Peter HOEG (Danemark)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Peter HOEG (Danemark)

Message  gallo le Dim 9 Nov 2008 - 15:16

Livre du mois de septembre 2004
Peter HOEG: Smilla et l'amour de la neige


De : Myanka_K9 (Message d'origine) Envoyé : 04/01/2008 15:20

Né en 1957 à Copenhague, Peter Hoeg a notamment été marin, danseur et acteur avant de se consacrer à l'écriture.
Son premier roman (L'Histoire des rêves danois ) connut un succès tel qu'on le qualifia de "Jules Verne danois moderne".

Bibliographie
L'histoire des rêves danois (1988), Seuil (1994)
Smilla et l'amour de la neige (1992), Seuil/Points (1996)
Les Enfants de la dernière chance (1993), Seuil (1997)
La femme et le singe (1996), Seuil (1998)
Contes danois, Seuil (2003)
p.s. La première date correspond à la parution de la version originale.


De : nat59650 (Message d'origine) Envoyé : 29/07/2004 20:57
J'ouvre la nouvelle discussion avec la présentation postée auparavant : je n'ai, pour l'instant, pas d'autres informations.
Smilla et l'amour de la neige. - Peter HOEG
Traduit du danois par Alain Gnaedig et Martine Selvadjian.

4ème de couverture :

Peu avant Noël, à Copenhague, un garçon groenlandais de six ans se tue en tombant du toit d'un immeuble. Accident, conclut la police. Tel n'est pas l'avis de Smilla Jaspersen. Elle connaît l'enfant. Et, surtout, elle "connaît" la neige : de son enfance à Thulé, elle a gardé une perception et un amour aigu des espaces vierges.
En dépit du silence dont certains entourent l'affaire, Smilla décide de conduire sa propre enquête. Le point de départ de ses recherches : Copenhague, son aboutissement : Gela Alta, île de la côte ouest du Groenland, d'où un mystérieux équipage doit partir dans quelques jours, à destination de l'Arctique...

Critique d'Amazon :

En lisant ce livre, votre bouche crache des petits nuages de vapeur que le froid rend visible. C'est l'excitation, le suspens, l'émotion aussi que contiennent ces pages. Un récit réaliste, maîtrisé, habité par la beauté des terres extrêmes et la lutte d'un peuple pour son identité.

Critique des Services Documentaires Multimédia (SDM) :

Un thriller intelligent et original dont le personnage principal reste longtemps gravé dans la mémoire. Un bel hymne à l'esprit de liberté, au courage, à l'individualisme en rébellion contre les conformismes et les appétits du monde moderne.

Un lien pour l'analyse du Monde diplomatique : http://www.monde-diplomatique.fr/1995/12/DOLHEM/2054

L'auteur :

Ecrivain danois, Peter Hoeg est né en 1957 à Copenhague et sera successivement danseur classique, escrimeur, acteur et marin avant de se consacrer à l'écriture. Il connaît le succès avec son premier roman, L'histoire des rêves danois, où il présente des personnages qui tiennent le Danemark pour le centre du monde. Il publiera ensuite, notamment, Smilla et l'amour de la neige, les enfants de la dernière chance, Contes de la nuit (recueil) et la femme et le singe, ouvrage par lequel il veut susciter la discussion sur la régression de la civilisation et, en particulier, sur les rapports de l'homme avec la nature et les animaux.

Nat


De : Stephermanicus Envoyé : 12/09/2004 11:31
Peter HOEG: Smilla ou l’amour de la neige.

Le livre a commencé très fort : l’auteur décrit la mort de l’enfant d’une manière très poétique, très belle. Par la suite, il décrit tout par des phrases excessivement courtes (ce qui me dérange un peu : j’ai du mal à suivre l’histoire). Tout le passage du livre où Smilla fait son enquête m’a assez ennuyé. On en apprend beaucoup sur le Groenland mais il y a intérêt à être muni d’un dictionnaire multilingue. L’intrigue est assez étrange et m’a déplu dans un premier temps, pour finir par me plaire à partir du moment où elle embarque dans ce bateau.

Un livre sympa mais qui n’est pas un coup de cœur. Ceux qui aiment les livre décrivant des peuples apprécieront énormément à mon avis. Les autres moins…..

3/5

Steph


De : Chantal5500 Envoyé : 12/09/2004 12:11
Peter HOEG: Smilla ou l’amour de la neige.

Alors moi, j'avoue que j'ai eu beaucoup de mal à lire ce livre : au cours de la première moitié, je me suis forcée plusieurs fois pour continuer, j'ai failli abandonner à la moitié, et après quelques jours d'arrêt, je l'ai repris et l'ai fini plus facilement (à partir du départ en bateau).

J'ai aimé et apprécié tout de même plein de choses :
- le personnage de Smilla qui est un beau portrait de femme mi-groenlandaise, mi-danoise, à la fois très proche de la nature (neige, glace, froid) tout en étant chercheuse au CNRS.
- le regard critique qu'elle porte sur la civilisation danoise, sur les modes de vie occidentaux.
- le fait que l'auteur défende si bien la culture esquimaude
- le côté écologiste du roman où il dénonce les agressions contre le "Grand Nord" (compagnies minières et pétrolières, base de l'OTAN à Thulé...)
- Toutes les connaissances que j'ai apprises sur les glaciers, les icebergs, les météorites....

Par contre, j'ai été énormément gênée, déçue par l'écriture! Je ne sais si c'est la traduction ou l'écriture réélle de l'auteur, mais je l'ai trouvée vraiment très mauvaise. Et l'intrigue m'a paru très et trop "emberlificotée" (ou alors c'était moi qui n'était pas assez concentrée et perméable à cette écriture), les personnages pas toujours très clairs (ta présentation, Mousseline, m'aurait bien aidée) et j'ai eu vraiment une période où j'étais un peu perdue.
Au final, je ne regrette pas du tout de l'avoir lu, j'ai appris plein de choses mais je n'y ai pris que bien moyennement du plaisir. 3/5


De : Mousseliine Envoyé : 12/09/2004 12:56
Peter HOEG: Smilla ou l’amour de la neige.

J'ai grandement apprécié le style de l'auteur, un style énigmatique, flou un peu comme la glace. L'histoire est dense, compacte, plein de sujets sont abordés, des thèmes qu'on ne voit pas couramment dans la littérature. La glace, les inuits, le Groenland, les rapports du Groenland avec le Danemark, les inuits qui perdent leur identité et ne savent plus sur quel pied danser, tout ça est en fait davantage passionnant que l'intrigue en elle-même. Smilla passionnée par la glace, la mésadaptée, quel personnage! moi qui aime le Nord j'ai été ravie. C'est une lecture qui demande une grande concentration, c'est facile de s'y perdre ne serait-ce qu'avec les nombreux personnages, j'ai regretté de ne pas avoir pris de notes car parfois je n'arrivais plus à les situer. Les personnages sont bien développés, ils ont toujours un côté énigmatique ce qui fait le charme de ce roman et lui conquiert un style si particulier.

J'ai beaucoup aimé et je le suggère très très fortement!

Note : 4.5/5

De : Friisette Envoyé : 12/09/2004 16:19
Peter HOEG: Smilla ou l’amour de la neige.

Après 3 semaines à piocher sur ce livre sans avancer significativement, j'abandonne! Pas parce que je trouve que ça soit inintéressant, au contraire. Mais le style me rebute trop, je n'arrive pas à garder le fil de l'histoire. Faudrait que je prenne des notes ou que je le lise sans interruption et franchement, ça ne me tente pas... J'ai trop de bon livres qui m'attendent pour passer encore 3 semaines sur ce bouquin.

Mais je ne donne pas de note car je ne suis pas assez avancée dans l'histoire.


De : MaisonAzurEnvoyé : 12/09/2004 16:23

Ma critique du livre du mois "SMILLA" : eh bien... la lecture n'est pas terminée et ne le sera pas.
J'ai un mal fou à le lire, et n'apprécie guère les retours en arrière sur la vie de SMILLA. A vrai, j'y perds totalement "mon latin".
Je capitule et laisse tomber le bouquin.
Ma note (à la page 277) : 0,50/5.


De : melodie74 Envoyé : 12/09/2004 16:40
Peter Hoeg (1992) : Smilla et l'amour de la neige. 465 pages, v.o. 1992

Au début, il me rebutait un peu ce livre...Je venais de finir un policier que je n'avais pas aimé (Nécropolis) et je me disais "Ah, non, pas encore une enquête". J'ai même failli arrêter après quelques pages, mais j'ai poursuivi et je me suis laissée saisir. Vers la fin, je lisais tout le temps! Une super belle découverte!

Comme Herman l'a dit, j'aurais aimé avoir en annexe un lexique bilingue de certains mots autochtones. Je me sentais mise à part, comme si je ne comprenais pas cette partie.

Mais à part ça, j'ai vraiment tout aimé. L'intrigue (même si elle est plutôt farfelue) est bien tissée. Les personnages sont tous plus sombres et mystérieux les uns que les autres. Et le sens de l'humour, très cassant parfois, qui ressort du bouquin m'a souvent fait rire. Vous vous en êtes aperçu de l'humour ou bien pour vous il était caché derrière d'autre chose?

Les quelques scènes où Smilla se rapproche physiquement du mécanicien sont tellement belles. On aurait dit 2 chats de gouttière, qui ont un peu peur l'un de l'autre, mais qui ont aussi besoin de l'autre. Très belles ces scènes. Puis je trouve que l'auteur a aussi très bien rendu le sentiment de division qu'une personne dans la position de Smilla ressent, la crise identitaire, sa loyauté envers ses cultures, etc? Elle se sent coupable de vivre (bien) comme elle le fait au Danemark, mais elle est aussi réaliste et ne retournerait pas vivre à Thulla même si son coeur, ses meilleurs souvenirs y sont...

Ahhh, un livre plein d'émotion...
Ma Note : un 4.5/5

Mélodie
Pour les intéressés, il y a une adaptation cinématograhique (réalisée par Bille August-réalisateur danois) disponible dans des clubs vidéo comme La boîte noire à Montréal.
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peter HOEG (Danemark)

Message  gallo le Dim 9 Nov 2008 - 15:23

De : 2550Chimère Envoyé : 12/09/2004 18:30
SMILLA ET L'AMOUR DE LA NEIGE de Peter Hoeg

Résumé : voir plus haut

Mon avis :J'ai un avis mitigé sur ce titre. J'ai vraiment aimé le personnage de Smilla et sa façon de regarder le monde. Le style de l'auteur y est pour quelque chose. Style qui correspond à la personnalité désabusée du personnage principal. C'est au niveau de l'intrigue que j'ai un peu décroché. Au départ, le mystère est passionnant à suivre mais vers le milieu du roman je me suis dit que c'était bien long tout ça. Par contre je rejoins Mélodie sur l'humour (auquel j'adhère complètement) qui se dégage de certaines réflexions du personnage principal. La description qu'elle donne de son père au tout début m'a bien fait rire. J'ai aussi bien aimé le coup du "Tu entres ou je glisse les billets par la fente de la boîte aux lettres" (preuve que Papa n'est pas dupe du tout, il en devient même sympathique). En conclusion, c'est une bonne lecture si l'on s'attache au personnage principal et au style de l'auteur que je trouve personnellement à mon goût. Mais disons que la solution de l'énigme me laisse froide (c'est le cas de le dire).

Ma note : 3,5/5


Réponse
De : melodie74 Envoyé : 12/09/2004 18:43
C'est vrai que la fin est assez "froide"...Si ce livre n'était qu'une grosse enquête, ça serait vraiment médiocre, mais à mon avis, c'est tellement plus...une étude sociologique à la limite...

J'ai oublié de dire dans ma critique que j'ai beaucoup aimé la majorité des personnages secondaires. Ils avaient presque tous une personnalité assez fleurie...particulièrement le Jakkelsen (le matelot héroïnomane). J'ai adoré l'évolution de leur relation (à lui et Smilla). Leurs échanges étaient aussi souvent humoristiques et
ça enlevait du poids à la situation...

Ah, de beaux souvenirs!

Est-ce que vous aviez déjà entendu parler de cet auteur ou de ce livre avant qu'il ne soit voté livre du mois? Moi pas du tout! J'adore faire de telles découvertes!


De : Mousseliine Envoyé : 12/09/2004 20:50
Peter Hoeg: SMILLA ET L'AMOUR DE LA NEIGE

Je l'ai aimé énormément ce roman, je me suis demandée si j'allais le noter 4.5 ou 5, j'ai hésité longuement. Je crois que c'est la première fois que je lis un roman nordique aussi riche, aussi dense. Et pour ma part le suspense n'était qu'un prétexte, je l'ai vu comme un roman social avant tout alors la fin m'a laissée indifférente. Quelqu'un qui ne s'arrête qu'au suspense ne peut pas aimer ce livre, ce sont tous les sujets soulevés et les personnages qui font le roman sans compter le style.

Et en effet tous les personnages sont magnifiques, d'une grande richesse. J'ai vraiment regretté de ne pas les avoir noté avec ce qu'ils sont. J'ai vraiment aimé le côté énigmatique des personnages, on ne savait jamais à quoi s'attendre, par exemple le mécanicien cela a pris bien du temps avant qu'on le découvre réellement et même là un aura de mystère continue à planer et de même avec la plupart des autres. J'avais l'impression que rien n'était jamais clair et net, toujours un peu flou.

Dès la première page j'ai senti que j'allais aimé, quand le style soulève l'enthousiasme en partant ça veut tout dire.

Pour répondre à ta question, oui Mélodie, ça fait bien des années que Smilla est dans ma LAL, c'est un livre plutôt connu. L'auteur a sorti un nouveau livre, des contes je crois, l'automne dernier.


De : PapillonY1 Envoyé : 13/09/2004 11:09
Peter Hoeg: Smilla ou l'amour de la neige

Je n'ai pas grand chose à ajouter : Mélodie et Mousseline ont déjà parfaitement exprimé dans leurs critiques ce que j'avais à dire sur ce livre. Je l'ai vraiment beaucoup aimé, je l'ai lu d'une traite et conseillé à tous mes amis. J'ai notamment adoré le personnage de Smilla, parce que c'est un personnage attachant, complexe, fort et fragile à la fois, déchirée entre deux cultures. J'ai aimé aussi sa relation avec le mécanicien. Et j'ai bien aimé tout ce qui se rattache au Groenland et à la neige. Et Mousseline a raison : dans ce roman, ce n'est pas l'intrigue qui compte mais, d'une part, la découverte d'une autre culture et, d'autre part, tous les liens que les personnages tissent entre eux.

Ma note : 4.5 / 5


Réponse
De : la-grande Envoyé : 13/09/2004 14:16
J'ai lu Smilla il y a 5 ans environ - un livre que j'ai beaucoup aimé pour les mêmes raisons que celles qui ont aimé. Un livre complexe mais riche.


Réponse
De : 82naurore Envoyé : 14/09/2004 16:20
J'ai abandonné ce livre au bout de 100 pages. Et pourtant, je me suis forcée, mais pas moyen de continuer. Comme Chantal, je me suis demandée si c'était le style de l'auteur ou bien la traduction, mais je n'ai pas accroché du tout. J'ai eu beaucoup de mal à suivre les personnages.

Aurore


De : petitelune18 Envoyé : 22/09/2004 03:34
Tel que promis, je vous fais ma critique.

Smilla et l'amour de la neige de Peter Hoeg

Je n’ai pas accroché du tout à ce livre. Je ne sais pas si c’est l’histoire ou c’est quoi mais c’est loin d’être mon coup de cœur. Également, les phrases dans je ne sais pas quel langue, je les ai trouvée un peu plate parce qu’on perdait un peu le fil de leur conversation. <o:p></o:p>

Malheureusement, je n’ai pas aimé, mais je suis quand même contente d’avoir découvert un auteur que je n’avais jamais lu.

1,5/5

petitelune


De : Lauric668 Envoyé : 03/10/2004 15:52
Peter Hoeg:Smilla ou l'amour de la neige
Voici mon avis sur ce livre.

J'ai eu bcp de peine à terminer ce livre. Tout d'abord il y avait bcp trop de personnages au point qu'au bout d'un moment je ne savais plus qui faisait quoi. Je n'ai pas aimé non plus les incessants retours en arrière qui m'ont souvent fait perdre le fil de l'histoire.

Les points positifs : j'ai trouvé l'intrigue intéressante, ainsi que tout ce qui concernait l'étude de la glace, la politique du Gröenland, la façon de vivre des Esquimaud.

2/5


De : Cryssilda_ Envoyé : 19/02/2005 21:31
Smilla et l'amour de la neige de Peter Hoeg
Editions Points, 512 pages

Bon ça m'arrive rarement mais j'ai abandonné ce livre alors qu'il me restait une centaine de pages à lire. Mais j'en avais vraiment ras-le-bol !! L'histoire est une sorte d'enquête, un petit garçon tombe d'un toit et se tue, mais Smilla, une voisine, est persuadée que c'est un meutre et décide de mener l'enquête.

D'un côté j'amais bien le fond de l'histoire très renseigné sur la vie des inuits etc... mais alors l'enquête !! Qu'est ce que c'est maladroit , et carrément trop gros, trop facile, trop artificiel !
Bref, je me suis dit : mais j'ai plein de beaux livres qui m'attendent alors bye bye Smilla !

Cryssilda


Réponse
De : Mousseliine Envoyé : 20/02/2005 04:25
Je conçois tout à faire qu'on ne puisse pas aimer ce livre car on est confronté à une autre culture, à une autre façon de faire et ce n'est pas nécessairement évident de se projeter si loin de ce à quoi on est habitué. C'est comme de lire de la littérature africaine, arabe, sud-américaine ou autres... parfois on arrive à se sentir concerné, d'autres fois non.

Mais je suis quand même bien étonnée de tes commentaires Cryssilda,

mais alors l'enquête !! Qu'est ce que c'est maladroit , et carrément trop gros, trop facile, trop artificiel !

Smilla est quand même une oeuvre reconnue dans le monde entier comme l'un des joyaux de la littérature nordique... jusqu'à quel point peut-on affirmer alors ce genre de choses.... (ça me fait toujours penser à la critique que j'ai lu voilà quelques temps où la personne disait que Gabriel Garcia Marquez écrit mal.... ). Pour ma part, je n'oserais pas être aussi catégorique pour critiquer une oeuvre aussi reconnue à moins d'étaler des preuves solides, sinon c'est trop facile. J'opterais plutôt pour... ça m'ennuie, ça ne me rejoint pas, je ne m'y retrouve pas, je n'y comprends rien, je m'y perds, j'arrive pas à saisir l'auteur, et blablabla.... En fait comme
dans tout ce qui s'est dit dans les critiques précédentes.


Réponse
De : Cryssilda_ Envoyé : 20/02/2005 21:15
"Je conçois tout à faire qu'on ne puisse pas aimer ce livre car on est confronté à une autre culture, à une autre façon de faire et ce n'est pas nécessairement évident de se projeter si loin de ce à quoi on est habitué. C'est comme de lire de la littérature africaine, arabe, sud-américaine ou autres... parfois on arrive à se sentir concerné, d'autres fois non;"

Tout d'abord, je suis loin d'être une lectrice que les autres cultures rebutent, il suffit de jeter un peu un oeil à ce que je lis. J'ai même dit que j'aimais le fond de ce livre, très renseigné sur la culture inuit, sur le Danemark etc - c'est d'ailleurs ce qui m'a poussé à aller si loin dans le livre... Et la littérature nordique, j'aime beaucoup, rien que par l'atmosphère qu'elle dégage.

Smilla est quand même une oeuvre reconnue dans le monde entier comme l'un des joyaux de la littérature nordique... jusqu'à quel point peut-on affirmer alors ce genre de choses....

Reconnue par la critique ? Il faut savoir que les critiques sont des gens comme tout le monde, certains ont fait des études littéraires, d'autres pas, mais pour une majorité, ils sont devenus critiques par piston. Donc moi je fais fis de la Critique (même si par ailleurs, je ne nie pas qu'il y a de très bons critiques, qui ne se laissent pas influencer par la relation qu'il peut avoir avec l'éditeur, ou d'autres histoires des plus floues encore). Les livres sont faits pour des lecteurs, et le lecteur lui aussi a le droit de juger, et de dire : mais ce livre est une horreur, même si on parle de Nabokov, Collins ou tout autre écrivains reconnus comme génie (voire un Le Clezio, Mousseline).

Pour ma part, je n'oserais pas être aussi catégorique pour critiquer une oeuvre aussi reconnue à moins d'étaler des preuves solides, sinon c'est trop facile. J'opterais plutôt pour... ça m'ennuie, ça ne me rejoint pas, je ne m'y retrouve pas, je n'y comprends rien, je m'y perds, j'arrive pas à saisir l'auteur, et blablabla....

Je continue sur mon affitmation : C'est trop facile !
Exemple p.64 : "J'essaie de me représenter la vie quotidienne d'Esajas, les lieux qu'il fréquentait. L'appartement, les bâtisses de la Compagnie, le jardin d'enfants, les Remparts. Impossible de tout passer au peigne fin : je m'en tiens à la cave.
Je l'examine de fond en comble.... Au bout d'une demi-heure me revient une image. Il y a six mois, l'immeuble a été inspécté par des représentants de la compagnie d'assurances.... Ils ont trouvé de la moisissure à deux endroits, cassé la cloison et passé une couche de badigeon... l'emplacement est encore visible sous l'établi... Il a délicatement déplacé une pierre et attendu avant de la remettre en place."
Donc elle se cantonne à un endroit, et hop comme par hasard pense à ses travaux et au fait que le petit aurait pu faire telle ou telle chose, c'est sa première idée, et hop ! c'est la bonne !

Ensuite : je ne sais plus quelle page, quand sur le bâteau elle s'entête à entrer dans la cabine d'un personnage alors qu'elle sait pertinemment qu'il est à l'intérieur, qu'elle force la porte etc.... et hop, ça tombe bien ! Il est totalement camé et dort comme un mort dans son lit !!!

Bref, ce sont des rouages de films policiers qui m'énervent, parce que c'est trop gros...

Je n'ai pas critiqué le style, mais l'intrigue. Un auteur peut avoir un style, savoir se dépatouiller dans ses phrases et ses paragraphes sans pour autant penser à des intrigues merveilleuses.

De plus, oui, je me perdais dans les personnages, trop de personnages qui arrivent bien souvent dans l'histoire juste au moment où on a besoin d'eux, toutes les portes s'ouvrent bien trop facilement, et le passage à chaque personnage se fait bien trop vite, et encore une fois, celà donne une impression d'artificialité.

Plusieurs de mes profs de litté m'ont déjà dit : Si le lecteur se perd dans un livre, ce n'est pas seulement la faute du lecteur, l'auteur y est pour quelque chose...

Bref, je réspecte le jugement de chacun, simplement, POUR MOI, ce livre n'est pas un chef d'oeuvre.

Cryssilda
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peter HOEG (Danemark)

Message  Lacazavent le Lun 21 Fév 2011 - 16:45

Smilla ou l' amour de la neige de Peter Hoeg
(Points / 514 pages)




Smilla connaît la neige. Groenlandaise, expatriée au Danemark, elle garde de son enfance une perception aiguë et un amour incommensurable des paysages immaculés. Quand le petit Esajas se tue en tombant du toit d’un immeuble, elle ne croit pas à un accident. Smilla sait lire les empreintes sur la neige : ce ne sont pas celles d’un enfant qui jouait, mais celles d’une proie qui cherchait à s’enfuir…


Ce fut pour moi une très belle lecture. Je n'ai pas vraiment été attiré par son côté thriller, je l'ai perçu plutôt comme un
moteur pour faire avancer l'histoire. J'ai adoré toute la première partie, j' ai frissonné sous la neige, j'ai découvert le Groenland, ses habitants et une partie de son histoire. Smilla est une femme surprenante pleine de caractère, complexe et difficile à cerner, elle peut être parfois très désarçonnant. Par contre dès que Smilla monte à bord du bateau, j'ai eu l'impression que l'histoire ne tenait plus tellement debout. C'est incroyablement compliqué et tordu un vrai sac de nœud, d'ailleurs la lecture des cents dernières pages fut un peu laborieuse.
Quand au style, je ne saurais dire parfois j'étais complétement sous le charme et puis un gain de sable faisait son apparition et je perdais toute magie; jusqu'à ce que je ne soit finalement reprise par les mailles du filet.
Une très belle lecture dont je garderai un excellent souvenir.

4,5/5

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5582
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peter HOEG (Danemark)

Message  gallo le Sam 26 Mar 2011 - 15:37

Peter Høeg - La femme et le singe (1996)
Lu en néerlandais - De vrouw en de aap. Meulenhof 1996, 244 pag.

Une satire amusante qui met en cause le monde moderne, mélange de paradoxes, où la protection des animaux est big business. Mais que faire avec un animal avec l'apparence d'un singe qui est génétiquement et intellectuellement trop humain pour ne pas être humain? c'est la question que se pose un homme, nouveau riche, qui bat les capitaux tirés de façon obscure du monde de la protection des animaux. Sa femme se sent inférieure et fuit dans l'alcool, jusqu'au jour qu'elle rencontre le singe et qu'elle ... tombe amoureuse de ce singe. Le singe risque d'être d'abord le sujet d'une politique de symbole pour générer encore de l'argent et risque d'être tué ensuite pour servir à la recherche scientifique. La femme décide de le libérer, elle quitte son apathie, et elle entreprend des choses jamais pensés avant et une avalanche d'évenements fantastiques arrive ensuite, au grand plaisir du lecteur. Ma note 4/5.

_________________
Gallo
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peter HOEG (Danemark)

Message  gallo le Dim 24 Avr 2011 - 16:09

Peter Hoeg, Smilla et l'amour de la neige (1992)
Lu en néeralndais.


Le livre a été livre du mois et est largement commenté.
Après "la femme et le singe", que j'ai bien aimé, Smilla et l'amour de la neige m'était une déception. Disons que j'ai tout de même aimé les premières 100 à 150 pages; mais ensuite, toute l'expédition vers le Groenland est mal présenté, l'auteur semble perdre pied dans sa propre histoire; il continue quand même, ne succède pas à sortir de l'impasse et ajoute scène après scène sans convaincre le lecteur, au moins sans me convaincre. Et à la fin l'auteur essaye de se sauver de cet impasse par une déclaration qu'il est parfois mieux de ne pas comprendre. C'est pourquoi ma note est descendu à 2/5.

_________________
Gallo
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peter HOEG (Danemark)

Message  lalyre le Dim 22 Jan 2012 - 12:59

Smilla et l’amour de la beige

Peter Hoeg

Points/Seuil 1996 [size=16

]512 pages

Quatrième de couverture

Peu avant Noël, à Copenhague, un garçon groenlandais de six ans se tue en tombant du toit d'un immeuble. Accident, conclut la police. Tel n'est pas l'avis de Smilla Jaspersen. Elle connaît l'enfant. Et, surtout, elle « connaît » la neige : de son enfance à Thulé, elle a gardé une perception et un amour aigus des espaces vierges.


En dépit du silence dont certains entourent l'affaire, Smilla décide de conduire sa propre enquête. Le point de départ de ses recherches
Copenhague, son aboutissement : Gela Alta, île de la côte ouest du Groenland, d'où un mystérieux équipage doit partir dans quelques jours, à destination de l'Arctique...
Mon avis

Je dirais que ce roman frôle le polar, que les phrases descriptives sur la nature sont très belles. Des personnages attachants comme Smilla, l”enfant dont la vie fut trop courte, le mécanicien toujours prêt à aider Smilla. Car celle-ci veut aller jusqu’au bout de son enquête au péril de sa vie, son attachement au petit garçon presqu’ignoré de ses parents et sa connaissance de la neige, pour elle il ne fait aucun doute que la mort de l’enfant n’est pas un accident, elle ira jusqu’au bout pour cela....Et pourtant ce roman ne m’a pas trop accrochée, j’ai trouvé l’histoire trop lente mais je l’ai lu jusqu’à la fin car je voulais connaître le dénouement. ce ne sera donc que 3,5/5


avatar
lalyre

Nombre de messages : 4234
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peter HOEG (Danemark)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum