Eric BRUCHER (Belgique)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Eric BRUCHER (Belgique)

Message  lalyre le Sam 13 Sep 2014 - 16:41

La blancheur des étoiles          
  Eric Brucher            
  Ed. Luce Wilquin 23 avril 2014       
         181 pages  
         
Quatrième de couverture
Une histoire de vie et de mort, de douleur et de jouissance sur fond d'errance urbaine. Une fille-mère et son chevalier furieux courant après des moulins à vent, un amour qui cherche les étoiles où s'effacent les haines et les peurs. Des immeubles et la révolte de graffitis, l'ivresse des martinets et le vacarme d'un scooter pour crever la vieille indifférence du monde. La mémoire de femmes fuyant le pouvoir des hommes. La jeune maternité surtout, la plénitude de la grossesse, et l'enfant que dévorent les ogres ordinaires. L'histoire est librement inspirée d'un témoignage : une fille-mère privée de son enfant, forcée d'avorter d'un deuxième et qui a voulu mourir……………………………..
 
Petite chronique
L’auteur avec brio parvient à nous faire ressentir le mal-être de Serena. Cela ressemble à un conte ou une fée malfaisante se serait penchée sur son berceau. Car la peu sereine jeune fille dont il est question dans ce récit, en tout cas au début est déroutante. L’auteur nous raconte ce qui s’est passé pour que Serena attende un enfant et ce qu’est devenu le père. Allergique aux études, sans aucun revenu,  elle est mise sous tutelle étant encore mineure, cela parce que Maria, sa mère a demandé la garde de l’enfant, bien qu’elle-même fut un jour fille-mère mais dans un autre contexte. Lorsque Serena attend un deuxième d’un homme inconnu rencontré  lors de ses errances, la juge lui ordonne d’avorter. Mais voila que quelques mois plus tard elle attend un troisième enfant que cette fois il sera impossible de lui enlever, car voila, il y a deux pères qui ont leur importance dans cette histoire et c’est l’un des deux qui va déterminer la vie de Serena….

Mon avis.
L’auteur touche le lecteur par de très beaux passages sur la maternité et sur cette jeune fille-mère désorientée, à qui on a enlevé son enfant, cela raconté avec une belle écriture poétique et métaphorique.
Un très beau passage qui m’a émue : Les mains posées sur les côtés de son ventre pareil à un ballon, elle sentait les ondes de l’enfant à l’intérieur, ses petites gesticulations. Cette torpeur au soleil était un délice. Être là uniquement, n’être occupée que des mouvements infimes au creux d’elle-même, et cette durée quand elle finissait par s’enrouler sur elle-même et s’estomper, disparaître dans une béatitude. Des heures flottantes et pleines à la fois.  

La blancheur des étoiles  c’est une histoire d’errance, de misère, de vie et de mort mais aussi d’amour et de sensualité ou l’on se sent un peu complice de ces jeunes  gens intransigeants aux parcours sinueux qui envient les oiseaux et cherchent leur place dans une nature bienveillante. Un gros coup de cœur…..5/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4191
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eric BRUCHER (Belgique)

Message  lalyre le Sam 16 Sep 2017 - 8:40

Brucher Eric

   Le jour est aussi une colère blanche         
 Editions Luce Wilkin  15 septembre 2017
  ISBN 798 2 88253 539 9   



    129 pages
Quatrième de couverture
Il y a des tagueurs, des apprentis djihadistes, des skateurs, des slameurs (une slameuse), des clameurs (une clameuse), des potagistes, des prophètes (un prophète), des calligraphes, des taulards (un), des laveurs de vitres (un aussi). Tous à leur manière des révoltés, porteurs d'énergie pour vivre et sortir des enfermements. Un chant choral habité d'espoir parfois fugace ou vain, parfois grandiose et magnifique. Ou comme une sédition tonique et poétique: chercher l'invention d'une langue neuve, parole pour exister et dire ce que portent les coeurs. Des nouvelles urbaines, emplies de vitalité, de fureur et de lumière.
Mon avis
Je ne suis pas tellement fan de nouvelles, mais je dois dire que celles-ci m’ont accrochée par la triste réalité. Je ne parlerai que de quelques-unes en y prenant quelques touches sans dévoiler les titres et  surtout n’en pas dire trop…..
Il y a ce gang dans la ville, Wolf en est, avec cinq autres, ils vont seuls dans les rues noires graphiter leur colère sur les murs de la nuit……Lazlo, lui c’était autre chose, c’était un guerrier fou, un chevalier déchu. Agrippé à sa bécane démente, à cravacher la ville furieusement. Peut-être parce que son père le frappait, le cinglait avec une ceinture. De toute façon ce n’était pas son père, l’autre s’était cassé sans nouvelles…….Redouane, lui a voulu sans aller pour ne plus revenir. Sans même espoir de revenir. Un aller simple. Passant par plusieurs pays pour aller sans doute en Syrie, il disait, si je me fais buter, j’aurai les vierges promises…..Et d’autres nouvelles, qui toutes m’ont émue par leur réalisme et leur sincérité. Il me faut aussi signaler un très long et beau  poème de sept pages.
Douze nouvelles dont aucune ne m’a lassée, un beau style pour conter les sentiments de certains jeunes de la rue, abandonnés à eux même avec leur révolte et leur colère et on imagine sans peine  ce qu’ils vont devenir…..Presqu’un coup de cœur pour moi……4,9/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4191
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum