Thai HO ANH (Vietnam)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Thai HO ANH (Vietnam)

Message  gallo le Sam 8 Nov 2008 - 21:26

De : Claudeg061 (Message d'origine) Envoyé : 21/07/2003 09:28
L'île aux femmes de Ho Anh Tai.
editions l'Aube poche. 139 pages

Lorsque j'ai ouvert ce petit roman de 139 pages, j'ai d'abord lu la préface, ce que je fais rarement. Janine Gillon, un des traducteurs, expliquait à quel point elle avait été choquée par la vision des femmes qu'a l'auteur du roman, les résumant à un désir d'enfant et lui opposant le plaisir sexuel mâle...Je trouvais, déjà, cette préface mauvaise et directrice...Et la lecture du livre confirme cette impression en accetuant l'idée que les oeillères féministes de la traductrice lui ont fait perdre la douceur et la complexité d'un texte écrit dans un langage simple et directe.
C'est un roman qui fouille le fond de nos esprits et qui expose toute une galerie de personnes différentes...Leur histoire est différente, leur motivation, ils sont cocasses, ridicules, méprisés ou méprisants, tristes, fatigués...L'île aux femmes, qui tourne autour d'un camp de travail uniquement composé de femmes, n'est pas le roman de la maternité, mais le roman de la liberté par rapport à soi et à la société qui nous entoure. C'est aussi le roman de la rédemption et de la seconde chance. Certaines femmes seront attirées par l'enfant (mais surtout parce qu'il est, pour elle, un remède à la solitude) d'autres (Luyen) cherche le plaisir d'un corps mâle, Tuong (le personnage principal) est empêtré dans ses doutes et la croyance qu'il est le pire homme de la terre, Hoa se jette dans le travail et l'ambition afin d'oublier sa solitude. Il y a toute une série de personnages attachants, dépeint avec tendresse et qui lève un peu le voile sur ce pays qui n'attire le touriste que parce qu'il a été le terrain d'une lutte fratricide longue de 30 ans. Ceux qui connaissent les films de Tran Ahn Hung, devraient retrouver, comme moi, cette atmosphère moite qui ralenti le temps. Une atmosphère de lenteur que l'on retrouve dans toute l'Asie où les jours ne passent pas à la même vitesse qu'en Occident.

Claude


Réponse
De : 5859Chouette Envoyé : 22/07/2003 23:48
J'aime bien ta critique Claude. Ne penses-tu pas que ton regard masculin soit diamétralement opposé à celui de la traductrice, car justement vous voyez ce texte, chacun, avec votre vision masculine ou féminine ? Cela se passe où dans un camp de rééducation au Vietnam, au Cambodge ?


Réponse
De : Claudeg061 Envoyé : 23/07/2003 09:26
Pour ce qui est de la vision masculine, non. Parce que je ne regarde que les personnages et leur histoire. La traductrice c'est focalisée sur une chose et sur certains personnages, en occultant les faits qui auraient pu mettre en cause sa position. Elle a réduit le roman à ses convictions et c'est dangereux. De plus en se focalisant sur ce point qui, existe bien (dans le chef de Tuong), elle a réduit le roman à une écorce en ignorant l'arbre dans sa diversité. Elle a résumé les personnages à des caricatures...
Je trouve bien dommage que l'on réduise l'art et la vie à une opposition entre l'homme et la femme (d'ailleurs on reduit tout à des combats: fidèles et infidèles, capitalistes et altermondialistes, gauche et droite, chef de bureau et sous-chef de bureau etc...). Après de longs siècles de soumission on a rien trouvé de mieux que de nous opposer. On souligne les différences supposées afin de faire reluire l'argenterie. Tout cela m'ennuie et me fatigue. Je préfère voir en nous la même essence et, en tant qu'artiste, je ne crois pas qu'une femme puisse mieux parler des femmes qu'un homme et vis et versa...Et je suis persuadé, à l'encontre de l'idéologie de notre société, que nous sommes homme et femme dans la même personne.

Pour ta dernière question, cela se passe dans un camp agricole (non un camp de rééducation) où il n'y a que des femmes...L'histoire se passe au Vietnam dans la baie d'Ha-Long. Nous sommes loin du mauvais film de Wagnier avec Catherine Deneuve Indochine...



De : joubjoub Envoyé : 05/09/2007 11:28
.:: L'île aux femmes - Anh Thai HO ::.

Ce roman, paru au Viêt Nam en 1986 durant la période de la "Doi Moi" (politique du "renouveau"), a été écrit pour dénoncer les lois sur la famille, datant de 1959, qui ne reconnaissaient pas les enfants nés hors mariage, leur mère étant rejetée par leur famille et la communauté.
--------------------------------------------------------------------------------

Résumé : Une île dans l'archipel de la baie de Ha Long - huitième merveille du monde. Mais une île habitéee par la souffrance de femmes isolées dans une ferme d'etat, loin de tout, loin des hommes, loin de l'amour. Quelques aventures de passage seront sévèrement sanctionnées, et seule la force de l'amitié sauvera du désespoir ceux qui tentent l'impossible rencontre du désir, de l'art et de la beauté.

Un roman d'amour dans un cadre époustouflant, qui nous emporte au coeur des espérances et des contrdictions des jeunes vietnamiens d'aujourd'hui.

En refermant ce livre le lecteur a perdu l'innocence, et c'est avec un regard troublé qu'il pensera désormais à la mystérieuse baie de Ha Long. (Source : l'aube)
--------------------------------------------------------------------------------

L'intrigue est simple et servie par des personnages attachants, qui nous livrent avec leurs émotions, quelques unes des clefs de cette mentalité asiatique qui nous est souvent si étrangère.

En surface, le lecteur pourrait lire une opposition simpliste du désir des hommes d'avoir des relations sexuelles et de celui des femmes d'avoir des enfants... Ce roman se révèle un témoignage poignant sur les difficultés sociales rencontrées par les femmes dans une société dominée par les hommes et permet d'explorer le fonctionnement du communisme à la vietnamienne.

Note : 3/5
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum