Erin HART (Etats-Unis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Erin HART (Etats-Unis)

Message  gallo le Ven 7 Nov 2008 - 21:13

De : louveloba (Message d'origine) Envoyé : 17/05/2005 14:18
Le chant des corbeaux/ Haunted ground (2003), d'Erin Hart

L'archéologue Cormac Maguire et la pathologiste Nora Gavin enquêtent sur l'identité d'une femme rousse, dont la tête vient d'être découverte presque intacte dans une tourbière irlandaise. Sur place, ils se heurtent à un autre mystère,la disparition d'une femme et de son enfant, deux ans plus tôt.

Mêlant histoire et culture du peuple irlandais et thriller, ce premier roman est assez intéressant, sans toutefois être passionnant... Dommage ! Je le note 3/5.


De : JoAnn_Kamar Envoyé : 17/12/2005 23:37
Le lac des derniers soupirs, d'Erin HART - France Loisirs, 593 pages ► 3.5/5

► Après Le chant des corbeaux publié en France avec un énorme succès, Erin Hart réunit à nouveau ses trois héros, Nora Gavin, Cormac Maguire et l'inspecteur Ward. Cette passionnée de musique traditionnelle irlandaise mêle avec une grande maîtrise le suspense et l'enquête médico-légale à l'histoire et au folklore irlandais. Américaine, Hart est venue à l'écriture par le biais du théâtre, discipline qu'elle a pratiquée comme metteur en scène, productrice et critique. PD James, Elizabeth George et Martha Grimes figurent parmi les auteurs dont elle se sent le plus proche. Erin Hart et son mari, me musicien Paddy O'Brien, vivent à Minneapolis.

► La grande question tout le long du livre: pour quelle raison tuer quelqu'un de trois façons différentes (les unes après les autres) si une seule manière pouvait bel et bien achever la victime? Serait-ce un sacrifice rituel? L'intensité ou m'intention serait-elle triplée par trois? Depuis la nuit des temps, le chiffre trois est énigmatique/sacré/mystérieux... N'allons pas très loin, et la trinité?

Quand dans une tourbière dans les plaines irlandaises, des archéologues découvrent un cadavre qui a tout l'air de dater de l'Âge de Fer, le Dr Nora Gavin, pathologiste américaine séjournant à Dublin, est appelée sur place car elle veut étudier la conservation des corps dans les tourbières, et après 2000 ans, le corps trouvé en excellent état de conservation est un bon départ pour ses recherches...

Le jour-même de son arrivée, pourtant, on retrouver un deuxième cadavre qui a priori a subi la "triple mort". Serait-ce la tourbière un nid de victimes de sacrifices? Loughnabrone ne veut pas dire "le lac des chagrins"? Illaunafulla "l'île du sang"? Une île de sang au milieu d'un lac de chagrins... Mais ce cadrave n'est pas comme le premier: il porte une montre... Quels liens unissent les deux victimes de la tourbières? Serait-ce un sacrifice pour apaiser les dieux en temps de conflits sociaux? Quel est le lien avec les trésors trouvés dans les profondeurs de la tourbe?

Avec son compagnon, l'archéologue Cormac Maguire, l'inspecteur Ward et sa partenaire, l'inspecteur Brennan, la légiste Friel, les passés troubles de tous ceux qui sont touchés de près ou de loin par le Loughnabrone, tout le monde est soupçonné, tout le monde est coupable.

► Comme partout, il y a des fois qu'on se demande pourquoi, mais pourquoi?!, les protagonistes veulent résoudre les énigmes par eux-même, sans en faire part à la police qui est là pour faire son travail: trouver le pourquoi du comment et qui. C'est une sorte de Robert Langdon (cf Dan Brown) en jupes (ou en couple), qui veulent à tout prix comprendrent les meurtres successifs, les raisons, les conséquences... Le Loughnabrone a son lot de personnages secrets, dépressifs et suicidaires, on sent que le silence est le plus grand moyen de communication dans les parages. Personne ne se parle, tout le monde cache des choses. On cherche alors les réponses dans les légendes irlandaises et les traditions celtiques, les actions des druides...

Malheureusement, on a le goût de l'inachevé malgré les 590 pages. Il y a encore des questions dont on ne connaît pas les réponses, la tourbière garde encore de milliers d'années de trésors, de secrets, de sacrifices, de légendes.

L'auteur est en train d'écrire son troisième roman avec Nora Gavin.

Jo Ann


De : Muriel13B Envoyé : 26/05/2006 09:18
Le chant des corbeaux de Erin Hart
Pocket 503 pages

4ème de couverture:
Irlande, comté de Galnay. En travaillant la terre, un fermier fait une effroyable découverte : la tête décapitée d'une jeune femme aux longs cheveux roux, conservée intacte par la tourbe! Fraîchement arrivé sur les lieux, l'archéologue Cormac Maguire, accompagné de la charmante pathologiste Nora Gavin, va tenter de reconstituer l'histoire de ce crâne mystérieux. Rapidement, leurs recherches font écho à d'autres enquêtes criminelles, notamment celle de la disparition non élucidée de Mina Osborne et de son fils Christopher, dont les traces se perdent elles aussi dans la tourbière.
Quel est ce lien macabre qui semble lier les deux affaires ?
En fouillant les entrailles poisseuses du lieu, les scientifiques vont réveiller un terrible secret...

Mon avis:
Un bon suspens, une découverte de la vie irlandaise intéressante en particulier autour de la tourbe. J'ai passé un bon moment, mais tout semble un peu convenu, un peu "gros", du genre mettre en avant un personnage violent pour qu'on pense que c'est lui le coupable alors qu'on se doute bien qu'il y a autre chose derrière... L'histoire d'amour entre les deux personnages principaux m'a aussi agacé. On s'en serait passé. Je suis quand même resté plutôt spectateur du livre. Bien mais sans plus.
3/5
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Erin Hart - La légende de la sirène

Message  Philcabzi le Mar 29 Juil 2014 - 9:59

La légende de la sirène
Ed. Payot & Rivages, 2011, c2010, 525 pages
Traduit de l'américain par Frédéric et Armelle Grellier

Ma note: 3/5

Résumé:
Nora revient en Amériques après 3 ans en Irlande pour accomplir ce qu'elle avait déjà tenté 5 ans auparavant: faire accuser le marie de sa soeur pour le meurtre sauvage de celle-ci.  En suivant des pistes si tenues qu'elle a peine à les voir, elle mettra à jour une atroce vérité. 

Mon avis:
Entre le Minnesota et l'Irlande on voyage beaucoup et je dois dire qu'au départ ça m'a un peu empêché de me plonger dans l'histoire.  Lorsqu'on est en Irlande, l'auteure nous plonge dans un pays de légende, de mystère, de nature sauvage et d'incroyable beauté alors qu'au Minnesota ben... on est seulement dans une ville bien ordinaire!  L'histoire se lit bien même si l’héroïne est particulièrement chanceuse dans la découverte d'indices tout à fait par hasard.  Franchement elle aurait dû jouer à la loterie...  J'ai donc donné un 3/5 parce que j'ai tout de même passé un bon moment mais je sais bien que j'oublierai cette histoire bien vite.

_________________
Philcabzi
Ainsi qu'une journée bien remplie donne un doux dormir, ainsi une vie bien employée donne un doux mourir. Leonardo da Vinci

Ma PAL: 64 livres
Lecture du moment: Les âmes perdues de Dutch Island de John Connolly
avatar
Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 41
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum