Mark HENSHAW (Australie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mark HENSHAW (Australie)

Message  Mousseline le Lun 10 Nov 2008 - 6:34

De : Sahkti1 (Message d'origine) Envoyé : 2007-12-04 08:46

John CLANCHY et Mark HENSHAW, Si Dieu dort
Polar - Folio policier

Solomon Glass est un flic lunatique, vivant avec le poids d'une erreur étouffante qui l'a fait changer de voie professionnelle. Un type compétent même si imbuvable aux yeux de certains, quelqu'un qui ne lâche pas et passe sa vie à se poser des questions. Lorsque des meurtres ayant pour victimes de dangereux criminels remis en liberté surviennent, il se dit que tout ça cloche, qu'il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans cette logique de tuerie. La Mafia est mise hors de coup, au grand soulagement du commissaire principal, dont la hantise est un bain de sang général. Mais qui alors? Un vengeur masqué? Qui se vengerait de quoi? Glass y voit rapidement clair. Cependant seul, il est difficile d'agir, surtout quand il s'agit de tordre la loi dans tous les sens.

Une enquête bien ficelée, avec son lot de rebondissements et de personnages intéressants. Solly Glass est un flic bourru et sensible à la fois, un enquêteur comme je les aime, profondément humain et râleur. Son partenaire, Malone, Irlandais un brin naïf, complète bien le tableau, ils forment une bonne équipe, sous la direction de Keeves, archétype du commissaire soucieux du qu'en dira-t-on et du respect de la hiérarchie. A cela, ajoutez une écriture fluide et agréable et vous avez les ingrédients pour concocter un bon polar.
Avec en prime dans ce récit un message dérangeant. A-t-on le droit de faire justice soi-même lorsque la justice officielle montre ses carences? Et si oui, est-ce punissable de la même manière qu'un meurtre sexuel crapuleux qu'on n'a fait que venger?
Tout au long des pages, la question se pose et interpelle le lecteur. Les dernières lignes de l'ouvrages sèment de surcroît un nouveau doute qui ne fait que renforcer ce questionnement moral. Pas simple d'y répondre à brûle-pourpoint, il convient d'y réfléchir et c'est ce à quoi pousse ce roman. Une démarche bienvenue, une très bonne lecture! (4,5/5)
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mark HENSHAW (Australie)

Message  Bernard le Mar 18 Mai 2010 - 22:18




Si Dieu dort (If God Sleeps)


Christian Bourgois Editeur - 1997 - 404 pages


Le livre est bien résumé, ci-dessus.


Mon avis :

Je me suis demandé pourquoi l'action n'était pas située ? A vrai dire, je cherchais de l'australien pur sucre. Les auteurs le sont, l'intrigue, non! Elle se passe en Californie, à Oakland et Concord. Puis, au fil de la lecture, j'ai compris que peut importait l'endroit où l'on se trouvait, une ville est une ville, les bons restent les bons et les salauds, des salauds.
Ici pas de description fignolée, une rue avec ou sans nom, des maisons comme il vous plaira, un parc mais avec des arbres et des bosquets, quand même, le bar, chez Mario, où Solly a ses habitudes, avec tables et tabourets et les gens, vous et moi, les flics et leur hiérarchie, la justice et ses ministres, enterrements, cimetières, le monde, celui que nous connaissons, dans lequel nous vivons, sommes censés vivre.

C'est bien fait. Certains auteurs aiment ce style d'écriture qui pimente le récit, comme du théâtre sans décor et alors, on se fiche du décor si c'est du bon et c'est du bon, du passionnant même, du qui vous tient accroché à votre fauteuil, que vous vous dites, fichtre, que va-t-il se passer ? Vais-je faire dodo ou lis-je encore un chouia ? Morphée ou Solomon Glass ? Bon encore un little pour la nuit.

Ces pianistes à quatre mains d'auteurs ont écrit un polar d'envergure, qui fera date dans mon (petit) intellect qui en a déjà connu quelques uns. Voilà-t-il pas que des voyous de bas étage, remis en liberté conditionnelle, se font tirer comme des pigeons de ball-trap. La police n'y comprend rien ou presque. Aucun lien. Mafia ? Non, Triades ? Non, bandes ? Non. Alors qui ? Après tout, tant qu'ils se dégomment entre eux, où est le problème (comme dirait ce bon Monsieur Hoover) ? Mais un juge, même s'il était compatissant au salopard dont le papa buvait, la maman était battue et que le pauvre gosse errait, seul, dans la jungle de la rue, avait tendance à minimiser la sentence, voire à la diminuer. Non, un juge ça fait désordre et après, qui ? Le maire, le gouverneur ?

Seulement voilà, les condamnés qui ne tirent pas leur peine, diminuée qui plus est, ça ne plait pas aux victimes. Comment leur en vouloir. Un groupe de soutien moral aux victimes, puisque Dieu dort, va s'occuper de faire et la police et de rendre la justice, façon Reine de Coeur chez Alice, exécutons d'abord, condamnons après.

La grande force de ce récit, outre l'écriture, est de nous communiquer, parallèlement, les agissements des uns et des autres, sans pour autant laisser deviner qui tire les ficelles et c'est un coup de maître. Ecriture déliée, facile, lisible, style élégant et captivant, intrigue à tiroirs, rebondissements et dénouement dissimulé jusqu'au bouquet final.
Que demander d'autre?
A lire.

4,75/5
B
avatar
Bernard

Nombre de messages : 3540
Age : 72
Location : 94160 Saint-Mandé
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mark HENSHAW (Australie)

Message  odilette84 le Mer 19 Mai 2010 - 19:38

tu as le chic Bernard pour dégoter des policiers intrigants !

_________________
résister c'est exister

avatar
odilette84

Nombre de messages : 2261
Age : 52
Location : Provence
Date d'inscription : 28/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mark HENSHAW (Australie)

Message  Bernard le Mer 19 Mai 2010 - 20:28

A vrai dire, Odilette, j'ai eu de la chance, ce doit être le seul polar de la médiathèque écrit par des australiens !
Mais ça devrait te plaire et, l'absence de repères, pimente bien le récit (tu pourrais me dire que s'il avait été question de 4ème rue, 12ème avenue, Place des acacias ou route de la pyramide, j'y aurais vu que du bleu, oui c'est vrai, mais cette absence fait monter la sauce).

B
avatar
Bernard

Nombre de messages : 3540
Age : 72
Location : 94160 Saint-Mandé
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mark HENSHAW (Australie)

Message  noemiejardine le Mar 29 Juin 2010 - 19:37

tout juste bernard
La grande force de ce récit, outre l'écriture, est de nous communiquer, parallèlement, les agissements des uns et des autres, sans pour autant laisser deviner qui tire les ficelles et c'est un coup de maître. Ecriture déliée, facile, lisible, style élégant et captivant, intrigue à tiroirs, rebondissements et dénouement dissimulé jusqu'au bouquet final.
Que demander d'autre?
A lire.
ai donc lu et vraiment apprécié
ma note est aussi un 4.75/5

me demande souvent comment cela fonctionne ces récits à quatre mains...qui écrit quoi? en tous les cas le résultat est fort plaisant
avatar
noemiejardine

Nombre de messages : 593
Date d'inscription : 05/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mark HENSHAW (Australie)

Message  Bernard le Mar 29 Juin 2010 - 21:44

Content qu'il t'ait plu, Noémie.

B
avatar
Bernard

Nombre de messages : 3540
Age : 72
Location : 94160 Saint-Mandé
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mark HENSHAW (Australie)

Message  Philcabzi le Lun 18 Oct 2010 - 11:24

Si Dieu dort
Ed. Gallimard, 2004, c1997, ISBN 978-2-07-030663-3
Titre original: If God sleeps (traduit de l'anglais (Australie) par Brice Matthieussent)

Ma note: 3.75/5

Mon avis:
Vous savez quand vous lisez un livre dont l'écriture vous agace, que quelque chose cloche mais que vous ne pouvez pas le lâcher parce que l'histoire vous plaît? Et bien pour moi ce livre ci en est un comme ça.
Ce qui m'a déplût:
Je ne sais pas si c'est dû à la traduction ou à ma fatigue ces temps-ci, mais le changement constant de narrateur m'a embrouillé l'esprit et entâché ma lecture. À plusieurs endroits, je ne savais pas trop de qui on parlait où dans l'esprit de qui on était. Certains passages sont très étranges, à la limite de l'incompréhensible comme ceci (si vous saisissez le sens de la phrase en gras, dites-le moi!!):
-Je n'ai aucune objection personnelle envers le lieutenant Glass", réussit-elle à répéter. Avec un équilibre parfait. Dans quelle demeure de la maison de son père résidait-elle pour dire une chose pareille? se demanda Glass
Aussi l'histoire entre Glass et Reeds m'a senblé tout simplement irréaliste. Paf! En quelques secondes Glass n'arrive pas à penser à autre chose qu'à cette femme, sans avertissement sauf une seule rencontre dans ses bureaux. Je crois au coup de foudre, mais ici ce n'est pas vraiment ça, c'est plus étrange. Son comportement à elle, je le saisis bien, c'est une façon de détourner l'attention de l'inspecteur. Et finalement, j'ai deviné qui était l'instiguateur de tous ces meurtres très tôt dans l'histoire ce qui gâche un peu la sauce.
Mais pourquoi j'ai tout de même aimé?:
En grande partie pour l'humour des auteurs. J'ai régulièrement rit aux éclats, en particulier cette réplique là:
"Il y a seulement eu quatre personnes qui, durant la même période, ont eu accès aux deu fichiers." Il marqua une pause pour souligner son effet. "Vous, moi, le chef Keeves et Sophie Corner."
Glass attendit la suite. "Eh bien?" dit-il enfin, toute patience épuisée.
- Eh bien quoi lieutenant?
- Je ne suis peut-être pas Descartes, Malone, mais je pense savoir qui je suis. Et j'ai une assez bonne idée de qui sont vous-même et le commissaire Keeves...
J'ai aussi beaucoup apprécié l'inspecteur Glass, au passé noir, à l'âme écorchée qui tente de réparer une erreur qui le hante jour et nuit. Sa tête, son éthique, le fait travailler d'arrache-pied pour découvrir l'assassin de ces crapules mais son coeur aurait envie de le féliciter. Sa vie est mise en parenthèse depuis l'Évènement, celui qui la fait changer de métier. Sa mère, son frère s'en inquiète mais Glass reste de marbre. Malone aussi est un personnage attachant dans sa naiveté et son désir de bien faire. Finalement, l'intrigue en soi est intéressante et on se demande jusqu'à la fin ce qu'il adviendra de l'assassin. Et surtout, ce que nous, nous ferions en pareil cas...

_________________
Philcabzi
Ainsi qu'une journée bien remplie donne un doux dormir, ainsi une vie bien employée donne un doux mourir. Leonardo da Vinci

Ma PAL: 64 livres
Lecture du moment: Les âmes perdues de Dutch Island de John Connolly
avatar
Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 41
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mark HENSHAW (Australie)

Message  noemiejardine le Dim 4 Mai 2014 - 16:06

l'ombre de la chute



  • Poche: 480 pages
  • Editeur : Folio (10 décembre 2009)
  • Collection : Folio policier
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2070361322
  • ISBN-13: 978-2070361328

quatrième de couverture:
Le rituel, hélas, est connu. Un enfant disparaît. Quelques jours plus tard les parents reçoivent un morceau de son corps, lèvre, paupière, bout de doigt... accompagné d'un odieux marché : l'enfant sera relâché si la mère se tue.
Deux fillettes déjà ont été sauvées de cette façon.
Le lieutenant Solomon Glass intervient alors qu'une troisième fillette est séquestrée.
Ce flic de rue, au passé si terrifiant que sa hiérarchie le surveille tout en lui laissant une paix royale, se lance à corps perdu dans cette traque.
Ses proches et collègues, subjugués par sa rage et son charme ambigu, ne peuvent que le regarder aller toujours plus loin dans un duel à mort d'autant plus fascinant qu'il déborde vite le cadre effrayant des enlèvements d'enfants...

Si Dieu dort, premier volet des enquêtes de Solomon Glass, était également le premier roman écrit conjointement par les Australiens John Clanchy et Mark Henshaw. Ce dernier, né en 1951, a vécu en France, en Yougoslavie et en Allemagne. Il a publié, après des études de médecine et de musicologie, Hors de la ligne de feu, considéré comme un classique de la littérature postmoderne australienne. Mark Henshaw est actuellement conservateur à la National Gallery of Australia et vit à Canberra. De son côté, John Clanchy, né à Melbourne, auteur de plus de sept livres, est tout particulièrement reconnu pour la qualité de ses nouvelles. L'ombre de la chute, toujours écrit à quatre mains, est la suite de Si Dieu dort.

un autre trhiller de ce duo...très réussi
on reste scotché, on veut savoir la fin....
et quand on arrive au bout, on en redemande!

une lecture qui vous assure d'une très belle détente de lecture, c'est simple et efficace....
4.5/5
avatar
noemiejardine

Nombre de messages : 593
Date d'inscription : 05/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mark HENSHAW (Australie)

Message  Lacazavent le Dim 4 Mai 2014 - 20:15

ça semble bien sympathique.
Merci Noemie  Very Happy

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5582
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mark HENSHAW (Australie)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum