Jacques ATTALI (France)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jacques ATTALI (France)

Message  Mousseline le Dim 26 Oct 2008 - 13:15

De : cuné (Message d'origine) Envoyé : 2005-01-04 14:33

Nouv'Elles
Fayard 245 p.

12 chapîtres, aux styles tous différents. On passe de la construction de la nouvelle, au poème, roman policier, lettre d'amour etc.. avec mise au premier plan alternativement de plusieurs personnages principaux, flash back dans le passé, mais tout est lié, tout se rejoint à un moment ou à un autre, jusqu'au bouquet final.
Et le tout a un sens !
Alors on peut être désarçonnée à un moment, se demander de quoi, de qui on parle, avancer, se rendre compte qu'on n'a pas été assez attentive à tel point de détail dans la partie précédente, revenir sur ses pas, continuer...
On peut aussi trouver très maladroite la séquence scène de théatre, apprécier le conte...
Mais au final c'est une histoire d'amour, de tous les amours.
L'originalité est un vrai atout ici, tout autant qu'elle obscurcit l'intrigue, masquant par son inventivité cependant quelque peu l'absence de fluidité du style de Jacques Attali...

A vous de voir !

3/5
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Jacques Attali

Message  Garanemsa le Sam 8 Jan 2011 - 11:25

LA VIE ETERNELLE

Jacques ATTALI

Au départ de la lecture de ce livre, on pourrait croire aussi à de la science fiction, mais de suite ce jeu de piste vous fait se poser des questions, il vous semble que quelque chose est connu, que cela représente quelque chose, que cela veut dire quelque chose

Alors pour ce faire, j’ai trouvé sur la toile un extrait d’une interview de l’auteur, car qui mieux que lui ne pourrait vous expliquer son livre

« Jacques Attali : Oui, évidemment, j’ai voulu montrer qu’on pouvait faire lire la Bible en replaçant les événements essentiels qui s’y déroulent dans un autre contexte, en usant d’une langue moderne et en en faisant le support d’aventures modernes. On constate que les situations bibliques transportées dans la modernité ne perdent rien de leur force, c’est-à-dire de leur universalité. Pour cela, j’ai choisi de raconter l’histoire d’une enfant à la recherche d’elle-même. Golischa cherche son père et son nom ; et, au-delà, elle cherche à sauver le monde. C’est bien la reprise dans un univers décalé des histoires archétypiques des mythologies.

Avec une originalité, peut-être : c’est qu’à ma connaissance, il n’existe aucune théologie où le sauveur soit une femme...

Le SY est le Sepher Yetsira, le Livre de la Création ou de la formation, texte fondateur du mouvement cabalistique, un des textes les plus mystérieux et des plus fondamentaux de la pensée : On ne sait qui l’a écrit : certains parlent d’un rabbin du XIe siècle nommé Sabattaï Donnolo qui aurait voyagé jusqu’en Inde, d’autres d’un rabbin du second siècle en Palestine, d’autres du prophète Jérémie, ou d’Adam lui-même, dit la tradition. C’est de ce texte en tout cas qu’est partie la recherche cabaliste du sens des textes, caché derrière les mots, et la tentation d’une relecture de la Bible comme un message codé, où la valeur chiffrée des mots crée des passages entre des concepts apparemment sans relation. Cette recherche de l’invariant derrière l’apparence, de la structure derrière l’événement, sera aussi, plus tard, le propre de la méthode scientifique. Et il ne faut pas s’étonner si la pensée spéculative a conduit de nombreux théologiens juifs à la pensée rationnelle. Mais le SY est plus encore à mon avis. Il est aussi le premier texte dans l’histoire de la pensée à avoir fait l’hypothèse que le monde s’explique comme une langue, c’est-à-dire que le langage est à la fois le seul modèle possible de perception du réel et un modèle efficace et de découverte. Il dit clairement que le Monde est structuré comme un langage. Cela a conduit des rabbins à penser que la vie aussi s’explique par les lettres de l’alphabet. Le SY contient ainsi une intuition qu’on retrouvera dans plusieurs sciences modernes ; par exemple dans les travaux de Chomsky sur le linguistique, de Wittgenstein sur la logique et de Watson sur la génétique. L ’homme peut expliquer l’univers avec la langue, parce que la langue est un invariant génétique, isomorphe à ceux de l’univers »





J’avais voulu le refermer me disant encore de la science fiction et puis j’ai continué

Et j’ai compris que c’était une forme de transposition.

Alors un 4.5/5
avatar
Garanemsa

Nombre de messages : 445
Age : 71
Location : Belgique/Liège
Date d'inscription : 28/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacques ATTALI (France)

Message  lalyre le Lun 17 Mar 2014 - 17:29

Jacques Attali               
Notre vie, disent-ils     
  Fayard 12 mars 2014    
        281 pages

Quatrième de couverture        
Lors d’une conférence à Genève, en janvier 2015, Tristan, brillant professeur de mathématiques à l’université de Princeton, tombe sous le charme d’une mystérieuse jeune femme, Yse, qui semble disposer, comme lui, de dons de prescience...
 Saura-t-il empêcher l’immense catastrophe qu’elle prévoit ? La guerre mondiale qu’il devine aura-t-elle lieu ?De Rome à Paris, de Venise à Angkor, de Vârânasî à Jérusalem, Yse l’entraîne à la recherche de savoirs anciens qui pourraient l’aider à relever ces défis.En racontant leur histoire d’amour et l’étrange pacte qui les lie, Jacques Attali rompt l’ordonnancement du temps et pose les questions qui hantent l’humanité depuis ses commencements : peut-on échapper à son destin, tel que les autres le prévoient ou le décident ? Pouvons-nous faire en sorte que notre vie ne se réduise pas à ce que les autres en disent ?

Mon avis

Tristan Seigner, le héros de ce roman science-fiction voudrait chasser ses visions de guerre à venir, d’horreur, de cadavres et d’armes à feu, il compte, compte et recompte, n’importe quoi,  jusqu’à ce que ses visions disparaissent. N’oublions pas que nous sommes en 2015, il pressent la Troisième Guerre mondiale, dont l’épicentre serait la Russie qui enverrait ses ondes vers le Kurdistan et la mer de Chine. Avec le héros, on voyage de Venise à Bénarès ou de Genève à Angkor et en Inde, allant de conférence en conférence. Cette Yse, femme mystérieuse qui semble disposer, comme lui, de dons de prescience, l’entraine à la recherche de savoir ancien qui pourraient l’aider. Il parle aussi de son ami Larry gravement malade qui lui a fait comprendre que les mathématiques ne sont pas un jeu de l’esprit mais peuvent contribuer à comprendre et à réparer le monde, ce dernier l’a aussi mis sur la piste de l’ethno- mathématique. La vie de Tristan bascule dans l'irrationnel : atteint d'arithmomanie, l'obsession de tout compter,  il constate également que les médias annoncent des événements de son propre futur. En parlant de cette histoire d’amour, l’auteur nous fait réfléchir sur le temps passé, présent ou futur et les questions qui hantent l’humanité depuis ses commencements. Car dit-il, l’humanité est en train de se suicider. Elle n’est plus qu’un ramassis d’enfants capricieux et monstrueux. Elle achève de détruire la nature. Elle ne vaut plus rien. Elle a gâché encore une fois tous les espoirs que l’on pouvait mettre en elle. Il faut qu’advienne une énorme catastrophe pour que les survivants mesurent le danger qu’ils courent et décident de se reprendre. Mais peut-on échapper à son destin ? Voila un très beau livre  et j’ai dû m’accrocher car certains passages étant assez difficiles, des mots que je ne connaissais pas m’ont enclin à consulter le dictionnaire. 4,5/5 
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4216
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacques ATTALI (France)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum