Colson WHITEHEAD (États-Unis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Colson WHITEHEAD (États-Unis)

Message  Lacazavent le Ven 22 Aoû 2014 - 9:38



Colson Whitehead est né en 1969 à New York, où il vit toujours. Après des études à Harvard, il a collaboré à bon nombre de revues. Ses trois romans L'Intuitionniste, Ballades pour John Henry et Apex ou Le cache-blessure ont été unanimement salués par la critique et lui ont valu de multiples distinctions. Il est également l'auteur d'un recueil d'évocations urbaines, Le Colosse de New York, et d'un récit, Sag Harbor. Toute son œuvre est publiée aux Editions Gallimard.

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5582
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Colson WHITEHEAD (États-Unis)

Message  Lacazavent le Ven 22 Aoû 2014 - 9:57

Zone 1 de Colson Withehead
Gallimard / 337 pages


La Dernière Nuit a eu lieu. Le fléau s'est répandu. Et dans le désert du monde d'après, les rares humains survivants luttent au jour le jour pour échapper aux zombs, ces morts-vivants cannibales et contagieux. Pourtant, l'espoir commence à renaître. Dans la Zone 1, tout en bas de Manhattan, Mark Spitz et ses camarades ratisseurs éliminent les zombs traînards, première étape d'une patiente entreprise de reconquête. Mais la victoire est-elle seulement possible ? Et pour reconstruire quel monde ? Les personnages sont hantés par le passé, ou inversement refoulent le souvenir du cauchemar et des êtres perdus. Mais avant d'en être réduits à survivre, avaient-ils vraiment vécu ? Mark Spitz se sent fait pour ce chaos absurde grâce à sa médiocrité même, et éprouve une étrange empathie pour les traînards. Et parfois, il lui vient à l'esprit la pensée interdite. Colson Whitehead offre ici un authentique et palpitant conte de terreur, dont la noirceur et la tension permanente sont accentuées par un humour macabre et sardonique, et une invention verbale exceptionnelle, faite d'argot militaire, d'euphémismes officiels, d'images audacieuses pour rendre compte de l'impensable, donner une forme au pire. Mais ce tableau d'apocalypse, cette fable aux multiples interprétations est aussi une méditation sur ce qui fonde l'humanité. En vrai moraliste, Whitehead pose ici plus crûment que jamais la même question lancinante : que faisons-nous de nos vies ? Et la démesure de l'horreur confère à cette représentation un lyrisme endeuillé, une gravité et une puissance proprement visionnaires.


Quand les Zombies, Zombs, morts-vivants et autres créatures font leur apparition chez Gallimard, il est tentant d'aller voir de plus près. Tout en restant extrêmement classique dans son scénario catastrophe, Zone 1 dénote par son écriture soignée à l'extrême, un style très travaillé tout en nuance parsemé de réflexion touchant à la philosophie. On y parle de la vie, de la mort, du vivre en société, d' autrui, de la bonté etc. Tant et si bien que l'action, pilier de cet univers en pallie quelque peu, le rythme semble parfois un peu lent du moins pour son sujet.
Une lecture étonnante agréable malgré un équilibre précaire entre le thème, le rythme et le style.

4,25/5

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5582
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Colson WHITEHEAD (États-Unis)

Message  Réaliste-romantique le Lun 1 Déc 2014 - 0:31

Zone 1


L’humanité a été dévastée par une épidémie de zombies (hé oui, encore une fois). Après une période de flottement, les Américains ont réussi à se réorganiser autour de Buffalo et à créer des camps sécuritaires un peu partout dans leur pays. Après le nettoyage du corridor Nord-Est (l’autoroute 95), l’objectif est de nettoyer la Zone 1 : le sud de Manhattan. Mark Spitz est membre d’une équipe de nettoyeurs : après le passage des Marines, ils ratissent systématiquement les immeubles pour y dénicher et descendre tout les zombies trainards restant. Mark réfléchi au monde depuis la Dernière Nuit, il évoque des souvenirs de l’interrègne et ose rêver, subrepticement, à l’avenir. 
 
Les zombies sont à la mode depuis plusieurs années et il faut aujourd’hui être original pour se démarquer. Je n’ai pas trouvé que ce livre rajoute à l’édifice. L’auteur profite du récit pour critiquer certains travers de la société de consommation, par exemple une chaîne de cafés-qu’on-ne-nommera-pas-mais-qui-ressemble-à-Starbucks augmenter ses ventes par une présence sympa et faussement humaine sur les réseaux sociaux, mais je n’ai pas trouvé cela très original. De plus, le récit m’est parfois apparu confus, c’est peut-être toutefois de distraction par manque d’intérêt soutenu.
 
J’observe toutefois une tendance que je nommerai « post-11 septembre » : alors que les œuvres du dernier siècle se concentraient sur le début de l’épidémie, l’attaque initiale et la fin des héros, plusieurs œuvres récentes assument l’attaque, mais l’humanité réussit à se reprendre en main et elle n’est pas nécessairement condamnée, comme dans World War Z et Walking Dead. Je trace un parallèle avec la société occidentale (surtout américaine) qui doit s’adapter à vivre après l’attaque du 11 septembre (l’attaque initiale). La menace terroriste est toujours présente et l’ennemi peut même être votre voisin (les cellules dormantes ou terroriste isolée), tout comme dans ces récits où, malgré une stabilisation des conditions, le zombie mortel peut toujours ressurgir.
 

3/5

le Réaliste-romantique

_________________
Lectures en cours : La jungle (Sinclair Upton), The Traveller's Guide to Outer Space (Neil...) 
En attente : 
Commentaire en attente : Les habitudes alimentaires des mal-aimés
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1945
Age : 41
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Colson WHITEHEAD (États-Unis)

Message  lalyre le Mer 4 Oct 2017 - 15:45

Whitehead Colson  

Underground Railroad   

Albin Michel 23 août 20127
ISBN 978 2 226 39319 7        

  398 pages     

  

Quatrième de couverture
Cora, seize ans, est esclave sur une plantation de coton dans la Géorgie d'avant la guerre de Sécession. Abandonnée par sa mère lorsqu'elle était enfant, elle survit tant bien que mal à la violence de sa condition. Lorsque Caesar, un esclave récemment arrivé de Virginie, lui propose de s'enfuir, elle accepte et tente, au péril de sa vie, de gagner avec lui les Etats libres du Nord. De la Caroline du Sud à l'Indiana en passant par le Tennessee, Cora va vivre une incroyable odyssée. Traquée comme une bête par un impitoyable chasseur d'esclaves qui l'oblige à fuir, sans cesse, le " misérable coeur palpitant " des villes, elle fera tout pour conquérir sa liberté. L'une des prouesses de Colson Whitehead est de matérialiser l'" Underground Railroad ", le célèbre réseau clandestin d'aide aux esclaves en fuite qui devient ici une véritable voie ferrée souterraine, pour explorer, avec une originalité et une maîtrise époustouflantes, les fondements et la mécanique du racisme. A la fois récit d'un combat poignant et réflexion saisissante sur la lecture de l'Histoire, ce roman, couronné par le prix Pulitzer, est une oeuvre politique aujourd'hui plus que jamais nécessaire. " Un roman puissant et presque hallucinatoire. Une histoire essentielle pour comprendre les Américains d'hier et d'aujourd'hui.


Mon avis
Dans un style limpide et efficace, l’auteur parvient à nous fixer sur certains personnages attachants de cette histoire de la Grande Histoire de l’esclavage. C’est surtout lorsqu’elle accepte la proposition de Caesar que l’on suit le parcours de Cora lors de sa fuite avec lui, un parcours ou elle fait de nombreuses rencontres bonnes ou mauvaises, que ce soient d’âmes charitables et secourables, mais aussi de chasseurs d’esclaves comme le monstrueux Ridgeway, un homme sanguinaire et barbare qui la poursuit ce qui oblige Cora à courir et encore courir pour lui échapper, car les propriétaires d’esclaves sont impitoyables envers les fugitifs capturés. Pendant son long périple, elle va découvrir la haine raciale des blancs, les lynchages en Caroline du Nord et les expériences médicales en Caroline du Sud, elle va aussi faire plusieurs métiers pour survivre mais toujours avec la crainte d’être découverte. Lors de sa fuite, elle fera la connaissance d’hommes qui gèrent le chemin de fer clandestin au mépris du danger qu’ils courent, leur générosité et leur bonne volonté sont présentes pour sauver les esclaves en fuite. Une belle construction du roman pour décrire la vie d’esclave, la faim, la violence et la peur ainsi que la cruauté de ceux qui les chassent ou les asservissent. Un roman juste qui interpelle, car l’humanité de notre époque est-elle toujours égale envers ceux qui croient en elle ? Gros coup de cœur….5/5


Source Wikipédia
Le chemin de fer clandestin ( Underground Railroad) était un réseau de routes ferroviaires clandestines qui étaient utilisées par les esclaves noirs américains pour se réfugier au-delà de la ligne Mason-Dixon et jusqu’au Canada avec l’aide des abolitionnistes qui adhéraient à leur cause.
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4216
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Colson WHITEHEAD (États-Unis)

Message  Awara le Mer 4 Oct 2017 - 19:36

Etait-ce uniquement ferroviaire? J'ai cru comprendre que c'était une suite de relais? Est-ce que je me trompe?

_________________
avatar
Awara

Nombre de messages : 3969
Age : 72
Location : PARIS
Date d'inscription : 03/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Colson WHITEHEAD (États-Unis)

Message  Mandarine le Jeu 5 Oct 2017 - 5:57

J'ai très envie de le lire!!  saliver
avatar
Mandarine

Nombre de messages : 2124
Age : 32
Date d'inscription : 10/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Colson WHITEHEAD (États-Unis)

Message  lalyre le Jeu 5 Oct 2017 - 8:19

Awara a écrit:Etait-ce uniquement ferroviaire? J'ai cru comprendre que c'était une suite de relais? Est-ce que je me trompe?
je ne sais pas, il faudrait revoir sur Wikipédia
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4216
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Colson WHITEHEAD (États-Unis)

Message  kattylou le Jeu 5 Oct 2017 - 10:45

Non je ne crois pas uniquement . C'est souvent traité dans mes romans qui parlent de patchwork . Certaines maisons mettaient a sécher un patchwork avec un motif particulier qui s'appelle underground railroad pour signifier que c'était une maison amie sur le chemin qui menait les esclaves au Canada .Ils ne voyageaient pas que par le train. 
J'avais aussi noté ce roman de la rentrée

_________________
Un vieux chêne en Bretagne - Louis Pouliquen
Toni Morisson - Sula 
Challenge US Plus que 5 Etats !
avatar
kattylou

Nombre de messages : 3365
Age : 52
Location : 77
Date d'inscription : 08/09/2009

http://kattyloucuis.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Colson WHITEHEAD (États-Unis)

Message  Awara le Jeu 5 Oct 2017 - 19:33

Merci Kattylou!

_________________
avatar
Awara

Nombre de messages : 3969
Age : 72
Location : PARIS
Date d'inscription : 03/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Colson WHITEHEAD (États-Unis)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum