Steve SEM-SANDBERG (Suède)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Steve SEM-SANDBERG (Suède)

Message  géromino le Ven 17 Avr 2015 - 12:16

(de l'éditeur)      
Steve Sem-Sandberg est en 1958 en Suède. Il est l'auteur de nombreux romans et notamment d'une trilogie sur trois figures féminines, Ulrike Meinhof, Lou Andrea-Salomé et Milena Jesenskà. Sorti en 2009 en Suède, Les dépossédés a obtenu le prix August Strindberg, l'équivalent suédois du Prix Goncourt. 

_________________
                                                                                                                                                                              

Challenge "Book around the States":  17/50
avatar
géromino

Nombre de messages : 2811
Age : 53
Location : Finistère, FRANCE
Date d'inscription : 07/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Steve SEM-SANDBERG (Suède)

Message  géromino le Sam 18 Avr 2015 - 8:18

"Les dépossédés"   10/18 2015   735 pages 


Décembre 1939, les autorités allemandes réfléchissent à la création d'un ghetto juif dans la ville de Lodz (Pologne); mesure de toute façon temporaire, puisque "le but ultime doit être l'anéantissement radical et définitif de cet abcès contagieux" (sic). A partir de février 1940 et pendant trois mois, le ghetto va se remplir petit à petit de tous les juifs que contient la ville. Puis les accès seront bouclés pour l'isoler des autres communautés (polonaises et allemandes). Les fenêtres et les portes donnant sur les quartiers non juifs seront hermétiquement maçonnés, les carrefours munis de barbelés et gardés par des soldats en arme; trois passerelles permettent aux travailleurs du ghetto de gagner leur lieu de travail; elles enjambent les rues pour éviter tout contact avec "l'autre population". 
Sous contrôle allemand, le ghetto dispose d'un fonctionnement interne autonome en ce qui concerne la gestion du quotidien (nourriture, habillement, justice...) Il est même doté d'une police de maintien de l'ordre, évidemment désarmée mais munie de matraques. A la tête de cette administration, les décisions sont prises par le Président du Conseil juif Chaïm Rumkowski. Il a créé des usines de confection, fournissant l'armée allemande en produits variés, notamment de l'habillement; les ouvriers travaillant dans ces usines sont considérés comme utiles au Reich et ont la chance d'être soustraits des convois de déportation. Rumkowski est aussi à l'origine d'un orphelinat qui recueille les enfants abandonnés. Personnage très controversé, il est un héros pour certains, pour d'autres, un traître qui n'a pas pu empêcher la déportation de milliers de vieillards et d'enfants. Il n'aurait fait qu'obéir aux ordres des allemands sans tenter de s'opposer à leurs décisions de mort. Mais pire que tout, il semble que Rumkowski soit un abject pédophile pervers et que plusieurs enfants (dont son fils adoptif) aient subi attouchements et probablement viols de la part du Président.


Chaïm Rumkowski fait partie des nombreux personnages du livre qui, tous ont réellement existé. Avec les yeux de chacun des intervenants, on est immergé au coeur d'un univers glauque, miséreux, qu'on aurait de la peine à imaginer et qui ébranle l'esprit. La mort est partout! Le manque de soins, de médicaments, de vêtements, mais surtout le manque de nourriture, engendrent la mort quotidienne de centaines de personnes. Ajoutez en hiver le froid terrible (qui disait-on "gèle la salive dans la bouche") que devaient affronter les habitants, sans presque de quoi se chauffer, sans presque de vêtement sur leur peau. La barbarie nazie atteint son comble lors des opérations de déportation; des scènes sont parfois insoutenables...
 L'auteur a puisé dans les archives de l'époque, les Chroniques du ghetto (rédigées pour la plupart clandestinement), les journaux intimes et les témoignages de quelques survivants pour produire une oeuvre remarquable, avec comme critère premier, celui de l'authenticité. C'est le principal caractère de ce récit qui se veut si proche du documentaire qu'il en éclipse le roman. Je n'ai réalisé l'hypothèse que ce pouvait en être un qu'au bout de presque trois cents pages, en abordant le deuxième chapitre, consacré en grande partie au fils adoptif de Rumkowski. Mais si roman il y a, n'y voyez jamais rien de "romanesque"; certes il a bien fallu, pour la commodité de l'écriture et l'harmonie du récit, mettre en forme les nombreuses sources dont disposait l'auteur, mais tout y est rendu "à l'essentiel". Le style est plutôt dépouillé, le ton souvent neutre, les descriptions sobres. Si l'émotion nous fait serrer les dents (ou les poings), c'est à cause de cette réalité, cette authenticité, qui n'a pas besoin d'être exagérément mise en relief pour secouer le lecteur. Les faits bruts parlent d'eux-mêmes. Il y a des passages d'une intensité extrême qui vous laissent tremblants, éperdus devant tant d'inhumanité, de souffrances, de misères. Incompréhensible cruauté. 


De 320.000 juifs que comptait la ville de Lodz en 1939, à peine 800 ont survécu.


Pas de note

_________________
                                                                                                                                                                              

Challenge "Book around the States":  17/50
avatar
géromino

Nombre de messages : 2811
Age : 53
Location : Finistère, FRANCE
Date d'inscription : 07/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Steve SEM-SANDBERG (Suède)

Message  Cyrielle le Sam 18 Avr 2015 - 10:06

Merci Géromino, je vais le commander à la librairie. 
avatar
Cyrielle

Nombre de messages : 7329
Age : 30
Date d'inscription : 27/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Steve SEM-SANDBERG (Suède)

Message  géromino le Lun 20 Avr 2015 - 7:39

De rien Cyrielle  bienvenue2 !  
En parallèle, j'ai trouvé sur internet le site de "Le mémorial de la Shoah", qui offre "Regards sur les ghettos". C'est très instructif, on y trouve des photos et beaucoup d'informations qui permettent d'approcher l'essentiel sur cette page de l'histoire. à lire ICI

_________________
                                                                                                                                                                              

Challenge "Book around the States":  17/50
avatar
géromino

Nombre de messages : 2811
Age : 53
Location : Finistère, FRANCE
Date d'inscription : 07/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Steve SEM-SANDBERG (Suède)

Message  Cyrielle le Lun 20 Avr 2015 - 8:58

Je note le lien, je regarderai quand je lirai le livre. 
avatar
Cyrielle

Nombre de messages : 7329
Age : 30
Date d'inscription : 27/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Steve SEM-SANDBERG (Suède)

Message  lalyre le Ven 19 Aoû 2016 - 12:46

Sem-Sandberg Steve        
Les élus           
Robert Laffont-Pavillons 18 août 2016
ISBN    978-2-221-14635-4               
550 pages      

Quatrième de couverture
Avec l’Anschluss (1938), Spiegelgrund, ancien hospice et hôpital psychiatrique, est devenu un centre pour enfants handicapés ou malades, mais aussi pour jeunes délinquants. En 1941, le pavillon numéro 9 abrite la maison de redressement. C’est là qu’en janvier arrive Adrian Ziegler. Il a une dizaine d’années et vient d’une famille d’origine tzigane socialement stigmatisée. Hannes Neubauer, un petit gars blond aux yeux bleus, atterrit lui aussi au pavillon 9, probablement abandonné par son père. Julius Becker a été condamné à la maison de redressement car ses parents se sont opposés au nazisme. Quant au jeune Jockerl, on ne sait rien de son passé. Dans un époustouflant ballet de voix tour à tour intérieures et extérieures, Adrian, Hannes, Julius et Jockerl témoignent de leur vie quotidienne dans un monde d’effroi. Leurs voix plongent dans le pavillon 9, où eux, les « asociaux », sont victimes d’abus tant physiques que moraux. Elles s’emparent du pavillon 17, où de temps à autre l’un d’eux est envoyé. Là, les « inéducables » sont soumis à des conditions d’existence proches de la torture avant d’être éventuellement supprimés. Dans ce lieu de l’enfer, les enfants tentent d’oublier la menace qui pèse sur eux : le pavillon 15, où l’on extermine les « indésirables » après leur avoir fait subir de terribles examens médicaux. Les paroles des jeunes victimes déroulent leur impuissance d’enfant, leur repli dans des zones très obscures d’eux-mêmes pour survivre, leur naufrage mental. Elles parlent de ces adultes dont ils sont entièrement dépendants, qui les torturent et les assassinent. Ces adultes, ce sont les médecins, ceux que l’histoire finira par juger : le docteur Illing, convaincu d’agir pour la science et pour le bien général, le docteur Türk, qui « s’est contentée d’obéir aux ordres du Reich », le docteur Gross…

Mon avis
C’est le 28 avril 2002, au cimetière central de Vienne  que furent inhumés les restes des enfants retrouvés dans le sous-sol des salles d’autopsie de Steinhof,  A cette époque quelques-uns des survivants sont toujours en contact. Pour résumer l’ensemble du document, il faut parler de Adrian qui fut adopté, cependant la mère adoptive ne le supporte que quelque temps, c’est pour cela qu’il échouera  au centre pour enfants handicapés ou inadaptés. Suivront alors la vie de ces enfants, les sévices qu’ils subissent, la plupart d’entre eux termineront leur vie dans le pavillon 15 subissant d’horribles souffrances. Il y a eu aussi les infirmières qui ont obéi sans émotion aux directives les plus horribles. Arrive alors le procès avec les témoignages de survivants, Adrian, Julius, Hannes et Jokerl  témoignent de leurs  vécus dans cet enfer, ils parlent de ceux et celles qui les maltraitaient citant les noms des médecins assassins,  des terribles perversions, de la mort de beaucoup d’enfants après avoir subi de terribles examens médicaux. C’est un ballet de voix dont certaines ne seront pas entendues,  décrivant le Docteur Henriech  Gross qui gardait des parties des cerveaux d’enfants dans du formol dont il se servit dans sa propre clinique, cet homme  de 84 ans fut jugé au début du XXlème siècle, un peu tard à mon avis. Ce livre qui se termine sur le devenu de certains survivants est dur à lire, cependant intéressant car j’ignorais que cet asile avait existé à Vienne. Je pense que l’auteure a dû faire beaucoup de recherches documentaires pour écrire ce livre témoin….4,5/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4216
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Steve SEM-SANDBERG (Suède)

Message  dodie le Ven 19 Aoû 2016 - 14:11

Intéressant.....
avatar
dodie

Nombre de messages : 4519
Age : 53
Location : France
Date d'inscription : 11/04/2009

http://dodiecuisine.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Steve SEM-SANDBERG (Suède)

Message  kattylou le Dim 21 Aoû 2016 - 12:35

Il doit être vraiment intéressant mais très dur .
avatar
kattylou

Nombre de messages : 3364
Age : 52
Location : 77
Date d'inscription : 08/09/2009

http://kattyloucuis.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Steve SEM-SANDBERG (Suède)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum