle aussi une ancienne grande pianiste.

Pendant une leçon elle a un malaise et elle accouche prématurément d'une petite fille qu'elle va prénommée Maya.

Le médecin lui explique que les prochaines 72 heures sont capitales. Elle doit rester avec son enfant, la toucher, lui parler, pour qu'elle puisse passer ce cap. Et Lara raconte à sa fille la vie qu'elle voit pour elle.

Mon avis
Un livre qui parle essentiellement de musique (jouée au piano) et surtout des relations complexes entre mères et filles sur 3 générations.

J'ai bcp aimé la façon dont le livre est découpé. Chaque personnage parle à ton tour et donne son avis sur la situation en cours. Toute l'action est centrée sur les femmes et le mari, Robert, n'a pas souvent l'occasion de parler.

Je suis entrée avec bcp de facilité dans l'imaginaire de Nancy Huston et j'ai trouvé son style très agréable et parfois même poétique. Pour un 1er livre, je ne suis pas déçue et je vais essayer d'en lire d'autres. Une très bonne découverte.

Note : 4/5


De : Sahkti1 Envoyé : 18/08/2006 17:22
Nancy HUSTON, Prodige

Nancy Huston nous entraîne sur un flot de notes musicales, de touches de pianos, accompagnant le destin de trois femmes, Sofia la grand-mère, Lara la fille et Maya la petite-fille. Cette dernière est née grande prématurée, elle se bat pour survivre et a reçu de sa mère (et aussi de sa grand-mère) le don d'exceller au piano. Aujourd'hui elle a dix ans. C'est une véritable petite fée qui jongle avec les touches et les émotions. Le lecteur fait également la connaissance de Robert, le mari divorcé qui ne quitte jamais vraiment sa femme. De Lucien, le voisin veuf et un peu perdu avec son fantôme. Puis Benjamin, le neveu, qui collectionne les insectes et passionne Maya.
A travers ces parcours imbriqués, ce sont de beaux portraits de femmes que nous offre Nancy Huston. Sofia est une femme forte et désillusionnée à la fois, des effluves de Russie derrière elle, on sent la nostalgie à chaque instant, la force de caractère également.
Lara, sa fille, brillante pianiste (ce roman m’a touchée, ma Maman était pianiste, j’ai ressenti une sensibilité très particulière dans l’écriture de Nancy Huston) qui accouche d’une petite fille, prématurée, toute petite, fragile, s’accrochant de toutes ses forces à la vie, aidée par sa maman qui lui donnera ce qu’elle a de plus profond, sa présence, sa chaleur, sa voix, sa musique. C’est éprouvant pour elle, elle se refuse le droit au découragement, elle se sent si perdue. Elle promet à sa fille que celle-ci deviendra une excellente musicienne.
Maya, la petite rescapée, que l’on suit à l’âge de dix ans, prodige du piano, joyeuse, le sang battant dans ses veines comme des notes de musique au bout de ses doigts.
L’amour de la musique, c’est ce qui m’a plu dans ce livre, tout comme cette description de la maternité et de ses difficultés, les joies et les chagrins de la vie d’une femme et puis, surtout, cette touche d’insouciance et de joie apportée par Maya, très fraîche, faisant oublier toute la pression émotionnelle qui pesait sur elle dans les premières pages du récit.
Une écriture fluide et légère qui fait beaucoup de bien, avec une émotion particulière qui étreint tout au long du récit.

Ma note: 4/5
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Nancy HUSTON: Dolce agonia

Message  gallo le Mar 11 Nov 2008 - 10:27

De: Dytal
Nancy Huston - Dolce agonia

(J'ai lu, 2004, 298 pages)
Nous nous retrouvons à un souper de Thanksgiving avec un groupe de 12 adultes. Certaines animosités ont lieu lors de ce repas... Une tempête de neige vient les obliger à demeurer ensemble toute la nuit.

Leurs discussions sont animées et parfois nous entrons dans les pensées et souvenirs des personnages. Entre les chapitre, il y a toujours un chapitre qui est narré par Dieu (lui-même!) qui nous raconte un peu comment il viendra chercher les différents personnages pour les mener au paradis!

C'est vraiment un très bon livre avec des belles pensées philosophiques sur la vie et le tout se termine sur l'étonnement d'un enfant face à l'immensité blanche que la nuit a laissé de cette tempête!

Un must!

Note : 4.5/5


De: Lagrande
Nancy Huston - Dolce agonia

Un soûper entre amis. Sean, un poète, l'hôte, décide d'inviter ses amis pour le soûper du Thanskgiving - le livre est le dénouement de cette soirée.

Certains se connaissent, d'autres non. Certaines des femmes qui sont à ce soûper, avec leurs maris, ont été des maîtresses de Sean. Les autres invités sont des amis - avocat, écrivain. Ils ont la cinquantaine, ils mangent, ils boivent et le tout est entrecoupé de flashback vers leur passé ou vers certains moments de leur vie plus difficiles.

Bien sûr, comme dans bien des romans de Nancy Huston, Dieu joue au narrateur dans certains chapitres, en fait, il nous raconte la mort de chacun des invités de Sean ainsi que Sean lui-même.

C'est incroyablement bien écrit, c'est pas trop lourd à lire... un livre vraiment très très bon!

Inutile de dire que je suis une véritable fan de cette auteure canadienne d'origine anglophone, il faut le préciser, et qui écrit ses livres en français, elle m'impressionne!

A lire!

Note : 4.75/5


De: Nyahblue
Nancy Huston - Dolce agonia

J'ai adoré. Ça assouvit certainement mon côté voyeur, mais j'ai aussi aimé le point de vue de la romancière. Bon je ne suis pas fataliste et je continue de croire en mes convictions, mais j'avoue qu'elle sème le doute un peu dans l'esprit du lecteur. La construction du roman est très bien structurée et ça se lit très bien... mais je vous avertis tout de suite: une fois qu'on a commencé à lire, c'est plutôt difficile d'arrêter. Il faut aussi être attentif puisqu'on change souvent de personnage et si on lit distraitement, on s'en rend compte immédiatement et on doit reculer un peu. J'ai trouvé l'écriture de Huston délicieuse même si le ton est quelquefois hautain. Il m'est très rare de donner une cote de 5 mais je le fais fièrement aujourd'hui!

Note : 5/5


De: Cocotte
Nancy Huston - Dolce agonia

Sean invite pour un souper de Thanksgiving onze convives. Les discussions sont animées, certains se remémorent des moments plus difficiles de leur vie. Entre chaque chapitre intervient Dieu qui nous indique le sort qu'il réserve pour chacune des personnes autour de la table.

Voici un roman qui se lit comme un charme! Par une structure narrative hors de l'ordinaire qui alterne entre le passé et le présent, Nancy Huston dresse le portrait de ces douze écorchés de la vie. Nous découvrons les rapports entre eux, leurs joies, leurs peines, leurs aspirations. J'ai adoré découvrir le destin réservé aux personnages. L'écriture de l'auteur est à mentionner, son récit coule sans fausse note.

Une belle lecture!

Note : 4.5/5


De: Sahkti1
Nancy Huston - Dolce agonia

Quel sentiment bizarre à la lecture de ces "entractes" donnant la parole à Dieu, narrant comment il fera mourir tour à tour les différents protagonistes de ce récit s'articulant autour d'un repas de Thanksgiving. Enormément de froideur et de cruauté, une absence quasi totale de sentiments dans la bouche de Dieu et, s'installant progressivement, une espèce de crainte, comme un frisson, face à l'idée que oui, quelque part, il est inscrit une date, une heure, des circonstances me concernant... J'ai été subjuguée par ce recul pris par Nancy Huston lorsqu'elle se glisse dans la peau de Dieu et la chaleur humaine qu'elle donne avec générosité à chacun de ses personnages; le contraste est frappant... et beau!

Beau comme l'ensemble du récit, une réussite de plus pour Nancy Huston, dont la plume allie élégance et sensibilité sans que jamais ça ne tombe dans un style romanesque trop guimauve (à mes yeux en tout cas).

J'apprécie cette fois encore la fragilité des êtres qu'elle expose, leurs souffrances, leurs bonheurs, cette vie faite de petits riens... des gens qui nous ressemblent chacun un peu, beaucoup.

J'ai aussi aimé le côté sombre du roman, presque sans issue (parce qu'après tout, on sait qu'ils y passeront tous!), tout cela est très bien ficelé, avec beaucoup de subtilité.

Note : 4.5/5


De: Diantre
Nancy Huston - Dolce agonia

Ce livre m'a beaucoup plu, il y a longtemps que je voulais lire cet auteur, et voilà qui est fait. Je suis séduit par une écriture émouvante, belle, simple et grandiose à la fois, un style particulier, que je n'ai pas lu ailleurs, donc pour moi, ça veut dire une écrivaine originale qui se démarque parmi des centaines d'autres auteurs.

L'histoire semble banale : un souper de Thanksgiving qui réunit une douzaine de vieux amis, dont certains sont poètes, d'autres romanciers, d'autres professeurs, bref tous des gens cultivés, chez qui nous découvriront plein de souvenirs enfouis qui remontent à la surface pendant cette soirée bien arrosée... et aussi nous prendront connaissance de l'effet du vieillissement chez ces personnes plus très jeunes, et surtout, les peurs, l'appréhension que suscite la mort qui va venir inéluctablement. C'est là que l'auteur a eu la brillante idée de faire parler Dieu lui-même, un chapitre sur deux, et que Celui-ci nous révèle Ses intentions face à chacun de ces personnages... quand et comment Il viendra les chercher pour l'ultime étape de la vie. J'ai trouvé ces chapitres tout à fait intéressants et un brin cocasse, malgré le fait que Dieu nous parle de fin de vie.

Donc, une lecture envoûtante, touchante et, à mon avis, très inspirée. J'ai eu souvent bien de la difficulté à fermer le livre pour dormir. Alors pour moi, c'est un premier Coup de Coeur en 2007. Je lirai sûrement d'autres romans de cette auteure, mais je me demande encore lesquels, car je sais qu'elle en a écrit plusieurs. Je souhaite à tous de découvrir cette écrivaine et d'être conquis, tout comme je l'ai été.

Note : 5/5


De: valduvalxavier
Nancy Huston - Dolce agonia

À l'occasion de Thanksgiving, Sean Farrell reçoit une douzaine de ses amis à dîner. On mange, on boit. Les conversations défilent et chacun se laisse aller à ses pensées et se remémore des pans de sa vie. C'est ainsi qu'on découvre les côtés sombres, les secrets, petits et grands, les regrets et les rêves de chacun. Entre les chapitres, Dieu nous fait part du destin qu'il a réservé à chacun des convives.

Ce roman m'a fait passé de bien beaux moments. Quel style! Une chose est certaine, on ne peut pas reprocher à madame Huston de manquer d'originalité. La construction et le sujet sont audacieux. J'ai aussi apprécié son écriture, qui est dense, mais simple, et cette façon qu'elle a de fouiller et de disséquer l'âme humaine. Un roman qui nous rappelle que trop bien la finitude de l'homme et la complexité des rapports humains. Un roman capable de nous surprendre, de nous toucher, mais aussi de nous troubler.

Je vais relire Nancy Huston, c'est certain!

Note : 4,5/5
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Nancy HUSTON - Une adoration

Message  gallo le Mar 11 Nov 2008 - 10:33

De: Marie
Nancy Huston - Une adoration

(Actes Sud, 2004, 398 pages)
Tout simplement superbe, une écriture fluide, style très imagé, d'une légèreté, aucune lourdeur de phrases, tout n'est qu'envolé.

Ce livre se déguste, pour faire durer le plaisir, on s'arrête, les personnages passent en filigrane, on rêve tout éveillé. Mais il n'y a pas que du rêve, les réalités de la vie sont aussi présentes. En cours de lecture, les interventions de la romancière sont judicieuses. Elle nous prend aussi en défaut de mémoire ou d'attention. Un personnage ressurgit, celui-là même qui était en début du roman, on se demande alors qui il est, lui même nous interroge, essaie de raviver notre mémoire. Parfois même elle se fait sermonnée par ses personnages.

J'aimerais connaître l'avis d'autres lecteurs, mais pour moi ce fut une réelle: ADORATION.

Note : 5/5
(Marie)
P.S. Comment faites vous pour lire un autre livre lorsque celui que vous venez de quitter était une merveille? A part le lavage de cerveau?


De: Nyahblue
Nancy Huston - Une adoration

J'ai été très déçue. Malgré la bonne idée de départ, j'ai trouvé qu'il y avait des longueurs dans le roman. L'histoire était intéressante, mais on passe par beaucoup trop de chemins pour expliquer le récit. Les dernières 100 pages ont été difficiles à lire. Malgré tout, l'histoire est originale et les personnages sont très différents les uns des autres. Le meurtrier était toutefois prévisible... le motif non. J'ai beaucoup aimé le personnage de Fiona puisqu'elle a un caractère très fort et ne se laisse pas marcher sur les pieds. Je vais quand même donner une autre chance à Nancy Huston prochainement.

Note : 2.5/5



De: symphonium
Nancy Huston - Une adoration

Lors de la mort de Cosmo, les gens qui l'ont cotoyé sont appelés à la barre des témoins. Chacun y va de sa vision de la relation avec la victime et tente de se laver de tout soupçons.

Dans mon esprit un procès est un évènement bien rodé, comme une pièce de théatre. Les gens parlent à tour de rôle et leurs propos permettent d'élucider certaines questions. Or, dans ce roman, c'est tout le contraire qui se passe. Le scénario fait penser à une pièce de théatre mal rodée. Les répliques des personnages ne se suivent pas toujours, certains personnages ne servent qu'à ralentir la lecture. Puis, parlant des personnages, ceux qui y sont sont incroyablement caricaturaux.

Si je reconnais le talent d'écrivaine de Nancy Huston et que je désire toujours lire "Lignes de faille", ce premier essai n'a pas été un coup de coeur incroyable.
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Nancy HUSTON: Lignes de faille

Message  gallo le Mar 11 Nov 2008 - 10:41

De: Odilette
Nancy Huston - Lignes de faille

(Actes Sud, 2005, 380 pages)
Ce roman sort de l'ordinaire par sa construction. C'est souvent ce qui me séduit dans un ouvrage et celui là est extrêmement original.

Quatre enfants de 6 ans d'une même famille, quatre époques. Un roman qui remonte le temps au lieu de le dérouler. Des réponses qui se dévoilent au fur et à mesure que l'on revient en arrière.

L'auteur a su avec beaucoup de subtilité construire des portraits tout en finesse de ces quatre enfants si différents et pourtant tous victimes innocentes du non-dit et du nazisme. Chaque enfant a inscrit en lui une histoire dont il ne sait rien, mais qui conditionne ses comportements. C'est une histoire de souffrance. C'est une belle histoire.

Je ne suis pas sûre pour autant que ce roman méritait un prix littéraire. J'attends que d'autres rats me donnent leur opinion là-dessus. Ce qui est certain, c'est que je vais continuer à explorer cet auteur et que "La virevolte" est remonté dans ma PAL...

Note : 4,5/5


De: Le-réaliste-romantique
Nancy Huston - Lignes de faille

Ce livre nous fait remonter quatre générations, en se concentrant à chaque fois sur une portion clé de l'enfance de chacun, d'un enfant de l'ère d'Internet, jusqu'à sa bisaïeule enfant pendant la deuxième guerre mondiale (ils ont tous eu leurs enfants jeunes). Je ne vous raconterai pas de détails, ça risquerait d'enlever un peu de plaisir à votre lecture, car les quatre parties vont du plus récent au plus ancien. Le lecteur remonte le fil des événements et découvre progressivement la cause ou l'explication de certaines situations vécues par les descendants. À la fin, on réalise que l'horreur peut engendrer de l'horrible, par d'étranges détours presque ironiques du destin.

J'ajouterai simplement que le livre m'a captivé du début à la fin, que je l'ai dévoré.

Note : 4,5/5


De: Mousseliine
Nancy Huston - Lignes de faille

Encore une fois Nancy Huston ne déçoit pas.

Quatre générations. Sol, Randall, Sadie et Erra.

D'abord il y a Sol, enfant unique, pratiquement un enfant-roi, 6 ans, qui vit dans un quartier cossu d'une ville cossue en Californie. Par la voix de ce garçon, Nancy Huston dénonce ou plutôt traite avec mépris ce qu'elle croit être la vie américaine. Pour se payer deux voitures, une maison à deux garages dans un beau quartier, le père, Randall, informaticien à Silicon Valley, se tape 4 heures de route par jour pour se rendre et revenir du boulot. Le gamin est un pro du web, il navigue entre les sites pornographiques et ceux qui offrent des images violentes de guerre. La mère affectionne à l'excès la pensée positive, la relaxation, et tous les courants de pensée qui sont à la mode concernant l'éducation des enfants. Bref c'est la vie d'aujourd'hui racontée avec beaucoup d'exagération et de clichés. Mais bon c'est son personnage.

Ensuite c'est Randall qui prend la parole. Il a 6 ans et vit à New-York. On est au début des années quatre-vingts. La mère Sadie, est une intellectuelle passionnée sinon enragée par la question des juifs. Elle n'est pratiquement jamais à la maison, c'est le père qui s'occupe du fiston, qui lui est un auteur dramatique rarement joué. Sadie est un personnage antipathique. Mais on comprend pourquoi quand ça vient son tour d'être la narratrice lorsqu'elle avait 6 ans.

Je ne veux pas en dire davantage à vous de découvrir ce fabuleux roman dans lequel l'identité est un thème majeur.

En découvrant le personnage à 6 ans, après l'avoir connu adulte, on voit le lien entre l'enfant et l'adulte. Pourquoi tels comportements, tels traits de caractère. Très intéressant. Chaque personnage reflète l'époque où il a grandit avec le contexte : internet, les événements historiques, la guerre au Liban, Israël, les Beatles, l'assassinat de Kennedy, Marilyn Monroe, la 2e guerre, mondiale...

Un procédé très original et qui ne surprend pas de Nancy Huston. Pour qui la connaît bien, on sait qu'elle a un talent incroyable. Mais c'est étonnant comme son style diffère d'un livre à l'autre, au point que bien souvent on n'a pas l'impression de lire la même personne. Comme les narrateurs sont des enfants de 6 ans ici, les mots et tournures de phrases sont imprégnés de simplicité tout en étant fort jolis.

Je le conseille fortement. Une histoire riche et accrochante.

Note : 4,5/5


De: Lalyre
Nancy Huston - Lignes de faille

Ce livre est l'histoire de quatre générations d'une même famille racontée en quatre périodes différentes par des voix d'enfants de six ans.Ces quatre narrateurs sont les enfants de celui du chapitre suivant,et tout s'imbrique et s'explique au fil de la lecture,c'est chaque fois une année de leur vie.IEn 2004,il y a Sol qui vit à New york avec son père Randall,le chapitre suivant,en 1982 c'est Randall qui nous raconte son expatriation en Israèl,à son tour sa mère,Sadie nous conte ce qu'elle a vécu en 1962 ensuite ce sera 1944-1945 et c'est au tour de Erra-Kristina de nous parler de cette année-là.Ce sont des voix émouvantes qui nous entrainent dans l'histoire de cette famille qui de non-dit en non-dit et de générations en générations traîne derrière elle un secret de famille et l'auteur en faisant parler ces enfants revient sur les atrocités nazies et leurs conséquences.

C'est un livre qu'il faut lire jusqu'au bout pour comprendre les lignes de faille de cette famille, une histoire traitée avec originalité et profondeur. C'est un roman bouleversant, tragique mais parfois traité avec une certaine ironie. Un livre dont je suis sortie avec un poids de tristesse sur le coeur, un livre que je recommande vivement.

Note : 5/5


De: Sahkti1
Nancy Huston - Lignes de faille

Lignes de faille, lignes de ruptures, avec un compte-à-rebours qui sert de fil conducteur pour comprendre les fêlures mais aussi illustrer, si besoin en était, que l'hérédité a beau être là, les personnalités sont bel et bien indépendantes les unes des autres. Quatre portraits, quatre destins, emplis de qualités et de défauts, attachants à leur manière, tous empreints de la couleur du drame et d'une certaine forme d'insouciance, liée à un repli sur soi et la possession d'un talisman secret. Grain de beauté qui se promène au fil des pages et symbolise, entre autres, la force des liens du sang.

Nancy Huston raconte ces tranches de vie avec beaucoup de douceur, dans une langue belle et apaisante. Très vite, une proximité s'installe entre le lecteur et cette famille qui se constitue sous nos yeux.

J'ai aimé cette familiarité, ce cocon protecteur dans lequel l'auteur installe son lecteur pour mieux lui distiller chaque phrase de son histoire et lui faire prendre conscience de la force de la transmission.

Encore un très beau Nancy Huston.

Note : 4,5/5


De: Van
Nancy Huston - Lignes de faille

Ce livre est l'histoire, sur quatre générations, d'une famille qui se débat avec son identité. Ces quatre générations seront présentées du présent vers le passé, permettant de comprendre mieux la personnalité adulte de chacun. Les quatre parties sont ainsi narrées par Sol, Randall, Sadie, puis Erra, alors qu'ils ont chacun 6 ans. On remonte jusqu'à la période de la deuxième guerre mondiale.

La première partie m'a mise très mal à l'aise, cet enfant de six ans Sol, est très perturbant. Il connaît beaucoup de choses, bien plus que ce que ses parents ne pourront jamais imaginer, et cela grâce au seigneur internet! Mais j'ai quand même continué, et j'ai bien aimé le livre, la construction présent vers le passé, l'histoire en elle-même, les personnalités et les évènements qui vont expliquer les comportements en tant qu'adultes. J'aurais quand même aimé savoir ce que devient Sol, ça aurait été vraiment intéressant, et pouvoir retracer plus en détails les parties de la vie des personnages, qui passe quand même de l'enfance à l'âge adulte en un saut.

Un bon livre, je tenterais probablement un autre de cet auteur.

Note : 4/5


De: symphonium
Nancy Huston - Lignes de faille

Dans lignes de faille, on remonte la lignée sanguine qui relie les membres d'une famille américaine. C'est à travers le regard des enfants que se construit l'histoire. À travers le témoignage de Solomon et en remontant de générations en générations, jusqu'à l'arrière grand-mère de Solomon, on découvre peu à peu les faits cachés de cette famille peu ordinaire.

Les héros du récit ont une voix réaliste. On ne sent pas trop la plume adulte qui se cache sous les phrases enfantines. Seul Solomon laisse un peu songeur. Il m'a paru avoir des réflexions surprenantes et peu réalistes pour un enfant de son âge, même à l'heure d'internet.

Ce n'est pas la seule force du roman. Ce dernier est habilement construit. Chaque période offre une comprehension nouvelle sur les agissements des adultes. Elle relève toute l'importance dans de l'empreinte génétique dans les relations entre les membres de la famille, ainsi que dans leur compréhension du monde. Aussi, membre de la famille évolue avec un conflit mondial qui colore sa perception du monde: seconde guerre mondiale, guerre froide, intifada et intervention en Irak. Il n'en prend pas moins pour comprendre que plus ça change et plus c'est pareil. L'universalité de l'enfance est très apparente. Chaque enfant est confronté à des situations très semblables et des thèmes communs comme l'éveil à soi et à l'autre, la religion, la sexualité, etc. sont des liens structurant le récit.

Note : 4,5/5


De: Gallomaniac
Nancy Huston - Lignes de faille

Le résumé est donné plusieurs fois: 4 époques à 20 ans ans de différence, 4 générations d'enfants qui racontent, du dernier rejeton à l'arrière-grand-mère.
Par leurs récits on apprend les lignes de faille dans les identités des membres de cette famille: mi-protestant, mi-juif, mi-allemand, pseudo-polonais, mi-ukraninien, mi-canadien, mi-israélien, et j'en oublie. Ah, oui, anti-nazi, mais au moins aux yeux d'autres aussi mi-nazi, donc nazi. Ainsi, les identités dans cette famille se retournent contre eux-mêmes, ce qui est le plus clair au moment que le prof d'hébreu ne veut plus donner les leçons d'hébreu au garçon juif allemand. Des tabous sur leur origines au temps de la guerre pèsent sur cette famille de quatres générations. Et si la famille est anti-nazi avec raison, le dernier rejeton est plutôt de tendance fasciste, ou au moins de tendance sadique; en lui, la famille se retourne finalement contre sa destinée originelle: (le fascisme reste à combattre toujours).

Il faut complimenter l'auteur pour la construction originale du livre. Je n'ai pas tout de suite aimé l'usage de beaucoup de faits divers réels qui ont été dans les journaux des différentes époques. Le premier chapitre est très fort d'écriture, mais ce n'est pas celui que j'ai le plus aimé pour le contenu. Ensuite il y a des épisodes assez bien contés mais avec des longueurs. Le dernier chapitre est le noeud de l'histoire, qui revèle des choses sur cette période de la guerre finissante et de la période trouble tout de suite après la guerre; j'ai bien aimé ce chapitre qui a évoqué des souvenirs chez moi.

Note : 4/5
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Nancy HUSTON, essais divers

Message  gallo le Mar 11 Nov 2008 - 10:49

De: Mousseliine
Nancy Huston - Tombeau de Romain Gary
(Actes Sud/Babel, 2002)

Qui est Romain Gary? Romain Gary, le caméléon, un homme qui n'a fait que se raconter des histoires et nous en raconter. Un homme rempli de contradictions, humanisme dans ses romans mais dans la vraie vie il fuyait la société, plusieurs de ses personnages sont des enfants mais il ne s'est pas occupé de son fils, dans ses livres il louange la vie de couple, ses personnages masculins sont des hommes fidèles, mais lui-même était un coureur de jupons inventéré.

Nancy Huston tente de démystifier le vrai du faux, elle ne prétend pas connaître Romain Gary, qui pourrait le prétendre d'ailleurs. Cet homme est complexe, bourré de défauts mais elle l'aime et elle me l'a fait aimer.

Et je m'incline devant Nancy Huston qui a su en cent pages nous faire découvrir Romain Gary. Ce n'est pas nécessaire de se taper une bio de 600 pages avec plein de détails pas toujours utiles, Tombeau de Romain Gary se lit en une heure à peine, et tout ce qui compte est là, du moins je le crois. Et puis on le relit parce que la première fois on le dévore.

Je ne crois pas que l'on doit avoir lu auparavant Romain Gary pour apprécier ce livre, du moins pour ma part je n'avais lu que La vie devant soi qui m'avait déçue d'ailleurs. Mais là je veux lire absolument Promesse de l'aube et d'autres aussi.

Note : 4.5/5


De: Le réaliste-romantique
Nancy Huston- Professeurs de désespoir
(Actes Sud, 2005, 380 pages)

Cet essai porte sur les professeurs de désespoir, pas les enseignants, mais ceux qui en font la promotion. Nancy Huston dresse le portrait de plus d'une dizaine d'auteurs entrecoupé de vignettes. Ces auteurs ont tous en commun d'être négativistes, néantistes ou mélanomanes, en bref de ne pas croire en l'humain et de faire la promotion du désespoir. Les auteurs vont de Schopenhauer à Houellebecq en passant par Kundera et Jelinek. L'analyse se concentre sur la jeunesse et la vie familiale de ces écrivains et philosophes.

J'ai aimé découvrir certains auteurs dont je veux maintenant lire quelques oeuvres, mais la lecture de cet essai à néanmoins été pénible. Ce n'est pas le sujet qui m'a dérangé, mais le traitement et l'angle d'analyse. Pour donner de la vie à son texte, la narratrice établit un dialogue avec Déesse Suzy, une version féminine de Dieu provenant d'un livre d'un des auteurs analysés. Cette formule, qui ajoute une touche décontractée, devient rapidement lassante. De plus, l'auteur ramène presque exclusivement l'origine du négativisme de ces auteurs à leur relation avec leur mère et à l'absence de progéniture. Je suis d'accord que ces facteurs peuvent avoir une forte influence, mais je n'ai jamais pu croire en des explications exclusivement freudiennes. De plus, il y a très peu de contre-argument dans cet essai, il s'agit plutôt d'un commentaire de texte.

Note : 2/5


De: Mélodie
Nancy Huston - Nord perdu
(Actes Sud, 2004, 398 pages)

Il n'y pas grand chose à dire à propos de ce petit livre sinon que c'est un incontournable pour les gros fans de Nancy Huston. Moi, je me suis ennuyée un peu, mais je n'ai lu qu'un de ses livres et je ne connais pas encore l'auteure assez pour apprécier cet essai TRÈS personnel, sur sa vie à l'étranger, sa vie d'expatriée, etc.

C'est quand même un bon livre, avec quelques passages très drôles (spécialement celui sur le rêve qu'elle a pour Jean-Marie Le Pen) mais un peu redondants. Il pourrait peut-être plaire un peu plus aux Européens, particulièrement aux Français, car on a le regard de Nancy Huston sur sa patrie d'adoption.

Enfin, pas un livre extraordinaire, mais il a un certain charme pour certaines personnes (gros fans, Français, gens expatriés).

Note : 3/5


De: Sahkti1
Nancy Huston - Tu es mon amour depuis tant d'années
(En collaboration avec Rachid Koraïchi)
(Thierry Magnier, 2001)

"C'est dans la violence parfois que l'immortel surgit du mortel"

Cet ouvrage est un bel objet. Lourd, imposant d'élégance, qu'on prend en main, soupèse, effleure avec douceur, comme si on sentait déjà ce qui allait nous séduire dès l'ouverture. La beauté de la calligraphie de Rachid Koraïchi, que j'avais admirée avec gourmandise dans "La poésie arabe" (Editions Mango), et que je retrouve ici avec plaisir. Figures symboliques entrelacées avec des signes d'écriture.

Un mariage réussi du dessin avec les mots poétiques de Nancy Huston. Des petits textes courts, quelques lignes, remplis de force et de sagesse, inspirés par l'amitié et l'amour. Lignes éparses qui invitent à la réflexion. Pas de longues tirades ou de lyrisme emporté, juste des mots simples et de courtes poésies qui, par cette nature brève, forcent l'esprit à aller plus loin et chercher en lui de quoi méditer sur chaque thème abordé.

Un bel ouvrage à parcourir.

Note : 4.5/5


De : lalyre
Passions d'Annie Leclerc - Nancy Huston
Actes/Sud 2007 349 P.

Pourquoi Nancy Huston a écrit ce livre ?Ayant lu " Paroles de femmes de Annie Leclerc "elle souhaitait la rencontrer,cette rencontre a enfin eu lieu début de l'an 2000.
Annie est née en 1940,à Saint-Sulpice en Limousin,Nancy nous parle d'Annie par petites touches,Car chaque chapître est écrit comme une rubrique accompagnée de textes d'Annie.Une rencontre qui change leur vie car beaucoup d'échanges enrichissants se font entre les deux femmes.Ce livre est écrit comme un puzzle ou les pièces se rapportent en courts textes qu'on peut lire au gré de notre fantaisie .On y découvre une femme extraordinaire,originale par ses pensées,aimant la plaisanterie,Nancy y raconte leur complicité intellectuelle et leur amitié.Au fil des pages elle dessine le portrait de son amie au coeur gènèreux qui défie stoïquement la maladie.Lorsque la mort survient après de terribles souffrances,Annie est en train d'écrire " L'amour selon Mme de Rênal " qui est un récit ou l'héroïne raconte à la première personne comment elle a vécu sa passion pour Julien Sorel.

Phrase p.21 Tout le monde ,ou n'importe qui,peut mettre la main à la pâte du malheur:les gentils,les pauvres,les honnêtes et les braves qui n'ont jamais - dit-on - fait de mal à une mouche.

P.345 Prendre la parole,c'est s'occuper de dire ce qu'on pense.

Vraiment un beau livre rempli de tendresse et d'amitié,à lire et relire ces courtes pages au fil des envies.Je n'ai jamais lu ce genre d'écrits ou la philosophie est grande maîtresse,ce qui m'a aussi permis de faire la connaissance de Annie Leclerc dont je n'avais jamais entendu parler.Je suis ravie d'avoir lu livre,je pense que c'est "un essai " mais assez facile et nullement fastidieux. 5/5
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Cocotte le Lun 4 Jan 2010 - 3:54

Lignes de faille

(Actes Sud, 2006, 487 pages)



Lignes de faille, c'est quatre portraits d'enfants de 6 ans issus d'une même famille. Tout d'abord Sol en 2004 vit en Californie. Par la suite, nous retrouvons à New-York Randall , père de Sol, en 1982. Et puis Sadie, mère de Randall, vit à Toronto en 1962. Et finalement, nous terminons en 1944 en Allemagne avec Kristina , mère de Sadie. En suivant l'histoire racontée par chacun de ses quatre enfants qui remontent le temps, les secrets se dévoilent, les liens se font.

J'adore Nancy Huston! J'ai lu plusieurs de ses romans et elle sait toujours se renouveler. Ces histoires ne sont jamais banales et sont souvent construites de façon originale. J'ai dévoré les pages voulant toujours en savoir plus. C'était fascinant de découvrir l'enfant après avoir connu l'adulte, de comprendre certains comportements parfois étranges.

Nancy Huston a une belle plume avec un brin de poésie. Je me suis souvent demandé si un enfant de 6 ans pouvait vraiment pensé comme ça, mais je crois que cet aspect un peu surréaliste était voulu par l'auteur. Ça ajoute à l'originalité du récit.

Une auteur à découvrir sans faute!

Ma note : 5/5
avatar
Cocotte

Nombre de messages : 870
Age : 37
Location : Québec / Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Cyrielle le Lun 4 Jan 2010 - 7:54

Tu me donnes envie de découvrir cette auteur.Lequel me conseilles tu?
avatar
Cyrielle

Nombre de messages : 7317
Age : 30
Date d'inscription : 27/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Cocotte le Lun 4 Jan 2010 - 14:25

C'est une bonne question Cyrielle, car chaque livre de Nancy Huston est différent! J'ai débuté avec La virevolte que j'ai beaucoup aimé. Dolce Agonia et Lignes de faille sont d'autres bons choix pour débuter. Instruments des ténèbres et Cantiques des plaines sont un peu plus complexes, mais tout de même très bien! Je ne commencerais toutefois pas avec ceux-là.
avatar
Cocotte

Nombre de messages : 870
Age : 37
Location : Québec / Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Cyrielle le Lun 4 Jan 2010 - 17:46

J'ai lu les résumés et je vais rajouter Dolce Agonia à ma LAL.
Merci Cocotte
avatar
Cyrielle

Nombre de messages : 7317
Age : 30
Date d'inscription : 27/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  cecile le Mar 5 Jan 2010 - 14:21

Je note également "lignes de faille", merci Cocotte !
avatar
cecile

Nombre de messages : 2360
Date d'inscription : 11/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Nathalire le Dim 17 Jan 2010 - 17:59

L’empreinte de l’ange

Note : 4.75/5

Résumé :
Saffie est une jeune allemande tout juste débarquée à Paris en 1957. Elle trouve un emploi comme bonne à tout faire chez M.Lepage, jeune flûtiste talentueux. Elle le fascine et très vite il devient fou d’amour pour elle et la convainc de l’épouser et de vivre avec lui.
Saffie a un secret et elle en est prisonnière. Elle est refermée et parle peu, subissant sa vie plutôt que de la vivre… mais l’amour lui permettra de « lâcher » ses tensions et combattre ses peurs.

Avis :
Attention roman bouleversant !
A travers le passé de Saffie, les troubles de l’Allemagne hitlérien et la guerre d’indépendance algérienne qui se vit en ce moment, on partage les souffrances des peuples opprimés. C’est avec Brio que Nancy Huston nous emporte dans les émotions de Saffie, dans ses troubles émotionnels et dans la folie humaine. Le style est simple, l’auteure prend à témoin le lecteur comme un interlocuteur à qui elle veut raconter l’histoire de cette femme. C’est avec beaucoup d’émotions qu’on tourne la dernière page, le film doit être très bien, il faudrait que je le voie un jour.
avatar
Nathalire

Nombre de messages : 1058
Age : 37
Location : Pully (Suisse)
Date d'inscription : 22/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Prospéryne le Jeu 4 Mar 2010 - 12:44

La virevolte Nancy Huston J'ai lu 190 pages



Résumé:
Lin vit avec Derek, son mari qu'elle aime. Ils ont une fille, puis une deuxième. Mais Lin est une danseuse et tout son corps est en transe pour bouger sur scène, pour vibrer dans la musique, pour créer. Alors elle laisse tout tomber et part danser à travers le monde.

Critique:
Un livre qui parle avec douceur d'un sujet sensible: l'importance que l'on accorde à la carrière professionnelle des femmes, à celle qui ne peuvent pas se réaliser entièrement dans un rôle de mère. Quand l'art ou n'importe quoi d'autres finit par exiger tellement que la personne fuit sa vie de famille pour aller vers ce qu'elle aime vraiment. On sent le déchirement de Lin, son chagrin face à cela, ses difficultés, mais pas ses remords. Elle a librement choisi de vivre une vie sans remords. Et on sent aussi son accomplissement immense dans la danse, quand elle se laisse porter par la musique, quand elle exige des corps de ses danseurs l'effort qui se transcende en beauté et la beauté qui devient instant de perfection dans une vie. On sent le déchirement de Derek aussi, son profond sentiment d'abandon, son impuissance en tant que mari, père et amant à la retenir, la passion pour la danse sera plus forte que tout. On sent le déchirement, il continue à vivre pour ses filles, Angela la star comme sa mère, qui deviendra actrice, alors qu'enfant, elle voulait être exactement comme sa mère, jusqu'à lui prendre son nom. Et Marina, Marina l'enfant terrible qui dès sa naissance portera au creux d'elle-même une colère, une froideur, une force négative d'auto-destruction qu'elle fera jaillir sur tous les autres, sur sa mère en particulier. Rien ne peut venir à bout de cette carapace de haine de soi et des autres. À cette famille malmené, on s'attache, on espère un dénouement heureux, mais il sera comme dans la vraie vie, tout en demie-teinte, en couleur de gris foncé et pâle. Je ne peux qu'ajouter que ce livre est absolument magnifique, porté par une écriture qui fait qu'on ne juge personne et qu'on prend les gens tels qu'ils sont, avec leurs forces et leurs faiblesses, leurs bassesses et leurs réussites. Pas de jugement facile, pas de condamnation, juste les faits et une fine analyse psychologique des personnages porté par un tel souffle d'écriture que l'on entend la musique des mots, on voit le mouvement des corps en train de danser, on sent la douleur et la souffrance sous le vernis du quotidien. Un magnifique roman plein de douceur et d'amour, à lire absolument!

Ma note: 5/5

_________________
On peut se passer de tout, sauf de la littérature et des chats Graffiti vu à Berlin
avatar
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 34
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Lacazavent le Jeu 4 Mar 2010 - 15:06

C'est une très belle critique Prospéryne après l'avoir lu je suis certaine que ce roman me plaira. Je note
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5582
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Cocotte le Ven 5 Mar 2010 - 1:52

Très belle critique Prospé! Tu me rappelles de bons souvenirs, j'avais adoré ce livre! Contente de savoir que tu as aimé ta première expérience avec Nancy Huston que j'aime tant! Tu as encore tellement de bons livres à découvrir!
avatar
Cocotte

Nombre de messages : 870
Age : 37
Location : Québec / Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Prospéryne le Ven 5 Mar 2010 - 12:11

Merci Lacazavent!

Merci Cocotte! Non, ce n'est sûrement pas le dernier Nancy Huston que je vais lire, mais je ne sais pas encore par quel titre je vais continuer. On verra! Je vais fouiner dans le rayon poche de la librairie pour connaître ses autres oeuvres.

@+ Prospéryne

_________________
On peut se passer de tout, sauf de la littérature et des chats Graffiti vu à Berlin
avatar
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 34
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  lalyre le Ven 5 Mar 2010 - 18:41

La virevolte
Nancy Huston
J'ai lu

190 P.
Lin vit avec Derek et leurs deux filles ,Marina et Angela ,le bonheur règne dans cette famille mais voila ....Lin aime la danse ,tous les jours ,elle s' exerce dans la salle que Derek lui a installée dans le grenier .Mais le temps passe et Lin se regarde ,un corps parfait pour la danse ,elle a été mère au foyer jusque maintenant ,une nostalgie la saisit ,elle pense que la danse était tout pour elle et découvre qu'elle l'est encore et voila que sans rien dire à personne ,elle remplit une valise et part pour réaliser son rêve ,c'est à dire danser ...un,deux,trois ,virevolte ,elle tourne ,tourne ,défie l 'apesanteur ,elle se sent forte avec son corps lorsqu'elle danse .Elle va créer ,elle va exprimer cet amour qu'elle porte en elle mais il lui faut danser pour oublier ce qu'elle a laissé derrière elle .Car justement que deviennent les deux filles restées avec Derek qui se sent responsable d'Angèla et Marina et qui fait tout pour qu'elles ne souffrent pas trop de l'absence de la mère qui fait une tournée avec sa troupe ,une mère dont Marina surtout ne comprend pas l'abandon,qui se révolte contre la résignation de son père.Et pourtant la vie continue et lorsqu'un ami de la famille décède ,Lin penchée à la fenêtre ,attendant ses deux filles qui réussissent dans la vie ,se surprend à rêver à un futur très proche .

Plusieurs thèmes dans ce petit livre qui me laisse avec des questions sur le futur de cette femme à qui je ne pardonne pas l'abandon .La souffrance et la détresse de l'enfance sans mère m'a particulièrement touchée ,la résignation de Derek m'a révoltée et pourtant quel père admirable ,le mal-être et le désir de la danse qui virevoltent dans la tête de Lin, qui lui font oublier ceux qui sont restés derrière m'ont attristée .J''ai aimé l'écriture de Nancy Huston et pourtant,j'ai trouvé cette histoire assez banale .Ceci est mon humble avis....... 4/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4193
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  majeanne le Sam 6 Mar 2010 - 9:43

Bonjour,

Hier dans une salle d'attente j'ai lu "la virevolte" et ce matin je découvre que c'est une lecture commmune alors je viens dire quelques mots.
J'ai lu ce livre d'une traite, un peu trop vite peut être et sans être particulièrement attentive puisque je ne savais pas que j'allais ensuite en parler.
C'est mon premier livre de Nancy Huston et je pense que je ne m'arrêterai pas là.
J'ai trouvé l'écriture fluide, poétique, agréable et je n'ai pas été troublée par les digressions.
En revanche je suis très perturbée par cet abandon des enfants par leur mère. Je ne veux pas porter de jugement mais cela me bouleverse et me laisse dans une incompréhension totale. Cela me renvoie à "the hours" de Cunningham qui m'avait pareillement affectée. Je peux comprendre qu'il y ait en chacun de nous le désir d'une vie autre que celle que la vie nous a amené à choisir, je peux comprendre que l'on ait une passion comme ici la danse mais je ne peux accepter l'abandon d'enfants qui n'ont pas demandé à naître et que Lin a mis au monde dans le désir. J'ai été très choquée vers la fin du livre quand Marina va la voir dans sa loge et que Lin très agressive lui reproche de faire étalage de sa douleur et de s'y complaire.
Peut être allez vous me trouver extrême mais le sujet est trop brûlant pour que je puisse rester tiède.

Pardonnez moi s'il y a des maladresses matérielles car je n'ai pas trop l'habitude d'intervenir.

Bon week end à toutes et à tous
avatar
majeanne

Nombre de messages : 276
Age : 57
Location : le Grand Sud
Date d'inscription : 02/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  lalyre le Sam 6 Mar 2010 - 12:43

majeanne a écrit:Bonjour,

Hier dans une salle d'attente j'ai lu "la virevolte" et ce matin je découvre que c'est une lecture commmune alors je viens dire quelques mots.
J'ai lu ce livre d'une traite, un peu trop vite peut être et sans être particulièrement attentive puisque je ne savais pas que j'allais ensuite en parler.
C'est mon premier livre de Nancy Huston et je pense que je ne m'arrêterai pas là.
J'ai trouvé l'écriture fluide, poétique, agréable et je n'ai pas été troublée par les digressions.
En revanche je suis très perturbée par cet abandon des enfants par leur mère. Je ne veux pas porter de jugement mais cela me bouleverse et me laisse dans une incompréhension totale. Cela me renvoie à "the hours" de Cunningham qui m'avait pareillement affectée. Je peux comprendre qu'il y ait en chacun de nous le désir d'une vie autre que celle que la vie nous a amené à choisir, je peux comprendre que l'on ait une passion comme ici la danse mais je ne peux accepter l'abandon d'enfants qui n'ont pas demandé à naître et que Lin a mis au monde dans le désir. J'ai été très choquée vers la fin du livre quand Marina va la voir dans sa loge et que Lin très agressive lui reproche de faire étalage de sa douleur et de s'y complaire.
Peut être allez vous me trouver extrême mais le sujet est trop brûlant pour que je puisse rester tiède.

Pardonnez moi s'il y a des maladresses matérielles car je n'ai pas trop l'habitude d'intervenir.

Bon week end à toutes et à tous
Je suis tout à fait d'accord avec ce que tu écris ,vois ce que moi j'en dis ......
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4193
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Prospéryne le Sam 6 Mar 2010 - 14:06

Tiens tiens les filles, même lecture, opinion différente, moi je ne juge pas si sévèrement Lin, même si je comprends que ce qu'elle a fait n'était pas du plus pur altruisme envers sa famille! Je n'ai pas ressenti de jugement dans l'écriture de l'auteur envers ce personnage, mais j'ai au contraire trouvé qu'elle les montrait tous tels qu'ils étaient, avec leurs forces et leurs faiblesses, et même leurs bassesses. Je n'ai pas eu énormément d'empathie envers Derek, pas plus que je n'ai condamné Lin ou pris en pitié les enfants. L'auteure a eu le génie de montrer tous les fils de cette situation qui explique le comportement des uns et des autres, mais sans jamais les juger et dire: ça c'est mal, ça c'est merveilleux. On ne tombe pas dans la lecture édifiante du comportement du père parce qu'il reste, ni dans la condamnation de la mère parce qu'elle part, ni dans le misérabilisme des enfants parce qu'ils n'ont plus de mère. Au final, je trouve que c'est là tout le génie de l'auteur: ne pas juger, montrer les choses telles qu'elles sont et ne pas non plus donner de réponse facile à une situation qui pour toutes les personnes en présence, est complexe et très dure émotionnellement. C'est ce qui fait que j'ai adoré ce livre.

@+ Prospéryne

_________________
On peut se passer de tout, sauf de la littérature et des chats Graffiti vu à Berlin
avatar
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 34
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nancy HUSTON (Canada/Etats-Unis/France)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum