Chuck PALAHNIUK (Etats-Unis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chuck PALAHNIUK (Etats-Unis)

Message  Louvaluna le Lun 10 Nov 2008 - 13:23

De : DES YEUX POUR PLEURER (Message d'origine) Envoyé : 09/04/2004 05:11

Chuck Palahniuk - Fight Club
(Gallimard/folio, 2002, 290 pages)

A priori vous ne parlez pas de Chuck Palahniuk (Charles Michael "Chuck" Palahniuk), il a écrit le célébrissime Fight club , porté à l'écran dans un film époustouflant (bon certes assez violant et nihiliste mais personnellemnt je suis totalement fan) pour ceux qui n'ont pas vu le film disons qu'il s'agit de la chute et de la reconstruction d'un homme, à déconseiller aux moins de 18 ans et à ceux qui ont des idées noires car c'est sombre, sombre, sombre mais je trouve qu'il y a une vérité ( vrai ou fausse) à chaque page comme cette célèbre: les gens ne vous écoute parler que pour pouvoir parler à leur tour, c'est une vision sombre de la société et il faut l'avouer limite anrchiste mais franchement je trouve que c'est un livre d'une telle ingéniosité qu'il y a tout qui passe.Et je lui mettrai 5/5, on est fan où l'on ne l'ait pas!!
Il a aussi écrit "survivant" qui, ce qui est formidable à mon avis, est numéroté à l'envers, tant les pages, qui commencent à la page 300 que par les chapitres, comme un compte à rebours. Mais c'est vrai qu'il faut s'accrocher pour le lire.
Il a aussi écrit "monstre invisible" qui décrit un monde assez crade à mon gout mais c'est vrai qu'à la fin on se prend une claque.

Pour résumer je dirais que Chuck Palianiuk, c'est comme un bon artichaud, c'est pas toujours beau mais tu sais toujours qu'il a y a un coeur mangeable ( l'exemple n'étant pas brillant puisque je n'aime pas les artichauds!!) et je répète je le déconseille aux moins de 18 ans!!!!, voilà bonne lecture


De : nirvana1050 Envoyé : 03/03/2005 20:18

"Choke"
Ed.Denoël, 336 p.

Victor Mancini est décidément un héros à multiples facettes!
Tout à la fois figurant dans un parc à thème historique figé en 1764, en tant que domestique, drogué du sexe se soignant par des thérapies collectives (qui lui permettent surtout, avant l'ouverture de chaque séance, de batifoler dans l'un ou l'autre placard à balais avec une autre "sexoolique"), fils aimant et dévoué à une mère qui ne le reconnaît plus, atteinte d'Alzheimer, et le prenant pour un de ses avocats, du temps où elle était régulièrement condamnée pour des délits protestataires à l'encontre de la société.L'ironie étant que si elle ne reconnaît pas Victor aujourd'hui, elle l'a kidnappé maintes fois quand il était enfant, de toute une série de famille d'accueil à qui il était confié.
Pour payer ses soins très coûteux, il a aussi mis au point une tactique qui lui a fait transformer des dizaines de personnes en héros: dans divers restaurants, qu'il liste méthodiquement, il fait mine de s'étouffer, afin de se faire sauver par un client.
Jouant sur le sentimentalismen des gens, qui veut qu'ils se sentent responsables de lui après lui avoir sauver la vie, il se les attache pour qu'ils l'aident ensuite financièrement.
Son meilleur ami et collègue Denny n'est pas en reste: lui aussi sexoolique, va magnifier par des dessins les paumées qu'ils vont voir danser dans les boîtes de strip, et collectionne les grandes pierres, qu'il transporte comme si elles étaient des bébés...

Vous l'aurez compris, ce n'est pas un roman conventionnel, il est décalé, il y a beaucoup d'ironie et d'humour noir, pour juger de manière percutante des travers et excès de la société. On passe du présent au passé de Victor, lors des cavales avec sa mère, et ces passages sont parmi mes préférés. Le style est parfois un peu "dur", pas toujours linéaire, ce qui m'a parfois rendu l'attention difficile.
Chuck Palahniuk a lui-même participé à des groupes d'entraides ( bénévole pour accompagner des jeunes sidaïques et cancéreux), avoue avoir écrit d'abord pour faire comme sa soeur quand il était enfant.
Son premier roman, écrit en trois mois, est "Fight Club". Il ne connaîtra pas un succès immédiat, mais sera vraiment connu pour son adaptation par David Fincher.

Ma note: 4/5



De : nirvana1050 Envoyé : 21/04/2005 17:33

"Monstres invisibles"
Ed.Gallimard/La noire 301p.

Toujours dans son style si particulier, avec ses reprises de mêmes expressions tout au long du roman, avec cynisme et humour noir, Chuck Palahniuck revient détricoter l'Amérique des apparences pour dénoncer cette fois le mercantilisme d'un monde asservi au culte de la beauté et de la mode.

Shannon est une jeune top model talentueuse, entourée d'un charmant petit ami et d'une meilleure amie qui exerce le même métier qu'elle. Elle aura tout eu pour réussir jusqu'au jour où une balle traverse son pare-brise, et fait voler en éclat et sa machoire, et son avenir professionnel.
Défigurée, elle sent tous ses repères s'éloigner d'elle, vivant en retrait de tout puisque dorénavant le visage dissimulé, elle se fond dans le décor, elle qui était jusqu'alors sous le feu constant des projecteurs.
Elle rencontre alors Brandy Alexander, une somptueuse créature,en passe de devenir enfin femme, au terme d'une série d'opérations, qui doit se conclure par une vaginoplastie à la pointe de la technologie. Brandy la prend sous son aile, lui attribue une autre identité pour repartir à zéro, flanquée de Seth Thomas, un étrange dandy victime de cocktails hormonaux qui lui font- entre autre- pousser les seins, et éclater régulièrement en sanglots.
Le trio écume les luxueuses résidences mises en vente, et profitant de la niaiserie des agents immobiliers, traque tout ce qui peut ressembler à un trésor dans ces demeures de rêves: les armoires à pharmacies pour les médicamments qui les feront planer, et les vêtements et maquillages de luxe qui leur permettent de conserver les apparences..

Au gré de son écriture cahotique, les révélations habilement maîtrisées émaillent ce road-movie, dans un chaos chronologique où le passé de Shannon se reconstitute peu à peu, tandis qu'elle se construit petit à petit une nouvelle identité.

Un conseil: si ce roman vous intéresse, évitez les recherches et avis sur internet, les révélations sur les mystères de l'intrigue (qui est qui, qui a tiré, pourquoi....) sont largement éventés, et c'est regrettable. Ce qui m'a plu dans ce roman, hormis le style de l'auteur, ce sont les rebondissements qui ajoutent tant à la lecture. Par contre, par des voyages incessants entre passé et présent, il faut s'accrocher pour suivre, mais ça en vaut la peine.
Ma note: 4/5
avatar
Louvaluna

Nombre de messages : 1131
Location : France (Est)
Date d'inscription : 28/10/2008

http://biblioscopie.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chuck PALAHNIUK (Etats-Unis)

Message  MeShell le Dim 22 Fév 2009 - 10:15

Chuck Palahniuk - Diary
( Vintage, 2004. 272 pages)

Titre Français: Journal Intime (Gallimard, 2005. 336 pages)

Résumé

"Misty Wilmot est une femme frustrée : coincée sur une île défigurée par l'invasion touristique, elle travaille comme une esclave dans le grand hôtel du coin pour faire vivre sa famille. Son mari, Peter, un architecte qu'elle a rencontré des années plus tôt dans une école d'art, a tenté de se suicider et se retrouve dans le coma. Plus rien ne tourne rond dans la vie de Misty : pourquoi Peter, avant de vouloir en finir, s'est-il amusé à sceller certaines pièces des villas touristiques sur lesquelles il travaillait ? Comment expliquer les messages haineux qu'il a bombés sur les murs, annonçant la vengeance des habitants de l'île contre les envahisseurs extérieurs ? Pourquoi les autochtones se mettent-ils à la regarder bizarrement ? Misty décide de mettre ses peurs noir sur blanc et d'écrire un journal intime. Mais attention, la folie guette... Au fil du temps et de ses livres, les interrogations de Palahniuk se font plus complexes, plus intimes et plus profondes : ses récits deviennent de plus en plus inclassables ; ils louchent vers le fantastique, l'irréel et le paranormal. Mélange de Jung, Borges, Levine - l'auteur de Rosemary's Baby - passé à la centrifugeuse Palahniuk, ce Journal intime est un cocktail détonant."

Écrit sous forme de journal intime dans lequel Misty est censée décrire les événements à Peter pour le jour où il se réveillerait, on suit avec elle, les changements de/sur l'île, ses propres changements, le comportement manipulateur de sa belle-mère et les prédications.
Misty boit et s’alimente en pilules pour tenir le coup jusqu’à ce qu’elle finisse par céder à la pression de sa famille.
Elle retrouve l'inspiration et se met à peindre compulsivement sous la garde de sa belle-mère, de sa fille et de son docteur. Alors que les maisons trafiquées par Peter se mettent à brûler les unes après les autres.
Cette histoire a un aspect poignant et émouvant que n'avaient pas les précédents écrits de Palahniuk tout en conservant cet humour noir si particulier qui le distingue.

Journal intime s'insinue lentement en vous et libère son poison. Ce livre triomphalement expose le mal qui se cache dans la banalité de la vie quotidienne et dans notre société.
Pour ceux qui connaissent Palahniuk, c’est un bon livre mais définitivement pas son meilleur.

MeShell

Nombre de messages : 31
Age : 47
Location : London
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum