Chester HIMES (Etats-Unis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chester HIMES (Etats-Unis)

Message  gallo le Sam 8 Nov 2008 - 21:17

De : Mousseliine (Message d'origine) Envoyé : 24/12/2004 04:53
Chester HIMES - La reine des pommes
(Gallimard / folio policier, 1999, 281 pages)

Des truands transforment, soi-disant, des billets de dix dollars en billets de cent. Jackson est un noir des plus naïf qui a perdu tout son fric aux mains de ces bandits. En fait sa vie a complètement dérapé, en plus de son argent, il perd sa copine, son boulot... L'histoire se passe dans Harlem, possiblement dans les années cinquante, comme la traduction en français a paru pour la première fois en 1958.

C'est un roman très noir, mais aussi très drôle, on rigole du début à la fin. Le sordide et le loufoque font ici un mélange savoureux. Plus qu'un roman policier, c'est aussi et peut-être surtout un roman social. Chester Himes décrit Harlem dans tous ses coins et recoins, la misère, la saleté, la violence, c'est la vie dans ce qu'elle a de plus pathétique. On ne s'ennuie jamais dans les descriptions de Chester Himes car le rythme est rapide. J'avais souvent l'impression d'être dans l'un de ces vieux films de gangsters américains où il y a toujours de l'action.

La Reine des pommes est le premier roman d'une série qui met en vedette deux inspecteurs noirs, Ed Cercueil Johnson et Fossoyeur Jones. Il a obtenu le Grand Prix de littérature policière.

Je vous le recommande chaleureusement, sous le couvert d'un humour irrésistable et d'une histoire policière c'est un cri qui dénonce la condition déplorable des noirs américains.

Note : 4.5/5

Il y a un super dossier sur cet auteur dans Mauvais Genres, plein plein plein de choses intéressantes:

http://www.mauvaisgenres.com/hbd8-9_editorial.htm


De : Sahkti1 Envoyé : 28/03/2006 13:23
Chester HIMES, Le fantôme de Rufus Jones et autres Nouvelles
Editions Librio, ISBN 2070317013

Cinq nouvelles, cinq récits mettant en scène des personnes noires aux destins sordides ou à l'avenir incertain.
Si la première, Le fantôme de Rufus Jones, prête à sourire à cause de son humour noir et machiavélique (un noir décédé se réincarne en blanc, mais aussi en noir aux yeux des noirs, ce qui crée une confusion certaine et puis des drames), on sent très vite que l'auteur ne va pas s'arrêter en si bon chemin et qu'il va passer de l'absurde au franchement cynique. Chester Himes écrit bien, une belle plume fluide et agréable, et il se sert de celle-ci non seulement pour faire passer ses idées et de l'émotion mais aussi un message et une certaine forme de révolte. Révolte qui prend tout son sens dans le second texte "Vers quel enfer rouge", le récit d'un incendie meurtrier dans une prison noire, métaphore hautement violente des conditions de sécurité et d'hygiène déplorables, à l'image de la sous-catégorie dans laquelle les Etats-Unis ont longtemps enfermé les noirs.
"Son dernier jour" revêt une autre tonalité, les dernières heures d'un condamné à mort noir qui attend de passer sur la chaise. Il est noir, il pourrait être blanc. Le blanc, c'est le gardien. Image cliché pourrait-on penser mais encore trop souvent véhiculée lorsqu'il s'agit de donner un visage à la délinquance.
"Dans la nuit" est peut-être le récit le moins "actif" à première vue, mais celui qui contient le plus de noirceur, la désillusion profonde d'un noir ami avec des blancs et qui affronte, un jour, le visage sournois du racisme.
un racisme carrément présent et raconté dans "Encore une façon de mourir", l'histoire d'un délit qui ne peut être commis que par un noir... aux yeux des flics blancs. Et ça se termine mal. Evidemment, aurait-on envie de dire.
Un auteur à explorer sans aucun doute pour le malaise qu'il fait naître en nous, quelque part, de manière insidieuse.

Ma note: 3,5/5


De : Sahkti1 Envoyé : 30/05/2006 17:28
Chester HIMES, Tout pour plaire

Une femme morte en plein baptême mystique mais qui ressucite parce que "seulement" en extase, un prophète escroc surnommé "Gentil prophète", un duo étrange composé de Ed Cercueil et Fossoyeur, un couteau qui disparaît et réapparaît, de l'argent invisible, Harlem sous toutes les coutures et un tas de personnages truculents... voici ce qui peuple ce récit de Chester Himes où il est question de vol, de meurtre, le tout sur un ton drôle et vif. Chester Himes promène son lecteur dans les rues de Harlem à la poursuite d'un magot disparu. L'occasion pour lui de dresser une galerie cocasse de portraits et de nous semer en lançant ci et là un tas d'indices et de versions différentes des faits selon qui les raconte. Il faut s'accrocher, histoire de ne pas perdre le fil, mais c'est tache aisée tant les personnages sont attachants et particuliers.
J'ai aimé cette ambiance d'une autre époque, cette journée trépidante (tout se déroule sur 24 heures) et ces personnages hauts en couleur. Plaisant à lire et à imaginer, j'avais l'impression d'entendre les voix de tous ces gens autour de moi, tant ils ont de l'épaisseur à chaque page.

Ma note: 3,5/5


De : Claudeg061 Envoyé : 20/01/2008 13:35
« L’aveugle au pistolet » de Chester Himes. (1969) Folio policier<o:p></o:p>

« Les policiers noirs, John Fossoyeur et Ed Cerceuil Johnson, effectuaient leur dernière ronde dans Harlem avec le vieux coupé Plymouth à la plaque minéralogique courante qu’ils utilisaient comme leur voiture officielle. Pour le moment, ils allaient à faible allure en direction de l’ouest sur la 123° Rue avec les phares éteints, comme c’était leur habitude dans les rues sombres… »

« L’aveugle au pistolet » est le roman d’un quartier, comme le sont les autres titres de la série. Roman de la nuit à une époque où Harlem n’est plus qu’un conglomérat de gens perdus au bord de la rupture, un quartier au cœur de l’identité noire qui se construit enfin autrement que dans la soumission au blanc malgré les murs décrépis et les immeubles borgnes ou condamnés. Les deux policiers sont arrivés à un point de non retour, ils n’ont plus foi en leur hiérarchie et ne supportent plus la violence qu’elle soit le faite de leur congénères où des blancs en col cravate. Harlem est le personnage principal de ce roman, un personnage fatigué comme ces femmes battues tous les soirs par leur amant. Ce n’est pas un portrait reluisant. Il y a un mépris pour tous ces frères qui ne valent pas mieux que les blancs qu’ils abhorrent. Un portrait sans concession de la médiocrité et de la stupidité. Les aspirations des différents personnages sont sapées par des traits de caractère pitoyables qui annihilent le mince espoir qu’ils pourraient avoir. Le constat est d’autant plus sombre que la misère sacrificielle et consentie ne débouche que sur des chacals qui proposent des solutions malfaisantes pour sortir du cercle vicieux. Les habitants d’Harlem n’ont guère l’espoir de voir leur condition s’améliorer. Mais les blancs sont mis en contre-jour, placés au pilori et accusés d’être les responsables en bout de course de cette infamie. Charge facile mais qui a ses raisons d’être dans un pays où Lincoln n’a libéré les esclaves que pour les plonger dans la ségrégation. Fracture raciale. « L’aveugle au pistolet » est un roman éclaté, aux histoires parallèles qui ne se rencontrent pas. L’intrigue n’est que le fil conducteur d’un portrait mélancolique et du testament de Fossoyeur et Ed Cerceuil.

Claude
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chester HIMES (Etats-Unis)

Message  petitemartine le Mar 31 Aoû 2010 - 13:32

La reine des pommes de Chester HIMES

Résumé ( Amazon.fr )
Employé des pompes funèbres, Jackson est un naïf. Il fait confiance à
Hank, un aigrefin qui lui a fait croire qu'il possède, comme Jésus, le
pouvoir de multiplication. Sauf qu'ici, il ne s'agit ni de pain, ni de
vin, mais de billets de banque. Jackson y perd tout son magot et, par la
même occasion, son épouse Imabelle. Pour retrouver Hank, ses complices
et aussi sa femme, Jackson fait appel à son frère Goldy, un indicateur
qui met la police sur la piste. Paru en 1957, La Reine des pommes,
Grand Prix de littérature policière, est une farce féroce qui inaugure
la série de romans où interviennent Fossoyeur Jones et Ed Cercueil
Johnson. Ces deux célèbres inspecteurs noirs sont chargés de faire
respecter la loi dans le ghetto de Harlem, à New York. Dans ce premier
volet, Chester Himes décrit cet univers impitoyable et loufoque à
travers le regard d'un amoureux crédule qui parvient à esquiver les
pires dangers et à triompher avec humour dans un monde où règnent
escroqueries et faux-semblants. --Claude Mesplède
Mon avis : Ce livre fut pour moi une belle découverte. On se retrouve au cœur de Harlem, dans les années 50, au milieu des gangsters, des magouilles,de la drogue, des dollars et des pépites d'or... C'est drôle, c'est vif, c'est rapide, il y a de l'action, des arnaques, du sang qui gicle... mais ce n'est pas morbide ! C'est truculent, désopilant,loufoque, drôle, vif, mais aussi un peu violent, très bien écrit et traduit, très imagé. Tous les personnages sont excellents !
Le pauvre Jackson n'a vraiment pas de chance, c'est vraiment la bonne poire ou la reine des pommes si vous préférez ! Plus naïf,difficile à trouver ! Il est fou amoureux de la belle Imabelle qui va bien le manipuler son Jackson... De même que son frère Goldy, qui gagne sa vie déguisé en bonne soeur... pour arnaquer les fidèles et leur vendre des tickets pour le ciel !! Mais je ne vous en dirai pas plus, c'est un régal !
Un très bon moment de lecture ! Merci Doriane
Ma note : 4,8 /5
avatar
petitemartine

Nombre de messages : 2407
Age : 46
Location : Morbihan /France
Date d'inscription : 04/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chester HIMES (Etats-Unis)

Message  Mousseline le Mar 31 Aoû 2010 - 13:37

Je m'étais toujours dire que j'allais continuer à lire la série... d'autant plus quand j'ai fait le ménage de ma bibliothèque cet été.

_________________
Mousseline

Magasin général tome 2 : Serge de Loisel et Tripp et L'île des chasseurs d'oiseaux de Peter May



"Happiness is only real when shared." (Christopher McCandless)
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chester HIMES (Etats-Unis)

Message  Lacazavent le Mar 31 Aoû 2010 - 13:42

Cet auteur me fait de l'oeil depuis un moment et ta critique me donne vraiment envie de le découvrir sous peu. Et un de plus dans ma lal !
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5582
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chester HIMES (Etats-Unis)

Message  petitemartine le Mar 31 Aoû 2010 - 19:57

Merci Lacazavent, tu ne le regretteras pas je pense ! C'est un incontournable dans son genre ! J'espère continuer la série...

Mousseline, j'étais 100% d'accord avec ta critique
avatar
petitemartine

Nombre de messages : 2407
Age : 46
Location : Morbihan /France
Date d'inscription : 04/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chester HIMES (Etats-Unis)

Message  Pistoufle le Mer 11 Sep 2013 - 20:27

La reine des pommes

Quatrième de couverture :
Employé des pompes funèbres, Jackson est un naïf. Il fait confiance à Hank, un aigrefin qui lui a fait croire qu'il possède, comme Jésus, le pouvoir de multiplication. Sauf qu'ici, il ne s'agit ni de pain, ni de vin, mais de billets de banque. Jackson y perd tout son magot et, par la même occasion, son épouse Imabelle. Pour retrouver Hank, ses complices et aussi sa femme, Jackson fait appel à son frère Goldy, un indicateur qui met la police sur la piste.

Mon avis : je me retrouve tout à fait dans la critique de Petitemartine. C'est un roman très bien écrit, magnifiquement traduit (c'est très appréciable) et surtout très drôle. Je ne me suis pas ennuyée une seconde dans cette histoire de gangsters américains dans les années 50 à Harlem. Le rythme est rapide, les évènements s'enchainent et ne laissent au lecteur aucun répit. Il faut s'accrocher, ne pas en perdre une miette, et on passe un superbe moment aux côtés de Jackson, Goldy et les autres. Le rythme m'a parfois fait penser au film Snatch de Guy Ritchie où l'on retrouve cet univers de malfrats et cette cadence infernale.
En général, j'ai besoin d'être "proche" des personnages d'un roman et suis attachée aux descriptions qui en sont faites. Ici j'ai été comblée car Chester Himes n'en laisse aucun de côté et s'applique à nous rendre chacun d'eux familier voire parfois carrément sympathique.
Un auteur que j'ai hâte de découvrir dans d'autres romans, policiers ou non, puisque sa bibliographie est riche d'après Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Chester_Himes
A découvrir absolument pour tous les amateurs du genre !

Ma note : 4/5
avatar
Pistoufle

Nombre de messages : 363
Age : 33
Location : Val-de-Marne - FRANCE
Date d'inscription : 10/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chester HIMES (Etats-Unis)

Message  Cyrielle le Dim 21 Déc 2014 - 12:01

LA REINE DES POMMES





Chester Himes nous conte l'histoire de Jackson, petit truand, naïf comme pas deux qui se retrouve embrigader, pour l'amour d'une femme, dans une histoire de pépites d'or en compagnie de son frère jumeau déguisé en bonne soeur.

J'ai beaucoup aimé découvrir l'univers de cet auteur, le Harlem des années 50 est très bien décrit, on s'y croirait.
Les dialogues sont savoureux avec l'argot de l'époque, les situations dans lesquelles se retrouve Jackson sont vraiment loufoques, on ne s’ennuie pas une seconde dans cette aventure, mi policier mi roman social.
Chester Himes détaille bien la situation des noirs dans cette Amérique d'après guerre. Malheureusement avec l'actualité on se demande si ça a bien évolué...

4.5/5
avatar
Cyrielle

Nombre de messages : 7317
Age : 30
Date d'inscription : 27/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chester HIMES (Etats-Unis)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum