Georges RODENBACH (Belgique)

Aller en bas

Georges RODENBACH (Belgique)

Message  géromino le Ven 21 Sep 2018 - 8:39

Poète, romancier, critique belge, lié à Edmond de Goncourt et à Mallarmé, compagnon d'Emile Verhaeren et de Maeterlinck, né à Tournai en 1955, Georges Rodenbach fit ses études à Gand, devint avocat à Bruxelles et s'établit à Paris où il mourut en 1898.
      En 1877 il publie son premier recueil de vers Le foyer et les champs; il se détourne ensuite du droit pour se consacrer à la littérature. Il collabore à La Flandre libérale et à La Jeune Belgique, publie La Mer élégante, puis La jeunesse blanche. Sa poésie évoque la Flandre, ses petits villages, avec une certaine nostalgie, où la réalité se fond dans la rêverie.
      Installé à Paris depuis quelques années, il publie en 1892, Bruges-la-morte en feuilleton dans les colonnes du Figaro, considéré comme un chef-d'oeuvre du symbolisme, et qui lui vaut aussitôt la célébrité. Apprécié par de nombreux écrivains comme Mallarmé, Daudet, Proust..., il inspirera même Thomas Mann, Rilke ou Mishima. 
      Il publie ensuite d'autres recueils: Agonies des villes, Les villes encloses. En 1897, il écrit un roman Le carillonneur, peu connu parce qu'éclipsé par le succès de Bruges-la-morte. Malade depuis plusieurs années, il succombe à une crise d'appendicite le soir de Noël 1898. Il est inhumé au Père-Lachaise.

_________________
                                                                                                                                                                              

Challenge "Book around the States":  18/50
avatar
géromino

Nombre de messages : 3184
Age : 54
Location : Finistère, FRANCE
Date d'inscription : 07/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Georges RODENBACH (Belgique)

Message  géromino le Ven 21 Sep 2018 - 13:39

"Bruges-la-morte" Babel 1989   168 pages
                     inclus: 60 pages de commentaires, des poèmes sur la ville de Bruges de plusieurs autres poètes et d'éléments biographiques sur l'auteur.


                  Hugues Viane a perdu sa femme il y cinq ans. Inconsolable, il a choisi de s'installer à Bruges parce qu'il lui semble que cette ville incarne parfaitement la mélancolie à laquelle il souhaite s'adonner. Il vit dans le souvenir permanent de son épouse, au milieu de reliques, comme des menus objets, portraits, photos, ou cette mèche de cheveux qu'il lui suffit de regarder pour se remémorer son visage. Un soir, il croise une jeune femme qui lui rappelle trait pour trait sa "morte". Elle est danseuse au théâtre. Instantanément épris d'elle, il lui trouve un logement et va jusqu'à entretenir ses achats luxueux. Dans cette ville de Bruges ô combien dévote, leur relation ne tarde pas à être connue et largement critiquée par le quartier. Ce qui provoque chez Barbe, la bonne au service de Hugues, une grave crise mystique. Croyante jusqu'à la bigoterie, elle ne peut tolérer que son maître, veuf, invite chez lui ce qu'elle considère comme une femme de mauvaise vie. Elle préfère donner sa démission plutôt que leur préparer à dîner.


                  Je ne raconterai pas la fin; il faut ménager le dénouement!
                  C'est un drame à la fois noir et poétique. Le tableau est sombre, triste et froid. "Et comme Bruges aussi était triste en ces fins d'après-midi! Il l'aimait ainsi! C'est pour sa tristesse même qu'il l'avait choisie et y était venu vivre après le grand désastre.(...) Une équation mystérieuse s'établissait. A l'épouse morte devait correspondre une ville morte. Son grand deuil exigeait un tel décor."  Voici un autre passage où Rosenbach décrit la ville: "Mélancolie de ce gris des rues de Bruges où tous les jours ont l'air de la Toussaint! Ce gris comme fait avec le blanc des coiffes de religieuses et le noir des soutanes de prêtres, d'un passage incessant ici et contagieux. Mystère de ce gris, d'un demi-deuil éternel.
                  Mais à côté de cette noirceur ambiante, il y a cette prose poétique, très belle, subtile, qui agit comme un charme et vous incite à poursuivre. Cette dans une atmosphère presque irréelle, comme une rêverie, que baigne ce récit particulier qui mérite de s'y attarder, ne serait-ce que par curiosité.


Note: 3,5/5
                   

_________________
                                                                                                                                                                              

Challenge "Book around the States":  18/50
avatar
géromino

Nombre de messages : 3184
Age : 54
Location : Finistère, FRANCE
Date d'inscription : 07/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum