Camille LAURENS (France)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Camille LAURENS (France)

Message  Calepin le Ven 7 Nov 2008 - 19:09

De : Claarabel --- Envoyé : 2004-08-30 11:07

Cet absent - là

Quel beau texte ! Camille Laurens est une enchanteresse ! Cet absent-là accompagne les figures de Rémi Vinet. Un magnifique travail : des photographies projetées sur un drap blanc avant d'être rephotographiées à l'infini pour obtenir ce "flou artistique", ces zones d'ombre et cet instant de présence rayonnante. Pour l'auteur, les photos sont souvent un premier pas vers la mort, ce pour quoi elle déteste être prise en photo. "Prendre en photo" c'est prendre une part d'existence. D'en figer sur papier glacé et de le ranger dans l'oubli. Non merci.
Il y a aussi cette rencontre avec l'Amant, le nouvel homme dans sa vie. Cette première fois, lors d'une soirée, où l'Apparition a eu lieu. Sous forme d'un éclair de flash, d'une illumination, d'un rayonnement. L'être aimé devient désiré. Mais lorsque celui-ci se fait photographier, l'auteur découvre sa part d'ombre et sa cruelle absence. Le vide de cet homme. Sa transparence. Le début du désamour... Ce texte est à lire en long, en large et en travers. C'est d'une pureté éblouissante. Les figures de Rémi Vinet sont bouleversantes. Le tout forme un ensemble incomparable. C'est un très beau livre où Camille Laurens livre à nouveau sa philosophie et sa poésie de l'amour. Sous forme d'absence... Et l'ombre de ce premier né, Philippe, parti trop tôt, qui a meurtri à jamais le coeur de l'auteur. Poignant, sensuel et merveilleux.

Note : 4/5



De : Thomthom1293 --- Envoyé : 2005-08-30 04:16

L'amour, roman
2004

Les livres de Camille Laurens sont des sortes de symphonies baties avec des mots...l'histoire y est presque toujours secondaire, les personnages transparents ou bien apparaissant en creux. Seule compte la beauté du texte, et l'émotion qu'elle provoque imanquablement chez le lecteur. Laurens est dotée d'une rhétorique bien à elle, unique en son genre, qu'elle a magnifié dans Dans ces bras là, son chef d'oeuvre (que je suis en train de relire avec toujours autant de délectation).

Je l'avoue, si j'ai lu la plupart de ses livres, je lui de les avoir tous aimé. Clairement, il y a (aura ?) dans son oeuvre un avant et un après Dans ces bras là. L'Amour, roman, tant dans sa construction que dans son style, pourrait même en être la suite directe - et se situe en tout cas dans sa droite lignée. L'idée n'étant pas, bien sûr, de donner une définition de l'amour, mais plutôt de savoir comment aimer. Quatre générations de femmes s'interrogent donc sur le sujet, quatre femmes fortes et magnifiques, dont les retours en arrière et les efforts de mémoire offrent à Laurens l'occasion de quelques unes de ces fulgurances poétiques dont elle seule à le secret. Le problème, c'est qu'en l'occurrence, ses évidentes qualités esthétiques ne masquent pas (plus ?) les faiblesses de la narration. On retrouve même le principal défauts de ses premiers livres : la quasi absence d'histoire crédible. "Dans ce bras là" reposait sur un postulat génial et inédit. "L'Amour..." avec ses portraits croisés féminin, à tout de même un léger air de déjà vu. On a, en fait, l'impression d'un cocktails raté : vous savez, ceux où les deux éléments dans le shaker se surposent au lieu de se mélanger ? C'est un peu de cela qu'il s'agit avec ce roman. D'un côté, c'est écrit comme "Dans ces bras là", c'est structuré comme Dans ces bras là - et on sent clairement une volonté de rester dans le même registre. Mais bien sûr, pas question d'écrire un "Dans ces bras là II" ! Donc on essaie d'injecter des éléments qu'on croit maîtriser...tout en s'auto plagiant aussi - sauf qu'on auto-plagie plus le même roman. Quand vous ratez votre cocktail et que les éléments se superposent, buvez le. Ca a une sale gueule, mais c'est bon quand meme ! Là, c'est l'inverse : le cocktails a une super belle gueule, mais son goût ocre laisse parfois supposer que les fruits n'étaient pas toujours très frais... Alors, malgré quelques très belles pages, je ne peux offrir à Camille qu'une note moyenne.

Note : 2,75/5


De: Mousseliine

Camille Laurens - Dans ces bras-là
(Gallimard/folio, 2002, 309 pages)

J'ai beaucoup, beaucoup aimé ce livre. Un livre sur les hommes, sur l'amour des hommes, écrit par une femme qui aime les hommes avec leurs qualités et leurs défauts. La narratrice parle des hommes qui ont passé dans sa vie, que ce soit son père, son mari, son amant, son fils, un collègue de travail, un inconnu aperçu dans la rue, son éditeur, etc. La narratrice est en fait Camille Laurens. Mais elle précise bien au début que son livre est un roman, tout est fictif.

Au début c'est déconcertant, on se demande ce que tout ça veut dire. Puis j'ai embarqué et de page en page je me suis laissée subjuguer.

C'est un livre envoûtant, passionnant. Un livre que je garde précieusement sur ma table de chevet pour pouvoir en relire des chapitres de temps en temps.

Note : 5/5
(Mousseline)
---------------------------------------------------------------------------------
Camille Laurens est née le 6 novembre 1957 à Dijon. Agrégée de lettres, elle a enseigné en Normandie (Rouen) puis au Maroc, où elle a passé douze ans, à partir de 1984. Epouse d'Yves Mézières, psychanalyste. Mère d'une fille, Aube, née en 1995. Elle vit maintenant à Sète.

Camille Laurens aime les mots : elle les manie avec une passion contagieuse. Elle leur accorde une valeur qui lui fait privilégier les formes courtes. Ses romans, formés de chapitres brefs et incisifs, disent l'essentiel en peu de phrases. Une prose dense et sensuelle, où le superflu n'a pas sa place. Camille Laurens aime aussi les hommes. Elle chante le désir qu'ils lui inspirent, mais aussi leurs défauts, qui font leur humanité.


De: Lagrande
Je ne sais pas trop quelle note lui donner, j'ai aimé, mais je pense que les divisions m'ont énervée... mettons 3.5/5.

Cette femme amoureuse des hommes et qui ne parle que des hommes je ne sais pas, je n'ai pas réussi à m'attacher à cette femme ni à la trouver sympathique, je trouve que ça manque de contenu.

Note : 3.5/5
Lagrande


De: Geneviève

Camille Laurens - Dans ces bras-là

J'ai découvert une femme, une femme pleine d'une puissance d'émotion, d'un amour des hommes intimement lié à celui des mots. Son écriture est vive, vivante, sensuelle, délicieusement enlaçante. Madame Laurens, j'aime votre ton, la tonalité de votre écriture, en écho à mon amour des hommes et des mots.

Je m'en sens proche, plus encore, je m'y reconnais! Merci!

Note : 5/5
Geneviève


De: Doriane

Un livre totalement consacré aux hommes! La narratrice se défend de faire une autobiographie pourtant ça en a bien la couleur! Elle aime les hommes, le père, l'amant, le psy... dans leur complexité, leurs défauts. Ce livre est pour moi un ode à l'homme, elle l'aime dans toute sa complexité et ne vit qu'au travers de lui.

Une écriture très intéressante, fluide, parfois ironique, jamais ennuyeuse malgré le "manque" d'histoire réelle. On ne fait que partager avec l'auteur les moments qu'elle a vécus avec les hommes de sa vie.

Sans aller jusqu'au coup de coeur, je donne un honorable 4.

Doriane


De : Thomthom1293 --- Envoyé : 2005-09-02 10:53

Dans ces bras là
2000

Voilà donc achevée ma dernière relecture de l'été, et quelle relecture ! Dans ce livre, la narratrice-auteur revient sur tous les hommes qui
ont marqué sa vie. Les hommes, car les femmes ne l'intéressent pas. Ne l'intéresserons jamais. Tout commence par un rencontre presque fortuite : un magnifique inconnu croisé dans la rue, qui se révèle être psy. Elle décide donc de prendre rendez vous à son cabinet. Comme pour inverser la tendance : séduire en disant tout au lieu de charmer avec des silences.

La structure est impeccable, alternant passages à la première personne lorsque le monologue est destiné au psy, et passages à la troisième pour les innombrables flashbacks...quoi qu'on ne puisse réellement parler de flashbacks, puisque la défintion simple du mot est "retour en arrière sur l'histoire". Or là, d'histoire, comme le soulignait à juste titre, il n'y en a point. Juste une succession de portraits d'homme, s'étayant au fil des pages, écrit dans un style simple, poétique, enflammé...beau, tout simplement. Tout ça pour quoi ? Finalement se rendre compte qu'il s'agit avant tout du plus beau portrait de femme jamais écrit à ce jour, un portrait en creux d'une femme (Camille Laurens elle-même ?) à travers les hommes qu'elle a connue et les émotions qu'ils lui ont procuré. Du père à l'inconnu de passage, du mari au psy, de l'amant à l'ami... tous y passent, formant une sorte de cercle étrange entourant la narratrice. Car, on le répète, ce qui intéresse princpalement Camille Laurens, c'est Camille Laurens. Camille Laurens est l'auteure. Camille Laurens est la narratrice. Camille Laurens est le personnage. Camille Laurens est le sujet. Mais Camille Laurens, bien sûr, est avant tout Camille Laurens. Ecrit par quelqu'un d'autre, l'excercice nombriliste tournerait au cauchemar. Or ici, les mots virevoltent, s'embrasent. La littérature de Laurens est gorgée de fulgurances poétiques, de phrases saccadées, d'envolées lyriques. Le tout porté par une ironie mordante, cinglante. Qui pourtant jamais n'insulte ou humilie les hommes mis en cause. Ce sont des hommes après tout, rien que des hommes. Elles les aime trop pour les mépriser. Tous autant qu'ils sont. Les hommes en général et l'homme en particulier. Le cauchemar prédit tourne donc au chef d'oeuvre. Je n'ai pas honte de dire qu'il s'agit assurémént d'un des livres les plus importants de ce début de décennie...je pèse mes mots. Et par la même occasion je prouve que, contrairement à une idée reçue totalement stupide, on peut aimer les livres de Camille Laurens et être...un homme.

Note : 5/5



De : Chantal5500 --- Envoyé : 2005-09-19 12:31

Dans ces bras là
P.O.L.
297 pages.

A partir des portraits de tous les hommes de sa vie (son père, son grand-père, son grand-oncle, son mari, son éditeur, son premier amour, ses amants, de passage ou non...., la narratrice nous fait petit à petit son propre portrait et nous livre ses propres désirs.

L'écriture est belle, la construction du récit (en chapitres très courts) réussie. J'ai été emballée dès le début du livre. Mais un sentiment de lassitude ne m'a pas épargnée dans la deuxième moitié du livre : j'avais une impression de répétitions, de longueurs, d'une écriture qui tourne en rond. Et puis, une femme qui n'existe que pour et par les hommes, c'est quand même bien dommage !

Note : 3,8/5
avatar
Calepin

Nombre de messages : 1527
Age : 36
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Camille LAURENS (France)

Message  Réaliste-romantique le Dim 3 Avr 2016 - 23:41

Celle que vous croyez

Après avoir été larguée par son amoureux de 36 ans, une femme de 48 ans se crée un profil de jeune de 24 ans pour se venger. Elle tente de rejoindre Jo par le biais de Chris, un de ses amis, mais se prend au jeu et son alter égo virtuelle développe un lien affectueux avec Chris. Une telle histoire ne peut laisser les protagonistes intouchés, car le livre débute dans un hôpital psychiatrique.
 
Le livre aborde d’abord de front la différence entre le vieillissement des femmes et des hommes, particulièrement du point de vue sexuel. La femme a une « date de péremption » plus hâtive: on s’attend à ce qu’elle se case ou s’efface avant la cinquantaine, alors que l’homme peut reformer un nouveau couple avec une amoureuse beaucoup plus jeune sans que la société le juge. Dans un premier temps, j’ai toutefois abandonné la lecture à la page 67, car j’étais ennuyé par un personnage qui ne vivait que pour son faux compte facebook et qui me semblait pitoyable dans son besoin de s’accrocher et de plaire à des hommes plus jeunes, narcissiques horripilants, qui ne la méritaient pas. Ma conjointe m’a toutefois encouragé à continuer et je n’ai pas été déçu. À la page 119 se produit un revirement, on réalise qu’il y a une histoire dans l’histoire. Le livre explore encore les mêmes thèmes, mais avec des perspectives différentes. Avec l’épilogue, on se retrouve à lire un récit gigogne auquel, lorsqu’on ferme le livre, il faut réfléchir pour comprendre où se situent la « vraie » histoire, ou plutôt celle que l’on croit.
 
Au final, j’ai adoré la construction du livre bien que (ou encore mieux parce que) la complexité ne commence à être apparente qu’à mi-chemin. J’aime aussi ces positions de femmes qui s’affirment, alors que la société semble plutôt reculer sur ces questions : nombre de femmes n’osent plus s’affirmer « féministes ». Je n’ai toutefois pas eu de sympathie pour la narratrice, j’étais désolé qu’elle s’acharne à plaire à ces mufles, je lui dirais, comme Bart Simpson à sa sœur lorsqu’elle se tient avec une brute : « Tu pourrais trouver mieux! »
   
4/5

Réaliste-romantique

_________________
Lectures en cours : Allah n'est pas obligé (Ahmadou Kourouma)  Les vagues (Virginia Woolf), Le rêve des forêts (Gérard Klein)
De la bibliothèque : Désir   Hitonari Tsuji
Commentaire en attente : Falling angels (Tracy Chevalier)
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1903
Age : 41
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Camille LAURENS (France)

Message  petitemartine le Lun 20 Mar 2017 - 15:51

Dans ces bras-là de Camille LAURENS

Résumé ( Amazon ) Dans ces bras-là ne traite que d'un seul sujet, une idée fixe : les hommes.L'auteur avoue que, depuis l'enfance, ils sont l'unique objet de sa curiosité et de sa gourmandise. Tous ceux qui lui ont fait tourner la tête, elle veut enfin en faire le tour. Des hommes croisés aux hommes oubliés, du mariage vécu dans l'emportement aux traces immuables des premières amours, Camille Laurens décrit avec émotion et humour les multiples facettes de la relation amoureuse.

Mon avis : Il s'agit d'un livre sur les hommes écrit par la narratrice qui s'adresse à nous lecteur. La narratrice- écrivain- entame une psychologie afin de séduire un homme croisé par hasard dans la rue et qui s'avère être psy...De très courts chapitres alternent alors où en énumérant , en racontant tous les "hommes" de sa vie, la narratrice ( l'auteur ? ) raconte sa vie : le père, le frère, le passant, l'amant, l'oncle, l'ami, le collègue, le grand-père, le curé, le fils etc... tous les hommes croisés dans sa vie y passent et c'est l'occasion pour nous lecteur de découvrir peu à peu la vie de cette femme et son rapport aux hommes plein de finesse , de profondeur, de complexité, d'ironie, de sensualité...
Un peu perplexe au début, j'ai beaucoup aimé le style, la poésie, la construction très originale où on passe d'un homme à l'autre , où petit à petit le puzzle se recompose, où l'auteur joue beaucoup avec les mots. Un chapitre concernant l'amant n'est qu'une succession de mots ! Un autre n'est qu'une succession de questions !  C'est un roman mais on se prend à penser qu'il y a beaucoup de l'auteur dans cette femme qui écrit " je", "elle" .
Un livre que je relirai avec plaisir.

ma note :4,5 / 5
avatar
petitemartine

Nombre de messages : 2396
Age : 46
Location : Morbihan /France
Date d'inscription : 04/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Camille LAURENS (France)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum