HOMERIC [pseudonyme] (France)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

HOMERIC [pseudonyme] (France)

Message  gallo le Dim 9 Nov 2008 - 15:56

De : Muriel13B (Message d'origine) Envoyé : 28/08/2005 12:36
Journaliste, chroniqueur hippique, Frédéric Dion, alias Homéric, est également écrivain. Il a reçu le Prix Médicis 1998 pour son livre "Le loup mongol".

Le Loup mongol de Homeric
Grasset 449 pages
Roman historique XII-XIIIème siècle

4ème de couverture:
L'écho des exploits de Tèmudjin galope dans la steppe, et ceux qui hier l'avaient abandonné se joignent à son armée d'archers. Subtil et patient, Tèmudjin a le flair du loup. À ses côtés, le fidèle Bo'ortchou n'aura de cesse de veiller à la grandeur du futur Gengis Khan qui constitua le plus vaste empire que la terre ait connu. Ce dernier mettra vingt ans pour rallier les clans mongols sous sa bannière ; il mènera des conquêtes, annexant des empires, telles la Chine et la Perse, écrasera des armées dix fois plus importantes, des civilisations protégées par des citadelles réputées imprenables. Le récit de Bo'ortchou nous éclaire ainsi sur l'âme et le génie de Gengis Khan qui pensait aplanir les dissensions entre les peuples en leur imposant un maître unique. De cette épopée, Bo'ortchou fait un roman d'amour. Naïf et loyal, il apprendra à ses dépens à quel point le Khan, son frère juré, demande à ses femmes et à ses partisans, tout comme à ses chevaux, l'exclusivité de leur passion.

Mon avis:
Quelle découverte que ce livre ! D'abord de l'époque que je ne connaissais pas. Puis de la vie quotidienne, des us et des coutumes en Mongolie. Enfin de la vie de Gengis Khan vu par Bo'ortchou, son fidèle compagnon.
Le premier mot qui me vient à l'esprit pour décrire ce livre, c'est "masculin". Masculin, déjà parce que le narrateur est un homme, un guerrier. Masculin parce qu'à l'époque, la violence fait partie du quotidien. Et parce que Bo'ortchou, malgré son goût du sang, n'aspire qu'à une seule chose : trouver l'amour. Il le trouve, mais à chaque fois, doit le sacrifier pour son Khan. A lui les plus belles femmes, les plus beaux chevaux, le pouvoir.
Les Mongols buvaient beaucoup de sang ( pour avoir la santé), faisaient des sacrifices et n'avait qu'un Dieu : Tengri (le ciel).
Le roman alterne des passages de violence pure, avec détails des tortures particulièrement cruelles, et puis des descriptions de paysages très poétiques.
Un livre qui m'a marqué parce qu'on s'y croirait, tellement les détails sont précis. La fin est très belle aussi. Le seul reproche, c'est peut-être des descriptions de batailles un peu trop nombreuses, mais bon c'est l'Histoire...

4.5/5
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum