Littérature amérindienne -bavardages...

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Littérature amérindienne -bavardages...

Message  géromino le Sam 24 Sep 2016 - 11:24

Venez ici partager vos connaissances, commentaires, réflexions, etc... 

_________________
                                                                                                                                                                              

Challenge "Book around the States":  17/50
avatar
géromino

Nombre de messages : 2870
Age : 53
Location : Finistère, FRANCE
Date d'inscription : 07/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Littérature amérindienne -bavardages...

Message  géromino le Sam 24 Sep 2016 - 12:14

Comme beaucoup, je savais que la Louisiane avait été française, mais quand on regarde la carte de RR, c'est presque la moitié de l'Amérique du Nord qui a été sous influence française pendant un siècle! Dommage que les Rois ou les hommes politiques de l'époque n'aient pas su préserver ces territoires. Je ne dis pas ça par sentiment colonialiste, mais il semble que les français avaient de meilleurs rapports avec les indiens que les anglo-américains ou les espagnols, c'est du moins ce que laisse entendre Milfort dans "Chef de guerre chez les Creeks". Ce dernier met aussi l'accent sur la mauvaise foi des américains, prêts à toutes les filouteries, tromperies, pour établir de mauvais ou faux contrats afin de s'approprier les terres des indiens.


En ce qui concerne la Louisiane, si les français s'y sont établis les premiers à la fin du XVIIe siècle, il a fallu en céder une partie aux anglais, puis en laisser la gouvernance aux espagnols, qui l'ont restituée plus tard, avant que finalement, Napoléon Bonaparte ne la vende aux américains... 

_________________
                                                                                                                                                                              

Challenge "Book around the States":  17/50
avatar
géromino

Nombre de messages : 2870
Age : 53
Location : Finistère, FRANCE
Date d'inscription : 07/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Littérature amérindienne -bavardages...

Message  Réaliste-romantique le Dim 25 Sep 2016 - 1:38

Géronimo, super bonne idée d'ouvrir cette discussion. Et ça me permet de repenser à mes cours d'histoire.

Selon mes cours d'histoire, les Français avaient effectivement de meilleurs relations avec les autochtones que les Anglais. Ils ont entre autre signé la Paix des braves. Les colons à Québec avaient d'excellentes relations avec les Hurons, au point que ceux-ci ont encore aujourd'hui un quartier dédié (habité, pas seulement folklorique) dans la ville de Québec (Wendake, qui sera traité lors de la prochaine leçon Very Happy).

Une des raisons (je ne me les rappelle plus toutes) entre ces différences d'attitudes est la stratégie d'occupation du territoire (et qui explique aussi l'abandon  de la Nouvelle-France par la France vers la fin du XVIIIe). 
La France explorait beaucoup de territoire, mais l'occupait très peu. Elle devait traiter avec les Amérindiens et les Inuits pour se procurer les ressources qu'elle rapportait en France, principalement des fourrures. Pour pouvoir commercer, il faut un minimum de bonnes relations. 
L'Angleterre établissait de colonies et y augmentait la population. La Nouvelle-Angleterre produisait des ressources à partir du travail des colons, par exemple le tabac, le coton, etc. Ils n'avaient pas autant besoin des Amérindiens, ces derniers étaient plutôt des entraves à l'exploitation du sol, il fallait les chasser des territoires à occuper.
À l'apogée de la Nouvelle-France, avant la Guerre de Sept ans (1756), il y avait autour de 90 000 habitants dans toute la zone en bleue de la carte. À ce même moment, dans la Nouvelle-Angleterre, la petite bande en rouge à droite sur la carte, il y avait déjà environ 1,6 million d'habitants. L'Angleterre tenait donc plus fortement à sa colonie américaine que la France. 

Le climat peut aussi avoir influencé la relation avec les Amérindiens : l'hiver des premiers colons français le long du fleuve St-Laurent était plus rigoureux que ceux des premiers colons anglais en Virginie. Les colons français ont vite appris à écouter les voisins autochtones pour survivre : comme guérir le scorbut avec une infusion de tuyau ou de pin, comment se nourrir de pomme de terre (ne pas manger les feuilles mais les racines), faire bouillir l'eau d'érable, utiliser l'écorce de saule pour faire baisser la fièvre (l'aspirine avant l'heure)...



_________________
Lectures en cours : The Rook (Daniel O'Malley), 
En attente : 
Commentaire en attente : Défaite des maîtres et possesseurs (Vincent Message)
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1981
Age : 42
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Littérature amérindienne -bavardages...

Message  géromino le Dim 25 Sep 2016 - 9:26

Sur l'attitude des Français à l'égard des indiens Creek (probablement vers le milieu du XVIIIe ou un peu avant), quelques mots de chefs Creek relatés par Milfort: 
     "Les Français sont les premiers européens qui se soient liés d'amitié avec nous; nous les regardons comme nos pères et nos protecteurs, parce qu'ils n'ont jamais abusé de notre confiance ni de leurs facilités de communication avec la nation. Vous autres Anglais, au contraire, en nous faisant beaucoup de présents, vous exigez en retour, chaque jour de nouvelles cessions de nos terres; en sorte que ces présents sont chèrement achetés. Lorsque les Français nous donnent quelque chose, c'est comme un père à ses enfants, ils n'exigent aucune rétribution; aussi bâtiront-ils des forts autant qu'il leur plaira, nous en serons satisfaits parce que nous les regardons comme des moyens de défense pour nous-mêmes. Pour vous, nous vous prions de ne plus nous en parler. Vous êtes déjà trop près de nous, et vous ressemblez aux feux que nous allumons tous les ans dans nos forêts pour détruire les mauvaises herbes; si nous n'étions pas là pour en arrêter les progrès, ils auraient bientôt tout détruit. Vous envahiriez également une grande partie de notre territoire ou vous nous forceriez à vous en éloigner tout à fait. Nous vous conseillons d'être satisfaits de ce que nous vous avons donné et de ne rien exiger de plus."


Pour ce qui est des stratégies, chaque pays (France, Angleterre ou Espagne) répond d'une logique personnelle d'enrichissement et de possession. 
Pourquoi les Espagnols furent-ils aussi agressifs et brutaux envers les autochtones? sans doute à cause de cette soif de l'or qui rend fou, et de la folie évangilatrice qui considérait que les Indiens ne pouvaient pas avoir été créés par Dieu (parce qu'ils n'étaient pas mentionnés dans la Bible!), donc n'avaient pas d'âme et par conséquent qu'il n'y avait pas de scrupule à les tuer ou les asservir.
Les Anglais étaient surtout avides de possessions terrestres, logique à tendance hégémonique pour s'assurer un monopole économique (sans doute le principal but recherché). 
Les Français n'étaient sans doute pas en reste en ce qui concerne les possessions territoriales, mais les Grands Trésoriers étaient sans doute plus frileux pour allouer des crédits finançant des entreprises qu'ils jugeaient hasardeuses.
Ajoutez à cela des combinaisons politiques entre des pays en constant conflits depuis des siècles qui peuvent expliquer que des tractations et négociations soient bénéfiques ou néfastes selon les jeux diplomatiques.

_________________
                                                                                                                                                                              

Challenge "Book around the States":  17/50
avatar
géromino

Nombre de messages : 2870
Age : 53
Location : Finistère, FRANCE
Date d'inscription : 07/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Littérature amérindienne -bavardages...

Message  dodie le Dim 25 Sep 2016 - 9:35

Merci Geronimo et RR de nous faire partager vos découvertes et souvenirs de cours: c'est passionnant et instructif ....Pour une fois que les Français ont le beau rôle!
avatar
dodie

Nombre de messages : 4549
Age : 54
Location : France
Date d'inscription : 11/04/2009

http://dodiecuisine.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Littérature amérindienne -bavardages...

Message  géromino le Dim 25 Sep 2016 - 13:03

J'étais en train de jeter un oeil sur le magnifique "Enterre mon coeur à Wounded Knee" pensant y trouver un complément d'infos à ma lecture du moment, mais "Enterre mon coeur..." est un hymne, une louange, dédiée aux derniers combats Indiens menés contre l'Homme Blanc dans les trois derniers quarts du XIXe siècle, donc qui n'a strictement plus rien à voir avec les siècles précédents, ceux de la première implantation des Blancs dans cet espace qui va devenir les Etats-Unis. Dans ce livre de Dan Brown, le XIXe siècle est désormais lié à l'anéantissement du peuple Indien, voulu et programmé par une administration inflexible qui favorise migrants en quête de terres où s'implanter, et chercheurs d'or. Il n'est plus question de palabres ou de négociations à armes (plus ou moins) égales; les Américains sont les plus forts et font appliquer leur loi, par la force la plupart du temps. C'est l'irrémédiable déclin de tout un peuple, que résume une phrase célèbre du général Shéridan: "Le seul bon indien est un indien mort".


Un clin d'oeil à Mousseline qui m'avait fait découvrir cet ouvrage remarquable.

_________________
                                                                                                                                                                              

Challenge "Book around the States":  17/50
avatar
géromino

Nombre de messages : 2870
Age : 53
Location : Finistère, FRANCE
Date d'inscription : 07/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Littérature amérindienne -bavardages...

Message  Mandarine le Lun 26 Sep 2016 - 11:51

Par contre, je ne sais pas si c'est le hasard ou si c'est basé sur de quelconques faits historiques, mais souvent dans les livres que j'ai lu (Boyden, Thana) et aussi dans les films (The Revenant, par exemple), ce sont des français qui violent les indiennes... Hasard ou non, je n'en sais rien, mais la coïncidence m'avait déjà en tout cas frappé...

Peut-on parler là aussi d'une différence de gestion... Laughing  (pardon pour l'humour noir)

Après vu que ce sont souvent des productions américaines, peut-être qu'ils essaient de ne pas se donner tous les vices, d'en laisser un peu aux autres, je ne sais pas?


Ce qui est sûr, c'est que l'histoire des amérindiens, souvent passée sous silence, est absolument révoltante. C'est une tragédie qui m'a toujours personnellement beaucoup affectée au point d'avoir une boule dans la gorge à chaque fois.




Merci pour cette rubrique, c'est toujours une bonne idée d'échanger nos impressions sur les thèmes en cours!!!
avatar
Mandarine

Nombre de messages : 2149
Age : 32
Date d'inscription : 10/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Littérature amérindienne -bavardages...

Message  Réaliste-romantique le Mar 27 Sep 2016 - 0:12

Mandarine, je crois qu'il y a à la fois du vrai et du mythe dans ceci.
Mythe : il y a plus de récits/fictions écrites par des Anglophones. L'Autre est toujours plus sauvage, donc c'est plus facile de le dépeindre en méchant Français qu'en méchant Anglais. Un peu comme l'Allemand dans les oeuvres D'une certaine époque. Dans le cas du film Le Revenant, il y a même eu un groupe d'artistes Québécois qui ont écrit à des artisans du film pour se plaindre de la caricature de l'abruti et cruel Canadien-français dépeinte dans ce film.
Réalité : à cause du nombre et de la fréquence des contacts, mathématiquement il devait y avoir plus de viols d'Amérindiennes par des Français que par des Anglais. Les Français étaient les explorateurs et les coureurs des bois, ils côtoyaient les Amérindiens (et vivaient généralement en harmonie avec eux). Si l'Anglais reste dans sa colonie, il peut difficilement agresser une Amérindienne.

Mais d'un autre côté, il pourrait y avoir eu beaucoup de couples mixtes Français - Amérindienne en Nouvelle-France. Ceux-ci n'apparaissent pas souvent dans les registres, car les notaires n'étaient pas nombreux au fond des bois, mais au début de la colonie, il y avait une femme pour 7 hommes. Il y a donc des débats d'historiens à savoir s'il y en avait beaucoup mais non enregistrées, ou que les mariages mixtes ne seraient plus souvent qu'une légende.

_________________
Lectures en cours : The Rook (Daniel O'Malley), 
En attente : 
Commentaire en attente : Défaite des maîtres et possesseurs (Vincent Message)
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1981
Age : 42
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Littérature amérindienne -bavardages...

Message  Mandarine le Mar 27 Sep 2016 - 7:27

C'est intéressant, merci RR. Je me demandais en fait d'où venait ce cliché, et vu que Géromino parlait du fait que les français étaient un peu plus "pacifistes" on va dire, j'ai repensé à cette réflexion que je m'étais déjà faite et qui m'avait étonnée.


Je suis aussi tentée par le livre "enterre mon cœur à Wounded Knee" (j'aime déjà ne fut ce que le titre...) mais il me fait un peu peur... Neutral J'attends d'autres avis.
avatar
Mandarine

Nombre de messages : 2149
Age : 32
Date d'inscription : 10/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Littérature amérindienne -bavardages...

Message  Awara le Jeu 29 Sep 2016 - 7:52

Il y a en ce moment sur France culture, à 9h00, une émission sur les relations France Amérique et ce matin, ce sont les relations avec les amérindiens.

Et je viens d'apprendre que la mer de sable d'Ermenonville fut... La vallée des Peaux-Rouges... C'était un parc à thème.

_________________
avatar
Awara

Nombre de messages : 4032
Age : 72
Location : PARIS
Date d'inscription : 03/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Littérature amérindienne -bavardages...

Message  Awara le Jeu 29 Sep 2016 - 12:29

J'ai voulu faire un lien avec un documentaire, Moses on the mesa... Incapable... J'invite ceux qui n le connaissent pas à regarder les images...

_________________
avatar
Awara

Nombre de messages : 4032
Age : 72
Location : PARIS
Date d'inscription : 03/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Littérature amérindienne -bavardages...

Message  géromino le Jeu 29 Sep 2016 - 16:40

Awara  Haaaa! J'ai loupé ça!  Il est toujours possible de réécouter les émissions; je vais voir...


Mandarine RR mon avis, c'est que français ou anglais, à l'origine des premiers contacts avec les autochtones, devaient avoir une attitude bienveillante. Puis, en tant que conquérants d'une terre qu'ils se devaient défendre parce qu'elle devenait la leur, sans doute devaient-ils être moins amicaux avec les indiens. Un ennemi étant un ennemi, et les moeurs d'alors n'étant pas très tendres, français et anglais n'avaient rien à s'envier mutuellement en matière de brutalité. 
Mais -je parle pour la Louisiane- les français en nombre restreint sur une immense portion de territoire ont peut-être moins impacté la société indienne (pas les moyens d'une politique colonialiste comme les américains).
Par contre, je sais qu'en temps de guerre, les soldats vainqueurs et ce, de toutes nations, s'en prennent systématiquement aux femmes, qu'ils violent et brutalisent; c'est la punition réservée aux perdants...
Français ou anglais, pas meilleur l'un que l'autre, mais c'est l'anglais qui a gagné!

_________________
                                                                                                                                                                              

Challenge "Book around the States":  17/50
avatar
géromino

Nombre de messages : 2870
Age : 53
Location : Finistère, FRANCE
Date d'inscription : 07/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Littérature amérindienne -bavardages...

Message  Réaliste-romantique le Jeu 29 Sep 2016 - 23:09

Dans le registre des bonnes histoires, je peux vous parler du quartier Wendake dans le nord-ouest de la ville de Québec, près de la maison de mon beau-frère. Les Hurons, une tribu plutôt sédentaire, ont eu de très bonnes relations avec les Français dès le début. Ils étaient installés à côté de la colonie de Québec...qi s'est étendue autour de ce village jusqu'à l'incorporer administrativement. Le quartier a aujourd'hui le statut de réserve amérindienne, mais il est bien moderne, avec une portion banlieusarde tranquille bungalow au nord.

Un signe d'arrêt bilingue français-wendate.

_________________
Lectures en cours : The Rook (Daniel O'Malley), 
En attente : 
Commentaire en attente : Défaite des maîtres et possesseurs (Vincent Message)
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1981
Age : 42
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Littérature amérindienne -bavardages...

Message  géromino le Ven 30 Sep 2016 - 16:12

RR, comment les indiens (Hurons, par exemple, puisque tu parles d'eux?) sont-ils perçus par la population française d'aujourd'hui? On entend souvent dire qu'il existe toujours une ségrégation à leur égard (pour l'emploi, ou dans les bars...) ?

_________________
                                                                                                                                                                              

Challenge "Book around the States":  17/50
avatar
géromino

Nombre de messages : 2870
Age : 53
Location : Finistère, FRANCE
Date d'inscription : 07/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Littérature amérindienne -bavardages...

Message  Réaliste-romantique le Ven 30 Sep 2016 - 23:35

Géronimo, je crois qu'il n'y a pas de ségrégation particulière face aux Amérindiens, mais ils peuvent souffrir du "racisme ordinaire" : ils n'ont pas tout à fait l'apparence des Blancs, donc ils sont effectivement défavorisés pour obtenir un emploi. La population amérindienne est bien moindre que la population immigrante et les Amérindiens peuvent assez facilement être confondus avec des Latino-américains ou des Asiatiques. Dans les métropoles et les grandes villes du Québec, il y a souvent des immigrants, les Amérindiens sont rares, perdus dans la foule (par exemple Wendake a 2000 habitants, par rapport à 800 000 pour la région de la ville de Québec). On en retrouve plus dans certains villages près des réserves (ou sur les réserves elles mêmes).

Il y a toutefois un problème criant sur certaines réserves, on croirait parfois le tiers-monde, sans eau courante. Les autochtones qui débarquent en ville se retrouvent plus souvent itinérants que la moyenne, car s'ils se retrouvent sans ressources, ils sont trop loin de leur foyer de départ pour y retourner facilement.

Il y a aussi un problème d'omerta de la part des forces de l'ordre. Beaucoup de disparitions de femmes demeurent irrésolues. Et pire : récemment, il y a aussi eu un scandale de policiers de Val Dor qui abusaient de femmes amérindiennes. Et ces dernières, pour témoigner, si jamais elle osait briser le silence et porter plainte, devaient se rendre à Montréal, 600 km plus loin.
Récemment, on a lancé une enquête Vérité et réconciliation pour éclairer ce problème, ce qu'à longtemps refusé le précédent gouvernement.

La situation officielle des autochtones du Canada est aussi étrange et infantilisante : ils sont l'équivalent juridique d'enfants sous la tutelle de l'état. Un autochtone dans une réserve ne paie pas d'impôt ni de taxe (d'où le nombre de commerces d'alcool et de cigarettes fréquentées par les non-autochtones...), mais en contrepartie ils ne peuvent pas posséder de biens telle une habitation. Ceci a des effets pernicieux, par exemple un autochtone dans une telle situation ne peut aller négocier un prêt à la banque pour lancer son entreprise, il n'a rien à offrir en garantie.

_________________
Lectures en cours : The Rook (Daniel O'Malley), 
En attente : 
Commentaire en attente : Défaite des maîtres et possesseurs (Vincent Message)
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1981
Age : 42
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Littérature amérindienne -bavardages...

Message  Réaliste-romantique le Ven 30 Sep 2016 - 23:37

Nous devrions aussi discuter de "justice réparatrice", une approche traditionnelle chez les Autochtones qui redevient de plus en plus utilisé pour régler les crimes dans leur communautés. C'est très utile dans les secteurs isolés et lorsque victimes et criminels se côtoient.

_________________
Lectures en cours : The Rook (Daniel O'Malley), 
En attente : 
Commentaire en attente : Défaite des maîtres et possesseurs (Vincent Message)
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1981
Age : 42
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Littérature amérindienne -bavardages...

Message  Réaliste-romantique le Lun 3 Oct 2016 - 19:37

Dans au moins certaines réserves au Québec, par exemple au sud de Montréal, la sécurité n'est pas toujours assurée par la police provinciale, mais parfois par une force gérée par la réserve, les Peacekeepers (la réserve est surtout anglophone).

La justice aussi cherche des moyens alternatifs de gérer les différents et les crimes dans les communautés autochtones, car le taux de criminalité est très élevé et la justice pénale peine à régler les problèmes et est difficile à appliquer : dans les villages isolés du Nord, il est difficile de faire comparaître un accusé devant un juge. Soit le prévenu demeure en prison plusieurs semaines avant même sa comparution en attendant le juge, soit on le transfère à grands frais dans le sud. De plus, il n'y a pas de pénitenciers dans le Nord, donc tout criminel se retrouve transféré dans le sud, isolé de tout contact avec ses proches, sans visite, avec une moindre chance de réinsertion. 

On cherche donc à remettre de l'avant la justice réparatrice, basée en fait sur des traditions autochtones ancestrales. Par opposition à la justice pénale qui punit le coupable selon la gravité du crime, la justice réparatrice se concentre sur ce que peut faire le coupable pour offrir réparation à la victime. Ceci déborde le cadre matériel et est souvent utilisé dans les cas de violences conjugales ou d'agression entre membres de la communauté qui se connaissent bien. La victime joue un rôle important dans un tel processus et le coupable doit chercher un moyen d'offrir réparation; reconnaitre le tord causé est un premier pas.

_________________
Lectures en cours : The Rook (Daniel O'Malley), 
En attente : 
Commentaire en attente : Défaite des maîtres et possesseurs (Vincent Message)
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1981
Age : 42
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Littérature amérindienne -bavardages...

Message  Réaliste-romantique le Mer 5 Oct 2016 - 23:43

Extrait de mon quotidien, c'est en lien avec plusieurs des éléments discutés ci-dessus :


Une marche pour honorer les femmes autochtones disparues

5 octobre 2016 |Le DevoirActualités en société
Près de 250 personnes ont marché mardi soir dans les rues du centre-ville de Montréal afin d’exiger que justice soit faite pour les femmes autochtones portées disparues ou tuées. Même si plusieurs ont été encouragés par la création d’une commission d’enquête fédérale sur les femmes autochtones assassinées et disparues, les organisatrices jugent que celle-ci est toujours d’actualité. Femmes autochtones du Québec appelle également le gouvernement Couillard à faire sa propre enquête, qui examinerait la violence systémique et les pratiques policières québécoises, notamment à la lumière des cas d’abus policiers commis à Val-d’Or. Cette marche annuelle, organisée pour la première fois en 2001, a maintenant lieu partout à travers le Canada.

_________________
Lectures en cours : The Rook (Daniel O'Malley), 
En attente : 
Commentaire en attente : Défaite des maîtres et possesseurs (Vincent Message)
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1981
Age : 42
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Littérature amérindienne -bavardages...

Message  géromino le Jeu 6 Oct 2016 - 16:50

Hypothèse: La police tenterait-elle de couvrir les crimes (ou au moins de les minimiser) parce que commis par des blancs...?

_________________
                                                                                                                                                                              

Challenge "Book around the States":  17/50
avatar
géromino

Nombre de messages : 2870
Age : 53
Location : Finistère, FRANCE
Date d'inscription : 07/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Littérature amérindienne -bavardages...

Message  Réaliste-romantique le Jeu 6 Oct 2016 - 22:34

Je dirais plutôt que le laisser-aller est à cause de l'origine des victimes. Certains de ces crimes pourraient avoir été commis par d'autres autochtones, car de nombreuses disparitions ont lieu à l'intérieur de communauté isolée où il n'y a pas de blanc.

Mais une histoire sordide : en Colombie-Britannique, à l'ouest du pays, un tueur en série a été arrêté en 2002. Il aurait tué entre 6 et 49 femmes, principalement des prostituées, souvent autochtones. La police n'enquêtait pas longtemps (ou pas du tout) lorsque ces femmes disparaissaient. Les forces de l'ordre ont même produites des excuses après le procès, un suivi plus sérieux de plaintes auraient pu prévenir des morts.

_________________
Lectures en cours : The Rook (Daniel O'Malley), 
En attente : 
Commentaire en attente : Défaite des maîtres et possesseurs (Vincent Message)
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1981
Age : 42
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Littérature amérindienne -bavardages...

Message  dodie le Ven 7 Oct 2016 - 11:20

Incroyablement scandaleux !!!!!!!
avatar
dodie

Nombre de messages : 4549
Age : 54
Location : France
Date d'inscription : 11/04/2009

http://dodiecuisine.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Littérature amérindienne -bavardages...

Message  Cyrielle le Ven 7 Oct 2016 - 13:55

Ca me fait un peu penser à ce qu'il se passe en ce moment aux USA avec la population noire et les policiers...


C'est vraiment un sujet qui me scandalise, ces traitements de défaveur selon la couleur de peau, les origines,...
avatar
Cyrielle

Nombre de messages : 7382
Age : 30
Date d'inscription : 27/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Littérature amérindienne -bavardages...

Message  géromino le Sam 7 Jan 2017 - 10:25

Difficile de répondre à ta question Mandarine au sujet des Pawnees et des Comanches dans "Danse avec les Loups": je ne l'ai pas lu, mais seulement regardé le film et je n'ai plus le souvenir des noms des différentes tribus. De plus, le livre situe l'action à peu près au Dakota, au moment de la Guerre de Sécession (début des années 1860) et dans ma présente lecture, je ne suis arrivé qu'à 1750 et il me semble que la zone d'influence des Comanches ne remonte pas aussi haut que le Dakota (même Sud Dakota). Donc qu'en était-il des contacts entre ces tribus...? Les Pawnees n'étaient certainement pas des "tendres" non plus en matière de brutalité (les guerres entre Indiens sont particulièrement cruelles). Les Comanches ont vu leur Empire s'effondrer en 1870; est-ce que ce déclin ne s'est pas amorcé plusieurs années avant, et de fait leurs guerriers seraient devenus moins agressifs? Ou y avait-il des relations privilégiées entre Sioux et Comanches...? 
J'en saurai peut-être plus en avançant dans ma lecture...


Au sujet des Comanches, voici ce qu'on peut apprendre avec "L'Empire Comanche" de Pekka Hämäläinen, au bout de cent pages. Cette tribu venue de l'ouest s'est alliée avec les Utes au début du XVIIe; les Comanches on découvert au contact de ces alliés, un mode de transport qui a révolutionné leur mode de vie: le cheval; ("importé" par les Conquistadors, les chevaux sauvages abondaient dans les prairies). Beaucoup plus mobiles et aussi plus efficaces dans leurs chasses au bison (les bisons pullulaient dans les grandes plaines) ils ont pu étendre leur aire de déplacement, descendre vers le sud, du Nouveau-Mexique au trois-quart nord du Texas et jusqu'au bassin supérieur de l'Arkansas. Par une politique agressive basée sur raids éclairs envers les tribus (les Apaches, décimés, ont été obligés de se soumettre, de s'exiler vers des terres inhospitalières et désertiques -Arizona- ou de se convertir au catholicisme des Espagnols afin d'obtenir leur aide et secours) et les villages Mexicains qu'ils écrasaient ou réduisaient à l'esclavage, ils ont conquis une vaste zone d'influence et régné (pas d'autre mot!) en maîtres absolus sur les échanges commerciaux de toute nature: denrées, armes, esclaves, peaux, prisonniers, etc... Soutenus par les Français (on les retrouve!) venus de la Louisiane par la rivière Arkansas, (qui leurs fournissaient notamment des fusils) ils étaient une menace permanente pour les Espagnols et les autres Indiens.


Mais si on remonte dans le temps, on découvre que les Comanches (qui ont pris ce nom assez tard) sont issus d'une tribu qui s'appelait les Shoshones, (eux-mêmes provenant d'un groupe en expansion vers le nord et l'est au XVe siècle, un groupe de population Uto-Aztèque). 
Surprenant, car on imagine souvent les aires de répartitions des peuples indiens comme plus ou moins figées géographiquement. Il n'en est rien. De nombreux critères comme les modifications de conditions climatiques, les guerres entre tribus, l'arrivée des colons Européens, ont mis en mouvement et brassé ces peuplades sur des milliers de kilomètres!

_________________
                                                                                                                                                                              

Challenge "Book around the States":  17/50
avatar
géromino

Nombre de messages : 2870
Age : 53
Location : Finistère, FRANCE
Date d'inscription : 07/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Littérature amérindienne -bavardages...

Message  Mandarine le Dim 8 Jan 2017 - 15:05

Merci beaucoup pour toutes ces infos, Géromino! C'est très intéressant!
Déjà, je ne savais même pas qu'on pouvait parler d'"empire" comanche... Embarassed

D'après ton livre, ils n'étaient pas tendres, en effet Laughing Peut-être que dans "danse avec les loups" l'auteur a "adoucit" leurs mœurs pour les rendre plus sympathiques et faire comprendre aux lecteurs que les indiens ne sont pas juste des bêtes sanguinaires Evil or Very Mad C'est tout à son honneur, même si ce n'est peut-être pas rigoureusement exact sur le plan historique. Le public, surtout américain, avait bien besoin je crois de ce genre de rectification!

Aussi, vu que l'époque de la narration est assez tardive (fin XIXè), les tribus étaient sans doute déjà affaiblies, proches de la décimation, donc moins dans une dynamique guerrière.?

Concernant ta dernière phrase, je suis aussi en train de m'en rendre compte dans ma lecture actuelle sur Geronimo. En fait, plus on lit sur ce sujet, plus on se rend compte des limite de nos connaissances!!
avatar
Mandarine

Nombre de messages : 2149
Age : 32
Date d'inscription : 10/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Littérature amérindienne -bavardages...

Message  dodie le Dim 8 Jan 2017 - 17:43

Merci Geronimo de partager avec nous tes découvertes et connaissances ....On voit que le sujet te passionne !
avatar
dodie

Nombre de messages : 4549
Age : 54
Location : France
Date d'inscription : 11/04/2009

http://dodiecuisine.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Littérature amérindienne -bavardages...

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum