Damien LUCE (France)

Aller en bas

Damien LUCE (France)

Message  lalyre le Dim 27 Avr 2014 - 8:04

La fille de Debussy     
Damien Luce    
Ed.Héloïse d’Ormesson mars 2014        
Chouchou ou l’enfant muse
          152 pages 
    
Résumé
Printemps 1918, Claude-Emma Debussy, affectueusement appelée Chouchou, a douze ans. Elle entreprend de restituer son quotidien dans un journal intime, posant un regard drôle et tendre, parfois critique, sur le monde et la mort, à une époque marquée par la guerre. Au fil des pages, on la voit grandir, passant de l'innocence de l’enfance aux préoccupations de l’adolescence. Elle raconte, avec une poésie empreinte de candeur, la fin de la Première Guerre, son idylle avec Marius, ses escapades nocturnes et son amitié avec la jeune Gabrielle. Le piano surtout, sa manière à elle de faire son deuil en déchiffrant les partitions de son père (disparu cette année-là), loin des gammes qu’on lui impose. Badine, malicieuse et rêveuse, elle nous entraine ainsi dans l’univers romantique d’une jeune fille du début du XXe siècle pas tout à fait comme les autres. On connaît la fille de Debussy à travers les merveilleux morceaux qu’elle a inspirés à son père.
 
Petite chronique
 Damien Luce imagine ici le journal qu’elle aurait tenu sa dernière année, avant qu’elle ne soit emportée par la diphtérie. Malgré les circonstances tragiques, il nous livre des pages pleines d’allégresse. Comme dans la musique de Debussy, la mélancolie se transmue en pure joie.
Ce journal raconte ce que furent les jeunes années de Chouchou, la guerre, la musique, la mort de son père et un amour enfantin naïf et pur pour son ami Marius. Sa mère dépressive, devenue étrangère à la peine de Chouchou et sa demi-sœur qui est presqu’une inconnue.
 
Mon avis
Un véritable poème que ce roman très touchant, empreint d’une grande mélancolie et d’une certaine poésie de la vie, de belles phrases que j’ai relues plusieurs fois. Presqu’un livre musical et envoûtant par la musique de Debussy, car Chouchou, au fil des semaines va apprendre à jouer les partitions de son père. Un beau texte, un livre qu’on a envie de relire tant c’est prenant, un petit joyau de tendresse et d’espoir. Un gros coup de cœur pour un bon moment de lecture et ce qui ne gâte rien, à la fin du livre, sont repris les titres de l’œuvre pour piano de Claude Debussy 5/5
 
 La première phrase du roman qui m’a de suite accrochée
A la maison, le dimanche, l’enfant que j’étais s’habillait d’ennui. A la longue, je m’étais taillé dans cette étoffe un costume dont je connaissais la moindre couture, et que, la mort dans l’âme, je retrouvais chaque semaine à sa place dans la penderie de ma solitude.

 
lalyre
lalyre

Nombre de messages : 4609
Age : 86
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum