Gisèle BIENNE (France)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Gisèle BIENNE (France)

Message  lalyre le Sam 14 Mar 2015 - 17:31

La brûlure suivi de Marie Salope       
  Gisèle Bienne     
  Actes Sud  4 mars 2015  
ISBN 978 2 330 04875 4    
  393 pages        
Quatrième de couverture

En 1976, Marie-Salope paraît dans une première édition. Presque quarante ans plus tard, l’auteur revient dans La Brûlure sur la réaction de sa famille à la publication de cette œuvre de jeunesse. Réunis en un seul volume, ces deux textes proposent le portrait d’une romancière, à la fois fille, femme et auteur, dont chaque épisode éclaire de sa violence une quête de soi.
Elle est d’une maison. De la maison elle a été séparée jeune et en a gardé l’image de sa jeunesse. Maison-labyrinthe, jamais complètement explorée, qu’elle imaginait pouvoir explorer à fond un jour, maison à plusieurs niveaux, maison malade aussi, puis maison guérie, rénovée, qu’elle n’a pas connue, ce fut juste après le livre qu’il n’aurait pas fallu qu’on l’a rénovée, une splendeur.

Ma petite chronique
La brûlure

Elle est d’une maison, une grande maison à plusieurs niveaux, jamais complètement explorée. Cette maison, elle ne l’a plus revue depuis quelques années parce que la famille l’a reniée, irritée et choquée par la publication de son livre, une œuvre de jeunesse. On lui a dit que la maison avait été rénovée, une splendeur paraît-t’il …On lui apprend que la belle maison a brûlé, que ses parents sont toujours vivants et ne veulent toujours pas la revoir, ses frères et sœurs ont fait leur vie. Mais elle décide d’aller voir la grande maison qui a brûlé mais son père erre autour des décombres……
Marie-Salope

Voici un an qu’elle a une chambre à elle, au grenier. Une chambre pour l’été, un trésor qu’elle a réussi à leur extorquer et qu’on ne lui conteste plus. Les autres dorment en bas….Les autres, ce sont ses parents, ses frères et sœurs, tous ont un surnom, la Grosse, le Grand, le Clown, l’Engoulafre, et Doudouce, elle, c’est Marie Salope qui reçoit souvent des gifles, il faut dire qu’elle n’est pas la préférée de sa mère. Heureusement en face de sa chambre, il y a la fenêtre de l’assistant du vétérinaire, elle s’aventurera même à lui rendre visite en douce….Et puis un jour, ses parents ont pris la décision de la mettre en internat. Et c’est de cette grande maison dont elle fut séparée jeune en ayant gardé l’image de son enfance  et dont elle nous parle dans les deux textes
Mon avis

De fille, elle est devenue femme et devenue romancière. Je me suis demandé si le second texte ne serait pas autobiographique. J’ai vraiment apprécié ce roman écrit en deux textes  qui m’a accrochée, les violences, relations mère-fille, indifférence du père et certaines scènes m’ont profondément choquée. Une belle plume sensible pour tout de même me faire ressentir de la tendresse pour Marie-Salope et la petite Doudouce. Un livre que je recommande vivement..4,5/5


Dernière édition par Lacazavent le Dim 15 Mar 2015 - 10:21, édité 2 fois (Raison : Correction auteur)
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4095
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum