Olga Ilyina-Laylle et Michel Jan (Bielorussie)

Aller en bas

Olga Ilyina-Laylle et Michel Jan (Bielorussie)

Message  lalyre le Dim 6 Déc 2015 - 10:10

Un long printemps d’exil     
De Petrograd à Saïgon, 1917-1946
Olga Ilyina-Laylle et Michel Jan         
Points/Aventure Juin 2015
             328 pages           

Quatrième de couverture
Olga Ilyina est née à Petrograd en 1917, à la veille de la révolution de Février. Appartenant à la noblesse, sa famille doit fuir la Russie ; elle traverse la Sibérie au milieu des combats, jusqu’en Mandchourie. Olga grandit à Harbin dans la nostalgie d’une Russie qui n’existe plus. Tandis que les conflits s’étendent à tous les pays d’Asie, elle part vers d’autres lieux d’exil, à Pékin puis Shanghai. Ayant pu rejoindre l’Indochine, elle croit y trouver le bonheur et un havre de paix : elle rencontrera son destin.

Michel Jan, ancien officier supérieur, sinologue, spécialiste des questions géopolitiques de l’Extrême-Orient, connaît bien les pays traversés par Olga pour y avoir longtemps vécu. Au cours de nombreux entretiens, elle lui a confié ses souvenirs. À travers le parcours d’Olga, nous découvrons l’émigration russe en Asie, la vie des Occidentaux dans la Chine des années 1930, l’Indochine pendant la Seconde Guerre mondiale…
Mon avis
C’est avec beaucoup de détails qu’Olga nous livre ce récit d’une partie de sa vie, née en 1917, la veille de la Révolution, dans une famille de noblesse russe. Elle nous livre la vie et le passé des personnes de sa famille, ses parents poussés par la guerre civile durent s’enfuir  pour échapper  aux attaques des Rouges et aux exécutions, ils traversèrent la Sibérie pour atteindre Harbin en Mandchourie en 1920. Sa mère très érudite  et les poètes lui font hommage du genre littéraire le plus couramment pratiqué, la poésie.  C’est à Olga que Michel Jan prête la voix  pour narrer son vécu pendant ses vingt-neuf ans d’errance, ses nombreuses années d’épreuves traversées avec un courage extraordinaire, elle fera tout de même des rencontres amicales, des familles solidaires, un moment de pur bonheur  lorsqu’après un bal blanc, elle fait du canotage avec des amis  sur le fleuve à une heure assez avancée, ou assise sagement, elle entend le bruit des rames entamant à peine le silence, se réjouissant de cette escapade, simplement impressionnée par le reflet de la lune dans un miroitement aquatique. Oui c’est un court moment de bonheur pour elle mais bientôt suivi d’une tristesse proche de l’angoisse. Je terminerai lors par le départ  d’Olga de l’Indochine emportant avec elle , le souvenir de paysages et de superbes moments, de brèves périodes de bonheur, mais aussi de deuils et de terribles tragédies,  au point qu’elle compte bien ne plus revenir dans ce pays. En bref, je dirai que ce récit m’a paru bien long malgré ce témoignage émouvant, les épreuves surmontées avec beaucoup de volonté et de détermination, c’est un beau portrait de femme et de son  incroyable destin. J’ai apprécié parce que j’ai découvert dans ce livre des faits que j’ignorais.    4/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4402
Age : 86
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum