Gilles BORNAIS (France)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Gilles BORNAIS (France)

Message  Aurore le Jeu 9 Oct 2014 - 13:17

Gilles Bornais est journaliste et écrivain. J'ai toujours aimé ma femme est son dixième roman.

[Rentrée littéraire] J'ai toujours aimé ma femme - Gilles Bornais
(Fayard, 2014, 248 p., coll. Littérature française)


Jean-Baptiste, un quarantenaire, rentre chez lui un soir et trouve un mot avec écrit Je ne rentrerai pas. Celle qui a écrit ce message est sa femme depuis vingt-quatre ans et s'appelle Mylène. Comment se fait-il qu'après tant d'années de vie conjugale, on laisse son partenaire avec cette simple déclaration ? Le lecteur est aussi fébrile que le personnage du mari. Complètement dévasté, il remue ciel et terre pour obtenir des explications, tenter d'avoir des informations sur le virage imposé par sa femme. Il emprunte ses pas, se rend sur son lieu de travail pour voir si elle n'y est pas, interroge les deux enfants, détaille le compte bancaire, cherche des indices dans l'appartement. C'est un vrai travail de fourmi qu'entreprend Jean-Baptiste et, quelque part, sa démarche parait raisonnable en comparaison du grand désœuvrement de cet abandon soudain.

Le lecteur est d'abord plein d'empathie pour ce bon père de famille. Pendant les deux tiers du roman, sa bonne foi ne fait pas de doute et tout son remue-ménage atteste de son incompréhension. Mais, car il y a un "mais", le tiers restant du roman montre une autre facette du personnage. Jean-Baptiste, cadre aisé et épanoui dans sa vie de famille, révèle d'autres aspects de sa personnalité qui nous le rendent implacable, calculateur et passablement égoïste. Pour être tout à fait exacte, mon impression à son égard a évolué d'un bord à l'autre : de la compassion à la stupéfaction un peu irritée.
Si cette quête de reconstruction de couple est bien l'intrigue du roman, les motivations de départ de Mylène nous apparaissent alors plus clairement. Je devrais même dire "mais pourquoi n'est-elle pas partie plus tôt ?"
C''est une situation complexe dans l'étroitesse d'un couple qui présentait bien. Le jeu de piste met le lecteur en haleine et je ne doute pas que, comme moi, vous vous hâterez d'avancer pour avoir toutes les pièces du puzzle.

- Pousser les gens en souffrance à raconter leur secret, c'est malsain. Quand tu vas mal, tu n'as plus que ça, tes secrets.
- Personne n'est obligé d'y aller.
- Les gens perdus iraient n'importe où.
(p. 154)

Une fort belle découverte côté français. Pourtant le sujet de départ (départ volontaire, amour qui s'effrite) n'inspirait pas de la nouveauté ni une quelconque inspiration. Il faut croire que je me suis trompée, et c'est tant mieux !
4,5/5

_________________
Ce n'est pas parce que c'est inventé que ça n'existe pas.





avatar
Aurore

Nombre de messages : 2137
Age : 30
Location : Amiens
Date d'inscription : 27/02/2009

http://shereads.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilles BORNAIS (France)

Message  dodie le Jeu 9 Oct 2014 - 15:43

Un roman passé inaperçu sans toi.... Merci Aurore !
avatar
dodie

Nombre de messages : 4510
Age : 53
Location : France
Date d'inscription : 11/04/2009

http://dodiecuisine.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilles BORNAIS (France)

Message  lalyre le Mer 1 Juin 2016 - 16:06

Bornais Gilles    
  Une nuit d’orage     
5 mars  2016            
ISBN978 2 213 68112 2     
234 pages

Quatrième de couverture
Manuel est de retour dans son village natal après vingt-quatre ans d’absence. Personne ne le reconnaît. Il trouve à s’employer dans une ferme, chez des paysans dont l’économie de paroles sert de pudeur à la bienveillance. Manuel parvient à y faire embaucher Flavien, surnommé Petit Père, qu’il est allé attendre à sa sortie de prison. Petit Père y était enfermé depuis vingt-quatre ans…Que s’est-il passé entre les deux hommes un quart de siècle auparavant ? Et depuis ? À quoi Manuel et Petit Père, mais aussi les gens du village, auront-ils employé toutes ces années ? Au pardon ? À l’oubli ? Ou à veiller les secrets, les mauvais souvenirs et les rancoeurs ?

 Dans la France rurale des années 1960, entre l’humanité muette de quelques-uns et les préjugés bavards de beaucoup d’autres, Gilles Bornais trace le portrait poignant d’un homme simple qui tente de faire la paix avec son passé.

Mon avis
Manuel  arrive en barque, il vient  de nulle part, il cherche du travail dans les fermes, il sera embauché par un couple d’agriculteurs, il attend Petite-Père à la sortie de prison. Petit-Père peint, il souhaite que ses peintures soient exposées  au musée de la ville, malheureusement la vie s’acharne toujours sur Petit-Père et Manuel, les éléments  orage, tempête n’arrangent  rien et c’est une population en folie, une ville ou tout le monde se connait ou la rumeur se répand et grossit de maison en maison et Manuel devra affronter la colère  et le délire de la foule qui le poursuit….J’ai vraiment aimé les descriptions du temps des plaisirs simples, la campagne , la rivière ou chacun va à la pêche, le bistrot ou les hommes discutent du temps qu’il fera demain, c’était encore une belle époque….Un beau roman de vacances,  agréable à lire et que j’ai vraiment apprécié.  4/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4194
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilles BORNAIS (France)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum