Françoise HENRY (France)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Françoise HENRY (France)

Message  gallo le Sam 8 Nov 2008 - 16:23

De : lalyre7032 (Message d'origine) Envoyé : 02/08/2006 19:43
Le rêve de Martin - Françoise Henry
Grasset

A 77 ans pendant les dernières heures de sa vie,Martin entend sa mère décédée depuis plusieurs annése, lui parler de l’au-delà,elle lui demande pardon.Pour la naissance de sa souffrance qui a commencé ce fameux jour de mai 1940, lorsque que à douze ans il est chassé de la ferme familiale par celui qu’il croit être son père.Le seul crime de l’enfant,avoir été le fruit d’un court instant d’étreinte interdite entre la jeune femme et l’instituteur au beau regard et c’est Louis,le mari bafoué qui a attendu son heure de vengeance sous le prétexte de la guerre,des mauvaises récoltes et trop de bouches à nourrir,l’enfant sera placé chez les Bardet,un agriculteur ,à dix kilomètres de là,Alors la mère continue sa vie avec Louis,mais comment a-t-elle pu accepter cette séparation ?Et pourquoi n’est-elle pas intervenue lorsqu’elle apprend que Martin est réduit à un quasi-esclavage ?Des années durant elle se posera ces questions en comprenant sa lâcheté et pourtant lui dit-elle ;elle l’a toujours aimé, alors elle demande pardon à ce fils devenu un vieillard qui n’a pu grandir et qui a accepté toute sa vie son rôle de souffre-douleur et c’est à l’heure de sa mort qu’il découvre sur quel secret reposait sa vie brisée.

Mon avis :Un roman qui m’a émue par la douleur muette de cette mère(car à cette époque cela semblait difficile pour une femme de maîtriser sa vie)et le supplice qu’a subi son fils sans se révolter.Un très beau livre !!!! 4,5/5
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Françoise HENRY (France)

Message  Lacazavent le Mar 23 Juin 2009 - 13:41

Le rêve de Martin de Françoise Henry
Grasset / 219 pages



Le 9 mai 1940, le monde de Martin s'écroule. Ses parents soumis au première rigueur de la débâcle vont le ''confier'' à la famille Badet. Ces gens n'ont pas d'enfants, leur ferme se fait bien grande pour eux et il accueille le petit Martin. Privé de l'affection et de l'amour de ses parents, il grandira seul, exploité, battus et soumis à cette famille. Malgré les mauvais traitements et la charge de travail toujours plus importante qu'on lui impose, il voit en eux ces ''Bienfaiteurs''.
Bien des années plus tard, alors que sa vie s'enfuie, il va enfin découvrir le secret qui a brisé son enfance et sa vie.


Écrit sous la forme d'un long monologue ou d'une longue lettre, c'est le livre d'un aveux. L'aveux d'une mère déjà morte qui ne cesse de penser à son fils. De là haut, elle a suivie sa vie, veillant inlassablement sur lui. Sans jamais cherché à véritablement justifié sa conduite, elle cherche simplement à s'expliquer, peut-être à se soulager. Ce jour de mai, elle a choisi sa famille et ses enfants plutôt que son fils né de la passion d'un moment. Elle a fait un choix douloureux et elle le paie encore.
C'est l'histoire de deux souffrances mêlées mais si différentes, un fil rejeté, une mère qui n'a pas su protesté pour le garder.
Sans nous inciter à prendre partie, Françoise Henry nous fait nous interroger la manière dont chacun perçoit et vie avec ses propres drames.
J'ai beaucoup aimé ce livre triste et poignant. Bien que s'essoufflant un peu sur la fin, j'ai été porté par l'écriture. Les mots transmettent une force, une sensibilité et une fragilité. Derrière les souffrances, il y a une petite pointe d'espoir bienvenu.
Un livre magnifique à lire sans hésiter... 4,5/5






« Il m'a caressé la joue comme jamais personne ne me l'avait caressée. J'ai fondu. J'ai tout oublié. J'ai tout donné. Je me suis laissée glisser à terre avec lui. Le crépuscule nous protégeait. La terre était mouillée,l'herbe giflait doucement nos bras nus, je me suis salie, j'ai ri, j'ai eu du plaisir. Tu n'étais pas encore là, Martin, tu venais de commencer le chemin qui te mènerait au jour. » (...)

« C'est lui qui te l' a annoncé. J'étais beaucoup trop lâche. Il m'était impossible de supporter ton étonnement, et la perplexité de ton regard limpide, si vite changée en douleur, en indignation. Tu as couru vers moi, tu m'as cherchée, moi qui me cachais misérablement ce jour-là au fond du jardin, (…) » p 57


« Tes mains ont tant maigri, Martin
A cause de la maladie et de la vieillesse elles sont devenues fines
Et bientôt elles seront transparentes...
Martin, écoute-moi. Comment pourrais-tu croire que je t'ai pas aimé alors que, comme tu le vois, comme tu l'entends ce soir, je n'ai cessé de te suivre partout où tu allais ?
S'il te fallait des preuves de mon amour -car j'en suis là- elles seraient ici, les preuves, dans les détails que je te donne, et qui trahissent mon attention constante envers toi ... » (…) p 180
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5582
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Françoise HENRY (France)

Message  belledenuit le Dim 31 Jan 2010 - 15:22

Le rêve de Martin de Françoise Henry

Editions Le Livre de Poche (2008) - 155 pages


Présentation de l'éditeur :
"Il m'a caressé la joue comme jamais personne ne me l'avait caressée. J'ai fondu. J'ai tout oublié. J'ai tout donné. Je me suis laissé glisser à terre avec lui. Le crépuscule nous protégeait. La terre était mouillée, l'herbe giflait doucement nos bras nus, je me suis salie, j'ai ri, j'ai eu du plaisir. Tu n'étais pas encore là, Martin, tu venais de commencer le chemin qui te mènerait au jour. " Martin n'a jamais compris pourquoi il a, un jour, été rejeté par ses parents. Il va enfin découvrir sur quel secret reposait sa vie brisée.

(source jaquette et présentation : Amazon.fr)

Mon avis :
Après avoir eu un coup de coeur, c'est un coup de bambou que je viens de recevoir avec cet ouvrage là. Non pas qu'il m'ait plu à un point extrême car justement c'est tout le contraire qui s'est produit.
Malgré l'histoire de Martin, que l'on apprend très rapidement, je me suis ennuyée à écouter cette mère chercher le pardon de son enfant aux portes de sa mort.
Car c'est l'âme maternelle qui parle à celle de son fils qui va bientôt la rejoindre.
Cela aurait pu faire une très belle lecture mais ça n'a pas été du tout le cas. En tout cas pour moi.
Ennui, exaspération, colère même vis-à-vis de cette mère qui ne fait que se répéter tout au long des 150 pages qui forgent ce livre. Voilà ce que j'en retiendrai.
Elle nous raconte ce qu'a été la vie de Martin et ce qu'elle aurait pu être si elle, sa mère, avait été forte, plus courageuse, plus volontaire aussi.
Elle regrette mais le résultat est là !
Je n'ai pas adhéré du tout à l'histoire même si du côté de l'écriture il n'y a rien à dire. Françoise Henry rend les émotions comme il se doit. C'est plutôt le remord de cette mère qui m'a, au bout du compte, exaspérée au plus haut point !
avatar
belledenuit

Nombre de messages : 1067
Age : 41
Location : Sud de la France
Date d'inscription : 05/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Françoise HENRY (France)

Message  lalyre le Ven 27 Déc 2013 - 17:03

Sans garde-fou      
Françoise Henry      
Grasset octobre 2013      
     221 pages

Quatrième de couverture
Nous sommes à Paris, de nos jours. Un des locataires du rez-de-chaussée d'un immeuble modeste n'est pas « comme les autres ». Farfelu ? Simple d'esprit ? Dérangé ? Acculé à la misère, il disparaît soudain. Sonia, une assistante sociale qui avait tenté de l'aider sans y perdre son propre équilibre, part à sa recherche. C'est la nuit. Elle se remémore des images, des souvenirs des quelques mois durant lesquels ils se sont côtoyés, connus, aimés peut-être...
Sans garde-fou n'est pas seulement l'histoire d'un homme « différent »: c'est le roman des rêves enfouis et des amours interdites, dans une société que domine la norme.


Mon avis

Le livre commence par une sonnerie de téléphone auquel Sonia ne répond pas sachant que c’est lui, l’homme qui habite le même immeuble à appartements. Plusieurs femmes y habitent aussi, qui dans le roman s’appelle Mme A, Mme C et Mme B. André lui, travaille dans un atelier protégé, un peu simple d’esprit et tapageur farfelu, il dérange ses voisines pour leurs raconter tout ce qui lui passe par la tête, bref il est ce qu’on appelle un voisin encombrant. Il faut dire qu’il n’est pas gâté par la vie, sans argent, la mort de son père et en quelques mois c’est la folie qui le guette. Un roman humain et sensible sur la détresse de la solitude et le vide de la vie. Un roman assez triste parce  que je n’ai pas aimé l’indifférence des voisines et leurs regrets lorsqu’il fut trop tard. 4/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4194
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Françoise HENRY (France)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum