Hélène FRAPPAT (France)

Aller en bas

Hélène FRAPPAT (France)

Message  Aurore le Jeu 14 Nov 2013 - 12:35

Hélène Frappat est une écrivaine, traductrice et critique de cinéma française née à Paris en 1969. Elle est membre du conseil d'administration de la Maison des écrivains et de la littérature.


Bibliographie :
Romans

  • Sous réserve
  • L'Agent de liaison
  • Par effraction (Prix Wepler-Fondation La Poste - Mention Spéciale)
  • Inverno
  • Lady Hunt

Essais

  • La Violence
  • Jacques Rivette, secret compris
  • Roberto Rossellini

Source : Wikipédia

_________________
Ce n'est pas parce que c'est inventé que ça n'existe pas.





Aurore
Aurore

Nombre de messages : 2183
Age : 32
Location : Amiens
Date d'inscription : 27/02/2009

http://chezmelopee.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hélène FRAPPAT (France)

Message  Aurore le Jeu 14 Nov 2013 - 22:58


Lady Hunt - Hélène Frappat
(Actes Sud, 2013, 317 p.)


Laura Kern est une jeune femme rousse, seule, et habitant à Vanves. Pour la définir tout à fait, elle est célibataire et conserve des attaches en Bretagne où elle a grandi. Elle travaille au sein d'une très chic agence immobilière parisienne et entretient une liaison avec son patron qui est, lui, marié. La famille Kern est quelque peu atypique, entre un père Gallois peintre et défaillant et une mère quelque peu sur la réserve.

Une ombre plane dans l'intrigue avec cette menace de maladie rare, la chorée de Huntington, qui frappe de manière aléatoire les membres de la famille. Le mal est héréditaire et Laura pourrait donc être touchée du même mal que son père (car son étrange comportement est en fait dû à ce mal qui paralyse corps et cerveau). C'est sa sœur, Elaine, qui franchit le cap de savoir la première si elle est touchée car, enceinte, le diagnostic a besoin d'être posé. Y a-t-il eu une transmission de cette tare qui a déjà emporté le père ?
Pour Laura le trouble est d'autant plus inquiétant qu'un rêve se fait persistant : une maison dans la brume, inaccessible et pourtant aux contours toujours plus précis se fait récurrente de jour comme de nuit. Pourquoi ce rêve ? Est-il le premier pas vers la dégénérescence ?

Jadis, je rêvais comme tous les dormeurs ; je dormais comme tous les rêveurs. Mes journées ressemblaient à une salle de cinéma dont le projectionniste a oublié d'éteindre les lumières. [...] Quand la nuit tombe, tout s'inverse. Les paroles retentissent en sourdine tandis que les fantômes sur l'écran prennent vie avec une sauvagerie déchirante.
Telle est la nuit, ma nuit, la maison où je rêve.
(p. 53)
C'est un récit qui a été volontiers décrit comme gothique dans la plupart des médias et je le comprends fort bien car le style met largement l'accent sur une ambiance fantastique et sombre. Les rêves se confondent avec la vie et les démons ne sont jamais bien loin, prêts à tout faire basculer dans la folie.
J'avais été frappée par le passage de l'auteur dans La grande librairie (France 5) qui m'avait donné envie de découvrir ce roman, l'un des plus intrigants, selon moi, de cette rentrée littéraire française. Je suis toujours plus sévère avec les auteurs Français qui me font peu rêver mais là j'avoue avoir été prise au jeu de cette femme paumée, aux cheveux de feu, combattant ses angoisses avec une vraie force de caractère.
J'avoue par contre avoir été moins sensible aux extraits de chansons et poèmes en anglais insérés un peu à tout va. Certes la narratrice a pour père un Gallois haut en couleurs mais cette pointe d'excentricité ne m'a pas convaincue si bien que j'ai fini par lire en diagonale les paragraphes en italique.

Dans le fond c'est bien l'histoire qui mérite le détour, dans toute sa largeur, avec ses abords mystiques, avec ces liens de famille distendus et parfois délétères (c'est eux qui portent la malédiction). Mais cette famille a bien des ressorts et là où la chute pourrait être brutale, les émotions s'immiscent avec une délicate pudeur.
Je relirai bien volontiers Hélène Frappat car cette découverte m'a tout à fait enchantée !
4/5

_________________
Ce n'est pas parce que c'est inventé que ça n'existe pas.





Aurore
Aurore

Nombre de messages : 2183
Age : 32
Location : Amiens
Date d'inscription : 27/02/2009

http://chezmelopee.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hélène FRAPPAT (France)

Message  catimini le Ven 15 Nov 2013 - 22:25

Je l'avais vu aussi dans l'émission de La grande librairie et je m'étais dis que je lirais bien ce livre. Merci Aurore je vais le surligner dans ma LAL.Smile

_________________
Lecture en coursLa chambre des curiosités de Douglas Preston et Lincoln Child
catimini
catimini

Nombre de messages : 503
Age : 44
Location : isère
Date d'inscription : 08/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hélène FRAPPAT (France)

Message  lalyre le Mar 8 Jan 2019 - 16:59

Frappat Hélène
Le dernier fleuve

Editions Actes Sud 3 janvier 2019
ISBN 978 2 330 11770 2

235 pages



Quatrième de couverture
Mo porte son frère Jo sur son dos. A eux deux ils forment un drôle de petit animal fatigué, tout entier tendu vers sa propre survie mais qui ne dédaigne ni le jeu ni l'émerveillement. Ils marchent, sans savoir depuis quand, sans savoir où les mènent leurs pas et c'est le crépuscule, mais apparaît l'ombre d'une ruine où passer la nuit. Et au matin, la découverte du fleuve comme une destination évidente. L'aventure de Mo et Jo est affaire de vie ou de mort. De vie et de mort. Elle est jalonnée de rencontres extraordinaires et effrayantes, salvatrices et menaçantes : enfant-poisson, femme-sorcière, famille gorgone à la langue mystérieuse, êtres terrés dans des grottes, jeune mère-madone, couple qui danse dans un lit... Traversé de réminiscences qui réveillent l'enfant-lecteur en chacun de nous, un roman comme une histoire du soir, moins pour s'endormir que pour réapprendre à rêver. Ample, limpide et mouvant, Le Dernier Fleuve accueille et métabolise tous les genres qui l'irriguent pour mieux leur échapper. Hélène Frappat y fait de l'enfance un territoire mythologique et des enfants, les soldats tranquilles d'un espoir sombre et buté, dans un monde qui flirte avec sa propre fin.
Mon avis
Ces deux jeunes garçons que j’ai imaginés comme des enfants sauvages, car on ne sait d’ou ils viennent, ni ou ils vont. Ce sont deux enfants solitaires qui ne parlent jamais de leurs parents qui ne semblent exister, en ont-ils ? Ils ont surgi dans un paysage le long d’un fleuve, cela est très bien décrit par Hélène Frappat que l’on se croirait en cet endroit complètement désert à l’orée d’une forêt, ou le frère aîné a décidé de s’arrêter, justement il y a là un vieux hangar sans toit mais qu’importe il vont s’y reposer. Il pensait repartir plus loin mais une Dame mystérieuse leur apporte de la nourriture, mais qui est cette femme qui vit avec son bébé dans la forêt, très vite une petite fille d’origine mystérieuse les accompagne, les garçons vont l’appeler Vive, serait-elle surgie du fleuve ? Avec elle ils vont vivre une drôle d’épopée, ils vont découvrir la gorgone qui vit dans une grotte avec ses enfants, les garçons vont grandir et, voilà je n’en dévoile pas plus...Des rencontres extraordinaires, menaçantes et effrayantes, aventure de l’innocence et de l’enfance, histoire d’aventure sur le fleuve et fable écologique en font un très bon roman…...4,5/5
lalyre
lalyre

Nombre de messages : 4615
Age : 86
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hélène FRAPPAT (France)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum