Frederick DOUGLASS (États-Unis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Frederick DOUGLASS (États-Unis)

Message  Awara le Dim 6 Avr 2014 - 21:40

Frederick Douglass
(Vers 1818-1895)
Frederick Douglass fut l’une des plus grandes voix abolitionnistes d’Amérique. Séparé très jeune de sa mère esclave, ne sachant qui était son père (un homme blanc), il travaille d’abord comme esclave domestique, puis dans les champs et sur un chantier naval, dans le Maryland. Il réussit à s’évader à vingt ans, gagnant New York puis le Massachusetts. Participant à un meeting abolitionniste en 1841, il est invité à raconter son expérience. Son éloquence est telle que la Société antiesclavagiste du Massachusetts l’engage. En 1845, il publie son autobiographie, qui devient un bestseller et le rend célèbre. Comme il a cité le nom de son propriétaire dans son livre et qu’il risque de se faire capturer et asservir de nouveau, il passe deux ans en Grande Bretagne, où il poursuit sa lutte contre l’esclavage et parvient à acheter sa liberté grâce à des soutiens britanniques. A son retour aux Etats-Unis, il fonde son propre journal abolitionniste, The North Star (du nom de l’étoile polaire qui guidait les esclaves vers le Nord), dont la devise est: "Le droit n’a pas de sexe. La vérité n’a pas de couleur. Dieu est notre père à tous et nous sommes tous frères ».
Pendant la Guerre civile (1861-1865), il conseille le président Lincoln et ne cesse ensuite de lutter pour les droits des anciens esclaves et des femmes et l’importance de l’éducation. Il occupe plusieurs fonctions politiques, terminant sa carrière comme consul général pour Haïti (1889-1891).
Frederick Douglass a publié trois autobiographies : 
Narrative of the Life of Frederick Douglass, an American Slave. Written by Himself, en 1845;
My Bondage and My Freedom, en 1855;
Life and Times of Frederick Douglass, Written by Himself. His Early Life as a Slave, His Escape from Bondage, and His Complete History to the Present Time, en 1881 (révisée en 1892).
Son premier récit, publié en 1845, devint un classique de la littérature antiesclavagiste et plus généralement de la littérature américaine, et une référence dont s’inspirèrent tous les récits d’esclaves qui suivirent.

_________________
avatar
Awara

Nombre de messages : 3998
Age : 72
Location : PARIS
Date d'inscription : 03/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frederick DOUGLASS (États-Unis)

Message  Awara le Lun 14 Avr 2014 - 20:54

MEMOIRES D’UN ESCLAVE
Frederick DOUGLASS
Traduction ( anglais) et introduction de Normand Baillargeon et Chantal Santerre
Lux Editeurs, 2007, 205 pages.

Pour moi, Frederick Douglass était un nom, sans plus. Et avec ce livre, j’ai découvert un homme d’une carrure exceptionnelle.
Homme politique engagé dans la lutte contre l’esclavage, il est amené à prononcer des discours. Son éloquence et son charisme font douter de l’authenticité de son aventure. Pour contrer les soupçons qui pèsent sur la véracité de ce qu’il dénonce, sur l’authenticité de son aventure, Frederick Douglass prend la décision de raconter sa vie, en donnant le nom de son maître, ce qui le met en danger, les lois obligeant les états non esclavagistes à restituer à leurs propriétaires les esclaves en fuite.
Dans Mémoires d’un esclave, il relate sa vie depuis sa naissance sur une plantation du Maryland et son enfance chez divers maîtres jusqu’à son évasion.
 
J’ai reçu ce livre comme un coup de poing. La force de ce récit vient de sa sobriété et il est servi par une écriture précise et dépouillée.
Le jeune esclave est séparé des ses premiers jours de sa mère pour supprimer tout attachement entre la mère et son enfant. Il est ensuite déplacé d’une propriété de son maître à une autre, prêté à une famille, comme un outil ou un meuble. Il montre comment l’esclave est assimilé au bétail par l’utilisation de méthodes de reproduction analogues à celles utilisée pour faciliter l’accroissement et la qualité du « cheptel »…
Placé dans une famille pour être attaché à la personne du jeune fils de la famille, la mère de ce dernier commence à  lui apprendre à lire et à écrire. Sommée d’arrêter par son mari, Frederick comprend alors le pouvoir que représente le fait de savoir lire et écrire. Sofia Auld a ouvert une brèche de lumière dans les ténèbres de l’esclavage. Pour atteindre la maîtrise de la langue écrite, Frederick usera de maints artifices. Il apprendra par lui-même la lecture et l’écriture. Dans leur préface Normand Baillargeon et Chantal Santerre, rappellent ce qu’a dit Carl Sagan  dans The Demon-Haunted World : «  il a montré que si l’esclavage et la liberté sont multiples, tous les chemins de la liberté passent par l’éducation en général et par la lecture en particulier ». Et il mettra la même détermination à s’enfuir dans un état non esclavagiste.
 
Le discours placé en postface révèle son talent d’orateur et la merveilleuse maîtrise de la langue de cet homme qui s’est construit tout seul contre les hommes de son époque. Sa détermination lui a donné le courage de s’enfuir dans un état non esclavagiste et de rejoindre les mouvements abolitionnistes. Il a osé prendre le risque d’être restitué à ses propriétaires légaux pour donner plus de force et de crédibilité à son témoignage.
.
Un grand coup de poing et un coup de cœur !.

Note 5/5

_________________
avatar
Awara

Nombre de messages : 3998
Age : 72
Location : PARIS
Date d'inscription : 03/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frederick DOUGLASS (États-Unis)

Message  Réaliste-romantique le Lun 14 Avr 2014 - 23:09

Je prends en note!

_________________
Lectures en cours : De profundis (Emmanuelle Pirotte), Good Morning, Midnight (Lily Brooks-Dalton)
En attente : 
Commentaire en attente :
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1959
Age : 41
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frederick DOUGLASS (États-Unis)

Message  Awara le Mar 15 Avr 2014 - 7:46

Je trouve que ce livre a un intérêt particulier: il a été écrit au temps de l'esclavage par un homme noir. La plupart des livres écrit à cette époque l'ont été par des blancs. Et c'est normal, peu avait eu l'opportunité d'apprendre à lire et écrire: c'était un crime.

_________________
avatar
Awara

Nombre de messages : 3998
Age : 72
Location : PARIS
Date d'inscription : 03/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frederick DOUGLASS (États-Unis)

Message  Réaliste-romantique le Mar 16 Sep 2014 - 22:49

Mémoires d’un esclave

Récit de l’enfance de Douglass, esclave du Maryland. Il naît sur une plantation et y vit jusqu’à 12 ans. Il est alors transféré à Baltimore où il apprend les bases de la lecture et de l’écriture. Les braises de la liberté brûlent en lui, il cherchent à compléter son éducation par multiples subterfuges et cherchent ensuite à s’enfuir vers le Nord. Son parcours est toutefois semé d’embuches et d’horreurs.

Excellent récit de la jeunesse de l’auteur, deux autres volumes racontent le début de sa vie d’homme libre et son combat pour l’émancipation et l’abolitionnisme. La lecture en est toutefois difficile, car les exactions sur les esclaves sont difficiles à lire. Pour un lecteur du Québec, il y a aussi le facteur géographique qui dérange : le Maryland n’est pas très loin dans le sud. De plus, l’actualité, par exemple les troubles de Ferguson, rappelle trop souvent que la situation raciale n’est pas réglée aux États-Unis.

4,5/5

le Réaliste-romantique

_________________
Lectures en cours : De profundis (Emmanuelle Pirotte), Good Morning, Midnight (Lily Brooks-Dalton)
En attente : 
Commentaire en attente :
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1959
Age : 41
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frederick DOUGLASS (États-Unis)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum