Jacques TESTART (France)

Aller en bas

Jacques TESTART (France)

Message  géromino le Jeu 21 Juin 2018 - 13:22

Jacques Testart est né en 1939 à St Brieuc (Côtes d'Armor). Biologiste français, il a permis la naissance du premier bébé-éprouvette en France en 1982.
Biologiste de formation, docteur en sciences, directeur honoraire à l'INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale), ex-président de la CFDD (Commission Française du Développement Durable de 1999 à 2003). Il s'est consacré aux problèmes de procréation naturelle et artificielle chez l'animal et l'homme.
De 1964 à 1977 il est chercheur à l'INRA  (Reproduction des mammifères domestiques)
De 1978 à 2007  il est chercheur puis directeur de recherche à l'INSERM (procréation naturelle et artificielle dans l'espèce humaine)
Auteur des premières "mères-porteuses" chez les bovins (1972) puis avec son équipe bio-médicale, des premiers succès en France de Fécondation In-Vitro humaine -FIV-(1982), congélation de l'embryon humain (1986). Il est le père scientifique du premier bébé-éprouvette français -Amandine- née le 24 février 1982.
Il est détenteur de plusieurs prix scientifiques et a écrit plus de 300 articles dans la presse scientifique internationale.
Préoccupé de ce qu'il estime être la dérive de nos sociétés, Jacques Testart s'affirme comme le défenseur têtu d'une science contenue dans les limites de la dignité humaine et de la démocratie réelle.
Il est, entre autres fonctions, administrateur de la revue "Inf'OGM, et membre du conseil scientifique d'ATTAC. Il est l'auteur de nombreux ouvrages analytiques et critiques souvent accessibles à tout un chacun, abordant de nombreux thèmes de bioéthique (transhumanisme, OGM, eugénisme, technosciences, PMA, ...).


Tiré principalement de WIKIPEDIA

_________________
                                                                                                                                                                              

Challenge "Book around the States":  18/50
avatar
géromino

Nombre de messages : 3152
Age : 54
Location : Finistère, FRANCE
Date d'inscription : 07/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacques TESTART (France)

Message  géromino le Sam 23 Juin 2018 - 14:16

"Que reste-t-il de la science?"   éd. Belin 2016  Coll. Alpha     196 pages   
  En sous-titre: Le vélo, le mur et le citoyen 
              
                   Le livre propose préface et avant-propos pour bien saisir ce à quoi doit s'attendre le lecteur et en annexe fin d'ouvrage, fragments et commentaires sur le rapport de la commission OGM (commission créée en 2004).
                    4e de couv:  "Jacques Testart livre ici une analyse critique de la science et des technosciences, ainsi que des éléments de réflexion sur le citoyen et la démocratie".
                    OGM -Organisme Génétiquement Modifié-, PGM (le P pour Plante), PMA (Procréation Médicalement Assistée), eugénisme, technologie embryonnaire (humaine ou non humaine), nanotechnologie (plus récent), etc...  Depuis plusieurs décennies, les scientifiques ne cessent de progresser dans le domaine de la modification du monde vivant, en jouant sur la transformation ("hyper contrôlée" vous assurera-t-on!) des génomes qui composent tout être, végétal, animal ou humain. Les arguments sont toujours les mêmes: proposer à l'humanité un monde meilleur, maîtriser le développement des maladies, éliminer les parasites, éradiquer la faim dans le monde, bref permettre un monde sans bavures, idéal, sain. Le bien de l'humanité...
                     Mais il semble que le bonheur et la santé que veulent nous vendre ces firmes souvent multinationales ne soient pas toujours au rendez-vous de ce qui est annoncé. Par exemple, est-ce que les Plantes Génétiquement Modifiées ne provoquent pas plus de dégâts environnementaux et humains au lieu du bénéfice attendu, voire promis? N'engendrent-elles pas plus de misère que de richesse parmi la population la plus défavorisée -les paysans pauvres- contrainte de toujours s'approvisionner en semences (et pesticides et herbicides qui vont avec) auprès de ces groupes d'agro-chimie? Et là, on voit bien que la société a à y perdre plus qu'à y gagner.
                      Une question peut alors se poser: si les progrès scientifiques que l'on nous fait miroiter comme bienveillants, ne sont en fait qu'un leurre pour enrichir les laboratoires scientifiques jouant aux apprentis-sorciers, pourquoi les états n'y opposent-ils pas de garde-fous (législatifs ou autres) pour éviter les débordements non maîtrisés de ces firmes peu scrupuleuses? N'y a-t-il aucune autorité capable d'imposer des conditions de mise sur le marché de produits mal étudiés (réelle évaluation des risques)?
                     On voit bien l'embarras des pouvoirs publics à légiférer sur les sujets délicats comme le glyphosate (classé "probablement" cancérigène...) ou les néonicotinoïdes (tueurs d'abeilles à grande échelle). Les enjeux économiques sont-ils tels que les pays sont pieds et poings liés face aux multinationales hyper-puissantes. Les considérations de santé publique ou environnementales (de véritables désastres sont en cours) n'ont-elles aucun poids? Même les tribunaux peinent à rendre des décisions réellement justes et équitables face aux arsenaux d'avocats des grands groupes. Et si un débat réellement démocratique, avec une vraie participation reconnue et écoutée de l'Homme-Citoyen pouvait contrebalancer les effets pervers d'une "scientifisation" beaucoup trop libérale de l'espace politique? 
                       Ce livre fourmille d'éléments de réflexion et chacun pourra se faire son opinion sur de nombreux sujets. Sans être totalement hermétique au non-scientifique, le langage assez technique demande une lecture attentive. De nombreuses notes encadrées aident à mieux comprendre le texte lui-même. Mais i vous avez des interrogations sur ce qui concerne le progrès que nous propose la science de demain, c'est à lire.


Note: 4/5


                     

_________________
                                                                                                                                                                              

Challenge "Book around the States":  18/50
avatar
géromino

Nombre de messages : 3152
Age : 54
Location : Finistère, FRANCE
Date d'inscription : 07/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacques TESTART (France)

Message  géromino le Mer 22 Aoû 2018 - 14:04

"Au péril de l'humain"      éditions du Seuil 2018   260 pages
  En sous-titre Les promesses suicidaires des transhumanistes  
  Ecrit en collaboration avec Agnès Rousseaux, journaliste, qui coordonne le média indépendant Basta! ( www.bastamag.net


                Depuis quelques années on voit émerger dans le monde de la science, des techno-scientifiques appelés transhumanistes. Leur idéologie: améliorer l'existence de l'Homme grâce aux avancées technologiques; leur ambition: fabriquer de toutes pièces un être humain supérieur, et pourquoi pas lui insuffler l'immortalité. Ces nouveaux apprentis-sorciers nous promettent (ils sont déjà capables dans quelques domaines) de réparer les corps, d'améliorer les fonctions physiques, d'optimiser les facultés intellectuelles de chacun d'entre nous, tout cela grâce à une panoplie de techniques innovantes. On parle de nanoscience, de biologie de synthèse, de médecine régénérative... 
               La première partie du livre dresse un inventaire hallucinant de ce qui est actuellement (ou sera bientôt) disponible sur le "marché" susceptible d'optimiser les fonctions et capacités humaines; prothèses, implants, culture d'organes transplantables, modification de cellules génétiques, etc... Si l'homme entièrement artificiel n'est pas encore pour demain, en revanche, l'homme "augmenté" ou "amélioré" est en passe de devenir dans un avenir proche, une banalité. Des personnes se sont fait implanter une puce (de la taille d'un grain de riz) sur le dos de la main, cela  permet de déverrouiller son téléphone portable ou son ordinateur en passant à proximité; pourquoi pas...
                Si on ne peut nier qu'une prothèse apporte une amélioration à l'état d'un amputé, ou un coeur artificiel redonne l'espoir à un malade cardiaque, on peut se poser la question d'une dérive des expérimentations proposées et mises au point par les chercheurs. Cette recherche, exaltée, intéresse d'importants lobbys, multinationales ou firmes industrielles, qui déposent brevets sur brevets et investissent des milliards de dollars dans les laboratoires. Ce qui devrait déjà nous interpeller...
                La dérive devient inquiétante lorsqu'on commence à parler de dispositifs plus élaborés, comme l'implantation de puce dans le cerveau par exemple, afin d'améliorer nos fonctions musculaires ou cérébrales. Voici la Stimulation Cérébrale Profonde (implantation de micro-électrodes dans le cerveau); à l'origine pour traiter la maladie de Parkinson, elle pourrait être utilisée pour soigner les troubles sexuels, mais aussi pour booster la mémoire! La miniaturisation est prometteuse en ce domaine. Un projet américain RAM (Restoring Active Memory) y pense. Nos petits-enfants seront-ils des surdoués grâce à cette petite puce?
                Dans le milieu du handicap, on commence à parler d'exo-squelette, une sorte de robot prêt-à-porter qui s'endosse et décuple ou remplace les capacités physiques. On imagine le progrès pour des personnes déficientes physiquement, ou le soulagement pour des ouvriers soumis à des charges lourdes. Eventuellement, on imagine aussi l'attrait pour des militaires...
                
               Inquiétante cette recherche tous azimuts; d'autant plus qu'elle est financée par d'importants groupes ayant tous rapport avec l'industrie, l'agro-chimie, etc... Et surtout, que les pouvoirs politiques semblent incapables d'imposer tout garde-fou ou régulations législatives qui pourraient prévenir d'éventuelles dérives dangereuses, dramatiques pour l'Homme et son environnement. Aucune réglementation contraignante, tout au plus quelques accords de principe ou recommandations, mais absolument rien de restrictif. Pour les scientifiques, c'est no limit. Pourtant des questions éthiques se posent quant au bien fondé de tant d'innovations dont on ne mesure pas les impacts sur la santé, l'environnement, mais aussi les valeurs humaines... 
              Exemple bref (et beaucoup simplifié) recueilli à la page 114: le "squelette" de l'ADN du monde vivant est constitué de 4 lettres ATGC; des chercheurs ont réussi à créer un organisme vivant à 6 lettres et envisagent de pousser à 10 lettres. Cela s'appelle la xénobiologie. Ces organismes créés sont totalement artificiels. Mais peut-on être sûr que ces organismes n'iront pas contaminer ceux déjà existants -ça rappelle les OGM...- Et s'ils échappent au contrôle de leurs créateurs, quels effets pourraient-ils produire sur le monde vivant? Qui pourra endosser la responsabilité d'une catastrophe toujours possible dans l'avenir? Modifier le monde vivant, n'est-ce pas une manière de précipiter l'Humanité vers sa perte...?


               Je me rappelle avoir lu dans les années 80, plusieurs romans d'un maître de la science-fiction du moment, Jimmy Guieu. A l'époque, ça s'appelait encore de la science-fiction, et je frémissais à leur lecture. "Au péril de l'humain", ce n'est pas un roman, et ce n'est pas non plus de la science-fiction.


Pas de note, mais si vous avez l'occasion (et le courage, parce que c'est parfois assez technique), précipitez-vous. 
              


           

_________________
                                                                                                                                                                              

Challenge "Book around the States":  18/50
avatar
géromino

Nombre de messages : 3152
Age : 54
Location : Finistère, FRANCE
Date d'inscription : 07/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacques TESTART (France)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum