Jane AUSTEN (Royaume-Uni)

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Jane AUSTEN (Royaume-Uni)

Message  terra.antiterra le Mer 15 Avr 2009 - 14:58

Un roman non pas de Jane Austen, mais sur les fans de Jane Austen :

FOWLER Karen Joy : « Le club Jane Austen »
[The Jane Austen Book Club] traduction Sylvie Doizelet
éd Quai Voltaire / La Table Ronde, 2005 [2004], 335 p

« Jane Austen entre Desesperate Housewives et Sex and the City »

RESUME : « La Californie, par un été caniculaire. Les grandes et les petites histoires d'un. club singulier qui compte six membres. Soit un pour chaque livre de Jane Austen. Car, comme d'autres jouent au bridge, cinq femmes et un homme se rencontrent régulièrement autour de l'œuvre de la plus grande romancière anglaise. S'ensuit une sublime chronique sur l'air du temps où la voix de Jane Austen vient éclairer l'éternelle tragi-comédie des sentiments, et son tourbillon de rencontres, d'épreuves, de séductions et de jeux entre l'impossible et le possible que seul peut dénouer l'amour. Car, comme vont le découvrir les membres du club, il n'est peut-être de plus belle fiction que la plus ordinaire des vies. » (L’éditeur)

COMMENTAIRES
: Un roman très féminin (c'est-à-dire qui sent un peu trop la cuisine intime du “genre”). A mi chemin de Desesperate Housewives et de Sex and the City, il est somme toute assez Austenien. Si on le lâche pas dès les premières pages –un peu trop “bobottes”, on finit par s’intéresser aux personnages et finalement cela fait un roman qui se lit bien. Et on a droit en plus à des annexes (cf ci-dessous) qui raviront ceux (et celles !) qui aimeraient tout savoir sur Jane Austen, sans avoir osé le demander ….

ANNEXES au ROMAN de K.J. FOWLER :

RESUMES de tous LES ROMANS DE JANE AUSTEN
Emma
Raison et sentiments
Mansfield Park
Northanger Abbey

Orgueil et préjugés
Persuasion,

LES REACTIONS :

Où LA FAMILLE ET LES AMIS DE JANE AUSTEN COMMENTENT Mansfield Park, OPINIONS RASSEMBLÉES ET NOTÉES PAR AUSTEN ELLE-MÊME :

[…..]

Où LES CRITIQUES, ECRIVAINS, ET PERSONNALITES LITTERAIRES COMMENTENT AUSTEN, SES ROMANS, SES ADMIRATEURS ET SES DETRACTEURS DEPUIS DEUX SIECLES :
1815 - Sir Walter Scott, critique d'Emma Somme toute, la tournure d'esprit des romans de cet auteur a le même rapport au courant sentimental et romantique, que les champs de blé et cottages et prairies aux domaines excessivement parés d'un manoir de parade, ou aux rudes sublimités d'un paysage de montagne. Ce n'est jamais ni aussi captivant que les uns, ni aussi grandiose que les autres, mais procure à ceux qui les fréquentent un plaisir qui est presque du même ordre que celui de l'expérience de ses propres coutumes sociales; et ce qui n'est pas rien, le jeune promeneur peut rentrer de sa randonnée et reprendre le cours habituel de sa vie, sans le moindre risque d'avoir la tête tournée par le souvenir du décor qu'il vient de traverser.

1826- Sir Walter Scott, onze ans plus tard, après la mort d'Austen, son enthousiasme ayant grandi : Je viens également de relire, et pour la troisième fois au moins, le roman si finement écrit de Miss Austen, Orgueil et préjugés. Cette jeune dame possède un talent pour décrire la complexité, les sentiments et les personnages de la vie ordinaire qui est pour moi le plus merveilleux que j'aie jamais rencontré. Ce que je peux produire moi-même est digne d'un Gros Toutou, mais l'exquise touche qui donne de l'intérêt aux choses et aux personnages les plus banals, grâce à la justesse de la description et du sentiment, m'est refusée. Quel dommage qu'un être aussi doué soit mort si jeune 1

1830 - Thomas Henry Lister : Miss Austen n'a jamais été aussi populaire qu'elle le méritait. Adepte de la fidélité dans la description, et opposée aux astuces banales de son art, elle n'a pas, en ces temps de charlatanisme littéraire, reçu sa récompense. Les lecteurs ordinaires ont pu la juger comme Partridge, dans le roman de Fielding, juge les actions de Garrick. Il ne voit pas les mérites d'un homme qui agit sur scène comme on est censé se conduire dans les mêmes circonstances de la vie réelle. Il préfère infiniment le « solide type-en-perruque ", qui fait des moulinets avec ses bras et tempête comme trois. Il en était de même pour de nombreux lecteurs d'Austen. Elle était trop naturelle pour eux.

1848 - Charlotte Brontë, lettre à G.H. Lewes : Quel étrange sermon dans votre lettre ! Vous dites que je dois familiariser mon esprit avec le fait que « Miss Austen n'est pas poète, n'a aucun "sentiment" (vous mettez dédaigneusement le mot entre guillemets), "aucune éloquence, aucun des enthousiasmes enchanteurs de la poésie" » ; et puis, ajoutez-vous, je dois «apprendre à la reconnaître comme l'une des plus grandes artistes, l'un des plus grands peintres de la nature humaine, et l'un des écrivains qui possèdent la faculté la plus habile de parvenir à leurs fins qui aient jamais existé ». Sur ce dernier point seulement,je pourrais vous suivre. Peut-il exister un grand artiste sans poésie?

1870 - Critique non signée de l'ouvrage A Memoir of Jane Austen, par James Edward Austen-Leigh :
Miss Austen a toujours été par excellence* l'auteur favori des hommes de lettres. Les mérites particuliers de son style sont reconnus par tous, mais, en ce qui concerne l'ensemble des lecteurs, ils n'ont jamais atteint ce qu'on peut honnête-

1826 - John Marshall, président de la Cour suprême, lettre à Joseph Story : Cela m'a un peu mortifié de voir que tu ne ranges pas le nom de Miss Austen parmi ta liste de préférés ... Ses envolées sont modestes, elle ne vole pas à hauteur d'aigle, mais elle est agréable, intéressante, égale, amusante aussi. J'attends de ta part quelques excuses pour cette omission.

1901- Joseph Conrad à H.G. Wells : Pourquoi tant de bruit autour de Jane Austen? Qui donc est-elle vraiment? Pourquoi tant de bruit?

1905 - Henry James : Pratiquement ignorée pendant les trente ou quarante années qui ont suivi sa mort, elle représente peut-être pour nous le plus bel exemple de cette rectification d'estime, qui apparaît grâce au lent déblaiement de la stupidité ... La marée s'est complètement inversée, plus haute à présent, me semble-t-il, que les mérites et intérêts intrinsèques de Jane Austen ... La responsabilité en incombe au corps d'éditeurs, rédacteurs, illustrateurs, producteurs de ce charmant bêtisier que sont les revues; qui ont trouvé leur « très chère », notre très chère, la très chère Jane de tout le monde, si précieuse pour leurs matériels desseins ... La clef de la postérité de Jane Austen a été d'une part la grâce extraordinaire de sa facilité, dont elle était en fait inconsciente: comme si, par amour de la difficulté, de l'obstacle, elle surchargeait son panier à ouvrage ... , emmêlait les brins de laine, mais ses mailles sautées se révèlent. .. de véritables petits coups de maître.

1898 - Mark Twain : Chaque fois que je lis Orgueil et préjugés,j' ai envie d'exhumer Jane Austen et de lui taper sur le crâne avec son tibia.

1905 - Article non signé de Jane Austen et son temps, par G.E. Mitton : Miss Austen ... révèle de nombreuses qualités que nous saluons. Elle est une amoureuse des livres. Elle travaille dur ... Elle exprime ses opinions d'une façon naïve et généreuse qui ne peut que réjouir ceux qui ne sont pas du même avis qu'elle: par exemple, lorsqu'elle mentionne Raison et sentiments, elle parle très peu et de manière peu flatteuse de Mrs. Jenning; alors que nous, nous nous agenouillons devant Mrs.Jenning, comme devant l'une des rares personnes de fiction qu'il est aussi délicieux d'avoir rencontrées sur le papier que de ne pas avoir rencontrées en chair et en os.

1980 - Vladimir Nabokov : "Le livre de Miss AUSTEN n’est pas un chef d’œuvre éclatant….Mansfield Park … est l’œuvre d’une dame et le jeu d’un enfant. Mais de cette corbeille il sort un ouvrage délicat, et chez cet enfant se trouve un éclair de merveilleux génie."
[…..]

QUESTIONS (des personnages du roman de K.J. Fowler) POUR UNE DISCUSSION :
Les questions de Jocelyn 1. Les livres d'Austen nous laissent souvent dubitatifs: tous ces mariages sont-ils réussis? Exemples de couples dérangeants: Marianne Dashwood et le colonel Brandon, Lydia Bennet et Wickham, Emma et Mr. Knightley, Louise Musgrove et le capitaine Benwick. Dans Le Club JaneAusten, certains couples provoquent-ils une inquiétude? 2. Aimez-vous un seul des films basés sur les livres d'Austen? Vous arrive-t-il d'aimer un film basé sur un livre? Avez-vous vu l'une des adaptations des romans d'Austen qui ont comme vedette un terrier jack russe! du nom de Wishbone ? Ce genre de choses vous intéresse-t-il ? 3. Est-il grossier d'offrir un livre à une personne et de lui demander ensuite si elle l'a aimé? Vous-même, le feriez-vous?
Les questions d'Allegra 1. Nous n'allons pratiquement plus dans des bals élégants, mais les bals de lycéens continuent à jouer un rôle important - trop important - dans nos histoires personnelles. Surtout lorsqu'on ne s'y rend pas. Pourquoi les films d'amour des adolescents se terminent-ils tous par l'un de ces bals? 2. Votre réponse a-t-elle le moindre rapport avec la danse? 3. Dans Le Club Jane Austen, je fais deux chutes et me retrouve deux fois à l'hôpital. Vous êtes-vous arrêté dans votre lecture pour vous demander comment une femme qui gagne sa vie fabriquant des bijoux se paie son assurance maladie? Pensez-vous que nous aurons un jour une couverture universelle dans ce pays ?
Les questions de Prudie 1. Ce que je voulais dire dans le passage sur l'ironie, c'est que, même si tout le monde à la fin d'Emma réintègre son niveau social, on ne peut pas en conclure qu'Austen approuve cet état de choses. Tout comme avec Shakespeare, il est difficile de lire Austen et de connaître vraiment son opinion sur quelque sujet que ce soit. Peut-on dire la même chose de Karen Joy Fowler? , 2. Il est plus honteux de se défier de ses amis, que d'en être trompé*. Vous êtes d'accord ou non? 3. À laquelle des femmes de Sex and the City Dean ressemble-t-il en réalité le plus?
Les questions de Sylvia 1. Jusqu'à combien de générations pouvez-vous remonter dans votre arbre de famille? La généalogie vous intéresse-t-elle ? Si oui, ou si non, pourquoi? 2. L'amour est-il meilleur la deuxième fois? Un bon livre meilleur à la deuxième lecture? Le livre que vous préférez est-il celui que vous relisez le plus souvent? La personne que vous aimez le plus est-elle celle avec qui vous désirez passer le plus de temps? 3. Vous arrive-t-il de souhaiter que votre partenaire ait été écrit par un autre écrivain, que son dialogue soit meilleur, et sa manière de souffrir plus attrayante? Quel écrivain choisiriez vous?
Les questions de Grigg 1. Les livres d'Austen ont été initialement publiés sans nom d'auteur, avec la mention « Un Livre Intéressant », ce qui avertissait le lecteur qu'il était question d'une histoire d'amour. Si Austen publiait de nos jours, serait-elle considérée comme un auteur d'histoires d'amour?
2. Les amoureux d'Austen et les lecteurs de science-fiction ressentent le même lien intense avec les livres. Connaissez-vous d'autres communautés de lecteurs qui partagent ce type de passion? Pourquoi eux spécialement? 3. De nombreux lecteurs de science-fiction aiment aussi Austen. Pourquoi cela semble-t-il vrai? Pensez-vous que de nombreux lecteurs d'Austen aiment la science-fiction?
Les questions de Bernadette 1. L'une des raisons pour lesquelles nous savons peu de choses sur Austen est que sa sœur, Cassandra, a détruit un grand nombre de ses lettres, les trouvant trop personnelles, ou pensant qu'elles donnaient une mauvaise impression d'elle. Que pensez.-vous de Cassandra ? 2. À votre avis, connaître certaines informations sur l'auteur ajoute-t-il à la lecture? Cela vous ennuie-t-il si le livre ne comporte aucune photo de l'auteur? Partez-vous du principe que de toute m.anière l'auteur ne ressemble jamais à sa photo? 3. Croyez-vous aux fins heureuses? Sont-elles plus difficiles à croire que les fins tristes? Habituellement, à quel moment lisez-vous la fin du livre? Après avoir lu le début et le milieu, ou avant? Défendez votre choix.
terra.antiterra
terra.antiterra

Nombre de messages : 66
Location : France (latitude 45)
Date d'inscription : 04/01/2009

http://terra.antiterra.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Persuasion

Message  doriane99 le Mar 2 Juin 2009 - 15:14

4,5/5

Anne Elliot est la seconde fille de l'honorable Sir Elliot de Kellynch. Jeune fille, elle a dû rompre ses fiançailles avec le jeune Frederick Wentworth, celui-ci ne présentait pas les assurances d'un bon parti, elle s'est donc laissée influencer par son entourage et a renoncé à ce mariage d'amour.



8 ans plus tard, sa famille connaît quelques revers de fortune, son père décide alors de louer le château familial à l'amiral Croft qui se trouve être le beau-frère de Frederick. Anne appréhende de revoir celui qui restera à jamais son grand amour.


Bon, présenté ainsi, l'histoire fait un peu "bleuette" mais chez Jane Austen l'important n'est pas l'histoire mais la peinture acerbe d'une société engoncée dans ses principes. Une galerie de personnages croqués sans concession : Un père futile qui ne pense qu'à son apparence, un jeune soeur égoïste et hypocondriaque, le cousin arriviste, la veuve manipulatrice...


Refroidie par un premier essai malheureux avec Jane Austen (impossible de venir à bout de "Mansfield Park" il y a quelques années), j'ai voulu aborder cet auteur avec les livres audios... Je ne connaissais pas du tout "Persuasion" et me suis lancée dans l'aventure. Si la voix et le ton de la lectrice m'ont écorché les oreilles, j'ai néanmoins énormément apprécié le texte et l'ai lu ensuite en version "papier" avec délectation...


Petite déception pourtant (mais toute petite) : La version que j'ai écoutée est une traduction de 1882 de Mme Letorsay et je la trouve bien supérieure à celle d'André Belamich (10/18), le vocabulaire est plus recherché, mieux adapté et les tournures de phrases bien plus fluides. Malheureusement, les livres traduits par Mme Letorsay ne sont plus édités.


J'ai été étonnée que Wentworth n'ait pas un rôle plus important dans le livre, mais l'épisode de la lettre (ahhhhhhhhhhhhhh, lisez-le vite !) est absolument superbe !


Apprenant ensuite que c'était le dernier livre de Jane Austen (et de l'avis de certains, pas le meilleur), je me dis que j'ai encore de très belles découvertes à faire !!! Le titre me semblait un peu bizarre, puis lisant la postface, j'ai découvert qu'il avait été choisi par Henry, frère de Jane. J'ose croire que cette dernière aurait choisi un titre différent.


Au final, cette seconde expérience a été une réussite et je me régale à l'avance, sachant que deux autres titres patientent dans ma PAL...



PS : j'ai trouvé une "coquille" et je déteste ça !!!! Page 14, parlant de l'héritier putatif de Kellynch, on lit : "... bien qu'à cette époque (l'été de 1814) elle portât le deuil de sa femme...", Je DETESTE, comment peut-on laisser passer une telle coquille dans un "classique" ????
doriane99
doriane99

Nombre de messages : 643
Age : 50
Location : Savigny Sur Orge (France)
Date d'inscription : 25/10/2008

http://lepotinoirdedoriane.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jane AUSTEN (Royaume-Uni)

Message  jenyli le Ven 5 Juin 2009 - 18:25

Jane AUSTEN coeur ORGUEIL ET PREJUGES coeur


Je ne vais pas ici résumé le livre car celui ci est déjà très bien résumé par les rats précédents!

Mon avis:

Je suis contente de pouvoir partager ici le bonheur de lecture que j'ai pu ressentir avec ce roman.
Je pense que je peux affirmer que c'est un des plus romans que j'ai pu lire (et il y en a peu).

Le style d'écriture est magnifique, l'histoire romanesque est remplie de robondissements. J'ai été transporté dans le roman dés les premières pages, les personnages sont tous singuliers.

Un roman je recommande vivement!!!

Je n'ai pu m'empêcher à faire un lien avec un certains livre beaucoup plus contemporain... : Le journal de bridget Jones.
En effet, ORGUEIL ET PREJUGES est un grand classique de la littérature Anglaise. Et on ne peut que se rappeler que Helen FIELDING l'auteure du Journal de Bridget Jones est elle aussi anglaise.
La trame est la même à des époques différentes: Le mariage et faire la meilleure union.
Et c'est surtout le personnage de MR. DARCY qui m'a fait penser à Bridget Jones. Car dans ce dernier, il y aussi un certain Marc DARCY avec la même personnalité, la même description et le même préjugé au départ du livre...
Je ne peux pas penser que cela est dû au hasard...

En tout cas ce livre est un véritable coup de coeur coeur



Ma note: 5/5
jenyli
jenyli

Nombre de messages : 369
Age : 40
Location : sud de la France
Date d'inscription : 06/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jane AUSTEN (Royaume-Uni)

Message  s-lewerentz le Lun 15 Juin 2009 - 9:04

Mansfield Park – Jane Austen


Résumé
Fanny Price est élevée par son oncle et sa tante Bertram à Mansfield Park. Arrivée dans la famille à l'âge de dix ans, elle grandit parmi ses quatre cousins (Tom, Edmond, Maria et Julia) mais seul Edmond lui témoigne un intérêt sincère. Quelques années plus tard, alors que lord Bertram est parti pour deux ans à l'étranger pour affaires, Mary Crawford et son frère Henry arrivent au presbytère de Mansfield et une série de liens amoureux ne tardent pas à se mettre en place. Ils forment aussi le projet de monter une pièce de théâtre mais seuls Edmond et Fanny s'y opposent à cause du caractère de la pièce (comédie romantique), persuadés que lord Bertram désapprouverait l'entreprise - ce qui est effectivement le cas lors de son retour imprévu à quelques jours de la première. Mais Maria et Julia, ne se sont pas privées de flirter ouvertement avec Henry Crawford, même si Maria est fiancé depuis peu à Mr. Rushworth, un riche parti (mais pas un homme très intéressant). Comprenant qu'elle ne pourra épouser Henry, Maria épouse Rushworth et ils partent à Brighton accompagnés de Julia.
Edmond, lui, est épris de Mary, au grand désespoir de Fanny qui est amoureuse de lui. Mary est également attiré par lui, même si elle désapprouve le fait qu'il sera bientôt pasteur. Henry fait alors une cour assidue à Fanny et la demande en mariage. Pensant qu'il se joue d'elle (et ayant vu comment il s'est auparavant comporté avec ses cousines), Fanny refuse, ce qui provoque l'incompréhension de lord Bertram et donc la tristesse de Fanny. Cependant, lord Bertram et Edmond pense qu'elle va finir par céder et l'envoient passer deux mois dans sa famille afin qu'elle regrette Mansfield et Henry. Même si elle finit par s'adoucir quelque peu envers lui, elle retrouve rapidement l'estime de tous lorsque le scandale éclate : Crawford et Maria se sont enfuis ensemble ! Fanny finira par retourner à Mansfield et épousera Edmond qui ne peut pardonner à Mary son attitude à la suite de la fuite de son frère.

Commentaire
C'est le premier roman d'Austen que je lis en français. J'avais lu Northanger Abbey en anglais que je considérais comme un peu à part car il s'agit d'une parodie des romans gothiques. A lire les critiques, il semble que ce roman-ci aussi soit "à part"; en tout cas, c'est visiblement le plus controversé. Ayant vu les adaptations cinéma de Raison et sentiment et Orgueil et préjugé, je dois admettre que Mansfield Park est assez différent. Tout d'abord parce que l'héroïne est pendant les deux premières pages du roman une "ombre"; tout ce qui l'a concerne est décrit au travers de l'attitude des autres personnages. Timide, consciente de sa position inférieure par rapport à ses cousins (mais intelligente, jolie et sensible), elle est toujours en retrait et nullement l'héroïne romantique à laquelle on pourrait s'attendre.

Bref, j'avoue avoir été étonnée et j'en étais à me demander où tout cela allait me mener quand Fanny est devenue plus consistante et l'intrigue de plus en plus captivante et si délicieusement futile. Même si Fanny m'a parfois agacée par sa timidité et sa "rigidité" morale (même si, comme le souligne Claire Tomalin (biographe d'Austen), c'est finalement ce qui montrera son héroïsme), je l'ai trouvé assez attachante et j'ai finalement regretté qu'elle soit si "absente" durant la première partie du roman, car son histoire est précipitée sur la fin (je n'ose pas écrire bâclée mais...).
Sinon, j'ai bien aimé aussi les nombreux passages satiriques – ou du moins humoristiques.

4/5
s-lewerentz
s-lewerentz

Nombre de messages : 865
Location : La Chaux-de-Fonds, Suisse
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jane AUSTEN (Royaume-Uni)

Message  cookie610 le Mar 28 Juil 2009 - 11:47

Orgueil et préjugés

c'est le premier roman que j'ai lu de Jane Austen et le meilleur pour le moment (j'ai aussi lu Emma et Raisons et sentiments). il raconte l'histoire d'elisabeth bennet, deuxième d'une famille de cinq filles qui rencontre Mr Darcy membre de la haute société anglaise. le livre traite surtout des préjugés sociaux et moraux des uns envers les autres. c'est une très belle histoire d'amour avec le couple Darcy-elisabeth et jane-Mr bingley.
Jane austen se poste clairement en féministe et véhicule des idées très avancées pour l'époque victorienne. Le roman est aussi plein d'humour dans les dialogues, avec la mère-dingue-de-mariage et de la soeur cadette d'élisabeth qui est une petite peste pourrie gatée qui ne comprend rien à rien.
c'est un chef d'oeuvre de l'écriture sentmentale anglaise, l'un des meilleurs avec Jane Eyre
cookie610
cookie610

Nombre de messages : 4884
Age : 28
Location : Lyon
Date d'inscription : 28/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jane AUSTEN (Royaume-Uni)

Message  cookie610 le Ven 7 Aoû 2009 - 9:55

Lady Susan

Note : 3.5/5

Résumé : Lady Susan est une jeune veuve, très coquette et peu scrupuleuse. Elle va loger chez son beau-frère (le frère de son défunt mari) et sa femme qui ne l'apprecit pas car elle a été l'objet d'un scandale chez ses précédents hotes. Elle prévoit le mariage de sa fille avec Sir James Martin mais celle-ci s'y oppose. Enfin, l'arrivée de Reginald (le frère de la femme de son beau-frère) permet à lady Susan de se divertir.

Critique : je me rends compte que mon résumé est très confus mais bizarrement l'histoire est assez difficile à expliquer bien qu'elle ne soit pas facilement compréhensible. Le roman est très court (une centaine de pages) et divisé en 40 lettres écrites par les différents personnages de l'histoire. Ce style d'écriture assez particulier en soi n'empêche pas une bonne compréhension du livre. Le livre se lit très rapidement. Lady Susan est un personnage détestable (mais on l'aime pour cela), elle est manipulatrice, séductrice, vide de sentiments pour ses proches (surtout sa fille). La lecture de se livre m'a été très plaisante bien que ce ne soit pas un des grands romans de Jane Austen
cookie610
cookie610

Nombre de messages : 4884
Age : 28
Location : Lyon
Date d'inscription : 28/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jane AUSTEN (Royaume-Uni)

Message  cookie610 le Ven 21 Aoû 2009 - 13:41

Raison et sentiments

Note : 4.5/5

Résumé : Elinor et Marianne Dashwood sont deux soeurs qui se retrouvent sans le sou à la mort de leur père dont la richesse va à leur demi-frère, issu d'un premier mariage. Elles vont donc habiter dans un cottage abandonnant Edward, l'amoureux d'Elinor, qui prend la chose avec raison tandis que Marianne qui rencontre le jeune Willoughby se laisse porter par ses sentiments.

Critique : un grand Jane Austen, dans la lignée d'Orgueil et préjugés, bien qu'il ait été écrit avant. L'histoire est assez proche : des jeunes filles à marier et des jeunes hommes qui se révèlent plus ou moins respectables à la fin du roman. Le style est "austenien" et fait tout le charme de ce roman. On se prend dans l'histoire de ces deux soeurs qui doivent se reconstruire après avoir été déçu en amour. Un vrai régal.
cookie610
cookie610

Nombre de messages : 4884
Age : 28
Location : Lyon
Date d'inscription : 28/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jane AUSTEN (Royaume-Uni)

Message  Cyrielle le Sam 22 Aoû 2009 - 9:15

Je suis de plus en plus attirée par cette auteur, certainement qu'à ma prochaine virée à la biblio j'en emprunterai un!

_________________
13 livres lus en 2019
Cyrielle
Cyrielle
Admin

Nombre de messages : 7954
Age : 32
Date d'inscription : 27/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jane AUSTEN (Royaume-Uni)

Message  Nathalire le Dim 30 Aoû 2009 - 13:54

Lady Susan

Résumé :
Court roman épistolaire, Lady Susan nous emporte dans l’Angleterre de Jane Austen, avec les mésaventures d’une héroïne charmeuse et manipulatrice qui se fera prendre à son propre jeu…

Avis :
Il ne sert à rien de trop s’étendre sur le résumé puisque à mon avis, si on aime Jane Austen, on ne peut qu’apprécier ce court roman. Bien sûr on a peu de précision sur les personnages (Jane Austen aurait probablement pu faire un roman entier avec cette héroïne complexe) et l’intrigue ne dure pas, mais son style se retrouve bien et pour ma part j’ai été complètement séduite par ces intrigues amoureuses et ces chassez croisés de sentiments. Un délice, malheureusement trop court !

Note : 4.5/5
Nathalire
Nathalire

Nombre de messages : 1058
Age : 38
Location : Pully (Suisse)
Date d'inscription : 22/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jane AUSTEN (Royaume-Uni)

Message  cookie610 le Lun 31 Aoû 2009 - 9:34

Persuasion

Note : 4.5/5

Résumé : Anne est la fille d'un baronnet ruiné et prétentieux qui doit louer sa maison à l'amiral Croft et partir à Bath pour retrouver son rang. Quand son père et sa soeur partent, elle reste près de sa soeur Mary et de son amie Lady Russell. Elle apprend que le frère de Mrs Croft n'est autre que le Capitaine Wentworth, ancien fiancé d'Anne huit ans auparavant qui avait finalement rompu ses fiancialles sous les conseils de son amie Lady Russell qui désapprouvait cette union. Mais le capitaine est distant et s'intérresse aux belles-soeurs de Mary.

Critique : Pour moi, un Jane Austen est toujours un plaisir. Celui-ci ne fait exception à la règle. L'histoire est comme dans tous les romans austeniens, des filles à marier, des prétendants, des jeunes hommes très riches qui se découvre une seconde nature à la fin du roman. Elle n'est pas imprévisible mais elle est agréable. Le style est particulier, Jane Austen critique vivement les habitudes de son époque plus que dans les autres (à mon avis) notamment avec le père d'Anne et de ses soeurs, ainsi que le cousin Mr Elliot. Un bon moment très agréable, dans la lignée des romans de Jane Austen, sans surprise mais un plaisir quand même.
cookie610
cookie610

Nombre de messages : 4884
Age : 28
Location : Lyon
Date d'inscription : 28/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jane AUSTEN (Royaume-Uni)

Message  cookie610 le Ven 9 Oct 2009 - 10:05

Northanger Abbey

Note: 3.5/5

Résumé : Catherine Morland est invitée par Mr et Mrs Allen à les accompagner pendant leur séjour à Bath, ville d'eau en vogue par la bourgeoise anglaise de l'époque victorienne. Elle rencontre Isabelle Thorpe pour qui elle se prend d'amitié et de son frère John. Elle rencontre également Henry Tilmey dont elle tombe rapidement amoureuse et de sa soeur Eleanor. Ces derniers l'invite à séjourner à Northanger Abbey.

Critique : J'ai trouvé ce livre assez... bizarre pour un livre de Jane Austen. J'ai vu sur internet que c'est une parodie du roman gothique (un certain nombre sont cités dans le livre) et dans la mesure où je ne connais pas de roman gothique, je n'ai surement pas pu comprendre toutes les subtilités. Sinon, la lecture a été assez plaisante. Catherine est décrite comme une héroine mais elle est très naive et parfois, j'avais envie de la secouer tellement elle me paraissait idiote. Concernant le style d'écriture, Jane Austen utilise souvent le JE dans ce livre et apostrophe le lecteur souvent, ce qu'elle ne faisait pas dans ces autres romans mais cela lui permet généralement de faire passez une critique de la société anglaise. Par moment, l'abbey de Northanger ne faisant penser à Thornfield-Hall du livre Jane Eyre de Charlotte Bronte.

Dans la préface, Jane Austen s'excuse auprès du lecteur que, dans la mesure où le livre a été publié 13 ans après son écriture, il puisse trouvé ridicule certains passages qui ne sont plus d'actualité 13 ans plus tard. J'ai trouvé cette idée marrante parce que je l'ai lu près de 4 siècles après son écriture et bien que les moeurs ne soient plus du tout les mêmes, j'ai quand meme apprécié le roman.

Une phrase montre bien ce que pensait Jane Austen de la condition de la femme à son époque : "Une femme, si elle a le malheur de savoir quoi que ce soit, devra le dissimuler aussi bien que possible." Cette citation m'a fait rire et m'a fait penser à Orgueil et Préjugés dans lequel elle prend une position extrèmement féministe.
cookie610
cookie610

Nombre de messages : 4884
Age : 28
Location : Lyon
Date d'inscription : 28/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Orgueil et Préjugés et Zombies

Message  Ondine le Dim 6 Déc 2009 - 14:43

Orgueil et Préjugés et Zombies

Jane Austen - Seth Grahame-Smith
Flammarion, 316 p. 2009-12-06


Difficile de mettre une note à ce détournement extravagant d’Orgueil et Préjugés à recommander aux fans uniquement (fans d’Austen ou fans de zombies) !

La trame de l’histoire reste fidèle au roman de Jane Austen tout en incorporant des zombies- les « innommables » - dans son univers : ils rôdent dans la campagne et sur les chemins en attaquant les voyageurs et s’introduisent même dans les demeures mal surveillées! Dans cette société, c’est la capacité à combattre les zombies qui valorise un individu : Lady Catherine est réputée dans tout le royaume pour avoir été une grande tueuse de zombies, les sœurs Bennett ont été en Asie pour perfectionner leurs techniques d’arts martiaux, tout comme Darcy, lui aussi grand tueur d’ « innommables ». Inutile de dire que Mr Collins fait figure de piètre combattant : les caractéristiques des personnages sont globalement respectées.
Hommage comique et parodique, le tour de force de l’auteur réside dans le fait d’être resté aussi proche de l’univers d’Austen tout en transformant les codes : Lady Catherine ne demande pas à Elisabeth de jouer du piano mais de lui faire une démonstration de ses compétences sur le grand Dojo de Rosings et face à ses ninjas ! Darcy est certes très riche mais il a surtout la réputation d’être un tueur de zombies sans pitié. Quant à Elizabeth, elle refuse la main de Mr Collins en des termes qui ne trompent pas sur le caractère définitif de sa décision: « Vous oubliez monsieur que je suis une disciple de Shaolin ! Experte en boxe des sept étoiles ! Je suis parfaitement sérieuse dans mon refus ! ».
D’ailleurs, le récit démarre fort, puisque les zombies attaquent dès le premier bal ce qui nous donne aussitôt le ton. Ainsi, lorsque Mr Bennet s’exclame : « Mesdemoiselles ! Pentagramme de la mort! » Les sœurs Bennet sortent leurs poignards pour exterminer tous les zombies qui ont envahit la salle! Mais bien sûr « en dehors de cette attaque, la soirée se déroula agréablement pour toute la famille. »

Le style surprend un peu : soit on aime soit on déteste ! C’est à lire comme on regarderait Shaun of the Dead sous peine de ne pas aller jusqu’au bout.


Dernière édition par Ondine le Dim 6 Déc 2009 - 14:52, édité 1 fois

Ondine

Nombre de messages : 80
Date d'inscription : 02/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Orgueil et Prométhée

Message  Ondine le Dim 6 Déc 2009 - 14:49

Orgueil et Prométhée
John Kessel, 2009
4,5/5

A noter la sortie aux éditions Moutons électriques des Nombreux mondes de Jane Austen d’Isabelle Ballester, 2009, comportant l’excellente nouvelle de John Kessel Orgueil et Prométhée, prix Nebula 2009, qui mélange les personnages d’Orgueil et Préjugés quelques années après l’action du roman et ceux de Frankenstein, Mary étant l’héroïne principale de l’histoire.
En dehors de cette nouvelle le livre est intéressant pour les fans mais un peu cher je trouve (28€).


Orgueil et Préjugés
Jane Austen
5/5

Chef d’œuvre !
J’ai commencé ce classique de la littérature anglaise par curiosité, et je m’attendais à quelque chose d’assez ennuyeux n’ayant lu aucune critique dessus avant de l’avoir lu. J’ai donc été très surprise par le ton drôle et très agréable de l’auteur ! A lire, à relire!

Ondine

Nombre de messages : 80
Date d'inscription : 02/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jane AUSTEN (Royaume-Uni)

Message  Invité le Lun 22 Fév 2010 - 18:43

Jane Austen - Orgueil et préjugés.

Quatrième de couverture :
Orgueil et préjugés est le plus connu des six romans achevés de Jane Austen. Son histoire, sa question, est en apparence celle d'un mariage: l'héroïne, la vive et ironique Elizabeth Bennett qui n'est pas riche, aimera-t-elle le héros, le riche et orgueilleux Darcy ? Si oui, en sera-t-elle aimée ? Si oui encore, l'épousera-t-elle ? Drôle, romanesque, le chef-d’œuvre de Jane Austen reste tout simplement incontournable !
Source jacquette et présentation : Editions 10/18
Mon avis :
Il me semble bien que Miss Jane Austen ai une adepte de plus. En effet, cette lecture d' Orgueil et préjugés m'a tout à fait charmée. J'avoue avoir eu quelques apprioris, à l'image des héros de ce récits, car je ne pensais pas qu'un roman de ce genre (plutôt sentimental, romantique) pû me plaire.
Or dès les premières pages, l'écriture fluide de Jane Austen m'a ravie. Il est vrai qu'elle n'a pas un style très développé et travaillé, mais elle a un talent fou pour saisir les sentiments qui assaillent les divers personnages et, de plus, j'ai pris énormement de plaisir à la lecture des dialogues, tous succulents. D'ailleurs, en parlant de dialogues, ceux-ci sont si bien menés, travaillés, qu'ils arrivent à nous faire connaître en profondeur les différents individus intervenant dans ce récit : leur psychologie, leur caractère, leur personnalité et même, leur physique.
L'écriture de Jane Austen m'a éblouïe, entre poésie et simplicité, celle-ci m'a entraînée dans les abîmes du roman, au point de devenir omniprésente parmis les personnages. J'ai raffolé du personnage de Jane, de celui d'Elizabeth et de Mr. Darcy. Une partie de ces trois personnalités me correspond et, je pense que c'est là tout le génie de Miss Austen : faire en sorte que chaque lecteur se retrouve au moins dans quelques personnages. Lydia, Mrs. Bennett m'ont exaspérées et de ce fait, je me suis sentie extrêmement proche de Darcy. Comme Mr. Bennett est adorable, c'est un père affectueux, aimant ses filles avec passion, charmant. Un père idéal !
Que de bonheur ais-je ressentie avec cette lecture. Et que d'angoisse, car je souhaitais tellement que l'amour qui dévorait, tour à tour Mr Darcy, Elizabeth, Charles Bingley et Jane, soit révélé et consommé.
J'aime beaucoup aussi la façon qu'a eu Jane Austen de conduire le récit : ces situations qu'elle dépeint avec force et passion, ces moments où les amoureux se suivent et se fuient... Ah Miss Austen, quel talent ! Avoir ralié à votre style une lectrice telle que moi n'était pas mince affaire, mais c'est sans nul doute que vous m'avez conquise et que je désire, dès lors, lire vos autres ouvrages.
Ma note : 4.5/5

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jane AUSTEN (Royaume-Uni)

Message  rose le Dim 30 Mai 2010 - 19:47

Perusasion
Ed. Penguin 1985

par cookie610
Résumé : Anne est la fille d'un baronnet ruiné et prétentieux qui doit louer sa maison à l'amiral Croft et partir à Bath pour retrouver son rang. Quand son père et sa soeur partent, elle reste près de sa soeur Mary et de son amie Lady Russell. Elle apprend que le frère de Mrs Croft n'est autre que le Capitaine Wentworth, ancien fiancé d'Anne huit ans auparavant qui avait finalement rompu ses fiancialles sous les conseils de son amie Lady Russell qui désapprouvait cette union. Mais le capitaine est distant et s'intérresse aux belles-soeurs de Mary.


Lire Jane Austen est toujours pour moi un moment délicieux et un peu frustrant car il m'aurait plu d'être une de ses héroïnes. Et plus particulièrement Anne Elliot qui comme Jane est plus mûre, plus mature et nous emmène dans une vision beaucoup plus réfléchie de l'époque. Ici, point de querelles de jeunes filles en recherche déséspérée de mari et de condition. C'est une femme de 28 ans, qui a laissé fuir son amour, car son environnement l'a considéré à l'époque comme n'étant pas un bon parti. C'est une femme de 28 ans, d'une délicate intelligence et d'une certaine ouverture d'esprit, méprisée par sa soeur ainée, pour qui seules les futilités de son cercle mondain ne compte. Ce texte est une satire de tout ce "beau monde" qui des années plus tôt a jugé, décidé de l'avenir de Anne, mais sur quels critères? Si la persuasion fut efficace dès lors, elle est remise en question. Anne, est oubliée de tous, mais le Captain Wentworth revient avec une condition honorable, les avis changent, les barrières tombent, mais il est un lien qui n'a pas changé: celui du respect reciproque et de l'amour.

Ce récit écrit sur son lit de malade, publié de manière posthume en 1818, est de loin le meilleur roman de Jane Austen que j'ai pu lire à ce jour ( me manquent encore Mansfield Park et Nothern Abbey). J'ai trouvé touchant le personnage de Anne, exaspérant, puis très humain celui du Captain Wentworth.

5/5

_________________
lecture en cours:

Kafka sur le rivage,Haruki Murakami
rose
rose

Nombre de messages : 639
Age : 44
Location : Suisse
Date d'inscription : 26/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

Orgueil et préjugés

Message  nauticus45 le Dim 6 Juin 2010 - 20:44



380 pages, 10x18, février 2000

En principe les histoires d'amour compliquées, coincées entre les conventions et les sentiments, ne m'intéressent pas vraiment, mais ce roman, même s'il a ce genre d'histoire pour base, m'a vraiment passionnée! Jane Austen, en partant d'une intrigue amoureuse somme toute assez classique, arrive en effet à nous décrire la société anglaise de son époque avec beaucoup de justesse et de subtilité. Avec son style et son esprit si vif, elle rend fascinant la moindre petite scène de la vie de ses personnages, comme les bals provinciaux qui pimentent leur vie. Je n'avais jamais encore lu de roman de Jane Austen mais je comprend mieux pourquoi elle plait tant, mais moins pourquoi la bibliothèque de ma ville n'a aucun roman d'elle ! Merci Fabienne de m'avoir permis de la découvrir quand même!

5/5


nauticus45
nauticus45

Nombre de messages : 1784
Age : 42
Location : Haut-Rhin, France
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jane AUSTEN (Royaume-Uni)

Message  odilette84 le Lun 5 Juil 2010 - 19:31

orgueil et préjugés
LV de Fabienne

j'avais vu le film avec Keira Knightley dans le rôle d'Élisabeth et c'était là ma première rencontre avec le monde de Jane Austen. J'avais adoré l'ambiance et le sublime Darcy .
C'est avec bonheur que je me suis plongée dans le roman et je l'ai dévoré. Tout m'a plu , l'ambiance, l'étude des personnages, les péripéties amoureuses, la manière inimitable qu'a l'auteur de rendre le ridicule des personnages, je pense à Lydia, mais aussi à M Collins ou à Mrs Bennet.
j'ai hâte de lire ses autres romans, tout en regrettant déjà que son œuvre soit si courte !
5/5

_________________
résister c'est exister

odilette84
odilette84

Nombre de messages : 2261
Age : 54
Location : Provence
Date d'inscription : 28/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jane AUSTEN (Royaume-Uni)

Message  Marion le Dim 15 Aoû 2010 - 10:07

Orgueils et Préjugés (Pride and Prejudice)
de Jane Austen

Penguin Popular Classics, 298 p.



Elizabeth a une vingtaine d'années et est la deuxième enfant d'une famille de cinq filles, toutes en âge de se marier. Lorsque le riche et beau Mr Bingley s'installe dans le voisinnage, elles sont toutes en émoi. L'aînée, Jane, semble avoir les faveurs de ce parfait gentleman. Mais il est venu accompagné de son cousin, Mr. Darcy, qui, selon l'avis de tous, est détestable : hautain, désagréable et orgueilleux, il suscite immédiatement l'antipathie d'Elizabeth... Mais les sentiments amoureux seront plus forts que ces premières impressions. Les orgueilleux ne sont peut-être pas ceux qu'on croit, et les préjugés vont s'effriter au fil du récit...



Comme le disait Philcabzi dans une autre discussion, Orgueil et Préjugés, c'est de la "chick lit", mais quelle chick lit !! Laughing En effet, l'intrigue de départ est très banale, il s'agit de l'amour peut-être impossible entre Bingley et Jane, et entre Darcy et Elizabeth. Mais Jane Austen tire son épingle du jeu grâce à sa grande finesse psychologique, retranscrite dans un style très agréable et plein d'humour.

Le roman regorge de personnages : il est centrée sur Elizabeth, vive, indépendante et intelligente. Elle est très proche de sa soeur aînée, la belle et raisonnable Jane. Mr Darcy est particulèrement intéressant, puisque c'est le personnage le plus complexe : Jane Austen parvient, avec une habileté incroyable, à nous le faire détester pendant un bon tiers du roman, puis tout d'un coup, elle arrive à nous convaincre de sa grandeur d'âme, de sa sincérité et de sa bonté. Et ça passe comme sur des roulettes !! Laughing

Ce qui m'a particulièrement plu dans Orgueil et Préjugés, c'est l'humour fin de l'auteur, notamment dans les dialogues et les lettres. J'ai particulièrement adoré le duo comique Mr and Mrs Bennet, mais aussi les lettres empruntées du cousin Mr Collins, ou encore la profonde idiotie de Lydia, la plus jeune des soeurs, qui est comme sa mère, obsédée par son mariage...

Et puis, ce livre est so british !!! On s'y croirait, dans ces propriétés verdoyantes, peuplées de lords et de ladies qui prennent le thé dans le salon et attendent avec impatience les bals fastueux Very Happy.

Toutes ses qualités font oublier l'intrigue amoureuse "basique", et le personnage de Jane, que je trouve un peu fade (pour tout dire, elle m'énervait, je tournais vite les pages de discussions entre Lizzie et Jane pour retrouver Mr Bennet, Lady de Bourgh, Mr Darcy ou encore Kitty et Lydia...)

C'est la première fois que je lisais Jane Austen, et je ne suis pas déçue ! 4,5/5

Marion
Marion

Nombre de messages : 174
Age : 34
Location : Paris
Date d'inscription : 27/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jane AUSTEN (Royaume-Uni)

Message  catherine le Mer 10 Aoû 2011 - 1:21

Pride and prejudice

J'ai décidé de lire mon premier roman de Jane Austen en anglais, et je ne l'ai pas regretté. J'ai eu un peu de difficultés à entrer dans le monde de Elizabeth au début, mais après peu de temps j'ai pris goût à l'intrigue, même si on devine la fin rapidement... un vrai chick-lit - de qualité bien sûr! J'ai été quand même sur le bout de ma chaise à savoir si les histoires amoureuses allaient bien se terminer, surtout celle d'ELizabeth et Darcy! (J'avoue avoir été moins angoissée par rapport à celle de Jane...)

C'est fascinant de voir comment les relations étaient compliquées et tortueuses, entre les qu'en-dira-t-on et les places des différentes classes sociales. On se demande parfois comment font les gens pour gagner leur vie... vivent-ils vraiment que sur leur fortune familiale??? Les différents personnages étaient pour la plupart très intéressants - la mère d'Elizabeth, sans scrupules, le déplaisant mais distrayant Mr. Collins, les très vivantes jeunes soeurs...

J'ai adoré me plonger dans cette époque complètement différente de la nôtre où tout bouge à la vitesse de la lumière...

Une belle lecture! Je vais certainement me replonger dans cet univers un jour!

4.5/5

_________________



Lectures en cours:
The strange case of Dr Jekyll and Mr Hyde and other tales of terror de Robert Louis Stevenson
catherine
catherine

Nombre de messages : 611
Age : 41
Location : Montréal
Date d'inscription : 07/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jane AUSTEN (Royaume-Uni)

Message  Prospéryne le Mar 17 Jan 2012 - 12:24

Raison et sentiments Jane Austen Archipoche 441 pages


Résumé:
Elinor et Marianne sont deux soeurs qu'un retournement de sort brutal a
privé de leur héritage. Recueilli avec leur mère et leur petite soeur
chez un cousin qui les héberge à peu de frais, elles ne tardent pas à
être toutes les deux courtisées. Néanmoins, alors que la nature
d'Elinor est d'être raisonnable et de cacher ses sentiments, celle de
Marianne est de les montrer à tous et d'être passionnée en toutes
choses. C'est pourquoi lorsque l'amoureux d'Elinor se détourne d'elle
pour répondre à un engagement précédent, elle cache ses sentiments alors
que Marianne de son côté montre librement et totalement sa passion pour
Willoughby. Jusqu'à ce qu'il disparaisse sans retour lui aussi.

Critique:
Je n'avais jamais lu Jane Austen et je ne voulais pas commencer par Orgueil et préjugés pour la connaître, ça faisait beaucoup trop cliché. J'ai donc préféré commencer par Raison et sentiments,
attiré par le prénom de l'une des héroïnes qui est le même que le
mien. Mais si on a le même prénom (à une lettre près), nos caractères
sont diamétralement opposés et je dois avouer que je suis beaucoup plus
proche de la raisonnable Elinor que de sa soeur! D'ailleurs, les deux
caractères des deux soeurs sont si opposés que l'on ne peut que se
demander comment elles peuvent être aussi attachées l'une à l'autre.
Mais enfin bref, l'histoire tourne autour de deux soeurs dont les
caractères opposées mèneront à des histoires d'amour aussi aux antipodes
qu'il est possible d'être. Et qu'après de nombreuses circonvolutions,
quiproquos et heurts finiront toutes les deux heureuses en ménage. On
sent fortement le reflet de l'époque, où les mariages d'argent étaient
monnaie courante et où les dots et les héritages étaient vus comme
autant de façons de s'enrichir. On en oubliait facilement que ceux qui
possédait cet argent avait aussi des sentiments et étaient des êtres
humains avant tout. L'analyse psychologique que fait Jane Austen est
remarquable: il n'y a pas la moindre caricature dans le portrait qu'elle
trace de ses personnages, ils sont tous réels et réalistes, on sent
leurs petites grandeurs et leurs faiblesses à la fois coupables et
mesquines. J'avais lu quelque part que Jane Austen avait un talent rare
d'observation de la nature humaine et c'est très vrai. Simplement en
montrant les gens tels qu'ils sont, elle réussit à nous faire rire, avec
un humour qui laisse toute la place à l'ironie. Leur frère John par
exemple est le parfait exemple de l'homme qui ne veut pas paraître
faible... et finit manipulé comme une marionnette par son épouse!
Elinor et Marianne sont elles aussi très belles dans le portrait que
l'on trace d'elle. Amoureuses passionnées toutes les deux, elles
finiront pourtant heureuses, malgré des destins fort différents.
L'histoire est lente et il ne s'y passe pas énormément de choses, tout
est dans les relations entre les différents personnages et dans les
discussions entre eux. On est dans les chassé-croisés de la vie en
société et ils sont très bien rendus. Je ne sais pas quoi dire de plus,
c'est le genre de livre dont l'atmosphère est dure à rendre dans une
critique, il faut le lire pour comprendre. En tout cas, me voici
réconcilié avec les écrivaines anglaises du XIXe siècle, moi qui avait
tant détesté Les Hauts de Hurle-vent d'Emily Brontë!

Ma note: 4.25/5

_________________
On peut se passer de tout, sauf de la littérature et des chats Graffiti vu à Berlin
Prospéryne
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 36
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jane AUSTEN (Royaume-Uni)

Message  belledenuit le Mar 6 Mar 2012 - 10:30

Lady Susan
Editions Folio (2006) - 115 pages

Présentation de l'éditeur :
Une veuve spirituelle et jolie, mais sans un sou, trouve refuge chez son beau-frère, un riche banquier. Est-elle dénuée de scrupules, prête à tout pour faire un beau mariage, ou juste une coquette qui veut s'amuser ? Le jeune Reginald risque de payer cher la réponse à cette question...
Grande dame du roman anglais, Jane Austen trace le portrait très spirituel d'une aventurière, dans la lignée des personnages d'Orgueil et préjugé et de Raison et sentiments.

Mon avis :

Je ne suis pas une fan du roman épistolaire même si certains ouvrages dans le genre m'ont beaucoup plu comme "Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates" ou "84, Charing Cross Road" et pour lesquels je garde un excellent souvenir de lecture.

Mais ici, je garde une petite déception de ma lecture. Certes, la plume de Jane Austen est toujours aussi délicieuse à lire mais j'ai trouvé que l'ouvrage en lui-même était trop court et entrer dans l'histoire sur le fait accompli ce n'est pas du tout pour moi. Je m'explique.

On entre dans ce livre en lisant des lettres qui expliquent le comportement de Lady Susan et des agissements peu scrupuleux et indécents pour l'époque.

En premier lieu, j'ai eu du mal à saisir qui était qui et lorsque j'y étais parvenue, il m'a fallu comprendre ce que l'on reprochait exactement à cette chère Lady Susan. Bien entendu, au fur et à mesure que ma lecture progressait, Lady Susan ne m'a pas plu du tout.

Cette jeune veuve de 35 ans, bien conservée pour l'époque de ce qu'on nous en dit, fait tout pour se retrouver marier avec un bon parti. Autant dire qu'elle mettra tout en oeuvre pour y parvenir quitte à éloigner délibéremment sa fille de 16 ans au cas où celle-ci lui ravirait sa "proie".

Je n'aime pas du tout ce genre de personnage très égoïste. Et même si on peut accorder des circonstances atténuantes, personnellement je ne lui en donnerai pas.

J'ai vécu ma lecture comme un petit calvaire qu'il me tardait de terminer tant les agissements de Lady Susan me mettait mal à l'aise.

Je comprends qu'il me faille me situer dans l'époque pour comprendre ce qu'elle vivait et malheureusement je n'y suis pas arrivée. Je n'ai ressenti aucune empathie pour cette femme, contrairement à Catherine Vernon qui tente de régler le problème "lady Susan".

Tout ici n'est qu'intrigue amoureuse et papotages sur une femme qui n'est pas bien vu du milieu bourgeois. N'étant pas cancanière pour deux sous, ce genre de choses m'exaspère au plus haut point.

Je peux comprendre que d'un côté une femme souhaite se caser pour ne plus être dans le besoin, et je peux aussi comprendre que d'un autre, les proches de la future "proie" fasse tout pour contrer la première. Mais tout ça, ce n'est vraiment pas pour moi.

En bref, ce fût une lecture passablement appréciée par le thème abordé ici par Jane Austen mais, et heureusement pour moi, je me suis délectée de la plume toujours aussi délicate de l'auteur. Il me fallait bien une petite compensation quelque part.
belledenuit
belledenuit

Nombre de messages : 1067
Age : 43
Location : Sud de la France
Date d'inscription : 05/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jane AUSTEN (Royaume-Uni)

Message  odilette84 le Dim 20 Mai 2012 - 16:35

persuasion
j'adooooooooooore Jane Austen !!
toujours fine et précise, tellement sarcastique, tellement actuelle !
qui mieux qu'elle sait décrire les sentiments ...
comme ses héroïnes sont délicieuses, dévouées et modestes
parfois on en viendrait à souhaiter les secouer un peu ...
dans ce roman là encore, on se régale et prend fait et cause pour Anne Elliot, bien mal embarquée avec une famille prétentieuse, imbue de sa grandeur, égoïste au possible et pour tout dire terriblement stupide !

Difficile d'en raconter plus car en réalité tous les romans de cette grande dame sont construits sur le même type donc, les amours contrariées, soit on aime , soit on n'aime pas !!
moi je suis fan !
5/5

ps : qui en France a écrit et décrit aussi bien la société de cette époque ?
je songe à Balzac pour faire un parallèle où je retrouverais cette plume acérée ...
qu'en dites vous ?
je vais relire Eugénie Grandet (dernière lecture il y a 35 ans !! au collège !!)

_________________
résister c'est exister

odilette84
odilette84

Nombre de messages : 2261
Age : 54
Location : Provence
Date d'inscription : 28/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jane AUSTEN (Royaume-Uni)

Message  Chantal le Dim 20 Mai 2012 - 19:37

Ah Odilette, on n'est jamais déçue avec un bon classique ! Very Happy
Chantal
Chantal

Nombre de messages : 2422
Location : France
Date d'inscription : 22/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jane AUSTEN (Royaume-Uni)

Message  lalyre le Lun 27 Aoû 2012 - 16:48

Persuasion


Quatrième de couverture:
Anne est la seconde fille de l'honorable Sir Elliot de Kellynch. Persuadée par son amie Lady Russel, elle a dû rompre ses fiançailles avec le jeune Frederick Wentworth, un officier de marine pauvre, car il ne présentait pas les assurances d'un bon parti. Huit ans plus tard, sa famille connaît des revers de fortune. Son père décide alors de louer le château familial à l'amiral Croft, qui se trouve être le beau-frère de Frederick. Anne appréhende de revoir celui qui est resté son grand amour. Alors que s'achève la guerre avec la France, le capitaine Wentworth, fortune faite, revient avec le désir de se marier pour fonder un foyer. Il a conservé du refus d'Anne la conviction que la jeune fille manquait de caractère et se laissait trop aisément persuader
Mon avis
Persuasion est le dernier roman écrit par Jane Austen, je dois dire que j’ai été déçue ne serait-ce que par le baronnet que j’ai trouvé ridicule regardant chacun avec une certaine condescendance, une espèce de m’as-tu vu. J’ai particulièrement ressenti la critique de l’orgueil, du poids des convenances et les ambitions de cette société bourgeoise dans l’écriture de l’auteure. Que dire d’autre sur ce livre que je n’ai pas apprécié, sinon retenir quelques-uns des thèmes comme la mélancolie, la vanité et le manque de moral d’une certaine bourgeoisie, ce qui d’ailleurs existe toujours.....3,5/5
lalyre
lalyre

Nombre de messages : 4609
Age : 86
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jane AUSTEN (Royaume-Uni)

Message  odilette84 le Mer 31 Juil 2013 - 10:31

Mansfield ParK


je continue mon exploration du monde de Jane Austen et je ne suis pas déçue.
Ce roman est sans doute le plus long que j'aie lu de cet auteur, mais je ne m'en suis pas lassée. Il est beaucoup plus complet et précis que les autres sur la situation politique britannique de l'époque tout en n'étant jamais ennuyeux car les choses sont seulement suggérées.
Toutefois, pour ma part, il me semble que c'est le premier roman de Jane Austen que je lis où elle propose un panorama aussi diversifié, tel que le théâtre, quelques aspects de la marine, les territoires britanniques outre mer etc...
Les personnages sont toujours présentés avec justesse et le style de l'auteur est absolument délicieux et remarquable.
Un régal
5/5

_________________
résister c'est exister

odilette84
odilette84

Nombre de messages : 2261
Age : 54
Location : Provence
Date d'inscription : 28/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jane AUSTEN (Royaume-Uni)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum